Navigation – Plan du site
Les tombes et leur environnement : structuration territoriale et symbolique de l’espace

Nouvelles recherches sur l’architecture, l’orientation et la situation des sépultures mégalithiques entre Hérault et Rhône

New researches on the architecture, orientation and situation of the megalithic graves between Herault and Rhône
Florent Châteauneuf, Paul Ambert, Claude Requirand (coll), Albert Colomer (coll) et Bernard Beaumes (coll)

Résumés

Depuis la publication des thèses de J. Arnal (Arnal 1963) et d’Y. Chevalier(Chevalier 1984), l’étude architecturale des dolmens entre Hérault et Rhône n'a pas connu d'évolution majeure. Pourtant, les recherches récentes enregistrent des faits nouveaux, à l'échelle locale ou régionale, allant dans le sens d'une plus grande diversité. Nous présentons ici quelques-unes de ces pistes de réflexion. Une vingtaine de dolmens à couloir de la région de Montpellier ont des dalles de chevet se réduisant progressivement vers le haut. De cette façon, les dalles latérales épousent étroitement l'inclinaison des flancs du chevet. Ainsi, la dalle de couverture de la tombe est sensiblement réduite par rapport à la surface d’inhumation, mais il en résulte surtout un meilleur équilibre de la totalité de l’édifice. En Ardèche, des dolmens simples utilisent cette même technique. Toujours dans la région de Montpellier et du Larzac oriental, l'orientation des dolmens à couloir est fondée sur le coucher du soleil au solstice d’hiver (Sud-Ouest), tandis que les dolmens ardéchois s’ouvrent au Sud-est. L’implantation des dolmens dans les paysages n’est pas fortuite. Plusieurs sont construits en position très dominante, d’autres, juchés sur des reliefs plus modestes, valorisent la tombe dans son environnement proche.

Haut de page

Texte intégral

1Abriged Version
The topics suggested by the colloquium in Aix have allowed us to be more precise than has been done in the past (Arnal 1963, Chevalier 1984) concerning some of the specificities of the megalithic features /structures between the Hérault and the Ardèche rivers.

2We have chosen to focus our efforts on several architectural characteristics of dolmens, in particular on two sectors that are replete with megaliths. To the west, 150 dolmens of the Hérault river valley (on the border with the Larzac area, with the limestone plateaus of Viols-le-fort and the Hortus hill), and to the east, the dolmens of the southern part of the Ardèche department, of which 246 have been studied so far.

3To begin with we thought we should revisit the geographical terminology employed by Y. Chevalier which distinguishes between, those corridor / passage-type dolmens in the west, or languedocien dolmens, and those found in the in the north and the east, referred to as simple or Great Causses dolmens. Indeed, beyond the inconsistencies in those definitions which have already been noted, and despite the fact that the architectural features of the second group of dolmens appear fairly homogeneous, the first group contains a significant number of simple dolmens related to the passage-type. This is the case, in particular in the Montpellier region. This diversity continues up to the eastern border of the Larzac, before giving way to simple dolmens. This is just one of the approaches that we propose to clarify as we continue our research.

4On a more concrete note, for this study we have also decided to highlight in a more explicit fashion than has been done previously, three architectural features that can sometimes be common to several of these tombs. This is particularly evident in those structures that use the headstone as the basis of the construction, but also as the pressure point for the lateral slabs. These slabs are not simply placed on their edges. They are inclined toward the center of the tomb based on its preliminary layout or the original shape of the headstone. As a result the dolmen has a trapezoidal form. The surface area of the burial zone is consequently often larger than the indispensable minimal covering provided by the capstone. This type of shape also has the advantage of providing better structural weight distribution. In other words, unless it is disturbed or made up of poor quality limestone, this type of dolmen will have greater longevity. We find this type of architecture in the Languedoc’s passage-type dolmens as well as the Ardèche’s simple dolmens. In both cases the builders had a common concern, that is to say if the slabs required it, that of blocking up any holes or cracks there might be between the headstone and the lateral slabs. Several solutions have been observed, such as small vertical monoliths on the outside of the burial chamber (Ardèche), or low walls made up of little blocks chosen for their decreasing size (Languedoc and Ardèche). In both cases the goal is to seal the triangular gaps that may exist caused by irregularities in the stone slabs themselves or by their placement against one another. These ancillary architectural supports may have had a secondary goal of preventing the terrain around the tomb from shifting or any elements within the monument from slipping in or out of place.

5In order to determine the preferred orientation of the megaliths we consistently noted the direction in which the entrance was facing. This preferred orientation clearly shows that the headstone determines the facing of the tomb with respect to the chosen solar direction. Of course the easiest solution for verifying one of these facings is to use the sunrise and the sunset at specific times. This seems to be the case for those passageway dolmens in the Montpellier/ Larzac area that have 235 degree openings (Arnal 1963), and this corresponds to the direction of sunset at the winter solstice. We should also note that several dolmens of the Languedoc maintain this orientation despite the limitations imposed on them by the surrounding environment (the dolmen of Mas Reinart 3). A majority of dolmens in the Ardèche area open facing the sunrise of the same winter solstice. This phenomenon of preferred orientation may be scattered as a result of several possible constraints. Firstly as a consequence of natural obstacles, such as a nearby mountain range or a forest that makes it impossible to see the relevant landmark, or this may simply correspond to the precession of the equinoxes, since these monuments were likely not contemporaneous. This is impossible to demonstrate, however, since we have little to no knowledge concerning the dating of these dolmens and their usage. The limited radiocarbon dating we have covers the 3rd millenium BC. At the site of several of these tombs, for example, the small necropolis of Ricome (Bougeant, 2000) or the dolmens of Bois-Bas (Ambert, 2003) asymmetrical arrowheads have been found which date back to the second half of the fourth millennium BC. At the sites of the passage-type dolmens of the Languedoc, as well as at those of the Ardèche, several typical ceramic ornaments of the Ferrières group have been uncovered. This cultural group is as a result considered as the origin of megalithic construction. Much work remains however in order to firm up this rather loose chronology. A similar effort will be required in order to determine the actual age of these types of dolmens as well as those characteristics identified in this project (orientation, architectural features / details / and placement of these dolmens within the landscape).

