Navigation – Plan du site

Le Mané Lud en mouvement. Déroulé de signes dans un ouvrage néolithique de pierres dressées à Locmariaquer (Morbihan)

Mané Lud in Motion. Unrolling the signs on a Neolithic standing stone structure in Locmariaquer (Morbihan)
Serge Cassen

Résumés

L’étude menée sur les orthostates enregistrés dans la tombe à couloir du Mané Lud montre qu’ils sont très probablement les ultimes témoins d’un ouvrage de pierres dressées qui, peut-être, accompagnait la ciste enfouie sous le tumulus plus ancien à l’extrémité duquel s’est adossé le dolmen daté des débuts du IVe millénaire. Les dimensions homogènes des dalles et la réalisation technique comparable des gravures sur leurs faces visibles s’ajoutent à une remarquable convergence des signes pour conclure, sans risque majeur, à l’existence d’un ensemble architectural cohérent (barre rectiligne ou barre curviligne de stèles).

Si chaque signe fait partie intégrante d’un projet sémiotique, seule une lecture simultanée des signes complémentaires et concurrents gravés sur un même support permet d’en restituer le programme iconographique. Pour cela, les articulations entre les signes, qui font que ceux-ci s’affrontent ou se séparent, se complètent ou se divisent, ont été mesurées et analysées. À l’intervalle « linguistique » évalué entre chaque signe s’est ajouté l’intervalle entre chaque pierre dressée qu’il nous appartenait alors de replacer dans un ordre hypothétique de reconnaissance. Ce rangement s’est opéré en prenant appui sur les formes de la météorisation lisibles sur le granite des pierres, puis sur le sens des déplacements restitué par une lecture dynamique des signes (proue d’un bateau, parties actives des armes, etc.). Le Mané Lud en mouvement devient pour l’archéologue une analyse du déplacement, mais plus fondamentalement encore la description probable de voyages « utopiques » participant à l’explication du monde néolithique. Afin d’expliciter l’intitulé, on montrera en quoi ces assemblages de signes néolithiques sont un monde en réduction, un monde approprié qu’il a fallu ensuite animer ; de là sera portée une réflexion générale sur le pouvoir de la représentation qui prolongera la portée épistémologique du Mané Lud en images en concluant notre projet.

Haut de page

Texte intégral

1« - Qu'est-ce que la connaissance ?
- C'est avant tout et essentiellement une représentation.
- Qu'est-ce que la représentation ?
- Un processus physiologique très complexe, s'accomplissant dans le cerveau d'un animal, et à la suite duquel naît dans ce même cerveau la conscience d'une image... Évidemment cette image ne saurait avoir qu'un rapport très médiat à quelque chose de tout à fait distinct de l'animal, dans le cerveau duquel elle s'est produite. »

2Ainsi dialoguait Arthur Schopenhauer, pour dire ce lien indéfectible entre connaissance et représentation. Il ajoutait que c’était peut-être la manière la plus simple et la plus claire de mettre en évidence l'abîme profond qui sépare l'idéal du réel (Schopenhauer 1966 (1818), p. 886).

3Cette première introduction est bien sûr choisie pour faire écho au dialogue voltairien (1764) que nous avions amené pour débuter un article précédent sur le Mané Lud, où l’idée pour le philosophe des Lumières n’était qu’une image des objets aperçus. Mais, on le sait, tous ces mots sont aujourd’hui encore lourds de sens, même corrigés par l’invention du signe qui assure désormais un intermédiaire entre l’image et le concept... Aussi nous faut-il mieux les préciser pour intégrer dans le discours l’archéologie des temps d’avant l’écriture discursive, en portant notamment nos efforts sur l’étude des gravures néolithiques à travers l’écran des stèles de pierre découvertes en Bretagne. Reprenons l’exercice là où nous l’avions laissé1.

Le rappel du projet

4Comme un triptyque, le programme archéologique sur la tombe à couloir du Mané Lud en Locmariaquer comporte trois parties complémentaires, annoncées comme telles, avec leurs intitulés respectifs choisis dès l’origine du projet, trois volets publiés séparément pour des raisons éditoriales.

5Le premier volet, Le Mané Lud en sauvetage, s'est attaché à décrire deux extrêmes : d'une part l'état visible de l'architecture néolithique grâce à l'enregistrement technique des orthostates et des gravures, ainsi que leur tumulus enveloppant (restitution tridimensionnelle) ; d'autre part l'état d’abandon très perceptible du monument (graffitis et frottements sur les parois, développement des mousses vertes par la stagnation de l'eau due au tassement du sol par les visiteurs) qui pousse l'observateur intéressé à réfléchir sérieusement sur la recherche urgente d’une solution fiable au problème ainsi posé, en arguant par exemple sur la nécessité d'un travail en commun de personnes cherchant à se « dédisciplinariser » afin d'engager une critique et de proposer une réforme à propos d'un patrimoine exceptionnel, mais cependant en grave danger (Cassen et al. 2005).

6L'acquisition des données et le descriptif archéographique ayant été menés à bien, notre attention s'est alors portée dans la seconde partie, Le Mané Lud en images, sur chacun des signes pour en décrire la morphologie, la localisation sur le support, avant d'entrevoir le rapport spatial avec les signes voisins, associés ou concurrents. Car l'étude de l'intervalle entre les signes - et non la prise en compte du symbole isolé - reste en effet le passage pertinent permettant de restituer la cohérence d'un programme iconographique. A la liste convenue des représentations (déesse-mère, hache-charrue, crosse pastorale, herminette emmanchée, peigne, bucrane, écusson), nous avons substitué une liste corrigée, plus souvent modifiée en nature, en déconstruisant les contextes et les dessins (respectivement : phallus, cachalot, crosse de jet, homme en croix, bateau, oiseau en vol, monde en miniature). Nous avons appelé archéologie des images cette recherche iconographique au sein d'une forme d'herméneutique (Cassen 2007 a).

7Pour bien faire saisir la qualité quasi « linguistique » des signes gravés sur pierres dressées (« L'architecture commença comme toute écriture [...]. On plantait une pierre debout et c'était une lettre » - Hugo 1837, p. 84), il a paru nécessaire à cette occasion de rappeler quelques autres qualités attribuées à l'écriture à ses débuts, notamment au sein de la liste (d'objets, de personnages, de modèles sociaux, etc.), et particulièrement son rôle dans la transformation du savoir politique, dans la mise en place de nouveaux modes de pensée correspondant à de nouveaux modes de domination. Une course inédite à la distinction que reflète, à nos yeux, l’érection en un temps si court d’ouvrages de pierres dressées parmi les plus gigantesques et les plus rares du Ve millénaire européen. Car les premiers systèmes d’écriture, et même ces procédés graphiques plus anciens qui jalonnent l’histoire gravée d’un commencement, ont influencé à la fois l’organisation de la vie sociale et celle des systèmes de connaissance (Goody 1979). Sans revenir sur ces idées dans la présente introduction, en les réservant plutôt pour le terme de cet article, prolongeons néanmoins la réflexion sur les divergences flagrantes d'interprétation apparues à la suite d'une nouvelle lecture des signes du Mané Lud, en rappelant un constat assez simple dont chacun peut faire l'expérience, justement en lisant.

8R. Barthes oppose en effet deux types de lecture : il existe d’abord une lecture de « plaisir » fondée sur un texte qui « contente, emplit, donne de l'euphorie ; celui qui vient de la culture, ne rompt pas avec elle » (Barthes 1982 (1973), p. 25), bref un texte qui est lié à une pratique confortable de la lecture. Mais parfois il survient un texte qui met en état de perte, qui « déconforte (peut-être jusqu'à un certain ennui), fait vaciller les assises historiques, culturelles, psychologiques, du lecteur, la consistance de ses goûts, de ses valeurs, et de ses souvenirs, met en crise son rapport au langage » (Barthes 1982 (1973), p. 25-26). Nous faisons alors l’expérience de l’altérité, constate ainsi M. Fabre (Fabre 2007, p.  8), dans la mesure où le texte en question se situe aux antipodes de ce que nous pensons. Mais ce dernier auteur souligne un problème plus général qu'avait déjà traité G. Bachelard quand il affirmait la nécessité de ces deux expériences pour la vie de l’esprit : l’une nous conforte dans nos idées en donnant des mots pour les dire ; l’autre nous « déconforte » en nous ouvrant à une pensée étrangère. Le Même et l’Autre, le confort et le déconfort de lecture des signes, la continuité et la rupture des sensations visuelles devant une stèle... L'intuition première que l’on acceptait jusqu’ici comme allant de soi doit en conséquence être confrontée en l’exposant à l’intuition inverse (Bachelard 1992). En s'efforçant de suivre une intuition difficile, on tire une leçon « d'indépendance intuitive ». De là viendra cette possibilité de surmonter les obstacles épistémologiques. Une véritable appropriation intellectuelle, ajoute ce philosophe, passe donc par la libération de l’intuition, ce que nous avons tenté d'appliquer à l'art pariétal armoricain (Cassen 1999). En somme, G. Bachelard cherche à penser un phénomène avec des schèmes opposés. Il ne s'agit pas, bien sûr, de jouer d'un esprit de contradiction qui contredit sans preuves, qui soulève des arguties vagues ; il faut au contraire être fidèle aux règles à l'intérieur d'un système de règles, mais sans accepter la contradiction interne. On ne nie pas n'importe quoi, n'importe quand, n'importe comment, mais on détermine une réorganisation du savoir sur une base élargie (Bachelard 1981, p. 135).

9C’est sur cette base élargie que nous proposons la troisième face du triptyque, Le Mané Lud en mouvement, une étude divisée à son tour en trois étapes. En premier lieu, nous reprendrons la liste des signes pour les remettre en mémoire du lecteur et actualiser leur interprétation. Je proposerai ensuite une forme de déroulé des figures à partir de l’analyse de leurs supports et l’observation précise de leur emplacement sur la pierre, en révélant une dynamique intrinsèque susceptible d’animer l’ensemble. De la synthèse imaginaire opérée entre trois signes parmi les plus marquants (l’oiseau, le bateau, le quadrilatère) mis en branle et mis en perspective, sera enfin éprouvé un modèle interprétatif fondé sur l’idée du « voyage ».

1- La liste des signes

1.1- Le bateau

10Rangé parmi les « pectiniformes » par G. de Closmadeuc (Closmadeuc (de) 1873), A. de Mortillet sera le premier à résolument proposer en 1894 de reconnaître dans ce signe « en forme de peigne » (Mortillet (de) 1894) un bateau à proue relevée portant des hommes, à l’image de représentations semblables amplement documentées en Scandinavie dès cette époque. Mais les auteurs modernes rejetteront cette image (L’Helgouac’h 1998 ; Laporte & Le Roux 2004, p. 106) sans pour autant qu’une autre interprétation ne lui soit substituée, exception faite de J. Thomas et C. Tilley (pour ne prendre ici que la seule littérature donnée internationalement en exemple) qui, dans la veine de l’anthropomorphisme traversant l’histoire des représentations en archéologie préhistorique, ne voient dans ces signes que des demi-cages thoraciques humaines (Thomas & Tilley 1993, p. 260).

11L’intuition d’A. de Mortillet nous semblant la plus pertinente, nous avons tenté d’en préciser le contexte pour assurer une forme de cohérence à la proposition (Cassen 2007 a, p. 226) :
- tout d’abord, le milieu nous indique que ce signe est uniquement réparti sur la zone côtière sud-armoricaine ;
- l’histoire, ensuite, rappelle bien qu’une composante importante du procès d’apparition du Néolithique en France méditerranéenne, puis atlantique, passe par des déplacements par voie maritime ;
- le mythe, enfin, souligne la prédominance d’un animal marin fabuleux, le cachalot, représenté sur ces stèles contemporaines.

12Dans un tel contexte à trois dimensions, la reconnaissance d’un bateau ne pose aucun problème de cohérence. Il s’est alors agi de préciser la forme en question, en englobant d’autres registres connus dans la commune de Locmariaquer ou en Bretagne :
- la coque peut varier d’une morphologie en « croissant de lune » ou disque tronqué, à celle souvent dite « corniforme » qui est une variante aplatie ou allongée de la figure géométrique précédente ;
- la coque peut être isolée, vide, ou bien surmontée de traits verticaux parallèles figurant des personnages embarqués, et un tableau graphique comparatif a bien précisé l’universalité de ce type de figuration (fig. 8 et 9 dans Cassen 2007 a).

13Au final, deux modèles de représentations ont pu être commentés : d’une part des corps d’embarcations non montés, d’autre part des bateaux avec équipage. Cette alternative voulue signifie peut-être deux fonctions sur lesquelles nous reviendrons, mais que nous avons partagées entre un classique déplacement d’un groupe d’humains, systématiquement conduit par un personnage plus haut que les autres, et une embarcation « vide » qui semble faire écho, en Europe, à ces anciennes croyances médiévales qui rapportèrent des traditions orales de bateaux sans voiles, sans gouvernail ni équipage, transportant les corps morts de saints fondateurs finalement échoués dans la terre d’élection. Le bateau de pierre est l’image extrême de ce double processus, une image classique répétée notamment dans la re-évangélisation historico-mythique de la Bretagne par la voie océanique (Milin 1989, 1991).

1.2- L’oiseau

14Le « jugiforme » de G. de Closmadeuc, finalement compris comme signe « cornu » par J. Déchelette en 1908 (Déchelette 1992 (1928)), devient au fil du temps l’emblème indiscutable de la société agro-pastotale dans l’ouest de la France.

15Il n’est certainement pas douteux que l’élevage des bovins et des caprins – puisqu’encore récemment des chèvres sont identifiées par des archéozoologues à travers ces « encornures » gravées du Mané Lud (voir les références dans Cassen 2007a, p. 204) – a dû peser d’un poids important dans le bilan socio-économique des groupes humains installés sur le littoral armoricain au cours du Ve millénaire. En face de conditions édaphiques qui ne se prêtent pas spontanément à la céréaliculture, la possession et l’entretien d’un troupeau familial, ou d’un cheptel collectif, ont pu à l’évidence participer de ces échanges compétitifs, paiements de biens compensatoires (prix de la fiancée, prix du sang), etc., dont l’ethnographie nous révèle l’importance au cœur des fonctionnements sociaux. Mais avec le même soin qui est pris pour décrire un outil de silex ou un ossement animal, il apparaît légitime d’exposer et de détailler le « cornu » en décomposant ses unités graphiques, pour finalement conclure à l’absence d’une représentation de la tête qui signifie partout et toujours un bucrane (pour une démonstration iconographique complète, voir Cassen 2005).

16Aux exemples graphiques proposés dans ce dernier article afin d’argumenter notre point de vue contre l’usage univoque d’un cornu, ajoutons au dossier une famille de représentations d’oiseaux connue en Europe nord-orientale qui offre une des meilleures analogies avec le registre breton. Ce remarquable ensemble enregistré depuis les bords du lac Onega jusqu’aux rivages de la Mer Blanche (Russie) est attribué à des populations « néolithiques » (dans la terminologie de nos collègues russes, finlandais et estoniens) qui ont privilégié les figures de bateaux, de cétacés et d’oiseaux, notamment d’oiseaux aquatiques (Ravdonikas 1936). Un signe souvent identique à notre signe en « U » est appelé « oiseau-double » (fig. 1) ; il est compris comme l’aboutissement d’un processus de rattachement de deux oiseaux posés sur l’eau et vus de profil, opposés puis joints par leur croupion (Poikalainen 2000, 2005). S’il ne fait aucun doute que cette fusion est l’explication la plus logique, elle ne rend peut-être pas compte de toutes les figures similaires inventoriées ; la contiguïté graphique avec un bateau sans équipage ou encore la représentation simplifiée d’un plein vol (comme en Bretagne) pourraient en effet moduler l’interprétation. On notera par ailleurs que de nombreuses représentations d’embarcations en Méditerranée (du IIe millénaire au Ve siècle avant notre ère) sont dotées de figures d’oiseaux aquatiques formant la proue et la poupe, le processus d’abstraction ayant d’ailleurs entrainé une confusion graphique avec un « cornu » (Wachsmann 2009). Ce placement symétrique des oiseaux suit en cela une dynamique très comparable à celle entrevue par V. Poikalainen en Russie. Nous reviendrons plus loin sur ce lien répété entre oiseau et bateau.

17Quoi qu’il en soit, confortés par la découverte de l’étonnant volatile gravé sur la stèle du Bronzo à Locmariaquer, nous avons par conséquent proposé de reconnaître un oiseau en vol, en lieu et place d’un animal cornu. Et si l’espèce paraît impossible à identifier à l’examen d’un tel signe au Mané Lud, sur la foi de l’animal réaliste du Bronzo s’est imposée une alternative crédible entre le colombidé et le corvidé.

1.Représentations d’anatidés sur l’eau (affleurements rocheux gravés, lac Onega, république de Carélie, Féd. de Russie) ; processus de rapprochement et de fusion par les croupions (d’après Poikalainen 2005) / Representations of Anatidae on water (waterbird family including ducks, geese and swans), engraved on rock outcrops on Lake Onega (Republic of Karelia, Russian Federation). The birds are shown, rump to rump, on the water (Poikalainen 2005)

1.Représentations d’anatidés sur l’eau (affleurements rocheux gravés, lac Onega, république de Carélie, Féd. de Russie) ; processus de rapprochement et de fusion par les croupions (d’après Poikalainen 2005) / Representations of Anatidae on water (waterbird family including ducks, geese and swans), engraved on rock outcrops on Lake Onega (Republic of Karelia, Russian Federation). The birds are shown, rump to rump, on the water (Poikalainen 2005)

1.3- La crosse

18Depuis son invention, ce signe s’est fidèlement conformé au contexte agro-pastoral dans lequel le « cornu » était lui aussi interprété. Si le cadre religieux et autoritaire était peu ou prou esquissé pour justifier d’une représentation parfois isolée et/ou ostentatoire, la recherche d’une origine s’est généralement portée vers le bâton du pâtre, la proximité de l’animal domestique sur la dalle de plafond à la Table des Marchands venant bien entendu accréditer la fonction d’instrument aux mains de l’éleveur. Les comparaisons internationales ont conforté ce point de vue (Portugal), la houlette du berger moderne étant convoquée pour démontrer la pertinence de cet usage pacifique au Néolithique.

19Reprenant les associations établies avec les autres signes, nous avons discuté la raison d’un appariement très fréquent avec la hache, instrument violent ; nous avons détecté, sur les stèles morbihannaises, son opposition structurale systématique avec des animaux (cachalot, oiseau) ; nous avons souligné l’existence du même signe dans la culture matérielle de l’Europe néolithique. Une comparaison établie avec le fameux lituus au manche courbe des Étrusques a enfin permis d’assurer une correspondance claire avec cette ancienne arme de jet ; une arme qui, progressivement, est passée au rang de symbole, tout d’abord comme insigne royal dans la première royauté romaine, puis objet de divination aux mains des augures (Piel 2000).

20L’ambiguïté du signe demeure cependant, et nous avons tenu à mieux la mettre en évidence en approfondissant l’enquête comparative auprès de trois signes similaires de l’Égypte ancienne (Resche & Cassen 2009).
- On mentionnera tout d’abord la canne dite de berger, utilisée comme phonogramme dans le substantif féminin awt « troupeau (de petit bétail) » ; passant au rang de symbole royal d’autorité, le caractère hiéroglyphique est alors employé dès le début du second millénaire comme idéogramme pour désigner la canne d’autoritéâwt(ou sceptre).
- Plus connu, et souvent comparé à la crosse néolithique d’Armorique et du Portugal, le sceptre heqat en « point d’interrogation » va généralement de pair avec le flagellum, un fléau à grains utilisé pour le battage des céréales. Ce sceptre et le fléau étaient remis au roi lors de son intronisation, le fléau à grains rappelant sa fonction de pourvoyeur de nourriture pour le peuple tandis que la crosse marquait son rôle de berger, de guide.
- Mais, pour compliquer ce processus de reconnaissance bien établi, la prise en compte des bâtons de jets âmâat a permis d’étoffer le dossier. Deux caractères (dont une forme graphique archaïque surtout en usage pendant l’Ancien Empire) représentent en effet un bâton de jet, utilisé pour la chasse aux oiseaux dans les marais ; cette forme est coudée. On trouve d’ailleurs ce même caractère comme idéogramme dans le verbe« jeter ».Repéré également de façon précoce, le même caractère figure avec certitude un bâton de jet, mais pour désigner les « Libyens ». Or, cette arme était bien connue des voisins occidentaux des Égyptiens, représentée sur des peintures rupestres, notamment celles de la région d'Iherir au Tassili n'Ajjer. De véritables armes de jets sont d’ailleurs identifiées comme telles, dès la culture badarienne (5500-4000 av. J.-C.). Une belle panoplie de spécimens fut également trouvée dans le tombeau de Toutankhamon où l’on note, parmi des formes très « australiennes », un objet à manche et crosseron là encore très proche des gravures bretonnes. Les auteurs s’accordent à reconnaître dans ces bâtons de jets, trouvés le plus souvent dans des tombes, un double usage, cynégétique et talismanique.

21En somme, cannes, sceptres et bâtons de jet égyptiens ne sont pas sans rappeler la situation italo-grecque évoquée précédemment, mêlant ce double concert de traditions agro-pastorales et les activités de chasse, ces dernières menées à l’aide de bâtons de jet souvent réservées à une élite, ou bien privilèges des dieux.

22En démontrant que la fameuse « houlette » médiévale (mot bâti sur l’ancien radical du verbe houler « jeter ») ne renvoyait nullement en premier à un crochet à bétail mais à une action de frappe au sol pour projeter pierres et mottes de terre sur les bêtes déviantes, nous avons finalement tenté de ramener le débat sur l’objet saisi à son origine radicale (Cassen à paraître b). Il suffit d’ailleurs de reprendre l’un des premiers textes européens pour s’en convaincre (cf. les jeux grecs organisés à l’occasion des funérailles de Patrocle, où le bâton du pasteur est bel et bien lancé sur l’animal : « … le divin Épéios saisit le disque, et, le faisant tourner, le lança ; et tous les Akhaiens se mirent à rire. Le second qui le lança fut Léonteus, rejeton d'Arès. Le troisième fut le grand Télamônien Aias qui, de sa main vigoureuse, le jeta bien au-delà des autres. Mais quand le belliqueux Polypoitès l'eut saisi, il le lança plus loin que tous, de l'espace entier que franchit le bâton recourbé d'un bouvier, que celui-ci fait voler à travers les vaches vagabondes. » - Homère, L’Iliade, chant 23).

23Le signe néolithique « crosse » - qu’il soit à manche droit (« canne ») ou à manche courbe (« lituus ») - doit donc être replacé dans cette histoire complexe. Et parce qu’en Bretagne il est si fréquemment apparié à la hache, arme tranchante, nous persistons à défendre son emploi ancien comme arme assommante.

1.4- La hache

24Le signe en forme de hache est a priori le moins polémique parmi les éléments du registre armoricain ; l’historique des recherches démontre une acceptation ancienne de l’objet à lame polie et manche de maintien. La lame nue isolée et trois types d’emmanchement ont été néanmoins précisés par notre étude sur plusieurs orthostates du Mané Lud (voir la fig. 3 dans Cassen 2007a) :l’emmanchement peut être direct, opéré dans une mortaise creusée dans le bois terminé en crosse, le talon pointu dépassant à l’arrière du manche ;la fixation de la lame de hache peut également se faire sur un manche en forme de crosse, mais cette fois sans qu’aucun talon visible n’outrepasse celui-ci ;enfin, la fixation de la lame se fait à l’extrémité proximale du manche, sans dépassement de ce dernier, le talon de la pierre polie étant là encore pointu, dépassant à nouveau la poignée.

25Nous avons insisté à plusieurs reprises sur l’emploi de ces manches en forme de bâton courbe qui vont en partie influencer les représentations d’autres groupes humains, non seulement en France (Bourgogne, Bassin parisien) mais également en Europe (Suisse, Angleterre, Bulgarie – Cassen à paraître a). Loin de répondre à une meilleure fonctionnalité (transport à l’épaule, gain d’inertie, etc.), ce dessin nous a paru un rappel direct de l’objet crosse, ancienne arme de jet, dans la recomposition et la réinterprétation de l’instrument néolithique par excellence, afin de redoubler l’efficacité symbolique de cette arme nouvelle.

26Si, à partir de ces tracés, l’identification de l’objet vrai n’a donc pas posé de problème, l’extension du signe hache aux tracés en forme de croix latine nous a paru au contraire bien plus discutable.

1.5- Le signe croix

27Ce signe est ambigu, et de surcroît tellement contaminé par la religion chrétienne qu’il semble difficile de lui assurer une existence autonome au sein du registre néolithique des représentations. En tout cas, si un âge préhistorique lui est accordé dans l’ouest de la France, la hache - et non l’humain - résume le sujet privilégié par tous les auteurs, à une exception près (Péquart et al. 1927, p. 15). Nous avons néanmoins tenté de revenir sur cette interprétation en faveur d’une « hache » qui ne semblepas, bien que généralement admise, aller parfaitement de soi.

28Sur ces panneaux où tous les signes par leur technique de réalisation et leur état de conservation sont postulés comme relevant d’une exécution contemporaine, la « croix » positionnée aux côtés de la hache à emmanchement direct (orthostates 6 et 21) ne peut en conséquence représenter un même objet, comme sur un mode simplifié ou négligé. La gravure d’une herminette à emmanchement direct pourrait à la rigueur se conformer à la ligne directrice, mais notre analyse n’a pu aboutir à une telle reconnaissance (Cassen 2007a, p. 209). Moyennant quoi, le processus a dû être repris à la racine.

29Graphiquement parlant, le signe cruciforme (croix grecque ou croix latine) est universel au point d’être insignifiant. Mais dans cette nébuleuse décourageante, où la figure isolée sur un récipient céramique ou en peinture sur une paroi ne permet pas de conclure le propos avec certitude, un premier filtre sévère nous autorise  cependant à pouvoir affirmer que le signe n’est pas condamné à la polysémie et à l’indécision. Depuis les peintures de bateaux réalisées par les chasseurs-cueilleurs de Gobustan (Azerbaïdjan) jusqu’aux fonds céramiques décorés de la production néolithique de Turdaş-Luncă (Roumanie), un premier registre très contrôlé ne laisse aucun doute sur la volonté de représenter les humains par un simple signe en croix, fréquemment en forme de croix latine. Mais aussi puissante que soit l’analogie, qui empêche dans les cas cités de confondre l’homme avec une chose, ce signe en croix est pourtant une représentation anthropomorphe assez rare au cours de la Préhistoire récente, et nous avons tenté d’en expliquer la raison. Afin de fixer la représentation de l’humain debout, l’observateur se trouve confronté à une alternative remarquable qui scinde l’ensemble du programme en deux termes opposés. Le premier détermine un corps aux jambes confondues, strictement jointes ou écartées (mais alors sans flexion latérale des membres inférieurs). Le second terme, le plus courant, rassemble toutes les figurations des membres inférieurs écartés, fléchis à la hauteur de leurs points articulatoires (bassin, genou, cheville).Cette distinction, posée sur la base des membres locomoteurs, doit être répétée bien entendu à l’échelle des bras qui suivent une partition homologue, tendus ou pliés. Plus généralement, deux pieds joints ne disent pas le mouvement mais son opposé : la station, la station en tant qu’arrêt dans le mouvement vital qui porte l’homme, la station qui signifie l’immobilité et ne peut se passer du concept de mouvement par rapport auquel elle se définit négativement.

30Sans insister sur cette évidence entre une position arrêtée qui permet concentration, réflexion, méditation, recueillement, et le mouvement qui met un terme à la rêverie, au temps suspendu, qui décentre le corps et déconcentre la pensée, l’orientation de l’homme exige, en résumé, un accord entre l’orientation spatiale par rapport aux points cardinaux terrestres, et l’orientation temporelle par rapport aux points cardinaux célestes.Et c’est à la croisée de ces deux axes majeurs que se réalise la croix d’orientation totale (Leroi-Gourhan 1964, p. 162 ; Radkowski (de) 2002, p. 151).

31Le signe en croix inscrit sur les stèles du Mané Lud est la représentation d’un anthropomorphe de type statique, du type « crucifié », la représentation d’un personnage en position arrêtée, jambes fusionnées et bras écartés, dans l’attitude la moins « narrative » qui soit ; mais peut-être aussi, par là même, la plus exceptionnelle qui soit.

1.6- Le signe quadrilatère

32Reproduit au moins à quatre reprises sur les orthostates du Mané Lud, le signe quadrilatère fut l’objet d’une confusion de lignes directrices et donc de noms. Une erreur sur le levé opéré par L. Davy de Cussé (Davy de Cussé 1865-1866), invariablement reproduite par la suite, a déterminé la reconnaissance de la fameuse figure dite « en écusson », ou encore « déesse-mère », une « déesse-en-écusson » visible sur d’autres supports dans les monuments régionaux. Nos propres enregistrements ont cependant révélé que le pointement sur le haut du signe était naturellement inscrit dans la pierre, et qu’il fallait non pas rapprocher ce tracé des signes phalliques – une interprétation proposée en lieu et place de cette divinité néolithique en forme d’écu médiéval ou héraldique -, mais de la série des carrés et rectangles également inventoriée dans les tombes à couloir et les stèles de cette époque (Cassen 2007 a, p. 237).

33Ce signe géométrique est gravé au contact d’objets et d’animaux désormais bien identifiés sur les parois du Mané Lud : un signe systématiquement survolé par un oiseau ;un signe au contact d’une embarcation, voire entouré de bateaux montés par un équipage ;un signe au contact direct d’une arme de jet, la crosse ;un signe au contact plus éloigné d’une autre arme, la hache.Quelle pourrait être l’image répondant à ces liens associatifs ?

34Pour commencer, il a fallu s’interroger sur l’échelle d’observation du sujet perçu :sa taille est en effet très grande par rapport au modèle du bateau monté ; par comparaison, sa taille devient alors trop réduite par rapport à l’oiseau qui le surmonte ;sa dimension sur la roche est cependant semblable aux objets utilisés par les humains (crosse, hache).

35Voici en conséquence, disions-nous, un sujet fondamentalement contradictoire qui ne peut se résoudre que dans la pensée et l’image de l’immensité :quelque chose en effet vu du ciel des oiseaux ;quelque chose entouré de l’océan des bateaux ;quelque chose qui serait alors miniaturisable à la mesure des armes de l’homme, pour devenir en conséquence objet lui-même, un « symbole » comme le seraient la crosse et la hache dont on fait des bijoux d’or et de pierre rare, et que l’on porterait en réduction.

36Après avoir éliminé la possibilité d’une représentation animale, après avoir exprimé la difficulté à concevoir une arme ou un outil vrai répondant à une telle morphologie, la question s’est donc posée de la définition d’un objet qui serait à même de subir autant d’impositions selon la taille (gigantesque), le milieu (marin) et la capacité à la miniaturisation.

37La forme géométrique pure existe dans le Néolithique bulgare, à Varna, au cours du Ve millénaire, et qu’il s’agisse du carré ou du rectangle (Ivanof 1991), l’or va magnifier un objet – une plaque métallique - qui présente curieusement des dimensions très voisines des gravures aux contours identiques de Ty er Mané et la Table des Marchands en Morbihan (voir fig. 13 dans Cassen 2007 a). Le rapport calculé entre la longueur et la largeur mesurées sur ces deux derniers sites (TDM = 1,37 ; TeM = 1,16) est à comparer au résultat obtenu du signe de l’orthostate 6 du Mané Lud (1,20), puis à la grande plaque en or de Varna I (sépult. 4) qui est de 1,32 ; un rapprochement s’impose d’ailleurs avec les plans des habitations contemporaines de Varna comme à Hotnitsa (Bulgarie) où les maisons rectangulaires (niveau III) s’établissent dans des rapports très semblables allant de 1,16 à 1,21 (Chohadzhiev 2009, p. 78). Mais faut-il pour autant comparer avec autant de sérieux les quadrilatères divisés de Lascaux, les décors gravés des céramiques chasséennes et le damier des stèles du Chalcolithique italien ? Est-il légitime de rapprocher les quadrilatères de Malevitch, les damiers de Mondrian et l’origine du pixel quadrangulaire, de nos gravures du Mané Lud ?... En étendant au contraire l’incomparable vers les plans si semblables du village néolithique bulgare ou mésopotamien, de la ville napoléonienne ou encore de New York City, nous voulions souligner la question commune et fondamentale posée par l’humain sédentaire quand il s’agit d’implanter un centre et de s’orienter dans l’espace par rapport à son corps. Qu’une croyance religieuse codifie une conception idéelle de l’habitat et de l’habitation, qu’un système révolutionnaire impose une division paradisiaque de la terre ou que le libéralisme économique veuille rationaliser l’accès en plan et en hauteur de la ville idéale, tous répondent à la loi des « orients » (c'est-à-dire les directions orientées, dont s'empare l'orientation, pour les distinguer de celles qu'utilise le processus de repérage – Radkovski (de) 2002 p. 75). Quant à la meilleure illustration « topographique » de la figure, le lecteur en trouvera de bons exemples sur les affleurements rocheux d’Italie du nord où, depuis les débuts du XXe siècle, les motifs quadrangulaires ont été perçus avec raison comme représentations du territoire (Anati 1960 ; le motif « topographique » est l’association de plusieurs signes – un quadrilatère, des points qui le remplissent, etc. - de manière à former un ensemble bien défini). Il est par contre difficile de dire si ces « cartes » sont une représentation réelle (vision panoramique d’un paysage agricole effectif) ou s’il s’agit d’une figuration idéalisée (Arca & Fossati 2004, p. 51).

38En somme, cet espace délimité à la marge océane, nous l’acceptons au Mané Lud comme une surface abstraite qui serait une terre, un monde, un jardin des délices, une habitation, une arche, une île fortunée ; peu importe.

1.7- Le cachalot

39Énorme figure énigmatique gravée sur la dalle de chevet de la chambre du Mané Lud, sa restitution graphique a souffert d’une absence de reconnaissance visuelle spontanée, et peu d’auteurs se sont risqués à la nommer. Il est vrai que la partie gauche du monolithe est gravement altérée ; nous y reviendrons. Comme il est habituel, une vague forme humaine fut identifiée, cette fois sans prendre appui sur le contour de la dalle mais en se fondant uniquement sur le dessin des tracés en creux (Luquet 1910). Cette constante anthropomorphe explique que les termes « Grande divinité » et « stèle en écusson » lui soient appliqués jusqu’aux débuts du XXIe siècle, une mention spéciale devant être accordée à la peu vraisemblable représentation naturaliste d’une partie de la cage thoracique humaine (Thomas & Tilley 1993, p. 261).

