Navigation – Plan du site

Colloque | 2014
Fonctions, utilisations et représentations de l’espace dans les sépultures monumentales du Néolithique européen

Functions, uses and representations of space in the monumental graves of Neolithic Europe
Sous la direction de Guillaume Robin, André D'Anna, Aurore Schmitt et Maxence Bailly

De Newgrange en Irlande à Hal Saflieni à Malte ou Gavrinis en Bretagne, les tombeaux néolithiques sont connus pour leur caractère monumental. Loin d’être de simples “contenants” mortuaires, destinés uniquement à recueillir les restes corporels des défunts, ces tombes sont des architectures complexes et multiples, conçues pour accueillir des rites funéraires élaborés, impliquant plusieurs acteurs, plusieurs temps et plusieurs espaces cérémoniels. Pour l’archéologue, l’organisation spatiale de ces architectures et de leurs contenants constitue un véritable fil conducteur permettant de comprendre les pratiques funéraires et les croyances des sociétés néolithiques.

Cet ouvrage résulte d’une rencontre scientifique organisée du 8 au 10 juin 2011 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence, et rassemble les contributions d’une trentenaire de spécialistes européens (France, Grande-Bretagne, Irlande, Espagne, Italie, Pologne). Combinant études récentes et des synthèses régionales, il explore la configuration de l’architecture de ces tombes (chambres mégalithiques, hypogées, coffres sous tumulus ou cairns, tertres, etc.), l’organisation spatiale des dépôts funéraires et des décors pariétaux, et les relations entre les tombes et leur espace topographique naturel (le paysage). Ce tour d’horizon européen expose ainsi les différentes manières dont les sociétés néolithiques concevaient, construisaient et utilisaient l’espace des morts en Europe de 5000 à 2000 avant J.-C. Mais il offre également des pistes permettant d’interpréter ces choix. Quelles sont les fonctions des différents espaces architecturaux ? Quel est le rôle de l’espace naturel autour des tombes ? En quoi ces rapports particuliers à l’espace nous renseignent-ils sur les structures et pratiques sociales des populations néolithiques européennes, sur leurs conceptions symboliques et leurs représentations de l’espace funéraire ?