Navigation – Plan du site

Caractérisation chronoculturelle du mobilier funéraire en Provence au Néolithique final et au Bronze ancien

Évolution des rites funéraires liés à l’inhumation individuelle ou collective et distribution chronologique des sépultures
Chronocultural characterization of funerary furnishings in Provence during Final Neolithic and Early Bronze Ages. Change in funeral rites associated with individual or collective burial, and chronological allocation of graves
Gérard Sauzade

Résumés

Les trois périodes principales d’utilisation ou de réutilisation des sépultures collectives, le Néolithique final I, II et le Bronze ancien sont difficiles à dissocier dans les tombes dont les contenus ne sont pas distincts en général. Il est donc essentiel de rechercher des sépultures de référence où le remplissage est chronologiquement homogène afin d’acquérir un référentiel du mobilier spécifique à chaque période en vue de l’appliquer à l’étude des tombes à utilisation longue. Cette approche peut permettre de mieux appréhender l’évolution de pratiques funéraires qui ont perduré pendant près de 1500 ans.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Des multiples aspects que comporterait une étude exhaustive et diachronique des sépultures de la fin du Néolithique en Provence, incluant le Néolithique final I et II et le Bronze ancien, nous n’en retiendrons ici que trois : le mobilier funéraire en tant qu’élément distinctif de chaque période, les questions relatives aux inhumations collectives et individuelles ou plurielles et celles touchant à la construction tardive de certaines architectures déjà en cours aux périodes précédentes ainsi qu’au développement de nouveaux modèles de tombes au Néolithique final II et au Bronze ancien.

2Nous avons plusieurs fois avancé (Sauzade 1990, 1998, 1999a) l’idée de constructions tardives de dolmens en Provence orientale et dans les Alpes à la fin du Néolithique final (Chalcolithique récent), en contexte campaniforme notamment. Il restait, toutefois, à en développer plus avant l’argumentation, basée sur les fouilles de monuments qui n’avaient jusqu’alors fait l’objet d’aucune recherche méthodique et sur la relecture critique de la documentation. En parallèle, s’imposait une réflexion sur ce que représente encore le concept de sépulture collective au moment (Néolithique final II) où resurgit le mode individuel d’inhumation, en grotte, sous coffre ou sous tumulus et où apparaissent des groupes de tombes originales comme les tombes en blocs, spécifiques à la région de Saint-Cézaire et Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes). Dans cette optique, il devenait nécessaire de réexaminer le mobilier de ces nouvelles architectures et de leur type de fonctionnement afin de les rapporter à l’une ou à l’autre de ces périodes et de préciser les modes funéraires.

3La question des dolmens tardifs et la part que représente le mode individuel d’inhumation en un temps où les sépultures collectives demeurent encore la règle, ne peuvent être abordées, en l’absence ou du fait de l’imprécision des datations radiocarbones, que par le biais de l’étude du mobilier funéraire et de sa valeur chronologique (Sauzade à paraître, Carcassonne 2008). De même, les ensembles funéraires cohérents de la première phase, rendus manifestes par des réalisations architecturales à espace limité et clos, types dolmens, hypogées ou des abris aménagés de type Sanguinouse, semblent perdre peu à peu de leur substance au cours des phases ultérieures et cela jusqu’au point de rupture dans les modes sépulcraux, se situant vraisemblablement aux environs de 1800-1600 ans av. J.-C. Même si le nombre d’inhumés dans chaque tombe peut, dans certains cas, être toujours aussi élevé et si la définition formelle que l’on donne de la sépulture collective, c’est-à-dire une « structure sépulcrale close mais permettant des accès répétés » (Leclerc 1999, p. 27), impliquant une fermeture amovible, demeure peu ou prou recevable, l’enjeu est de percevoir quels changements de pratiques ont pu survenir au cours d’une si longue durée d’utilisation, soit près de 1500 ans. À cette fin, une approche dynamique des différents gestes funéraires et des façons d’utiliser l’espace doit être impérativement située dans le temps. Au préalable, il sera nécessaire, tâche combien difficile dans les sépultures réutilisées, de scinder les dénombrements des individus par période et de sortir le mobilier de l’imprécision dans laquelle il est encore actuellement, en tenant compte des éléments qui perdurent dans les trois phases.