6Many dolmens, throughout the Languedoc region, are scattered from west to east, above the Mediterranean. Their entrances open upon magnificent vistas. The dolmens of the Montagne Noire and the Avants-Monts, for example face south, and from their locations the full diversity of the Languedoc’s landscape is visible. The large dolmens in the plains, of which the most famous the Fades dolmen in Pépieux, also have a southerly orientation. The Fades dolmen was built with slabs of stone originating from 2 to 3 km away, on a small hill, protected from the alluvia of the quaternary period. As a result the dolmen stands roughly twenty meters above the neighboring dip in the terrain. The dolmens along the southern border of the Larzac, also facing south, (the dolmens of Grammont, Bois de Marou), offer spectacular viewpoints over the surrounding countryside as well. The dolmens situated however on the set of plateaus of the Grands Causses, feature less impressive panoramas. The view is replaced, perhaps because of technical limitations. The use of small hills does allow them to more or less dominate the surrounding limestone terrain. Some were built on hilltops (the dolmen of La Vernède 2). Others use small lithological hillocks about the same size of a large tumulus (the dolmens of Ferrusac). This slight increase (by a few meters) in elevation suffices to render them visible, in open terrain, and to stand out above the neighboring limestone plateaus. In the Ardèche area, where it is possible to find multiple orientations, the tombs also appear to have been adapted to the surrounding terrain. Some of them have openings perpendicular to the contour lines and to the slope (the dolmen of Saint-Sauveur-de-Cruzières 1). Once again they overlook the arable terrain that stretches out below them, be it near or far away. In the Ardèche area, those dolmens erected on the edge of plateaus dominate their environment from great heights. One set of those erected in a sector that is a bit further from the bordering cliffs can be found on mounds that have some of the clearest views of the surrounding landscape. From the dolmen of Beaulieu 16 one has a 360 degree field of vision of neighboring mountains (Mont Lozère, Tanargue and Cévennes).

7These remarks, which are in some respects hypothetical, reveal and confirm some of the secondary architectural aspects of the eastern Languedoc’s dolmens. There is still much work to do in order to fully understand them from a chronological, ethnological, cultural and even sacred perspective, however.

Introduction

8Depuis la publication des thèses de J. Arnal (Arnal 1963) et d’Y. Chevalier (Chevalier 1984), l’étude architecturale des dolmens entre Hérault et Rhône n'a pas connu d'évolution majeure. Pourtant, les recherches récentes enregistrent des faits nouveaux, à l'échelle locale ou régionale, allant dans le sens d'une plus grande diversité. Nos travaux ont été rendus possibles par l'intérêt accru, porté la plupart du temps par des amateurs, pour la localisation précise des dolmens dans un environnement souvent difficile d'accès et par l'usage, aujourd'hui généralisé, du GPS (Requirand & Dainat 2005).

9Les travaux de synthèses mentionnés plus haut (Arnal 1963, Chevalier 1984) sont à l'origine de la définition des grands types actuels de dolmens (languedocien, caussenard, bas rhodanien) et forment le socle des recherches postérieures traitant du mégalithisme en Languedoc oriental.

10Cette classification en trois grands groupes, qui retient, entre autres critères déterminants, l'absence ou la présence d'un couloir, l'utilisation ou non de la pierre sèche, répond effectivement à une réalité visible sur le terrain. Elle correspond à la volonté d'une époque de « se fonder sur une perception globale de l'architecture des monuments » tout à fait recevable, dans l'optique de ne pas « privilégier au départ une caractéristique précise, non significative » in fine (Chevalier 1984: 23). Elle présente, cependant, un certain nombre de limites, dont Y. Chevalier avait néanmoins conscience.

11Cette « désignation géographique » (Chevalier 1984: 23), utilisée à propos de types architecturaux est de facto ambigüe, étant donné qu'elle « considère qu'une architecture donnée a toutes les chances de s'être exprimée dans une zone géographique délimitée » et que les entités mentionnées (Grands Causses, Languedoc, basse vallée du Rhône) ne sont que partiellement respectées par la répartition des types. Elles sont parfois largement dépassées, à l'instar du type bas rhodanien. En outre, les trois types de dolmens sont associés sur de vastes territoires.

12Les quelques remarques qui précèdent sont essentiellement liées à la dénomination des groupes, mais les trois grands ensembles masquent également de réelles similitudes entre les types et des différences typologiques parfois significatives et répétitives à l'intérieur de chacun. L'appellation géographique peut, en outre, conduire à assimiler, a priori, la zone de plus forte densité d'un type à sa région d'origine, dans un domaine où les datations absolues manquent. On en est également venu à penser, dans la région de Montpellier et de la bordure orientale du causse du Larzac, riche en dolmens à couloir, que les dolmens qui en étaient dépourvus le devaient à la destruction de leur dispositif d'accès.

13Ces quelques constatations préliminaires ne signifient pas, loin s'en faut, qu'il est nécessaire de faire table rase des nombreuses pulications traitant du mégalithisme en Languedoc oriental. Bien au contraire, nous utiliserons les nombreuses précisions qu'elles contiennent pour souligner des différenciations typologiques à ce jour mal perçues.

14Une révision de bon nombre de dolmens s'avère, en outre, nécessaire afin de poursuivre dans cette voie. Dans ce but, nous avons investi un vaste territoire comprenant l’ensemble du Languedoc oriental de l’Hérault au Rhône, avec deux focus géographiques ; à l’Ouest, le secteur Larzac-est/région de Montpellier, fort de plus de 150 sépultures, à l’Est, le sud-ardéchois, centré sur la rivière Claysse, qui compte à ce jour 246 tombes (fig. 1).

