Navigation – Plan du site

Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central1

Periodisation and chronology of Central-Sahara’s rock art
Jean-Loïc Le Quellec

Résumés

Les arts rupestres du Sahara central ont longtemps eu (et subissent parfois encore) la réputation de n’être pas datés. Il est vrai qu’on n’y dispose pas de datations directes comparables à celles obtenues en Europe pour l’art pariétal, mais des recherches récentes permettent de réviser la chronologie de plusieurs écoles artistiques s’étant exprimées dans cette région au cours de l’Holocène. L’art des peintres du style « classique » des Têtes Rondes s’exprime sans doute après 8000±900 cal.BC, mais probablement pas avant le milieu du sixième millénaire cal.BC du fait de l’aride installé à partir de 6200. Viennent ensuite les productions pastorales : les graveurs en « style du Mesāk » s’affirment surtout de 4500 à 4000 cal.BC, alors que, dans la Tasīli-n-Ajjer, la floraison des peintures du « Bovidien » se situe elle aussi dans le cinquième millénaire. Le style d’Iheren se manifeste vers 3000 cal.BC, pour céder la place au style Caballin vers le dernier millénaire avant l’ère commune, et le Camélin clôt la séquence avec l’arrivée du dromadaire, probablement aux environs du cinquième siècle de l’ère commune.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 J’adresse mes vifs remerciements à Christian Dupuy, Frédérique Duquesnoy, Yves Gauthier, Abdelkader (...)

1Depuis les premières découvertes d’images rupestres au Sahara central au milieu du dix-neuvième siècle (Barth 1857) quantité de chercheurs ont échafaudé diverses hypothèses sur leur chronologie, mais les faits vérifiables restent rares. On n’examinera pas ici certaines intuitions ou suggestions déjà réfutées en leur temps (Muzzolini & Kolmer 1982, Dupuy 1990 : 169-172, Muzzolini 1992, Le Quellec 1997a et b, Le Quellec 1998), car les bilans régionaux ou thématiques, souvent assortis d’utiles datations au radiocarbone, se sont multipliés ces dix dernières années, et se trouvent désormais en assez grand nombre pour permettre un renouvellement du domaine. D’une part, des dizaines de sites nouveaux ont été signalés chaque année au Sahara central (bilans réguliers dans : Le Quellec 2007, Le Quellec 2008b, Le Quellec 2010b, Le Quellec 2012), et des inventaires très précis ont été effectués en certaines zones comme le Mesāk, ce qui permet de proposer des relations entre diverses familles de vestiges archéologiques dont les images rupestres font partie (Gallin & Le Quellec 2008, Di Lernia & Gallinaro 2010, Gallinaro, Gauthier, Gauthier, Le Quellec, Abdel Aziz, Biagetti, Boitani, Cancellieri, Cavorsi, Massamba N'Siala, Monaco, Vanzetti, Zerboni & Di Lernia 2012). Par ailleurs, de nouvelles datations ont été récemment rendues disponibles pour la Tasīli-n-Ajjer en Algérie (Hachid, Le Quellec, Agsous, Amara, Beck, Duquesnoy, Grenet, Heddouche, Kaltnecker, Mercier, Merzoug, Quilès, Sahnoun, Valladas & Vigears 2010, Hachid, Le Quellec, Amara, Beck, Kaltnecker, Merzoug, Quiles & Valladas 2012, Mercier, Le Quellec, Hachid, Agsous & Grenet 2012), et nous disposons aussi de nouveaux éclairages sur la question de l’apparition des premiers bovinés domestiques et la consommation du lait dans la moitié nord de l’Afrique (Le Quellec 2011b, Dunne, Evershed, Salque, Cramp, Bruni, Ryan, Biagetti & Di Lernia 2012) ainsi que sur la typologie, la répartition et la datation des monuments funéraires de l’ensemble du Sahara (Saliège, Zazzo & Paris 2008, Gauthier 2009b, Gauthier 2009a, Ehreinreich & Fuchs 2011). Le contexte environnemental a également bénéficié d’importants travaux (Sereno, Garcea, Jousse, Stojanowski, Saliège, Maga, Ide, Knudson, Mercuri, Stafford, Kaye, Giraudi, N'siala, Cocca, Moots, Dutheil & Stivers 2008, Cremaschi & Zerboni 2009, Cremaschi, Zerboni, Spötl & Felletti 2010, Zerboni, Trombino & Cremaschi 2011, Petit-Maire 2012), comme aussi l’étude des paléoclimats sahariens (Le Quellec 2006, Yletyinen 2009, Kröpelin 2009, Petit-Maire 2012, Prasad 2012, Kröpelin 2012, Zerboni 2012, Giraudi 2013, Maley & Vernet 2013), et l’ensemble de ces données suggère que soit reprise la question de la chronologie des images rupestres du Sahara central. Pour ce faire, j’utiliserai donc des sources documentaires variées en m’en tenant aux données vérifiables, et je m’efforcerai de procéder à des déductions réfutables, mais pour des raisons de place, je n’aborderai pas ici la question de la définition des styles, largement traitée ailleurs (Muzzolini 1995, Le Quellec 1996, Le Quellec 1998, Muzzolini 2006, Le Quellec 2009).

2Il est néanmoins utile de rappeler, notamment pour les lecteurs non familiers des arts préhistoriques de la région considérée, qu’il est préférable d’abandonner l’appellation de « Bubalin » attribuée à certaines gravures incluant des représentations de Buffles antiques (fig. 1), car ce terme mal défini est à la source de multiples confusions (Muzzolini 1983a et 1986, Dupuy 1990 : 169-170). Cette appellation très englobante a servi à regrouper des figures par trop disparates (Le Quellec 1991, 1998) au nombre desquelles se trouvent par exemple des équivalents gravés des peintures en style d’Iheren (Le Quellec 2004). Il s’agit donc moins d’abandonner une qualification obsolète (« bubalin ») au profit d’une autre (par exemple : « naturaliste ») que de reprendre la classification d’une grande partie des gravures, mais cette tâche reste à entreprendre.

1. Exemple de pétroglyphe réputé de style « Bubalin », dans l’oued Djerāt (Tasīli-n-Ajjer, Algérie ; photo Laura Gianelli)

Il est préférable d’abandonner cette dénomination de « Bubalin », imprécise, sans valeur chronologique, source de confusions et bien trop englobante

3Cependant, il existe un large consensus à propos des styles dits « du Mesāk » (fig. 2, 3) et « de Tazina » (fig. 4) pour les gravures. De même, parmi l’ensemble des peintures, tous les chercheurs reconnaissent l’existence d’un style des « Têtes Rondes » classiques — ou « Martiens », selon le surnom plaisamment donné à certains anthropomorphes de ce type (fig. 5). Un autre style, caractérisé par un dessin au contour à l’ocre extrêmement fin complété par nombreux détails internes, est celui d’Iheren (fig. 6) également facile à reconnaître (Muzzolini 1981b, Le Quellec 2009). Je n’utiliserai pas ici l’appellation de « style de wan Amil » (Mori 1965), car elle se réfère à une transcription erronée  du nom d’un site de l’Akukas (en Libye) dénommé en réalité Wa-n-Milul, et ce pseudo-style ne résulte que de la perception des manifestations du style d’Iheren limitée à l’Akukas. Je ne tiendrai pas non plus compte de la notion d’un prétendu « Style Pastoral » dont on sait seulement qu’il représenterait des  « contours évocateurs de bovinés » (Di Lernia & Gallinaro 2010 : 954) — alors que cette caractéristique n’est pas stylistique —, et dont il est également affirmé qu’il comporterait des « traits naturalistes » (Di Lernia & Gallinaro 2010 : 972) — ce qui est beaucoup trop englobant pour être utile. De plus, le lecteur est renvoyé, pour toute définition de ce « Style pastoral », à Fabrizio Mori (Mori 1965 : 234) qui pourtant ne le définit pas davantage. Par ailleurs, l’une des images qui en serait caractéristique montre en réalité deux bovinés parfaitement atypiques et certainement pas « naturalistes » — quoi que l’on entende par ce terme (Di Lernia & Gallinaro 2010 : fig. 7).

2. Exemple de représentation de boviné en style du Mesāk (Libye), cumulant plusieurs attributs de cette façon de graver hautement caractéristique, en particulier le double contour, les côtes en relief, l’abaissement exopérigraphique de la paroi, le polissage endopérigraphique (Photo JLLQ)

2. Exemple de représentation de boviné en style du Mesāk (Libye), cumulant plusieurs attributs de cette façon de graver hautement caractéristique, en particulier le double contour, les côtes en relief, l’abaissement exopérigraphique de la paroi, le polissage endopérigraphique (Photo JLLQ)

3. Répartition des gravures en style du Mesāk

En cartouche : exemple d’une telle gravure provenant de l’Imarāwen, dans le Mesāk Settafet. Les rares extensions connues de ce style hors du plateau du Mesāk se trouvent dans la région des Aramât au nord-ouest du Mesāk, dans le nord de l’Akukas et dans la Tadrart algérienne (Photo JLLQ)

4. Exemple de gravures en style de Tazina sur une dalle horizontale du Taleshut au Mesāk (Photo JLLQ)

4. Exemple de gravures en style de Tazina sur une dalle horizontale du Taleshut au Mesāk (Photo JLLQ)

5. Exemple d’anthropomorphe du style « classique » des « Têtes Rondes », du type souvent surnommé « Martien » ou (ici) « Grand Dieu » Détail de l’abri dit du « Grand Dieu » à Sefar (Tasīli-n-Ajjer ; photo Vincent Timothée)

5. Exemple d’anthropomorphe du style « classique » des « Têtes Rondes », du type souvent surnommé « Martien » ou (ici) « Grand Dieu » Détail de l’abri dit du « Grand Dieu » à Sefar (Tasīli-n-Ajjer ; photo Vincent Timothée)

6. Panneau orné de peintures du style d’Iheren. Oued Imha, dans l’Akukas (Libye ; relevé JLLQ, d’après Le Quellec 2010a)

6. Panneau orné de peintures du style d’Iheren. Oued Imha, dans l’Akukas (Libye ; relevé JLLQ, d’après Le Quellec 2010a)

4Après un bilan des projets de datations directes des pétroglyphes par les patines, on examinera successivement les datations récemment publiées pour l’Akukas et la Tasīli-n-Ajjer, puis les relations entre monuments funéraires et art rupestre. Nous verrons qu’aucune des datations directes des peintures de l’Akukas ne peut être retenue et que, dans ce dernier massif comme dans la Tasīli-n-Ajjer, c’est une approche indirecte qui a permis de préciser l’intervalle calendaire au cours duquel se sont exprimés peintres et graveurs. La chronologie de plusieurs des styles artistiques favorisés par les pasteurs a pu être mise en rapport avec la typologie des monuments funéraires, tant indirectement par l’aréologie (étude des aires de répartition), que directement par la fouille de certains monuments lithiques ornés. Ces diverses approches ayant été conduites séparément en Libye et en Algérie, par des chercheurs travaillant indépendamment les uns des autres, il n’en a encore été proposé aucun bilan, et l’on ne dispose d’aucune synthèse critique à l’échelle du Sahara central. C’est donc ce que se proposent de faire les pages qui suivent, de façon à proposer un cadre général pour l’évolution culturelle de cette région durant l’Holocène. Pour cela, j’utiliserai un grand nombre de travaux récemment publiés, mais il s’entend que les conclusions que je tire de leur lecture n’engagent que moi. Toutes les datations mentionnées sont données avec des intervalles calendaires à deux sigmas et ont été arrondies à la décimale la plus proche. Les calculs ont été effectués à l’aide du logiciel Calib (Stuiver and Reimer, Version 6.1.0) en utilisant la courbe de calibration IntCal09.14c de Reimer, Baillie, Bard, Bayliss, Becl, Blackwell, Bronk Ramsey, Buck, Burr, Edwards, Friedrich, Grootes, Guilderson, Hajdas, Heaton, Hogg, Hughen, Kaiser, Kromer, McCormac, Manning, Reimer, Richards, Southon, Turney, Van der Plicht & Weyhenmeyer 2009. Le dossier des datations actuellement disponibles au Sahara central ne répond pas encore aux prérequis nécessaires pour effectuer des analyses bayésiennes (Bayliss 2009). Les difficultés connues aux latitudes élevées par suite d’échanges isotopiques en carbones liés aux carbonates de l’environnement avec des matières susceptibles de se comporter en système biochimique ouvert (Durand, Paris & Saliège 1999 : 33-42) sont pratiquement « négligeables pour toute la durée de l’Holocène en zone aride ou semi-aride » (Paris & Saliège 2010 : 59). Beaucoup plus importante est la question de savoir ce que datent exactement les données livrées par les laboratoires, particulièrement quand les contextes sont incertains ou même inconnus (Dittrich 2013 : 52), et un examen critique conduira (infra) à rejeter plusieurs dates pourtant régulièrement citées dans la littérature.

La datation par les patines

5Au moment de leur réalisation, les gravures affectant des grès centrosahariens étaient de teinte très claire, puis elles ont foncé progressivement avec le temps. En moyenne, l’intensité des teintes augmente avec l’ancienneté des œuvres, mais le processus de « patinisation » n’est pas proportionnel au temps : une patine extrêmement foncée peut parfois survenir très rapidement, alors qu’un pétroglyphe très ancien peut n’être que très peu patiné. Malgré cette difficulté insurmontable, l’idée de dater les gravures par la couleur de leur patine a motivé plusieurs tentatives visant à établir des chronologies relatives (Cervíček 1973, Muzzolini 1981, Le Quellec 1998 : 130-141, Guagnin 2012).

6Au Mesāk, on a pu démontrer que la formation de la patine noire qui recouvre très généralement les figures les plus anciennes était due à des bactéries fixant le manganèse. Ces micro-organismes ne se développent que dans certaines conditions : il leur faut de l'humidité, mais pas trop — sous peine de disparaître au profit d’autres organismes compétiteurs comme les lichens —, et il semble que la période la plus propice à leur activité se soit située au quatrième millénaire avant l’ère commune. Ce processus fut ensuite considérablement ralenti par la péjoration climatique générale qui suivit partout au Sahara ; alors des patines de teinte ocre ou rougeâtre prédominèrent, grâce à l’activité d’un autre type de bactéries, fixant cette fois le fer (Cremaschi 1994, Cremaschi 1996). Il est difficile de tirer parti de ces observations pour élaborer un système de datation, car la fixation du fer est également observable aux périodes anciennes, où elle peut même dépasser momentanément celle du manganèse ! (Zerboni 2008 : fig. 5)

7On cherche depuis des années à dater directement les patines à l’aide des résidus organiques qu’elles renferment. Trois datations de ce type ont été obtenues au Mesāk pour le microniveau le plus ancien de trois échantillons de patine foncée, concernant des surfaces brutes non gravées (Zerboni 2008 : tableau 1) ; elles furent interprétées comme des dates post quem pour la formation des patines correspondantes (tableau 1, d’après Zerboni 2008 : tableau 1).

Tabl. 1 Datations obtenues au Mesāk pour la microcouche la plus ancienne de trois échantillons de patine foncée concernant des surfaces brutes non gravées. Elles ont été interprétées comme des dates post quem pour la formation des patines correspondantes (Zerboni 2008 : tableau 1)

Tabl. 1 Datations obtenues au Mesāk pour la microcouche la plus ancienne de trois échantillons de patine foncée concernant des surfaces brutes non gravées. Elles ont été interprétées comme des dates post quem pour la formation des patines correspondantes (Zerboni 2008 : tableau 1)

8Pour encourageants qu’ils soient, ces résultats ne peuvent malheureusement pas être utilisés pour dater les pétroglyphes du Sahara central, pour au moins trois raisons :
1/ on ne peut exclure l’existence d’un processus de diagenèse susceptible de modifier les âges radiocarbone (Zerboni 2008 : 645) ;
2/ il est probable qu’une partie au moins des éléments organiques analysés soit de provenance aérienne, puisque la poussière atmosphérique est la principale source de manganèse dans la formation des vernis désertiques (Dorn & Oberlander 2007 : 335) — et il y a là un risque non négligeable de vieillir les dates ;
3/ le nombre d’échantillons analysés est beaucoup trop petit pour être significatif.

9Reste l’espoir de parvenir à une méthode de datation par l’étude de la microstratigraphie des patines. En effet, une microlamination a été mise en évidence sur des échantillons de roche provenant des déserts nord-américains, et on a pu montrer qu’elle conservait en particulier la mémoire des événements climatiques de l’Holocène (Liu & Broecker 2007, Liu & Broeker 2008a, Liu & Broeker 2008b). La méthode a été appliquée au Mesāk, avec un résultat séduisant : la patine sombre des roches non gravées présente trois niveaux riches en dioxyde de manganèse, alors qu’il y en a deux sur celle des traits gravés des pétroglyphes de style dit « bubalin » par les auteurs, et un seul quand il s’agit de gravures en style de Tazina. Il a été suggéré d’associer ces trois niveaux aux principaux Humides : celui de l’Optimum, celui de la mi-Holocène, et le postnéolithique. Selon les auteurs de l’étude, cela placerait l’apogée du style dit « Bubalin » vers 3500 ans avant l’ère commune, alors que les gravures en style de Tazina seraient plus jeunes d’au moins deux millénaires (Dietzel, Kolmer, Pölt & Simic 2008 : 41, et fig. 8). Ces déductions s’accordent bien avec l’étude du bestiaire tazinien (Le Quellec 1993), qui laisse supposer un contexte climatique moins humide que celui des gravures en style du Mesāk, et donc un âge globalement plus récent, mais elles contredisent les observations qui suggèrent néanmoins l’existence d’une continuité culturelle entre ces œuvres et les plus anciennes (Le Quellec 1998 : 161-173, Gauthier & Gauthier 2010 : 176-177).

