Navigation – Plan du site

Avant-propos

Jean-Pierre Bracco
p. 9-10

Texte intégral

1Ce numéro de Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes, particulier puisque consacré dans son intégralité aux actes de la table ronde « La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux » organisée en 2006 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence), est le dernier de la formule éditoriale mise en place en 1992. Comme nous l’annoncions dans le numéro précédent, la réflexion sur l’opportunité de l’existence de cette revue ainsi que sur ses modes de diffusion a abouti à une nouvelle organisation et une nouvelle équipe est désormais en place.

2Ce changement était nécessaire pour plusieurs raisons. En premier lieu – et c’est une réalité à laquelle nous sommes tous confrontés –, le paysage éditorial est désormais dans une phase de profonde transformation, dans ses pratiques comme dans sa diffusion. Annoncés depuis de nombreuses années sans que les effets en soient réellement perceptibles, ces bouleversements se sont brusquement accélérés ces tous derniers temps, sous l’effet conjugué de facteurs externes à la communauté scientifique française : consultations de bouquets de revues à travers les portails institutionnels ou commerciaux ou les sites web propres des revues, développement des archives ouvertes… et de facteurs internes liés à la politique scientifique des autorités de tutelle de la recherche : classement des revues pour chaque champ disciplinaire, réduction du nombre de revues soutenues par le CNRS… Il y a là, de manière conjuguée, un remodelage singulier des attentes et des pratiques des lecteurs d’une part, des vecteurs et des supports de l’information scientifique d’autre part, permis par les possibilités techniques actuelles de présentation et de diffusion.

3Mais une autre raison – à la fois plus conjoncturelle et en même temps révélatrice du fonctionnement d’une grande part de l’édition scientifique en Sciences Humaines et Sociales en France – justifie les transformations de Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes. Malgré la bonne volonté de tous, force est de constater que la revue n’a pas atteint le niveau de notoriété que nous espérions au départ de cette aventure. Une belle diffusion, dans l’ensemble du bassin méditerranéen et bien au-delà, l’exercice rigoureux du comité de lecture, n’ont pas complètement compensé une certaine irrégularité de parution et une ligne éditoriale parfois un peu floue1. Les raisons en sont multiples mais il est évident qu’un fonctionnement fondé uniquement sur l’investissement de tous et de chacun en sus des autres charges ne peut être ni complètement efficace ni réellement satisfaisant.

4Devant cette situation, le comité de rédaction de la revue s’est retrouvé confronté à deux questions essentielles. Y a-t-il une place scientifique pour une revue de Préhistoire consacrée au bassin méditerranéen ? Et quelle organisation adopter pour produire un support de qualité, rigoureux dans le fond et attractif dans la forme ?

5À la première question, l’éditorial du numéro précédent a déjà répondu. Loin d’une image simpliste d’un pourtour méditerranéen homogène ou simplement régionalisé, toute l’histoire de ce bassin illustre le rôle majeur de cet espace comme lieu de croisement, d’interaction, d’échange entre des sociétés différentes bien sûr, chacune adossée à un « hinterland » africain, asiatique ou européen. Il y a donc là un formidable laboratoire d’étude pour les préhistoriens et les champs chronologique, thématique et géographique couverts par Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes ont toute leur place dans la publication et le débat scientifiques.

6À la deuxième question, il s’agissait de trouver le point d’équilibre entre les disponibilités de chacun, les besoins actuels de l’édition scientifique et les attentes de la communauté scientifique.

7Pour y répondre, une nouvelle conception éditoriale est mise en place dès le prochain numéro. La revue va désormais prioritairement être éditée à travers le portail du CNRS « Revue.org » en format électronique. Chaque article, rédigé en français ou en anglais, une fois validé par le comité de rédaction2, sera mis aux normes de l’édition électronique grâce au logiciel Lodel utilisé par Revues.org et rendu accessible par une mise en ligne immédiate au format html. La mise à disposition des contributions n’est alors plus tributaire de la finition d’un recueil et de son impression, les articles étant publiés en continu. Une version PDF viendra complétée l’article électronique, proposant un tiré à part de la publication.

8Toutefois, et compte tenu du mode de diffusion de la revue, que le format électronique ne remet pas en question, chacun de ces articles sera réuni en fin d’année dans un volume imprimé qui pourra être, en outre, amplifié de possibles commentaires, sollicités par le comité de rédaction ou suscités par la lecture des articles disponibles en ligne.

9Dans cette nouvelle organisation, qui demande une grande réactivité mais qui permet de proposer très rapidement des contributions à la communauté scientifique en respectant complètement les règles de la publication scientifique, il n’y a plus de comité de lecture constitué à l’avance. Le comité de rédaction fait appel à au moins deux rapporteurs pour chaque manuscrit. Il y aura donc en fin de chaque année un comité ad hoc, à périmètre variable selon les contributions annuelles et dont la liste des membres sera publiée dans chaque volume édité. C’est également le comité de rédaction qui veillera à ce que les articles proposés correspondent bien à la ligne éditoriale de la revue : des contributions originales qui portent sur la Préhistoire méditerranéenne, des premiers peuplements à l’âge du Bronze.

10Enfin et après de nombreuses discussions, les transformations annoncées, portent également sur le nom de la revue : Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes devient Préhistoires Méditerranéennes.

11La disparition d’un des trois termes, la marque du pluriel sur les deux restants, ne sont pas qu’un simple effet de style. La pluralité de notre discipline, les différentes façons de penser la Préhistoire, entre autres, nous incitent à y intégrer autant l’Anthropologie que d’autres disciplines qui contribuent également à nourrir notre champ de recherches. Ce nouveau nom, par ailleurs, veut réaffirmer, ce qui a sans doute fait défaut ces dernières années, l’ancrage de la revue dans cet espace géographique vaste et multiple s’étendant du Levant à Gibraltar.

12Cette nouvelle formule est bien sûr un pari. Pari que, au-delà des listes nationales de publication qui se constituent un peu partout, une revue peut s’affranchir des limites politiques pour affirmer un périmètre géo-chronologique à cohérence scientifique. Pari que les nouveaux modes de diffusion mis en place rencontreront votre adhésion en tant que lecteur comme en tant qu’auteur. Pari enfin que l’organisation mise en place fera la preuve de son efficacité. Sur ce dernier point, deux années de réunions, de préparations, de discussions me rendent très confiant. L’envie et la compétence sont là et je souhaite à cette nouvelle équipe un succès à la hauteur de sa légitime ambition.

Haut de page

Notes

1 La présence répétée de cahiers thématiques au sein de la revue, souvent très bien reçus par la communauté mais pouvant dépasser le strict cadre méditerranéen, a sans doute ajouté à la confusion de la ligne éditoriale originelle. L’importance et le bénéfice de ces cahiers nous a conduit à envisager la création d’une nouvelle série, Cahiers méditerranéens de Préhistoire (CMP), qui sera mise en place courant 2009 et qui accueillera, à rythme variable, les actes de manifestations scientifiques rattachées à notre discipline mais sans restriction géographique. Ces publications, électroniques, seront hébergées sur le portail Revues.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bracco, « Avant-propos » Préhistoires Méditerranéennes, 14, 2005-2008, p. 9-10.

Référence électronique

Jean-Pierre Bracco, « Avant-propos », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://pm.revues.org/86

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bracco

Maître de Conférence à l'Université de ProvenceLAMPEA, Université de Provence - CNRS - MCC - IRD (UMR 6636)
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
5 rue du château de l’horloge, BP 647
F-13094 Aix-en-Provence Cedex 2
bracco@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page