1. Localisation des principaux secteurs de recherche entre la vallée de l’Hérault et celle du Rhône

(carte d’après Chevalier 1984)

15Parmi ces différenciations typologiques, soulignées par les recherches de notre équipe, nous en avons retenu trois dans cette note (Châteauneuf 2009, 2010). La première ressort de l’étude architecturale des dolmens à couloir languedocien et des dolmens simples de l’Ardèche. Plusieurs d’entre eux ont des dalles de chevet soigneusement travaillées, sur lesquelles viennent s'appuyer des dalles latérales inclinées. La seconde découle de l’étude de l’orientation des dolmens. Dans la région de Montpellier, de façon non systématique, les dolmens sont orientés préférentiellement sur le coucher du soleil au solstice d'hiver. En Ardèche, ce sont les orientations au sud-est qui l’emportent. La troisième enfin, correspond à la problématique de la place des tombes dans le paysage.

Les sépultures à parois latérales inclinées

16L'inclinaison volontaire des parois latérales de certaines tombes, au moment de la construction, a été évoquée ponctuellement dans plusieurs travaux, pourtant elle n'a jamais fait l'objet d'une approche systématique.

17C’est ainsi que M. Louis et D. Peyrolle ont pu mettre en lumière cette disposition lors de la fouille du dolmen de Feuilles (Rouet, Hérault) et l'attribuer à une intention des constructeurs (Louis & Peyrolles 1933-1934: 128-129) : « Les dalles (d'entrée et de chevet) sont verticales tandis que les dalles (latérales) sont inclinées. Il résulte de cette disposition que les dimensions de la chambre sont bien plus petites au sommet qu'à la base. Cette disposition est bien intentionnelle et non pas le fait de la poussée extérieure des terres, car les constructeurs du monument ont eu soin de combler les vides résultant du pied donné à la base des dalles par un remplissage en assises très régulièrement réalisé ». En note de bas de page, les auteurs concluent que cette inclinaison pouvait permettre de « diminuer la surface à couvrir ».

18Pour sa part, Gaston Combarnous (Combarnous 1960: 22), lorsqu'il publie ses travaux, considère la dalle de chevet comme la pièce maîtresse de la stabilité du monument : « Contre elle venait s'appuyer les deux grands supports ou piliers latéraux. Le plus souvent ces dalles étaient légèrement inclinées en dedans. Ainsi, la dalle de recouvrement une fois mise en place, les parois de la chambre sépulcrale se trouvaient coincées et ne pouvaient plus pivoter vers l'extérieur. La taille de la dalle de tête sur un plan trapézoïdal favorisait cette disposition ».

19Yves Chevalier est plus allusif puisqu’il ne retient que la « position légèrement inclinée vers l’intérieur de la chambre » des dalles latérales (Chevalier 1984: 47). Il note également que les supports latéraux suivent généralement le profil de la dalle de chevet. On peut citer également Gérard Sauzade qui souligne que les « dalles latérales sont le plus souvent inclinées vers l'intérieur » et les dalles de chevet « amincies régulièrement vers le haut pour servir d'appui ». Il retient aussi la « section trapézoïdale » des hypogées de Fontvieille (Sauzade 1990: 306).

20Nous avons réuni, sous le terme de « sépultures à parois latérales inclinées », un ensemble de monuments funéraires partageant un même procédé technique, utilisant la dalle de chevet comme base de la construction et comme point d'appui des dalles latérales. Ces dernières ne sont pas plantées de chant, mais sont inclinées vers le centre de la tombe, en suivant l'aménagement préalable ou la forme originelle de la dalle de chevet. Il s'ensuit un dolmen de section trapézoïdale dont le sol d'inhumation est plus ou moins largement supérieur à l'utilisation de la dalle de couverture a minima. Cette forme a, en outre, l'avantage d'assurer une meilleure répartition des poussées et des charges. C’est-à-dire que sans interventions humaines destructrices ou du fait d'un calcaire de mauvaise qualité, elle assurera une plus grande longévité au dolmen.

21L'inclinaison moyenne des parois latérales raccourcit dans certains cas de 75° l’écartement des supports latéraux. Le rapprochement de la cime des piliers permet de réduire les dimensions de la dalle de couverture et de ce fait le poids s'exerçant sur les piliers. Il entraîne également une réduction de la surface à couvrir de près de 40 à 50 % par rapport à la surface du sol de la chambre. Ce dernier point n'est pourtant pas systématique et il existe plusieurs cas de dolmens à parois latérales inclinées possédant des dalles de couverture largement débordantes. Il faut croire que les constructeurs se sont servis des matériaux disponibles à proximité. Ces sépultures à parois inclinées s’adaptent à plusieurs types de tombes (fig. 2). C’est ainsi qu’entre les vallées de l'Hérault et de l'Ardèche, nous avons pu étudier à ce jour une trentaine de dolmens, simples ou à couloir, possédant des parois latérales inclinées.

2. Sépultures à parois latérales inclinées entre Hérault et Ardèche. De haut en bas et de gauche à droite: dolmen simple des Géantes 3 (Bourg-Saint-Andéol, Ardèche); dolmen simple de la Devèze 3 (Barjac, Gard); dolmen de Grammont 1 (Soumont-Hérault), dolmen à couloir de Feuilles (Rouet, Hérault)

(Cl. F. Châteauneuf)

22Parmi les exemples les plus significatifs, figure le dolmen de Feuilles (Rouet, Hérault), étudié par M. Louis et D. Peyrolle. En effet, d’après leur relevé le sol de la chambre du dolmen atteint 6,4 m2. Cette surface n’est plus que de 2,6 m2 à la cime des parois, la réduction étant alors d'environ 59 %. Si cette étude paraît pour l’époque des plus sérieuses, elle ne correspond que partiellement à l'état actuel de la tombe, lié à la restauration réalisée dans les années 1970 par le service régional de l’archéologie de Languedoc-Roussillon.