10Bien qu’elle semble a priori conforter des résultats obtenus par d’autres voies, cette prometteuse méthode de datation par la microlamination des patines n’en est encore qu’au stade de l’expérimentation au Mesāk. Pour l’instant, elle ne s’appuie que sur huit échantillons (dont seulement quatre traits gravés) et les résultats obtenus n’ont pu être contrôlés par d’autres méthodes : on est encore bien loin des centaines d’échantillons d’Amérique du Nord dont les dates ont pu être vérifiées. Par ailleurs, il serait utile de pouvoir exclure toute possibilité d’erreur dans la mise en rapport des niveaux riches en manganèse des divers échantillons — cf. Dietzel, Kolmer, Pölt & Simic 2008 : fig. 7, où l’échelle varie beaucoup d’un échantillon à l’autre, et où certains graphes ont visiblement été étirés pour mieux faire coïncider les pics des courbes, et donc avec les âges attendus ! Il faudrait enfin pouvoir vérifier que ces pics correspondent bien à des événements climatiques majeurs, et non à des épisodes locaux brefs, intenses et mal identifiés.

11Si les recherches entreprises en ce domaine sont bien évidemment à poursuivre, et si elles ont donné lieu à des avancées récentes (Boizumault, El-Graoui, Searight-Martinet, Ney & Schvoerer 2010), il n’en reste pas moins vrai qu’elles ne peuvent toujours pas nous aider à dater les pétroglyphes centrosahariens.

Les dates obtenues pour les peintures de l’Akukas

12Akukas est le nom d’un massif gréseux du sud-ouest de la Libye (de Foucauld 1940 : 128) souvent appelé « Acacus » par suite d’une ancienne transcription italienne erronée, hélas toujours répétée depuis des décennies. La datation directe des peintures y a donné des résultats étonnants (tableau 2). Ainsi, une peinture de l’abri Lancusi a livré une date de 6145±70 BP (Kruger-Geokron Lab, USA) obtenue par 14C en SMA sur acides aminés (Sinibaldi, Marchese & Desiderio 1996, Ponti & Sinibaldi 2005), soit 5300-4860 cal.BC, alors que les dépôts archéologiques de cet abri ont été datés de 7685±365 BP (GX-20756) soit 7480-5890 cal.BC (Ponti 1996, Mori, Ponti, Messina, Flieger, Havlicek & Sinibaldi 2006). Ce résultat est intéressant dans la mesure où il montrait pour la première fois qu’il était peut-être envisageable de dater directement les peintures. Néanmoins, dans la région de l’Akukas, seulement quatre autres datations directes ont été publiées jusqu’à présent. Des membres de l’équipe de Fabrizio Mori ont d’abord prélevé un échantillon de pigment à Ta-Fozzigiart, sur un groupe de peintures contenant « des contours incertains (figure animale ?) avec de petits cercles espacés plus ou moins remplis de couleur blanche » : ce motif attribué au style des Têtes Rondes par les auteurs fut daté des environs de 5360±50 BP (Kruger-Geokron Lab, USA) soit 4330-4050 cal.BC. Dans l’abri de Fozzigiart-A, un deuxième échantillon, pris sur une scène montrant des bovinés en rouge et blanc, et donc « pastoral » au sens large, a fourni une date d’environ 4990±50 BP (Kruger-Geokron Lab, USA) soit 3940-3660 cal.BC. À Ta-Fozzigiart II, un autre échantillon provenant d’un groupe de petits anthropomorphes au contour blanc, remplis d’un aplat rouge et attribués à la « phase finale des Têtes Rondes » des auteurs, a été daté d’environ 5580±210 BP (Naples Univ) soit 4910-3970 cal.BC. Le dernier échantillon, venant d’un panneau portant de petits anthropomorphes rouges de Ti-n-Torha Nord, a livré une date de 4040±200 BP (Univ. Naples) soit 3260-1980 cal.BC (Ponti & Sinibaldi 2005). Pour les deux derniers de ces résultats, les intervalles calendaires obtenus par le Département des Sciences Physiques de l’Université «  Frederico II  » de Naples sont très importants, et l’on regrette de n’avoir davantage de détail sur ces datations publiées sans numéros de laboratoire et sans que les peintures qui les ont permises aient été illustrées.

Tabl. 2 Datation directe par SMA de peintures rupestres de l’Akukas (d’après Ponti 1996 et Ponti & Sinibaldi 2005)

Tabl. 2 Datation directe par SMA de peintures rupestres de l’Akukas (d’après Ponti 1996 et Ponti & Sinibaldi 2005)

13La durée couverte par ces dates est très longue (six millénaires) et elles présentent de troublantes incohérences (Gauthier 2007 : 106-107) : la plus récente (3260-1980 cal.BC) est attribuée par les auteurs à un groupe d’artistes censés s’être arrêtés à Ti-n-Torha pour peindre quelques images en style des Têtes Rondes (Ponti & Sinibaldi 2005 : 164), alors que la plus ancienne (5300-4860 cal.BC) est attribuée à un « Pastoral ancien ». Toujours selon les auteurs, l’ensemble de la séquence, de la date la plus ancienne à la plus récente, serait la suivante : « Pastoral ancien », puis « phase finale des Têtes Rondes », puis « phase des Têtes Rondes », puis « Pastoral » et enfin « Têtes Rondes ».

14Une telle série n’est guère utile pour construire une chronologie, et cela pour deux raisons :
1/ Il est impossible de vérifier l’attribution stylistique de ces peintures, car les auteurs n’en ont publié aucune photographie. Ainsi, selon Rosanna Ponti et Massimo Sinibaldi, l’échantillon de Lancusi fut pris sur une « image illisible » (Ponti & Sinibaldi 2005 : 163), mais Rosanna Ponti a également déclaré que ce document appartiendrait à la « phase pastorale », car « certains fragments des peintures montraient des cornes, peut-être d’un boviné ou d’un masque » Ponti 1996 : 72). De telles imprécisions et incertitudes rendent inutile la datation obtenue.
2/ À supposer que, compte tenu de l’expérience acquise par les auteurs dans cette région, leurs attributions stylistiques soient correctes, comment expliquer alors qu’une peinture du style des Têtes Rondes soit apparemment plus récente que des œuvres pastorales de la même zone, et qu’au contraire une figure du « Pastoral ancien » paraisse antérieure à la « phase des Têtes Rondes » ? La seule interprétation possible est que ces dates sont erronées, ce que du reste les auteurs admettent eux-mêmes lorsqu’ils concluent que leurs résultats « ne permettent pas d’aboutir à une conclusion satisfaisante » (Ponti & Sinibaldi 2005 : 164). Et de fait, ces résultats n’ont plus jamais été cités dans les articles ultérieurs des équipes italiennes, qui les considèrent désormais comme non valables (Mori, Ponti, Messina, Flieger, Havlicek & Sinibaldi 2006, Di Lernia & Gallinaro 2010).

15La situation est encore pire en ce qui concerne toutes les dates proposées pour l’Akukas ou la Tasīli-n-Ajjer par les auteurs qui supposent l’existence d’un lien entre les niveaux d’occupation et la décoration des parois des abris-sous-roche, ou qui basent leurs démonstrations sur la découverte d’instruments portant des traces de pigments, ou même sur des écailles peintes tombées des parois et découvertes dans des niveaux d’occupation bien datés : quand ce ne sont pas les dates elles-mêmes qui sont douteuses, c’est l’association des niveaux d’occupation avec les œuvres graphiques qui est discutable, ou bien encore ce sont de vagues taches d’ocres qui ne sont attribuables à aucun style (voir l’excellente revue critique de Monney 2002 : 189 pour Fozzigiaren, 194-195 pour I-n-Itinen, 196 pour Jabbaren, 205 pour Sefar, 206 pour Ti-n-Hanakaten, 207 pour Tisukaï, 208 pour Titeghast-n-Elias, 209-212 pour Wa-n-Muhjâj, 213 pour Wa-n-Tabū, 214 pour Wa-n-Telokat).

16Très récemment, six autres dates ont été obtenues à partir de pigments prélevés sur des peintures de l’Akukas (Zerboni 2012 : tableau 1). Trois d’entre elles concernent des peintures présentées comme étant en style des « Têtes rondes » ; l’une, d’Arifan, a donné une date de 3690±70 BP (GX-32345) soit 2290-1900 cal.BC ; deux autres viennent d’Afar, avec 2380±110 BP (GX-29574) et 1770±140 BP (GX28573), soit 790-210 cal.BC et 47 cal.BC - 575 AD.

17Deux échantillons pris sur des œuvres considérées comme appartenant au « Pastoral ancien » ont donné, à Rahar-Mellen : 4760±110 BP (GX-29576), soit 3790-3120 cal.BC, et à Agmir : 1660±160 BP (GX-29575), soit 25-664 AD.

18Un dernier résultat provient d’une peinture de Ti-n-Taborak dite en style de Wa-n-Amil (donc en style d’Iheren, typique d’un pastoral récent) : 2460±70 BP (GC323456), soit 770-410 cal.BC.

19Avec des peintures des « Têtes Rondes » et du « Pastoral ancien » situées jusque dans le premier millénaire de l’ère commune, il saute aux yeux que ces résultats sont incohérents (fig. 7), et Andrea Zerboni a émis l’hypothèse que ces dates ne remonteraient pas au temps de la réalisation des peintures, mais à celui de la « fermeture du système du carbone » correspondant à la dernière phase d’activité biologique (Zerboni 2012 : 184).

7. Intervalles calendaires des dates obtenues sur des prélèvements de peintures rupestres réalisés dans l’Akukas (d’après Ponti & Sinibaldi 2005, Zerboni 2012)

Les attributions stylistiques (dues aux auteurs) sont indiquées par les abréviations TR (« Têtes Rondes ») et PAST (« Pastoral »). Leur succession est incohérente, et les dates associées ne correspondent pas à la chronologie habituellement admise. Les segments noirs représentent les intervalles calibrés à un sigma, les blancs indiquent les intervalles à deux sigmas

Les dates obtenues sur le plateau de la Tasīli-n-Ajjer

20À la fin des années 1950 et durant les décennies suivantes, Henri Lhote a fait réaliser une quinzaine de datations au radiocarbone pour plusieurs abris tassiliens de Sefar et Jabbaren (échantillonnés en 1962), I-n-Itinen, Titeghast-n-Elias et Ekaham wa-n-Tartaït (en 1962), Tisukaï (1967) et enfin Iheren (1971). Pour la plupart, les échantillons étaient des charbons provenant de foyers ou de dépôts néolithiques fouillés par Lhote au pied des désormais célèbres parois ornées (tableau 3). Seules deux dates furent obtenues sur des matières organiques. La première, de 5030±300 BP (Sa-62), soit 4460-3030 cal.BC, résulte de l’analyse d’une matière prélevée dans un abri non identifié de Sefar et dont la nature exacte n’a pas été précisée, mais qui provenait « d’un niveau de cendres à la surface d’un dépôt contenant des fragments d’os de bovins et une industrie néolithique […] au pied de peintures rupestres de bovinés » (Delibrias, Guillier & Labeyrie 1964 : 241). La seconde, de 2250±200 BP (Gif-289), soit 800 BC-130 AD, concerne « une peinture blanchâtre d’origine animale » ou peut-être une sorte de résine ( ?) qui recouvrait les peintures d’une paroi d’I-n-Itinen considérée par Henri Lhote comme étant « très ancienne » (Delibrias 1962 : 2, Delibrias, Guillier & Labeyrie 1966 : 87). Il est remarquable que l’un des échantillons de Jabbaren ait été daté deux fois, avec des résultats très proches : 5460±300 BP (Mc-14) soit 4980-3650 cal.BC au Centre Scientifique de Monaco (Thommeret & Rapaire 1964 : 196) 5470±300 BP (Sa-66) soit 4990-3650 cal.BC au Service d'Électronique Physique de Saclay (Delibrias, Guillier & Labeyrie 1964 : 241), mais il faut noter que la plupart de ces résultats anciens n’ont pas été corrigés pour le fractionnement isotopique.

Tabl. 3. Dates radiocarbones obtenues dans les années 1960-1970 sur des sites du plateau de la Tasīli-n-Ajjer

Tabl. 3. Dates radiocarbones obtenues dans les années 1960-1970 sur des sites du plateau de la Tasīli-n-Ajjer

21Les théories actuelles sur la chronologie de l’art saharien dérivent en grande partie de ces données anciennes qui soulèvent plus de questions qu’elles n’apportent de réponses. Par exemple, la date de 7400±300 BP (Gig-290), soit 7030-5710 cal.BC, obtenue à Titeghast-n-Elias 5 et considérée comme la plus ancienne de la série, est bien incertaine, et celle de 7130±130 BP (Gif-2600), soit 6240-5730 cal BP, obtenue sur des fragments de paille prélevés par le même Henri Lhote sur le mur en ruine d’une construction incontestablement historique de l’oasis d’Iherir, fut considérée par les physiciens comme « surprenante et inexpliquée » (Delibrias, Guillier & Labeyrie 1986 : 26) — c’est pourquoi elle n’a pas été retenue dans le tableau 3.

22En outre, il importe de souligner que les éléments de datation mentionnés par Henri Lhote dans ses livres ne sont pas toujours bien fiables. Dans son fameux best-seller À la découverte des fresques du Tassili, il donne ainsi les dates « av. J.-C. » suivantes : 3100 pour Iheren, 3080 pour Sefar, 2910 pour I-n-Itinen, 2510 pour Jabbaren 1, 2610 pour Titeghast-n-Elias, et 2520 pour Ekaham wa-n-Tartaït (Lhote 1973 : 233). À l’évidence, il a calculé ces dates en soustrayant 1950 (qui correspond au « présent » conventionnel de la chronologie radiocarbone) des dates BP brutes, sans se préoccuper des questions de calibration, ainsi qu’il était fréquent à l’époque : il faut donc impérativement ignorer toutes ces mentions.

23En 2008-2009, à l’heureuse initiative de Malika Hachid, deux missions franco-algériennes se sont rendues sur les sites de Sefar, Ti-n-Tazarift et Ta-n-Zumaïtak, y remarquant nombre de peintures inédites dans le style des Têtes Rondes et y réalisant des observations nouvelles sur l’environnement des images, en particulier sur de très amples modifications du niveau du sol au cours des âges (Hachid, Le Quellec, Agsous, Amara, Beck, Duquesnoy, Grenet, Heddouche, Kaltnecker, Mercier, Merzoug, Quilès, Sahnoun, Valladas & Vigears 2010). Ces missions, organisées par le CNRPAH du côté algérien et le CNRS du côté français, avaient notamment pour but d’essayer de découvrir des matières organiques (restes de liant) dans les peintures, ainsi que l’avait fait l’équipe italienne pour l’Akukas dans les années 1990, mais avec l’espoir d’obtenir des dates plus fiables.

24Il aurait certainement été préférable d’éviter toutes les zones déjà explorées par Henri Lhote, car les méthodes de travail de cet explorateur (en particulier le mouillage des peintures et les tracés au fusain effectués directement sur les parois — voir Lajoux 2006 : fig. 11 et Lajoux 2012 : 44) ont pollué les œuvres et rendu aléatoire toute tentative de datation directe par la méthode du radiocarbone. Il est parfois affirmé que Lhote et ses équipiers n’humectèrent pas les figures les plus visibles, mais une telle affirmation est hautement douteuse, et en tout cas non prouvée, sans compter que des générations de visiteurs les ont bien, eux, abondamment mouillées au cours des décennies suivantes, jusqu’à ce que les autorités algériennes mettent en place une protection simple, mais efficace. James Wellard, qui rendit visite à Lhote sur son terrain dans les années 1960, affirme que même le fameux « Grand Dieu » de Sefar (fig. 5) aurait été « retouché » par l’explorateur (Wellard 1968). Malgré ces inconvénients, des difficultés logistiques conduisirent au choix de Sefar pour principal site d’étude, avec Ta-n-Zumaïtak et Ti-n-Tazarift comme sites secondaires. Il est à craindre que des datations directes en ces lieux, si elles avaient pu être obtenues, n’auraient pas été fiables en raison desdites pollutions et retouches, mais de toute manière, aucune matière organique datable ne fut découverte dans les peintures de ces sites, et les seules dates obtenues dans cette zone (tableau 4) le furent sur des charbons, du bois, du fumier et de la paille provenant de sondages effectués au pied des parois ornées de plusieurs abris-sous-roche, à savoir: Ta-n-Zumaïtak C, la « Roche Effondrée » de Ti-n-Tazarift, le « Couloir des Mouflons », ainsi que les abris dits du « Grand Dieu » et du « Dieu au Bâton » à Sefar.