I. Rappel des pratiques funéraires du Néolithique moyen et du Néolithique récent

4La mort se décline au singulier en Provence jusqu’au Néolithique final. Il s’agit de tombes individuelles aménagées très souvent dans d’anciennes structures domestiques, en fosse, en silo, en puits, mais pas seulement. Deux petits coffres jumeaux englobés dans un tertre ont ainsi été découverts à Marseille (Sauzade & Grenet 1996). Malheureusement, les restes osseux n’ont pas été conservés et le mobilier se réduit à un petit gobelet caréné à l’intérieur d’un des coffres, des éclats de silex dans l’emprise du tertre et des éléments de deux formes céramiques dont les fragments d’une écuelle carénée à bord évasé, communément rencontrée dans le Chasséen méridional, situés à l’extrémité sud du tertre. De même, les doubles sépultures en coffre dallé et en moellons de molasse de la Blaoute à Crillon-le-Brave, Vaucluse (Buisson-Catil 1995) sont attribuables, d’après le contexte domestique du site, à la fin du Chasséen ou au Néolithique récent. Les sépultures sont aménagées en plein air ou en grotte le plus souvent dans l’aire même de l’habitat. À l’abri du Pont à Quinson, Alpes-de-Haute-Provence (Courtin 1974) une sépulture chasséenne avait été disposée dans une sorte de caisson formé par une dalle dressée et la paroi de l’abri. À l’abri 2 de Fraischamp à La Roque-sur-Pernes, Vaucluse, M. Paccard a observé, en milieu chasséen, des sortes de caissons en lause, dans lesquels se trouvaient des restes de sujets incomplets (Paccard 1957). Aux Martins à Roussillon, Vaucluse (D’Anna 1993), sur les nombreuses fosses chasséennes ou du Néolithique final rencontrées sur cet habitat, quatre, situées en contexte chasséen, contenaient chacune les restes d’un individu dont deux encore en connexion. De même, au Vallon de Gaude à Manosque, Alpes-de-Haute-Provence (Bérard et al. 1991), trois fosses renfermaient chacune un individu. Des dépôts successifs, souvent deux, ont été observés dans des puits réutilisés comme lieu sépulcral. Dans ces cas, le sujet déposé, vraisemblablement en premier, est le plus souvent incomplet. Dans le puits de l’Héritière II à Vernègues, Bouches-du-Rhône (Chapon et al. 2002), un bloc cranio facial et une mandibule côtoient un autre individu mal conservé mais ayant maintenu sa position originelle. Dans le puits de Coustelet à Cabrières-d’Avignon, Vaucluse, les deux squelettes étaient encore en connexion mais disposés à deux niveaux différents du remplissage (Gagnière & Vareilles 1931). Nous ne reviendrons pas en détail sur la sépulture dite collective et chasséenne de la grotte du Délubre à Vauvenargues, Bouches-du-Rhône (Cheylan & Cheylan 1972) dont le mobilier peu homogène et surtout le nombre considérable de restes humains (51 individus décomptés) amènent à penser qu’il s’agit d’une sépulture du Néolithique final. Des réserves ont d’ailleurs plusieurs fois été émises à son sujet (Sauzade 1998, Vaquer 1998, Chambon 2003). Le monument ST. 8 des Juilléras à Mondragon, Vaucluse (Lemercier 2010, p. 124-125) pose également problème. À cette tombe, très dégradée et incomplète, étaient associés les restes mal conservés de 6 individus. Elle a été rattachée par O. Lemercier au Néolithique récent du fait du contexte tout près duquel elle a été découverte. Nous pensons que la date radiocarbone obtenue à partir d’un sujet, soit 4385± 60 BP (3328-2894 BC cal) rattachant ce monument à la première phase du Néolithique final ne doit pas être remise en question, l’armature de flèche tranchante et les perles cylindriques en calcaire sont chronologiquement compatibles avec cette période et le nombre non négligeable de six individus nous conforte dans cette idée. Un cas, cependant, pourrait correspondre à une structure funéraire collective de type familial. Il s’agit de la découverte d’une fosse de 1 m de long, 0,80 m de large et 0,60 m de profondeur, sur l’habitat chasséen des Clavelles à Lurs, Alpes-de-Haute-Provence (Muller 1988). Cette fosse renfermait les restes de 5 individus, 3 enfants et 2 adultes, déposés successivement en 3 ou 4 fois. Deux dépôts simultanés de 2 enfants aux restes étroitement imbriqués séparés par une couche de sédiment d’un troisième dépôt, celui d’un autre enfant. Au-dessus, un quatrième dépôt, fortement endommagé par les labours correspondait à celui de 2 adultes en décubitus latéral, inhumés simultanément ou successivement.