23Le dolmen de la Rigoule (Saint-Guilhem-le-Désert, Hérault) a conservé sa dalle de couverture, qui peine à couvrir les dalles inclinées de la chambre. Les grès utilisés pour les dalles de plusieurs dolmens du sud Larzac (dont le dolmen de Grammont 1 à Soumont) peuvent compter parmi les plus belles manifestations de cette architecture. Cette roche a permis le bouchardage intégral des dalles d'entrée et de chevet, visant à leur donner un aspect de trapèze régulier. L'inclinaison des dalles latérales est alors comprise entre 76 et 79°, soit une réduction de 57 % par rapport à la surface du sol. En Ardèche, plusieurs dolmens présentent également des dalles latérales inclinées. Citons les dolmens simples de Berrias n° 11 (Ardèche), des Géantes n° 3 (Bourg-Saint-Andéol, Ardèche), du Terme des Fades et de la Devèze n° 3 (Barjac, Gard). Dans les trois derniers exemplaires, la dalle de chevet a été soigneusement préparée afin de recevoir les supports latéraux inclinés. Les hypogées d'Arles-Fontvieille partagent ce procédé. L'hypogée du Castellet possède des parois latérales inclinées, taillées dans la molasse coquillère miocène. M. Huard (Huard 1877: 316), puis G. Sauzade (Sauzade 1990: 309) donnent les dimensions de cet hypogée (Fontvieille, Bouches-du-Rhône). La surface à la base de la chambre est d’environ 34 m2 ; la surface à couvrir, au sommet des parois de l’hypogée, est d’environ 27 m2. Le surplomb donné aux parois taillées de la sépulture du Castellet a donc permis aux constructeurs une économie de 7 m2 de surface à couvrir. Elles ont réduit la difficulté de déplacement des dalles « dont certaines mesurent 1,30 m d’épaisseur » (Benoit 1926-1928: 60).

24Dernier point, ces modalités architecturales sont connues dans les dolmens à couloir du Languedoc, comme dans les dolmens simples de l'Ardèche. Dans les deux cas, les constructeurs ont eu un souci commun, celui, si la forme des dalles le rendait nécessaire, d'obturer les vides pouvant exister entre la dalle de chevet et les dalles latérales. Plusieurs solutions ont été retenues : petits monolithes verticaux (Ardèche), murettes de petits blocs choisis pour leur taille décroissante (Hérault, Gard). Dans les deux cas le but est d’obturer sur toute la hauteur le passage sub-triangulaire laissé par la morphologie et l'implantation des dalles les unes par rapport aux autres. Cette micro-architecture avait comme effet d’empêcher tout glissement de terrain ou de mobilier de l'intérieur à l'extérieur du monument et vice-versa. Le type à murettes est bien illustré par le dolmen de Banèle, à Saint-Hippolyte-du-Fort, dans le Gard (Lorblanchet 1967). Certains de ces murets peuvent avoir conservé une douzaine d'assises. En Ardèche, il faut attendre le début des années 1990 pour qu'un article (Ravy et al. 1993), soit consacré à ce type d’architecture. À l'exemple du dolmen n° 32 de Beaulieu, il peut s'agir de petites dalles coincées entre le chevet et le pilier latéral ou, comme dans le cas du dolmen n° 35 de Saint-André-de-Cruzières, d'une série de fines dalles verticales dressées à l'arrière du chevet (fig. 3).

3. Différents types de dispositifs visant à assurer le colmatage de la paroi du chevet ou de l’entrée du dolmen, au contact des dalles laterales inclinées (Cl. F. Châteauneuf). Relevés architecturaux du dolmen de Beaulieu et de Saint-André (F. Châteauneuf). Relevé du dolmen de Banèle (C. Requirand).

3. Différents types de dispositifs visant à assurer le colmatage de la paroi du chevet ou de l’entrée du dolmen, au contact des dalles laterales inclinées (Cl. F. Châteauneuf). Relevés architecturaux du dolmen de Beaulieu et de Saint-André (F. Châteauneuf). Relevé du dolmen de Banèle (C. Requirand).

25Ces architectures sont pour l'heure connues, avec un nombre relativement important d’exemplaires, on ignore néanmoins aujourd’hui s’il s’agit d’une découverte purement technique diffusée d’une région à l’autre, ou bien si elle a une valeur chronologique, ou moins vraisemblablement culturelle.

26Il convient enfin de souligner que bien que nous disposions d'un corpus relativement large, l'étude des dolmens du Languedoc est parasitée par leur état de conservation. Beaucoup sont des ruines et nous avons pu observer, en l'espace de vingt ans, la dégradation rapide de certains d'entre eux. Les restaurations se révèlent aussi parfois préjudiciables à la recherche, occultant ou faisant disparaître des informations. Dans le cas de restaurations discrètes et fidèles à l'architecture de la tombe, à l'exemple du dolmen de Feuilles, il est quelquefois difficile de discerner ce qui relève de l'intervention récente. Par contre, comme à Pioch-Narras (Saint-Jean-de-Buèges, Hérault), il s'agit d'une véritable reconstruction du dolmen, qu’il est difficile de suivre sans hésitation.

L'orientation des tombes

27Les recherches concernant l’orientation des dolmens débutent un peu avant le XXe siècle. C’est ainsi que Cazalis de Fontdouce affirmait le caractère aléatoire de celles-ci (Cazalis de Fontdouce 1900: 122). Dès lors le sujet a régulièrement été abordé dans les publications scientifiques. Les avis divergent entre déterminisme du lieu d'implantation et fait culturel, chacun accordant plus ou moins d'importance à l'un ou à l'autre.

28Dans le département de l'Hérault, G. Combarnous et J. Arnal ont ouvert la voie aux études statistiques sur l'orientation des dolmens. Le premier publie en 1961 un corpus de 133 monuments d'orientation connue et conclut que 50 % des dolmens sont ouverts dans le quart sud-ouest et qu'une orientation vers le Midi est privilégiée. En 1963, le second peut « affirmer que pratiquement tous les dolmens languedociens de l'Hérault s'ouvrent autour de 235° de la boussole » (Arnal 1963: 43). Il note également que cette orientation se perd lorsque l'on se dirige vers le Nord.