Tabl. 4. Nouvelles datations obtenues sur des échantillons collectés dans la Tasīli-n-Ajjer en 2008-2009 (d’après Hachid, Le Quellec, Agsous, Amara, Beck, Duquesnoy, Grenet, Heddouche, Kaltnecker, Mercier, Merzoug, Quilès, Sahnoun, Valladas & Vigears 2010 et Hachid, Le Quellec, Amara, Beck, Kaltnecker, Merzoug, Quiles & Valladas 2012)

Tabl. 4. Nouvelles datations obtenues sur des échantillons collectés dans la Tasīli-n-Ajjer en 2008-2009 (d’après Hachid, Le Quellec, Agsous, Amara, Beck, Duquesnoy, Grenet, Heddouche, Kaltnecker, Mercier, Merzoug, Quilès, Sahnoun, Valladas & Vigears 2010 et Hachid, Le Quellec, Amara, Beck, Kaltnecker, Merzoug, Quiles & Valladas 2012)

25Ces résultats suggèrent une occupation holocène du plateau de la Tasīli-n-Ajjer dès les environs de 6000 cal.BC dans la zone de Sefar. L’abri dit « du Grand Dieu » fut occupé entre 5000 cal.BC et 3500 cal.BC environ. Ailleurs, les premiers indices d’occupation apparaissent dans le cinquième millénaire, aussi bien à Ta-n-Zumaïtak C que dans l’abri « de la Roche Effondrée » de Ti-n-Tazarift.

26On s’accorde à reconnaître que, du fait de multiples superpositions, les peintures du style « classique » des « Têtes Rondes » (principalement les fameux « Martiens ») précèdent la culture/phase dite « Bovidien », bien qu’on ne sache de combien de temps. Dans son étude consacrée aux peintures en style des Têtes Rondes, Christian Dupuy centre l’âge de pleine expression de ces œuvres sur les VIe-Ve millénaires avant l’ère commune et conclut que le Sahara devint une terre de prédilection pour l’élevage à partir du Ve millénaire (Dupuy 2006). De fait, le consensus actuel est que les pasteurs-peintres se seraient exprimés à partir de cette époque et que les éventuels niveaux plus anciens, qui auraient été contemporains des auteurs des peintures en style « classique » des Têtes Rondes, auraient été éliminés du fait des conditions climatiques (Alimen, Beucher & Lhote 1968 : 422). Le hiatus qui apparaît dans la séquence entre 3500 cal.BC et 1300 cal.BC environ pourrait refléter la détérioration climatique et la chute des précipitations qui conduisit finalement à la situation environnementale actuelle. À Ti-n-Tazarift, les occupations les plus récentes ont probablement bénéficié de la courte rémission dite « Dernier Humide » ou « Troisième Humide » (Muzzolini 1995).

27Associées aux données de Lhote, ces résultats nouveaux, plus précis car bénéficiant du progrès des techniques de datation (SMA), confirment pour ces lieux la pratique du pastoralisme au cinquième millénaire cal.BC (fig. 8) : les peintures représentant du bétail domestique ont dû être réalisées durant cette période, ce qui s’accorde parfaitement avec ce que l’on peut savoir des plus anciens bovinés domestiques au Sahara central (Le Quellec 2011a), ainsi que nous allons le voir plus loin — ce qui n’exclut pas l’existence de pratiques cynégétiques aux mêmes époques.

8. Comparaison des intervalles calendaires (à un et deux sigma) des dates obtenues sur les échantillons collectés dans la Tasīli-n-Ajjer par Henri Lhote (en haut) et ceux obtenus dans la même région en 2008-2009 (d’après les données des tableaux 3 et 4)

8. Comparaison des intervalles calendaires (à un et deux sigma) des dates obtenues sur les échantillons collectés dans la Tasīli-n-Ajjer par Henri Lhote (en haut) et ceux obtenus dans la même région en 2008-2009 (d’après les données des tableaux 3 et 4)

28Qu’en est-il maintenant des peintures antérieures au Bovidien ? Il s’agit de celles en style dit des « Têtes Rondes », qu’on a de longtemps subdivisé en de nombreux sous-styles (Lhote 1958), mais dont seuls les classiques « Martiens » ont été clairement définis, et qui sont identifiées comme correspondant aux plus anciennes peintures actuellement connues au Sahara central : au-delà de leurs divergences de vues sur l’interprétation de ces images, tous les auteurs qui en ont traité s’accordent au moins sur ce point (par exemple : Breuil 1955 Muzzolini 1979, Muzzolini & Kolmer 1982, Muzzolini 1982a, Lhote 1989, Muzzolini 1991a, Tauveron 1992, Sansoni 1994, Hallier 1995, Dupuy 2006, Soleilhavoup 2007, Soukopova 2011, Soukopova 2012).

29Les tentatives de datation directe des peintures rupestres sahariennes ayant échoué, la mission franco-algérienne de 2009 a décidé de s’orienter vers l’étude des dépôts quaternaires préservés au pied des parois ornées ou à leur proximité immédiate, dans l’espoir de réussir à les connecter aux peintures pour les dater. De nos jours, certaines des œuvres réalisées dans le style « classique » des « Têtes Rondes » se trouvent hors de portée de main, sur une partie claire de la paroi placée au-dessus d’une bande horizontale plus sombre, souvent grisâtre. Les observations de terrain ont prouvé que, dans ces cas, la différence de couleur entre les parties haute et basse de la paroi résultait du démantèlement naturel d’un ancien dépôt à la surface duquel les peintres se déplaçaient pour réaliser leurs œuvres, qui nous semblent donc étonnamment hautes maintenant que ce dépôt a disparu. La datation de ce dernier donnerait donc une limite post quem pour les peintures en style « classique » des « Têtes Rondes » (Hachid, Le Quellec, Agsous, Amara, Beck, Duquesnoy, Grenet, Heddouche, Kaltnecker, Mercier, Merzoug, Quilès, Sahnoun, Valladas & Vigears 2010). De fait, la méthode de datation par OSL a permis à Norbert Mercier d’obtenir un âge de 8.000±900 ans avant l’ère commune sur un échantillon pris juste au-dessous de la surface d’un tel sol ancien, subsistant à l’état de lambeau à Sefar. On peut donc en conclure que ce sol s’est formé après cette date, quand des conditions humides régnaient sur la région. Puisque les peintres du style « classique » des Têtes Rondes marchaient et travaillaient sur ce vieux sol, leurs peintures ne peuvent qu’être postérieures à 8000±900 avant l’ère commune, au moins dans cette zone (Mercier, Le Quellec, Hachid, Agsous, & Grenet 2012). De combien, nous ne le savons, mais il semble peu probable qu’elles aient été effectuées durant l’Aride qui perdura pratiquement un millénaire à partir de la péjoration de 6200 (fig. 18).

30À moins de se trouver abritées sous des porches rocheux favorablement orientés, des peintures éventuellement réalisées en plein air à cette époque ou auparavant aurait été majoritairement endommagées ou même effacées par l’effet abrasif de la corrasion (érosion causée par le sable transporté par le vent). Par ailleurs, si tous les auteurs sans exception s’accordent sur le fait que les peintures du style « classique » des « Têtes Rondes » seraient antérieures aux œuvres bovidiennes, et si cette affirmation semble bien être argumentée par d’incontestables superpositions dans bon nombre de cas, cela ne suffit pas à en faire une règle générale — qui du reste n’a jamais été réellement démontrée —, et certaines œuvres de ces deux groupes ont dû être contemporaines, puisqu’aucun marqueur chronologique particulier ne distingue les images en « style des Têtes Rondes », et que certaines d’entre elles montrent des bovinés domestiques (Muzzolini 1995 : 150, 165) — par exemple montés et tenus en longe à Ti-Dobdobé dans l’Akukas (fig. 9). Les analyses de couches picturales, effectuées au C2RMF par microscopie électronique à balayage et spectroscopie X, ne concernent actuellement que cinq microprélèvements, et sont donc en trop petit nombre pour être concluantes (Lahlil, Beck, Grégoire, Pichon, Quilès, Valladas, Menu, Hachid & Le Quellec 2011).

9. L’une des peintures de bovinés en « style des Têtes Rondes » de l’abri de Ti-Dobdobé, dans l’Akukas

Remarquer l’anthropomorphe en aplat blanc monté sur la croupe de l’animal et associé à un lien qui va rejoindre le mufle du bovin. D’autres bovinés montés du même style sont visibles sur ce site, l’un d’eux étant sous-jacent au grand boviné blanc (Photo JLLQ)

L’arrivée des premiers bœufs domestiques au Sahara central

31Comme leur bétail constituait le principal sujet des peintres du Bovidien et qu’il en était de même pour les graveurs du Mesāk (où les bovinés comptent pour 35 % des figures animales identifiées), dater l’arrivée des premiers bœufs domestiques au Sahara central peut contribuer à situer ces œuvres dans le temps en leur attribuant une date post quem.

32Dans l’Akukas, la présence de bovinés domestiques a été affirmée dans le septième millénaire avant l’ère commune : la date de 7430±220 BP (PI) (Pasa & Pasa-Durante 1962) soit 6770-5810 cal.BC, publiée dans les années 1960 pour un Bos découvert à Ti-n-Torha Nord et considéré comme étant à un stade de « Domestication incipiente » (Gautier & van Neer 1982 : 109, tableau 1) a conduit Barbara Barich à supposer que cette domestication aurait pu résulter d’un développement local (Barich 1987 : 331-340). Par la suite, Achilles Gautier corrigea son affirmation (« il semble maintenant beaucoup moins probable que les gens de Ti-n-Torha East faisaient des expériences de domestication incipiente » — Gautier 1987a : 297) et aucune autre recherche n’a jamais pu confirmer la présence de bovinés domestiques aussi anciens à Ti-n-Torha (Di Lernia & Cremaschi 1996 : 225, Barich 2010 : 162). Cette date doit donc être abandonnée, de même que celle de 7438±226 BP (PI) (Pasa & Pasa-Durante 1962), soit 6810-5810 cal.BC, obtenue en 1959 sur des charbons de foyers situés au niveau inférieur de l’abri de Wa-n-Muhjâj dans l’Akukas (Pasa & Pasa-Durante 1962) : elle n’a pas été publiée dans Radiocarbon, Barbara Barich n’a pas pu la confirmer (Barich 1987 : 120) et le résultat fiable le plus ancien obtenu sur ce site n’est que de 6900±220 BP (NA-60) (Barich 2002 : 212), soit 6230-5380 cal.BC. En fait, la présence de bétail pleinement domestique n’est prouvée à cet endroit que sur les niveaux médians de 6035±100 cal.BC (Belluomini & Manfra 1987), soit 5210-4720 cal.BC, et les dates prétendument plus anciennes publiées pour des bovinés domestiques de l’Akukas doivent manifestement être abandonnées (Barich 1998 : 43).

33Deux autres dates, cette fois du nord du Tchad, sont régulièrement citées pour conforter la thèse d’un très ancien pastoralisme au Sahara : 6400±225 BP (Hv-2773), soit 5730-4800 cal.BC, pour un Bos du Serir Tibesti (Gabriel 1972a), et surtout 7455±180 BP (Hv-2775), soit 6650-5930 cal.BC, pour un autre Bos de l’Enneri Bardagué trouvé dans un assemblage ayant aussi livré une date de 6930±370 BP (sur ossement humain), soit 6560-5060 cal BP, et une autre de 5220±160 BP (sur coquille d’œuf d’autruche), soit 4350-3670 cal.BC (Gabriel 1972b). Or ces résultats doivent être rejetés pour deux raisons. Premièrement, aucune étude archéozoologique de ces restes n’a jamais été publiée, et il n’y a aucune raison de croire que ces animaux étaient bien domestiques, et à propos des découvertes de l’Enneri Bargagué, Achilles Gautier écrit que « les contextes ne sont pas toujours établis avec certitude, et les identifications sont d’une imprécision déconcertante » (Gautier 1987b : 173). Deuxièmement, ces dates ont été obtenues sur des ossements animaux à une époque où les laboratoires ne savaient pas bien les traiter. Flight a décrit le second site comme « une séquence de dépôts de lacs ou de mares contenant des artefacts et des os d’éléphant, girafe, buffle et mouton (qui ne doit pas nécessairement être domestique) » (Flight 1973 : 537) mais, de façon surprenante, Achilles Gautier en a conclu que « ces données suggèrent que le pastoralisme était presque certainement adopté dans le massif du Tibesti peu après 6130±90 ans BP, et [qu’]il pourrait avoir été déjà pratiqué durant la première occupation à 8065±100 ans BP. Dans le Serir Tibesti, le pastoralisme pourrait remonter aux environs de 7500 BP » (Gautier 1987b : 174). Tout comme les dates erronées de l’Akukas, cette affirmation fut répétée sans examen critique pendant des décennies (par exemple par Marshall & Hildebrand 2002 : 109), et il est grand temps de la réfuter. L’hypothèse d’une domestication locale des bovins au début de l’Holocène dans le Western Desert égyptien, un temps venue conforter l’idée d’une présence ancienne des bovins domestiques au Sahara central, s’est finalement avérée extrêmement faible (Grigson 2000, Wengrow 2003, Dittrich 2011) et les plus récentes études archéozoologiques la rejettent (Linseele 2012, Linseele 2013, Smith 2013).

34Les données archéologiques en faveur d’une diffusion d’est en ouest (fig. 10) rejoignent les conclusions des études génétiques les plus récentes, qui récusent l’hypothèse d’une domestication africaine des bovins et suggèrent de façon indépendante que les premières vaches domestiques auraient été introduites dans l’est de l’Afrique par des porteurs masculins de l’haplogroupe RAbAc-V88 arrivés du Levant il y a douze à neuf mille ans, alors que ce sont des porteurs de l’haplogroupe J1 qui auraient ultérieurement importé les moutons (Smith 2013) vers 5800 cal BC (Bar-Yosef 2013 : 242).

10. Carte de répartition des plus anciens bovins domestiques attestés dans chaque région sur l’ensemble du Sahara, montrant clairement une progression d’est en ouest (adapté de Jousse 2005, fig. 5)

10. Carte de répartition des plus anciens bovins domestiques attestés dans chaque région sur l’ensemble du Sahara, montrant clairement une progression d’est en ouest (adapté de Jousse 2005, fig. 5)

35Il faut bien conclure : nulle part au Sahara central on ne connaît de bovinés domestiques avant le cinquième millénaire (Jousse 2004 : fig. 5, Dunne, Evershed, Salque, Cramp, Bruni, Ryan, Biagetti & Di Lernia 2012), et les peintures du Bovidien qui représentent massivement ce bétail ne peuvent donc pas être plus anciennes.

Les monuments en corbeille et le style du Mesāk

36L’idée d’une possible relation entre certains monuments funéraires en pierre sèche et au moins une partie des dizaines de milliers de pétroglyphes qui ont rendu cette région célèbre remonte au dix-neuvième siècle (Barth 1857 : 216-217), mais Axel et Anne-Michelle van Albada furent les premiers à tenter d’associer à l’art local un type très particulier de monument (Van Albada 1994a : 32-33), d’abord surnommés « entonnoirs » (Van Albada 1994b : 85). Quand l’idée de les utiliser pour dater les pétroglyphes commença d’émerger dans les années 1990, seuls deux d’entre eux avaient été fouillés. L’un, à I-n-Habeter, avait livré des tessons et des os brûlés datés de 5213±80 BP (GX-19108-SMA, sur ossements), soit 4250-3800 cal.BC, et l’autre, à Tilizaghen, avait produit une date de 4915±79 BP (GX-19827-SMA, sur charbons), soit 3940-3530 cal.BC (Cremaschi 1994 : 12) : même si ces deux monuments n’étaient pas du même type, il semblait raisonnable, dès cette époque, de s’attendre à des dates du même ordre de grandeur pour l’art régional (Van Albada 1995 : 15-18). Quand la typologie des monuments fut précisée, on donna auxdits « entonnoirs » le nom de « monuments en corbeille » qui prévaut depuis : ils ont en effet la forme d’une corbeille circulaire avec, dans environ 65 % des cas, une stèle centrale qui peut porter des gravures (ex. fig. 11) (Van Albada 2000 : 43, 93, 102, 128, 133 ; Gauthier & Gauthier 2004). Un premier corpus rassemblé par Yves et Christine Gauthier leur permit de montrer que le décor de la plupart de ces stèles appartient au « style du Mesāk» sensu Le Quellec 1996, et qu’environ 80 % des espèces qu’elles représentent sont domestiques (Gauthier & Gauthier 2004 : 55).

11. Exemples de « monuments en corbeille », maintenant usuellement appelés « corbeilles », ici en bordure de l’Ankebrīt au Mesāk (Photo JLLQ)

11. Exemples de « monuments en corbeille », maintenant usuellement appelés « corbeilles », ici en bordure de l’Ankebrīt au Mesāk (Photo JLLQ)

37L’inventaire de ces « corbeilles » n’est probablement pas complet, mais une trentaine d’années de prospections effectuées par des amateurs passionnés (essentiellement Axel et Anne-Michelle van Albada, Yves et Christine Gauthier et moi-même) a permis d’en recenser plus de 360 réparties sur l’ensemble du Mesāk, avec une plus forte densité dans la partie méridionale du Mesāk Settafet et deux très faibles extensions dans les Aramāt et la Tadrart algérienne (fig. 12).