5Le fait marquant d’un certain nombre de ces sépultures est le caractère incomplet des restes squelettiques. On a vraisemblablement affaire dans ces cas à des rites secondaires ou à des dépôts sélectionnés et non simplement à des remaniements. Il en est ainsi à l’abri 2 de Fraischamp (Paccard 1957), à l’abri du Pont à Quinson (Courtin 1974), au puits de l’Héritière II (Chapon et al. 2002) mais peut-être aussi à la grotte de la Montade 3bis, à l’abri de Saint-Marcel et à la grotte Loubière à Marseille (Courtin 1974) où des restes de sujets incomplets (dits fortement remaniés) ont été découverts dans des couches chasséennes. Un cas remarquable est celui de la grotte d’Unang à Malemort-du-Comtat, Vaucluse, où M. Paccard (Paccard 1954) a mis au jour, dans une fosse profonde, au fond dallé, et obturée par une dalle, une mandibule isolée d’adolescent, surmontée d’un grand vase chasséen à 4 languettes, d’une lamelle et plusieurs éclats ainsi que d’un membre antérieur de bœuf. Dans un certain nombre de ces cas se dégage une volonté de privilégier et de conserver un ou plusieurs restes d’un individu afin de leur accorder une attention particulière.

6Malgré plusieurs cas avérés de sépultures doubles ou plurielles d’inhumations successives, peut-être de type familial, aucune tombe chasséenne provençale ne peut prétendre répondre, jusqu’à ce jour, aux critères définissant l’inhumation collective.

7Deux phénomènes cependant, rarement observés, apparaissent au Chasséen et au Néolithique récent et sont annonciateurs de pratiques qui deviendront courantes à partir du Néolithique final : l’incinération des morts et les nécropoles.

1.1. À l’origine de l’incinération

8Les traces de feu relevées sur les ossements humains découverts dans les caissons de l’abri 2 de Fraischamp sont vraisemblablement dues à la proximité de foyers domestiques. Des réserves ont été formulées à plusieurs reprises à ce sujet (Sauzade 1983a, Vaquer 1998). En revanche, au Vallon de Gaude à Manosque, une des fosses sépulcrales déjà décrites, renfermait de nombreux ossements humains brûlés à 800 °C auxquels étaient associés des objets lithiques, haches et armatures de flèches dont certaines étaient rubéfiées. La fosse contenait des charbons de bois et de la cendre mais ses parois argileuses non rubéfiées attestent une incinération du sujet à l’extérieur. En 2006, les structures FS 47 et FS 48 du site Néolithique moyen des Bagnoles à L’Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse, ont livré des ossements humains fragmentés et brûlés (Sargiano et al. 2010). Cette pratique exceptionnelle au Néolithique moyen avait déjà été signalée à La Bastidonne à Trets (Escalon & Palun 1955), où inhumations et incinérations coexistaient et, dans la Plaine de Trets, des silos contenaient des restes humains incinérés (Escalon 1961).

1.2. À l’origine des nécropoles

9Dans le même site de la Plaine de Trets, plusieurs fosses ou silos funéraires repérés sur le seul tracé du canal de Provence laissent présager d’autres fosses groupées du même type pouvant constituer une véritable nécropole. De même, à la Bastidonne, également, de nombreux ossements brûlés associés à des stèles anthropomorphes gravées et ramassés en surface à la suite de labours, témoignent de la présence de tombes groupées. Le terme de nécropole s’applique également au site funéraire du Néolithique récent de Château Blanc à Ventabren, Bouches-du-Rhône (Hasler et al. 2002) où cinq tertres circulaires, en terre, recouverts d’une chape de pierres et ceinturés d’une couronne de blocs, abritaient des sépultures centrales individuelles, en fosse ou en tombe ovale avec murets de pierre sèche. Ces exemples préfigurent les nécropoles du Néolithique final et du Bronze ancien avec :
- le groupement de 4 hypogées et de 3 dolmens à Fontvieille, Bouches-du-Rhône, (Sauzade 1990)
- le dolmen du Caillassou et quatre tombes en blocs, celles de Sainte-Anne et du Caillassou à Saint-Vallier-de-Thiey (Bottin 1897)
- les deux tombes en blocs du Néolithique final II et les cinq tumulus Bronze ancien de Canaux à Andon, Alpes-Maritimes, (Bottin 1886)
- le dolmen des Blaquières (Muller & Sauzade 1997) et les tumulus 1, Néolithique final II et Bronze ancien, du Plan-de-Noves à Vence (Blanc 1874) et 2, Bronze ancien (Zancanaro 1987)
- les six tumulus Bronze ancien-moyen du Cartinet et des Clauds et le dolmen de Pomeiret à Cabris (Bottin 1899).