40Encore une fois, le relevé soigné et contrôlé par photographies numériques successives, sous éclairage tournant et à différentes incidences, a permis de révéler une figure très éloignée de l’acceptation commune, et d’ailleurs aisément reconnaissable dans ses nouveaux contours. Le cétacé, en effet, sort en champlevé de la surface du granite. Si les unités graphiques peu ou prou abstraites, qui contribuent à formaliser la silhouette générale, sont bien les mêmes que celles du corpus armoricain déjà constitué, le souffle - cette fois reproduit en forme assez classique de « fontaine » - facilite indéniablement la lecture en raison de nos représentations modernes immédiatement mobilisables par la mémoire. La tête, enfin, quadrangulaire et allongée, s’approche de façon très réaliste du modèle de cachalot revendiqué jusqu’ici.

41Avec la « baleine à dents » mythique s’achève ici la liste des signes principaux identifiés sur les orthostates de la tombe à couloir du Mané Lud. Et si, comme nous l’avons avancé, chaque signe sur ces pierres dressées ne peut faire sens qu’en se référant à ses voisins, voyons maintenant si une mise en relation des différents supports autoriserait un nouvel ordre de signification de l’ensemble des figures, si tant est que ces dernières informent un véritable programme iconographique.

2- Le déroulé des figures

42Par déroulé, nous entendons un « inanimé » concret qui pourrait être défait, déployé, et cet essai aimerait en tester la possibilité. En vue d’une interprétation générale des gravures du Mané Lud, l’objectif avoué suppose en effet la mise en œuvre d’une triple hypothèse : tout d’abord un réemploi de stèles dans la construction de la tombe, ensuite la possibilité que ces dalles aient formé par leur regroupement un ensemble relativement homogène, un ouvrage logique de pierres dressées, enfin que leurs gravures présentent un certain degré de cohérence entre elles, vues d’un support à l’autre.

43Pour atteindre ce résultat, plusieurs arguments seront développés qui se fondent notamment sur l’état des orthostates, sur l’identité des signes, sur leur traitement technique et leur positionnement dynamique sur le support, et ce en tenant évidemment compte du contexte régional. On appréciera alors si le programme iconographique est cohérent ou insignifiant, si ces stèles-orthostates peuvent être déroulées dans l’espace et laisser entendre leur histoire.

2.1- L'animation

44Chaque orthostate va être repris dans un ordre préfigurant un résultat qui sera par la suite précisé. Nous irons pour cela au-delà de l’appréciation des signes en tant que marques isolées (crosse, oiseau, etc.), et nous tenterons de comprendre leur localisation non seulement à la surface de la pierre mais également en rapport au volume du support.

2.1.1- L’Orthostate 17

45Il est emblématique du renouvellement du regard revendiqué dans cette étude : par l’observation attentive du support minéral, par le changement sémiotique radical imposé à la gravure, par l’analyse de la disposition spatiale des signes.

Le support :

46Cette dalle de granite présente une face d’arrachement assez plane et un module régulier sans aucune trace d’altération susceptible d’apparaître à l’œil nu. Le sommet de l’orthostate a été presque entièrement débité (80% de sa largeur) afin d’offrir une bonne adéquation avec l’orthostate voisin n° 18 (non décoré) en évitant une solution de continuité dans cette paroi occidentale du couloir qui forme en réalité le début de la chambre, d’où probablement cette exigence « d’étanchéité ». En effet, si l’on restitue par la pensée la matière enlevée, d’une part, et un positionnement vertical suivant ce nouveau contour, d’autre part, le bord droit n’est pas rectiligne (fig. 2) ; positionné à la verticale, il aurait laissé un large intervalle entre lui et le côté gauche de l’orthostate 18. Ce rabotage, nécessaire pour venir offrir un support horizontal fonctionnel pour la dalle de couverture sus-jacente, a bien été remarqué dans le monument de Gavrinis (Le Roux 1985) ; ici, des gravures ont été amputées par l’opération de taille alors qu’il aurait suffi d’enfoncer davantage le pilier pour préserver l’intégrité des dessins.

2. Orthostate/stèle n° 17 / Orthostat/stele no. 17

2. Orthostate/stèle n° 17 / Orthostat/stele no. 17

L’ancienne stèle a été penchée pour mieux « jointoyer » le bord de l’orthostate voisin n°18 à l’entrée de la chambre ; le haut de la stèle a par conséquent été partiellement retaillé / The old stele was tilted so as to offer a better fit with the edge of contiguous orthostat no. 18 at the entrance to the chamber. Therefore the top of the stone was partly cut

47À ce premier argument, qui explique au Mané Lud l’obliquité relative de l’orthostate 17, s’ajoute un second indice fondé sur l’observation des gravures. Si l’on applique des droites en reliant virtuellement les oiseaux alignés par leur base, ou encore en joignant cette base aplatie des signes pris individuellement, les tracés parallèles ainsi déterminés sont obliques par rapport à l’axe longitudinal de la pierre, dressée dans sa position actuelle (fig. 2) ; si l’on revient à la position envisagée précédemment, qui « verticalise » les deux bords latéraux, alors les mêmes tracés viennent se placer perpendiculairement à l’axe longitudinal, dans une composition qui paraît la plus conforme au corpus armoricain (Tumiac, Barnenez A & H, etc. ; Twohig 1981).

48Ainsi, sans faire intervenir l’état tronqué ou occulté d’une gravure qui révèle bien souvent cet état de réemploi, un double argument distinct m’incite à concevoir une stèle en position secondaire dans la tombe à couloir.

Les gravures :

49Douze signes clairement établis, et deux autres moins assurés, se partagent une surface grossièrement triangulaire sur la partie gauche de la stèle. Ces deux derniers tracés incertains pourraient être identiques aux tracés voisins mais, dans les deux cas, seule la branche gauche est bien marquée, donnant l’image d’une crosse sur la gauche, d’un arc-de-cercle sur l’individu plus à droite, sans qu’il soit permis de trancher définitivement.

50Loin de représenter le bétail domestique présumant un quelconque état socio-économique de la société étudiée, ces cornus sans tête sont à nos yeux la transcription la plus simple d’oiseaux en plein vol. Mais, ainsi que nous l’avions noté (Cassen et al. 2005, p. 365), cinq des sept signes gravés sur le côté gauche de la dalle débordent sur sa tranche (fig. 3). Pourquoi un tel débordement quasi généralisé ?... Manifestement la place ne manquait pas pour les inscrire tous sur la surface de présentation, quitte à raccourcir le trait si une mauvaise évaluation de l’encombrement de la scène pouvait l’exiger en fin de parcours. Aussi doit-on interpréter ce choix étonnant. Limitons-nous dans un premier temps à constater ce hors-champ, avant d’y revenir dans la discussion conclusive en rassemblant l’ensemble de la documentation comparable du Mané Lud.

51Nous résumons par conséquent la scène à un vol d’oiseaux, peut-être en formation triangulaire, avec un individu en tout cas isolé à la pointe droite tandis qu’une série est alignée sur le bord gauche avec l’extrémité de chaque aile uniquement visible sur la tranche de la stèle, dans une autre de ses dimensions.

3. Orthostate n° 17 / Orthostat no. 17

3. Orthostate n° 17 / Orthostat no. 17

Synthèse graphique des levés photographiques sur la partie haute de la dalle ; détail sur les extrémités des tracés débordant l’arête du support / Graphic synthesis of photographic surveys on the upper part of the flagstone. Detail of lines extending out of the stone edge

2.1.2- L’orthostate 21

52La plupart des signes sont peu marqués en surface de la pierre, ce qui explique les différences notables entre nos restitutions et celles de Z. Le Rouzic et St-J. Péquart, d’une part, et le levé de E. Shee-Twohig, d’autre part. Ces contours ont donc été complétés, en ajoutant plusieurs figures inédites.

Le support :

53Il s’agit nettement d’une ancienne face d’arrachement, marquée vers son milieu d’une petite marche naturelle courant à l’horizontale. Son tiers inférieur est actuellement envahi de fines mousses vertes très adhérentes. Les gravures sont à peine visibles avec un éclairage frontal, alors que l’orthostate 17 précédemment décrit conserve des tracés beaucoup plus profonds. On ne sait avec certitude s’il faut attribuer cette perte d’informations à une plus forte altération du granite quand la dalle se présentait à l’air libre, mais grande est la probabilité qu’il en soit ainsi ; on note d’ailleurs une meilleure conservation des tracés sur la partie droite extrême de la dalle alors que sa surface ne semble avoir subi en apparence aucun changement d’état réellement perceptible.

54Ce support s’inscrit dans la chambre entre une dalle en ortho gneiss réemployée dans la construction (tronçon manquant, gravures interrompues et impossibles à reconstituer - n° 20) et la dalle de chevet sur laquelle nous reviendrons (n ° 1). Cette dernière occulte le bord droit du support 21 et cache ainsi les ¾ d’un signe quadrangulaire, jamais enregistré, pris dans la masse du cairn. Il semble par conséquent très probable que ce support soit une ancienne stèle dressée. Sa hauteur n’est pas connue, nous ne savons pas à quelle profondeur est implantée sa base ; en prenant comme modèle hypothétique une répartition équilibrée des gravures de part et d’autre de la faille transversale du milieu, il manquerait alors une vingtaine de centimètres pour estimer le niveau du sol originel.

Les gravures :

55Quatorze signes ont été inventoriés. Ils sont assemblés en bas à gauche et vers le haut à droite, distribués en oblique en laissant ainsi la surface en bas à droite et le quadrant en haut à gauche entièrement vides d’inscriptions. Nul doute que ces évitements sont volontaires.

56Le signe crosse, le plus fréquent, est reproduit à cinq exemplaires, dont un est clairement appuyé sur la ligne naturelle de démarcation à mi-hauteur de l’ancienne stèle, marquant le centre de la composition ainsi que le milieu de la dalle (fig. 4). Si les manches sont plutôt droits, l’individu au contact du motif quadrangulaire présente une courbure classique et par conséquent une longueur moins importante du manche, à l’image des crosses similaires dans le corpus de la France de l’ouest. Il est d’ailleurs le seul à être penché, à l’instar du signe carré adjacent et du signe en forme d’oiseau qui le surmontent. Tous les autres signes sont en position verticale et paraissent de la sorte stabilisés.

4.Orthostate n° 21 / Orthostat no. 21

4.Orthostate n° 21 / Orthostat no. 21

Proposition de divisions et regroupements de signes en 5 sous-ensembles commentés dans le texte. En A, les 3 signes s’éloignent de la position stable reconnue au reste de la composition ; l’axe imaginaire passant par le signe central « crosse » rejoint le bas et le centre de la stèle / Suggested divisions and clusters of signs into five subsets as discussed in the text. In segment A, three signs deviate from the stationary position of the other signs in the pattern. An imaginary axis, passing through ‘crosier’ central sign, meets the lower part of the stèle

57Deux signes haches sont gravés dans chaque « moitié » de la dalle, tranchants dirigés vers la gauche, de même tous les crosserons du signe précédent sont dirigés vers la gauche, sans exception. Les manches des haches sont aussi en forme de crosse, mais si l’exemplaire du bas de la stèle laisse ressortir le talon pointu de la lame, ce n’est pas le cas du spécimen positionné en haut.

58Trois signes cruciformes sont enfin regroupés dans le bas de l’orthostate, deux sont isolés mais un est directement connecté au dernier signe de ce registre puisqu’il s’inscrit à l’extrémité d’un croissant que nous interprétons comme un bateau. Nous serions par conséquent en présence d’une embarcation contenant un seul personnage central traduit par une barre verticale (le mât semble moins crédible ; voir à ce propos la transformation du mât en croix – ou inversement - dans la représentation du bateau de Saint-Vincent gardé par deux corbeaux, fig. 5), mais présentant dans le même temps, vers la proue ou vers la poupe, un autre personnage debout les bras en croix. Une ligne horizontale tracée sous cette composition introduit un égal effet de support au second personnage les bras en croix, placé en bas et au centre de la stèle, et bien qu’il n’y ait pas contact avéré entre les tracés. Ce personnage est surmonté dans son axe vertical exact par un grand signe oiseau. Le troisième cruciforme est inscrit au-dessus de cet ensemble, mais sur le côté de l’oiseau. Ainsi, les deux oiseaux sur la stèle n’ont pas de signe les surmontant directement.

5. Bateau et couple de corvidés sur les blasons actuels de Lisbonne (d’après l’Office du tourisme), et blason daté de 1360 provenant de Chafariz de Arroios (Lisbonne) conservé au Museo da Cidade (Nº Inventaire : MC.ESC.415 ; largeur 70 cm) / Boat and pair of corvids on the current coat of arms of the city of Lisbon (Tourist Information Office), and coat of arms dated 1360 from Chafariz de Arroios (Lisbon) and kept in Museo da Cidade (Registration No. MC.ESC.415; 70 cm wide)

5. Bateau et couple de corvidés sur les blasons actuels de Lisbonne (d’après l’Office du tourisme), et blason daté de 1360 provenant de Chafariz de Arroios (Lisbonne) conservé au Museo da Cidade (Nº Inventaire : MC.ESC.415 ; largeur 70 cm) / Boat and pair of corvids on the current coat of arms of the city of Lisbon (Tourist Information Office), and coat of arms dated 1360 from Chafariz de Arroios (Lisbon) and kept in Museo da Cidade (Registration No. MC.ESC.415; 70 cm wide)

Mise à l’eau d’embarcations traditionnelles à proue élevée et quille peu prononcée sur le rivage atlantique du Portugal (d’après des clichés de l’Associação dos Amigos da Ria e do Barco Moliceiro) / Other images: traditional boats with high bows and unsubstantial keels launched on the Atlantic coast of Portugal (pictures from Associação dos Amigos da Ria e do Barco Moliceiro)

59Comme pour la stèle précédente n° 17 et pour tous les autres registres du Mané Lud commentés dans cet article, l’homogénéité technique des tracés, malgré leur faible lisibilité, conduit à concevoir l’interprétation globale d’une composition non surchargée. En ce cas, quelles régularités pourrait-on relever ?
• Il est tout d’abord remarquable qu’un signe crosse droit soit positionné au centre « géométrique » de la dalle, comme placé sur le support naturel amené par la faille dans le granite, car cette configuration nous rappelle fermement l’orthostate n° 8 dans le couloir de Gavrinis où une crosse isolée, reposant par l’extrémité proximale du manche sur un tracé horizontal qui sépare ainsi deux registres bien distincts, est gravée dans l’axe longitudinal exact de la dalle (Cassen 2000a).
• Au Mané Lud, cet axe longitudinal passe exactement sur le signe cruciforme gravé au bas de la stèle, la plus petite des trois représentations humaines.
• Ce dernier signe en croix est entouré, à égale distance, de trois signes aux dimensions bien supérieures : une crosse verticale sur la droite, un oiseau à l’aplomb, un bateau à la gauche, monté à la carène par un humain également bras en croix et lui aussi offrant une taille bien plus importante que son homologue au centre de la composition.

60Ainsi, à la rencontre des deux axes symétriques partageant la stèle (fig. 4), un point central (la base d’une crosse verticale) sépare deux groupes de signes paraissant occuper deux quadrants opposés par le sommet :
- le quadrant inférieur gauche rassemble la composition triangulaire précédente, à laquelle s’ajoutent, comme en périphérie et d’ailleurs affectés d’un léger changement d’axe, une hache emmanchée et un nouveau signe en croix latine ;
- le quadrant supérieur droit qui réunit deux signes en position verticale (une crosse et une hache emmanchée) et trois signes affectés d’un changement d’axe nettement orienté cette fois vers la droite (un oiseau, une crosse, un quadrilatère).

61Simple hasard ou conséquence d’une recherche visuelle de la part du graveur, l’axe passant par le manche de la crosse située entre les deux autres signes penchés rejoint presque exactement la base de la composition triangulaire, en recoupant ici l’axe longitudinal.

62Sans être amené à surinterpréter l’assemblage des signes, que peut-on valablement conclure de ce découpage ? Divisons la surface de haut en bas, en autant de groupements nous paraissant les plus pertinents (fig. 4).
A- Sur cette stèle, un état statique s’oppose à un état dynamique, car un objet oblique par rapport à l’axe vertical du support devient par essence instable et joue de la gravité suggérée pour signifier le mouvement (la chute, le basculement, la translation, le glissement...). C’est l’effet recherché au niveau du triple signe carré-crosse-oiseau : une crosse-lituus oppose sa partie active au côté d’un carré-monde, en le faisant pencher, alors qu’un oiseau les survole, pareillement entraîné.
B- A leurs côtés, le double signe crosse-hache en position verticale signifie les armes des hommes, mais l’humain n’est pas représenté ; leurs parties actives (tranchant, crosseron) s’opposent en étant dirigées vers l’intérieur du couple.
C- En franchissant le mitant de la dalle, un homme en croix est figuré dans le registre inférieur, une crosse à gauche au-dessus de son bras, et une hache emmanchée à droite sous l’autre bras, l’accompagnent en dirigeant leurs parties actives non pas vers l’intérieur mais cette fois vers l’extérieur. C’est en somme la représentation d’un homme muni de ses armes en positions fonctionnelles.
D- Le petit homme, central mais positionné au bas de la stèle, placé sans contact direct avec la ligne horizontale de sol (ou de mer, ou de rivière, ou d’horizon) qui ne concerne que la partie gauche en rapport avec le bateau, est dominé par trois signes. Chacun semble à sa place : l’oiseau dans le ciel, le bateau sur l’eau, en sorte que la crosse peut par déduction signifier l’espace terrestre face aux milieux marin et aérien. Il y a conjonction autour de l’humain à taille réduite, et l’arme assommante ne dirige pas le crosseron à son encontre mais, au contraire, sa partie active est tournée vers l’extérieur.
E- Un seul signe prend la place du point « nodal » au creux de la stèle, c’est le signe crosse, isolé, partie assommante orientée vers la droite (comme en symétrie miroir par rapport aux tranchants des haches dirigés vers la gauche). C’est le signe le plus fréquent au sein du corpus néolithique gravé de l’ouest de l’Europe, et ce positionnement central sur la stèle 21 ne contredit pas cette importance et la valeur de symbole qui transcende, bien entendu, la fonction d’arme de jet.

63Cette partition faite, cet ordre suggéré parmi d’autres possibles, comment relier les parties ? À ce stade du déchiffrement, il paraît difficile de poursuivre sans tenir compte du reste des registres reconnus au Mané Lud. Nous reviendrons par conséquent sur la scène dans une étape ultérieure. Retenons néanmoins, pour être cohérent avec les autres stèles où est suggérée une animation des figures, que le carré penché et la proue du navire pourraient plaider ensemble pour un déplacement vers la droite, tout en convenant que la dynamique est cette fois moins flagrante compte tenu de tous ces objets majoritairement présentés à l’état statique. Et d’autant plus que le personnage central est également donné pour immobile. Aussi devrons-nous jouer sur cette alternative.

2.1.3- L’orthostate 1

64Il s’agit de la dalle dite de chevet, occupant en effet tout le fond de la chambre. La gravure plutôt réaliste d’un cétacé a pratiquement validé notre hypothèse formulée plusieurs années auparavant, stipulant la représentation d’un cachalot et non d’une baleine « commune ».

Le support :

65La dalle en granite de Carnac est une probable face d’arrachement dont on comprend vite que la morphologie naturelle de la pierre fut mise à profit pour placer la gravure de l’animal marin, contrainte par une encoche pédogénique. Si les côtés n’ont pas subi de mise en forme, le haut de la stèle a été percuté, tronqué pour laisser une arête à peu près horizontale, qui soutient la dalle de couverture.

66Les mêmes fines mousses vertes très adhérentes à l’orthostate précédent affectent ici encore la partie basse du support. Phénomène beaucoup plus ancien, une nette altération du granite est apparue à la lecture des photographies prises lors du levé des gravures ; toute la partie gauche est beaucoup moins bien conservée et la queue du cachalot est notoirement abîmée, ainsi que le pénis. Usures, exfoliations et desquamations en surface de la pierre n’ont pu être générées à l’intérieur de la tombe, bien protégée par son cairn qui n’a jamais été restauré. Il faut donc encore une fois penser cet orthostate comme une ancienne stèle, dressée dans un autre contexte, au cours duquel elle aura subi un premier processus de météorisation touchant une de ses parties plus exposée que les autres (vents dominants, etc.). Dans un tel scénario, la taille ayant permis un ajustement du sommet de la pierre doit ainsi mieux se concevoir.

Les gravures :

67Cette gravure est la plus réaliste du corpus armoricain, et seuls un enregistrement insuffisant des surfaces et la croyance systématique en l’aspect anthropomorphe des menhirs ont détourné le regard et la reconnaissance (voir Cassen 2005, 2007a, pour un historique des recherches).

68Le cachalot est fort bien restitué, puisque la tête occupe véritablement le tiers du corps, ce qui est exceptionnel ; le dessin rapporte bien cet allongement et la partie quadrangulaire de la tête. La rencontre des deux axes majeurs divisant la stèle se place à peu près là où devrait se trouver l’œil de l’animal, ce qui n’est peut-être pas un accident (fig. 6). La nageoire caudale est également remarquable de vérité, tant sa souplesse naturelle ne laisse habituellement transparaître que cet état « plié », vu en profil, l’organe étant rabattu sous son propre poids lors de la plongée ; et dans la mesure où l’observateur n’est jamais vraiment dans l’axe exact de la bête plongeant mais plutôt placé sur un des côtés, cette dissymétrie est l’image parfaite qui peut en être donnée. Par contre, le dessin du souffle est une erreur anatomique manifeste quant à son placement sur la tête. L’évent du cachalot est en effet placé loin en avant de la tête, en son extrémité même, et l’on se demande pourquoi le graveur a fait cette erreur. Il est vrai que le souffle est le moins localisable des phénomènes observés, même depuis une embarcation, puisqu’il ne s’agit pas d’un jet mais d’un mélange gazeux et liquide largement diffusé au-dessus du corps de l’animal. Un animal difficile à voir, difficile à approcher. Aussi n’est-il pas impossible que sur ce détail précis du comportement du cachalot, le graveur ait réuni l’image générique du souffle renvoyant aux cétacés visibles à cette époque.

6. Orthostate/stèle n° 1 / Orthostat/stele no. 1

6. Orthostate/stèle n° 1 / Orthostat/stele no. 1

Le haut de la stèle semble avoir été entièrement taillé pour s’adapter aux hauteurs des piliers voisins et soutenir l’immense dalle de couverture / The top of this stele seems to have been cut all over to match the height of contiguous pillars and support the huge capstone

69En définitive, ce réalisme de la figure n’est pas superposable aux gravures connues sur la même commune (Table des Marchands, Grand Menhir) et plaide probablement pour une date plus ancienne de la réalisation, avant que ne se poursuive le processus d’abstraction et de simplification des grandes unités graphiques (corps, tête, souffle, queue, pénis, melon) qui atteindra un extrême avec la stèle de Dissignac. Dissignac est également le seul signe à être représenté tête vers la gauche, car au Mané Lud le mouvement de l’animal est bien suggéré de la gauche vers la droite, à l’instar de tous les autres signes similaires du corpus.

2.1.4- L’orthostate 1A

Le support :

70Inscrit en arrière de la dalle de chevet et à la droite au fond de la chambre, l’orthostate 1A présente une face d’arrachement très semblable à celle du n ° 21 ; la surface est régulière, sans réseau polygonal ni fissures, et les gravures sont à peine marquées. Cette disposition architectonique peu courante s’explique par la configuration échancrée du très large orthostate de chevet qui laisse un espace vacant dans la paroi de fond, à l'angle de la chambre ; la dalle 1A sert à combler ce vide, placée à l’arrière-plan.

71Le haut du monolithe présente une nette fracture, dissemblable des autres arêtes, qui peut témoigner d’un aménagement du bloc lors de son introduction dans l’architecture de la tombe à couloir. L’observation est cependant insuffisante pour conclure au réemploi d’une stèle. Seul l’argument fondé sur le placement en retrait, occultant ainsi 70% de la dalle, pourrait servir l’hypothèse d’un réemploi.

72Malheureusement touchée par des graffiti et des surcharges de peinture, la dalle a subi un nettoyage poussé ayant provoqué une perte de minéraux, entraînant par conséquent d’inattendues perturbations dans la lecture des gravures (cf. Cassen 2005, p. 353).

Les gravures :

73Trois signes oiseaux sont imbriqués, l'un au-dessus de l'autre, et leurs dimensions sont logiquement proportionnées par cette manière de les présenter ; un quatrième signe semblable mais moins creux surmonte le tout, sans être emboîté au précédent. L’ensemble est centré, placé sur l’axe longitudinal de la dalle, mais les signes sont manifestement penchés vers la gauche par rapport à cette verticale. Un redressement du support de quelques degrés vers la droite suggère un nouvel ordre des oiseaux, cette fois à peu près tous superposés selon cet axe ; les bords de la stèle deviennent ainsi perpendiculaires à la ligne de sol (fig. 7).

7. Orthostate/stèle n° 1A / Orthostat/stele no. 1A

7. Orthostate/stèle n° 1A / Orthostat/stele no. 1A

Un redressement théorique du monolithe positionne les quatre signes superposés selon la verticale / Theoretical upright position of the monolith, with all four signs stacked up along the vertical axis

74Notre proposition graphique publiée en 2005 avait partiellement repris le levé de E. Shee-Twohig pour restituer l’individu du haut, trop affecté par les enlèvements de matière consécutifs aux opérations de nettoyage par les gestionnaires du site, et faute d’avoir pu donner au lecteur l’ensemble de nos photographies et dessins vectoriels pour mieux comparer. Nous préférons reprendre aujourd’hui la synthèse proposée dans notre rapport d’opérations remis au SRA de Bretagne (Cassen & Vaquero Lastres 2003a), synthèse qui nous semble demeurer la plus fidèle au modèle. Elle ne s’écarte pas fondamentalement de la précédente et n’affecte en rien la compréhension du motif qui reste le même, précisant seulement l’aspect quelque peu aplati de ce quatrième oiseau au lieu du signe problématique et déstructuré relevé par notre collègue (Twohig 1981, fig. 100).

75En somme, la stèle présente un vol groupé d'oiseaux, dont la disposition ne suggère aucune direction de déplacement, ni d'un côté ni de l'autre, ou alors plutôt vers l'avant, ou bien vers l'arrière. À moins qu'il ne s'agisse que d'un procédé commun de rangement et d'ordination, par répétition d'un objet. Mais l'imbrication des sujets signifie probablement davantage que la seule action itérative ; c'est en tout cas un procédé retrouvé à l'identique à Gavrinis, par exemple sur le bloc en réemploi RS2 avec ses six oiseaux imbriqués et superposés (aujourd’hui peu visibles), contraints entre deux autres signes semblables mais trois plus grands (Twhohig 1981, fig. 122).

2.1.5- L’orthostate 2

Le support :

76Le support est fortement altéré sur sa partie gauche ; il ne s’agit pourtant pas d’une face d’arrachement qui pourrait en effet présenter dans certains cas une apparence semblable. Non seulement les gravures laissent entrevoir des états distincts de leurs tracés de part et d’autre de la surface, mais une diaclase naturelle transversale dans la roche montre aussi deux états différents de ses arêtes entre la droite et la gauche de l’orthostate (fig. 8) ; il s'agit encore une fois d'un processus de météorisation antérieur à l'introduction du monolithe dans la tombe à couloir. Deux fractures très nettes affectent enfin le haut et le côté gauche de cette dalle en granite de Carnac.

8. Orthostate/stèle n° 2 / Orthostat/stele no. 2

8. Orthostate/stèle n° 2 / Orthostat/stele no. 2

Non confondue avec une surface d’arrachement, la partie gauche du monolithe a subi une érosion différentielle : surface desquamée, tracé de gravure estompé, bord de diaclase altéré. Illustration du phénomène « post-mégalithique » sur un rocher gravé à Tanum en Suède, la partie droite du bateau gravé (âge du Bronze) est devenue presqu’illisible (d’après Milstreu, Prøhl 1999) / The left side of this stone, not to be mistaken for a landslide scarred surface, has suffered differential erosion: the surface has spalled off, part of an engraved line has been lost, and the jointing edge has been eroded. Inset: illustration of a “post-megalithic” phenomenon on an engraved outcrop in Tanum, Sweden. The right side of the Bronze Age engraved boat is now almost undecipherable (Milstreu, Prøhl 1999)

Les gravures :

77Nous reproduirons une gradation dite « de confiance » semblable à celle qui fut employée dans le Mané Lud en sauvetage, mais en déclinant deux niveaux seulement (au lieu de trois à l'époque), afin de distinguer les tracés les plus assurés (en plein sur la figure n° 8) des traits les plus incertains (en pointillés).

78Une lame de hache triangulaire, tranchant dirigé vers le haut, est sans problème identifiée dans la partie basse, et se conforme à un modèle bien inventorié dans l'ouest de la France. Sa verticalité peut donc corroborer l'état actuel d'implantation du support, malgré son sommet fracturé qui peut en effet plaider en faveur d'une mise en forme à l'occasion du réemploi d'une stèle préexistante.

79Au sommet du monolithe (le sommet actuel, que l'on sait tronqué), un premier signe quadrangulaire complet est disposé à peu près dans l'axe longitudinal, mais en réalité plutôt inscrit dans le quadrant droit. Il semble prolongé par des segments rectilignes et verticaux, qui confortent ainsi, avec le rectangle gravé, l'orientation donnée par la lame de hache et l'implantation de l'orthostate. Ces segments sont malheureusement difficiles à lire et seul le fragment supérieur paraît faire partie intégrante d'un second motif plus complet, grossièrement quadrangulaire, qui chevauche l'autre quadrilatère plus régulier, sans que l'on puisse connaître la chronologie relative des tracés. Une diaclase naturelle est mise à profit pour « poser » le segment de base de cette seconde figure. D’autres segments incertains marquent le quadrant supérieur gauche mais il est impossible d’y reconnaître une figure géométrique familière ou un motif déjà recensé.

80Plus satisfaisante est l’interprétation des gravures sur le côté droit de la stèle. Quatre familles de signes se succèdent ; ainsi, du haut vers le bas, peut-on décrire :
- deux signes en crosse opposés par leur partie active ;
- trois signes oiseaux imbriqués, à l’image de l’orthostate 1A ;
- un signe rayonnant difficilement identifiable ;
- enfin un signe courbe – lui aussi, comme le précédent, très abîmé par le nettoyage des années 1990 - que nous sommes tentés d’interpréter comme le bateau du registre armoricain, mais une embarcation sans équipage.

81Cette série est manifestement orientée selon un axe oblique qui n’est pas sans rappeler l’exacte disposition des signes sur la partie droite de l’orthostate 21. Ajoutons que la double crosse et les oiseaux sont traversés en leur milieu par une arête saillante dans la roche qui marque en quelque sorte cet axe de symétrie. Un terme alternatif peut être également proposé en relation avec le signe bateau puisque l’axe oblique mentionné ne le traverse pas idéalement, c’est-à-dire par le milieu et perpendiculairement ; le croissant est en réalité orienté selon une autre direction, qui pourrait en ce cas englober le signe diffus sus-jacent. Quoi qu’il en soit, la stabilité de cette suite n’est à l’évidence pas recherchée, même si un ordre certain est apparent : en somme, un bateau est surmonté d’un signe non identifié, l’ensemble est surmonté de trois oiseaux en plein vol « stationnaire », et le tout est couronné par un couple de crosse qui, avec les oiseaux ainsi disposés, reproduisent un schéma structural déjà inventorié sur la commune de Locmariaquer, comme au Mané er Hroëck (Twohig 1981).

82Difficile maintenant de connecter cette série aux signes quadrangulaires reconnus sur la gauche, sachant les manques qui obèrent tout effort de recomposition. On notera cependant l’absence de recoupement entre les tracés respectifs - à l’exception des deux motifs quadrangulaires -, ce qui maintient une certaine cohérence et assure une forme de légitimité à l’interprétation globalisante des signes. Bateau, oiseaux et crosses sont dirigés, ou se dirigent, vers le côté oblique d’un des deux motifs quadrangulaire, plausible représentation d’un espace terrestre particulier ; mais aucun déplacement latéral n’est ici suggéré à l’image des six autres stèles (n° 17, 21, 1, 19, 6 et 16).

2.1.6- L’orthostate 19

Le support :

83Cette face d’arrachement en granite de Carnac est très altérée sur sa partie gauche, mais on ne peut conclure que le manque de gravures à cet endroit est le résultat de cette météorisation poussée. La dalle, pilier porteur, offre des bords réguliers naturels, mais le sommet a subi des chocs violents, dus au phénomène de compression prévisible lors de la pose de l’énorme dalle de couverture sur la chambre, ou à une intervention humaine pour calibrer et préparer le support.

Les gravures :

84Elles sont partagées en deux zones séparées par un ressaut naturel dans la pierre, dans le tiers inférieur ; nous considérons cette partition comme pertinente.

85Dans la partie basse, un signe quadrangulaire est placé à la verticale, marquant plutôt le secteur droit de la dalle si l’on s’en remet à l’axe longitudinal ici dessiné (fig. 9). La figure est à son tour exactement divisée en deux par un trait horizontal. Cette surface quadrangulaire séparée en deux moitiés est l’illustration même d’un concept mieux connu par l’expression philosophique du rapport à l’altérité ; en répétant l’opération, le monde se divise, presque à l’infini (le réticulé, la grille, le damier, etc. – cf. Cassen 2007 a).

9. Orthostate n° 19 / Orthostat no. 19

9. Orthostate n° 19 / Orthostat no. 19

Synthèse graphique sur le signe inscrit en haut de la dalle tronquée ; proposition d’une crosse. Prises de vues rapprochées pour souligner le dépassement du tracé du signe médian sur l’arête du support / Graphic synthesis of the sign engraved up the cut flagstone: suggested crosier. Close-up shots to show how the median sign line  extends out of the stone edge

86Au-dessus, un signe oiseau très affaissé, « aplati » au point de ressembler aux embarcations gravées de Scandinavie, est inscrit sur le même côté droit mais de telle manière qu’une branche montante de l’aile mord sur l’arête de la stèle et se prolonge sur la tranche. Un schéma déjà entrevu avec les oiseaux gravés sur l’orthostate 17 mais débordant là-bas sur le côté gauche.