29J. Clottes a pu démontrer le caractère non aléatoire de l'orientation des dolmens en se basant sur l'analyse statistique. Il a pu ainsi relever de manière systématique, lorsque l'état de conservation le permettait, l'orientation des dolmens du Lot. Lorsqu'il publie l'inventaire des mégalithes de ce département, l'analyse porte sur 411 dolmens (Clottes 1977: 307-311). Il met en avant que « la courbe de distribution des orientations lotoises est une courbe de Gauss typique, à dispersions symétriques de part et d’autre de la moyenne ». Il conclut enfin que ces dolmens appartiennent à une « même population statistique » et que « les constructeurs ont recherché volontairement une certaine orientation ».

30Par la suite, entre les années 1970 et 1980, Y. Chevalier a réalisé un inventaire de l'orientation des tombes, portant sur plusieurs centaines d'individus et concernant presque toutes les régions du Sud de la France (Chevalier 1984, 1999). En Languedoc oriental, il ne s'agit toutefois pas d'un inventaire systématique, hors de propos dans le cadre de sa thèse. Plusieurs études spécifiques ont été consacrées au problème de l'orientation des sépultures monumentales (Charrière 1964, Savary 1966). Néanmoins, nous insisterons davantage sur les travaux d’Hoskin (Hoskin 2001) qui couvrent une bonne partie de l’Europe, et peuvent à ce titre servir de référence. Toutes ces études ont mis en avant le rôle principal du mouvement apparent du soleil et de quelques positions remarquables.

31Ainsi, dans plusieurs régions, les orientations des dolmens ne sont pas aléatoires. Pour traiter de ces orientations, il est indispensable, d'une part, de déterminer à l'échelle du site et de son environnement proche, les contraintes ou opportunités liées au milieu ; et d'autre part, de disposer d'un échantillon suffisamment vaste pour que des estimations générales soient possibles et des tendances observables, tant à l'échelle d'une région que d'une concentration locale de sépultures.

32L'orientation d'un dolmen se définit comme la direction vers laquelle est dirigée l'ouverture de la tombe et se mesure d'après la position de la dalle de chevet et/ou du dispositif d'accès. Le relevé se fait à l'aide de la boussole et les résultats sont donnés en degrés par rapport au nord magnétique. La date à laquelle a été effectué le relevé doit être systématiquement indiquée, le nord magnétique étant différent du nord géographique, seul susceptible d'avoir été connu par les populations passées. La dalle de chevet, première dalle dressée, définit l'orientation générale de la sépulture. En conséquence, il résulte que sa position n’est pas aléatoire, et que des méthodes simples de détermination des directions majeures étaient à la portée des néolithiques pour déterminer notamment les directions solsticiales (Lavalette 2009).

33Les dolmens des causses de la basse vallée de l’Hérault sont majoritairement orientés vers le Sud-ouest, comme l’a établi J. Arnal (Arnal 1963). L'orientation au coucher (232°) est également connue dans les départements du Gard et de l'Ardèche, mais avec des taux plus faibles. Cette orientation correspond sensiblement à la position du coucher du soleil lors du solstice d'hiver. Par contre, le lever du soleil au même solstice (128°) correspond bien à l’orientation des dolmens de régions voisines et en particulier l’Ardèche.

34Pour notre part, nous avons mesuré l'orientation de 177 sépultures dans le secteur nord (bassin de la Claysse – nord du bassin d'Alès) et de 114 dans le secteur sud (nord-est héraultais). Ce dernier a été divisé en deux afin de mieux cerner le changement d'orientation noté par J. Arnal en direction des Grands Causses. Le premier espace englobe les petits causses de la périphérie de Montpellier. Il compte une soixantaine de tombes dont 52 % s’ouvrent entre 230-240 °.

35Dans ce groupe, le dolmen de Lacoste (Frontignan, Hérault), le plus proche de la mer et le plus bas de la région, est le meilleur site régional pour illustrer le rapport entre l’orientation de la sépulture et la position du soleil. De fait, la chambre de ce dolmen est orientée en direction du soleil couchant au solstice d'hiver, à 240°. Les photos qui en rendent compte ont été prises le 07 janvier 2007, quelques jours après le solstice. La photo (fig. 4, photo de droite) souligne l’identité de l'axe de la chambre et du couloir, et du soleil couchant. La seconde (fig. 4, photo de gauche) prise latéralement, souligne la projection de l'ombre des deux dalles d'entrée, sur les deux côtés de la dalle du fond, dont le centre en position axiale est éclairé par le soleil couchant.

4. Le dolmen de Lacoste (Frontignan-Hérault) lors du coucher du soleil au solstice d’Hiver, photo prise le 7 Janvier 2007

(Cl. A. Colomer, relevé C. Requirand)

36L'orientation au Sud-Ouest diminue sensiblement en direction de l’Ouest, pour laisser la place à d'autres types orientations. Elle ne constitue plus que 34 % des cas sur le Causse du Larzac et dans le Lodévois, où les orientations se répartissent plus largement entre 210 et 240°. Par contre, dans ce même secteur, l'orientation méridienne (170-190°) est représentée par 22 % des cas, tandis cette même orientation ne touchait que 2 % des dolmens des petits causses de Montpellier. Plus au Nord, dans le département de l'Ardèche, l'orientation méridienne représente 23,5 % du corpus et coexiste avec des orientations vers l'Est ou le Sud-Est, respectivement 24 % et 14,5 % du corpus. Par contre, ces orientations dans le quart sud-est de la boussole sont absentes dans la moitié Est de l'Hérault.