12. Répartition des 365 « corbeilles » actuellement connues ; en certains lieux, plusieurs de ces monuments sont regroupés à quelques mètres les uns des autres, ce qui fait qu’à l’échelle de cette carte, un seul point peut représenter jusqu’à une douzaine d’entre eux

12. Répartition des 365 « corbeilles » actuellement connues ; en certains lieux, plusieurs de ces monuments sont regroupés à quelques mètres les uns des autres, ce qui fait qu’à l’échelle de cette carte, un seul point peut représenter jusqu’à une douzaine d’entre eux

38Les années 2007-2008 ont connu la mise en ligne, par Google Earth, de photos satellitaires en haute résolution permettant d’effectuer de chez soi des inventaires archéologiques dans certaines régions sahariennes difficiles d’accès (Friquet & Le Quellec 2007). Après des mois d’une telle exploration en chambre, complétant le dépouillement de la bibliographie et les informations rapportées par divers voyageurs, Yves et Christine Gauthier ont réussi à produire des cartes localisant quantité de monuments en pierre sèche de divers types, répartis sur l’ensemble du Sahara. Le nombre de constructions prises en compte — plus de 17.000 sans les tumulus simples ou sur plateforme — est suffisamment élevé, à l’échelle saharienne, pour modifier totalement notre vision de ces monuments, en particulier par l’identification de variations spatiales ou de spécificités régionales (Gauthier 2009a, Gauthier & Gauthier 2011). Le résultat le plus important pour la datation des pétroglyphes est que le style du Mesāk et les monuments en corbeille présentent la même distribution (fig. 13). Les deux seules exceptions connues se trouvent dans la Tadrart, où quatre de ces monuments ont été repérés (Gauthier 2009a : fig. 24), et dans la région des Aramāt où l’on en connaît trois (Gauthier & Gauthier 2008a) mais le premier de ces lieux est justement le seul endroit extérieur au Mesāk où l’on connaisse des gravures de Bovinés et de Théranthropes au double contour, typiques du Style du Mesāk (Striedter & Tauveron 2005), alors que le second présente la seule concentration importante d’« ovaloïdes » en dehors de ce même massif, où ils constituent l’une des spécificités de la Culture du Mesāk (Gauthier & Gauthier 2008a : 90) : loin de l’infirmer, ces deux exceptions apparentes renforcent donc la relation entre monuments en « corbeilles » et pétroglyphes en Style du Mesāk. L’hypothèse la plus économique pour expliquer ce fait est que ces deux éléments culturels hautement spécifiques caractériseraient un seul et même groupe humain (Gauthier & Gauthier 2007, Gauthier & Gauthier 2008a).

13. Comparaison de l’aire de répartition des 365 « corbeilles » actuellement connues (en haut) et des 314 sites à gravures rupestres attribuables avec certitude au style du Mesāk

Les noyaux de densité sont légèrement différents, mais à l’échelle du Sahara central, les aires de répartition de ces deux traits culturels sont pratiquement les mêmes. Les rares extensions occidentales connues confirment cette constatation, car elles se trouvent, pour les deux types d’éléments, dans la région des Aramāt, dans le nord de l’Akukas et dans le sud de la Tadrart algérienne. Les noyaux de densité ont été obtenus à l’aide du logiciel Cartographica® en utilisant la base de données constituée pour le « Messak Project », complétée de documents personnels et de renseignements communiquées par Yves et Christine Gauthier (cf. Gallinaro, Chr. Gauthier, Y. Gauthier, Le Quellec, Abdel Aziz, Biagetti, Boitani, Cancellieri, Cavorsi, Massamba N'Siala, Monaco, Vanzetti, Zerboni & Di Lernia 2012)

39Or vingt-six monuments en corbeille de la zone du Bedis - Ti-n-Einesnis, au Mesāk Settafet, ont été fouillés sous la direction de Savino Di Lernia. Dix-neuf d’entre eux ont pu être datés, parmi lesquels cinq étaient ornés de gravures (avec une douzaine de bovinés majoritairement en style du Mesāk), neuf contenaient des ossements de bovins, et deux des ossements d’ovins ou caprins (tableau 5). Des riches données obtenues par ces fouilles, il a été conclu qu’au Mesāk « la pratique consistant à décorer délibérément des panneaux rocheux pour orner des sépultures de bétail (au sein des monuments ou à leur proximité immédiate) était bien établie […] entre 4500 et 4000 cal.BC » (Di Lernia & Gallinaro 2010) , et que, dans la culture régionale de cette période, l’art rupestre et les monuments en « corbeilles » étaient associés à une sorte de « culte du bétail » au sens large (Di Lernia 2006, Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013).

Tabl. 5. Datations obtenues lors de la fouille de monuments en « corbeille » du Mesāk (d’après Di Lernia & Gallinaro 2010 et Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013)

Tabl. 5. Datations obtenues lors de la fouille de monuments en « corbeille » du Mesāk (d’après Di Lernia & Gallinaro 2010 et Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013)

Les monuments à couloir et enclos et le style d’Iheren

40Grâce au corpus qu’ils ont réuni en combinant données de terrain, bibliographie et recherche sur Google Earth, Yves et Christine Gauthier peuvent s’appuyer sur la répartition de certains autres types de monuments lithiques pour faire des suggestions bien argumentées sur l’âge des principaux styles picturaux. Ainsi, après avoir cartographié environ 1200 sépultures à couloir et enclos (du type également dit « en trou de serrure » : ex. fig. 14) réparties sur une aire s’étendant de l’erg Wa-n-Kaza en Libye jusqu’à la frontière orientale de l’Ahnet en Algérie, et du sud de l’Ahaggar au nord de l’Immidir, ils constatent que les peintures et gravures en style d’Iheren (sensu Muzzolini 1981b et Le Quellec 2004, 2010a) sont les seules œuvres rupestres à présenter une répartition qui se rapproche de celle de ces monuments, sans toutefois s’y superposer exactement. Une coïncidence très fine serait impossible puisque, dans le détail, les lieux propices à la construction des monuments ne le sont pas forcément pour la réalisation des peintures. De plus, il a été démontré que les aires de vie sont dissociées des zones funéraires (Di Lernia & Manzi 2002) et il serait donc vain de chercher des corrélations à courte distance. Ce qu’il faut comparer, ce sont des noyaux de densité, et non pas des localisations précises de sites, et il faut également tenir compte d’éventuelles oppositions dans la répartition des différents types d’images rupestres et de monuments (ex. : fig. 15, à comparer avec la fig. 13). L’explication la plus parcimonieuse est que ce sont fort probablement les peintres du style d’Iheren qui ont réalisé les monuments à couloir et enclos (Gauthier & Gauthier 2006, Gauthier & Gauthier 2007, Gauthier & Gauthier 2008b, Gauthier & Gauthier 2008a, Gauthier 2009b). Or à l’Emi Lulu au Niger, des mesures effectuées à partir de la bioapatite (après traitement acétique) ont permis de bien dater ce type de monuments lithiques (tableau 6) où ils apparaissent entre 3341-3030 cal.BC et 2907-2697 cal.BC (Paris & Saliège 2010). Les dates obtenues sont très cohérentes, et même si, du fait de leur position isolée et très excentrée, on peut s’attendre à un petit décalage entre elles et leurs homologues du Sahara central, on peut en déduire que le style d’Iheren appartient à une phase tardive de la période pastorale, ainsi que le suspectait déjà Alfred Muzzolini sur la base de marqueurs chronologiques comme l’abondance des moutons, la raréfaction de l’arc et la multiplication des armes d’hast (Muzzolini 1981a : 112, 1995 : 150-151) — lesquelles expliquent la présence nouvelle du bouclier sur les images de l’école d’Iheren, puisqu’il apparaît en défense contre ces armes (B. Hallier 2009 : fig. 2-4, U. Hallier & B. Hallier 2012 : fig. 5a).

14. Exemple de monuments à couloir et enclos du type dit « en trou de serrure », Ti-n-Amali, Tasīli-n-Ajjer (Photo JLLQ)

14. Exemple de monuments à couloir et enclos du type dit « en trou de serrure », Ti-n-Amali, Tasīli-n-Ajjer (Photo JLLQ)

15. Comparaison de l’aire de répartition des 973 monuments à couloir et enclos actuellement recensés (en haut, d’après Gauthier 2012 et in litt.) avec celle des 152 sites à peintures rupestres en style d’Iheren (en bas, d’après données personnelles et publications)

Ces noyaux de densité ne se recouvrent pas exactement mais, parmi les aires de répartition des monuments lithiques connus au Sahara central, celle des monuments à couloir et enclos est celle qui se rapproche le plus de celle des peintures de ce style, celles des croissants et divers monuments à antennes étant très différentes (cf. Gauthier 2009b : 320). De plus, les aires de ces deux traits culturels et celles des « Corbeilles » et des gravures en style du Mesāk sont mutuellement exclusives (cf. fig. 13). Les cartes de noyaux de densité ont été obtenues à l’aide du logiciel Cartographica®. Les différences dans les répartitions correspondent en partie aux différents méthodes de recherches : les peintures ont toutes été recensées lors de prospections pédestres, alors que la majorité des monuments provient d’une exploration systématique des bandes à haute résolution de Google Earth ; or la zone de plus haute densité des peintures en style d’Iheren correspond à une région où les bandes de Google Earth sont en basse résolution (les monuments recensés là l’ont été en dépouillant la littérature, et au moyen d’observations de terrain encore insuffisantes). On peut donc s’attendre à ce que le recouvrement aréologique des deux types de documents s’améliore à l’avenir.

tabl. 6. Datations par SMA de sept monuments à couloir et enclos (d’après Paris & Saliège 2010 : 60)

tabl. 6. Datations par SMA de sept monuments à couloir et enclos (d’après Paris & Saliège 2010 : 60)

Monuments à antennes en « V » et peintures de style caballin

41Il existe au Sahara d’autres types de monuments lithiques, comme ceux à antennes en « V » (ex. fig. 16) qui occupent une aire de répartition beaucoup plus vaste que les précédents, incluant celle des monuments à enclos en la dépassant d’au moins 200 kilomètres vers le nord, tout en s’étendant jusqu’au Maroc vers l’ouest et en incluant une bonne partie de l’Aïr vers le sud (Gauthier & Gauthier 2008b : fig. 14, Gauthier 2009a : fig. 25). Seuls deux d’entre eux, situés dans la zone du Tanezzuft (entre Mesāk et Akukas) ont été datés par SMA sur collagène des os des squelettes qu’ils recouvraient : le premier (00/195) à 3530±40 BP (GX-28482), soit 1960-1745 cal.BC, et le second (00/195bis) de 3030±40 BP (GX-28483), soit 1410-1130 cal.BC (Di Lernia & Manzi 2002 : 282, tableau 14.1). On ne peut malheureusement pas tenir compte de deux autres dates (1450±200 cal.BC et 1870±120 cal.BC) obtenues au Niger et publiées avec mention de laboratoire (KN 3501 et KN 3502), mais sans aucune précision sur leur provenance exacte (Milburn 1996) et de plus accompagnées d’une description qui laisse douter du type de monument concerné (Gauthier & Gauthier 2008b : 122).

16. Exemple de monuments à antennes en « V » de l’Imarāwen au Mesāk (Photo JLLQ)

16. Exemple de monuments à antennes en « V » de l’Imarāwen au Mesāk (Photo JLLQ)

42Si l’on compare les dates obtenues pour les trois types de monuments en pierre sèche mentionnés, à savoir les corbeilles, les monuments « en trou de serrure » et ceux à antennes en « V » (fig. 17), il apparaît que les premiers se multiplient vers 4500-4000 cabBC, que les deuxièmes se regroupent autour de 3000 cal.BC, et que les derniers se développent entre 2000 et 1000 cal.BC. Or nous avons vu que le premier de ces groupes est associé aux pétroglyphes en style du Mesāk, tandis que le plus probable est que le deuxième soit associé aux peintures en style d’Iheren : ces deux styles sont donc datés ipso facto. Il reste malheureusement difficile de rapprocher le troisième groupe d’un type particulier de production artistique, et il serait certainement prématuré de vouloir tirer des conclusions à partir de deux dates seulement. Il existe néanmoins une forte corrélation entre la distribution des monuments à antennes en « V » et celle des peintures en style caballin (Gauthier & Gauthier 2007 : 75, Gauthier & Gauthier 2008 : 119).

17. Intervalles calendaires (à un et deux sigma)de l'ensemble des dates obtenues pour des monuments lithiques du Sahara central : corbeilles en haut (d’après Di Lernia & Gallinaro 2010 et Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013), monuments à couloir et enclos du Niger au milieu (d’après Paris & Saliège 2010) et monuments à antennes en « V » en bas (d’après Di Lernia & Manzi 2002 : 282, tableau 14.1)

17. Intervalles calendaires (à un et deux sigma)de l'ensemble des dates obtenues pour des monuments lithiques du Sahara central : corbeilles en haut (d’après Di Lernia & Gallinaro 2010 et Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013), monuments à couloir et enclos du Niger au milieu (d’après Paris & Saliège 2010) et monuments à antennes en « V » en bas (d’après Di Lernia & Manzi 2002 : 282, tableau 14.1)

43Au sujet de cette dernière appellation, il faut rappeler que les chevaux n’apparaissant pas au Sahara partout à la même époque, l’expression « Période du Cheval » ne saurait avoir de signification que régionale. Pour le Sahara central, on utilise le terme « caballin », dû à Henri Lhote, pour qualifier un style de peintures caractérisées par la présence de personnages à tête en bâtonnet, corps bitriangulaire (avec courte robe en cloche pour les hommes, et jupe longue pour les femmes), souvent représentés en course et armés de javelots (avec parfois aussi un bouclier rond ou, exceptionnellement, carré). Le bestiaire y figurant se limite à peu près à des bovins et chevaux peints en aplat ocre et sans détails internes, mais les scènes de chasse à l’antilope ou au mouflon ne sont pas rares. Les chars attelés des fameux chevaux dits « au galop volant » appartiennent à cette école mal délimitée dans le temps, et qui semble localement se prolonger dans le Camelin — c’est-à-dire quand le chameau apparaît dans l’iconographie (Muzzolini 1995 : 140-141, Tauveron 2003b).

Conséquences des relations entre l’art rupestre et les monuments

44Par ailleurs, on hésite à suivre l’analyse de Savino Di Lernia, Mary Anne Tafuri et Marina Gallinaro qui tentent d’établir un lien entre les « corbeilles » et le prétendu « style pastoral » mentionné pour mémoire dans l’introduction. Outre les réserves déjà émises à propos de ce prétendu « style », il faut souligner que la carte des images supposées lui appartenir illustre la sélection (sur des critères non explicités) de 102 scènes gravées du Mesāk qui sont a priori supposées appartenir à un « Pastoral moyen », et qu’elle a été mise en rapport avec une autre carte localisant 197 « corbeilles » du Mesāk (Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013 : fig. 3). Il semble plus significatif d’opérer une sorte de « zoom arrière » pour prendre en considération l’ensemble du Sahara central et y comparer la répartition des quelque 314 sites comprenant des gravures attribuables avec certitude au style du Mesāk, et celle des 365 « corbeilles » actuellement recensées dans la base de données informatisée sur l’archéologie du Mesāk que j’ai initiée en 1999 et qui est en cours d’élaboration avec Yves et Christine Gauthier. Certes, les cartes montrent une légère différence dans le noyau de densité des « corbeilles », qui se trouve dans la partie méridionale du Mesāk Settafet, et celui des gravures en style du Mesāk, situé dans la partie médiane de la même zone. Or le plus important n’est pas là, car deux autres faits paraissent beaucoup plus significatifs :
1/ tant les « corbeilles » que les gravures en style du Mesāk ne s’observent que dans la région du Mesāk (fig. 13), aucun de ces traits culturels ne se retrouvant dans les autres massifs plus occidentaux du Sahara central (Tasīli-n-Ajjer, Ahaggar, Immidir…) ;
2/ par contre, les images rupestres en style d’Iheren et les monuments à couloirs et enclos ne s’attestent qu’à l’ouest du Mesāk (fig. 15).

45Les répartitions des « corbeilles » et gravures en style du Mesāk d’une part, des images rupestres en style d’Iheren et des monuments à couloirs et enclos d’une autre, sont donc mutuellement exclusives. Donc, tant par l’aréologie que par les résultats des fouilles, la liaison des pétroglyphes en style du Mesāk et des monuments en « corbeilles » est désormais établie, et l’ensemble de ces résultats confirme la position chronologique que j’avais déjà proposée en 1998 pour les pétroglyphes en style du Mesāk, qui ne peuvent manifestement se trouver que dans le cinquième millénaire avant l’ère commune (Le Quellec 1998 : 303, 514). Du même coup se trouvent réfutées les affirmations des auteurs (par ex. Aumassip 1993, Mori 1994, Lutz 1995, Tauveron 2003a, Striedter & Tauveron 2005, Lutz 2008) qui, durant les vingt dernières années, ont régulièrement tenté d’attribuer cet art — dit par eux « bubalin » — à une population de chasseurs archaïques dont il a été démontré à plusieurs reprises qu’ils sont parfaitement imaginaires (Dupuy 1990 : 169, Le Quellec 1991, Muzzolini 1991b, Le Quellec 2008a). On peut d’ailleurs rappeler que dès 1932, Théodore Monod se demandait si « les groupes d’images bubalins et bovins » ne seraient pas « simplement des faciès locaux d’un même groupe et seraient par conséquent plus ou moins contemporains » (Monod 1932 : 102, n. 4).

46Il est certes possible d’envisager que certains pétroglyphes soient plus anciens que l’immense majorité des documents inventoriés (qui dépassent largement les 20000 exemplaires), mais cela reste à démontrer, et de toute manière cela ne concernerait, le cas échéant, qu’une toute petite minorité de gravures. Quelques superpositions d’images en style du Mesāk sur des œuvres plus anciennes ont pu être invoquées à l’appui d’un « étalement beaucoup plus important dans le temps » (Van Albada & Van Albada 2012 : 160), mais cette hypothèse n’a encore reçu l’appui d’aucune preuve.