87Enfin, plus haut encore sur la pierre, une gravure courbe terminée par une dépression grossièrement circulaire n’avait pas subi le risque d’une interprétation dans le Mané Lud en sauvetage (2003), faute de connaître la suite du tracé tronqué par la taille et la mise en forme postérieure du sommet de la stèle. Mais après la découverte du Bronzo (Cassen 2005) où une crosse gigantesque semblait stopper l’envol d’un oiseau, il nous a semblé crucial de revenir aux clichés de notre campagne photographique pour vérifier si l’amorce d’un tracé rectiligne, pouvant suggérer le manche, ne serait pas encore visible, comme par « transparence » dans la matière enlevée. Et ce fut très opportunément le cas. En sorte qu’une campagne complémentaire de relevés fut programmée en 2010 (34 clichés) pour préciser le tracé. Il y a fort à parier maintenant, malgré cette impossibilité de discuter à partir d’un document complet qui, seul, permettrait d’être bien plus affirmatif, que ce prolongement rectiligne attesté est bel et bien le manche d’une crosse qui opposerait ainsi sa zone active au signe oiseau sous-jacent, individu provenant derechef d’un hors-champ, un oiseau déplacé de la gauche vers la droite et désormais directement concerné par cette plausible frappe.

2.1.7- L’orthostate 6

88Cette dalle en granite de Carnac est l’une des mieux conservées du Mané Lud (avec l’orthostate 17), et probablement aussi l’une des plus captivantes ; notre levé s’éloigne d’ailleurs des dessins antérieurs, non pas tant dans la reconnaissance des lignes directrices mais plutôt dans le détail qui conditionne toute nouvelle réévaluation. Cette dalle est aussi, malheureusement, l’une des plus affectées par les surimpressions actuelles à la craie grasse et à la peinture...

Le support :

89La face d’arrachement est barrée au tiers inférieur par un ressaut naturel dans la roche qui divise en quelque sorte la surface de présentation. Cette dernière est lisse et plane, en partie due à un miroir de faille qui a favorisé l’exécution des tracés dont certains parmi les plus précis sont manifestement obtenus par percussion indirecte.

90Les trois côtés sont à peu près intacts, autrement dit aucune fracture ne vient interrompre une quelconque zone météorisée, et aucune gravure n’est tronquée ; au contraire, sur les trois tranches de l’orthostate, des prolongements de tracés prouvent l’intégrité de la composition dont la totalité nous est assurément parvenue. Il est donc difficile d’envisager un réemploi d’une stèle plus ancienne au moyen de nos arguments habituels ; seuls les débordements de gravures sur les côtés, difficiles à percevoir dans la configuration architecturale actuelle, notamment pour la tranche du haut à peine perceptible, pourraient arguer de cette réutilisation.

Les gravures :

91Cinq signes fondamentaux sont reproduits : l’homme en croix, l’oiseau, la hache emmanchée, le bateau, le quadrilatère-monde. Ils se partagent la surface en évitant certains secteurs, et s’orientent différemment dans l’espace. Six groupements ont été arbitrairement distingués par des lettres, de A à F (fig. 10).

10. Orthostate n° 6 / Orthostat no. 6

10. Orthostate n° 6 / Orthostat no. 6

Proposition de divisions et regroupements de signes en 6 sous-ensembles commentés dans le texte. Noter les positions de hors-champ iconographique sur quatre signes distincts. Schéma d’opposition entre signes en tracés continus et signes en tracés discontinus formés de cupules ; un axe imaginaire souligne cette division qui passe par le centre de l’embarcation supérieure. Rappel de la planche dessinée par Ferguson en 1864 qui fut le seul a bien remarquer la ligne de cupules partant d’une lame de hache / Suggested divisions and clusters of signs into six subsets as discussed in the text. Four different signs extend out of the stone edges (“iconographic off-screen”). Right: diagram showing the division between continuous and discontinuous sign lines, the latter being made up of dents; an imaginary axis runs though the boat sign at the top of the stone to highlight such division. This recalls the plate drawn by Ferguson (1864); Ferguson was the only person to point out the line of dents extending from an axehead

92A - Sous la ligne de ressaut déjà mentionnée sont réunis cinq signes inscrits dans un espace triangulaire :
- dans l’angle droit, au bas de la dalle, un signe quadrilatère (trapézoïdal) est exactement tangent à l’arête de la pierre ; si sa base rectiligne est bien parallèle à la ligne de sol (actuel), son côté opposé est en partie oblique tandis que les bords latéraux sont également divergents selon cette même dynamique ;
- deux bateaux bordent les deux côtés du signe précédent ; ils sont penchés, suivant en cela à la fois une partie du tracé supérieur du quadrilatère et une faille apparente sous la seconde embarcation du bas ; respectivement cinq et six segments verticaux figurent les deux équipages et un personnage s’y trouve systématiquement placé plus haut que les autres et bien posé à l’extrémité gauche, partie que nous reconnaissons en conséquence devant très certainement figurer une proue ;
- juste en avant de la proue de l’une de ces embarcations, une hache polie sur manche crossé dirige son tranchant dans la même direction, c’est-à-dire vers la gauche ;
- un signe oiseau surmonte l’ensemble, et tout comme l’embarcation qu’il survole, et à la différence du quadrilatère, l’extrémité de son tracé en creux déborde sur la tranche de la dalle (fig. 11).

11. Orthostate n° 6 / Orthostat no. 6

11. Orthostate n° 6 / Orthostat no. 6

Synthèse graphique des levés photographiques sur la partie haute à gauche, et basse à droite de la dalle ; détail sur les extrémités des tracés débordant l’arête du support / Graphic synthesis of photographic surveys on the upper left and lower right parts of the flagstone. Detail of lines extending out of the stone edge

93Le hors-champ de l’oiseau et d’un bateau, la position des proues, l’orientation du tranchant de la hache, tout concourt à désigner un sens commun au déplacement des signes dont au moins deux sont par essence mobiles (l’oiseau, le bateau). Au surplus, la direction de ce déplacement peut être déduit de nos observations antérieures, notamment sur l’orthostate 17, dans la mesure où les mêmes oiseaux montrent là-bas un déploiement triangulaire avec un seul individu à l’une des extrémités ; il signifie, comme dans la réalité, la tête du groupement (l'oiseau suiveur récupérant la composante ascendante en bout d'aile de l'oiseau précédent, battements d'ailes alternés par rapport à l'oiseau qui précède). Si cette composition reproduit une formation d’oiseaux en vol, alors ils se dirigent de la gauche vers la droite, ils entrent littéralement dans le cadre. En sorte que sur la dalle 6 et suivant ce principe directeur, l’oiseau, les bateaux (et la hache ?) se meuvent de la droite vers la gauche, et par conséquent donnent une indication de « montée » par l’obliquité légère mais notable des représentations.
B- Comme posé sur la ligne de ressaut, une gravure isolée en forme de croix latine occupe le « sommet » de cet accident naturel. Elle représente un humain dans une position statique universelle, bras tendus, jambes jointes, une station qui est néanmoins exceptionnelle, loin de signifier la vie courante.
Si le tronc est vertical, les bras sont penchés l’un dans l’alignement de l’autre, et suivent la direction du signe sus-jacent, à moins bien sûr que ce ne soit l’inverse.
C- Ce grand signe quadrangulaire n’est pas fermé, mais ouvert sur le dessus. Il contient plusieurs traits parallèles dont deux sont inscrits dans une figure courbe, formant alors la ligne qui pourrait être rapportée à un bateau embarqué, mais alors très arqué ; cette dernière figure est comme posée sur une diaclase qui forme un ressaut dans la pierre, grossièrement horizontal. Une cupule est disposée à son côté, sur cette ligne naturelle.
Comment interpréter cet ensemble, très perturbé par des tracés parasites provoqués par le nettoyage de graffitis ? Si nous admettons la représentation d’une surface terrestre par le biais du motif quadrangulaire (simple ou divisé, droit ou oblique), la figure « ouverte » de l’orthostate 6 ne laisse pas d’intriguer, et en dire davantage serait cette fois bien risqué.
D- Sont ici regroupées deux haches polies emmanchées, tranchants dirigés vers la gauche. Les lames semblent parallèles au sol, mais un des deux manches est oblique et suggère en conséquence une action portée par la plus grande lame régulière au talon pointu.
Fait exceptionnel, unique dans l’état actuel des connaissances, les manches ne sont non seulement pas crossés, comme en A et comme il est usuel de le produire en gravure en Bretagne, mais ils ne dépassent pas non plus le corps de la lame au point que ce type d’emmanchement inconnu dans notre corpus pose question.
- Est-ce un mode d’emmanchement réel, qui impliquerait une fixation directe par liens et colle, peu documentée en Europe à cette époque ?... Cette possibilité est admissible mais difficilement crédible, d’autant plus qu’aucune lame polie à gorge – une morphologie fonctionnelle en règle générale recherchée pour adopter cette configuration - n’est connue dans l’ouest de la France (voir Avias 1949, pour vérifier le rapport d’identité entre le « casse-tête » à gorge et la manière de le représenter par la gravure sur un rocher).
- Est-ce un mode d’emmanchement réel, qui supposerait une lame de hache perforée sans dépassement du manche ?... L’hypothèse est recevable (cf. Klassen et al. à paraître) mais nous ne connaissons pas d’instruments perforés, en pierre ou en métal, trouvés en contexte en Bretagne, datés de cette époque (milieu du Ve millénaire).
- Est-ce un emmanchement idéel dont le classique crosseron serait alors supprimé ?... En ce cas, un manche tronqué qui n’est plus opérationnel – comment, en effet, la lame polie pourrait-elle tenir ? – charge l’arme d’une autre signification ; et l’objet « crosse », privé de sa partie active, ne fournirait plus que la matière du « manche » de l’arme, au mépris de son ancienne efficacité dans le monde réel.
E- Dans ce même quadrant arbitrairement façonné par nos axes majeurs divisant la stèle, une série de petites cupules fut diversement appréciée par les observateurs et les commentateurs. Une figure quadrangulaire et une autre circulaire ont en tout cas systématiquement retenu leur attention, sans pour autant motiver une interprétation spécifique à leur propos. Reprenons l’énumération :
- un contour quadrangulaire est nettement dégagé dans le registre inférieur ; il est approximativement parallèle au sol actuel ;
- un autre contour, cette fois plus circulaire, marque la partie supérieure, seulement interrompu par la coque d’un bateau ;
- depuis ces deux figures, d’autres petits segments formés de deux ou trois cupules partent vers le bas, ou vers la gauche tout en étant parallèles à la même ligne de sol ;
- comme « sortie » de la petite hache emmanchée, ou en tout cas rejoignant son tranchant, une ligne - toujours ponctuée au moyen de cupules - oblique légèrement vers le bas ; une autre lui semble parallèle, inscrite au-dessus ; les deux étant à leur tour parallèles à une ligne semblable émanant de l’angle supérieur gauche du signe quadrilatère, ces trois alignements étant peu ou prou dirigés vers le bord de l’orthostate ;
- un autre alignement, équivalent mais obliquant vers le haut, semble être orienté vers le tranchant de la grande lame emmanchée.
Il est intéressant de noter que les bordures droites des figures quadrangulaire et circulaire sont tangentes à un même axe vertical virtuel, et qu’aucune cupule ne dépasse cette limite (fig. 10) ; une limite qui coïncide de surcroît avec les tranchants superposés des deux haches emmanchées, ce qui ne peut être le fruit d’un hasard. Soulignons en aparté que S. Ferguson (Ferguson 1864) est le seul à avoir repéré deux lignes de cupules partant de la lame polie la plus basse, alors que notre figure n° 17 en 2005 ne rendait pas justice de cette bonne observation en ne rappelant que les levés, par ailleurs incomplets à cet égard, de Cussé, Closmadeuc, Le Rouzic/Péquart et Shee-Twohig.
F- Le dernier sous-ensemble est placé à l’angle supérieur de l’orthostate ; il est ici le troisième motif (fait d’un croissant et de barres verticales) que nous interprétons comme la représentation d’une embarcation montée, dont un personnage plus grand que les autres pourrait indiquer la proue (en Scandinavie, A. Fredsjö dès 1948 traduisait cette distinction de taille d’un humain à la proue des navires de l’âge du Bronze comme la marque d’un statut particulier – Bengtsson & Bengtsson 2011, p. 38). Ce bateau n’est pas gravé parallèlement au sol actuel mais, à l’image des deux autres inscrits dans le registre inférieur, est placé en oblique par rapport à ce plan de référence. Deux particularités supplémentaires doivent être soulignées :
- la coque interrompt la ligne de cupules formant le signe circulaire sous-jacent, preuve d’un évitement volontaire dans une composition globale cohérente ;
- les personnages signifiés dans l’embarcation « débordent » sur la tranche supérieure de la stèle (fig. 11), ajoutant une troisième occurrence au sein du programme iconographique relevé sur cette même dalle, après les hors-champs notés sur l’oiseau et sur un autre bateau.

94Au terme de cette longue « description interprétative » des gravures, on nous accordera que l’accumulation des signes et leur ordonnancement relatif sur l’orthostate n° 6 poussent à rechercher un éventuel lien organisationnel (définissant la structure hiérarchique) et le probable lien associatif pouvant les unir. La partition ici proposée en six sous-ensembles est bien sûr arbitraire et ne peut inférer une histoire qui serait partagée en autant de scènes ou d’étapes. Mais tentons néanmoins de résumer le propos figuratif et l’analyse structurale.
• Le secteur A est nettement détaché du reste des gravures par la faille naturelle apparaissant dans le granite. Tous les sujets - un oiseau, deux bateaux, une hache crossée - s’éloignent d’un quadrilatère, représentation d’un monde, d’une surface terrestre quelle qu’elle soit. Ils se dirigent vers le haut, ce qui justifie que nous débutions par ce secteur.
• L’humain en B marque la transition avec le registre supérieur, il est statique et isolé. Nous l’avons déjà dit, cette posture bras en croix n’est pas ordinaire, elle désigne autre chose qu’une simple action narrative.
• Le secteur C nous échappe pour l’essentiel.
• Les deux haches emmanchées dans le secteur D sont aussi dirigées vers la gauche ; l’une est droite et statique, l’autre semble plus active, jouant par son obliquité avec l’inertie de l’objet vrai. Mais les deux instruments sont privés d’un manche complet, celui qui reprend et utilise habituellement l’objet crosse, arme de jet. Cette absence est étonnante – car inédite -, et l’on ne peut donc savoir si ces instruments tranchants sont alors fonctionnels, ou s’ils ne le sont pas ; d’ailleurs, l’interrogation concernant ce propos demeure-t-elle peut-être sans objet. Il est en tout cas significatif qu’un rapport de contiguïté spatial s’établit avec le groupement des petites cupules.
• Ces cupules sont limitées au secteur E, depuis le bord de l’orthostate – que deux d’entre elles outrepassent - jusqu’à un axe vertical imaginaire qui les sépare des deux tranchants des haches. Ainsi, deux catégories ne se mélangent pas. Mais ces deux sous-ensembles séparés dans notre analyse sont manifestement liés entre eux puisque des lignes de cupules sont dirigées sur ces mêmes tranchants. Enfin, au moins une figure géométrique quadrangulaire reproduit un dessin similaire connu dans le registre inférieur, à la différence fondamentale près qu’au lieu d’un tracé continu ce quadrilatère présente un tracé discontinu.
• Le bateau monté (secteur F) arrive d’un extérieur. Il est dirigé au rebours de la trajectoire montante exprimée en A par les deux autres navires.

95Nous appellerons voyage ce déplacement suggéré des grands mobiles, réserves d’imaginaire qu’étaient en ce temps-là une embarcation et un oiseau, devant lesquels l’instrument hache crossée ouvre la voie. Nous opposons un univers révélé par des tracés continus à un autre monde signifié par des tracés discontinus, en sorte que ce jeu des interruptions nous ramène au principe fondamental du passage d’un état à un autre (Cassen 2009b, p. 65). Ce franchissement se traduit par la perte extraordinaire du crosseron des manches des deux haches polies, deux armes placées à la jonction exacte entre ces deux entités. La puissante alternative continu-discontinu sera reprise en conclusion ; elle est en règle générale peu sollicitée dans nos modèles interprétatifs (voir cependant Hameau 2007, p. 723).

2.1.8- L’orthostate 16

Le support :

96Le réseau polygonal visible sur cette dalle plaide pour une surface d’arrachement. La partie basse au contact du sol humide est très envahie de mousses et surtout de lichens agressifs, mais il semble confirmé qu’aucune gravure n’est présente dans cette moitié inférieure.

Les gravures :

97Elles seront partagées en deux sous-ensembles.

98En haut et à gauche, trois signes bien distincts sont disposés à égale distance l’un de l’autre suivant un axe oblique et se partagent entre crosse, bateau et oiseau (fig. 12) :
- sur la gauche de la dalle, l’instrument dirige l’extrémité du crosseron vers la gauche ;
- l’embarcation est à peu près orientée parallèlement au sol actuel, mais en réalité contrainte par un ressaut naturel dans la pierre sur lequel elle semble reposer et qui impose une légère obliquité ; elle contient six personnages, à l’image des embarcations de la stèle n° 6, mais le personnage dominant les autres par la taille est ici placé au centre du motif ; une crosse, extrémité distale dirigée vers l’extérieur, prolonge la pointe gauche du bateau ;
- l’oiseau est en plein vol et surmonte le bateau.

99Un autre groupement de deux signes s’inscrit plus bas entre deux failles altérées :
- tout d’abord un oiseau, deux fois plus petit que le précédent, signifie lui aussi un plein vol ;
- en dessous, un petit quadrilatère assez peu marqué mais indéniable est orienté parallèlement au sol.

12. Orthostate n° 16 / Orthostat no. 16

12. Orthostate n° 16 / Orthostat no. 16

Détail sur les deux signes gravés, contraints entre deux accidents naturels verticaux en surface de la roche / Close-up on both signs engraved in a natural channel on the stone surface

100Il est évident que nous retrouvons des éléments de la structure sous-jacente au Mané Lud, déjà révélée sur les dalles 2, 6 et 21 : d’une part un oiseau surmonte une surface terrestre, d’autre part un oiseau surmonte une embarcation et donc une surface d’eau. Pour cette dernière composition, la proue pourrait être signalée par une forme en crosse, l’avant du bateau étant en règle générale valorisé dans les représentations et les miniatures, à l’image des têtes animales (cervidés, bovins, oiseaux) révélées par les gravures et les modèles réduits de l’âge du Bronze pour ne s’en tenir qu’à la Russie d’Europe, la Scandinavie et la Sardaigne (Lahelma 2005 ; Coles 2006 ; Guerrero Ayuso 2004). Au Mané Lud, une certaine ambiguïté persiste sur cette forme en crosse ; elle pourrait en effet représenter l’arme que nous connaissons, mais également une tête animale simplifiée, et les précédents exemples européens contenant plusieurs figurations gravées très semblables peuvent nous permettre d’abonder dans ce sens (voir par exemple à Begby Ic, Østfold, Norvège – Coles 2005, fig. 248). Mais dans la mesure où une autre crosse à la morphologie assez proche est disposée en avant du motif en question, nous retenons temporairement l’arme de jet comme figure de proue du navire. Par conséquent, une direction au déplacement peut être proposée, de la droite vers la gauche.

101En somme, une crosse verticale dirige une embarcation surmontée d’un oiseau, tandis que plus loin et plus bas sur la stèle, contraint par un jeu de deux failles parallèles, un autre oiseau, plus petit ou plus lointain, survole la représentation d’une terre également réduite en proportion.

2.2- L'orientation spatiale des dalles et leur disposition hypothétique

102Sur les huit orthostates gravés, cinq ont donc permis des observations (rabotage, obliquité du support, granite altéré, gravures occultées ou interrompues) démontrant leur réemploi dans la construction de la tombe à couloir (n° 1, 1A, 2, 19, 21). Les trois dalles restantes (n° 6, 16, 17) sont également les plus petits individus gravés qui, pour cette raison, n’ont probablement pas nécessité une retaille pour être ramenés aux dimensions de l’architecture funéraire. En sorte que nous tenons comme hautement probable que l’ensemble de ces orthostates ornés, qui partagent des registres iconographiques particulièrement homogènes (en technique de réalisation, en motifs et thématique réunissant plusieurs signes identiques), sont non seulement le témoignage d’anciennes stèles dressées dans un autre environnement et pour une autre destination, mais encore les parties prenantes d’un ouvrage qui a pu les conjoindre en un même projet architectural. Ces ouvrages, dénommés barres de stèles (Cassen 2009b), sont rectilignes ou curvilignes ; et sur la bonne vingtaine d’enceintes courbes connues en Morbihan littoral (Bailloud et al. 1995), agencées de blocs plantés en continu (Le Menec) ou en discontinu (Kerlescan 2), les gravures préservées sont toujours disposées sur la face interne, autrement dit façade concave ou « interne » de la structure (Er Lannic 2, Kergonan).

103On notera que d’autres monolithes mis en œuvre dans les parois du Mané Lud – tout du moins dans sa première phase de construction, à couloir court (Cassen et al. 2005) – sont très vraisemblablement d’anciennes stèles ; à commencer par l’orthostate n° 4 en migmatite importé, dont on connaît l’emploi répété dans la proche barre du Grand Menhir (Cassen 2009a). Mais faute d’avoir pu identifier d’autres indices aussi pertinents que les gravures permettant de reconnaître et remonter une logique structurale, aucun de ces monolithes ne sera mobilisé dans nos essais de recompositions, sinon en rappelant leur probable participation au fonctionnement premier de l’ouvrage de pierres dressées.

104La question que soulève maintenant la « bonne » orientation de ces gravures, finalement assez bien respectées au sein du tombeau dans leur lecture originelle, peut servir un argument en soi recevable pouvant aller à l’encontre de notre conclusion stipulant une déconnexion physique entre les premières et ce tombeau. Cette question doit être néanmoins posée en tenant compte de plusieurs observations :
- il y a tout d’abord une dimension prosaïque et une détermination mécanique qui imposent dans ce type de construction subissant des pressions énormes de ne pas réimplanter une ancienne stèle par son extrémité la plus étroite et la plus mince (la dalle de chevet, par exemple, ne peut pas être disposée autrement) ;
- on ne sait pas non plus ce qui est conservé au dos des orthostates non gravés, du côté formant la paroi interne de la chambre ; des gravures cachées au verso confirmeraient notre point de vue ;
- on rappellera enfin que les deux plus grandes stèles, justement en orthogneiss, ont été entièrement détournées de leur usage premier (la dalle de couverture de la chambre) ou complètement inversées dans leur nouvelle implantation après une sévère retaille (la dalle n° 20).

105Ces remarques n’excluent aucunement la possibilité que les bâtisseurs de la tombe à couloir aient conservé une assez bonne compréhension de certaines séquences gravées sur ces stèles anciennes devenues orthostates ; après tout, le répertoire « décoratif » de la céramique Auzay-Sandun – contemporain de la tombe - reprend en partie celui de la production Castellic, prouvant une forme de continuité entre le Ve et le IVe millénaire dans cette partie de l’Armorique.

106Partant de ces observations vérifiables et de cette hypothèse de travail, nous tenterons d’ordonner spatialement les stèles en les orientant tout d’abord par le biais de l’altération visible sur la roche, puis en les disposant selon la dynamique évoquée par le sens du déplacement des sujets gravés. En recherchant dans la littérature les différentes tentatives pouvant rejoindre notre projet, l’idée d’un ethnographe russe nous apparaîtcomme l’une des premières, puisqu’il pensait que le jeu changeant des ombres des gravures portées par la course du soleil donnait du mouvement et une direction aux compositions qu’il observait sur les affleurements rocheux (Laushkin 1959). L’orientation donnée par les représentations de bateaux sur des rasoirs en bronze a pu également être ramenée à la course du soleil (diurne et nocturne) en rapport avec une plausible cosmogonie (Kaul 1998). Le sens du déplacement des chevaux sur les dalles gravées érigées à la périphérie du tumulus de Sagaholm (Suède) animerait aussi l’architecture funéraire (Goldhahn 1999). Enfin, sur les affleurements de Bohuslän de ce même âge du Bronze scandinave, les files de personnages gravés de profil pourraient indiquer une direction à leur déplacement tandis que le déplacement des bateaux inscrits sur un axe sud-est/nord-ouest pourrait se conformer à la course du soleil (Strömberg & Strömberg 1983 ; Coles 2003, 2004).

107Examinons maintenant les données du Mané Lud et les combinaisons plausibles.

Altération et orientation à l’air libre

108La mesure de l’altération du granite en surface des stèles est un projet relativement ancien en Bretagne (Ault-Dumesnil (d’) 1866 ; Lavallière (de) 1886 ; Gaillard 1897, p. 82) mais qui n’a encore pu aboutir étant donné la nécessité de mettre en jeu un grand nombre de paramètres pour quantifier cette désagrégation. En revanche, F. Gaillard avait non seulement déjà pu apprécier le long espace de temps nécessaire à la formation des vasques et rigoles du menhir en position verticale, en déterminant ainsi son sommet, mais il avait aussi correctement déduit l’orientation de la chute et estimé la durée nécessaire pour développer de nouvelles formes d’altération sur le monolithe couché. Un siècle plus tard, on le sait, ce sont les travaux géomorphologiques sur les sites de Carnac qui vont fixer le vocabulaire de la météorisation et une typologie des formes rocheuses mises en œuvre dans l’architecture néolithique (Sellier 1995, 1997), permettant aux archéologues de mieux avancer dans la description des architectures régionales, pierres dressées mais également caveaux funéraires (Boujot & Cassen 2000 ; Boujot & Mens 2000 ; Cassen & Vaquero Lastres 2003c ; Boujot & Pinet 2007). En Scandinavie, l’affleurement rocheux, probablement dégagé d’une mince couche terreuse protectrice enlevée à l’âge du Bronze et nettoyé pour permettre de graver les différents signes, peut également révéler un processus similaire d’altération différentielle de sa surface dès l’instant où certains secteurs apparaissent désormais plus exposés aux agents érosifs, en sorte que telle gravure de bateau apparaît aujourd’hui partiellement estompée (fig. 8 ; Milstreu & Prøhl 1999). La stèle 18 de la fameuse nécropole du Petit Chasseur à Sion (Suisse) montre une surface altérée qui témoigne aussi « d’un long séjour en position primaire » avant un réemploi comme paroi de la ciste MIX (Corboud 2009, p. 37).

109Mais les traces laissées par la météorisation sur les dalles du Mané Lud ne sont pas visibles à l’échelle macroscopique qui permet à l’observateur expérimenté de vite reconnaître une encoche pédogénique, une coupole, une vasque, une rigole, etc. Nous les déduisons en réalité de plusieurs facteurs inventoriés au fur et à mesure de nos levés photographiques, puis graphiques. Ainsi :
- un tracé en creux d’une gravure peut subitement, ou progressivement, perdre sa profondeur, sans que la surface environnante ne révèle de changement majeur et sans que la réalisation du sculpteur n’en paraisse la raison ;
- les bords d’une diaclase naturelle peuvent également subir le même processus différentiel érosif entre deux secteurs contigus du monolithe (fig. 8) ;
- l’extrême précision des éclairages rasants permet en d’autres occasions de différencier les surfaces desquamées, ou déprimées, des surfaces plus saines où peuvent être conservées des gravures.

110Ces appréciations complémentaires ont donc une valeur indicative et mériteraient une étude spécifique à l’échelle microscopique. Nous travaillons en effet au niveau des grains dans la roche et par conséquent au niveau des microreliefs déterminés par les enlèvements accidentels ou anthropiques de la matière minérale (voire végétale avec les lichens qui peuvent fausser la lecture d’une composition gravée – voir Coles 2001 ; Bjelland 2005 ; Tansem & Johansen 2008). Une gravure de 1-2 mm de profondeur, qui est une valeur commune observée à travers le corpus armoricain – Gavrinis étant une très heureuse exception – peut donc perdre en lisibilité si la surface environnante est privée d’une seule couche des grains constituant le granite en question (quartz, micas, feldspath). C’est à peu près 30 à 50 % de la profondeur de la gravure qui est soustraite avec une disparition des grains de diamètre compris entre 0,5 mm et 1 mm. Or, la seule évocation des monuments religieux régionaux construits en granite de Carnac permet de percevoir et mieux comprendre la vitesse érosive du processus (fig. 13 ; chapelle Sainte-Avoye, Pluneret, Morbihan, actuellement à 10 km du rivage) ; en une période de 4 à 6 siècles, une sculpture de calvaire ou une accolade extérieure sur porte ou fenêtre peuvent perdre aisément 1 cm de matière par les seuls effets du vent, du sel, de la pluie et du gel, pour peu que l’exposition soit mauvaise et la protection inexistante. De même, une surface aplanie et travaillée à la boucharde métallique pourra s’altérer par zone ; le résultat de la météorisation produit alors une nouvelle surface granuleuse et irrégulière qui, sous éclairage rasant, contraste évidemment avec la partie « lissée » par le carrier, encore préservée. À la Table des Marchands, la grande crosse au bas de la composition est la plus endommagée – et pour cette raison très difficilement détectable sans une lumière oblique d’appoint – car, placée au plafond sur le versant occidental de la dalle de couverture, elle fut continuellement et la seule au contact direct des vents dominants, de la pluie et des eaux de ruissellements (Cassen & Robin 2009).

13. Illustration du processus différentiel d’altération naturelle du granite selon les orientations d’une roche travaillée au XVIe siècle. Chapelle Sainte-Avoye (cliché 2010), Pluneret, Morbihan ; actuellement à 10 km du rivage / Illustration of the differential natural weathering of granite along the chiseling lines on a stone dating back to 16th century. Saint-Avoye Chapel (2010 photograph) in Pluneret, Morbihan. The chapel is currently 10 km away from the coast

13. Illustration du processus différentiel d’altération naturelle du granite selon les orientations d’une roche travaillée au XVIe siècle. Chapelle Sainte-Avoye (cliché 2010), Pluneret, Morbihan ; actuellement à 10 km du rivage / Illustration of the differential natural weathering of granite along the chiseling lines on a stone dating back to 16th century. Saint-Avoye Chapel (2010 photograph) in Pluneret, Morbihan. The chapel is currently 10 km away from the coast

111La conjonction de ces deux résultats détectés par photographie numérique et éclairage très rasant - d’une part le tracé ou la ligne estompés, d’autre part les surfaces contrastées -, nous a donc permis d’orienter de façon assez théorique les huit stèles gravées du Mané Lud. Ainsi, les zones clairement altérées ont été grossièrement soulignées sur la fig. 14, sans rechercher davantage de précision dans le présent article ; en postulant que les vents dominants de l’ouest et du sud-ouest sont le vecteur principal des agents érosifs, la partie gauche des dalles les plus altérées ont donc été dirigées à l’ouest sur notre schéma. Cet essai d’orientation est un premier pas qui pourrait bien entendu être confirmé ou invalidé par une approche quantifiée du problème géomorphologique.

Le sens des déplacements

112Partant de ce premier agencement, nous avons restitué par le dessin la dynamique du déplacement des sujets mobiles par essence (oiseaux, bateaux, cachalot) telle que l’analyse des signes la suggère, en reprenant ici les conclusions formulées dans la partie précédente (2.1- L’animation). En sorte que :
- les stèles 17, 21 et 1 présentent un mouvement de la scène dirigé vers la droite des supports (oiseaux en formation de vol, embarcation montée à proue marquée, cachalot en surface) ;
- alors que les stèles 19, 6 et 16 indiquent un déplacement contraire, vers la gauche (oiseau entrant dans le champ, bateaux montés) ;
- tandis que les stèles 1A et 2 ne révèlent aucun indicateur semblable permettant de décider le sens du déplacement : les oiseaux sont superposés ou imbriqués (comme « stationnaires » disions-nous, sans présumer d’une immobilité réelle puisque le vol peut être en approche ou s’éloignant suivant un axe frontal au support), la lame de hache est nue et verticalisée, les crosses s’opposent – et se neutralisent – par leurs parties actives, l’embarcation est sans équipage et donc sans proue signalée.

113Le schéma graphique proposé (fig. 14) peut donc être établi suivant une lecture centripète des différentes scènes, mais l’option inverse est tout aussi défendable. En effet, en conservant les stèles 1A et 2 comme centre, voire la stèle 21, on peut être amené à suggérer une lecture centrifuge de l’histoire, à la manière d’évènements divergents, peut-être antinomiques. Une troisième répartition placera les stèles « immobiles » aux extrémités de chaque série de trois stèles orientées afin de fermer chaque séquence ; le mot « séquence » devant être entendu comme une suite ordonnée d'éléments et, pourquoi pas à l’origine, une suite de signes constituant autant d’épisodes distincts correspondant à une suite d'actions présentées dans une continuité chronologique et dans leur diversité spatiale. Prises parmi d’autres également envisageables, ces trois façons de procéder à l’agencement des signes inventoriés pourront sembler, bien entendu, totalement arbitraires ; mais elles sont à l’évidence le choix « cinématographique » d’un archéologue du XXIe siècle ; elles ne démonétiseront pas pour autant la découverte d’une animation des figures, sous-tendue au Néolithique par un discours d’accompagnement partagé entre acteurs et spectateurs.