II. Les sépultures collectives : une adoption rapide et généralisée

10Les exemples de Château Blanc et, à un moindre degré, celui de l’Ubac à Goult, Vaucluse, illustrent étonnamment le passage rapide, guère plus d’un siècle, de la sépulture individuelle à la sépulture collective. L’apparition des nécropoles et des sépultures plurielles, peut-être de type familial, à la fin du Néolithique moyen, en est le signe annonciateur mais il a fallu sans doute un phénomène sociétal fort pour que les communautés adoptent si rapidement l’inhumation collective. « C’est un changement dans l’attitude des hommes face à la mort qui a engendré ce type de tombe » (Chambon 2003, p. 305). En quelques siècles, entre 3300 et 2800 ans av. J.-C., les sépultures collectives couvrent une grande partie de l’espace européen.

11Dans tous les secteurs où des opportunités naturelles, grottes, abris, avens, se présentent, elles sont utilisées à des fins funéraires quand leurs caractéristiques répondent à certaines exigences (petites cavités, boyaux exigus, avens colmatés, accès difficiles, etc.). En parallèle, selon le degré de réceptivité culturelle, des architectures bâties apparaissent et se diffusent sur des aires bien circonscrites. Les opportunités naturelles (travail facile de la roche) favorisent le développement des hypogées du nord Vaucluse qui semblent exclure le dolménisme. Le mégalithisme provençal évite certains secteurs où pourtant les matériaux propices à sa diffusion abondent ; sous la poussée des phénomènes d’acculturation, il se diffuse cependant d’ouest en est sur toute la Provence littorale et du sud vers le nord jusqu’aux Alpes, en allant en s’estompant et en s’essoufflant à certaines latitudes, laissant de grands vides géographiques entre des petits groupes de monuments isolés. Par ailleurs, tandis que les pratiques de l’inhumation collective se généralisent, celles liées à l’incinération se cantonnent à la Basse Provence, Bouches-du-Rhône et Var principalement. La pratique de l’incinération ne semble adoptée dans les Alpes-Maritimes qu’à partir du Néolithique final II. La crémation des corps ou des ossements pratiquée sporadiquement dans les hypogées vauclusiens, Roaix C2 et Perpétairi à Mollans (Catelan & Catelan 1915), ne correspond pas aux mêmes critères que précédemment car elle est vraisemblablement associée à des dépôts simultanés de corps ou à la crémation de sujets déjà décharnés.

12Vers les années 70, rechercher les connexions partielles dans les sépultures collectives afin de prouver l’existence d’inhumations primaires a été une réaction, tout au moins de notre part, contre le “ tout ossuaire “ des premiers fouilleurs devant le désordre apparent des ossements observé dans les sépultures. Le propos est à présent plus nuancé devant l’extrême variété des pratiques funéraires mises en évidence. Les gestes des fossoyeurs peuvent être multiples. Des interférences entre l’extérieur et l’intérieur de la tombe interviennent. Ces « allées et venues » dont l’existence est attestée mais dont la signification nous échappe en partie ne peuvent se réduire à des préoccupations simplement matérielles. Il est un fait que la bonne gestion interne d’une sépulture de volume réduit, c’est faire de la place en vue de nouveaux apports sépulcraux, soit en entreposant des ossements dépourvus de connexion ou des parties de corps en décomposition dans certains secteurs, soit en effectuant des vidanges à l’extérieur. La bonne gestion externe, c’est pratiquer l’incinération ou bien laisser se décharner les corps avant, éventuellement, d’entreposer les restes dans une tombe bien circonscrite. L’observation de ces multiples facettes nous interroge. Il se trouve des exemples où les squelettes sont repoussés sans ménagement pour laisser la place à de nouveaux corps comme à l’abri de la Madeleine à Bédoin, Vaucluse. Dans d’autres cas, les prévenances envers les morts sont manifestes : dépôts d’offrandes ou disposition, sous la tête des morts, de galets comme à Roaix (Sauzade 1983a). Les attitudes des vivants envers les morts seraient-elles différentes selon les individus ou les populations inhumantes ou bien le facteur temps serait-il un élément prédominant et les prévenances envers les morts n’auraient-elles qu’une durée très limitée ? Il est probable que la réalité procède un peu de ces deux phénomènes et de beaucoup d’autres encore que nous ne pouvons appréhender.