37Au delà d'un choix volontariste ou culturel des architectes mégalithiques, plusieurs causes ont pu jouer dans la dispersion des orientations. La précession des équinoxes (Savary 1966, repris par Clottes 1977) a pu avoir un rôle mineur. En second lieu, si l'azimut du soleil couchant a été choisi comme direction privilégiée, il varie, au cours d'un cycle solaire, entre 232 et 307° et peut entrainer un large faisceau d'orientations dans cet intervalle. Les valeurs relevées dans notre étude concernant les dolmens des causses de Montpellier peuvent en découler. Les obstacles liés au couvert végétal proche sont difficiles à prendre en compte, mais ont pu jouer également un rôle non négligeable dans cette dispersion des orientations. Les obstacles topographiques, situés à l'Est ou à l'Ouest d’un dolmen, constituent une difficulté pour l'estimation de l’azimut choisi. Un relief élevé barrant l'horizon au moment du coucher ou du lever de soleil entraîne un décalage de plusieurs degrés. Enfin, les constructeurs ont pu adapter l’orientation de la tombe à la ligne majeure du paysage.

38Les motifs ayant amené, pour une tombe donnée, à privilégier telle orientation plutôt que telle autre, paraissent liés à des facteurs culturels (religion, tradition, savoir-faire) ou environnementaux (comportement opportuniste, contrainte du milieu), ou bien à une combinaison de ces facteurs ; les constructeurs ayant dû accorder les traditions aux contraintes locales. Les orientations, localement quasi systématiques des dolmens, ailleurs seulement majoritaires, localement très minoritaires, peuvent permettre de définir un épicentre géographique et des secteurs périphériques, où les mélanges directionnels peuvent être interprétés indifféremment comme des différences chronologiques ou culturelles. La variabilité des types peut relever de l’un ou l’autre de ces avatars. Par contre, compte tenu de l’implantation géographique de ces dolmens, dans des secteurs particulièrement difficiles à aménager suivant le dogme traditionnel, ou d’autres où le substrat ou la topographie ont conditionné quelques libertés par rapport à cette règle, nous sommes amenés à penser qu’il s’agit bien d’une obligation cultuelle (voire culturelle) n’admettant pas, au moins à certaines époques, de transgressions.

Les dolmens dans leur environnement

39L'analyse de la répartition des tombes dans le paysage permet de mettre en avant certaines constantes. Ces dernières sont presque toujours bâties en position dominante, et la topographie locale a souvent été mise à profit par les bâtisseurs. Aussi, nous proposerons dans les lignes qui suivent, quelques remarques préliminaires à une étude plus systématique de la place des dolmens dans leur environnement.

40Les dolmens, souvent les plus remarquables, sont ouverts sur de superbes points de vue. Le dolmen du Vieil-Homme, à Villeneuve-Minervois (Aude), domine la vallée de l'Aude. Il a été bâti sur l’arête d'une serre schisteuse, crête inclinée aux versants abrupts, type de relief fréquent dans la bordure cévenole. Le dolmen de la Maline (Saint-André-de-Buèges, Hérault) est établi sur les pentes de la Séranne, proche du sommet de cette chaîne montagneuse qui borde le Causse du Larzac. Il ne s'ouvre pas sur le Larzac, mais domine les gorges de l'Hérault et les petits causses de Montpellier. Le dolmen du Capucin (Claret, Hérault) est situé sur l'un des points culminants du Causse de l'Hortus, réutilisé ultérieurement, d’ailleurs au détriment de la tombe, par une tour de berger, comme lieu de surveillance des troupeaux (Requirand & Dainat 2005). Au-delà, il offre un panorama dégagé vers le massif de la Séranne et le Mont Aigoual. Le dolmen du Mas Reinardt 3 (Vailhauquès, Hérault) est bâti sur le flanc de l'un des petits causses, à proximité de Montpellier. Cet emplacement a été choisi malgré la très forte déclivité du terrain et les importantes contraintes induites. Aussi, la construction de ce dolmen a nécessité l'aménagement d’un soubassement de méga-blocs, rattrapant la forte déclivité du versant. De surcroît, et malgré cela, il s’ouvre dans la direction du solstice au soleil couchant.

5. Orientation des dolmens dans les secteurs Gard-Ardèche ; Larzac-Hérault et causses de Montpellier. En haut photographie prise en Mars 2011, dolmen de Courry 10 (Gard) au lever du soleil lors de l’équinoxe de printemps

(Cl. et Diags. F. Châteauneuf)

41

42Au contraire, dans la vallée de l'Aude, le grand dolmen à couloir de Pépieux (Ambert 1990), n’a été bâti que sur une petite butte marno-gréseuse protégée de l'érosion par un lambeau de terrasse alluviale. Il domine les plaines environnantes d’une vingtaine de mètres. Le paysage est banal, alors qu’il aurait pu être implanté, comme beaucoup d’autres dolmens de ce secteur, sur les causses calcaires qui le dominent à 2 km au Nord. Cela est d’autant plus étonnant que, dans un milieu très accidenté, les constructeurs y sont allés prélever la dalle de couverture encore conservée (d’un poids d’environ 10 tonnes) et plusieurs orthostates. Le transport des dalles, sur d'aussi grandes distances, est relativement rare entre l'Ardèche et l'Hérault. Cette recherche d'un matériau éloigné témoigne d'une volonté de privilégier cet espace au détriment d’une vue grandiose. À ce titre, il fait partie des dolmens qui sont juchés sur des reliefs plus modestes.