14. Synthèse du code graphique, du vocabulaire et des concepts mis en œuvre pour décrire, animer et orienter les orthostates/stèles gravés du Mané Lud. Simulations de placement des stèles / Simulated rearrangement of orthostats showing the interpretative scheme outlined in the text. Synthesis of the proposed graphic code, terminology and concepts used to describe, bring to life and adjust the Mané Lud engraved orthostats/stelae

14. Synthèse du code graphique, du vocabulaire et des concepts mis en œuvre pour décrire, animer et orienter les orthostates/stèles gravés du Mané Lud. Simulations de placement des stèles / Simulated rearrangement of orthostats showing the interpretative scheme outlined in the text. Synthesis of the proposed graphic code, terminology and concepts used to describe, bring to life and adjust the Mané Lud engraved orthostats/stelae

114Adoptons, pour « voir », la possibilité que la stèle 21 soit l’élément central d’un ouvrage de pierres dressées (barre simple, barres orthogonales, hémicycle), et tenons compte de la dynamique suggérée par l’analyse des signes ainsi que de l’orientation des monolithes en fonction de leurs surfaces les plus altérées.
• Ce choix en faveur de la stèle 21 est dicté par l’exceptionnelle présence, trois fois répétée, d’un humain bras en croix gravé au bas de la stèle : tout d’abord isolé et centré sur le support, puis debout à la proue d’un navire, enfin désignant à chaque bras les deux armes fondamentales et indissociables du Néolithique armoricain (crosse, hache emmanchée), leurs parties actives dirigées vers l’extérieur.
• Si nous actionnons le principe directeur mis en œuvre pour interpréter l’ensemble des signes sur ces stèles anciennes (Cassen 2000a ; Cassen & Vaquero Lastres 2003b), grâce auquel un système d’oppositions et de corrélations permet d’identifier de grandes entités (animaux, objets, météores) représentant autant de sujets du monde réel mais également autant d’histoires mythiques et divines, de héros fondateurs ou de personnages ancestraux, alors nous placerons à part les deux représentants du monde sauvage (cachalot, oiseau) quand ils sont seuls figurés. Les stèles 17 et 1 montrent ces animaux se déplaçant vers la droite des écrans de pierre – l’écran étant la surface faisant arrêt, sur laquelle peut apparaître l'image d'un objet. En ce cas, la stèle 1A peut former un point de « départ », où le vol en formation n’est pas encore vu en mouvement latéral.
• À l’autre extrémité de la séquence, et prise comme second point de départ, la stèle 2 conjoint une lame polie nue et verticale, un vol d’oiseau « stationnaire », deux crosses s’affrontant (et se neutralisant) par leurs parties actives également placées à la verticale, et peut-être un bateau mais un bateau sans équipage. Un ensemble de sujets qui ne signifient donc pas le mouvement.
• Partant de là, les trois stèles 6, 16 et 19 restituent autant de sujets cette fois en mouvement, soumis à un déplacement dirigé vers la gauche. À cette dynamique commune s’ajoute un motif semblable ainsi répété sur chaque stèle : un oiseau survole la représentation d’une terre ; un oiseau survole la représentation d’un bateau embarqué.

115On rétorquera que l’exercice peut s’ouvrir à l’infini, même mené par un seul analyste, et la combinatoire qui aimerait dénombrer et ordonner tous les arrangements possibles des éléments constitutifs de l’ensemble serait d’avance vouée à l’échec dans cette archéologie des images. Mais l’approche théorique adoptée doit réduire au contraire le nombre et la variété des associations, groupements et enchaînements de signes. Comme on le comprend, deux niveaux d’acceptation du présent travail peuvent être envisagés :
- le premier s’en tient à l’interprétation du ou des signes sur un seul écran – la stèle radicale - qui apparaît comme un monde en soi (ex. : la représentation d’un cachalot comme indice du plus gigantesque et du plus sauvage de l’océan, une représentation par laquelle l’animal en régime animique peut assurer une intériorité de type humain, ou bien quand la coïncidence entre morphologie sociale etmorphologie corporelle établit un régime dit totémique – voir Descola 2006) ;
- le second niveau, s’ajoutant au précédent, teste la possibilité que ces stèles entrent en résonance au sein d’une histoire, un récit aidé dans son déroulement par la nature même de l’architecture, en quelque sorte sémantique (dans la mesure, au surplus, où les dimensions de la tâche de la construction, la forme et la technique sont liées entre elles). En effet, que voudrait dire la gravure du cachalot réalisée sur le Grand Menhir de Locmariaquer, dont la nageoire caudale est marquée d’une crosse en apparence très anodine, si la stèle voisine (Gavrinis/Table des Marchands), plantée dans la même barre mégalithique, ne donnait la clé de l’énigme en opposant les objets (crosse et hache) et les animaux (bovin et caprin) liés à l’homme ? Que signifierait la stèle du Bronzo prise isolément où la crosse de jet au-dessus de l’oiseau semble illustrer une banale scène de chasse, si l’autre stèle du Mané Rutual à quelques mètres de là ne reprenait l’opposition structurale entre la lame polie et la verge dressée, en dramatisant ces conflits d’intérêts, en confrontant ces puissances ? Le premier niveau doit par conséquent être dépassé, même si une stèle comme la n° 6 au Mané Lud peut concentrer plusieurs signes en une miniature qui paraît se suffire à elle-même. Car ces stèles forment et informent des éléments d’architecture, et tandis que chaque signe n’est signifiant que par la prise en compte de l’intervalle et de l’articulation qui le séparent du signe voisin, chaque stèle n’a pu prendre sens que par adjonction et confrontation avec la stèle contiguë.

116En somme, les stèles gravées du Mané Lud, réemployées dans la construction d’une tombe à couloir au début du IVe millénaire, parlent d’un ouvrage de monolithes édifié bien plus tôt, probablement au contact d’un tumulus de pierres et de limons recouvrant une ciste à deux individus destinée (Galles & Mauricet 1864, p. 15). Une lecture attentive a pu démontrer qu’une majorité de signes sur ces dalles subissait visuellement une action, directe ou indirecte, opérant sur leur état de mobilité, en introduisant dès lors une animation générale des figures (fig. 14). Sur quels récits mythiques ces stèles communiquent, sur quelle narration se fondent ces raccourcis graphiques et symboliques n’est évidemment pas l’objet de cette recherche. Mais la force des images nous semble à ce point tellement évocatrice qu’il nous paraît souhaitable de voir l’expérience radicale, menée jusqu’ici, gagner le mérite d’être prolongée. Car de nouveaux signes et motifs participent désormais du programme iconographique que l’archéologue tente de dénouer à l’échelle du littoral sud-armoricain : le navire, un « monde » quadrangulaire, l’humain bras en croix. Si les deux derniers ont été amplement commentés dans le Mané Lud en images, le bateau doit être plus particulièrement repris dans son essence, en soulignant la question métaphysique (ontologique) qui lui demeure attachée, en étudiant sa nature intime et profonde sans se limiter à la seule considération de son apparence ou de ses attributs séparés. Le bateau doit être développé à une hauteur de vue semblable pour être enfin confronté aux autres motifs (comme l’oiseau en vol) et être intégré à une composition aussi importante que la face cachée de la stèle de chevet à la Table des Marchands où son interprétation et la valeur prédictive du modèle seront testées.

3- L'Arche retrouvée ?

117Si la reconnaissance d’un bateau, monté ou non d’un équipage, nous semble désormais un fait acquis, son existence même au sein des compositions gravées ne va pourtant pas de soi. Loin d’un outil de navigation représentant seulement l’état économique d’une société, l’instrument de la survie alimentaire au même titre que la hache du bucheron et le cachalot que l’on chasserait, ou encore le moyen prosaïque du déplacement tout au long de ces rivages morbihannais et entre leurs îles, l’embarcation est fondamentalement affectée d’une force et d’une valeur imaginantes qu’il nous appartient de rappeler pour mieux comprendre les associations de signes dès lors que l’enquête nous porte au cœur d’un système symbolique. N’oublions pas ce que disait Sophocle à propos de l’humanité : « Beaucoup de choses sont admirables, mais rien n'est plus admirable que l'homme. Il est l’être qui sait traverser la sombre mer porté par le vent du sud orageux, au milieu des flots qui grondent autour de lui. » (Antigone, Le chœur - strophe 1).

3.1- Pourquoi le bateau ?

Les mots

118Commençons par préciser certains mots quant il s’agit de désigner l’objet. Le bateau est un ouvrage flottant, de toute dimension, utilisé pour la navigation sur toutes les eaux tandis que le navire est destiné principalement à la navigation sur mer (du latin navigare « voyager sur mer ») et pour cela doit être ponté de préférence afin que l’eau n’embarque pas. L’embarcation est par contre de plus faible dimension, généralement non pontée, naviguant à voile, à rames... Le vaisseau sera quant à lui le navire de dimensions importantes servant au combat, au transport de passagers ou de marchandises. L’étymologie nous dit que le mot vient du bas latin et latin médiéval vascellum « urne cinéraire ; sarcophage ; petit vase »  (dictionnaire Atilf) ; nous y reviendrons par la suite. Dans l’Iliade et l’Odyssée, Homère rend bien cette notion de contenant par l’emploi presque systématique de l’expression nef creuse pour désigner l’embarcation des héros grecs.

Les techniques

119Si maintenant nous voulons évoquer la constitution physique de ce bateau néolithique, la forme de l’objet gravé à l’échelle du Mané Lud ne pourrait pas rendre compte à elle seule, bien entendu, du type et encore moins de la technique employée pour le construire. D’une part le signe de l’embarcation doit être saisi comme le signe de l’oiseau, ou celui du cachalot, c’est-à-dire une ligne directrice qui exprime l’essentiel, une forme qui pourra être exagérée, simplifiée (sans rames) ; d’autre part une embarcation monoxyle simple, ou une embarcation monoxyle à bordage cousu qui permet d'augmenter la capacité de charge, seront probablement restituées de profil par une forme figurative semblable, sans possibilité de les différencier. Cette dernière technique navale du bordage cousu permet néanmoins de comprendre que l’on peut vite passer à l’assemblage des planches de bois par des ligatures pour former la coque, en s’inspirant peut-être d’embarcations plus anciennes en peaux cousues et tendues sur des perches. En tout cas, les principes de construction incluant l'utilisation de chêne, le planchéiage avec des bords biseautés, en piquant et en cousant ces planches au moyen d’un système intégrant des serre-câbles ainsi que des bois transversaux qui fournissent la rigidité à la coque, ces principes sont bien attestés dans les îles britanniques dès le début du second millénaire av. J.-C. (Van de Noort 2006, p. 273). Ce sont à n’en pas douter des embarcations pour la haute mer (sewn-plank boats), même dépourvues de quille, et une majorité d’auteurs – à quelques exceptions près (McGrail 2001) - les inscrivent désormais dans des stratégies d’acquisitions d’objets et de matières à très longue distance, notamment à travers les échanges avec le continent. Et ce sont encore ces « besoins » des élites pour les objets convoités fabriqués en Europe continentale qui seraient à l’origine des innovations en matière d’architecture navale en Angleterre.

120Mais ce dernier point de vue paraît ethnocentré qui nie par avance la possibilité que d’autres embarcations en bois « cousu » aient pu être utilisées ailleurs en Europe avant cette date, au motif qu’aucun vestige n’a été découvert à ce jour sur les littoraux de l’Atlantique ou de la Méditerranée occidentale. En fait, c’est le contraire qui serait étonnant. Les systèmes et les techniques d’assemblage par ligatures dans la construction navale égyptienne démontrent l’usage d’embarcations de pleine mer dans la première moitié du IVe millénaire (Ward 2005, p. 126). En tout état de cause, l’occupation puis la colonisation des îles méditerranéennes, de Chypre à la Sardaigne dès le Mésolithique et les premiers agriculteurs (Broodbank 2006 ; Guilaine & Briois 2005), supposent des embarcations suffisantes pour emporter des animaux (domestiques et sauvages) et des humains (Cherry 1981 ; Perlès 2001). Des bateaux qui vont à l’évidence au-delà des pirogues monoxyles ou des embarcations de type corwg gallois ou curragh irlandais (bateaux de peaux tendues sur une armature de bois souple et résistante à la fois, qui, à la différence des lourds bateaux en bois, peuvent être aisément tirés sur une plage ; Peacock & Cutler 2010). Les liens très probables entrevus entre Bretagne et Galice dès la seconde moitié du Ve millénaire, fondés sur des arguments archéologiques vérifiables (Cassen & Vaquero Lastres 2000 ; Cassen et al. à paraître a), ou entre Bretagne et mer d’Irlande (Cassen 2000a, p. 446 ; Sheridan 2003) en prolongeant des intuitions antérieures (Childe 1932 ; Case 1963 ; Eogan 1979), supposent implicitement une hypothèse de navigation hauturière maîtrisée. Il est certain en tout cas qu’une voie maritime est de longue date reconnue par les auteurs de l’Antiquité, qui joignait directement en trois jours la pointe de la Galice (La Corogne et le Cap Ortega) à l’Armorique à travers le golfe de Gascogne (voir Strabon I, 4, 5 et Tacite dans Agricola 10 et 11). Le transport de très lourds monolithes en orthogneiss en Morbihan impose également un savoir-faire nautique et des embarcations adéquates pour franchir des bras de mer à courant impétueux, ou pour affronter la Petite Mer (Mor Bihan) sur près de 40 km afin de gagner le sommet de Belle-Ile-en-Mer (Le Roux 1997 ; Bonniol & Cassen 2009 ; Cassen 2009a) ; l’invention du ballast de pierres n’est peut-être pas éloigné de toutes ces manutentions (voir à ce sujet l’interprétation des cinq dalles de grès mesurant jusqu’à 1 m de long trouvées dans l’embarcation monoxyle de Shardlow, en Angleterre, datée de l’âge du Bronze – Pryor 2004). Les lieux potentiels pouvant contribuer à la révélation d’ouvrages flottants sont malheureusement submergés sous 3 à 5 m d’eau en Bretagne, et les ports d’échouage ou d’ancrage à l’intérieur des rias pour l’essentiel enfouis dans le sédiment du colmatage flandrien (Kröplien 2000-2001). Au surplus, la découverte fortuite s’attachera de préférence à l’objet identifiable et massif (à l’image de la pirogue creusée par le feu, probablement néolithique, trouvée à 1,80 m de profondeur dans le marais de Kerousse à Carnac – Le Rouzic 1931 ; Cordier 1963) plutôt qu’à des planches irrégulières et désunies, au statut indéfini, à peine assimilables à un objet archéologique.

121Aidée par les courants et le vent, la force d’entraînement vient des rameurs et/ou d’une voile. L’âge du Bronze scandinave (1700-500 calBC) ne laisserait entrevoir aucune voile sur les embarcations gravées, mais de récentes révisions du corpus mettent à mal cette opinion (Bengtsson & Bengtsson 2011). Les équipages sont en tout cas composés en moyenne de 7 personnages verticaux dans une fourchette de 7 à 12 individus signifiant, semble-t-il, autant de couples de rameurs (Ling 2008), un nombre pouvant monter jusqu’à une trentaine sur les grandes embarcations (Coles 2006 ; Bradley 2008). Les voiles sont introduites en méditerranée au début du IIIe millénaire (Papageorgiou 2008 ; mais J. D. Vigne et T. Cucchi envisagent son emploi dès les premières navigations vers Chypre – Vigne & Cucchi 2005 p. 188 et 191) et rien à ce jour ne permet d’accréditer leur usage dans l’Atlantique au Néolithique, malgré les expériences favorables menées récemment (Gifford & Gifford 2004). D’ailleurs, l’historien byzantin Procope rapporte (vers 500 AD) que les marins armoricains franchissant traditionnellement la Manche sans employer les voiles, uniquement en ramant, font le voyage en une nuit et un jour ; une pratique qui remonte très probablement à plusieurs siècles avant la Guerre des Gaules, pour ne pas dire davantage (Fleuriot 1980, p. 13).

122La position de personnages de plus grande taille a permis de distinguer au Mané Lud la proue de la poupe (stèles n° 6, 16, 21) en postulant le montreur de voie, fondateur, guide et protecteur, plutôt que le barreur placé à la poupe (d’ailleurs décrit assis dans l’épopée homérique) ; ainsi en est-il de l’avant valorisé sous la forme d’êtres humains ou d’animaux fabuleux dans de nombreuses civilisations usant de la figure de proue comme « magie » de protection (Petrakis 2004 ; Westerdahl 2005). Mais hormis ce positionnement, rien dans le dessin latéral de ces embarcations présentes à Locmariaquer ne permet de distinguer l’avant de l’arrière. Nous avons seulement noté, on s’en souvient, le relèvement des deux extrémités, détail fonctionnel indispensable pour une navigation dans l’Atlantique ou un départ depuis la plage face aux déferlantes (fig. 5). César avait déjà remarqué, à propos des robustes bateaux vénètes à fond aplati, ce détail d’architecture navale qui les distinguait de l’élévation moindre des proues des trirèmes romaines (« Les proues sont très élevées, les poupes peuvent résister aux plus grandes vagues et aux tempêtes » César III, 13, 2 ; « l'éperon de nos galères était sans effet ; nos tours, à quelque hauteur qu'elles fussent portées, ne pouvaient atteindre même la poupe des vaisseaux des barbares », César III, 14, 4). C’est également à l’avant du navire que peut se percher un oiseau, et dans le Mané Lud en images nous avions souligné cette représentation à travers les exemples d’objets en bronze de la Sardaigne nuragique (1200-600 av. J.-C). Mais s’agissant d’une pratique réelle dans la navigation ancienne, son importance nous impose ici d’approfondir l’enquête.

123Souvenons-nous d’un passage de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien (VI, 83) : « les marins emportent des oiseaux à bord pour les lâcher de temps à autre et connaître ainsi la direction de la terre ». Cette faculté de longue date remarquée chez certains oiseaux, cette aide jugée efficace à la navigation par de nombreuses populations de marins de par le monde (de l’océan Indien à l’océan Atlantique) est bien sûr une technique pour interroger et tester la présence d’une terre (île ou continent) plutôt qu’un moyen de trouver une orientation cardinale. L’épopée babylonienne de Gilgamesh (reprise d’une tradition plus ancienne des Sumériens datée au moins des débuts du IIe millénaire av. J.-C.) est souvent citée à cet égard puisque le lâcher d’oiseaux par le héros Outa-Napishtim, dans son bateau isolé en mer après le déluge, commence par un pigeon, puis une hirondelle, qui tous deux reviennent tandis que le corbeau, lâché à son tour, ne revient pas, signe que les eaux se sont enfin retirées. De récentes expériences ont démontré la valeur de cet ancien usage des oiseaux lors des longs déplacements en mer (expériences menées le long des côtes espagnoles, jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres au large, durant plusieurs jours de navigation et différents lâchers de différents oiseaux - Luzón Nogué & Coín Cuenca 1986). On réalise d’ailleurs à cette occasion combien était primordial le très bon entretien des pigeons (les plus performants) et des corbeaux (les plus visibles) embarqués à bord, une grande part du salut de l’équipage reposant sur ces messagers et sur la direction prise par leur vol après un premier processus d’orientation ; une mauvaise alimentation durant leur captivité à bord, des plumes en mauvais état et rien ne pourra décider l’oiseau à s'éloigner. Quoi qu’il en soit, nous comprenons maintenant les citations d’Homère dans l’Iliade et de Virgile dans l’Enéide relatant ces jeux consistant à viser un pigeon attaché au sommet d’un mat. Cette pratique qui nous semblait inexpliquée (Cassen 2005, p. 310), se conçoit beaucoup mieux désormais par l’envol contrôlé des oiseaux afin de repérer une terre à l’horizon, ou en guettant un signal réflexe en provenance de l’animal aux sens en éveil (Luzón Nogué & Coín Cuenca 1986, p. 82).

124De l’oiseau vrai, pris comme instrument à part entière d’une navigation réussie, à l’animal mythologique envoyé par les dieux pour orienter une embarcation aux prises avec le doute, le pas est aussitôt franchi dans la littérature ancienne. M. Detienne a parfaitement démontré ce rapport dialectique en s’attelant à l'analyse des structures du panthéon grec et en définissant un nouveau champ d'action d'Athéna : lanavigation (Detienne 1970). C'est en effet Athéna qui invente le premier navire connu des hommes, qu'il appartienne à Danaos ou qu'il serve d'embarcation à Jason et à ses compagnons. C’est aussi Athéna qui, dans la version d’Orphée des Argonautiques, envoie un oiseau venant se percher au sommet du mât du navire des argonautes affronté au passage effrayant des Roches Cyanées ; des roches qui s’entrechoquent, empêchant d’accéder à la Mer Noire celui qui voudrait ici se faufiler. La voie ne devient libre qu’au moment opportun deviné par le volatile qui, enfin, s’élance ; il suffit alors de suivre sa trace (cf. aussi la version d’Appolonius de Rhodes : « ... vous verrez à l'extrémité du détroit, deux rochers, que jusqu'ici nul mortel n'a pu franchir. Ils sont mobiles, et se réunissent souvent pour n'en former qu'un seul [...]. Avant de tenter le passage, vous lâcherez dans les airs une colombe. Si elle traverse heureusement, faites force de rames, sans différer un instant. » - Apollonius, Argonautiques, Chant II). Quand Ulysse se pense perdu en mer après avoir provoqué la colère de Poséidon, Inô Leucothéa, la divinité blanche, va permettre au héros voyageur de gagner la terre ; or, pour apparaître à Ulysse, Leucothéa a pris la forme d'un oiseau en se changeant en aithuia, en « corneille de mer » (Apoll. Rhod., I, 917). Ce nom d’oiseau donné à une Athéna de la mer, aithuia, est en réalité koroné thalassios (« corneille de mer ») du nom que lui donnent aussi plusieurs lexicographes (Detienne 1970, p. 139). Dans la Clé des Songesd'Artémidore, rêver d'une corneille de mer présageune carrière de navigateur ; si cette corneille passe par-dessus le navire ou si elle va se percher sur un rocher, c'est signe de navigation heureuse. Mais en même temps qu'il signifie le navigateur, le même oiseau peut aussi représenter le bâtiment à la limite de la terre, de l'eau et du ciel : le navire est alors lui-même une « corneille de mer » (Detienne 1970, p. 140). Apprendre à naviguer, ouvrir un chemin sur la mer, apporter la lumière dans la nuit de tempête, sont autant de modalités d'intervention qui pourraient sembler disparates et incompatibles avec la seule Athéna. Or, ajoute M. Detienne, ce sont précisément ces moyens d'action que viennent illustrer les données mythiques et les traditions épiques relatives à une « Athéna de la mer » ; il s'agit bien de piloter le navire et de lui ouvrir un chemin sur la mer. De même, à l’embouchure de la rivière Pamisos vers Mesenia dans la ville de Koronè la bien nommée, qui contrôle un passage du Péloponèse vers l’ouest, la fameuse déesse est présentée accompagnée d’un corbeau/corneille posé sur son bras tendu (Pausanias IV, 34,6) ; à l’inverse, les déesses phéniciennes protectrices des marins, comme Astarté-Tanit, sont représentées accompagnées de pigeons dans la main (Guerrero Ayuso 2004, p. 141).

125En Méditerranée toujours, dans le registre des représentations, on ne saurait enfin oublier la longue chaîne de traditions (estimée à 4 millénaires par Wachsmann 2009, p. 170-171) figurant des anatidés doubles, très probablement à l’origine de ces nombreuses proues et poupes de navires à têtes d’oiseaux aquatiques (canards, oies, cygnes, cormorans ?), à l’image des fameuses embarcations symétriques des « Peuples de la Mer » gravées à Medinet Habu (Egypte), commémorant une bataille navale gagnée par Ramses III en 1176. Ainsi, tout ce jeu de l'oiseau et du navire ne devient intelligible que par référence à certaines techniques de la navigation et certaines croyances dans l'Antiquité ; par contre-coup, l’image répétée au Mané Lud d’un bateau surmonté d’un oiseau s’éclaire autrement sous l’effet de ces sources inattendues, en enrichissant pour l’archéologue le champ des possibles.

Le charme de la mer

126Le texte souvent cité de Procope (« Les pêcheurs et les autres habitants de la Gaule qui sont en face de l’île de Bretagne sont chargés d’y passer les âmes, et pour cela exempts de tributs. » - La Guerre des Goths, 1, IV, c. 20) va nous permettre d’introduire, après ce bref rappel technique, le rapport fondamental de l’embarcation avec la Mort, déjà abordé dans le Mané Lud en images. Mais avant cela, et tout en demeurant au niveau de l’imaginaire et de la perception, revenons sur l’irrésistible attrait de l’océan.

127Dans les années 1930, P. Teilhard de Chardin s’inquiétait avec nostalgie de toutes ces choses précieuses que nous laissons échapper par timidité ou par paresse, simplement parce que nous pensons avoir trouvé une bonne raison de ne pas essayer : « Au lieu de nous démontrer, sans quitter le rivage, que l'océan ne saurait nous porter, aventurons-nous sur ses eaux, - pour voir. » (Teilhard de Chardin 1962 (1931), p. 110). La curiosité humaine est irrépressible, sans doute à différents degrés selon les individus, mais bien ancrée dans notre comportement ; et ce « pour voir » est en réalité le moteur de notre appareil cognitif... Et quand Céline nous dit son désir d’enfance de passer la rivière (« …je ferais le tour du Bassin des Tuileries au moindre prétexte ! dans un verre de montre si j'étais mouche un tout petit peu ... n'importe quoi pour naviguer ! Je tra­verse tous les ponts pour des riens ... Je voudrais que toutes les routes soient des fleuves ... C'est l'envoûtement… l'ensorcellerie ... c'est le mouvement de l'eau… » - Céline 1972 (1951), p. 162), il n’est pas qu’un pâle prolongateur littéraire de Jules Verne ou de Pierre Loti, ni un membre zélé de la civilisation européenne expansionniste historiquement représentée par ses illustres explorateurs génois ou portugais (Loti 1993 (1879)). Tous, du rivage du Danemark à celui de Polynésie, auront imaginé et pensé l’au-delà de l’horizon, et si l’on rétorque à cette pure curiosité le déterminisme d’une errance progressive du chasseur, passant comme par inadvertance de Sibérie en Alaska, il sera par contre bien difficile d’user du même argument là où, autour de vous, tous les ponts sont rompus... Charles Baudelaire, en 1860, se berce d’illusions : « Ces beaux et grands navires, imperceptiblement balancés sur les eaux tranquilles, ces robustes navires, à l’air désœuvré et nostalgique, ne nous disent-ils pas dans une langue muette : Quand partons-nous pour le bonheur ? » (Baudelaire 1887, Fusées, VIII). Marcel Proust pense que la mer fascinera toujours ceux chez qui le dégoût de la vie et l'attrait du mystère ont devancé les premiers chagrins, « comme un pressentiment de l'insuffisance de la réalité à les satisfaire. » (Proust 1998 (1896), p. 183). Ils sont donc peu nombreux ceux qui ont voulu partir, pour la première fois. Il fallait puissamment rêver la mer, et se fabriquer peut-être cette image mentale que nous donne encore Proust, pour qui la mer ne porte pas comme la terre les traces des travaux des hommes et de la vie humaine. « Rien n'y demeure, rien n'y passe qu'en fuyant, et des barques qui la traversent, combien le sillage est vite évanoui ! De là cette grande pureté de la mer que n'ont pas les choses terrestres… Celui qui est las des chemins de la terre ou qui devine, avant de les avoir tentés, combien ils sont âpres et vulgaires, sera séduit par les pâles routes de la mer, plus dangereuses et plus douces, incertaines et désertes… » (id. p. 183). Le charme de la mer pour le poète, le charme des choses qui ne se taisent pas la nuit, peut bien sûr ne pas rencontrer l’imagination inquiète d’une personne plus raisonnable, qui ne voit en elle que l’ennemi effrayant : « Rien de sinistre et formidable comme cette côte de Brest; c'est la limite extrême, la pointe, la proue de l'Ancien Monde. Là, les deux ennemis sont en face : la terre et la mer, l'homme et la nature. » (Michelet 1861, p. 10). On comprend mieux les difficultés des archéologues à concevoir de longues navigations au Néolithique, par exemple en partance pour l’Irlande ou la Cornouailles depuis la Bretagne (Le Roux 1992, p. 105 ; Callaghan & Scarre 2009 p. 368) ; ou encore le refus d’introduire un pan du Néolithique de la France de l’ouest par ses rivages atlantiques, qui présuppose une navigation dont l’étude de la culture matérielle hispanique obligerait à abandonner l’idée « complètement », au profit d’une idée « plus réaliste et moins romantique » du passage par la terre (Marchand 2007, p. 234). Pourtant, la plus grande pirogue conservée du Néolithique ouest-européen est cardiale, dénotant des capacités évidentes de navigation (Roussot-Larroque 2004, p. 34). Et C. Jullian a très justement rappelé que faire un aller-retour sur la Manche était beaucoup moins long pour un groupe humain de l’âge du Fer que de dresser pour lui un pont sur le Rhin... (Jullian 1908, p. 61).

128Il n’est pas en réalité utile d’avancer le témoignage absent ou présent d’un objet technique, et la justification d’une culture matérielle céramique ou lithique – sujette à de nouvelles découvertes, nouvelles interprétations et recompositions selon les époques – pour contester le charme de la mer et celui du navire. Le navire qui est, comme l‘écrit F. Poplin, primordial pour avoir été le premier véhicule construit de main d'homme (Poplin 1990, p. 18). Il faut, en résumé, certes bien du courage pour aller sur la mer, mais les motifs profonds ont été puisés au-delà des courage, bravoure, hardiesse, intrépidité. « Si tu veux apprendre à prier, va sur la mer » conseillait Sancho Panza dans le Don Quixote (cité par Vergé-Franceschi 1997).

Le voyage « utopique »

129D’une manière générale, parmi tous les emplacements reconnus en société, certains d'entre eux ont la curieuse propriété d'être en rapport avec tous les autres emplacements, « mais sur un mode tel qu’ils suspendent, neutralisent ou inversent l'ensemble des rapports qui se trouvent, par eux, désignés, reflétés ou réfléchis » (Foucault 1994, p. 754). Ces espaces qui sont en liaison avec tous les autres, qui contredisent pourtant tous les autres emplacements, sont de deux grands types et nous reprendrons ici la classification du philosophe :
- Il y a d'abord les utopies qui sont lesemplacements sans lieu réel. Ce sont lesemplacements qui entretiennent avec l'espace réel de la société un rapport général d'analogie directe ou inversée. C'est la société elle-même perfectionnée ou c'est l'envers de la société, mais, de toute façon, ces utopies sont des espaces qui sont fondamentalement irréels. Une île Fortunée, une terre des Bienheureux...
- Il y a également des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui sont dessinés dans l'institution même de la société, et qui sont des sortes de « contre-emplacements », sortes d'utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, tous les autres emplacements réels que l'on peut trouver à l'intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés ; des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables. Ces lieux, parce qu'ils sont absolument autres que tous les emplacements qu'ils reflètent et dont ils parlent, M. Foucault les appellera, par opposition aux utopies, les hétérotopies (le cimetière, le voyage de noces, la prison... ou encore le musée archéologique comme hétérotopie du temps).

130Un des principes de l'hétérotopie est de pouvoir juxtaposer en un seul lieu réel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mêmes incompatibles. Ainsi le cinéma est une salle rectangulaire, au fond de laquelle, sur un écran à deux dimensions, on voit se projeter un espace à trois dimensions. Ainsi le jardin quadrangulaire reproduit l’espace du monde idéal ; ainsi le tapis qui est à l'origine une reproduction de jardin. « Le jardin, c'est un tapis où le monde tout entier vient accomplir sa perfection symbolique, et le tapis, c'est une sorte de jardin mobile à travers l'espace. Le jardin, c'est la plus petite parcelle du monde et puis c'est la totalité du monde. » (Foucault 1994, p. 758).

131Enfin le bateau, « morceau flottant d'espace », un lieu sans lieu, qui vit par lui-même, qui est fermé sur soi et qui est livré en même temps à l'infini de la mer et qui va jusqu'aux fins du monde chercher ce qu'il recèle de plus précieux, bref, le bateau, s’il a bien été le plus grand instrument de développement économique, est encore mieux la plus grande réserve d'imagination ; le navire, c'est l’hétérotopie par excellence (Foucault 1994, p. 762 ; Cassen 2004). Voici pourquoi P. Loti compare la barque d’Aziyadé « remplie de tapis soyeux, de coussins et de couvertures de Turquie » à un « lit qui flotte » (Loti 1993, chap. XX) et que M. Proust, malade, assimile aussi vite son lit à une « arche » (Proust 1998, p. 9) ; Aragon parle aussi du lit partagé avec Elsa Triolet comme d’un « navire sur des eaux dormantes », ou d’un « radeau amarré » (Aragon 1959) ; bien avant eux, Pline le Jeune retrouvait de semblables sensations dans sa villa des bords du lac (« on peut pêcher soi-même et jeter l’hameçon de sa chambre, presque de son lit de repos, comme d’une barque. » - Livre 9, lettre 7). Un extrême fabuleux est atteint avec J. Verne dans un roman méconnu (Le pays des fourrures) dans lequel tout un cap de la côte américaine en Alaska est détaché du continent par l’effet d’un tremblement de terre ; plantes, humains et animaux se retrouvent isolés sur cette portion de terre couvrant l’épaisse glace flottante ; une errance incontrôlée qui verra progressivement l’île fondre sur la mer, obligeant ses habitants à construire un radeau carré et un rouffle quadrangulaire. Mais avant cette terminaison dramatique, le héros rêvait encore positivement de cet accident du destin (« ... quel charme ce serait de voyager ainsi avec sa maison, son jardin, son parc, son pays lui-même ! Une île errante, mais j’entends une véritable île, avec une base solide, insubmersible, ce serait véritablement le plus confortable et le plus merveilleux véhicule que l’on pût imaginer. » – Verne 1873, p. 58). Savait-il, le romancier, que les mythes tahitiens avaient déjà inventé cette métaphore, bien avant le contact avec les européens ? (Baré 1985 p. 113-114). Homère donne lui-même à l’île de Lipari l'épithète de « flottante », demeure de Vulcain (Odyssée X, V. 3). Et puisque nous le disons bâtiment, ajoute F. Poplin,le navire n'est-il pas une maison ? « Il n'est pas une demeure, par définition, n'étant pas à demeure. Il est tout de même une habitation. » (Poplin 1990, p. 19). Une maison, mais qui libère la rêverie : « Si le vaisseau n’est qu’une maison flottante, et si vous considérez le navigateur qui traverse des espaces immenses, resserré et immobile dans une enceinte assez étroite, vous le verrez faire le tour du globe sur une planche, comme vous et moi le tour de l’univers sur notre parquet. » (Diderot 1986 (1772), p. 284). R. Barthes avait aussi insisté sur le navire, un fait d’habitat avant d'être un moyen de transport. Le bateau peut bien être symbole de départ, il est, plus profondément, « chiffre de la clôture ». Le goût du navire est toujours joie de s'enfermer parfaitement, « de tenir sous sa main le plus grand nombre possible d'objets. De disposer d'un espace absolument fini : aimer les navires, c'est d'abord aimer une maison superlative, parce que close sans rémission. » (Barthes 1970 (1957), p. 81). Un lieu où retrouver l’intimité, à l’instar des guerriers grecs affrontés sur le rivage de Troie, retrouvant leur domicile à la tombée du jour, et non une quelconque tente de campement dressée sur la plage : « Et les luttes ayant pris fin, les peuples se dispersèrent, rentrant dans les nefs, afin de prendre leur repas et de jouir du doux sommeil. » (Homère, L’Iliade, chant 24).Aussi n’est-il pas étonnant que l’arche de Noé (du latin arca au sens de « coffre ») soit un parallélépipède rectangle clos percé d’une seule fenêtre (fig. 15) tandis que la version antérieure dans l’épopée de Gilgamesh précise un bâtiment exactement cubique. Une embarcation de terre cuite du site anatolien de Kanish (Kültepe), datée du second millénaire, est à ce titre aussi singulière puisque de plan quadrangulaire pour l’essentiel, non pontée, avec deux hommes embarqués, une tête de bélier formant la proue et un oiseau perché sur un bâtiment parallélépipédique posé au centre (fig. 16), ouvert de fenêtres comme une maison à terrasse et contenant un personnage féminin debout. Déposé parmi d’autres objets cultuels dans la maison d’un riche marchand assyrien (coquillage marin, paires de céramiques, etc.), ce « bateau-culte » dévoile la persistance de vieilles traditions mésopotamiennes dans cette partie centrale de la Turquie (Özgüç 1994, p. 375). Il est d’ailleurs curieux de noter que la Toison d’Or recherchée par Jason était celle d’un bélier qui avait traversé le bras de mer de l’Hellespont, portant sur son dos un frère et une sœur échappés d’un sacrifice prévu par leur cruelle marâtre (Ovide, Les Héroïdes, épitre 27)...