2.1. La sépulture individuelle au début du Néolithique final

13La rareté des cas recensés, et certains, de sépultures individuelles au début du Néolithique final témoigne de ce bouleversement et de cette généralisation des pratiques funéraires collectives. Deux éléments viennent toutefois tempérer cette affirmation. Les sépultures individuelles recensées, notamment celles des périodes antérieures, sont découvertes en général en contexte domestique. Or, on observe au Néolithique final I que les grottes et les abris sont délaissés et donc que l’association habitat-sépulture en de tels lieux n’a plus de raison d’être. Par ailleurs, les cas de sépultures individuelles associées aux habitats de plein air restent marginaux mais leur nombre augmente avec celui des fouilles extensives d’habitats de plein air liées aux grands travaux. Quelques cas marginaux de sépultures individuelles en fosse sont signalés au sein même des habitats, à la Brémonde à Buoux, Vaucluse ainsi qu’aux Fabrys à Bonnieux, Vaucluse (Bretagne et al. 1988) mais leur appartenance à la première période du Néolithique final n’est pas attestée. D’après les renseignements oraux d’André D’Anna, au vu du mobilier associé, la sépulture en fosse 104 se rattacherait au Néolithique final I. Sur le site de la Clairière à Fraischamp, les restes démantelés d’une sépulture (inédite), d’adolescent avec os coxal, bloc cranio facial, hémi mandibule et phalanges, ont été découverts sur le sol de la couche CIIa datée du Néolithique final I. Enfin sur le site des Ribauds à Mondragon, Vaucluse (Margarit et al. 2002) une sépulture en fosse du Néolithique récent ou final I a été mise au jour sur le tracé TGV.

14Les exemples ci-dessus montrent la difficulté qu’il y a d’établir la chronologie précise de certaines découvertes. Se donner les moyens de distinguer la phase I du Néolithique final de la phase récente est une problématique indispensable de recherche. Savoir opérer une chronologie dans le mobilier funéraire, c’est mieux comprendre les différents aspects évolutifs des pratiques funéraires. Enfin, s’il est aisé de rattacher au Néolithique final II une sépulture quand des éléments campaniformes y sont présents, il devient impératif de rechercher la valeur chronologique d’autres catégories de mobilier quand ceux-ci font défaut.

2.2. Recherches des marqueurs chronologiques dans les sépultures collectives à travers l’étude du mobilier

15Il est probable que le nombre de datations radiocarbones, dans un avenir proche, avec des écarts types plus réduits permettra de mieux cerner les phases sépulcrales. Demeureront, toutefois, les cas des sépultures complexes avec plusieurs phases d’utilisation mal distinguées à la fouille et ceux issus de fouilles anciennes.

16Les marqueurs chronologiques, comme pour les habitats, sont avant tout les éléments céramiques et, dans une moindre mesure du fait de leur rareté, les éléments métalliques. Il se trouve, cependant, que la céramique, en dehors du Campaniforme, de quelques grottes sépulcrales vauclusiennes et des hypogées du nord Vaucluse est en général absente des sépultures ou, tout au moins, sans caractère distinctif. D’autres marqueurs sont donc à rechercher parmi les éléments mobiliers lithiques (armatures de flèches) et les éléments de parure. Nous avons plusieurs fois évoqué cette question (Sauzade 1998, 1999) à la suite de J. Courtin (Courtin 1974) mais c’est dans une publication à venir (Sauzade à paraître, Carcassonne 2008,) que nous l’avons développée plus avant. La problématique concernant la chronologie des éléments de parure, notamment, ne pourra progresser qu’en conjuguant plusieurs paramètres faisant intervenir : les associations, le nombre, la fréquence, la forme, la taille et la matière première. D’ores et déjà, se dégagent certaines tendances qui révèlent, en ce qui concerne la phase I du Néolithique final, une prédominance des éléments en roche, de petite taille et parfois en grande quantité et des éléments en os, façonnés et de forme spécifique (pendeloques en griffe, perles à coche, pendeloques à pointe annelée ou non). Paraissent se rattacher à la phase II les éléments en test façonnés par l’homme, peu nombreux et de grande taille (valves de Glycyméris polies, pendeloques arciformes à suspension horizontale) ainsi que des éléments en os façonnés, de forme caractéristique (perles biconiques ou olivaires, cylindriques, discoïdales, V-boutons, en poulie, aiguilles). Au Bronze ancien, certains éléments en coquillage non façonnés (ou façonnés par la mer), sont utilisés en grand nombre telles les Columbella, et les valves de Glycymeris et de Cardium.

