Navigation – Plan du site

La sépulture collective mégalithique de Cabrials (Béziers, Hérault) :

une petite allée sépulcrale enterrée du début du Néolithique final. (en cours de publication)
Yaramila Tchérémissinoff, Richard Pelle, Maxime Rémicourt, Aurore Schmitt, Benoît Sendra et Michel Errera

Résumé

La structure fouillée en novembre 2007 au lieu-dit « Cabrials » est un petit monument de la fin du Néolithique. Il a été installé dans une excavation oblongue d’environ 3 m par 1,50 m et se compose de 9 orthostates, tous retouchés, soigneusement ajustés et bloqués par de plus petites pierres. Tous les orthostates des parois sont des stèles frustes ou des éléments d’architecture remployés. Les dalles de couvertures ont été arrachées par les labours. Une seule a été retrouvée à proximité. Elle présente la même taille et forme que les autres. Par contre, il ne subsiste aucun indice relatif à une plausible signalisation.

La chambre présente un plan rectangulaire de 1,50 m par 0,70 m et une hauteur d’environ 0,90 m. Son grand axe est orienté nord-ouest/sud-est. On entrait dans la chambre par le biais d’une fosse accolée à son petit côté nord-ouest, qui correspond à un couloir embryonnaire court ou, encore, au débouché d’un couloir en partie aérien. Cet accès et la chambre sont séparés par une dalle amovible, appuyée sur deux piliers. Cette configuration, chambre longue unique, enterrée, à laquelle on accède par un couloir frontal également excavé, se rapproche typologiquement d’une allée sépulcrale enterrée. Il s’agit en l’occurrence d’un très petit monument, mais son caractère mégalithique est incontestable, de même que son fonctionnement collectif. Cette tombe concerne, en effet, 19 individus au minimum, dont les inhumations ont été échelonnées dans le temps. Les dépôts ont été remaniés de manière importante en au moins deux phases principales.

La condamnation de la sépulture pose problème, car il s’agit d’une procédure réalisée longtemps après le dernier dépôt.

Les jeunes immatures sont sur-représentés, ce qui est surprenant pour ce type de sépulture. Par ailleurs, la durée d’utilisation semble courte, ce que suggère aussi la forte cohérence typologique du mobilier, dont toutes les composantes se rapportent au Néolithique final 1. Les datations 14C évoquent de manière concordante une fréquentation située autour de – 3300 BC. Le mobilier se compose d’un grand vase de stockage issu de la sphère domestique, de quelques outils lithiques et de différents éléments dont la distribution est relativement conforme à celle observée pour de plus grandes sépultures collectives, notamment dans le nord de la France.

Enfin, la chronologie de ce monument un peu antérieure au plein développement des sépultures collectives mégalithiques en Languedoc, sa taille modeste et son fonctionnement particulier évoquent des traits intermédiaires entre des petits coffres lithiques du Néolithique moyen et de plus grandes sépultures, plus longuement utilisées, du Néolithique final.

Haut de page

Texte intégral

1Sommaire

21. Introduction
Par Y. Tchérémissinoff
1.1 Raisons de l’opération
1.2. Déroulement et méthode de fouille
1.3 Contexte d’implantation

32. Résultats
Par Y. Tchérémissinoff
2.1 Caractéristiques architecturales
2.2 Les sédiments

43. Le niveau sépulcral
Par Y. Tchérémissinoff
3.1. Description par groupe de démontage
3.2. Description par grands secteurs anatomiques
3.3. Répartition des jeunes immatures

54. Analyse dynamique du dépôt de céramique
Par B. Sendra
4.1. Analyse de la fragmentation
4.2. Analyse de l’agencement de l’amas et de sa composition : situation des fragments dans le monument, déficit et représentation des fragments
4.3. Essai de reconstitution des étapes de la gestion du dépôt céramique

65. Dénombrement, recrutement, caractéristiques biologiques de la « population » inhumée
Par A. Schmitt
5.1. Le dénombrement des individus
5.2 L’analyse du recrutement
5.3 Variations anatomiques, marqueurs de stress, pathologies

76. Description typologique, Aspects technologiques et statut du mobilier céramique déposé à l’entrée du monument de Cabrials
Par B. Sendra
6.1. Typologie
6.2. Considérations techniques
6.3. La question du statut du dépôt céramique
6.4. Repères chronologiques établis par la céramique

87. Le mobilier lithique
Par M. Remicourt, avec la coll. de Michel Errera
7.1. Les lames en silex de Collorgues
7.2. La perle olivaire aplatie en variscite
7.3. La lame de hache polie

98. La datation absolue
Par Y. Tchérémissinoff

109. Étude technologique des dalles du monument
Par R. Pellé

1110. Histoire et fonctionnement du monument
Par Y. Tchérémissinoff

1211. Eclairages comparatifs
Par Y. Tchérémissinoff

1312. Synthèse, discussion et conclusion
Par Y. Tchérémissinoff

14Bibliographie

15Annexes
Annexe 1 : inventaire des os (Y.T.)
Annexe 2 : inventaire des os de jeunes enfants (Y.T.)
Annexe 3 : inventaire des dents (A.S.)
Annexe 4 : inventaire céramique (B.S.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaramila Tchérémissinoff, Richard Pelle, Maxime Rémicourt, Aurore Schmitt, Benoît Sendra et Michel Errera, « La sépulture collective mégalithique de Cabrials (Béziers, Hérault) : », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 3 | 2012, mis en ligne le 10 octobre 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://pm.revues.org/713

Haut de page

Auteurs

Yaramila Tchérémissinoff

(Direction de publication) - Inrap Méditerranée (et TRACES Prbm UMR5608), 561 rue Etienne Lenoir, Km Delta, 30 900 Nîmes - yaramila.tcheremissinoff@inrap.fr

Richard Pelle

Inrap Méditerranée, 561 rue Etienne Lenoir, Km Delta, 30 900 Nîmes - richard.pelle@inrap.fr

Maxime Rémicourt

32, rue Victor Hugo, 30160 Bessèges - m.remicourt@laposte.net

Aurore Schmitt

Aix-Marseille Univ, UMR 7268 - ADES, Faculté de Médecine - Secteur Nord, CS80011, 51 Bd Pierre Dramard, 13 344 Marseille Cedex 15 - aurore.schmitt@univ-amu.fr

Benoît Sendra

TRACES Prbm UMR5608, Laboratoire TRACES UMR5608, Université de Toulouse 2 le Mirail, Maison de la Recherche Bât 26, 5, allée Antonio MACHADO, 31058 Toulouse Cedex 9 - ben.send@hotmail.fr

Michel Errera

(Participation - analyses spectroradiométrique) : ancien chargé de mission, Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren (Belgique), Département de Géologie et de Minéralogie, Leuvensesteenweg, 13, B-3080 Tervuren, Belgique - michel.errera@africamuseum.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page