Le cadre climatique

47L’épisode aride s’étant rapidement installé vers 6200 ans avant l’ère commune (« 8.2 ka abrupt climate change évent ») est considéré comme l’un des plus « sévères » (Garcea, Mercuri & Giraudi 2013) : ce brusque événement d’abord repéré dans les coupes isotopiques du Groenland et qui a pu être mondial (Alley, Mayewski, Sower, Stuiver, Taylor & Clark 1997 ; Debret 2008 : 55-58) dura plusieurs siècles et fut assez important pour que son impact soit nettement perceptible du Niger à la Jefara libyenne (Giraudi 2013 ; Giraudi & Mercuri 2013 ; Giraudi, Mercuri & Esu 2013) de même que tout autour de la Méditerranée (Pross, Kotthoff, Müller, Peyron, Dormoy, Schmiedl, Kalaitzidis & Smith 2009), et du Maroc au Proche-Orient et à l’Arabie (Rohling & Pälike 2005 ; Plicht, Akkermans, Niewuenhuyse, Kaneda & Russell 2011).

48Cet événement, qui eut d’importants effets sur les écosystèmes, coïncide avec des perturbations culturelles ou des vides archéologiques sur tout le pourtour nord de la Méditerranée (Berger & Guilaine 2009). L’observation de telles synchronicités a parfois conduit à imaginer des bouleversements culturels dramatiques — guerres, migrations massives, « effondrements » de civilisations. Plutôt que d’opposer la thèse d’un déterminisme climatique à celle d’un déterminisme culturel, il convient en premier lieu d’estimer, région par région, l’incidence des variations climatiques et des changements écologiques et géomorphologiques sur la taphonomie (ce qui pourrait expliquer la sous-représentation des restes archélogiques durant les périodes arides) en évaluant les risques de surinterprétation des données géo-archéologiques, car toute synchronicité n’implique pas forcément une causalité. C’est ce qu’ont fait, pour l’ensemble du Bassin méditerranéen, Jean-François Berger et Jean Guilaine, en synthétisant une énorme quantité de données leur permettant de conclure que les sociétés de ces régions furent profondément affectées par les changements climatiques à grande échelle survenus durant cette phase aride (Berger & Guilaine 2009 : 45). Une étude particulièrement fine, conduite à Tell Sabi Abyad en Syrie, conclut de même que les transitions culturelles survenues en ce site à cette époque « ont dû nécessiter une forte impulsion, car elles ont pénétré tous les domaines […] et se sont manifestées en quelques décennies » ; tout en se défiant des explications déterministes, les auteurs de ce travail pensent que l’aridification rapide fut l’un des facteurs ayant provoqué ces changements (Plicht, Akkermans, Niewuenhuyse, Kaneda & Russell 2011 : 237). D’autres recherches encore ont mis en lumière l’impact, sur les premières communautés agraires du Proche-Orient, de cet événement climatique important (Staubwasser & Weiss 2006) dont l’une des conséquences est l’intensification du pastoralisme (Bar-Yosef 2006 ; Migowski, Stein, Prasad, Negedank & Agnon 2006 : 426). Certains vont jusqu’à parler d’une « influence catastrophique sur la civilisation néolithique de vastes régions d’Europe du Sud-Est, Anatolie, Chypre et Proche-Orient » (Weninger, Alram-Stern, Bauer, Clare, Danzeglocke, Jöris, Kubatzki, Rollefson, Todorova & van Andel 2006).

49Au Sahara central, comme dans toutes les zones-limites extrêmement sensibles aux changements dans le régime des précipitations, des événements aussi notables n’ont pu survenir sans avoir de conséquences sur les installations humaines, ainsi que l’indique « le rôle directeur des changements climatiques majeurs » sur l’évolution des peuplements humains, récemment démontré en Afrique nord-tropicale, de la fin du Néolithique à l’aube de l’époque moderne (Maley & Vernet 2013). Pour Stefan Kröpelin, « Il est évident que toutes les civilisations sahariennes dépendaient étroitement des climats semi-humides à semi-arides » (Kröpelin 2012 : 213). Or au Sahara central, l’alimentation des lacs fezzanais fut brutalement interrompue vers 6100 cal.BC, et les sources de l’Akukas s’asséchèrent totalement (Cremaschi, Zerboni, Spötl & Felleti 2010 ; Zerboni & Cremaschi 2012). Les silos à grains datés des environs de 6450 cal.BC découverts dans un abri de l’oued Afar (Cremaschi & Zerboni 2010 : 73-74) indiquent que l’on se préoccupait alors de conserver la nourriture au moment même où les sources allaient se tarir, et cela témoigne probablement de l’adaptation des populations locales à ces conditions difficiles.

50Quant à l’aridification qui conduisit à la situation environnementale actuelle, elle s’intensifia progressivement durant tout l’Holocène moyen (Francus, von Suchodoletz, Dietze, Donner, Bouchard, Roy, Fagot, Verschuren & Stefan Kröpelin 2013), mais connut, à partir de 2200 avant l’ère commune » (« 4.2 ka abrupt climate change évent ») une péjoration rapide, perceptible du littoral mauritanien (Barusseau, Certain, Vernet & Saliège 2009) à l’Égypte (Stanley, Krom, Cliff & Woodward 2003 ; Anderson, Goudie & Parker 2007 : 290) et l’Arabie (Cullen, deMenocal, S. Hemming, G. Hemming, Guilderson & Sirocko 2000). Cet important changement s’est notamment traduit par l’assèchement momentané ou définitif de nombreux lacs au Sahara et au Sahel (Gasse & Van Campo 1994 : 447 ; Gasse & Roberts 2004 : 331 et fig. 11-9). Ce phénomène de désertification ne fut pas uniformément synchrone, mais connut des variations latitudinales et différentes réactions des environnements locaux (Kröpelin, Verschuren, Lézine, Eggermont, Cocuyt, Francus, Cazet, Fagot, Rumes, Russell, Darius, Conley, Schuster, Suchodoletz & Engstrom 2008, Cremaschi & Zerboni 2009, Zerboni 2013). Des retours, d’amplitude mineure, à des conditions plus humides, s’observent entre 2200 et 1200 avant l’ère commune, puis l’aridité actuelle s’installe (Hoelzmann, Gasse, Dupont, Salzmann, Staubwasser, Leuschner & Sirocko 2004 : 231).

51Les images rupestres sahariennes représentant en abondance des espèces sauvages ou domestiques gourmandes en fourrage et en eau n’ont donc pu être majoritairement réalisées qu’entre les termes chronologiques constitués par les deux épisodes arides consécutifs aux brusques péjorations climatiques de 6200 et 2200 avant l’ère commune (« 8.2 ka abrupt climate change event » et « 4.2 ka abrupt climate change event »), même s’il demeure probable que, çà et là, certains groupes particulièrement résilients aient pu subsister en bénéficiant de conditions locales un peu plus favorables.

Conclusion

52La figure 18 schématise ce qui précède et donne les estimations chronologiques les plus probables pour les principaux styles de peintures et de pétroglyphes, les monuments funéraires et les changements climatiques majeurs. Dans l’Akukas et la Tasīli-n-Ajjer, les peintures du style « classique » des Têtes Rondes sont toujours difficiles à situer dans le temps, mais nous savons maintenant qu’elles sont postérieures à la date de 8000±900 cal.BC — et il semble peu probable que leurs auteurs se soient largement exprimés durant la phase aride provoquée par la brusque péjoration de 6200 avant l’ère commune.

18. Relations entre données culturelles et changements climatiques survenus au Sahara central durant l’Holocène

La ligne pointillée indique le nombre de paléolacs observés à chaque période — en pourcentage de leur total sur la totalité de l’Holocène (d’après Petit-Maire 2002 : 74, Petit-Maire 2012 : 105). La ligne de tirets montre la variation du rapport précipitation/évaporation pour le lac Tchad (d’après Servant 1983 : fig. 22 et Zerboni 2008 : fig. 13). La période de formation du tuf dans l’Akukas (d’après Cremaschi, Spöti & Felleti 2010), celle d’activité des lacs interdunaires au Fezzān (ibid.) et celle du lac de Gobero au Niger (d’après Giraudi & Mercuri 2013, fig. 9.2) sont portées en bas du tableau. Les données sur les établissements humains de Gobero sont tirées de Giraudi 2013 (fig. 6.11, où les appellations « Prépastoral », « Pastoral » et « Pastoral final » sont celles qu’utilisent les auteurs). Les phases arides consécutives aux brusques péjorations de 6200 et 2200 avant l’ère commune forment les deux termes de la période au cours de laquelle les bovins domestiques furent massivement représentés sur les images rupestres, notamment dans le style du Mesāk et les divers styles usuellement regroupés sous le terme « Bovidien ». La grande faune africaine déclina au fur et à mesure que le climat se détériorait, et les habitants du Sahara se consacrèrent à l’élevage des bovins tant que l’environnement le leur permit. Quand les conditions climatiques empirèrent, ils développèrent l’élevage des caprins, car moutons et chèvres (qui se multiplient dans le style d’Iheren) sont mieux adaptés aux environnements difficiles où il leur fallait vivre désormais. Après le début de l’ère commune, le dromadaire, arrivant peut-être au Sahara central aux environs du cinquième siècle, permit aux populations du Sahara central de conserver le contrôle du désert jusqu’aux bouleversements survenus durant les derniers siècles.

53En Libye, les gravures réalisées dans le style du Mesāk (et qui ne sont peut-être pas les plus anciennes) sont étroitement associées aux monuments en corbeille, et donc à placer entre 4500 et 4000 cal.BC. Dans la Tasīli-n-Ajjer, le style Bovidien apparaît avec l’émergence des pratiques d’élevage, vers 5000 cal.BC ou très peu avant. Le premier style pastoral à apparaître fut celui d’Ozan-Éharé, car l’arc y est l’arme exclusive et le mouton n’y est pas encore représenté (Muzzolini 1995 : 126, 150-151), puis vinrent les peintures (et parfois gravures : Le Quellec 2004) en style d’Iheren, fort probablement associées aux monuments à couloir et enclos et qu’on pourrait donc dater des environs de 3000 cal.BC : chèvres et moutons abondent alors, et les armes d’hast se multiplient. Le quadrige d’Ikadnouchère (Müller-Karpe 1980) peint dans ce style (Muzzolini 1982b, Muzzolini 1983b : 21) est l’une des images qui témoignent, pour la Tasīli-n-Ajjer, de l’interpénétration du Bovidien final et du Caballin qui s’individualisera par la suite (Muzzolini 1994 : 224-226, Muzzolini 1995 : 150-151). À partir du neuvième siècle avant l’ère commune, les contreforts septentrionaux du Mesāk voient quant à eux s’épanouir progressivement le royaume garamante dont Pline l’Ancien et Ptolémée mentionneront la capitale Garama… où se trouvait toujours un roi quand le conquérant musulman Sīdi ’Oqba ben Nāfa’ pénétra au Fezzān en l’an 667 (Mattingly, Daniels, Dore, Edwards & Hawthorne 2003 : 53-57; Mattingly 2007 ; Cremaschi & Zerboni 2009 ; Fentress 2011 ; Nikita, Mattingly & Mirazón Lahr 2012).

54Pour améliorer ce tableau d’ensemble, il conviendrait maintenant d’affiner les classifications stylistiques en utilisant la documentation déjà disponible. Il serait également souhaitable d’expérimenter de nouvelles méthodes d’approche, et surtout de compléter les inventaires en multipliant les études de terrain et les analyses. Dans l’attente de tels travaux, nous disposons maintenant de repères chronologiques plus nombreux, permettant de mieux asseoir la chronologie et d’y ancrer différentes étapes de l’histoire des arts rupestres du Sahara central durant l’Holocène.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alimen et al. 1968, ALIMEN M.-H., BEUCHER F., LHOTE H., DELIBRIAS G., Les Gisements néolithiques de Tan-Tartait et d'I-n-Itinen, Tassili-n-Ajjer (Sahara central), Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 65, 1, 1968, p. 421-458.
DOI : 10.3406/bspf.1968.4160

Anderson et al. 2007, ANDERSON D.E., GOUDIE A., PARKER A.G., Global Environments Through the Quaternary: Exploring Environmental Change, Oxford, Oxford University Press, 2007, 372 p.

Aumassip 1993, AUMASSIP G., Chronologies de l'art rupestre saharien et nord africain, Calvisson, Jacques Gandini, 1993, 32 p.

Bar Yosef 2006, BAR YOSEF O., L'impact des changements climatiques du Dryas récent et de l'Holocène inférieur sur les sociétés de chasseurs-cueilleurs et d'agriculteurs du Proche-Orient, in: L'Homme face au climat : Symposium annuel, Bard E. (Dir.), Paris, Odile Jacob, 2006, p. 283-301 (Collège de France).

Bar Yosef 2013, BAR YOSEF O., Nile Valley-Levant interactions: An eclectic review, in: Neolithisation of Northeastern Africa, Shirai N. (Dir.), Berlin, Ex Oriente, 2013, p. 237-247 (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment ; 16).

Barich 1987, BARICH B.E. Ed., Archaeology and environment in the Libyan Sahara: the excavations in the Tadrart Acacus, 1978-1983, Oxford, B.A.R., 1987, 347 p. (Cambridge Monographs in African Archaeology ; 23 / British archaeological Reports - International Series ; 368).

Barich 1998, BARICH B.E., People, Water, and Grain: the Beginnings of Domestication in the Sahara and the Nile Valley Roma, L'Erma di Bretschneider, 1998, 155 p.

Barich 2002, BARICH B.E., Cultural responses to climatic changes in North Africa : beginning and spread of pastoralism in the Sahara, in: Droughts, food, and culture : ecological change and food security in Africa's later prehistory, Hassan F.A. (Dir.), New York / London, Kluwer Academic / Plenum Publishers, 2002, p. 209-223.

Barich 2010, BARICH B.E., Antica Africa : alle origini della società, Roma, L’Erma di Bretschneider, 2010, 428 p. (Studia Archaeologica ; 171 / Antica Africa ; 1).

Barth 1857, BARTH H., Reisen und Entdeckungen in Nord-und Central-Africa in den Jahren 1849 bis 1855, Gotha, J. Perthes, 1857.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barusseau et al. 2009, BARUSSEAU J.-P., CERTAIN R., VERNET R., SALIÈGE J.-F., Morphosedimentological record and human settlements as indicators of West-African Late Holocene climate variations in the littoral zone of the Iwik peninsula (Banc d’Arguin – Mauritania), Bulletin de la Société géologique de France, Paris, 180, 5, 2009, p. 449-456.
DOI : 10.2113/gssgfbull.180.5.449

Bayliss 2009, BAYLISS A., Rolling Out Revolution: Using Radiocarbon Dating in Archaeology, Radiocarbon, Yale, 51, 1 "Celebrating 50 years of radiocarbon", 2009, p. 123-147.

Belluomini & Manfra 1987, BELLUOMINI G., MANFRA L., Radiocarbon dates from the Tadrart Acacus Massif, in: Archaeology and environment in the Libyan Sahara. The excavations in the Tadrart Acacus, 1978-1983, Barich B.E. (Dir.), Oxford / Cambridge, B.A.R., 1987, p. 327-330 (British archaeological Reports - International Series ; 368 / Cambridge Monographs in African Archaeology ; 23).

Berger & Guilaine 2009, BERGER J.-F., GUILAINE J., The 8200 cal BP abrupt environmental change and the Neolithic transition: A Mediterranean perspective, Quaternary International, Amsterdam, 200, 1-2, 2009, p. 31-49.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boizumault et al. 2010, BOIZUMAULT M., EL GRAOUI M., SEARIGHT S., NEY C., SCHVOERER M., Patines et cortex de météorisation de grès du site rupestre d'Oum La Leg (Anti-Atlas, Maroc), Comptes Rendus Palevol, Amsterdam, 9, 8, 2010, p. 505-511.
DOI : 10.1016/j.crpv.2010.09.006

Breuil 1955, BREUIL H., Les Roches peintes du Tassili n'Ajjer, in: Congrès panafricain de préhistoire : Actes de la 2ème session, Alger 1952, Balout L. (Dir.), Alger / Paris, Direction de l'Intérieur et des beaux-Arts - Service des Antiquités / Arts et Métiers graphiques, 1955, p. 5-161.

Cervíček 1973, CERVÍČEK P., Datierung der nordafrikanischen Felsbilder durch die Patina, IPEK (Jahrbuch für prähistorische und ethnographishe Kunst), Berlin, 23, 1973, p. 82-87.

Cremaschi 1994, CREMASCHI M., Le paléo-environnement. Du Tertiaire tardif à l'Holocène, in: Art rupestre du Sahara. Les pasteurs-chasseurs du Messak libyen, Van Albada A.-M., Van Albada A. (Dir.), Dijon, Faton, 1994, p. 4-13 (Dossiers de l'Archéologie ; 197).

Cremaschi 1996, CREMASCHI M., The rock varnish in the Messak Settafet (Fezzan, Libyan Sahara), age, archaeological context, and paleo-environmental implication, Geoarchaeology, New York, 11, 5, 1996, p. 393-421.

Cremaschi & Zerboni 2009, CREMASCHI M., ZERBONI A., Early to Middle Holocene landscape exploitation in a drying environment: Two case studies compared from the central Sahara (SW Fezzan, Libya) = Exploitation du paysage au cours d’un assèchement de l’environnement entre l’Holocène inférieur et l’Holocène moyen : comparaison de deux études de cas au Sahara central (SW Fezzan, Libye), Comptes Rendus Geosciences, Paris, 341, 8-9, 2009, p. 689-702.