15. Représentation de l’arche de Noé dans le monastère chypriote de Kykkos (restauration d’un modèle antérieur à 1365 ; photo R. Soberka) ; représentation de l’arche de Noé à l’entrée de la cathédrale de Köln en Allemagne (1322-1560-1848) ; représentation du Déluge où la lune est confondu avec l’embarcation (d’après Bryant 1807 (1774-1776), p. 287) / Representations of Noah’s Ark: Left, in Kykkos monastery, Cyprus (restoration of a pattern dated prior to 1365 ; photo R. Soberka) ; centre, in Köln Cathedral, Germany (1322/1560/1848); right, painting of The Flood, where the moon merges with the boat (Bryant 1776, p. 287)

15. Représentation de l’arche de Noé dans le monastère chypriote de Kykkos (restauration d’un modèle antérieur à 1365 ; photo R. Soberka) ; représentation de l’arche de Noé à l’entrée de la cathédrale de Köln en Allemagne (1322-1560-1848) ; représentation du Déluge où la lune est confondu avec l’embarcation (d’après Bryant 1807 (1774-1776), p. 287) / Representations of Noah’s Ark: Left, in Kykkos monastery, Cyprus (restoration of a pattern dated prior to 1365 ; photo R. Soberka) ; centre, in Köln Cathedral, Germany (1322/1560/1848); right, painting of The Flood, where the moon merges with the boat (Bryant 1776, p. 287)

16. Modèle de bateau quadrangulaire à tête de bélier à la proue, occupé par trois personnages et un oiseau posé en haut d’une construction quadrangulaire (Kültepe en Turquie, 1900 av. J.-C. ; d’après Özgüç 1994) ; bateau du Bronze moyen (Chypre, 2000-1600 av. J.-C.), avec personnages appuyés au bastingage et deux oiseaux perchés sur le rebord (d’après Karageorghis 1976) / Left: quadrangular boat model with a bucranium on its bow and three figures inside, and a bird perched on top of a quadrangular structure; (Kültepe, Turkey, 1900 BC; Özgüç 1994). Right: Middle Bronze Age boat (Cyprus, 2000–1600 BC) with figures leaning on the rail and two birds perched on the edge (Karageorghis 1976)

16. Modèle de bateau quadrangulaire à tête de bélier à la proue, occupé par trois personnages et un oiseau posé en haut d’une construction quadrangulaire (Kültepe en Turquie, 1900 av. J.-C. ; d’après Özgüç 1994) ; bateau du Bronze moyen (Chypre, 2000-1600 av. J.-C.), avec personnages appuyés au bastingage et deux oiseaux perchés sur le rebord (d’après Karageorghis 1976) / Left: quadrangular boat model with a bucranium on its bow and three figures inside, and a bird perched on top of a quadrangular structure; (Kültepe, Turkey, 1900 BC; Özgüç 1994). Right: Middle Bronze Age boat (Cyprus, 2000–1600 BC) with figures leaning on the rail and two birds perched on the edge (Karageorghis 1976)

Le voyage de la mort

132Ainsi, répétons-le, pourquoi naviguer ? Pourquoi lancer un bateau sur les eaux, l’enfourcher, s’y contenir, et vouloir le suivre ? Pourquoi représenter cet état au début du Néolithique, en Armorique ?

133On veut toujours, nous dit G. Bachelard, que l'homme du lointain passé soit nativement ingénieux, qu’il ait résolu intelligemment le problème de sa subsistance. Et l’on admet sans difficulté que « l'utilité est une idée claire et qu'elle eut toujours une valeur d'une évidence sûre et immédiate » (Bachelard 1978 (1942), p. 101). Or la connaissance utile est déjà une connaissance rationalisée, et inversement, concevoir une idée primitive comme une idée utile, c'est verser dans une rationalisation d'autant plus égarante qu'en ce début du XXIe siècle l'utilité est comprise dans un système d'utilitarisme complet, homogène, matériel, très nettement fermé. Pourtant, l'homme, écrit le philosophe, découvre l'utile aussi difficilement que le vrai...

134Et l'utilité de naviguer en mer n'est pas suffisamment claire pour déterminer l'homme préhistorique à creuser un canot, à tendre des peaux de mammifères sur une armature de perches, ou à coudre des planches entre elles. Aucune utilité ne peut légitimer le risque immense de partir sur les flots afin d’aborder Tahiti, Rapa Nui ou l’Islande pour la première fois (ces dernières invisibles du plus proche rivage, à la différence de Chypre ou de la Corse parfois visibles depuis des points hauts sur le continent – Rouch 1952). Pour affronter la navigation, ajoute G. Bachelard, il faut des intérêts puissants. Or les véritables intérêts puissants sont les intérêts chimériques, ce sont les intérêts qu’on rêve, ce ne sont pas ceux qu’on calcule. Ce sont les intérêts fabuleux. Et quoi de plus fabuleux que de côtoyer la terminaison d’une vie, la terminaison d’un monde ?... Parce ce que le premier matelot est le premier homme vivant qui fut aussi courageux qu'un mort, le héros de la mer n’est-il pas aussi un héros de la mort ? (Bachelard 1978 (1942), p. 101).

135Nombreux sont ces petits enfants qui posent problème au cœur du rapport à l’altérité, soit issus de l’inceste, soit trop scandaleux car jumeaux, et que l’on rendait tout de suite à leur élément, à la mort toute proche, « à la patrie de la mort totale qu'est la mer infinie ou le fleuve mugissant » (Bachelard 1978 (1942), p. 102). L'eau seule peut débarrasser la terre d’une terrible collision avec l’autre. « Sauvés des eaux » dans leur corbeille d’osier ou leur boîte en bois (comme arche vient de arca, « coffre », et vaisseau de vascellum, « sarcophage »), ils devenaient facilement des êtres miraculeux ; ayant traversé les eaux, ils avaient traversé la mort. Ils pouvaient alors créer des villages, sauver des peuples, refaire un monde. Diodore de Sicile ne rapporte-t-il pas, au 1er siècle av. J.-C. et d’après les historiens grecs (Timée), que les habitants des rivages atlantiques de la Gaule vénéraient deux jumeaux, dieux véritables arrivés par l’Océan ? (Diodore, IV, 56, 4).

136La mort est un voyage et le voyage est une mort, nous souffle-t-on... « Partir, c'est mourir un peu » dit le proverbe. Mourir, c’est vraiment partir et l'on ne part bien, courageusement, nettement, qu'en suivant le fil de l'eau, le courant du large fleuve rejoignant le Fleuve des morts. Il n'y a que cette mort qui soit fabuleuse, il n'y a que ce départ qui soit une aventure. Si vraiment un mort, pour l'inconscient, c'est un absent, seul le navigateur de la mort est un mort dont on peut rêver indéfiniment. « Il semble que son souvenir ait toujours un avenir » (Bachelard 1978 (1942), p. 102). Voilà le pouvoir d’une image, à l’instar du matelot américain entrevu sur un quai du Nantes de l’après-guerre et dont la belle Lola filmée par J. Demy (1960) conserve, au-delà de toutes ces années passées, le souvenir indestructible… Voici l’image qui répètera le pouvoir de l’évocation d’un héros arrivé des mers, comme l’image en miroir du navigateur de la mort. Un héros qui pourra dès lors demeurer bien différemment en son tombeau, une demeure que les vivants viendront pieusement visiter, une demeure en nécropole pour la descendance que légitime un passé fabuleux. Un tel mort n'est pas totalement absent.

137Le complexe de Caron n'est pourtant plus très vigoureux, pense encore avec regret G. Bachelard, plutôt décoloré même. Dans bien des esprits cultivés, il subit le sort de ces références trop nombreuses à une littérature que l’on croit morte, dont l’abbé Mahé, en Morbihan (Mahé 1825), fut l’une des premières victimes en notre discipline, éreinté à titre posthume par les archéologues des années 1870 pour avoir trop cru en l’épopée homérique et dans les belles histoires d’Hésiode mieux à même, selon lui, d’éclairer les temps préhistoriques. Pourtant, la barque de Caron rejoint la question du départ : La Mort ne fut-t-elle pas le premier Navigateur ?... Bien avant que les vivants ne se confient eux-mêmes aux flots, n'a-t-on pas mis le cercueil à la mer, au torrent, comme ces peuples de Sibérie le faisaient encore dans un passé récent2 (Černecov 1959) ? Comme le laissent entendre plusieurs cercueils en bois en forme de pirogue de l’âge du Bronze britannique (Elgee & Elgee 1949). Le cercueil, dans cette hypothèse, ne serait pas la dernière barque : il serait la première. La mort ne serait pas le dernier voyage : elle serait le premier voyage.

138Ainsi, dans cette mythologie de la navigation, mort et voyage doivent être pensés ensemble. Et si, en effet, le signe gravé nommé « poignard », ou « palette », décrit dans les tombes mégalithiques de la fin du Néolithique breton, a pu être rapproché d’une représentation d’aviron de gouverne par référence à la conduite de la barque des défunts dans la religion gréco-romaine (Breuil & Boyle 1959 ; L’Helgouac’h 1998), jamais les embarcations du Mané Lud ne seront envisagées de ce point de vue alors que, dès les années 1930 et commentant les figurations de bateaux sur des affleurements rocheux, nos collègues d’Europe du nord avançaient déjà une semblable hypothèse (Poikalainen & Ernits 1998).

Le voyage fondateur, le voyage d’appropriation

139Une fois ces aspects techniques puis poético-religieux rapidement brossés dans notre tableau de la navigation ancienne, et afin de compléter/enrichir/parfaire la base de données à partir de laquelle l’interprétation des embarcations du Mané Lud peut fermement s’établir, abordons le domaine des relations sociales que laisse entendre le voyage fabuleux, celui qui se fonde sur des faits historiques tout autant que sur des faits d’imagination ou de vérité transformée. L’exercice est d’autant plus utile qu’il intègre à part égale la littérature archéologique consacrée au sujet, laquelle, souvent à son insu, renouvelle le symbolisme qu’elle prétend étudier avec un regard distancié.

140Que la navigation hauturière préhistorique ait pu être déterminée par une péjoration climatique (le passage vers Chypre ? Broodbank 2006, p. 210), ou seulement le vecteur important des échanges économiques, ne fait aucun doute pour certains auteurs. Pour s’en tenir à un signe emblématique gravé aux côtés des bateaux du Mané Lud, on se souviendra que S. Piggott (Piggott 1953) puis G. Camps (Camps 1976) reliaient, à tort ou à raison, le « commerce »  des haches en jadéite affectant l’Europe de l’ouest durant le Néolithique à un développement des voyages maritimes pour le premier, des voyages fluviaux en pirogues pour le second. Plus récemment, V. Nikolov a tenté d’expliquer l’extraordinaire richesse des personnages inhumés à Varna par l’hypothèse d’une navigation en mer Noire et la maîtrise des voies maritimes (Nikolov 2010, p. 41) ; une hypothèse certainement recevable, comparable à ce tracé océanique que nous avons esquissé à travers la question des représentations communes entre Morbihan et nord-ouest ibérique (Cassen & Vaquero Lastres 2000). Ces acquisitions à longue distance de biens socialement valorisés, accordant aussi une forme de prestige social en compensation des dangers encourus, sont cependant rarement associées dans la Préhistoire récente aux moyens mis en œuvre pour se déplacer. Seul l’âge du Bronze nordique a davantage stimulé les imaginations des archéologues, grâce notamment à l’omniprésence des représentations d’embarcations, d’une part sur les affleurements rocheux, d’autre part sur les rasoirs en métal (Kaul 1998). Une archéologie maritime s’est ainsi préoccupée des rapports sociaux développés au cours du second millénaire, en usant d’un intitulé – les « Argonautes de la Mer du Nord » (Van de Noort 2006 ; une expression déjà employée par G. Childe en 1946 pour imager ses « missionnaires » néolithiques ­– Childe 1946) – qui paraphrase la fameuse expression employée par B. Malinowski décrivant en 1922 la circulation d’objets neufs et anciens au sein d’un réseau d’une vingtaine d’îles situées à l’est de la Nouvelle-Guinée (Malinowski 1963 (1922)). Cet anthropologue avait été suffisamment marqué par ce haut-fait de la mythologie grecque pour ne pas retrouver dans ces antiques voyages de Jason, et ces échanges et ces transferts entre la mer Noire et les lointaines Alpes, un modèle suffisamment expressif pour servir d’image générique au complexe des déplacements par pirogues qu’il observait avec attention entre toutes ces terres émergées de l’océan Pacifique. Mais avant cette date, la littérature archéologique avait déjà suggéré cette référence illustre aux Argonautes pour décrire mille ans avant notre ère ces « chefs des peuples de la mer », ces Ulysse de Tyr, de Sidon ou de Cadix/Tartessus qui naviguaient en Méditerranée et s’engageaient dans l’Atlantique jusqu’à atteindre la Baltique (Jullian 1908, p. 186).

141Mais revenons à R. Van de Noort qui propose à son tour d’analyser la dimension sociale des voyages en mer du Nord et en mer Baltique, et d’apprécier comment ces déplacements ont pu participer à la re-création de l’ordre d’une société à travers sa signification économique, socio-politique et rituelle (Van de Noort 2006, p. 267). Suivant en cela d’autres auteurs, il observe que chez de nombreux groupes humains l’importance de la distance géographique mise en rapport avec la connaissance relative à tout objet exotique, à la fois sacrée et profane, permet de justifier et de renforcer un pouvoir sur les personnes qui n’ont pas accès à ce savoir. Des objets dont le statut est souvent mesuré à l’aune de leur biographie autorisent pour celui qui les acquiert l’écriture personnelle d’un nouveau chapitre. Au sein d’un tel réseau entre élites fonctionnant à longue distance, la gloire, la réputation et l’autorité vont ainsi grandir en proportion des dangers de la navigation en mer. Dangers parmi lesquels j’ajouterai ceux qui accompagnent par le fleuve la traversée de territoires successifs, inconnus ou étranges.

142K. Randsborg est allé encore plus loin, notamment dans l’interprétation du fameux grand cairn de Kivik en Suède, dont la tombe centrale en ciste est formée de dalles gravées. Le chef inhumé aurait été une sorte d’Odysseus scandinave, ce rapprochement imagé étant explicité par une certaine ressemblance des signes gravés sur les parois du caveau avec ceux d’une tombe de Mycènes, prouvant de la sorte des relations à longue distance (Randsborg 1993). Pour sa part, K. Kristiansen considère plus généralement tous ces bateaux gravés comme un des mediums dans la « transmission des interactions socio-politiques, de la transformation et de l’institutionnalisation du pouvoir religieux et politique » au cours de l’âge du Bronze ; et certains bateaux à la ligne graphique « étrangère » illustreraient à cet égard la venue de « chefs » provenant de territoires plus lointains (Kristiansen 2002, p. 68 ; 2004). Mais J. Ling a souligné la faiblesse de l’argumentation et ne voit dans ces bateaux que des icônes religieuses ou des métaphores au sein d’une cosmologie, et beaucoup moins le symbole d’actions et d’interactions marines pragmatiques ou rituelles (Ling 2005, p. 441). Quant au chef voyageur de Kivik, J. Goldhahn en a brisé l’image puisque les ossements dans la ciste appartiennent en réalité à deux adolescents de 15 ans datés du 14e siècle av. J.-C. (Goldhahn 2008, p. 23). On se souviendra, pour compléter cette critique, que S. Reinach (Reinach 1893) avait raisonnablement et très tôt désamorcé ce « mirage oriental » à propos des plus anciennes explorations des mers d’occident supposées tenir leur origine de la Méditerranée. Une origine aidée par une pseudo-étymologie phénicienne ou par des objets en bronze danois que O. Montelius faisaient venir d’orient, ou encore par ces gravures des dolmens de l’Europe de l’ouest à travers lesquelles M. Hoernes voyait nettement l’influence de navigateurs méditerranéens (Hoernes 1898). Un historien a plus récemment encore renoué avec ce fil conducteur, en s’interrogeant sérieusement, relations des géographes et texte de l’Odyssée à l’appui, sur la possibilité d’un voyage d’Ulysse en Bretagne, notamment par Belle-Ile-en-Mer (Philippe 1965).

143Cette référence explicite aux héros navigateurs de l’Antiquité, Ulysse et Jason, par nos collègues danois actuels et très concrets appartenant à l’une des meilleures écoles d’archéologie reconnues comme telles en Europe, ne laisse pas de surprendre en première lecture mais rappelle fort opportunément la manière dont Y. de Bellaing (alias Hirmenech) interprétait les alignements de Carnac comme autant de grands épisodes racontés de la guerre de Troie d’où Ulysse/Odysseus était revenu en se perdant dans un labyrinthe d’aventures (Himenech 1907, p. 22). Troie et ses voyageurs, vainqueurs ou exilés, furent ainsi la source de bien des citations et convoitises pour légitimer une ascendance glorieuse sur le territoire occupé... Du IXe au XIIIe siècle par exemple, les monastères liés au pouvoir royal répandirent la légende de l’origine troyenne des Francs. Dans le même temps s'imposa en Angleterre et en Bretagne la légende d'un mythique Brutus qui aurait fondé le royaume breton insulaire d'où seraient venus les Bretons armoricains (Rio 2000, p. 16). Ce personnage aurait été l'arrière-petit-fils de l'un des héros de la guerre de Troie, Énée, personnage survivant à l’extraordinaire bataille, fuyant par la mer avec sa famille et ses amis, finalement assez fameux pour avoir été à l'origine de la fondation de Rome... Ces héros mythiques furent ainsi convoqués pour expliquer la constitution du territoire breton, son peuplement et ses frontières, en donnant un sens à la culture médiévale du lignage, des ancêtres, des généalogies seigneuriales (Rio 2000, p. 19). De plus, ajoute l’historien, l'épopée de Brutus rendait compte de l'origine de la langue bretonne rattachée mythiquement à Troie et à la langue grecque... Puis, on le sait, dès le XVIe siècle, la « trojanomanie » fut emportée par la découverte des origines gauloises et/ou celtiques de la Bretagne, un autre mythe qui ne s'installa vraiment dans l'imaginaire breton qu'au cours du XVIIIe siècle ; les navigateurs lointains disparurent de la scène mythique, la recherche du prestige s’établit autrement.

144Quels que soient les mensonges, approximations, exagérations, surinterprétations dont les moines écrivains ou les archéologues modernes ont égrené leurs discours, la seule réapparition des mêmes images de navigation fondatrice, de héros bannis et finalement créateurs d’une nouvelle territorialité, ces mêmes inventions retrouvées à plusieurs siècles de distance ne vont probablement pas concourir à la résolution chronologique des gravures du Mané Lud mais disent beaucoup sur l’aptitude des hommes en quête de légitimité à se prévaloir d’une ascendance glorieuse, dont l’origine est généralement cherchée à l’extérieur de leur monde quotidien. Les embarcations du Mané Lud, dirigées par un personnage distingué par sa taille, ne peuvent échapper à cette idée du voyage d’appropriation. L’illustration moderne du propos pourrait d’ailleurs nous être donnée par R. Barthes soulignant en 1957 la prégnance de l’image du bateau dans l’œuvre de Jules Verne. Un bateau qui contient un monde en miniature (le Nautilus) dont le guide – bien mieux que le timonier – est aidé par une morale nautique qui fait de lui à la fois le dieu, le maitre et le propriétaire (« seul maître à bord »). Le geste profond de J. Verne est incontestablement l'appropriation, auquel se mêle une poétique véritable de l'exploration (« Ce steamship est un chef-d’œuvre de construction navale. C’est plus qu’un vaisseau, c’est une ville flottante, un morceau de comté, détaché du sol anglais, qui, après avoir traversé la mer, va se souder au continent américain » - Verne 1884 (1870), p. 1). Il ne faut d’ailleurs pas conclure que ces rêveries sont le fait des souvenirs de l’adolescent Verne, parcourant les quais du port de Nantes, ou de tout promeneur imaginatif longeant n’importe quel rivage ; en pleine montagne alpine, Jean-Jacques Rousseau part en mer explorer l’inconnu et tirer gloire de cette merveille non encore appropriée par d’autres : « ... j’oubliai la botanique et les plantes, je m’assis sur des oreillers de lycopodium et de mousses, et je me mis à rêver plus à mon aise en pensant que j’étais là dans un refuge ignoré de tout l’univers où les persécuteurs ne me déterreraient pas. Un mouvement d’orgueil se mêla bientôt à cette rêverie. Je me comparais à ces grands voyageurs qui découvrent une île déserte, et je me disais avec complaisance : sans doute je suis le premier mortel qui ait pénétré jusqu’ici ; je me regardais presque comme un autre Colomb. » - Rousseau 1869 (1782), p. 148).

145De l’océan transgressif surgit l’inconnaissable, la visitation surnaturelle, lemonstre marin, l’étranger, écrivions-nous dans la Forme d’une chose (Cassen & Vaquero Lastres 2000). Sur la mer va également la barque, demeure sur l’eau, lieu clos, île en miniature, qui s’éloigne des humains... Les embarcations du Mané Lud, qu’elles soient sans vie ou montées par un équipage, et l’oiseau les survolant, et le cétacé les croisant, entrent dans le récit des origines d’un monde où des hommes et des armes s’affrontent, sur la terre comme au ciel. Déconstruits et recomposés dans une autre logique classificatrice, les signes gravés au Mané Lud laissent désormais entendre un programme iconographique bien différent, porté par des stèles se répondant l’une à l’autre. Sans doute le détail de l’histoire nous échappera à jamais, mais demeure la racine irréductible des motifs.

146Il nous faut maintenant rechercher ailleurs le meilleur test que nous puissions enfin produire sur cette base renouvelée et intelligible par tous ; le site de la Table des Marchands, dans la même commune, va se prêter à l’exercice (voir Cassen 2007a pour trouver une évocation d’autres contextes de pierres dressées, notamment portugais, se conformant à notre idée directrice reliant quadrilatère et croissant).

3.2- Bien avant la Table des Marchands

147Première œuvre architecturale connue sur le site de la Table des Marchands (TDM), la barre de stèles dite du Grand Menhir (GM) est un ouvrage complexe dont nous n’avons sans doute entrevu que certains aspects, faute de l’avoir fouillé dans sa totalité (Cassen 2009a). Au moins trois files de pierres dressées, certaines gravées, s’agencent en une géométrie de lignes orthogonales ; elles sont exactement placées sur la dorsale de la presqu’île de Locmariaquer. La ligne principale du GM est orientée transversalement à l’arête topographique, et accompagne, dans son placement, une faille majeure naturellement inscrite dans le granite du substrat. Le tumulus du Mané Lud est d’ailleurs placé au sommet et à la fin de cette dorsale, clôturant en quelque sorte vers l’intérieur des terres le complexe des tertres et stèles caractérisant cette partie du littoral morbihannais. L’entité archéo-géographique formée par la presqu’île répond aux deux autres entités centrées d’une part sur le tumulus de Tumiac en presqu’île de Rhuys à l’est, d’autre part sur le tumulus de Saint-Michel sur le plateau carnacois à l’ouest, cet ordre énumératif étant d’ailleurs l’ordre chronologique estimé à partir de plusieurs critères pertinents (Cassen et al. 2011 ; Pétrequin et al. à paraître).

148La dalle de chevet de la Table des Marchands est en réalité une stèle, semble-t-il isolée (fig. 17), plantée à une vingtaine de mètres à l’est de la barre principale du Grand Menhir dont elle partage grosso modo l’orientation générale, bien avant d’être intégrée à la structure interne de la tombe à couloir au début du IVe millénaire. Elle est en grès « ladère » (dépôts siliceux éocène) issu du bassin oriental de la rivière de Vannes (Querré et al. 2006), une source encore plus lointaine que l’orthogneiss mis à contribution pour les autres grandes stèles de la presqu’île de Locmariaquer ; une source encore plus exceptionnelle - en réalité unique - pour servir de support à la gravure parmi toute l’architectonique néolithique armoricaine. La fosse d’implantation et son comblement, enfin les pierres de calage qui la maintiennent dans un sol limoneux instable, sont entièrement couverts d’une unité sédimentaire distincte contenant du matériel Castellic récent et datée entre 4300 et 4000, unité sur laquelle sera par la suite bâtie la Table des Marchands. Un charbon pris entre deux pierres de calage de la stèle en grès donne une date 14C indicative entre 4900 et 4700 qui, sur le site, ne correspond qu’à une présence humaine fugace perceptible à travers un récipient Villeneuve-Saint-Germain importé (inclusions calcaires) ; l’objet ne prouve pas bien entendu une occupation VSG stricto sensu à cet endroit (Cassen et al. 2009). D’autres dates 14C obtenues sur charbons et semences carbonisées des comblement des fosses de la barre du GM, puis l’étude de la stratigraphie générale à leur contact ainsi que la prise en compte du mobilier céramique associé contribuent enfin à situer l’édification et l’utilisation de cet ouvrage entre 4600 et 4300.

17. Dos de la stèle dite de chevet à la Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan) ; schéma structurant des signes gravés commentés dans le texte / Back of the “bedside” stele in the Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan): sign structure interpretative scheme as discussed in the text

17. Dos de la stèle dite de chevet à la Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan) ; schéma structurant des signes gravés commentés dans le texte / Back of the “bedside” stele in the Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan): sign structure interpretative scheme as discussed in the text

149La stèle isolée de la TDM est en conséquence l’ouvrage le plus ancien, antérieur à la barre du GM. Par ailleurs, en comparant l’image très réaliste du cachalot enregistré au Mané Lud avec les deux exemplaires, finalement voisins, connus sur le GM et sur la stèle TDM/Gavrinis, spécimens plus abstraits et partageant entre eux deux une ligne graphique différente de la précédente, nous avons suggéré que la représentation la plus réaliste, la plus proche du modèle naturel, pouvait être aussi la plus ancienne, de même que la gravure semblable mais tellement simplifiée et plus difficilement reconnaissable de Dissignac (Loire-Atlantique) était à la fois la plus éloignée dans le temps et dans l’espace (Cassen 2009a). Nous en concluons que la stèle du Mané Lud devrait être approximativement contemporaine de la stèle dite de chevet de TDM.

150Cette présentation du contexte achevée, venons-en à la face nord-ouest de la stèle en question. Elle contient deux ensembles de tracés, tout d’abord au centre géométrique de la pierre, puis sur ses côtés (Péquart et al. 1927 ; Twohig 1981 ; Cassen & Robin 2009). Ce sont des lignes en creux ; une technique qui contraste avec l’autre face tournée vers le sud-est (autrement dit vers la rivière d’Auray et le plus proche accès à la mer) dont le motif phallique et les crosses sont uniquement gravés par la technique du champlevé. Au point qu’il paraît légitime de s’interroger sur une plausible absence de contemporanéité entre ces deux réalisations. Mais n’insistons pas dans cette voie et limitons-nous aux tracés en creux sur la face nord-ouest, bien entendu invisibles au temps du fonctionnement de la tombe, même avec un cairn moins élevé que la restauration forcée ne le restitue aujourd’hui.

151Deux ensembles iconographiques peuvent être facilement distingués (fig. 17) :
- le premier, disposé au centre de la stèle, s’établit en combinant trois signes, certes connus par ailleurs dans le registre armoricain mais seulement réunis sur ce support ; de bas en haut : une forme en disque tronqué, une forme quadrangulaire, deux grands arc radiés (Boujot et al. 2000) ;
- le second ensemble repose sur le placement de deux motifs de deux arcs radiés, symétriquement disposés sur les bords de la stèle ogivale.

152Nous avons proposé une première interprétation à cette composition, brièvement insérée dans un article sollicité pour résumer un modèle interprétatif à propos du site générique de Carnac (Boujot et al. 1998). Considérant la forme en croissant comme la représentation de la lune, le signe quadrangulaire comme celle de la terre et les deux arcs radiés comme l’expression de la voûte céleste, nous pensions retrouver dans cette superposition une sorte de théophanie dumézilienne où le monde inférieur serait signifié par l’astre nocturne et le monde supérieur par l’archétypal arc-en-ciel. Mais si notre point de vue n’a pas été modifié en profondeur quant à l’analyse des signes quadrangulaires et arciformes, le lecteur comprendra bien que le fragment de disque ne peut plus être rapproché de la lune, l’idée et la possibilité pratique ayant été finalement abandonnées (Cassen 2007a).

153Cette révision dans l’analyse est bien entendu venue de l’étude sur le Mané Lud. Trois sortes d’embarcations résonnent en effet sur les dalles de ce dernier site, trois formes également connues en Bretagne :
- la première est montée de personnages dont l’alignement est toujours dominé par un individu-tige plus grand que les autres, bien souvent vertical à la proue ;
- la seconde soutient un homme seul ouvrant ses bras en croix, encore placé à la proue ;
- la troisième forme de navire est une coque non montée, épurée, dont on ne sait ce qu’elle contient car aucune verticalité ne l’anime et ne lui donne vie.

154Cette dernière forme est par conséquent celle qui sous-tend la composition décrite au dos de la stèle de chevet à la Table des Marchands, et sous son influence l’interprétation générale du « croissant » s’en trouve dès lors modifiée. Mais avant de conclure sur une ré-interprétation des signes associés présents sur cette stèle, revenons en quelques lignes sur la notion même de l’embarcation sans équipage apparent.

155Dans la littérature médiévale, qui doit tant à la « matière de Bretagne », il est une image qui fascine : le bateau sans voiles, sans rames, sans équipage, dérivant sur l’océan (Milin 1989, p. 125). On connaîtcette ancienne pratique juridique qui allie en effet la sanction du bannissement à la volonté de s’en remettre à une volonté supérieure à celle des hommes (Tristan, empoisonné lors d’un combat singulier, est laissé pour mort, allongé dans une embarcation qui, de Cornouailles, viendra échouer en Irlande où Iseult le soignera – Malory 1994 (1485)). Pour sa part, le saint qui accepte ou choisit de naviguer à l’aventure sur un bateau sans voile ni rame - un bateau parfois tout de pierre fabriqué - s’en remet à la volonté de dieu, et même son corps mort allongé dans l’embarcation (et donc invisible) peut encore faire l’objet d’une dérive maritime pour venir confirmer un lieu d’élection, siège d’un futur pèlerinage (Saint-Vincent au Portugal – fig. 5 ; Saint-Jacques en Galice). C’est encore cette image du navire autonome que révèle à Ulysse le roi de Phéacie : en lui permettant de regagner Ithaque, il lui laisse à disposition un objet qui se meut par une intervention surnaturelle, divine, puisque ces navires du royaume d’Alkinoos se dirigent sans pilote ni gouvernail dès lors que Poséidon leur a concédé les abîmes de la mer (Détienne 1970, p. 167). P. Vidal-Naquet a d’ailleurs bien démontré combien Phéacie était un monde intermédiaire entre deux espaces, celui de la réalité qu’Ulysse s’apprête à retrouver dans son royaume d’Ithaque et celui des récits, des légendes et des monstres que le héros a côtoyés durant le long périple de son retour ; les Phéaciens avaient bel et bien pour fonction essentielle, dans le poème, de faire passer Ulysse d’un univers à un autre (Vidal-Naquet 1970). L’usage d’une embarcation pour assurer une médiation entre deux états n’est bien entendu pas un apanage européen. Quand le chamane sibérien vasyugan-ostyak (entre le bassin inférieur des rivières Ob-Irtysh en Sibérie et les rivages de l’océan Arctique) part à la recherche de l'âme du malade, il utilise pour son voyage dans l'autre monde une barque faite d'un coffre en bois (Eliade 1983 (1951), p. 142).En dehors de la coutume d'exposer des morts dans les canots - et innombrables sont les exemples dans le registre ethnographique -, il existe encore en Indonésie et en partie en Mélanésie, trois importantes catégories de faits magico-religieux qui impliquent l'utilisation (réelle ou symbolique) d'une barque rituelle : la barque pour expulser les démons et les maladies ; celle qui sert au « chamane » indonésien à « voyager dans l'air » à la recherche de l'âme du malade ; enfin la « barque des esprits » qui transporte les âmes des morts dans un au-delà. Bien que ces « barques des trépassés » soient plutôt évoquées que manipulées, évocation prenant place au cours des lamentations funéraires récitées par des pleureuses, l’objet réel pourra être mobilisé durant une cure magico-thérapeutique (Steinmann 1946) : barque en miniature ayant à l'une de ses extrémités un oiseau en bois, ou barque longue de un à deux mètres gardée dans la maison et dans laquelle monte le guérisseur quand il veut rejoindre le dieu Sahor pour lui demander son aide.