43L’utilisation de collines et de microreliefs permet néanmoins d’obtenir un exhaussement avec leur environnement calcaire proche, plus ou moins marqué. C’est ainsi que plusieurs de ces dolmens ont été érigés au sommet de collines (dolmen de la Vernède 2). D’autres utilisent de petits tertres lithologiques sensiblement de la taille d'un grand tumulus (dolmens de Ferrussac). En Ardèche, les tombes montrent également une adaptation au terrain qui les porte. Certaines s'ouvrent perpendiculairement aux courbes de niveaux et à la pente (Saint-Sauveur-de-Cruzières 01) et dominent une fois encore les terroirs cultivables plus ou moins lointains. Les dolmens, érigés sur la bordure des plateaux, dominent avec de forts dénivelés leur environnement. Par contre, une partie de ceux construits dans un secteur plus éloigné des falaises bordières ont été placés sur de petites buttes. Ce n’est pas pour autant que leur paysage est limité. Au contraire, le dolmen de Beaulieu 16 permet de visualiser à 360° les montagnes voisines (mont Lozère, Tanargue et Cévennes).

44En Languedoc oriental, la proximité des matériaux de construction a été un facteur déterminant dans le choix du lieu d'implantation, mais ce n'est probablement pas le seul critère à prendre en considération. Au sein des zones propices à la construction, où affleurent des roches litées, les tombes ne se répartissent pas uniformément et les logiques d'implantations nous échappent encore pour une bonne part. Volonté de dominer un terroir, de s'installer à proximité d'une tombe préexistante, symbolique d'un lieu ou d'une position topographique remarquable, autant de facteurs dont la portée restent à déterminer et qui ont pu jouer un rôle non négligeable dans le choix du lieu.

Conclusions

45Les thématiques reprises par le colloque d'Aix nous ont permis de mieux expliciter que par le passé (Arnal 1963, Chevalier 1984) quelques-unes des particularités du mégalithisme entre l'Hérault et l'Ardèche. Pour l'heure, voulant mettre l'accent sur plusieurs caractéristiques architecturales de ces dolmens, nous avons fait porter nos recherches plus particulièrement sur des secteurs riches en mégalithes : à l'Ouest 150 dolmens de la vallée de l'Hérault (bordure est du Larzac, causses de Viols-le-fort et d'Hortus) et à l'Est les dolmens de la partie sud orientale du département de l'Ardèche, dont 246 ont été étudiés à ce jour.

46En premier lieu, il nous est apparu nécessaire de discuter la terminologie d'Y. Chevalier, qui sépare des dolmens à couloir dit languedociens, des dolmens simples dit caussenards et des dolmens à murettes du bas rhodaniens. Les trois grands ensembles masquent en effet de réelles similitudes entre les types et des différences typologiques parfois significatives et répétitives à l'intérieur de chacun. Ce n'est là qu'une première approche que nous nous proposons d'approfondir dans la poursuite de nos travaux. Plus concrètement, dans cette note, nous avons cherché à mettre davantage en évidence trois caractéristiques architecturales, parfois communes à plusieurs de ces types. C'est particulièrement le cas, avec l’existence d'architectures qui utilisent la dalle de chevet comme base de la construction et comme point d'appui des dalles latérales. L'orientation des dolmens stipule également que c'est la dalle de chevet qui détermine l'orientation, par rapport à la direction solaire choisie. Bien sûr la plus facile des solutions, pour s'assurer une direction recherchée, est d'utiliser le lever et le coucher du soleil à des périodes fixes. Cela semble bien être le cas pour les dolmens à couloir de la région de Montpellier / Larzac qui s'ouvrent préférentiellement à 235° (Arnal 1963), direction qui correspond au coucher du soleil au solstice d'hiver. Il faut, en outre, constater que plusieurs dolmens du Languedoc ont conservé cette orientation en dépit des contraintes naturelles que leur imposait l'environnement.

47Il faut bien reconnaitre que nous sommes dans une ignorance quasi-totale de la chronologie de ces dolmens. Les datations radiométriques couvrent tout le troisième millénaire. Quelques-unes de ces tombes, petite nécropole de Ricome (Bougeant 2000), ou dolmens de Bois-Bas (Ambert 2003), ont fourni des flèches asymétriques qui relèvent plutôt de la seconde moitié du quatrième millénaire. Malgré cela, les quelques éléments de la céramique classique et de la parure attribués au groupe de Ferrières peuvent être aussi considérés comme le début de la construction mégalithique du Midi méditerranéen de la France.

48Ces quelques remarques, qui restent par certains points hypothétiques, dévoilent et confirment quelques-uns des aspects architecturaux secondaires des dolmens du Languedoc oriental. Cependant, il reste fort à faire pour préciser cette chronologie lâche et pour pouvoir s'assurer de l'âge réel des types de dolmen mais aussi des caractéristiques précitées (orientation, détails architecturaux, implantation de ces dolmens dans le paysage) et pour en tirer toutes les conséquences : chronologiques, ethnologiques, culturelles… voire sacrées.

49Remerciements. Ils s’adressent à toutes les personnes qui ont participé aux travaux de ce PCR depuis 15 ans. Cette publication est la 76eme du « PCR Mines et métallurgie préhistoriques du Midi de la France ».

Haut de page

Bibliographie

Ambert 1990, AMBERT P., Réflexions concernant l’architecture des dolmens « larges » de l’aire pyrénaïque, in: Autour de Jean Arnal, Guilaine J., Gutherz X. (Dir.), Montpellier, Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale / Laboratoire de paléobotanique - USTL, 1990, p. 291-303.

Ambert 2003, AMBERT P., Défense et illustration du Néolithique récent du Languedoc central, plus particulièrement de celui de la région Saint-Pons-Lodève, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 100, 2, 2003, p. 357-374.

Arnal 1963, ARNAL J., Les dolmens du département de l'Hérault, Paris, Presses universitaires de France, 1963, 250 p. (Préhistoire ; 15).

Benoît 1926-1928, BENOÎT F., La nécropole du Castellet, Bulletin et mémoires / Institut des fouilles de Provence et des Préalpes, Paris, 1, 1926-1928 [paru 1930], p. 51-81.

Bougeant 2000, BOUGEANT P., La nécropole mégalithique de Ricome (Notre-Dame-de-Londres, Hérault), Toulouse, Ecole pratique des Hautes Etudes en Sciences sociales, 2000, Diplôme de l'EHESS, 310 p.