Cremaschi 2010, CREMASCHI M., Human Communities in a Drying Landscape: Holocene Climate Change and Cultural Response in the Central Sahara, in: Landscapes and Societies : selected Cases, Martini I.P., Chesworth W. (Dir.), Dordrecht, Springer, 2010, p. 67-89.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cremaschi et al. 2010, CREMASCHI M., ZERBONI A., SPÖTL C., FELLETTI F., The calcareous tufa in the Tadrart Acacus Mt. (SW Fezzan, Libya): An early Holocene palaeoclimate archive in the central Sahara, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, Amsterdam, 287, 1-4, 2010, p. 81-94.
DOI : 10.1016/j.palaeo.2010.01.019

Cullen et al. 2000, CULLEN H.M., DEMENOCAL P.B., HEMMING S.R., HEMMING G., BROWN F.H., GUILDERSON T., SIROCKO F., Climate change and the collapse of the Akkadian empire: Evidence from the deep sea, Geology, Boulder, 28, 4, 2000, p. 379-382.

Debret 2008, DEBRET M., Caractérisation de la variabilité climatique Holocène à partir de séries continentales, marines et glaciaires, Grenoble, Université Joseph Fourier, 2008, Thèse de doctorat : Sciences de la Terre et de l’Univers, 299 p., http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00535769/fr/.

Delibrias 1962, DELIBRIAS G. Ed., Échantillons de charbons de bois remis au laboratoire de Madame Delibrias provenant de la mission H. Lhote au Tassili 1962, s.l., s.n., 1962, 3 p. (Tapuscrit).

Delibrias et al. 1964, DELIBRIAS G., GUILLIER M.-T., LABEYRIE J., Saclay Natural Radiocarbon Measurements I, Radiocarbon, New Haven, 6, 1, 1964, p. 233-250.

Delibrias et al. 1966, DELIBRIAS G., GUILLIER M.-T., LABEYRIE J., Gif Natural Radiocarbon Measurements II, Radiocarbon, New Haven, 8, 1, 1966, p. 74-95.

Delibrias et al. 1971, DELIBRIAS G., GUILLIER M.-T., LABEYRIE J., Gif natural radiocarbon measurements VI, Radiocarbon, New Haven, 13, 2, 1971, p. 213-254.

Delibrias et al. 1974, DELIBRIAS G., GUILLIER M.-T., LABEYRIE J., Gif Natural Radiocarbon Measurements VIII, Radiocarbon, New Haven, 16, 1, 1974, p. 15-94.

Delibrias et al. 1986, DELIBRIAS G., GUILLIER M.-T., LABEYRIE J., Gif natural radiocarbon measurements X, Radiocarbon, New Haven, 28, 1, 1986, p. 9-68.

Di Lernia & Cremaschi 1996, DI LERNIA S., CREMASCHI M., Analysis of the Pleistocene-Holocene transition in the Central Sahara: culture and environment in the Uan Afuda Cave (Tadrart Acacus, Libya), in: Aspects of African archaeology. Papers from the 10th Congress of the Panafrican Association for Prehistory and related Studies, Pwiti G., Soper R. (Dir.), Harare, University of Zimbabwe, 1996, p. 221-234.

Di Lernia & Manzi 2002, DI LERNIA S., MANZI G. Eds., Sand, Stones, and Bones. The archaeology of death in the Wadi Tanezzuft Valley (5000-2000 bp), Roma / Firenze, Università la Sapienza - Department of Antiquities of Libya / All'Insegna del Giglio, 2002, 354 p. (Arid Zone Archaeology Monograph ; 3 / The Archaeology of Sahara ; 1).

Di Lernia 2006, DI LERNIA S., Building monuments, creating identity: Cattle cult as a social response to rapid environmental changes in the Holocene Sahara, Quaternary International, Amsterdam, 151, 2006, p. 50-62.

Di Lernia & Gallinaro 2010, DI LERNIA S., GALLINARO M., The date and context of Neolithic rock art in the Sahara: engravings and ceremonial monuments from Messak Settafet (south-west Libya), Antiquity, Oxford, 84, 326, 2010, p. 954-975.

Di Lernia et al. 2013, DI LERNIA S., TAFURI M.A., GALLINARO M., ALHAIQUE F., BALASSE M., CAVORSI L., FULLAGAR P.D., MERCURI A.M., MONACO A., PEREGO A., ZERBONI A., Inside the "African Cattle Complex": Animal Burials in the Holocene Central Sahara, PLoS ONE, San Francisco, 8, 2, 2013, p. e56879.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dietzel et al. 2008, DIETZEL M., KOLMER H., PÖLT P., SIMIC S., Desert varnish and petroglyphs on sandstone - Geochemical composition and climate changes from Pleistocene to Holocene (Libya), Chemie der Erde, Jena, 68, 2008, p. 31-43.
DOI : 10.1016/j.chemer.2007.03.001

Dittrich 2011, DITTRICH A., Zur Neolithisierung des Mittleren Niltals und angrenzender Regionen: Kultureller Wandel vom Mesolithikum zum Neolithikum im Nord- und Zentralsudan, Oxford, Archaeopress, 2011, 463 p. (British archaeological Reports - International Series ; 2281).

Dittrich 2013, DITTRICH A., Continuity, change and material memory: Taking a temporal perspective on the Neolithisation in Northeastern Africa, in: Neolithisation of Northeastern Africa, Shirai N. (Dir.), Berlin, Ex Oriente, 2013, p. 43-64 (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment ; 16).

Dorn & Oberlander 2007, DORN R.I., OBERLANDER T., Rock varnish, in: Geochemical sediments and landscapes, Nash J.D., Mclaren S.J. (Dir.), London, Blackwell, 2007, p. 317-367.

Dunne et al. 2012, DUNNE J., EVERSHED R.P., SALQUE M., CRAMP L., BRUNI S., RYAN K., BIAGETTI S., DI LERNIA S., First dairying in green Saharan Africa in the fifth millennium bc, Nature, London, 486, 7403, 2012, p. 390-394.

Dupuy 1990, DUPUY C., Les gravures naturalistes de l'Adrar des Iforas (Mali) dans le contexte de l'art rupestre saharien, Travaux du Laboratoire d'anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale Aix-en-Provence, 1989, 1990, p. 151-174.

Dupuy 2006, DUPUY C., Les plus anciennes peintures du Sahara, in: Le Sahara et l'Homme : un savoir pour un savoir faire : actes du colloque organisé à Douz du 27 au 29 décembre 2003, Fantar M.H.H. (Dir.), Tunis, Université - Chaire Ben Ali pour le Dialogue des Civilisations et des Religions 2006, p. 85-98.

Durand et al. 1999, DURAND A., PARIS F., SALIÈGE J.-F., Peuplements et environnements holocènes du bassin oriental de l'Azawagh (Niger), in: Vallée de l'Azawagh (Sahara du Niger), Paris F., Bernus E., Cressier P. (Dir.), Saint-Maur, Sépia, 1999, p. 15-183, annexes, 12 pl. photo. h.-t. (Etudes nigériennes ; 57).

Ehreinreich & Fuchs 2011, EHREINREICH S., FUCHS G., Archäologische Untersuchung eines "Goulet" (site no. 338) im Wadi Tifariti, Westsahara, Soboth, ARGIS Archäologie Service GmbH, 2011, 67 p.

Fentress 2011, FENTRESS E., Slavers on Chariots, in: Money, Trade and Trade-routes in Pre-Islamic North Africa, Dowler A., Galvin E.R. (Dir.), London, British Museum, 2011, p. 65-71 (Research publication (British Museum) ; 176).

Flight 1973, FLIGHT C., A Survey of recent results in the Radiocarbon Chronology of Northern and Western Africa, Journal of African History, London, 14, 4, 1973, p. 531-554.

de Foucault 1940, FOUCAULT C. de, Dictionnaire abrégé Touareg-Français de noms propres (dialecte de l'Ahaggar) : ouvrage publié par André Basset, professeur à la faculté des lettres d'Alger, Paris, Larose, 1940, 362 p., 2 cartes.

Francus et al. 2013, FRANCUS P., SUCHODOLETZ H.V., DIETZE M., DONNER R.V., BOUCHARD F., ROY A.-J., FAGOT M., VERSCHUREN D., KRÖPELIN S., Varved sediments of Lake Yoa (Ounianga Kebir, Chad) reveal progressive drying of the Sahara during the last 6100 years, Sedimentology, Amsterdam, 60, 4, 2013, p. 911-934.

Friquet & Le Quellec 2007, FRIQUET J.-C., LE QUELLEC J.-L., Utilisation de "Google Earth" pour l'inventaire des monuments lithiques sahariens : l'exemple de l'Immidir (Algérie), Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 11, 2007, p. 33-49, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00695337.

Gabriel 1972a, GABRIEL B., Terrassenentwicklung und vorgeschichtliche Umweltbedigungen im Enneri Dirennao, Zeitschrift für Geomorphologie N.F., Berlin, Suppl. 15, 1972a, p. 113-124.

Gabriel 1972b, GABRIEL B., Zur vorzeitfauna des Tibestigebirges, in: Palaeoecology of Africa, the surrounding islands ans Antarctica ; 6, Van Zinderen Bakker E.M. (Dir.), Cape Town, Balkema, 1972b, p. 161-162.

Gabriel 1984, GABRIEL B., Zur vorzeitlichen Besiedlung Südalgeriens (Tanezrouft, Tidikelt, Touat, Gourara), Die Erde, Berlin, 115, 1984, p. 93-109.

Gallin & Le Quellec 2008, GALLIN A., LE QUELLEC J.-L., Les ensembles céramiques du Bassin de Murzuq : Une contribution de l’archéologie préventive à la connaissance du Messak, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 12, 2008, p. 71-88.

Gallinaro et al. 2012, GALLINARO M., GAUTHIER C., GAUTHIER Y., LE QUELLEC J.-L., AZIZ S.A., BIAGETTI S., BOITANI L., CANCELLIERI E., CAVORSI L., MASSAMBA N'SIALA I., MONACO A., VANZETTI A., ZERBONI A., DI LERNIA S., The Messak Project. Cultural and Natural Preservation and Sustainable Tourism (south-western Libya), Antiquity, Oxford, 86, 331, 2012, p. en ligne, [Project Gallery], http://www.antiquity.ac.uk/projgall/gallinaro331/.

Garcea et al. 2013, GARCEA E.A.A., MERCURI A.M., GIRAUDI C., Archaeological and Environmental Changes between 9500 BP and 4500 BP: A Contribution from the Sahara to understand expanding Droughts in the "Great Mediterranean", Annali di Botanica, Roma, 3, 2013, p. 115-120.

Gasse & Van Campo 1994, GASSE F., VAN CAMPO E., Abrupt post-glacial climate events in West Asia and North Africa monsoon domains, Earth and Planetary Science Letters, Amsterdam, 126, 1994, p. 435-456.

Gasse & Roberts 2004, GASSE F., ROBERTS N., Late Quaternary Hydrologic changes in the arid and semiarid belt of Northern Africa, in: The Hadley Circulation: Present, Past and Future, Diaz H.F., Bradley R.S. (Dir.), Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2004, p. 3136345 (Advances in Global Change Research ; 21).

Gauthier & Gauthier 2004, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., Un exemple de relations monuments - art rupestre: "corbeilles" et grands cercles de pierres du Messak (Libye), Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, Saint-Lizier, 9, 2004, p. 45-63, pl. K-N.

Gauthier & Gauthier 2006, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., Monuments en trou de serrure et art rupestre : sur la distribution du groupe d'Iheren-Tahilali / Wa-n-Amil et ses relations avec les autres groupes culturels, in: Hic sunt leones : mélanges sahariens en l'honneur d'Alfred Muzzolini, Gauthier Y., Le Quellec J.-L., Simonis R. (Dir.), Saint-Lizier, Association des Amis de l'Art rupestre saharien, 2006, p. 79-110 (Cahiers de l'AARS ; 10).

Gauthier 2007, GAUTHIER Y., Sous zone 4 : Libye - Égypte - Nord du Soudan, in: Rock Art of Sahara and North Africa, International Council on Monuments and Sites (Dir.), Paris, ICOMOS, 2007, p. 101-131 (World Heritage Convention).

Gauthier & Gauthier 2007, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., Monuments funéraires sahariens et aires culturelles>, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 11, 2007, p. 65-78.

Gauthier & Gauthier 2008a, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., Art rupestre, monuments funéraires et aires culturelles : nouveaux documents concernant le Messak, le sud-est du Fezzân et l’oued Djerat, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 12, 2008a, p. 89-104.

Gauthier & Gauthier 2008b, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., Monuments en trou de serrure, monuments à alignement, monuments en « V » et croissants : contribution à l’étude des populations sahariennes, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 12, 2008b, p. 105-124.

Gauthier 2009a, GAUTHIER Y., Nouvelles réflexions sur les aires de distribution au Sahara central, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 13, 2009a, p. 121-134.

Gauthier 2009b, GAUTHIER Y., Orientation and Distribution of Various Dry Stone Monuments of the Sahara, in: Cosmology across Cultures. Proceedings of a workshop held at Parque de las Ciencias, Granada, Spain, 8-12 September 2008, Rubiño Martín J.A., Belmonte J.A., Prada F. et al. (Dir.), San Francisco, Astronomical Society of the Pacific, 2009b, p. 317-330 (Conference series ; 409).

Gauthier & Gauthier 2010, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., La grande “nasse” du wadi Gyérouriawen (région de l’Aramat, Fezzan) : réflexions sur le style de Tazina, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 14, 2010, p. 169-180.

Gauthier & Gauthier 2011, GAUTHIER Y., GAUTHIER C., Des chars et des tifinagh : étude aréale et corrélations, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 15, 2011, p. 90-118.

Gauthier 2012, GAUTHIER Y., C.R. de "Le peuplement protohistorique du Sahara central" de A. Heddouche, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, Saint-Lizier, 15, 2012, p. 330-337.

Gautier & Van Neer 1982, GAUTIER A., VAN NEER W., Prehistoric fauna from Ti-n-Torha (Tadrart Acacus, Libya), Origini, Roma, 11, 1982, p. 87-127.

Gautier 1987a, GAUTIER A., The archaeozoological sequence of the Acacus, in: Archaeology and environment in the Libyan Sahara. The excavations in the Tadrart Acacus, 1978-1983, Barich B.E. (Dir.), Oxford, B.A.R., 1987a, p. 283-308 (British archaeological Reports - International Series ; 368 / Cambridge Monographs in African Archaeology ; 23).

Gautier 1987b, GAUTIER A., Prehistoric men and cattle in North Africa: a dearth of data and a surfeit of models, in: Prehistory of Arid North Africa: Essays in Honor of Fred Wendorf, Close A.E. (Dir.), Dallas, Southern Methodist University Press, 1987b, p. 163-187.

Giraudi 2013, GIRAUDI C., Late Upper Pleistocene and Holocene Stratigraphy of the Palaeolakes in the Gobero Basin, in: Gobero: the No-Return Frontier. Archaeology and Landscape at the Sahara-Sahelian Borderland, Garcea E.A.A. (Dir.), Frankfurt am Main, Africa Magna, 2013, p. 67-80 (Journal of African Archaeology Monographs Series ; 9).

Giraudi & Mercuri 2013, GIRAUDI C., MERCURI A.M., Early to Middle Holocene Environmental Variations in the Gobero Basin, in: Gobero: the No-Return Frontier. Archaeology and Landscape at the Sahara-Sahelian Borderland, Garcea E.A.A. (Dir.), Frankfurt am Main, Africa Magna, 2013, p. 114-126 (Journal of African Archaeology Monographs Series ; 9).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Giraudi et al. 2013, GIRAUDI C., MERCURI A.M., ESU D., Holocene palaeoclimate in the northern Sahara margin (Jefara Plain, northwestern Libya), The Holocene, London, 23, 3, 2013, p. 339-352.
DOI : 10.1177/0959683612460787

Grigson 2000, GRIGSON C., Bos africanus (Brehm) ? Notes on the archaeozoology of the native cattle of Africa, in: The origins and development of African livestock : archaeology, genetics, linguistics and ethnography, Blench R.M., Macdonald K.C. (Dir.), London, UCL Press, 2000, p. 38-60.

Guagnin 2012, GUAGNIN M., From Savanna to Desert: Rock Art and the Environment in the Wadi al-Hayat (Libya), in: The Signs of Which Times? Chronological and Palaeoenvironmental Issues in the Rock Art of Northern Africa, Huyge D., Van Noten F., Swinne D. (Dir.), Brussels, Royal Academy for Overseas Sciences, 2012, p. 145-157.

Hachid et al. 2010, HACHID M., LE QUELLEC J.-L., AGSOUS S., AMARA A., BECK L., DUQUESNOY F., GRENET M., HEDDOUCHE A.E.K., KALTNECKER E., MERCIER N., MERZOUG S., QUILES A., SAHNOUN H., VALLADAS H., VIGEARS D., AVEC LA COLLABORATION DE, GAUTHIER C., BASSINOT F., Premiers résultats du projet algéro-français de datation directe et indirecte des images rupestres dans la Tasili-n-Ajjer, Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, 21, 2010, p. 27-58.