156Ces notions et ces exemples rappelés, on perçoit bien la richesse de l’arrière-plan cognitif pouvant contribuer à l’interprétation d’un bateau sans équipage sur la stèle de la Table des Marchands. Difficile de tirer davantage vers le monde funéraire de la fermeture (la terminaison) plutôt que vers un récit de fondation et de voyage héroïque visant à l’ouverture (le commencement) ; il est patent, dans les deux termes de l’alternative, que la dimension symbolique des objets représentés s’inscrit dans le registre de la médiation. Le double arc radié est de surcroît la figure céleste par excellence permettant le franchissement d’un espace divisé entre deux états, une image vérifiée dans de très nombreuses sociétés (Cassen 2000a). Et la figure quadrangulaire - une terre ou une habitation, surface ou volume - est le support et le lieu fixe où s’orientent les humains. L’humain en croix, nous l’avons vu sur deux stèles du Mané Lud, s’est trouvé placé au centre d’un triangle élémentaire formé par la terre (le carré/rectangle), l’eau (le bateau, le cachalot) et le ciel (l’oiseau, l’arc-en-ciel). Dans ce contexte global remémoré doit se comprendre la superposition équilibrée des trois signes centraux à TDM, et l’adjonction des deux signes latéraux.
• Le double arc radié est la plus grande figure (70 cm ; fig. 17) ; elle recouvre amplement les deux autres sous-jacentes, et englobe jusqu’à sa moitié le motif quadrangulaire. Il s’agit bien d’un « ciel », quand ce dernier est révélé dans sa courbure et sa magie chromatique par le phénomène arc-en-ciel dédoublé, arc primaire et arc secondaire (Suagher 2000).
• La portion de disque est un bateau, juste plus large que le signe quadrangulaire sus-jacent.
• Et parce que justement cette ultime figure en rectangle est potentiellement contenue dans le volume du bateau, son interprétation peut alors être modifiée. Et en lieu et place d’une terre, certes plausible quand elle permet de s’échouer, nous pouvons revendiquer une sorte d’habitation ; comme une arche qui serait ainsi re-trouvée, bâtiment posé sur un bateau reposant lui-même à son tour sur la pierre ogivale émergeante, qui est exactement du sable (marin ?) pétrifié (un prélèvement d’échantillon dans cette stèle s’est avéré impossible dans les années 1980, le sable fluide s’écoulant de la carotteuse). Il est d’ailleurs bien connu que le français confond « l’arche » dans les nuées ou sous la voûte en ogive (empruntée du bas latin *arca, tiré du latin classique arcus, « arc » ; voir aussi le « proto-indo-européen » *arkw-, les dictionnaires usant le plus souvent de la formule « substrat pré-indo-européen » - Sauge 2007), et « l’arche » qui est la cache, la boîte, le coffre (latin classique arca, indo-européen commun *ark-), peut-être en raison d’une arche d’alliance qui fit se conjoindre l’arc-en-ciel, signe du pacte entre un dieu et la terre (Genèse, 9-13) et un coffre de bois contenant deux dalles gravées, marques listées de cette alliance...
• En sorte que ces deux motifs d’arcs radiés inscrits sur les bords ne sont évidemment pas les « oreilles » d’une figure humaine visible au recto que le néolithique aurait gravé au verso, « faute de place » (Van Berg & Cauwe 1995, p. 49 ; Thomas & Tilley 1993, p. 255). Comment imaginer qu’une matière aussi rare ait pu être transportée d’aussi loin par terre et par mer pour qu’un artiste, que l’on suppose forcément désinvolte, se trompât à ce point dans l’agencement spatial d’un projet iconographique, difficile à réaliser dans cette roche si dure ? Et à telle enseigne qu’il lui aurait fallu rabattre les éléments manquants de la composition sur une autre face, et avec une autre technique, comme un aveu de son erreur ? Non, ne confondons pas ces deux surfaces opposées de la stèle, ni d’autres signes semi-circulaires qui, bien que ressemblants, s’attachent ailleurs au motif phallique en un tracé unique, jamais dédoublé. Ici, deux représentations simples et universelles de l’arc-en-ciel s’affrontent par leurs courbures, en reposant sur deux horizons matérialisés par les bordures de la stèle de sable. Comme un début et une fin, comme un orient opposé à un occident, comme deux cieux visibles en symétrie miroir ; peu importe. La trilogie principale s’inscrit par conséquent entre ces deux motifs, mais légèrement surélevée par rapport à l’axe horizontal qui relierait ces derniers (fig. 17), selon une volonté qui, peut-être, à l’avenir, nous sera plus compréhensible.

157En somme, le panneau gravé au dos de la stèle de chevet à la Table des Marchands reprend deux signes essentiels révélés au Mané Lud et les associe en une composition à la fois comprise comme la plus ancienne et à notre connaissance comme étant unique dans le corpus armoricain :
- un bateau, sans vie apparente, est inscrit dans le registre inférieur ;
- tandis que dans le registre supérieur figure un ciel/météore limitant et surmontant l’ensemble ;
- de telle sorte qu’entre l’eau inférieure et l’enveloppe gazeuse supérieure, un espace humain orienté s’insère à la jonction.

158La cohérence des signes a été ainsi testée sans contradiction notable. Pour une composition certes similaire, notons cependant qu’au déséquilibre et à la mobilité restituées au Mané Lud (et au Vieux Moulin, à Kermaillard, à Kervazic, etc. - Morbihan) répond au contraire une stabilité fondamentale à la Table des Marchands.

4- La discussion

159En résumé, les orthostates enregistrés dans la tombe à couloir du Mané Lud sont très probablement les ultimes témoins d’un ouvrage de pierres dressées qui, peut-être, accompagnait la ciste enfouie sous le tumulus plus ancien à l’extrémité duquel s’est adossé le dolmen daté des débuts du IVe millénaire. Les dimensions homogènes des dalles et la réalisation technique comparable des gravures sur leurs faces visibles s’ajoutent à une remarquable convergence des signes permettant de conclure, sans risque majeur, à l’existence d’un ensemble architectural cohérent (barre rectiligne ou barre curviligne de stèles). Ainsi, les monolithes du Mané Lud auraient été placés à l’extrémité nord-ouest de la dorsale de Locmariaquer, fermant (ou débutant) la suite des ouvrages semblables édifiés à Kerpenhir, Men Letionnec, Mané er Hroëck et Grand Menhir, tous montant et barrant cette ligne topographique sur près de 3 km. Toutes ces architectures établissant par définition un système particulier de communication, avec ou sans figurations gravées.

160Notre liste de signes reconnus sur les stèles du Mané Lud (cachalot, crosse de jet, hache polie, humain en croix, bateau, oiseau, monde en miniature) s’est substituée à un rassemblement de représentations plus convenues (déesse-mère, hache-charrue, crosse pastorale, herminette emmanchée, peigne, bucrane, écusson), représentations en accord avec certains présupposés sur la société néolithique imaginée et reconstituée depuis plus d’un siècle. Au surplus, si chaque signe fait partie intégrante d’un projet sémiotique, seule une lecture simultanée des signes complémentaires et concurrents gravés sur un même support a permis d’en restituer le programme iconographique. Pour cela, les articulations entre les signes, qui font que ceux-ci s’affrontent ou se séparent, se complètent ou se divisent, ont été mesurées et analysées.

161Non seulement de véritables compositions ont été interprétées sur chaque stèle (vol d’oiseaux en formation, déplacements de bateaux embarqués d’un équipage), mais une plausible complémentarité des différents panneaux gravés a été envisagée en postulant un usage visuel linéarisé des gravures qui sollicite pour cela l’ensemble de l’ouvrage architectonique. À l’intervalle « linguistique » évalué entre chaque signe s’est donc ajouté l’intervalle entre chaque pierre dressée qu’il nous appartenait alors de replacer dans un ordre hypothétique de la reconnaissance. Ce rangement s’est opéré en prenant appui sur les formes de la météorisation lisibles sur le granite des pierres, puis sur le sens des déplacements restitué par une lecture dynamique des signes (proue d’un bateau, parties actives des armes, etc.). La combinatoire que l’on pourrait croire considérable ne peut fort heureusement pas se réduire à un résultat mathématique calculé sur la base du nombre de pierres dressées. Une première alternative propose ainsi d’ordonner les stèles selon une action centrifuge ou au contraire centripète directement lisible depuis la gravure, en utilisant des compositions statiques (vol « immobile » des oiseaux) ou à l’inverse animées (vol des oiseaux en formation). De ce champ des possibles finalement très restreint, nous présentons une organisation qui prend la stèle n ° 21 comme objet central, pour cette raison essentielle qu’elle conserve les ¾ des figurations humaines enregistrées au Mané Lud, corps dessinés en position verticale, membres inférieurs joints et bras en croix, la posture immobile par excellence (le lecteur trouvera une bonne illustration de l’homme immobile dans la figure fameuse en Irlande de Saint-KevinCoemgen qui, méditant les bras en croix, servit de perchoir à un merle ou corbeau trouvant dans sa main tendue l’occasion de faire un nid puis d’y pondre un oeuf – Edmonds 1908). Le personnage central sur la dalle est également placé au milieu d’un triangle élémentaire formé d’un bateau (l’eau), d’un oiseau (l’air) et d’une crosse de jet (la terre). Cette trilogie sémantique se répète d’ailleurs sur les stèles n° 6 et 16, mais dans la forme en mouvement. En suivant cette configuration suggérée, l’ordre des stèles devient centripète en convergeant leurs actions vers la dalle n ° 21. A l’occident sont posées les trois stèles gravées d’animaux (cachalot, oiseaux) tandis qu’à l’orient sont distribuées les stèles comportant autant de sujets réunis en synthèses complexes fondées sur l’idée du déplacement des humains.

162En somme, le Mané Lud en mouvement devient pour l’archéologue une analyse du déplacement, mais plus fondamentalement encore la description probable de voyages « utopiques » dans leurs participations à l’explication du monde néolithique. Et si les utopies sont lesemplacements sans lieu réel, on rappelle au lecteur qu’il existe des lieux effectifs dessinés dans l'institution même de la société, qui sont pour M. Foucault des sortes de « contre-emplacements », utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels trouvés à l'intérieur de la culture sont à la fois représentés, contestés et inversés ; le navire est ainsi une de ces hétérotopies capitales. Navire du héros découvreur, navire des jumeaux fondateurs, navire du mort rassembleur.

163Mais pour préciser davantage le propos, le Mané Lud en mouvement nécessite que nous revenions sur la substance même de ce titre. Afin d’expliciter l’intitulé, développons tout d’abord en quoi ces assemblages de signes néolithiques sont un monde en réduction, un monde approprié qu’il a fallu ensuite animer ; de là sera portée une réflexion générale sur le pouvoir de la représentation qui prolongera ainsi la portée épistémologique du Mané Lud en images en concluant notre projet.

Le pouvoir d’un monde en miniature, le pouvoir sur un monde en miniature

164Dans le précédent article sur le Mané Lud, le dialogue bachelardien entre l’esprit et la matière nous a opportunément rappelé que le Monde est notre imagination et que nous tentons toujours de l’embellir. Et nous possédons d’autant mieux le monde que nous sommes plus habiles à le miniaturiser ; ce qui devient petit nous rend grands (Bachelard 1994 (1931), p. 145). Aussitôt les images se mettent à foisonner, à grandir, à s’évader : inscrite dans le granite, une embarcation de 25 cm s’éloigne d’une terre et l’image poétique nouvelle devient ainsi, bien simplement, une origine absolue, une origine de conscience.

165L’objet nécessite ce procès de la réduction qui apparaît finalement comme un procès de la connaissance, que la réduction soit d’échelle ou qu’elle affecte les propriétés. Pour connaître l'objet réel dans sa totalité, écrit C. Levi-Strauss, nous avons toujours tendance à opérer depuis ses parties, la résistance qu'il nous oppose étant surmontée en le divisant. La réduction d'échelle va alors renverser cette situation : plus petite, la totalité de l'objet apparaît moins redoutable ; du fait d'être quantitativement diminuée, elle nous semble qualitativement simplifiée. « Cette transposition quantitative accroît et diversifie notre pouvoir sur un homologue de la chose [...]. La poupée de l'enfant n'est plus un adversaire, un rival, ou même un interlocuteur ; en elle et par elle, la personne se change en sujet. [...] Et même si c'est là une illusion, la raison du procédé est de créer ou d'entretenir cette illusion, qui gratifie l'intelligence et la sensibilité d'un plaisir qui, sur cette seule base, peut être déjà appelée "esthétique" » (Levi-Strauss 1962, p. 35). L’image du jardin, l’image dans le tapis tout comme l’image du bateau sous un arc-en-ciel sont ces modèles réduits plus ou moins iconiques de l’univers dont elles réverbèrent certaines qualités à d’autres échelles ; mais elles sont aussicomme « l’expression des analogies qui peuvent être décelées entre les qualitéshumaines et les propriétés du cosmos » (Descola 2006, p. 181).

166Diminuer l’échelle du monde est ainsi une manière de se l’approprier. Fragmenter le monde, le diviser en objets finis, assujettis à l'homme à proportion même de leur discontinu... Vient pourtant un moment où l’on ne peut plus séparer sans finalement nommer et classer, et dès lors pour R. Barthes, la propriété est née : « Mythiquement, la possession du monde n'a pas commencé à la Genèse, mais au Déluge, lorsque l'homme a été contraint de nommer chaque espèce d'animaux et de la loger, c'est-à-dire de la séparer de ses espèces voisines ; l'Encyclopédie a d'ailleurs de l'arche de Noé une vue essentiellement pragmatique ; l'arche n'est pas pour elle un navire - objet toujours plus ou moins rêveur -, mais une longue caisse flottante, un coffre de recel. » (Barthes 1972 (1953), p. 93).

167Achille n’avait-il pas reçu le bouclier le plus extraordinaire qui soit où tout le monde connu était figuré ? Pour le protéger de l’ennemi aux pieds des murs de Troie, sa mère n’avait pas hésité à supplier Hèphaistos de lui confectionner les meilleures armes, en commençant par ce bouclier où la paix et la guerre, les cieux et les paysages du monde civilisé étaient donnés à voir comme pour afficher leur possession et éblouir l’adversaire : « Et il fit d'abord un bouclier grand et solide [...] et il y traça, dans son intelligence, une multitude d'images. Il y représenta la terre et l'Ouranos, et la mer, et l'infatigable Hélios, et l'orbe enflé de Sélènè, et tous les astres dont l'Ouranos est couronné [...]. Et il fit deux belles cités des hommes. Dans l'une on voyait des noces et des festins solennels [...]. Puis, deux armées, éclatantes d'airain, entouraient l'autre cité. Et les ennemis offraient aux citoyens, ou de détruire la ville, ou de la partager, elle et tout ce qu'elle renfermait [...]. Mais les hommes marchaient, conduits par Arès et par Athènè, tous deux en or, vêtus d'or, beaux et grands sous leurs armes, comme il était convenable pour des dieux ; car les hommes étaient plus petits [...]. Puis, Hèphaistos représenta une terre grasse et molle et trois fois labourée [...]. Le roi, en silence, le sceptre en main et le cœur joyeux, était debout auprès des sillons [...]. Puis, Hèphaistos, tout autour du bouclier admirablement travaillé, représenta la grande force du fleuve Okéanos. » (L’Iliade, Chant 18).

168Au chapitre du voyage utopique, nous évoquions précédemment le tapis-jardin, figure de la totalité du monde. Un conte russe populaire aux multiples variantes (Va je ne sais où, rapporte je ne sais quoi - AT 465 A) décrit la confection d’un tapis par une femme voulant sortir son mari d’un mauvais pas, où tout le royaume du Tsar est brodé « avec les villes et les villages, les lacs et les rivières » ; le Tsar découvrant tout son monde « comme dans la paume de la main », le désire instamment, à tout prix, prêt à tout accorder car il en fait aisément le tour visuel et s’imagine ainsi en être le maître incontesté (Afanasiev 2010, p. 164). A. Schopenhauer, que nous citions pour assurer l’ouverture de cet article, soulignait qu’en allemand le nom même de l'art (Kunst) indique par son étymologie ce qui compte en lui : le pouvoir (Können). Bref, ces illustrations volontairement disparates convergent pourtant sur l’idée d’une appropriation irrépressible, intimement mêlée à la curiosité sensorielle et cognitive, si exacerbée chez les humains. Or toute l’efficacité de l’image, précise B. Prévost, consiste en ce qu’elle instaure la croyance en un pouvoir qui lui serait inhérent, en une force qui serait indépendante de tout rapport de forces. Le « tour de passe-passe » de l’image est de s’emparer, de configurer des puissances, puis de donner l’illusion qu’elle les possède en propre, que son efficacité, son « pouvoir », relève d’une propriété intrinsèque. « L’efficacité de l’image tient alors dans l’opération d’isolation qui vient défaire en les occultant les rapports de forces qui la traversent, qui vient couper l’image des relations concrètes, dans lesquelles elle est prise. » (Prévost 2003, p. 280). Aussi un simple morceau de bois ou un chef-d’œuvre de la Renaissance deviennent des objets de culte, des images efficaces. Cet effet de croyance, dont nous ne sommes pas exempts puisqu’il couvre tous les aspects de notre fonctionnement actuel en société (du marché de l’art moderne aux jeux vidéos en passant par la propagande publicitaire et politique), doit pouvoir être pensé par une archéologie de ces stèles gravées, et non l’archéologie du Néolithique pensée par cette croyance.

169L. Marin a pleinement théorisé cette double relation contenue en filigrane dans le cours de notre étude. D’une part, l'institution du pouvoir s'approprie la représentation comme sienne ; il se donne des représentations, il produit ses représentations de langage et d'image. D’autre part, la représentation, le dispositif de la représentation produit son pouvoir, il se produit comme pouvoir (Marin 1981, p. 9). Toute l'hypothèse générale de l’historien se résume à ce que le dispositif représentatif opère la transformation de la force en puissance, de la force en pouvoir, le pouvoir étant cet état d'exercer une action sur quelque chose ou quelqu'un, non pas agir ou faire, mais en avoir la puissance, avoir cette force de faire ou d'agir. Cette transformation des signes en force doit se comprendre en tant qu’usage social et politique (une pragmatique), comprenant bien entendu un usage social et politique du religieux. Ce principe directeur doit aussi pouvoir être compris du lecteur intéressé par le Mané Lud, car il ne saurait en effet oublier qu’au moment où ces stèles sont gravées et érigées, les tombeaux les plus distinctifs - en contenant et en contenu - que l’Europe ait jamais connus au Ve millénaire sont édifiés à l’écart des autres sépultures morbihannaises, pour un seul personnage, et contiennent justement pour certains d’entre eux la stèle en miniature, inscrite de haches, de crosses et d’oiseaux (cf. le Mané er Hroëck – Cassen à paraître a). Il est plus que vraisemblable que la représentation joue son rôle dès cette époque en ce qu'elle est à la fois le moyen de la puissance et sa fondation (Marin 1981, p. 11). Le phénomène inventé est alors cette forme monumentale qui articulerait les deux dimensions de la représentation :
- faire revenir l'absent glorieux ou le passé nostalgique des origines dans une présence certes nouvelle, mais aussi totalement imaginaire ;
- fonder en toute légitimité l’existence du présent et du vivant en lui donnant sa dimension symbolique, en l'inscrivant sous le régime d’un « roi » et de la loi (Cassen et al. à paraître a ; pour une distinction entre Imaginaire et Symbolique, et le primat accordé au premier sur le second, voir Godelier 2007, p. 80).

Le monde en mouvement

170Vraies ou fausses, plaisantes et savantes, donnant parfois l’impression du pastiche, les étymologies selon Platon seraient un hommage indirect rendu aux anciennes théologies qui pratiquaient l’étymologie pour révéler le dieu caché dans la nature du mot (Joly 1994). Elles entrent, quoi qu’il en soit, curieusement en résonance avec le décryptage en cours sur le Mané Lud. Ainsi, pour le philosophe grec :
- la pensée, c’est la perception du mouvement et de l’écoulement ; ce qui aide au mouvement ;
- le savoir, c’est le contact avec le mouvement ;
- l’histoire signifie l’arrêt de l’écoulement ;
- la mémoire est une halte dans l’âme, et non un mouvement (Platon, Cratyle p. 433).

171Le mot « drame », nous rappelle G. Balandier (Balandier 2000, p. 65), tient de son origine grecque un double sens : celui d'agir, et celui de représenter ce qui est en mouvement afin de provoquer la découverte des vérités cachées au sein de toutes les affaires humaines. Et quoi de plus agissant, de plus dramatique que la stèle, à différentes reprises qualifiée dans nos articles antérieurs de stèle-seuil et de stèle-porte, notamment en décrivant les pierres dressées de Carnac et Locmariaquer, si la porte est par excellence ce formidable instrument de mouvement ? (Monnier 2004, p. 12 ; voir aussi Robin 2009 pour une étude novatrice relative à l’emplacement des gravures et leur médiation dans les contextes funéraires irlandais au IVe millénaire).

172Sur ces supports sont gravées des figures jugées immobiles, d’autres encore reconnues en mouvement. Est-ce tomber dans les deux pièges de l’analyse anthropologique des images - la rétrospection anachronique et l’invocation d’archétypes psychiques (Descola 2006) – que de tenir cette analyse et cette reconnaissance comme instruments valables et opérationnels bien adaptés à l’étude de l’ouvrage lithique du Mané Lud ? Sans doute non. Et sans répéter ce qui fut introduit dans le Mané Lud en images à propos du motif quadrangulaire penché, précisons néanmoins à ce sujet pourquoi et en quoi toute rupture de la continuité visuelle entre le percept et la norme mémorielle entraîne par le fait même une rupture de la dynamique qui les relie l'un à l'autre. R. Arnheim affirme ainsi qu’une grande part de l'expression caractéristique d'une figure penchée provient de la tendance visible de cette figure à se rapprocher ou à s'écarter de la norme dont eIle est perçue comme une déviation (Arnheim 1999, p. 102). Un quadrilatère, en effet, un objet cubique, tient sur un de ses côtés, ou sur une de ses faces, c’est-à-dire sur l’horizontale par laquelle s’établit la stabilité des choses en regard de la pesanteur, de la force d’attraction terrestre. Et nous n'identifions un mouvement que par comparaison avec quelque chose de stable, comme des pôles ou des centres, dont nous présupposons le rapport dans nos mesures du mouvement. En dessinant un disque noir non centré dans un carré figuré parallèle à la base donnée par le feuillet du livre (ou par la « dalle » qui désigne maintenant le dispositif d'affichage d'un écran LCD), ce même auteur mettait en effet en jeu un phénomène visuel et un mécanisme cognitif fondamental : si le disque noir se trouvait au centre du carré blanc, il donnerait l'impression d'être statique, alors que sur cette première figure, il est comme « attiré » vers un côté du quadrilatère, offrant une certaine résistance, ou tension.

173Les photographes, nous dit R. Barthes, se sont efforcés de saisir, avec une grande habileté technique, le moment le plus rare d'un mouvement, sa pointe extrême, le plané d'un joueur de football ou la lévitation des objets dans une maison hantée. Mais le spectacle reste trop construit ; la capture de l'instant unique y apparaît gratuite, trop intentionnelle, issue d'une volonté de langage encombrante, et ces images réussies n'ont sur nous aucun effet : « la lisibilité parfaite de la scène, sa mise en forme nous dispense de recevoir profondément l'image dans son scandale ; réduite à l'état de pur langage, la photographie ne nous désorganise pas. » (Barthes 1970, p. 106). « Une photo c’est une pierre tombale », écrivait Céline en 1958 (Céline 1987 (1958)), et Pascal n’en pensait pas moins : « Notre nature est dans le mouvement ; le repos entier est la mort. » (Pascal 1962 (1670), pensée 198).

174Reste que les humains jouent de cette alternative. La perception du monde environnant se fait par deux voies : l'une dynamique qui consiste à parcourir l'espace en en prenant conscience, l'autre statique qui permet, immobile, de reconstituer autour de soi les cercles successifs s’achevant aux limites de l'inconnu. « L'une des voies livre l'image du monde sur un itinéraire, l'autre intègre l'image dans deux surfaces opposées, celle du ciel et celle de la terre, qui se rejoignent à l'horizon » (Leroi-Gourhan 1965, p. 155). Chez l'homme, ajoute ce dernier auteur, les deux modes sont essentiellement liés à la vision et coexistent ; ils ont donné lieu à une double représentation du monde, aux modalités simultanées, mais représentées dans des proportions inverses en deçà et au delà de la sédentarisation.

175Ainsi, illustrant cette voie statique, l’humain cruciforme du Mané Lud est bien éloigné d’une action déroulée où le corps serait mis en branle sur une trajectoire qui, par nature, empêche la concentration, à l’instar des jeux dans lesquels on s’engage ardemment, mû par un désir impétueux au point de « plonger aussitôt l’esprit et les membres dans l’agitation désordonnée et les rend incapables de discernement. On s’éblouit, on s’empêtre soi-même » (Montaigne (de) 2009 (1595), livre III). Cette discussion fut amplement développée dans le Mané Lud en images et nous n’y reviendrons pas (Cassen 2007a, p. 208 à 223).

176En revanche, la voie dynamique découverte sur ces mêmes stèles mérite que l’on y insiste, en spécifiant notamment la notion de hors-champ utilisée plus haut. Rappelons que l’expression a été employée à propos de sujets mobiles dans l’air (oiseaux) et sur l’eau (bateaux) dont une extrémité des figurations débordait la surface de l’écran pour se prolonger sur la tranche de la stèle ; non par manque de place mais pas volonté du graveur et concepteur. Clarifions le propos à partir d’exemples simples.

177• Une première illustration du problème posé peut nous venir de la manière dont les ethnologues ont interprété la réaction des populations ne connaissant pas le cinéma, placées face à l’image animée. Il semble que l’esprit humain soit loin d’accepter spontanément les limites rectangulaires d’une image (Forsdale & Forsdale 1970). Lors d’une projection, en voyant des personnages d’un film sortir de l’écran, le public demandait comment et pourquoi ils avaient disparu... Cette solution de continuité spatiale est en effet déroutante et doit être résolue.
• L’illustration seconde nous vient bien entendu des retombées de la théorie formulée sur cette technique du spectacle et de la représentation. Le champ y est tout d’abord défini comme la portion d'espace imaginaire qui est contenu à l'intérieur du cadre. Le hors-champ est alors l'ensemble des éléments qui sont néanmoins rattachés au précédent terme, par un moyen quelconque ; il est lié au champ puisqu'il n'existe qu'en fonction de celui-ci (Bazin 1999 (1958) ; Burch 1986 (1969)). Les segments spatiaux hors-champ sont à leur tour définis par les entrées et les sorties de champ : on pourra ainsi privilégier l’espace derrière la caméra, ou derrière le décor, mais surtout ces espaces qui sont contigus aux bords droit et gauche du cadre (les segments inférieur et supérieur n'interviennent qu'en cas de plongée ou de contre-plongée accentuée). Bien sûr, cette limite visuelle a pu être contournée par l’ajout d’écrans réunis (le fameux Napoléon d’Abel Gance, 1927), ou de nos jours par l’écran circulaire ou sphérique de la chambre d’immersion. Mais les philosophes ont bien précisé qu’il ne s'agissait pas tant pour le hors-champ de rajouter de l'espace à l'espace que du spirituel à l'espace (Deleuze 1983). Juxtaposons à cela ce que le cinéaste russe S. M. Eisenstein (Eisenstein 2009) a théorisé dans ses « lois du mouvement » (Eisenstein 2009), selon lesquelles l'œil est attiré d'abord par l'espace occupé et se dirige ensuite vers l'espace libre, ce qui est en accord avec les expériences scientifiques les plus récentes sur la question (Kress & van Leeuwen 2006), loin d’un comportement que l’on a cru longtemps dépendant d’un sens de lecture qui serait proprement européen, allant sur un texte de la gauche vers la droite.

178On voit par ce détour que les oiseaux en formation sur la stèle 17 du Mané Lud, qui occupent essentiellement une moitié du support en débordant sur la tranche, introduisent par cette invention non seulement un sens de lecture et donc une dynamique, mais cumulent une dimension imaginaire à ce qui ne pourrait être qu’une séquence figée dans la pierre. Cette pratique de ce que je nommerai « hors-champ iconographique », également valable pour les bateaux de la stèle 6, pourrait être validée si nous en trouvions d’autres occurrences dans le corpus armoricain. C’est précisément le cas et nous en limiterons la démonstration à la stèle morbihannaise de Kermaillard pour cette simple raison qu’elle conserve des signes immédiatement comparables : le quadrilatère (carré) et le bateau.

179Sur la commune de Sarzeau, en presqu’île de Rhuys, la stèle de Guegen Amonen (« La Motte de beurre » ; dite de Kermaillard) est un monolithe massif à quatre pans, long de 6 m, qui a révélé, grâce à la nouvelle érection du monument, des gravures jusqu’alors cachées aux observateurs (Le Cornec 1990). Au bas de la face désormais à l’occident, un motif quadrangulaire est associé à une forme en croissant aplati (fig. 18) ; l’interprétation s’est naturellement portée vers une « déesse-mère et croissant lunaire » (Briard 1990, p. 9) ou « idole en écusson avec corniforme » (Le Roux & Le Goffic 1997, p. 140). Nous avons montré que cette forme de Kermaillard assurait une transition graphique remarquable entre les bateaux embarqués et ceux figurés sans équipage (Cassen 2007a, p. 228). Mais ce qu’il importe de noter cette fois est la manière avec laquelle le grand motif du bateau (70 cm de long) a été gravé. Car son contour déborde sur la face méridionale ; plus précisément, l’extrémité du bateau est entièrement gravée au-delà de l’arête naturelle dans la roche, sur 3 cm seulement (fig. 18). Encore une fois, rien n’autorisait l’artiste à outrepasser cette limite, et la composition aurait pu parfaitement tenir sur l’écran aplani de la stèle. Cette nouvelle marque d’une volonté manifeste en faveur d’un hors-champ iconographique prouve à nos yeux le bien-fondé des observations faites au Mané Lud, malgré cette différence notable d’échelle. Et si une extrémité est gravée hors du cadre alors que l’autre extrémité du navire vient toucher la figure quadrangulaire au point qu’elle semble subir cette pression en inclinant son axe de symétrie, nul doute qu’une dynamique non ambiguë de la composition est encore une fois clairement recherchée. En sorte que l’observateur est bel et bien confronté à une entrée de champ. On se souviendra d’ailleurs que la composition d’une stèle comme celle du Vieux Moulin (Plouharnel), sur cette même région littorale carnacéenne, reproduit à l’identique l’instabilité du carré décalé, penché sous l’action d’un bateau sans équipage cette fois centré sur l’écran minéral (Cassen & Vaquero Lastres 2003c).

18. Stèle de Kermaillard à Sarzeau (Morbihan). Dépassement de l’extrémité du signe « bateau » sur le bord du monolithe / Kermaillard stele in Sarzeau (Morbihan), showing how the “boat” sign’s end extends out of the monolith edge

18. Stèle de Kermaillard à Sarzeau (Morbihan). Dépassement de l’extrémité du signe « bateau » sur le bord du monolithe / Kermaillard stele in Sarzeau (Morbihan), showing how the “boat” sign’s end extends out of the monolith edge

180Quelle force pouvait à ce point accompagner une embarcation « sans vie » pour avoir réussi dans le passé à déstabiliser la représentation d’une terre ou d’un monde ? Sans doute une puissance équivalente à celle déployée par Jason et ses compagnons passant les redoutables Roches Cyanées (les « roches animées » selon Pindare) quand « le vaisseau des demi-dieux par sa présence leur enlève pour toujours le mouvement et la vie. » (Pindare, Les Pythiques, IV).

Le monde en signes

181Au terme de cette discussion, que le lecteur nous permette de répéter combien ce monde néolithique des signes ne représente pas dans sa globalité une œuvre sans significations, définitivement hors de portée d’un archéologue qui les dégagerait d’une gangue de terre ou d’une matrice d’idées reçues par le bon sens. Or, postuler une signification, c'est recourir à la sémiologie qui est une science des formes puisqu'elle étudie des significations indépendamment de leur contenu. Posée dans ses limites, la sémiologie (ou encore la sémiotique - fig. 19) n'est pas non plus un piège métaphysique mais une science parmi d'autres, nécessaire mais non suffisante. L'important étant de voir que « l'unité d'une explication ne peut tenir à l'amputation de telle ou telle de ses approches, mais à la coordination dialectique des sciences spéciales qui y sont engagées. » (Barthes 1970, p. 196). Toute sémiologie postule, on le sait, un rapport entre deux termes, un signifiant et un signifié. Ce rapport porte sur des objets d'ordre différent, et c'est pour cela, insiste R. Barthes, qu'il n'est pas une égalité mais une équivalence. Au surplus, dans tout système sémiologique nous avons affaire non pas à deux – comme dans le langage commun -, mais à trois termes différents car ce que je saisis, ce n'est nullement un terme, l'un après l'autre, mais la corrélation qui les unit : il y a donc le signifiant, le signifié et le signe, qui est le total associatif des deux premiers termes.