Cazalis de Fondouce 1900, CAZALIS DE FONDOUCE P., Les temps préhistoriques : IV - Les Mégalithes, in: Géographie Générale du Département de l’Hérault. Tome troisième : Histoire Générale. Premier fascicule : l’Hérault aux temps préhistoriques, Société Languedocienne De Géographie (Dir.), Montpellier, Imprimerie Ricard frères, 1900, p. 90-134.

Charrière 1964, CHARRIÈRE G., Typologie des orientations mégalithiques et protohistoriques, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 61, 1, 1964, p. 160-168.

Châteauneuf 2009, CHÂTEAUNEUF F., Architecture et typologie des dolmens des confins du Gard et de l'Ardèche : à l'ouest d'Orgnac-l'Aven, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2009, Master 1 d'Archéologie, 2 vol., 163 p., 17 fig., 60 pl., 3 tabl., http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00529242/fr/.

Châteauneuf 2010, CHÂTEAUNEUF F., Les dolmens à section trapézoïdale des Causses et des Gorges de l'Hérault : approche comparative des architectures et des mobiliers, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2010, Master 2 d'Archéologie, 3 vol., 101 + 60 p., Volume 2 : 39 fig., 12 tabl., http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00531304/fr/.

Chevalier 1984, CHEVALIER Y., L'architecture des dolmens entre Languedoc et Centre-Ouest de la France, Bonn, Habelt, 1984, 287 p., 152 pl. (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde; 44).

Chevalier 1999, CHEVALIER Y., Orientation of 935 dolmens of Southern France, Journal for the History of Astronomy, Chalfont St. Giles, 30, Archaeoastronomy Supplement 24, 1999, p. S47-S82.

Clottes 1977, CLOTTES J., Inventaire des mégalithes de la France : 5 - Lot, Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 1977, 552 p. (Gallia Préhistoire – Supplément ; 1).

Combarnous 1960, COMBARNOUS G., Un pays de dolmens au coeur du Bas-Languedoc (Larzac méridional – vallée de l’Hérault et causses mineurs – vallée de la Lergue et Avant-Monts), Cahiers ligures de Préhistoire et d'Archéologie, Bordighera, 9, 1960, p. 3-93.

Hoskin 2001, HOSKIN M.A., Tombs, temples and their orientations: a New Perspective on Mediterranean Prehistory, Bognor Regis, Ocarina Books, 2001, 264 p.

Huard 1877, HUARD M., Rapport sur les fouilles de l’allée couverte ou grotte dolmen de Castellet, in: Congrès archéologique de France, 43ème session, Arles 1876, Société Française D'archéologie (Dir.), Paris, Derache-Champion, 1877, p. 312-331.

Lavalette 2009, LAVALETTE D., Directions astronomiques canoniques des sépultures mégalithiques de Bretagne et de l'Europe atlantique, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 106, 3, 2009, p. 535-551.

Lorblanchet 1967, LORBLANCHET M., Géographie préhistorique, protohistorique et gallo-romaine des Cévennes méridionales et de leurs abords, Montpellier, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 1967, Diplôme d'Etudes supérieures : Géographie, 2 vol., 273 + 98 p.

Louis & Peyrolles 1933-1934, LOUIS M., PEYROLLES D., La sépulture mégalithique de Feuilles, commune de Rouet, Hérault, in: Congrès préhistorique de France : compte rendu de la 10ème session, Nîmes-Avignon 1931, Paris, Société préhistorique française, 1933-1934, p. 125-137.

Ravy et al. 1993, RAVY E., CLÈRE J., LHOMME G., A propos de quelques éléments inédits de l’architecture des dolmens ardéchois, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 90, 3, 1993, p. 238-240.

Requirand & Dainat 2005, REQUIRAND C., DAINAT D., Mégalithes du Causse de l’Hortus (Hérault), Polycopié, 6 cartes, 47 plans, 11 p. en annexe, Montpellier, Editions Le Garrigaïre, 2005, 72 p.

Sauzade 1990, SAUZADE G., Les dolmens de Provence occidentale et la place des tombes de Fontvieille dans l’architecture mégalithique méridionale, in: Autour de Jean Arnal, Guilaine J., Gutherz X. (Dir.), Montpellier, Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale / Laboratoire de paléobotanique - USTL, 1990, p. 305-333.

Savary 1966, SAVARY J.-P., Étude théorique et statistique sur l'orientation des monuments funéraires à structure d'accès rectiligne, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 63, 2, 1966, p. 365-394.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://pm.revues.org/docannexe/image/979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre 3. Différents types de dispositifs visant à assurer le colmatage de la paroi du chevet ou de l’entrée du dolmen, au contact des dalles laterales inclinées (Cl. F. Châteauneuf). Relevés architecturaux du dolmen de Beaulieu et de Saint-André (F. Châteauneuf). Relevé du dolmen de Banèle (C. Requirand).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/979/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/979/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/979/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Châteauneuf, Paul Ambert, Claude Requirand (coll), Albert Colomer (coll) et Bernard Beaumes (coll), « Nouvelles recherches sur l’architecture, l’orientation et la situation des sépultures mégalithiques entre Hérault et Rhône », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], Colloque | 2014, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://pm.revues.org/979

Haut de page

Auteurs

Florent Châteauneuf

Aix-Marseille Université - LAMPEA UMR 7269, Maison Méditerranéennes des Sciences de l'Homme, 5 rue du Château de l'Horloge - B.P. 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2 — florent.chateauneuf@hotmail.fr

Paul Ambert

Université de Toulouse II-CNRS - UMR 5608 TRACES, Maison de la Recherche 5, allée Antonio Machado,31058 Toulouse Cedex 9 — m.p.ambert@wanadoo.fr

Claude Requirand (coll)

Association des Amis de Cabrières, Hérault

Albert Colomer (coll)

Association des Amis de Cabrières, Hérault

Bernard Beaumes (coll)

Association des Amis de Cabrières, Hérault

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page