Hachid et al. 2012, HACHID M., LE QUELLEC J.-L., AMARA A., BECK L., HEDDOUCHE A.E.K., KALTNECKER E., LAHLIL S., MERZOUG S., MOREAU C., QUILES A., VALLADAS H., Quelques résultats du projet de datation directe et indirecte de l’art rupestre saharien, in: International Colloquium "The Signs of Which Times? Chronological and Palaeoenvironmental Issues in the Rock Art of Northern Africa", Royal Academy for Overseas Sciences, Brussels, 3-5 June, 2010, Huyge D., Van Noten F. (Dir.), Brussels, Royal Academy for Overseas Sciences, 2012, p. 71-96.

Hallier 1995, HALLIER U.W., Felsbilder früher Jägervölker der Zentral-Sahara. Rundköpfe — Schleifer — Gravierer — Punzer. Untersuchungen auf Grund neuerer Felsbildfunde in der Süd-Sahara, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1995, 198 p.

Hallier 2009, HALLIER B.C., The warriors of Wadi Oumashi (western central Tassili-n-Ajjer, South Algeria), Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, 20, 2009, p. 177-179, 2 pl. coul. h.-t. (p. XVI).

Hallier & Hallier 2012, HALLIER U.W., HALLIER B.C., The People of Iheren and Tahilahi, The World of Petroglyphs, Warmsroth, 39, 2012, p. 1-73.

Hoelzmann et al. 2004, HOELZMANN P., GASSE F., DUPONT L.M., SALZMANN U., STAUBWASSER M., LEUSCHNER D.C., SIROCKO F., Palaeoenvironmental changes in the arid and subarid belt (Sahara - Sahel - Arabian Peninsula) from 150 kyr to present, in: Past climate variability through Europe and Africa, Battarbee R.W., Gasse F., Stickley C.E. (Dir.), Dordrecht, Springer, 2004, p. 219-256 (Developments in paleoenvironmental research ; 6).

Jousse 2004, JOUSSE H., A new contribution to the history of pastoralism in West Africa, Journal of African Archaeology, Frankfurt am Main, 2, 2, 2004, p. 187-201.

Kröpelin et al. 2008, KRÖPELIN S., VERSCHUREN D., LÉZINE A.-M., EGGERMONT H., COCQUYT C., FRANCUS P., CAZET J.-P., FAGOT M., RUMES B., RUSSELL J.M., DARIUS F., CONLEY D.J., SCHUSTER M., SUCHODOLETZ (VON) H., ENGSTROM D.R., Climate-Driven Ecosystem Succession in the Sahara: The Past 6000 Years, Science, Washington, 320, 5877, 2008, p. 765-768.

Kröpelin 2009, KRÖPELIN S., Holozäne Umweltrekonstruktion und Kulturgeschichte der Sahara: Perspektiven aus der sudanesischen Wüste, Nova Acta Leopoldina, Leipzig, 108, 373, 2009, p. 165-191.

Kröpelin 2012, KRÖPELIN S., La fin du Sahara vert, in: Des climats et des hommes, Berger J.-F. (Dir.), Paris, La Découverte / Inrap 2012, p. 201-219 (Archéologies de la France).

Lahlil et al. 2011, LAHLIL S., BECK L., ET AL., Étude de la technique picturale des peintures rupestres têtes rondes et bovidien du Tassili n’Ajer par l’analyse de micro-prélèvements, in: Archéométrie 2011. Colloque du G.M.P.C.A., Liège, 11-15 avril 2011, Liège, Université de Liège - Centre Européen d'Archéométrie, 2011, 1 poster.

Lajoux 2006, LAJOUX J.-D., Art rupestre et aventures, in: Hic sunt leones : mélanges sahariens en l'honneur d'Alfred Muzzolini, Gauthier Y., Le Quellec J.-L., Simonis R. (Dir.), Saint-Lizier, Association des Amis de l'Art rupestre saharien, 2006, p. 127-148 (Cahiers de l'AARS ; 10).

Lajoux 2012, LAJOUX J.-D., Murs d'images : art rupestre de la Tassili-n-Ajjer, Paris, Errance, 2012, 314 p. (Pierres tatouées).

Le Quellec 1991, LE QUELLEC J.-L., L'apport d'Henri Lhote au problème de la chronologie des figurations rupestres sahariennes, Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, ' 1991, p. 107-113.

Le Quellec 1993, LE QUELLEC J.-L., A propos de quelques gravures rupestres de l'Ajal (Fezzân septentrional, Libye) - Réflexions sur le style de Tazina, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 90, 5, 1993, p. 368-374.

Le Quellec 1996, LE QUELLEC J.-L., L'art "classique" de la civilisation du Messak (Fezzân, Libye), Studia Africana, Barcelona, 7, 1996, p. 8-42.

Le Quellec 1997a, LE QUELLEC J.-L., Commentaire à la note de Nadjib Ferhat, Karl Heintz Striedter et Michel Tauveron M. Une limite ante quem pour l'art rupestre bubalin du Sahara central, Comptes Rendus de l'Académie des Sciences (2a), t. 324, p. 75-77, Comptes Rendus de l'Académie des Sciences (2a), Paris, 325, 12, 1997a, p. 1011-1012.

Le Quellec 1997b, LE QUELLEC J.-L., Comparatisme et horizon archaïque des gravures du Nil au Sahara central (à propos d'un article de U. Hallier), Archéo-Nil. Bulletin de la Société pour l'étude des cultures prépharaoniques de la vallée du Nil, Paris, 9, 1997b, p. 43-48.

Le Quellec 1998, LE QUELLEC J.-L., Art rupestre et préhistoire du Sahara : le Messak libyen, Paris, Payot & Rivages, 1998, 616 p., 189 fig. (Bibliothèque scientifique).

Le Quellec 2004, LE QUELLEC J.-L., Une scène miniature incisée à Ti-n-Taborak (Akâkûs) et ses implications pour la chronologie des gravures rupestres du Sahara, Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, 15, 2004, p. 59-74.

Le Quellec 2006, LE QUELLEC J.-L., Rock art and cultural responses to climatic changes in the Central Sahara during the Holocene, in: Exploring the Mind of Ancient Man (Festschrift to Robert Bednarik), Reddy P.C. (Dir.), New Delhi, Research India Press, 2006, p. 173-188.

Le Quellec 2007, LE QUELLEC J.-L., Alors, quoi de neuf depuis l'an 2000 ? Notes de lecture, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 11, 2007, p. 157-181.

Le Quellec 2008a, LE QUELLEC J.-L., "Chasseurs" et "pasteurs" au Sahara central : les "chasseurs archaïques" chassés du paradigme, P@lethnologie, Toulouse, 1, 2008a, p. 401-409, http://www.palethnologie.org/revue.php?numero=1&partie=2.

Le Quellec 2008b, LE QUELLEC J.-L., What's new in the Sahara, 2000-2004?, in: Rock art studies : news of the world III, Bahn P.G., Franklin N., Strecker M. (Dir.), Oxford, Oxbow, 2008b, p. 52-88.

Le Quellec 2009, LE QUELLEC J.-L., À propos du nom donné à quatre styles de peintures rupestres du Sahara central, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 13, 2009, p. 183-188.

Le Quellec 2010a, LE QUELLEC J.-L., À propos d’un site inédit de l’Akukas : contribution à l’iconologie du style d’Iheren, Cahiers de l'Association des Amis de l'Art rupestre saharien, St-Lizier, 14, 2010a, p. 191-203.

Le Quellec 2010b, LE QUELLEC J.-L., Nil et Sahara: Vingt ans plus tard, Archéo-Nil. Bulletin de la Société pour l'étude des cultures prépharaoniques de la vallée du Nil, Paris, 20, 2010b, p. 62-75.

Le Quellec 2011a, LE QUELLEC J.-L., Arts rupestres, écritures et protoécritures en Afrique: l'exemple du libyque, Afriques, Paris, 2011a, p. 1-23, [en ligne] http://afriques.revues.org/716.

Le Quellec 2011b, LE QUELLEC J.-L., Provoking lactation by the insufflation technique as documented by the rock images of the Sahara, Anthropozoologica, Paris, 46, 1, 2011b, p. 65-125.

Le Quellec 2012, LE QUELLEC J.-L., Sahara, 2005-2009, in: Rock art studies : news of the world IV, Bahn P.G., Franklin N., Strecker M. (Dir.), Oxford / Oakville, Oxbow, 2012, p. 65-98.

Lhote 1958, LHOTE H., A la découverte des fresques du Tassili, Paris, Arthaud, 1958, 269 p. (Signes des temps ; 3).

Lhote 1973, LHOTE H., A la découverte des fresques du Tassili, 2ème édition, Paris, Arthaud, 1973, 261 p. (Signes des temps ; 3).

Lhote 1989, LHOTE H., Art rupestre. Période des "Têtes Rondes", in: Encyclopédie berbère VI: Antilopes - Arzuges, Camps G. (Dir.), Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 922-925.

Liu & Broecker 2007, LIU T., BROECKER W.S., Holocene rock varnish microstratigraphy and its chronometric application in the drylands of western USA, Geomorphology, Amsterdam, 84, 1, 2007, p. 1-21.

Liu & Broecker 2008a, LIU T., BROECKER W.S., Rock varnish evidence for latest Pleistocene millennial-scale wet events in the drylands of western United States, Geology, Boulder, 36, 2008a, p. 403-406.

Liu & Broecker 2008b, LIU T., BROECKER W.S., Rock varnish microlamination dating of late Quaternary geomorphic features in the drylands of western USA, Geomorphology, Amsterdam, 93, 2008b, p. 501-523.

Lutz & Lutz 1995, LUTZ R., LUTZ G., The Secret of the Desert. The rock art of Messak Settafet and Messak Mellet, Libya (Das Geheimnis der Wüste. Die Felskunst des Messak Settafet und Messak Mellet, Libyen). Innsbruck, Universtitätbuchhandlung Golf Verlag, 1995, 177 p., 235 fig.

Lutz 2008, LUTZ R., Das Atelier im Fels. Ein Fenster zur Urgeschichte der zentralen Sahara. Mit einem Beitrag von Gabriele Lutz-Decristoforo: Tuareg — Dier Herren der Wüste, Innsbruck, Chez l’auteur, 2008, 232 p., 292 fig.

Maley & Vernet 2013, MALEY J., VERNET R., Peuples et évolution climatique en Afrique nord-tropicale, de la fin du Néolithique à l’aube de l’époque moderne, Afriques, Paris, 3, 2013, [en ligne] http://afriques.revues.org/1209.

Marshall & Hildebrand 2002, MARSHALL F., HILDEBRAND E., Cattle before crops : the beginnings of food production in Africa, Journal of World prehistory, New York / London, 16, 2, 2002, p. 99-143.

Mattingly et al. 2003, MATTINGLY D.J., DANIELS C.M., DORE J., EDWARDS D., HAWTHORNE J., The archaeology of Fazzân. Volume 1 : Synthesis, London / Tripoli, Society for Libyan Studies / Department of Antiquities, 2003, xxvi + 426 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mercier et al. 2012, MERCIER N., LE QUELLEC J.-L., HACHID M., AGSOUS S., GRENET M., OSL dating of Quaternary deposits associated with the parietal art of the Tassili-n-Ajjer plateau (Central Sahara), Quaternary Geochronology, Amsterdam, 10, 2012, p. 367-373.
DOI : 10.1016/j.quageo.2011.11.010

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Migowski et al. 2006, MIGOWSKI C., STEIN M., PRASAD S., NEGEDANK J.F.W., AGNON A., Holocene climate variability and cultural evolution in the Near East from the Dead Sea sedimentary record, Quaternary Research, Amsterdam, 66, 2006, p. 421-431.
DOI : 10.1016/j.yqres.2006.06.010

Milburn 1996, MILBURN M.A.W., Some recent burial dates for central and southern Sahara, including monuments, Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, 8, 1996, p. 99-103.

Monney 2002, MONNEY J., La datation de l'art rupestre et les plus anciennes traces d'art rupestre connues en Afrique du Nord, au Sahara et dans la vallée du Nil, Genève, 2002, Travail de diplôme sous la direction du professeur Alain Gallay, 226 p.

Monod 1932, MONOD T., L'Adrar Ahnet, contribution à l'étude archéologique d'un district saharien, Paris, Institut d'Ethnologie, 1932, 210 p. (Travaux et Mémoires).

Mori 1965, MORI F., Tadrart Acacus. Arte rupestre e culture del Sahara preistorico, Turin, Einaudi, 1965, 258 p.

Mori 1994, MORI F., Le Messak Settafet, une zone d'art rupestre unique au monde, in: Art rupestre du Sahara. Les pasteurs-chasseurs du Messak libyen, Van Albada A.-M., Van Albada A. (Dir.), Dijon, Faton, 1994, p. 2-3 (Dossiers de l'Archéologie ; 197).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mori et al. 2006, MORI F., PONTI R., MESSINA A., FLIEGER M., HAVLICEK V., SINIBALDI M., Chemical characterization and AMS radiocarbon dating of the binder of a prehistoric rock pictograph at Tadrart Acacus, southern west Libya, Journal of Cultural Heritage, Paris, 7, 2006, p. 344-349.
DOI : 10.1016/j.culher.2006.04.006

Müller-Karpe 1980, MÜLLER-KARPE A., Eine Quadriga-Darstellung in der Zentral-Sahara, Beiträge zur allgemeinen und vergleichenden Archäologie, Mainz, 2, 1980, p. 359-379.

Muzzolini 1979, MUZZOLINI A., L'extension géographique des "Têtes Rondes" au Sahara, in: The intellectual expressions of prehistoric man : art and religion, Anati E. (Dir.), Brescia, Centro Camuno di Studi Preistorici, 1979, p. 511-513 (Valcamonica Symposium Proceedings ; 3).

Muzzolini 1981, MUZZOLINI A., Les "guerriers libyens" de l'Aïr. Essai d'utilisation du critère des patines à l'échelle statistique, Travaux du Laboratoire d'anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale, Aix-en-Provence, 1981, p. 1-32.

Muzzolini 1981a, MUZZOLINI A., Essai de classification des peintures bovidiennes du Tassili, Bulletin de la Société préhistorique de l'Ariège, Tarascon-sur-Ariège 36, 1981a, p. 93-113.

Muzzolini 1981b, MUZZOLINI A., Le groupe europoïde d'Iheren-Tahilahi étage "bovidien final" des peintures du Tassili, Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, 32, 1981b, p. 121-132.

Muzzolini & Kolmer 1982, MUZZOLINI A., KOLMER H., Les peintures des "Têtes rondes" et les peintures de l'ère "pastorale" dans l'Acacus (Libye) : chronologie relative et chronologie absolue, Ars Praehistorica, Barcelona, 1, 1982, p. 99-122.

Muzzolini 1982a, MUZZOLINI A., Les "Martiens" dans les peintures des Têtes Rondes du Tassili, Travaux de l'Institut d'Art Préhistorique, Toulouse, 24, 1982a, p. 117-196.

Muzzolini 1982b, MUZZOLINI A., Sur un quadrige "grec" de style Iheren-Tahilahi au Tassili du N.O., Ars Praehistorica, Barcelona, 1, 1982b, p. 189-200.

Muzzolini 1983a, MUZZOLINI A., L'Art rupestre préhistorique du Sahara central : classification et chronologie. Le boeuf dans la préhistoire africaine, Aix-en-Provence, Université de Provence, 1983a, Thèse de Doctorat 3ème Cycle, 608 p.

Muzzolini 1983b, MUZZOLINI A., Nouvelles peintures et gravures au Tassili du N.-O. Le quadrige "grec" (découverte Kunz), Nyame Akuma, Edmonton, 22, 1983b, p. 18-22.

Muzzolini 1986, MUZZOLINI A., L'art rupestre préhistorique des massifs centraux sahariens, Cambridge, B.A.R., 1986, 358 p. (British archaeological Reports - International Series ; 318 / Cambridge monographs in African Archaeology ; 16).

Muzzolini 1991a, MUZZOLINI A., Essai de classification et de chronologie relative des peintures "Têtes Rondes" du Tassili et de l'Acacus, Quaderni di archeologia della Libia, Roma, 14, 1991a, p. 5-26.

Muzzolini 1991b, MUZZOLINI A., Que sont les chasseurs et les chasseurs-pasteurs du Fezzan ?, Espacio, tiempo y forma. Serie 1 : Prehistoria y arqueología, Madrid, 4, 1991b, p. 269-282.

Muzzolini 1992, MUZZOLINI A., Dating the earliest central saharian rock art. archaeological and linguistic data, in: The followers of Horus, studies dedicated to Michael Hoffman, Oxford, Oxbow Books, 1992, p. 147-154 (Oxbow Monograph ; 200).

Muzzolini 1994, MUZZOLINI A., Les chars au Sahara et en Egypte. Les chars des "peuples de la mer" et la "vague orientalisante" en Afrique, Revue d'Egyptologie (Paris), Paris, 45, 1994, p. 207-234.

Muzzolini 1995, MUZZOLINI A., Les images rupestres du Sahara, Toulouse, Chez l'auteur, 1995, 447 p. (Préhistoire du Sahara ; 1).

Muzzolini 2006, MUZZOLINI A., Classifying a set of rock art: how to choose the criteria, Rock Art Research, Caulfield South, 23, 2, 2006, p. 171-178.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Nikita et al. 2012, NIKITA E., MATTINGLY D.J., MIRAZÓN LAHR M., Sahara: Barrier or corridor? Nonmetric cranial traits and biological affinities of North African late Holocene populations, American Journal of Physical Anthropology, Hoboken, 147, 2, 2012, p. 280-292.
DOI : 10.1002/ajpa.21645

Paris & Saliège 2010, PARIS F., SALIÈGE J.-F., Chronologie des monuments funéraires sahariens : problèmes, méthode et résultats, in: Dossier : La coopération archéologique française en Afrique. 1 : Préhistoire et protohistoire, Paris F. (Dir.), Paris, Maison des Sciences de l'Homme, 2010, p. 57-60 (Nouvelles de l'Archéologie ; 120-121).