19. Synthèse relative au placement des orthostates gravés dans la tombe à couloir du Mané Lud (Locmariaquer) / Synthesis of engraved orthostat positioning in Mané Lud passage grave (Locmariaquer)

19. Synthèse relative au placement des orthostates gravés dans la tombe à couloir du Mané Lud (Locmariaquer) / Synthesis of engraved orthostat positioning in Mané Lud passage grave (Locmariaquer)

 Résumé des arguments menant à la reconnaissance d’ouvrages de pierres dressées. Code graphique, vocabulaire descriptif et concepts mis en œuvre pour décrire, animer et orienter ces stèles au sein d’une architecture dite « sémantique » / Summary of arguments used to identify the original arrangement of standing stones. Also shows the graphic code, descriptive terminology and concepts used to describe the overall scheme, bring it to life and adjust these stelae within a “semantic” architecture

182Les gravures étudiées à Locmariaquer ne sont donc ni un langage-objet (la langue, un système linguistique) qui est le langage dont le mythe se saisit pour construire son propre système, ni vraiment un méta-langage (le mythe) qui est une seconde langue, dans laquelle on parle de la première. L’archéologue est ici aux prises avec un monde de signes, associatifs d'un concept et d'une image. Derrière ces signes se cachent bien sûr les composantes d’un mythe, mais le mythe lui-même ne cache rien ; sa fonction est de déformer, non de faire disparaître. Il n’y a aucune latence du concept par rapport à la forme et il n’est nullement besoin d’un inconscient ou d’une altération de la conscience pour expliquer le mythe (Barthes 1970, p. 207) ou une composition de signes gravés. Les mythes, ajoute le sémiologue, ont pour fin d’immobiliser  le monde en suggérant et en mimant une économie universelle qui a fixé une fois pour toutes la hiérarchie des possessions.

183Quant à la représentation du mythe, des signes, et même de nos levés numériques, elle demeure encore une question en suspens, car particulièrement délicate et fort difficile à poser entre les diverses spécialités de notre discipline et entre disciplines voisines. En introduction, nous rappelions comment A. Schopenhauer voyait la connaissance à travers la représentation, et celle-ci à travers la conscience animale d’une image. Pour tout dire, c’était à ses yeux la meilleure façon d’illustrer cet écart entre le réel et l’idéal, un peu à la manière de la représentation taxinomique des grands cétacés qui joue sur des distinctions minimes et pas toujours faciles à observer, tandis que la représentation idéale d’un cachalot néolithique développe des contrastes marqués ; l'une correspond à la réalité de l'expérience, l'autre à un idéal de la pensée (« Pour bien penser la faune symboliquement, il faut l'avoir bien pensée taxinomiquement » - Sperber 1975, p. 26 et 31). Victor Hugo affirmait pour sa part que les plus grandes réalités, les plus complexes, les vraies, les seules peut-être, étant logiquement celles qui sont vivantes toujours et perpétuellement présentes, il n’y a de véritablement réel que l’idéal…Plus généralement, la représentation peut être une relation (quelque chose est représenté à quelqu'un), mais aussi le véhicule même de la représentation, une entité (contenu, énoncé, perception) qui représente. Mais à cet accord minimal s’ajoute aujourd’hui une critique de la représentation étroitement liée à celle de la perception (Laugier 2003) dont l’archéologie de l’art discursif et des objets sans parole ne pourra pas faire l’économie si elle souhaite s’engager comme partenaire légitime au sein des sciences cognitives.

184Depuis plusieurs années, j’ai tenté de contourner la difficulté en avançant la nature constamment sentie et si communément partagée des images et métaphores poétiques dans notre rapport fondamental et permanent à l’altérité ; il suffit pour s’en convaincre de rapprocher le saut cabré et transgressif du cachalot néolithique - placé bien au-dessus des animaux terrestres et des armes humaines sur la stèle TDM/Gavrinis - de cette relation fabuleuse peinte dans l’Enéide par Virgile où un bateau assimilé à une baleine s’envole sur le plan incliné de la mer (Cassen 2007b, p. 59)... Baudelaire, à son tour, expliquait le charme infini qui gît dans la contemplation d’un navire en mouvement à « la multiplication et à la génération de toutes les courbes et figures imaginaires opérées dans l’espace par les éléments réels de l’objet. L’idée poétique qui se dégage de cette opération du mouvement dans les lignes est l’hypothèse d’un être vaste, immense, compliqué, mais eurythmique, d’un animal plein de génie, souffrant et soupirant tous les soupirs et toutes les ambitions humaines. » (Baudelaire, Fusées, XV). Cette perméabilité atemporelle entre l’image et le mot se retrouve intégralement lors du passage des mots aux images. En apparence plus proche de nous, la poésie moderne du XXe siècle a cependant pu détruire la nature spontanément fonctionnelle du langage pour n'en laisser subsister que les assises lexicales, en ramenant le discours à des stations de mots, le mot à un projet vertical, un « signe debout » (Barthes 1972, p. 37). Mais il est curieux que le sémiologue ait été à ce point effrayé par le retrait des fonctions qui ferait la nuit sur les liaisons du monde, où la Nature deviendrait un discontinu d'objets solitaires et terribles, parce qu'ils n'auraient que des liaisons virtuelles. Si la Nature devient aujourd’hui une succession de verticalités, si l'objet/mot dans cette forme poétique se dresse tout d'un coup, empli de tous ses possibles, ce discours debout fait de blocs séparés et de vidéo-clips au rythme binaire n’en est pas pour autant qu’un discours plein de terreur : ici encore il communique avec les autres humains et sa violence d'autonomie ne détruit pas toute portée éthique.

185Si je souligne le tracé continu du carré de la stèle n° 6 du Mané Lud en l’opposant structurellement à son homologue géométrique sur la même dalle, où le tracé est cette fois réalisé en discontinu, fait de points alignés, se ressentira alors beaucoup mieux la puissance poétique d’une image dont le modèle idéal peut aussi bien résider dans le « découpez suivant le pointillé » des prospectus et des cahiers pour enfants, que dans tous ces endroits préférés par le Mal. Tous ces accidents de l’espace, tous ces lieux - gué, col, rivage, croisement des chemins, maison ruinée - où la continuité est interrompue, la limite pointillée, brisée, coupée, perturbée, qui permet pour cette raison même d’accéder à un autre état, de passer vers un autre monde, où les objets auraient un autre contour, peut-être moins distinct, peut-être moins barré ; qui sait ?... La réalisation et la contemplation de ces stèles servaient aussi et servent peut-être à cela, à moins souffrir...

186Le moindre mouvement importe à toute la nature ; la mer entière change pour une pierre (Pascal 1670, Pensées - 656).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Afanasiev 2010, AFANASIEV A.N., Contes populaires russes. Tome 2, (1855-1863 - traduit du russe et présenté par Lise Gruel-Apert), Paris, Imago, 2010, 408 p.

Anati 1960, ANATI E., La civilisation du Val Camonica, Paris, Arthaud, 1960, 262 p. (Mondes anciens ; 4).

Aragon 1959, ARAGON L., La Chambre d’Elsa : Pièce en un acte et en prose, Les Lettres françaises, Paris, 755, 1959.

Arca & Fossati 2004, ARCA A., FOSSATI A., Agricultora e paesaggi antropici nell'arte rupestre preistorica dell’arco alpino, in: Colloque international sur les Alpes dans l'Antiquité, Daubry D. (Dir.), Aoste, Société Valdôtaine de Préhistoire et d'archéologie, 2004, p. 45-70 (Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines ; 15).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arnheim 1999, ARNHEIM R., La pensée visuelle, Paris, Flammarion, 1999, 350 p. (Champs Flammarion Sciences).
DOI : 10.1016/S1240-1307(97)81555-5

Ault-Dumesnil 1866, AULT-DUMESNIL G. d’, Phénomène de dénudation et désagrégation : recherches sur la provenance des granits qui ont servi à élever les monuments dits celtiques, Bulletin de la Société Polymatique du Morbihan, Vannes, 10, 1866, p. 101-106.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Avias 1949, AVIAS J., Contribution à la préhistoire de l'Océanie : les tumuli des plateaux de fer en Nouvelle-Calédonie, Journal de la Société des Océanistes, Paris, 5, 1949, p. 15-50.
DOI : 10.3406/jso.1949.1625

Bachelard 1978, BACHELARD G., L’eau et les rêves : essai sur l’imagination de la matière, (1942) Paris, José Corti, 1978, 265 p.

Bachelard 1981, BACHELARD G., La philosophie du non : essai d'une philosophie du nouvel esprit scientifique, (1940) 8ème édition, Paris, Presses universitaires de France, 1981, 145 p. (Quadrige ; 9).

Bachelard 1992, BACHELARD G., L’intuition de l’instant, (1930), Paris, Stock, 1992, 152 p. (Bibliothèque Stock. Philosophie).

Bachelard 1994, BACHELARD G., La Poétique de l’espace, (1957) 6ème édition, Paris, Presses universitaires de France, 1994 (Quadrige ; 24).

Bailloud et al. 1995, BAILLOUD G., BOUJOT C., CASSEN S., LE ROUX C.-T. Eds., Carnac : Les premières architectures de pierre, Paris, CNRS Editions, 1995, 126 p. (Patrimoine au présent).

Balandier 2000, BALANDIER G., La Théâtrocratie selon l’Anthropologie, in: Jean Duvignaud : La scène, le monde, sans relâche, Illouz C., Vidal L. (Dir.), Paris, Actes Sud, 2000, p. 65-75 (Babel ; 423).

Baré 1985, BARÉ J.-F., Le malentendu Pacifique : des premières rencontres entre Polynésiens et Anglais et de ce qui s'ensuivit avec les Français jusqu'à nos jours, Paris, Hachette, 1985, 278 p. (Histoire des gens).

Barthes 1970, BARTHES R., Mythologies, (1957), Paris, Le Seuil, 1970, 233 p. (Points - Essais ; 10).

Barthes 1972, BARTHES R., Le degré zéro de l'écriture, (1953), Paris, Le Seuil, 1972, 65 p. (Points - Littérature).

Barthes 1982, BARTHES R., Plaisir du texte, (1973), Paris, Le Seuil, 1982, 105 p. (Points ; 135).

Baudelaire 1887, BAUDELAIRE C., Oeuvres posthumes et correspondances inédites, Précédées d'une étude biographique par Eugène Crépet, Paris, Quantin, 1887, 333 p.

Bazin 1999, BAZIN A., Qu'est-ce que le cinéma ?  Tome 1 : Ontologie et langage, (1958) 11ème édition, Paris, Editions du Cerf, 1999, 372 p. (Septième art).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bengtsson & Bengtsson 2011, BENGTSSON B., BENGTSSON B., Sailing Rock Art Boats, Journal of Maritime Archaeology, New York, 6, 1, 2011, p. 37-73.
DOI : 10.1007/s11457-011-9077-2

Bjelland 2005, BJELLAND T., Aggressive lichens? Comments on: Rock Art Preservation: Improved and Ecology-based Methods can give Weathered Sites Prolonged Life, Norwegian Archaeological Review, Oslo, 38, 1, 2005, p. 49-53.

Bonniol & Cassen 2009, BONNIOL D., CASSEN S., Les orthostates de la Table des Marchands et les stèles en orthogneiss à l’entrée de l’estuaire des rivières d’Auray et de Vannes, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) - Université de Nantes, 2009, p. 685-701.

Boujot et al. 1998, BOUJOT C., CASSEN S., VAQUERO LASTRES J., Some abstraction for a practical subject : the neolithization of western France as seen through funeral architecture data, Cambridge archaeological Journal, Cambridge, 8, 2, 1998, p. 193-206.

Boujot & Cassen 2000, BOUJOT C., CASSEN S., Explorations du tertre de Lannec er Gadouer. Les fouilles de 1993 à 1997, in: Eléments d'architecture : exploration d'un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan) : constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais : propositions pour une lecture symbolique, Cassen S. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2000, p. 29-91 (Mémoire ; 19).

Boujot et al. 2000, BOUJOT C., CASSEN S., DEFAIX J., La pierre décorée du caveau et les gravures régionales nouvellement découvertes, in: Eléments d'architecture : exploration d'un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan) : constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais : propositions pour une lecture symbolique, Cassen S. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2000, p. 279-298 (Mémoire ; 19).

Boujot & Mens 2000, BOUJOT C., MENS E., Base documentaire "alignements de Carnac" : rapport sur l'opération de terrain (Mai-Juin 1998, Juin-Août 1999, Janvier-Avril 2000), Rennes, DRAC - SRA Bretagne, 2000, 59 p.

Boujot & Pinet 2007, BOUJOT C., PINET L., Mégalithes et pierres dressées, matériau du discours scientifique en préhistoire : évolution et perspectives d’après les exemples de Carnac (Bretagne) et du plateau de Cauria (Corse), in: Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire. Volume III, Evin J. (Dir.), Paris, Société préhistorique française, 2007, p. 185-197 (Congrès du Centenaire de la S.P.F., Avignon 2004).

Bradley 2008, BRADLEY R., Ship-settings and boat crews in the bronze age of Scandinavia, in: Gropar & monument : en vänbok till Dag Widholm, Goldhahn J. (Dir.), Kalmar, Humanvetenskapliga Institutionen - Högskolan i Kalmar, 2008, p. 171-184 (Kalmar Studies in Archaeology ; 4).

Breuil & Boyle 1959, BREUIL H., BOYLE M.E., Quelques dolmens ornés du Morbihan : essai de déchiffrement de leurs décorations, Paris, Presses universitaires de France, 1959, 145 p. (Préhistoire ; 13).

Briard 1990, BRIARD J., Dolmens et menhirs de Bretagne, Luçon, Editions Jean-Paul Gisserot, 1990, 64 p.

Broodbank 2006, BROODBANK C., The Origins and Early Development of Mediterranean Maritime Activity, Journal of Mediterranean Archaeology, London, 19, 2, 2006, p. 199-230.

Bryant 1807, BRYANT J., A new system, or, An analysis of ancient mythology. Volume 5, (1774-1776) 3rd edition, London, Printed for J. Walker, W.J. and J. Richardson [etc.], 1807.

Burch 1986, BURCH N., Une Praxis du cinéma, (1969) réédition, Paris, Gallimard, 1986, 245 p. (Folio Essais ; 34 ).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Callaghan & Scarre 2009, CALLAGHAN R.T., SCARRE C., Simulating the western seaways, Oxford Journal of Archaeology, Oxford, 28, 4, 2009, p. 357–372.
DOI : 10.1111/j.1468-0092.2009.00333.x

Camps 1976, CAMPS G., La navigation en France au Néolithique et à l'Age du bronze, in: La Préhistoire française. Tome II : Les civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, Guilaine J. (Dir.), Paris, Editions du CNRS, 1976, p. 192-201.

Case 1963, CASE H., Foreign Connections in the Irish Neolithic, Ulster Journal of Archaeology, Belfast, 26, 1963, p. 3-18.

Cassen 1999, CASSEN S., Questions of epistemology and a working hypothesis about engravings of the 5th millenium in western France. In : Theory in French archaeology, Antiquity, Oxford, 73, 279, 1999, p. 198-205.

Cassen 2000a, CASSEN S., Architecture du tombeau, équipement mortuaire, décor céramique et art gravé du Ve millénaire en Morbihan. A la recherche d'une cosmogonie des premières sociétés agricoles de l'Europe occidentale, in: Actas do 3° Congresso de Arqueologia Peninsular, Vila Real 1999. Vol. IV : Pré-historia recente da Peninsula ibérica, Porto, ADECAP, 2000a, p. 447-479.

Cassen 2000b, CASSEN S., La tradition céramique Castellic, in: Eléments d'architecture : exploration d'un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan) : constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais : propositions pour une lecture symbolique, Cassen S. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2000b, p. 435-460 (Mémoire ; 19).

Cassen & Vaquero Lastres 2000, CASSEN S., VAQUERO LASTRES J., La Forme d’une chose, in: Eléments d'architecture : exploration d'un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan) : constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais : propositions pour une lecture symbolique, Cassen S. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2000, p. 611-656 (Mémoire ; 19).

Cassen & Vaquero Lastres 2003a, CASSEN S., VAQUERO LASTRES J., Relevés de gravures pariétales. Le Mané Lud (Locmariaquer, Morbihan - 2002/2003). Propositions pour un nouveau corpus des signes gravés, Rennes : Rapport d’opération programmée sous convention de recherche, SRA/DRAC Bretagne et Laboratoire de Préhistoire, Université de Nantes s.l., s.n., 2003a, 32 p., 41 fig.

Cassen & Vaquero Lastres 2003b, CASSEN S., VAQUERO LASTRES J., Le désir médusé, in: Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire, Guilaine J. (Dir.), Paris, Errance, 2003b, p. 91-118 (Hespérides).

Cassen & Vaquero Lastres 2003c, CASSEN S., VAQUERO LASTRES J., Les Marches du Palais : recherches archéologiques sur alignements de stèles et tertres funéraires néolithiques autour de la baie de Quiberon (Morbihan, 2000-2002), Nantes, Laboratoire de Préhistoire, 2003c, 166 p., 135 fig., 4 pl. coul.

Cassen 2004, CASSEN S., La Navigation de pierre : une représentation du voyage sur les stèles armoricaines du Ve millénaire, in: XXI Valcamonica Symposium 2004 : Darfo Boario Termo (BS), Italy, 8-14 September 2004 : new discoveries, new interpretations, new research methods = Nuove scoperte, nuove interpretazioni, nuovi metodi di ricerca : papers, Capo di Ponte, Centro Camuno di Studi Preistorici, 2004, p. 148-154.

Cassen 2005, CASSEN S., Pigeon-vole ! Re-connaissance d’une gravure armoricaine du Ve millénaire, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 102, 2, 2005, p. 299-334.

Cassen et al. 2005, CASSEN S., LEFÈBVRE B., VAQUERO LASTRES J., COLLIN C., Le Mané Lud en sauvetage (Locmariaquer, Morbihan) : enregistrement et restitution de signes gravés dans une tombe à couloir néolithique, L'Anthropologie (Paris), Paris, 109, 2, 2005, p. 325-384.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cassen 2007a, CASSEN S., Le Mané Lud en images : interprétations de signes gravés sur les parois de la tombe à couloir néolithique de Locmariaquer (Morbihan), Gallia Préhistoire, Paris, 49, 2007a, p. 197-258.
DOI : 10.3406/galip.2007.2455

Cassen 2007b, CASSEN S., Un pour tous, tous contre un… Symboles, mythe et histoire à travers une stèle morbihannaise du Ve millénaire, in: Pratiques funéraires et sociétés : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale : actes du colloque interdisciplinaire de Sens, 12-14 juin 2003, Baray L., Brun p., Testart A. (Dir.), Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2007b, p. 37-67, 2007.

Cassen 2009a, CASSEN S., La simulation des faits imaginés : phases, séquences, scénarios historiques. Réflexions conclusives autour d’une barre de stèles et d’une tombe à couloir, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) - Université de Nantes, 2009a, p. 881-909.

Cassen 2009b, CASSEN S., Exercice de stèle : une archéologie des pierres dressées : réflexion autour des menhirs de Carnac, Paris, Errance, 2009b, 158 p.

Cassen et al. 2009, CASSEN S., LANOS p., DUFRESNE p., OBERLIN C., DELQUÉ-KOLIC E., LE GOFFIC M., Datations sur site (Table des Marchands, alignement du Grand Menhir, Er Grah) et modélisation chronologique du Néolithique morbihannais, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) - Université de Nantes, 2009, p. 737-768.

Cassen & Robin 2009, CASSEN S., ROBIN G., Le corpus des signes à la Table des Marchands : enregistrement et analyses descriptives, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) - Université de Nantes, 2009, p. 826-853.

Cassen et al. 2011, CASSEN S., PÉTREQUIN p., BOUJOT C., DOMÍNGUEZ BELLA S., GUIAVARC'H M., QUERRÉ G., Measuring distinction inside the architectures of the Carnac region. From sign to material, in: Megaliths and Identities : European Megalithic Studies Group Meeting, 13th to 15th of May 2010 in Kiel (Germany), Müller J., Furholt M. (Dir.), Kiel, http://www.jungsteinsite.de, 2011, p. 1-49.

Cassen à paraître a, CASSEN S., L’objet possédé, sa représentation : mise en contexte général avec stèles et gravures, in: Inégalités sociales et espace européen au Néolithique : la circulation des grandes haches en jades alpins : Besançon, les 24 au 26 septembre 2009, Pétrequin p., Cassen S., Errera M.G.L. et al. (Dir.), Besançon, MSHE Claude Nicolas Ledoux, à paraître a.

Cassen à paraître b, CASSEN S., La crosse, point d’interrogation ? Poursuite de l’analyse d’un signe néolithique, notamment à Locmariaquer (Morbihan), L'Anthropologie (Paris), Paris, à paraître b.

Cassen et al. à paraître, CASSEN S., BOUJOT C., DOMÍNGUEZ BELLA S., GUIAVARC'H M., LE PENNEC C., PRIETO MARTÍNEZ M.P., QUERRÉ G., SANTROT M.-H., VIGIER E., Dépôts bretons, tumulus carnacéens et circulations à longue distance, in: Inégalités sociales et espace européen au Néolithique : la circulation des grandes haches en jades alpins : Besançon, les 24 au 26 septembre 2009, Pétrequin p., Cassen S., Errera M.G.L. et al. (Dir.), Besançon, MSHE Claude Nicolas Ledoux, à paraître a.

Céline 1972, CÉLINE L.-F., Guignol's band, (1951), Paris, Gallimard, 1972, 378 p. (Folio ; 255).

Céline 1987, CÉLINE L.-F., Le style contre les idées : Rabelais, Zola, Sartre et les autres, Bruxelles, Complexe, 1987, 145 p. (Le regard littéraire ; 15 ).

Černecov 1959, ČERNECOV V.N., Представления о душе у обских угров, Исследования и материалы по вопросам первобытных религиозных верований. Тр. Ин-таэтнографии (Нов. сер.), Москва / Ленинград, 51, 1959, p. 114-156.

Cherry 1981, CHERRY J.C., Pattern and process in the earliest colonization of the Mediterranean islands, Proceedings of the Prehistoric Society, Reading, 47, 1981, p. 41-68.

Childe 1932, CHILDE V.G., The continental affinities of British Neolithic pottery, Archaeological Journal, London, 88, 1932, p. 37-66.

Childe 1946, CHILDE V.G., Scotland before the Scots : Being the Rhind Lectures for 1944, London, Methuen, 1946, 144 p.

Chohadzhiev 2009, CHOHADZHIEV A., The Hotnitsa tell – 50 years later. Eight years of new excavations – some results and perspectives, in: Ten years after: the Neolithic of the Balkans, as uncovered by the last decade of research, Drasovean F., Ciobotaru D.L., Maddison M. (Dir.), Timisoara, Editura Marineasa, 2009, p. 67-84 (Bibliotheca Historica et Archaeologica Banatica ; 49).

Closmadeuc 1873, CLOSMADEUC G. de, Sculptures lapidaires et signes gravés des dolmens dans le Morbihan, Vannes, G. de Lamarzelle, 1873, 80 p.

Coles 2001, COLES J., Rock carvings, rubbings and lichen, Antiquity, Oxford, 75, 288, 2001, p. 255-256.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Coles 2003, COLES J., And on they went... Processions in Scandinavian Bronze age rock carvings, Acta Archaeologica, Copenhagen, 74, 2003, p. 211-250.
DOI : 10.1111/j.0065-001X.2003.aar740105.x

Coles 2004, COLES J., Bridge to the outer world : rock carvings at Bro Utmark, Bohuslän, Sweden, Proceedings of the prehistoric Society, London, 70, 2004, p. 173-206.

Coles 2005, COLES J., Shadows of a Northern Past: Rock Carvings of Bohuslan and Ostfold, Oxford, Oxbow Books, 2005, 222 p.

Coles 2006, COLES J., Beacon on the ridge : rock carvings at Kasen Lövasen, Bohuslän, Sweden, Proceedings of the prehistoric Society, Reading, 72, 2006, p. 319-339.

Corboud 2009, CORBOUD p., Les stèles anthropomorphes de la nécropole néolithique du Petit Chasseur à Sion (Valais, Suisse), Bulletin d'études préhistoriques et archéologiques alpines, Aoste, 20, 2009, p. 1-89.

Cordier 1963, CORDIER G., Quelques mots sur les pirogues monoxyles de France, Bulletin de la Société Préhistorique française, Paris, 60, 5-6, 1963, p. 306-315.

Davy de Cussé 1865-1866, DAVY DE CUSSÉ L., Recueil des signes sculptés sur les monuments mégalithiques du Morbihan relevés et réduits au pantographe, 2 recueils factices de 25 pl., Vannes, Imprimerie Galles, 1865-1866.

Déchelette 1908, DÉCHELETTE J., Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. 1 - archéologie préhistorique, Réimpression de l'édition 1928, Paris, Picard, 1992, 743 p. (Grands manuels Picard).

Deleuze 1983, DELEUZE G., L'image-mouvement. Cinéma 1, Paris, Editions de Minuit, 1983, 297 p. (Collection Critique ; 49).

Descola 2006, DESCOLA p., La fabrique des images, Anthropologie et Sociétés, Québec, 30, 3, 2006, p. 167-182.

Detienne 1970, DETIENNE M., Le navire d'Athéna, Revue de l'histoire des religions, Paris, 178, 2, 1970, p. 133-177.

Diderot 1986, DIDEROT D., Supplément au voyage de Bougainville ou dialogue entre A et B, (1772), Paris, Gallimard, 1986, 192 p. (Folio Classique).

Edmonds 1908, EDMONDS C., St. Kevin (Coemgen), in: The Catholic Encyclopedia. Volume 4, New York, Robert Appleton Company, 1908, http://www.newadvent.org/cathen/04092c.htm [consulté le 27 février 2012].

Eisenstein 2009, EISENSTEIN S.M., Cinématisme – Peinture et cinéma, (1948), Dijon / Paris, Les Presses du Réel / Kargo, 2009, 254 p. (Fabula).

Elgee & Elgee 1949, ELGEE H.W., ELGEE L., An Early Bronze age burial in a boat-shaped wooden coffin from north-east Yorkshire, Proceedings of the prehistoric Society, Reading, 15, 1949, p. 87-106.

Eliade 1983, ELIADE M., Le Chamanisme et les techniques archaïques de l’extase, (1951). Réimpr. de la 2e éd. revue et augm., Paris, Payot, 1983, 405 p. (Bibliothèque scientifique).

Eogan 1979, EOGAN G., Objects with Iberian Affinities from Knowth, Ireland, Revista de Guimarães, Guimarães, 89, 1979, p. 275-280.

Fabre 2007, FABRE M., Les philosophes ont-ils quelque chose à dire sur l’apprentissage ? Essai sur L’intuition de l'instant de Bachelard, Recherches en Education, Nantes, 4, 77-84, 2007.

Ferguson 1864, FERGUSON S., Note on Locmariaquer, Proceedings of the Royal Irish Academy, Dublin, 8, 1864, p. 298-299.

Fleuriot 1980, FLEURIOT L., Les Origines de la Bretagne, Paris, Payot, 1980, 353 p.

Forsdale & Forsdale 1970, FORSDALE J.R., FORSDALE L., Film Literacy, Educational Technology Research and Development, Washington, 18, 3, 1970, p. 263-276.

Foucault 1994, FOUCAULT M., Dits et écrits : 1954-1988. IV : 1980-1988, Paris, Gallimard, 1994, 901 p. (Bibliothèque des sciences humaines).

Gaillard 1897, GAILLARD F., L’Astronomie préhistorique, paru par épisodes, Paris, 1897 (Les sciences populaires : revue mensuelle internationale d'astronomie, de météorologie et des sciences d'observation).

Galles & Mauricet 1864, GALLES R., MAURICET A., Étude sur le Mane-Lud en Locmariaquer, Vannes, Imprimerie Galles, 1864.

Gell 2009, GELL A., L'art et ses agents. Une théorie anthropologique, (traduction de "Art and Agency. An Anthropological Theory" 1998), Bruxelles, Les Presses du Réel, 2009, 356 p.

Gifford & Gifford 2004, GIFFORD E., GIFFORD J., The use of half-scale model ships in archaeological research with particular reference to the Graveney, Sutton Hoo and Ferriby ship, in: The Dover Bronze Age boat in context : society and water transport in prehistoric Europe, Clark p. (Dir.), Oxford, Oxbow, 2004, p. 67-81, 2004.

Godelier 2007, GODELIER M., Au fondement des sociétés humaines. Ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, 293 p. (Bibliothèque Idées).

Goldhahn 1999, GOLDHAHN J., Rock art and the materialisation of a cosmology - the case of the Sagaholm barrow, in: Rock art as social representation : EAA, Göteborg 1998, Goldhahn J. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 1999, p. 77-100 (British archaeological Reports - International Series ; 794).

Goldhahn 2008, GOLDHAHN J., Rock art studies in northernmost Europe, 2000-2004, in: Rock Art Studies - News of the World. Volume 3, Bahn p.G., Strecker M., Franklin N. (Dir.), Oxford, Oxbow Books, 2008, p. 16-36.

Goody 1979, GOODY J., La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, (traduit de "The Domestication of the salvage mind" 1977), Paris, Editions de Minuit, 1979, 276 p. (Le Sens commun).

Guerrero Ayuso 2004, GUERRERO AYUSO V.M., La Marina de la Cerdeña nurágica, Pyrenae, Barcelona, 35, 1, 2004, p. 117-155.

Guilaine & Briois 2005, GUILAINE J., BRIOIS F., Shillourokambos et la néolithisation de Chypre : quelques réflexions, Mayurqa, Palma de Mallorca, 30, 2005, p. 13-32.

Hameau 2007, HAMEAU p., Espaces de réclusion et de rassemblement et expression graphique au Néolithique, L'Anthropologie (Paris), Paris, 111, 4, 2007, p. 721-751.

Hirmenech 1907, HIRMENECH H.P., Monuments celtiques et Champs élyséens. Contribution à l'histoire générale des monuments dits mégalithiques, Le Mans, Imprimerie Monnoyer, 1907, 27 p.

Hoernes 1898, HOERNES M., Urgeschichte der bildenden Kunst in Europa von den Anfängen bis um 500 vor Chr, Wien, Holzhausen, 1898, xxii + 709 p.

Hugo 1837, HUGO V., Notre-Dame-de-Paris, in: Oeuvres complètes de Victor Hugo. Nouvelle édition. Tome II, Bruxelles, Adolphe Wahlen, 1837, p. 7-236.

Hugo 1942, HUGO V., Océan :  tas de pierres, Paris, Albin Michel, 1942, 626 p.

Ivanov 1991, IVANOV I., Das Gräberfeld von Varna – Katalog, in: Die Kupferzeit als historische Epoche 1 : Symposium Saarbrücken und Otzenhausen 6, 1988, Lichardus J. (Dir.), Bonn, Habelt, 1991, p. 183-208.

Joly 1994, JOLY H., Le renversement platonicien : logos, épistémè, polis, Paris, J. Vrin, 1994, 405 p. (Tradition de la pensée classique).

Jullian 1908, JULLIAN C., Histoire de la Gaule. I - Les invasions gauloises et la colonisation grecque, Paris, Hachette, 1908, 530 p.

Kaul 1998, KAUL F., Ships on Bronzes: a Study in Bronze Age Religion and Iconography, Copenhagen, National Museum of Denmark - Department of Danish Collections, 1998, 295 p., + pl. (Studies in archaeology & history ; 3).

Klassen et al. à paraître, KLASSEN L., CASSEN S., PÉTREQUIN p., Alpine axes and early metallurgy, in: Inégalités sociales et espace européen au Néolithique : la circulation des grandes haches en jades alpins : Besançon, les 24 au 26 septembre 2009, Pétrequin p., Cassen S., Errera M.G.L. et al. (Dir.), Besançon, MSHE Claude Nicolas Ledoux, à paraître.

Kress & Van Leeuwen 2006, KRESS G.R., VAN LEEUWEN T., Reading images : the grammar of visual design, London / New York, Routledge, 2006, 291 p.

Kristiansen 2002, KRISTIANSEN K., Langfærder och helleristninger, In Situ, Göteborg, 2001/2002, 2002, p. 67–80.

Kristiansen 2004, KRISTIANSEN K., Sea Faring Voyages and Rock Art Ships, in: The Dover Bronze Age boat in context : society and water transport in prehistoric Europe, Clark p. (Dir.), Oxford, Oxbow, 2004, p. 111-121, 2004.

Kröplien 2000-2001, KRÖPLIEN U., Megalithic buildings and sea-going ships of the Neolithic Age, Préhistoire Européenne, Liège, 16-17, 2000-2001, p. 291-293.

Lahelma 2005, LAHELMA A., The Boat as a Symbol in Finnish Rock Art, in: Мирнаскальногоискусства = World of Rock Art : Papers presented at the international conference, Moscow, Devlet E.G. (Dir.), Moskva, Institut arheologii RAN, 2005, p. 359-362.

Laporte & Le Roux 2004, LAPORTE L., LE ROUX C.-T., Bâtisseurs du Néolithique : mégalithismes de la France de l'Ouest, Paris, La Maison des Roches, 2004, 126 p. (Terres mégalithiques).

Laugier 2003, LAUGIER S., La perception est-elle une représentation ?, in: Philosophies de la perception, Bouveresse J., Rosat J.-J. (Dir.), Paris, Odile Jacob, 2003, p. 291-313.

Laushkin 1959, LAUSHKIN K., Онежское святилище 1: Новая расшифровка некоторых петроглифов Карелии, in: Скандинавский сборник 4, Таллин, Эстонское Государственное издательство, 1959, p. 83-111.

Lavallière 1887, LAVALLIÈRE H. de, Procédé matériel pour juger approximativement de l’âge de certains menhirs des environs de Carnac, in: Compte rendu de la  15ème session, Nancy 1886. 1ère partie, Association Française Pour L'avancement Des Sciences (Dir.), Paris, Association Française pour l'Avancement des Sciences., 1887, p. 278-279.

Le Cornec 1990, LE CORNEC J., Le Menhir orné de Kermaillard à Sarzeau, Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, Vannes, 116, 1990, p. 156-157.

Le Roux 1985, LE ROUX C.-T., Gavrinis et les îles du Morbihan, Guides archéologiques de la France, Paris, Ministère de la Culture.

Le Roux 1992, LE ROUX C.-T., The Art of Gavrinis presented in its Armorican context and in comparison with Ireland, Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland, Dublin, 122, 1992, p. 79-108.

Le Roux 1997, LE ROUX C.-T., Et voguent les menhirs ?, Bulletin d'information / Association Manche Atlantique pour la recherche archéologique dans les Iles (Amarai), Rennes, 10, 1997, p. 5-18.

Le Roux & Le Goffic 1997, LE ROUX C.-T., LE GOFFIC M., L'art des mégalithes en schiste de Bretagne centrale, in: Art et symboles du mégalithisme européen. Actes du 2ème Colloque international sur l'art mégalithique, Nantes, juin 1995, L'helgouach J., Le Roux C.-T., Le Cornec J. (Dir.), Rennes, Pôle éditorial archéologique de l'Ouest, 1997, p. 133-147 (Revue archéologique de l'Ouest. Supplément ; 8).