Pasa & Pasa-Durante 1962, PASA A., PASA-DURANTE M.V., Analisi paleoclimatiche nel deposito di Uan Muhuggiag, nel massiccio dell'Acacus (Fezzan meridionale), Memorie del Museo civico di Storia naturale di Verona, Verona, 10, 1962, p. 251-255.

Petit-Maire 2002, PETIT-MAIRE N., Sahara : sous le sable ... des lacs : un voyage dans le temps, Paris, CNRS Editions, 2002, 127 p.

Petit-Maire 2012, PETIT-MAIRE N., Sahara : les grands changements climatiques naturels, Paris, Errance, 2012, 191 p. (Promenades archéologiques).

Ponti 1996, PONTI R., Datation de l'art préhistorique: problèmes et premières expériences sur les peintures du Sahara libyen, in: The prehistory of Africa, Aumassip G., Desmond Clark J., Mori F. (Dir.), Forli, Abaco, 1996, p. 71-73 (Actes du 13ème Congrès de l'Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Forlì 1996 / Colloquia 15).

Ponti & Sinibaldi 2005, PONTI R., SINIBALDI M., Direct dating of painted rock art in the Libyan Sahara, Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, 16, 2005, p. 162-164.

Prasad & Gupta 2012, PRASAD S., GUPTA S.K., Holocene Climatic Fluctuations in Monsoonal Asia, Arabia and Africa—Review and Possible Causes, in: Modern and Ancient Lake Systems: New Problems and Perspectives, Pitman J.K., Carroll A.R. (Dir.), Salt Lake City, Utah Geological Association, 2012, p. 261-275.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pross et al. 2009, PROSS J., KOTTHOFF U., MÜLLER U.C.P., O., DORMOY I.S., G.
KALAITZIDIS, S., SMITH A.M., Massive perturbation in terrestrial ecosystems of the Eastern Mediterranean region associated with the 8.2 kyr B.P. climatic event, Geology, Boulder, 37, 10, 2009, p. 887-890.
DOI : 10.1130/G25739A.1

Reimer et al. 2009, REIMER P.J., BAILLIE M.G.L., BARD E., BAYLISS A., BECK J.W., BLACKWELL P.G., BRONK RAMSEY C., BUCK C.E., BURR G.S., EDWARDS R.L., FRIEDRICH M., GROOTES P.M., GUILDERSON T.P., HAJDAS I., HEATON T.J., HOGG A.G., HUGHEN K.A., KAISER K.F., KROMER B., MCCORMAC F.G., MANNING S.W., REIMER R.W., RICHARDS D.A., SOUTHON J.R., TALAMO S., TURNEY C.S.M., VAN DER PLICHT J., WEYHENMEYER C.E., IntCal09 and Marine09 Radiocarbon Age Calibration Curves, 0–50,000 Years cal BP, Radiocarbon, Yale, 51, 4, 2009, p. 1111-1150.

Rohling & Pälike 2005, ROHLING E.J., PÄLIKE H., Centennial-scale climate cooling with a sudden cold event around 8,200 years ago, Nature, London, 434, 2005, p. 975-979.

Saliège et al. 2008, SALIÈGE J.-F., ZAZZO A., PARIS F., Chronologie des monuments à couloir et enclos d'Emi-Lulu. Datation croisée de l'émail dentaire et des os des squelettes des humains inhumés, Les déserts d'Afrique et d'Arabie: environnement, climat et impact sur les populations. Colloque de l'académie des sciences, Institut de France, 8-9 septembre 2008, Paris, 2008, Poster P 9-7.

Sansoni 1994, SANSONI U., Le più antiche pitture del Sahara. L'arte delle Teste Rotonde, Milano, Jaca Book, 1994, 323 p.

Sereno et al. 2008, SERENO P.C., GARCEA E.A.A., JOUSSE H., STOJANOWSKI C.M., SALIÈGE J.-F., MAGA A., IDE O.A., KNUDSON K.J., MERCURI A.M., STAFFORD JR T.W., KAYE T.G., GIRAUDI C., N'SIALA I.M., COCCA E., MOOTS H.M., DUTHEIL D.B., STIVERS J.P., Lakeside Cemeteries in the Sahara: 5000 Years of Holocene Population and Environmental Change, PLoS ONE, San Francisco, 3, 8, 2008, p. e2995.

Servant 1983, SERVANT M., Séquences continentales et variations climatiques et évolution du bassin du Tchad au Cénozoïque supérieur, Paris, Orstom, 1983, 573 p. (Travaux et documents ; 159).

Sinibaldi et al. 1996, SINIBALDI M., MARCHESE S., DESIDERIO C., Radiocarbon dates for prehistoric rock paintings at Tadrart Acacus, Libya, in: The prehistory of Africa, Aumassip G., Desmond Clark J., Mori F. (Dir.), Forlì, Abaco, 1996, p. 71-73 (Actes du 13ème Congrès de l'Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Forlì 1996 / Colloquia 15).

Smith 2013, SMITH A., Unraveling the Prehistoric Ancestry of the Present-day Inhabitants of Northeast Africa: An Archaeogenetic Approach to Neolithisation, in: Neolithisation of Northeastern Africa, Shirai N. (Dir.), Berlin, Ex Oriente, 2013, p. 1-27 (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment ; 16).

Soleilhavoup 2007, SOLEILHAVOUP F., L'art mystérieux des Têtes Rondes au Sahara, Dijon, Faton, 2007, 280 p.

Soukopova 2011, SOUKOPOVA J., The Earliest Rock Paintings of the Central Sahara: Approaching Interpretation, Time and Mind: The Journal of Archaeology, Consciousness and Culture, London, 4, 2, 2011, p. 193-216.

Soukopova 2012, SOUKOPOVA J., Round Heads. The Earliest Rock Paintings in the Sahara, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2012, viii + 186 p.

Stanley et al. 2003, STANLEY J.-D., KROM M., CLIFF R.A., WOODWARD J.C., Nile Flow Failure at the End of the Old Kingdom, Egypt: Strontium Isotopic and Petrologic Evidence, Geoarchaeology, New York, 18, 3, 2003, p. 395-402.

Staubwasser & Weiss 2006, STAUBWASSER M., WEISS H., Holocene climate and cultural evolution in late prehistoric–early historic West Asia, Quaternary Research, Amsterdam, 66, 3, 2006, p. 372-387.

Striedter & Tauveron 2005, STRIEDTER K.H., TAUVERON M., Traces de l'art rupestre fezzanais dans la Tadrart algérienne, in: Hunters vs. pastoralists in the Sahara: material culture and symbolic aspects, Barich B.E., Tillet T., Striedter K.H. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 2005, p. 15-23 (BAR - International Series ; 1338 / Actes du 14ème Congrès de l'UISPP, Liège 2001 : colloque/symposium 15.1).

Tauveron 1992, TAUVERON M., Les Peintures rupestres des têtes rondes au Tassili n'Ajjer (Sahara central): approche globale de la question, Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, 1992, Thèse de Doctorat : Art et archéologie - Préhistoire africaine, 515 p.

Tauveron 2003a, TAUVERON M., Données récentes sur l'art rupestre algérien et questions de chronologie, Nouvelles de l'Archéologie, Paris, 94, 2003a, p. 20-26.

Tauveron 2003b, TAUVERON M., L'art caballin du Sahara central, in: Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire, Guilaine J. (Dir.), Paris, Errance, 2003b, p. 217-236 (Hespérides).

Thommeret & Rapaire 1964, THOMMERET J., RAPAIRE J.L., Monaco radiocarbon measurements I, Radiocarbon, New Haven, 6, 1964, p. 194-196.

Van Albada & Van Albada 1994a, VAN ALBADA A., VAN ALBADA A.-M., De nombreux centres culturels. L'inspiration des "Mathendous" étendue à l'ensemble du plateau du Messak libyen, in: Art rupestre du Sahara. Les pasteurs-chasseurs du Messak libyen, Van Albada A.-M., Van Albada A. (Dir.), Dijon, Faton, 1994a, p. 22-33 (Dossiers de l'Archéologie ; 197).

Van Albada & Van Albada 1994b, VAN ALBADA A., VAN ALBADA A.-M., Sites d'art rupestre dans le Messak Mellet, Sahara. Preistoria e Storia del Sahara, Segrate, 6, 1994b, p. 83-87.

Van Albada & Van Albada 1995, VAN ALBADA A., VAN ALBADA A.-M., Le Messak libyen, jardin secret de l'art rupestre au Sahara central, Archéo-Nil. Bulletin de la Société pour l'étude des cultures prépharaoniques de la vallée du Nil, Paris, 8, 1995, p. 8-44.

Van Albada & Van Albada 2000, VAN ALBADA A., VAN ALBADA A.-M., La montagne des hommes-chiens. Art rupestre du Messak libyen, Paris, Le Seuil, 2000, 140 p. (Arts rupestres).

Van Albada & Van Albada 2012, VAN ALBADA A., VAN ALBADA A.-M., Éléments intéressant la chronologie relative des gravures rupestres du plateau du Messak au Fezzan (Libye) in: The Signs of Which Times? Chronological and Palaeoenvironmental Issues in the Rock Art of Northern Africa, Huyge D., Van Noten F., Swinne D. (Dir.), Brussels, Royal Academy for Overseas Sciences, 2012, p. 159-174.

Van Der Plicht et al. 2011, VAN DER PLICHT J., AKKERMANS P.M.M.G., NIEUWENHUYSE O.P., KANEDA A., RUSSELL A., Tell Sabi Abyad, Syria: Radiocarbon Chronology, Cultural Change, and the 8.2 ka Event, Radiocarbon, Yale, 53, 2, 2011, p. 229-243.

Vernet & Aumassip 1998, VERNET R., AUMASSIP G., Le Sahara et ses marges: paléoenvironnements et occupation humaine à la fin du Pléistocène et à l'Holocène: inventaire des datations 14C. Deuxième édition, Meudon, Centre de Recherches Inter-Africain en Archéologie, 1998, 147 p.

Wellard 1968, WELLARD J., Prehistoric rock paintings face destruction in Sahara, The Times, London, February 24, 1968, p. 9-.

Wengrow 2003, WENGROW D., On desert origins for the ancient Egyptians, Antiquity, Oxford, 77, 297, 2003, p. 597-601.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Weninger et al. 2006, WENINGER B., ALRAM-STERN E., BAUER E., CLARE L., DANZEGLOCKE U., JÖRIS O., KUBATZKI C., ROLLEFSON G.O., TODOROVA H., VAN ANDEL T.H., Climate forcing due to the 8200 cal yr BP event observed at Early Neolithic sites in the eastern Mediterranean, Quaternary Research, Amsterdam, 66, 3, 2006, p. 401-420.
DOI : 10.1016/j.yqres.2006.06.009

Yletyinen 2009, YLETYINEN J., Holocene Climate Variability and Cultural Changes at River Nile and Its Saharan Surroundings, Stockholm, Stockholms universitet - Institutionen för naturgeografi och kvartärgeologi, 2009, 61 p.

Zerboni 2008, ZERBONI A., Holocene rock varnish on the Messak plateau (Libyan Sahara): Chronology of weathering processes, Geomorphology, Amsterdam, 102, 2008, p. 640-651.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Zerboni et al. 2011, ZERBONI A., TROMBINO L., CREMASCHI M., Micromorphological approach to polycyclic pedogenesis on the Messak Settafet plateau (central Sahara): Formative processes and palaeoenvironmental significance, Geomorphology, Amsterdam, 125, 2, 2011, p. 319-335.
DOI : 10.1016/j.geomorph.2010.10.015

Zerboni 2012, ZERBONI A., Rock Art in the Central Sahara (SW Libya): A Geoarchaeological and Palaeoenvironmental Perspective, in: The Signs of Which Times? Chronological and Palaeoenvironmental Issues in the Rock Art of Northern Africa, Huyge D., Van Noten F., Swinne D. (Dir.), Brussels, Royal Academy for Overseas Sciences, 2012, p. 175-195.

Zerboni & Cremaschi 2012, ZERBONI A., CREMASCHI M., Il significato paleoclimatico dei carbonati continentali olocenici centro-sahariani: memoria delle forzanti orbitali e di eventi climatici rapidi ?, Rendiconti Online Società Geologica Italiana, Roma, 18, 2012, p. 36-39.

Zerboni 2013, ZERBONI A., Early Holocene palaeoclimate in North Africa: An overview, in: Neolithisation of Northeastern Africa, Shirai N. (Dir.), Berlin, Ex Oriente, 2013, p. 65-82 (Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment ; 16).

Haut de page

Notes

1 J’adresse mes vifs remerciements à Christian Dupuy, Frédérique Duquesnoy, Yves Gauthier, Abdelkader Lemjidi, Robert Vernet et un relecteur anonyme, car leurs remarques, suggestions et critiques stimulantes ont beaucoup contribué à l’amélioration de ce texte.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre 2. Exemple de représentation de boviné en style du Mesāk (Libye), cumulant plusieurs attributs de cette façon de graver hautement caractéristique, en particulier le double contour, les côtes en relief, l’abaissement exopérigraphique de la paroi, le polissage endopérigraphique (Photo JLLQ)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 4. Exemple de gravures en style de Tazina sur une dalle horizontale du Taleshut au Mesāk (Photo JLLQ)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre 5. Exemple d’anthropomorphe du style « classique » des « Têtes Rondes », du type souvent surnommé « Martien » ou (ici) « Grand Dieu » Détail de l’abri dit du « Grand Dieu » à Sefar (Tasīli-n-Ajjer ; photo Vincent Timothée)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre 6. Panneau orné de peintures du style d’Iheren. Oued Imha, dans l’Akukas (Libye ; relevé JLLQ, d’après Le Quellec 2010a)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tabl. 1 Datations obtenues au Mesāk pour la microcouche la plus ancienne de trois échantillons de patine foncée concernant des surfaces brutes non gravées. Elles ont été interprétées comme des dates post quem pour la formation des patines correspondantes (Zerboni 2008 : tableau 1)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tabl. 2 Datation directe par SMA de peintures rupestres de l’Akukas (d’après Ponti 1996 et Ponti & Sinibaldi 2005)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tabl. 3. Dates radiocarbones obtenues dans les années 1960-1970 sur des sites du plateau de la Tasīli-n-Ajjer
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tabl. 4. Nouvelles datations obtenues sur des échantillons collectés dans la Tasīli-n-Ajjer en 2008-2009 (d’après Hachid, Le Quellec, Agsous, Amara, Beck, Duquesnoy, Grenet, Heddouche, Kaltnecker, Mercier, Merzoug, Quilès, Sahnoun, Valladas & Vigears 2010 et Hachid, Le Quellec, Amara, Beck, Kaltnecker, Merzoug, Quiles & Valladas 2012)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 8. Comparaison des intervalles calendaires (à un et deux sigma) des dates obtenues sur les échantillons collectés dans la Tasīli-n-Ajjer par Henri Lhote (en haut) et ceux obtenus dans la même région en 2008-2009 (d’après les données des tableaux 3 et 4)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 10. Carte de répartition des plus anciens bovins domestiques attestés dans chaque région sur l’ensemble du Sahara, montrant clairement une progression d’est en ouest (adapté de Jousse 2005, fig. 5)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 11. Exemples de « monuments en corbeille », maintenant usuellement appelés « corbeilles », ici en bordure de l’Ankebrīt au Mesāk (Photo JLLQ)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre 12. Répartition des 365 « corbeilles » actuellement connues ; en certains lieux, plusieurs de ces monuments sont regroupés à quelques mètres les uns des autres, ce qui fait qu’à l’échelle de cette carte, un seul point peut représenter jusqu’à une douzaine d’entre eux
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Tabl. 5. Datations obtenues lors de la fouille de monuments en « corbeille » du Mesāk (d’après Di Lernia & Gallinaro 2010 et Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-20.png
Fichier image/png, 150k
Titre 14. Exemple de monuments à couloir et enclos du type dit « en trou de serrure », Ti-n-Amali, Tasīli-n-Ajjer (Photo JLLQ)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre tabl. 6. Datations par SMA de sept monuments à couloir et enclos (d’après Paris & Saliège 2010 : 60)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-23.png
Fichier image/png, 52k
Titre 16. Exemple de monuments à antennes en « V » de l’Imarāwen au Mesāk (Photo JLLQ)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 17. Intervalles calendaires (à un et deux sigma)de l'ensemble des dates obtenues pour des monuments lithiques du Sahara central : corbeilles en haut (d’après Di Lernia & Gallinaro 2010 et Di Lernia, Tafuri, Gallinaro, Alhaique, Balasse, Cavorsi, Fullagar, Mercuri, Monaco, Perego & Zerboni 2013), monuments à couloir et enclos du Niger au milieu (d’après Paris & Saliège 2010) et monuments à antennes en « V » en bas (d’après Di Lernia & Manzi 2002 : 282, tableau 14.1)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/715/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 16 janvier 2015, consulté le 30 juin 2016. URL : http://pm.revues.org/715

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

CNRS/CEMAf UMR 8171 - Honorary Fellow, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Witwatersrand, Johannesburg 2050 - JLLQ@rupestre.on-rev.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page