Le Rouzic 1931, LE ROUZIC Z., Découverte d’une pirogue en chêne dans le marais de Kerousse, Bulletin de la Société Préhistorique française, Paris, 28, 7-8, 1931, p. 355-356.

Leroi-Gourhan 1964, LEROI-GOURHAN A., Le Geste et la parole. I - Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1964, 324 p.

Leroi-Gourhan 1965, LEROI-GOURHAN A., Le Geste et la parole. II - La Mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1965, 287 p.

Lévi-Strauss 1962, LÉVI-STRAUSS C., La Pensée sauvage, Impression 1990, Paris, Plon, 1962, 389 p.

L'Helgouach 1998, L'HELGOUACH J., Navigation et navires durant la période néolithique en Bretagne. Sur l'interprétation des gravures mégalithiques, in: L'homme préhistorique et la mer, Camps G. (Dir.), Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1998, p. 151-161 (Actes du 120ème congrès national des sociétés savantes, Aix-en-Provence 1995).

Ling 2005, LING J., The Fluidity of Rock Art, in: Mellan sten och järn : [rapport fran det 9:e Nordiska Bronsalderssymposiet, Göteborg 2003-10-09/12] / 2, Goldhahn J. (Dir.), Göteborg, Institutionen för Arkeologi, 2005, p. 437-460 (Gotarc Serie C. Arkeologiska Skrifter ; 59).

Ling 2008, LING J., Elevated rock art: towards a maritime understanding of rock art in northern Bohuslän, Sweden, Gothenburg, University of Gothenburg, 2008, 271 p. (GOTARC Series B. Gothenburg archaeological theses ; 49).

Loti 1993, LOTI p., Aziyadé : extrait des notes et lettres d'un lieutenant de la marine anglaise entré au service de la Turquie le 10 mai 1876 tué dans les murs de Kars le 27 octobre 1877, (1879), Paris, Flammarion, 1993, 284 p. (Texte intégral ; 550).

Luquet 1910, LUQUET G.-H., Sur la signification des pétroglyphes des mégalithes bretons, Revue de l'Ecole d'Anthropologie de Paris, Paris, 10, 1910, p. 224-253.

Luzón Nogué & Coín Cuenca 1986, LUZÓN NOGUÉ J.M., COÍN CUENCA L.M., La navegación pre-astronómica en la antigüedad: utilización de pájaros en la orientación náutica, Lucentum, Alicante, 5, 1986, p. 65-85.

Mahé 1825, MAHÉ J., Essai sur les Antiquités du département du Morbihan, Vannes, Galles Aîné, 1825, iv + 500 p.

Malinowski 1963, MALINOWSKI B., Les Argonautes du Pacifique occidental, (traduit de l’anglais et présenté par André et Simone Devyver), (1922), Paris, Gallimard, 1963, 606 p. (L'espèce humaine).

Malory 1994, MALORY T., Le roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde : Le morte d’Arthur, (1485), Nantes, L'Atalante, 1994, 1176 p.

Marchand 2007, MARCHAND G., Neolithic fragrances : Mesolithic-Neolithic interactions in western France, in: Going over : the Mesolithic-Neolithic transition in north-west Europe, Whittle A., Cummings V. (Dir.), Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 225-242 (Proceedings of the British Academy ; 144).

Marin 1981, MARIN L., Le portrait du roi, Paris, Editions de Minuit, 1981, 300 p. (Le Sens commun).

Mcgrail 2001, MCGRAIL S., Boats of the world : from the Stone Age to Medieval times, Oxford, Oxford University Press, 2001, 480 p.

Michelet 1861, MICHELET J., Histoire de France. Tome II : 887-1270, Paris, Chamerot, 1861.

Milin 1989, MILIN G., La traversée prodigieuse dans le folklore et l'hagiographie celtiques : essai de typologie, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, Quimper, 118 "Saints et moines : du mythe à l'histoire", 1989, p. 125-140.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Milin 1991, MILIN G., La traversée prodigieuse dans le folklore et l’hagiographie celtiques : de la merveille au miracle, Annales de Bretagne, Rennes, 98, 1991, p. 1-25.
DOI : 10.3406/abpo.1991.3375

Milstreu & Prøhl 1999, MILSTREU G., PRØHL H., Dokumentation och registrering av hällristningar i Tanum = documentation and registration of rock art . 2 : Fossum med angränsande områden = Fossum and adjoining areas, Tanumshede, Tanums Hällristningsmuseum Underlös, 1999, 128 p.

Monnier 2004, MONNIER G., La porte : instrument et symbole, Paris, Alternatives, 2004, 119 p. (Lieux-dits).

Montaigne 2009, MONTAIGNE M. de, Les Essais. Livre III, (traduction en français moderne du texte de l'édition de 1595 par Guy de Pernon), 2009.

Mortillet 1894, MORTILLET A. de, Les figures sculptées sur les monuments mégalithiques de France, Revue de l'Ecole d'Anthropologie de Paris, Paris, 4, 1894, p. 273-307.

Nikolov 2010, NIKOLOV V., Salt and Gold: Provadia-Solnitsata and the Varna Chalcolithic Cemetery, in: Los yacimientos de Villafáfila (Zamora) en el marco de las explotaciones salineras de la prehistoria europea, Abarquero Moras F.J., Guerra Doce E. (Dir.), Valladolid, Junta de Castilla y León - Consejería de Cultura y Turismo 2010, p. 37-48 (Documentos PAHIS).

Özgüç 1994, ÖZGÜÇ T., A Boat-Shaped Cult-Vessel from the Karum of Kanish, in: Cinquante-deux réflexions sur le Proche-Orient ancien : offertes en hommage à Léon De Meyer, Gasche H. (Dir.), Leuven, Peeters, 1994, p. 369-375 (Mesopotamian history and environment. Occasional publications ; 2).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Papageorgiou 2008, PAPAGEORGIOU D., The Marine Environment and Its Influence On Seafaring and Maritime Routes in the Prehistoric Aegean, European Journal of Archaeology, London, 11, 2-3, 2008, p. 199-222.
DOI : 10.1177/1461957109106374

Pascal 1962, PASCAL B., Pensées, (1670), Paris, Librairie générale française, 1962, 440 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Peacock & Cuttler 2010, PEACOCK D., CUTTLER L., A Neolithic Voyage, The International Journal of Nautical Archaeology, London, 39, 1, 2010, p. 116–124.
DOI : 10.1111/j.1095-9270.2009.00236.x

Péquart et al. 1927, PÉQUART M., PÉQUART S.-J., LE ROUZIC Z., Corpus des signes gravés des monuments mégalithiques du Morbihan, Paris, Picard, 1927, 108 p., 138 pl.

Perlès 2001, PERLÈS C., The early Neolithic in Greece : the first farming communities in Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, xiv + 356 p. (Cambridge world archaeology).

Petrakis 2004, PETRAKIS V.P., Ship Representations on Late Helladic III C Pictorial Pottery : Some Notes, Inferno, St Andrews, 9, 2004, p. 1-6.

Pétrequin et al. à paraître, PÉTREQUIN p., CASSEN S., GAUTHIER E., KLASSEN L., PAILLER Y., SHERIDAN A., Typologie, chronologie et répartition des haches alpines en Europe occidentale, in: Inégalités sociales et espace européen au Néolithique : la circulation des grandes haches en jades alpins : Besançon, les 24 au 26 septembre 2009, Pétrequin p., Cassen S., Errera M.G.L. et al. (Dir.), Besançon, MSHE Claude Nicolas Ledoux, à paraître.

Philippe 1965, PHILIPPE R., Ulysse est-il allé en Bretagne ?, Planète, Paris, 22, 1965, p. 21-24.

Piel 2000, PIEL T., Le Dieu, le Roi et le Prêtre : le bâton augural dans les représentations étrusco-latines du pouvoir, in: Eléments d'architecture : exploration d'un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan) : constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais : propositions pour une lecture symbolique, Cassen S. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2000, p. 689-711 (Mémoire ; 19).

Piggott 1953, PIGGOTT S., Les relations entre l'ouest de la France et les îles britanniques dans la Préhistoire, Annales du Midi, Toulouse, 65, 21, 1953, p. 5-20.

Poikalainen & Ernits 1998, POIKALAINEN V.I., ERNITS E., Rock Carvings of Lake Onega: the Vodla Region, Tartu, Estonian Society of Prehistoric Art, 1998, 432 p.

Poikalainen 2000, POIKALAINEN V.I., The Prehistoric Sanctuary at Lake Onega, in: Myanndash : rock art in the ancient Arctic, Kare A. (Dir.), Rovaniemi, Arctic Centre Foundation, 2000, p. 250-286.

Poikalainen 2005, POIKALAINEN V.I., The Mysterious Swan-Whale Motifs among Lake Onega Carvings, in: Мирнаскальногоискусства = World of Rock Art : Papers presented at the international conference, Moscow, Devlet E.G. (Dir.), Moskva, Institut arheologii RAN, 2005, p. 397-403.

Poplin 1990, POPLIN F., Le cheval, le canard et le navire et pourquoi pas le lapin, Anthropozoologica, Paris, 12, 1990, p. 13-33.

Prévost 2003, PRÉVOST B., Pouvoir ou efficacité symbolique des images, L’Homme, Paris, 165, 2003, p. 275-282.

Proust 1998, PROUST M., Les plaisirs et les jours, (1896), Paris, Mille et Une Nuits, 1998, 223 p.

Pryor 2004, PRYOR F., Some thoughts as boats as Bronze Age artefacts, in: The Dover Bronze Age boat in context : society and water transport in prehistoric Europe, Clark p. (Dir.), Oxford, Oxbow, 2004, p. 31-34, 2004.

Querré et al. 2006, QUERRÉ G., avec la collaboration de PIOLINE N., LE ROUX C.-T., La géologie du socle et ses implications, in: Monuments mégalithiques à Locmariaquer (Morbihan) : le long tumulus d’Er Grah dans son environnement, Le Roux C.-T. (Dir.), Paris, CNRS Editions, 2006, p. 25-32 (Gallia Préhistoire. Supplément ; 38).

Radkowski 2002, RADKOWSKI G.H. de, Anthropologie de l'habiter : vers le nomadisme, Paris, Presses universitaires de France, 2002, 166 p.

Ransborg 1993, RANSBORG K., Kivik : archaeology and iconography, Acta Archaeologica, København, 64, 1, 1993, p. 1-147.

Ravdnonikas 1936, RAVDNONIKAS V.J., НаскальныеизображенияОнежскогоозераиБелогоморя [Les gravures rupestres des bords du lac Onega et de la mer Blanche], Moskva, Izd-vo Akademii nauk SSSR, 1936, 205 p., 82 pl. (Trudy Instituta antropologii, arheologii i ètnografii ;  9 - Arheologičeskaâ seriâ ; 1).

Reinach 1893, REINACH S., Le Mirage oriental, L'Anthropologie (Paris), Paris, 4, 1893, p. 539-578 ; 698-732.

Resche & Cassen 2009, RESCHE F., CASSEN S., Une ou des “crosses” en égyptien hiéroglyphique ?, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) - Université de Nantes, 2009, p. 859-880.

Rio 2000, RIO J., Mythes fondateurs de la Bretagne : aux origines de la celtomanie, Rennes, Ouest-France, 2000, 351 p. (De mémoire d'homme).

Robin 2009, ROBIN G., L’Architecture des signes. L’art pariétal des tombeaux néolithiques autour de la mer d’Irlande, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 366 p. (Archéologie et Culture).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rouch 1952, ROUCH J., Mesure de la visibilité au dessus de la mer, Pure and Applied Geophysics, Basel, 21, 1, 1952, p. 41-42.
DOI : 10.1007/BF01995649

Rousseau 1869, ROUSSEAU J.-J., Confessions - Les Rêveries du promeneur solitaire, (1782), Paris, E. Gennequin fils, 1869.

Roussot-Larroque 2004, ROUSSOT-LARROQUE J., La néolithisation du sud-ouest atlantique de la France, Bulletin des Amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, Le Grand-Pressigny, 55, 2004, p. 25-36.

Sauge 2007, SAUGE A., Iliade : langue, récit, écriture : l'épopée homérique et l'invention de la citoyenneté Bern, Peter Lang, 2007, 388 p.

Schopenhauer 1966, SCHOPENHAUER A., Le Monde comme volonté et comme représentation, 1818, Paris, Presses universitaires de France, 1966, 1435 p. (Quadrige).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sellier 1995, SELLIER D., Éléments de reconstitution du paysage prémégalithique sur le site des alignements de Kerlescan (Carnac, Morbihan) à partir de critères géomorphologiques, Revue archéologique de l'Ouest, Rennes, 12, 1995, p. 21-42.
DOI : 10.3406/rao.1995.1023

Sellier 1997, SELLIER D., Utilisation des mégalithes comme marqueurs de la vitesse d'érosion des granites en milieu tempéré : enseignements apportés par les alignements de Carnac (Morbihan), Zeitschrift für Geomorphologie, Stuttgart, 41, 3, 1997, p. 319-356.

Sheridan 2003, SHERIDAN A., French connections I : spreading the marmites thinly, in: Neolithic settlement in Ireland and Western Britain, Armit I., Murphy E.M., Nelis E. et al.(Dir.), Oxford, Oxbow, 2003, p. 3-17.

Sperber 1975, SPERBER D., Pourquoi les animaux parfaits, les hybrides et les monstres sont-ils bons à penser symboliquement ?, L'Homme, Paris, 15, 2, 1975, p. 5-24.

Steinmann 1946, STEINMANN A., Les Tissus cultuels « Tampan » du sud de Sumatra et leurs ornements, Journal de la Société des Océanistes, Paris, 2, 2, 1946, p. 221-224.

Strömberg & Strömberg 1983, STRÖMBERG H.K., STRÖMBERG M.R., Båttyper på hällristningar i Kville: ett inlägg i diskussionen om hällristningsbåtarnas konstruktion, Uddevalla, Bohusläns museum, 1983, 31 p.

Suagher 2000, SUAGHER F., La Physique de l’arc-en-ciel, Figures, Paris, 20, 2000, p. 9-13.

Tansem & Johansen 2008, TANSEM K., JOHANSEN H., The World Heritage Rock Art in Alta, Adoranten, Tanumshede, 2008, p. 65-84.

Teilhard de Chardin 1962, TEILHARD DE CHARDIN p., L’Energie humaine, (1931-1939), Paris, Le Seuil, 1962, 222 p.

Thomas & Tilley 1993, THOMAS J., TILLEY C.Y., The axe and the Torso: Symbolic Structures in The Neolithic of Brittany, in: Interpretative Archaeology, Tilley C.Y. (Dir.), Providence, Berg, 1993, p. 225-324 (Explorations in anthropology).

Twohig 1981, TWOHIG E.S., The Megalithic Art of western Europe, Oxford, Clarendon Press, 1981, 560 p.

Van Berg & Cauwe 1995, VAN BERG P.-L., CAUWE N., Figures humaines mégalithiques : histoire, style et sens, in: Statue-stele e massi incisi nell'Europa dell'Età del Rame, Casini S., De Marinis R.C., Pedrotti A. (Dir.), Bergamo, Civico museo archeologico, 1995, p. 37-66 (Notizie archeologiche bergomensi ; 3).

Van De Noort 2006, VAN DE NOORT R., Argonauts of the North sea : a social maritime archaeology for the 2nd millennium BC, Proceedings of the prehistoric Society, Reading, 72, 2006, p. 267-287.

Vergé-Franceschi 1997, VERGÉ-FRANCESCHI M., La Mer, Paris, p. Lebaud, 1997, 150 p. (Les symboles).

Verne 1873, VERNE J., Le pays des fourrures, Paris, J. Hetzel, 1873, 412 p. (Les Voyages extraordinaires).

Verne 1884, VERNE J., Une ville flottante ; [suivie des] Forceurs de blocus, (1870), Paris, J. Hetzel, 1884, 290 p.

Vidal-Naquet 1970, VIDAL-NAQUET p., Valeurs religieuses et mythiques de la terre et du sacrifice dans L’Odyssée, Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, 25, 5, 1970, p. 1278-1297.

Vigne & Cucchi 2005, VIGNE J.-D., CUCCHI T., Premières navigations au Proche-Orient : les informations indirectes de Chypre, Paléorient, Paris, 31, 1, 2005, p. 186-194.

Voltaire 1964, VOLTAIRE, Dictionnaire philosophique, (1764), Paris, Garnier-Flammarion, 1964, 380 p. (Classiques Garnier ; 28).

Wachsmann 2009, WACHSMANN S., Seagoing ships and seamanship in the Bronze Age Levant, College Station, Texas A&M University Press, 2009, 417 p. (Ed Rachal Foundation nautical archaeology series).

Ward 2005, WARD C.V., Boat-building and its social context in early Egypt: interpretations from the First Dynasty boat-grave cemetery at Abydos, Antiquity, Oxford, 80, 2005, p. 118–129.

Westerdahl 2005, WESTERDAHL C., Maritime Cosmology and Archaeology, Deutsches Schiffahrtsarchiv, Oldenburg, 28, 2005, p. 7-54.

Sources

[Épopée] 1992, [ÉPOPÉE], L’Épopée de Gilgamesh : le grand homme qui ne voulait pas mourir, (traduction directe des tablettes sumériennes par Jean Bottero), Paris, Gallimard, 1992, 295 p. (L'Aube des peuples).

Analyse et traitement informatique de la langue française (Atilf) , ANALYSE ET TRAITEMENT INFORMATIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE (ATILF), Le Trésor de la Langue Française Informatisé, Nancy, http://atilf.atilf.fr/ [consulté le 27 février 2012].

Apollonios de Rhodes 2002, APOLLONIOS DE RHODES, Les Argonautiques I et II (traduit par Emile Delage), Paris, Les Belles Lettres, 2002, 284 + 461 p. (Collection des universités de France).

Artémidore d'Éphèse 1998, ARTÉMIDORE D'ÉPHÈSE, La clef des songes : Onirocritique, (traduit du grec et présenté par Jean-Yves Boriaud), Paris, Arléa, 1998, 317 p. (Retour aux grands textes ; 32).

César 1865, CÉSAR J., La Guerre des Gaules, (traduction Désiré Nisard), Paris, Firmin Didot, 1865.

Diodore de Sicile 1851, DIODORE DE SICILE, Bibliothèque historique, (traduction Ferdinand Hoefer), Paris, Adolphe Delahays, 1851.

Homère 2009, HOMÈRE, L’Odyssée, (traduit par Charles-Marie Leconte de Lisle 1866), Paris, 2009, 512 p. (Classiques).

Homère 2009, HOMÈRE, L'Iliade, (traduit par Charles-Marie Leconte de Lisle 1866), Paris, 2009, 576 p. (Classiques).

Ovide 1838, OVIDE, Œuvres complètes, (traduction Désiré Nisard), Paris, J.-J. Dubochet et Compagnie, 1838, 871 p.

Pausanias 1992, PAUSANIAS, Description de la Grèce, Paris, Les Belles Lettres, 1992 (Collection des Universités de France ; Série grecque).

Pindare 1922, PINDARE, Odes. Tome 2 : Pythiques, (traduction A. Puech), Paris, Les Belles Lettres, 1922, 178 p. (Collection des Universités de France).

Platon 1967, PLATON, Cratyle in : Protagoras, Euthydeme, Gorgias, Ménexène, Ménon, Cratyle, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, 503 p. (Texte intégral ; 146).

Pline l'Ancien 1980, PLINE L'ANCIEN, Histoire naturelle. Volume 6, (traduction J. André et J. Filliozat), Paris, Les Belles Lettres, 1980, 497 p. (Collection des Universités de France).

Pline le Jeune 1931, PLINE LE JEUNE, Lettres, (traduction C. Sicard), Paris, Garnier, 1931, 340 + 387 p.

Procope de Césarée 1995, PROCOPE DE CÉSARÉE, Procopius de bello gottorum, Reproduction microfilm, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1995.

Sophocle 1963, SOPHOCLE, Antigone in Tragédies : Antigone, Electre, Œdipe roi, Œdipe à Colone, (traduit par Charles-Marie Leconte de Lisle), Paris, Nouvel office d'édition, 1963.

Strabon 1966, STRABON, Géographie, (traduction François Lasserre), Paris, Les Belles Lettres, 1966 (Collection des Universités de France).

Tacite 1990, TACITE C., Œuvres complètes, (traduction de Pierre Grimal), Paris, Gallimard, 1990, 1180 p. (Bibliothèque de la Pléiade ; 361).

Haut de page

Annexe

Abridged version

The study on orthostats (stelae) recorded from Mané Lud passage grave shows that these are most likely the last relics of a standing stone structure which might have been paired with the cist buried under the previous tumulus. (Mané Lud dolmen was built and leant against the edge of this tumulus in early 4th Millennium.) Homogeneity in flagstone size, consistency in engraving techniques, as shown on visible faces, and remarkably converging signs all allow us to conclude that there had been a single logical architectural entity (straight or curved stone row).

The list of signs on Mané Lud orthostats as outlined herein – namely, sperm whale, throwing stick, polished stone axehead, cross-like human shape with stretched out arms, boat, bird and miniature world – differs from the conventional list (mother-goddess, axe-plough, shepherd’s crook, hafted axe, combs, bucranium, badge) based on assumptions about the Neolithic society and that has been used for over a century. What is more, it is shown that although each sign is an integral part of a semiotic plan, it is only by simultaneously reading both the complementary and conflicting signs engraved on the same stone that the overall iconography will be reconstructed. To do so, all junctions between the signs, as opposed or disconnected, correlated or detached, have been measured and analyzed.

Not only was it possible, using this approach, to identify sign arrangements on each orthostat (e.g. a flight of birds, the movement of a boat and its crew), but potential complementary features were also detected – by assuming that the original setting displayed a linear design arrangement – between the various engraved stones. Therefore, each standing stone interval was added to the "linguistic" interval assessed between each sign; this recognition of a grammar in the design helped us “rearrange” the stones into their postulated original order. This rearrangement was performed based on the weathering traces that could be seen on the stone granite, and on the direction of movements as shown from the dynamic reading of individual signs (bow of a boat, active sections of a weapon, etc.).

For the archaeologist, Mané Lud in motion develops into an analysis of displacement.

More fundamentally to our understanding of the Neolithic world, it is most probably a depiction of "utopian" journeys. Although utopias are places that do not really exist, the reader is reminded that there are real places which form some kind of “counter-sites” (“contre-emplacements”): a material expression of utopia, allowing real places to be represented, questioned and reversed at the same time. According to Foucault, the ship is one of these key heterotopias.

Finally, to clarify the title Mané Lud in motion, our study shall explain how such arrangements of Neolithic signs are a miniature representation of the world as it should be and to be subsequently brought to life. This shall be followed by a general discussion on the power of representation that will extend the epistemological scope of our previous article dedicated to this monument (Mané Lud in images) as a conclusion to our project.

Haut de page

Notes

1  Plusieurs collègues ont bien voulu m’aider dans cette recherche documentaire depuis 2005, et je leur en suis très reconnaissant ; merci à A. Arca, M. Bailly, C. Boujot, R. Bradley, C. Chaigneau, J. Coles, P. François, P. Gouletquer, J. Le Cornec, C. Le Gall, J. Ling, C. Obeltz, D. Papageorgiou, P. Pétrequin, V. Poikalainen, V. Reijs, G. Robin. Merci encore à A. Sheridan pour avoir corrigé la traduction anglaise. Sans l’aide et l’attention de M. Bailly et les encouragements de A. D’Anna et F. Fedele, rapporteurs de la revue Préhistoires méditerranéennes, cet essai n’aurait pu être publié en l’état ; qu’ils en soient sincèrement remerciés.

2  On se rappellera la belle image de fin dans le film de Jim Jarmush, Dead Man (1995), où le héros, à son insu transformé en outlaw au cours de sa longue errance vers le nord-ouest américain, prolonge sa course, blessé par balle, pour s’en aller mourir dans la chaude intimité d’une barque, allongé sous des fourrures, poussé au large par un amérindien de rencontre, Nobody, lointaine réplique d’Ulysse/Nemo/Personne aux mille ruses, qui prit Johnny Depp pour feu le poète William Blake, le rendant ainsi par les flots à son voyage terminal. C’est en revanche d’un lit de vie – le lit de sa chambre à coucher - que le jeune Nemo, autre héros voyageur, usera comme véhicule dans ses périples américains en Slumberland (cf. la planche de comic strips « The walking bed » publiée par Winsor McCay dans le New York Herald de juin 1908).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1.Représentations d’anatidés sur l’eau (affleurements rocheux gravés, lac Onega, république de Carélie, Féd. de Russie) ; processus de rapprochement et de fusion par les croupions (d’après Poikalainen 2005) / Representations of Anatidae on water (waterbird family including ducks, geese and swans), engraved on rock outcrops on Lake Onega (Republic of Karelia, Russian Federation). The birds are shown, rump to rump, on the water (Poikalainen 2005)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 2. Orthostate/stèle n° 17 / Orthostat/stele no. 17
Légende L’ancienne stèle a été penchée pour mieux « jointoyer » le bord de l’orthostate voisin n°18 à l’entrée de la chambre ; le haut de la stèle a par conséquent été partiellement retaillé / The old stele was tilted so as to offer a better fit with the edge of contiguous orthostat no. 18 at the entrance to the chamber. Therefore the top of the stone was partly cut
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 3. Orthostate n° 17 / Orthostat no. 17
Légende Synthèse graphique des levés photographiques sur la partie haute de la dalle ; détail sur les extrémités des tracés débordant l’arête du support / Graphic synthesis of photographic surveys on the upper part of the flagstone. Detail of lines extending out of the stone edge
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre 4.Orthostate n° 21 / Orthostat no. 21
Légende Proposition de divisions et regroupements de signes en 5 sous-ensembles commentés dans le texte. En A, les 3 signes s’éloignent de la position stable reconnue au reste de la composition ; l’axe imaginaire passant par le signe central « crosse » rejoint le bas et le centre de la stèle / Suggested divisions and clusters of signs into five subsets as discussed in the text. In segment A, three signs deviate from the stationary position of the other signs in the pattern. An imaginary axis, passing through ‘crosier’ central sign, meets the lower part of the stèle
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 5. Bateau et couple de corvidés sur les blasons actuels de Lisbonne (d’après l’Office du tourisme), et blason daté de 1360 provenant de Chafariz de Arroios (Lisbonne) conservé au Museo da Cidade (Nº Inventaire : MC.ESC.415 ; largeur 70 cm) / Boat and pair of corvids on the current coat of arms of the city of Lisbon (Tourist Information Office), and coat of arms dated 1360 from Chafariz de Arroios (Lisbon) and kept in Museo da Cidade (Registration No. MC.ESC.415; 70 cm wide)
Légende Mise à l’eau d’embarcations traditionnelles à proue élevée et quille peu prononcée sur le rivage atlantique du Portugal (d’après des clichés de l’Associação dos Amigos da Ria e do Barco Moliceiro) / Other images: traditional boats with high bows and unsubstantial keels launched on the Atlantic coast of Portugal (pictures from Associação dos Amigos da Ria e do Barco Moliceiro)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 6. Orthostate/stèle n° 1 / Orthostat/stele no. 1
Légende Le haut de la stèle semble avoir été entièrement taillé pour s’adapter aux hauteurs des piliers voisins et soutenir l’immense dalle de couverture / The top of this stele seems to have been cut all over to match the height of contiguous pillars and support the huge capstone
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 7. Orthostate/stèle n° 1A / Orthostat/stele no. 1A
Légende Un redressement théorique du monolithe positionne les quatre signes superposés selon la verticale / Theoretical upright position of the monolith, with all four signs stacked up along the vertical axis
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 8. Orthostate/stèle n° 2 / Orthostat/stele no. 2
Légende Non confondue avec une surface d’arrachement, la partie gauche du monolithe a subi une érosion différentielle : surface desquamée, tracé de gravure estompé, bord de diaclase altéré. Illustration du phénomène « post-mégalithique » sur un rocher gravé à Tanum en Suède, la partie droite du bateau gravé (âge du Bronze) est devenue presqu’illisible (d’après Milstreu, Prøhl 1999) / The left side of this stone, not to be mistaken for a landslide scarred surface, has suffered differential erosion: the surface has spalled off, part of an engraved line has been lost, and the jointing edge has been eroded. Inset: illustration of a “post-megalithic” phenomenon on an engraved outcrop in Tanum, Sweden. The right side of the Bronze Age engraved boat is now almost undecipherable (Milstreu, Prøhl 1999)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 9. Orthostate n° 19 / Orthostat no. 19
Légende Synthèse graphique sur le signe inscrit en haut de la dalle tronquée ; proposition d’une crosse. Prises de vues rapprochées pour souligner le dépassement du tracé du signe médian sur l’arête du support / Graphic synthesis of the sign engraved up the cut flagstone: suggested crosier. Close-up shots to show how the median sign line  extends out of the stone edge
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 10. Orthostate n° 6 / Orthostat no. 6
Légende Proposition de divisions et regroupements de signes en 6 sous-ensembles commentés dans le texte. Noter les positions de hors-champ iconographique sur quatre signes distincts. Schéma d’opposition entre signes en tracés continus et signes en tracés discontinus formés de cupules ; un axe imaginaire souligne cette division qui passe par le centre de l’embarcation supérieure. Rappel de la planche dessinée par Ferguson en 1864 qui fut le seul a bien remarquer la ligne de cupules partant d’une lame de hache / Suggested divisions and clusters of signs into six subsets as discussed in the text. Four different signs extend out of the stone edges (“iconographic off-screen”). Right: diagram showing the division between continuous and discontinuous sign lines, the latter being made up of dents; an imaginary axis runs though the boat sign at the top of the stone to highlight such division. This recalls the plate drawn by Ferguson (1864); Ferguson was the only person to point out the line of dents extending from an axehead
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 11. Orthostate n° 6 / Orthostat no. 6
Légende Synthèse graphique des levés photographiques sur la partie haute à gauche, et basse à droite de la dalle ; détail sur les extrémités des tracés débordant l’arête du support / Graphic synthesis of photographic surveys on the upper left and lower right parts of the flagstone. Detail of lines extending out of the stone edge
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre 12. Orthostate n° 16 / Orthostat no. 16
Légende Détail sur les deux signes gravés, contraints entre deux accidents naturels verticaux en surface de la roche / Close-up on both signs engraved in a natural channel on the stone surface
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 13. Illustration du processus différentiel d’altération naturelle du granite selon les orientations d’une roche travaillée au XVIe siècle. Chapelle Sainte-Avoye (cliché 2010), Pluneret, Morbihan ; actuellement à 10 km du rivage / Illustration of the differential natural weathering of granite along the chiseling lines on a stone dating back to 16th century. Saint-Avoye Chapel (2010 photograph) in Pluneret, Morbihan. The chapel is currently 10 km away from the coast
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 14. Synthèse du code graphique, du vocabulaire et des concepts mis en œuvre pour décrire, animer et orienter les orthostates/stèles gravés du Mané Lud. Simulations de placement des stèles / Simulated rearrangement of orthostats showing the interpretative scheme outlined in the text. Synthesis of the proposed graphic code, terminology and concepts used to describe, bring to life and adjust the Mané Lud engraved orthostats/stelae
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 15. Représentation de l’arche de Noé dans le monastère chypriote de Kykkos (restauration d’un modèle antérieur à 1365 ; photo R. Soberka) ; représentation de l’arche de Noé à l’entrée de la cathédrale de Köln en Allemagne (1322-1560-1848) ; représentation du Déluge où la lune est confondu avec l’embarcation (d’après Bryant 1807 (1774-1776), p. 287) / Representations of Noah’s Ark: Left, in Kykkos monastery, Cyprus (restoration of a pattern dated prior to 1365 ; photo R. Soberka) ; centre, in Köln Cathedral, Germany (1322/1560/1848); right, painting of The Flood, where the moon merges with the boat (Bryant 1776, p. 287)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 16. Modèle de bateau quadrangulaire à tête de bélier à la proue, occupé par trois personnages et un oiseau posé en haut d’une construction quadrangulaire (Kültepe en Turquie, 1900 av. J.-C. ; d’après Özgüç 1994) ; bateau du Bronze moyen (Chypre, 2000-1600 av. J.-C.), avec personnages appuyés au bastingage et deux oiseaux perchés sur le rebord (d’après Karageorghis 1976) / Left: quadrangular boat model with a bucranium on its bow and three figures inside, and a bird perched on top of a quadrangular structure; (Kültepe, Turkey, 1900 BC; Özgüç 1994). Right: Middle Bronze Age boat (Cyprus, 2000–1600 BC) with figures leaning on the rail and two birds perched on the edge (Karageorghis 1976)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 17. Dos de la stèle dite de chevet à la Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan) ; schéma structurant des signes gravés commentés dans le texte / Back of the “bedside” stele in the Table des Marchands (Locmariaquer, Morbihan): sign structure interpretative scheme as discussed in the text
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 18. Stèle de Kermaillard à Sarzeau (Morbihan). Dépassement de l’extrémité du signe « bateau » sur le bord du monolithe / Kermaillard stele in Sarzeau (Morbihan), showing how the “boat” sign’s end extends out of the monolith edge
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 19. Synthèse relative au placement des orthostates gravés dans la tombe à couloir du Mané Lud (Locmariaquer) / Synthesis of engraved orthostat positioning in Mané Lud passage grave (Locmariaquer)
Légende  Résumé des arguments menant à la reconnaissance d’ouvrages de pierres dressées. Code graphique, vocabulaire descriptif et concepts mis en œuvre pour décrire, animer et orienter ces stèles au sein d’une architecture dite « sémantique » / Summary of arguments used to identify the original arrangement of standing stones. Also shows the graphic code, descriptive terminology and concepts used to describe the overall scheme, bring it to life and adjust these stelae within a “semantic” architecture
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/582/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Cassen, « Le Mané Lud en mouvement. Déroulé de signes dans un ouvrage néolithique de pierres dressées à Locmariaquer (Morbihan) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://pm.revues.org/582

Haut de page

Auteur

Serge Cassen

CNRS, Laboratoire de recherches archéologiques (UMR 6566), Université de Nantes, BP 81227, 44312 Nantes, serge.cassen@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page