17De même, il faut prendre en considération les aspects régionaux du mobilier. Les armatures de flèches, par exemple, présentent des caractères spécifiques à la fois chronologiques et/ou géographiques. Ainsi, il a déjà été spécifié que les armatures foliacées, étroites et bifaciales se situent dans les phases récentes du Néolithique final et à une première phase du Bronze ancien mais ces mêmes formes d’armatures quand elles sont à bords denticulées se cantonnent à la Basse Provence et, dans une moindre mesure, aux Alpes-Maritimes.

2.3. Quelques tombes provençales comme référence en vue de l’établissement d’une chronologie relative applicable aux trois périodes : Néolithique final I, II et Bronze ancien

18Pour constituer un catalogue d’éléments mobiliers à valeur chronologique, il est besoin d’un certain nombre de sites sépulcraux comportant un mobilier homogène, suffisamment diversifié pour être représentatif et, de ce fait, ne concernant qu’une période ou mieux, à niveaux sépulcraux bien distincts. Nous proposons quelques exemples de sites sépulcraux ci-dessous :

Phase I et II du Néolithique final

19Le site de référence par excellence est l’hypogée de Roaix, Vaucluse (Courtin 1974, Sauzade 1983a) : couche 5 pour la phase I (importance des séries céramiques, lithiques et des éléments de parure), couche 2 pour la phase II (importance des séries céramiques et lithiques). À un degré moindre, il nous paraît opportun de retenir pour les deux phases, l’hypogée de Grillon, Vaucluse (Sauzade 1983a) à la fois pour la phase I, couche sépulcrale II (grand nombre et extrême variété des éléments de parure et importance des séries lithiques) et pour la phase II, couche d’habitat IIa (séries céramiques et parure).

Phase I

20En ce qui concerne les sépultures de la phase I à couche unique, il y a lieu de retenir l’abri de Sanguinouse (Sauzade 1983a) à La Roque-sur-Pernes, Vaucluse (céramique caractéristique, séries lithiques et parure).

Phase II

21Les phases récentes du Néolithique final présentent davantage de sites homogènes sur lesquels peut être fondée une chronologie du mobilier. Il convient de distinguer les sites sépulcraux à contexte non campaniforme de ceux qui comportent des céramiques campaniformes et/ou des éléments qui leur sont spécifiques ou régionalement associés.

- Sépultures hors contexte campaniforme

22On peut retenir : la grotte de la Lave à Saint-Saturnin-d’Apt, Vaucluse (Gagnière & Germand 1941) : petit vase caréné à décor d’inspiration Fontbouisse, armatures de flèches bifaciales et perles biconiques en os, la grotte du Stade à Venasque, Vaucluse, (Sauzade 1983a) : grands éléments de parure polis en valve de Glycymeris et plusieurs petites perles coulées en cuivre ainsi que la grotte du Jas de Juvert à Robion, Vaucluse (Sauzade 1983a) : poignard en cuivre, pendeloque arciforme en test, pendeloque en valve de Glycymeris et perles olivaires en calcaire.

- Sépultures en contexte campaniforme

23En tout premier lieu doit être retenu le dolmen du Villard au Lauzet-Ubaye, Alpes-de-Haute-Provence (Sauzade 1991) : fragments de vases campaniformes, poignard en cuivre, brassard d’archer, segments de cercle, pendeloque arciforme en défense de sanglier et plusieurs perles olivaires en os et en calcaire, tout indiqué pour représenter cette deuxième phase. S’y ajoutent :
- la grotte de la Citadelle à Vauvenargues, Bouches-du-Rhône, (Cheylan & Conges 1984) : cinq segments de cercle, plusieurs tessons campaniformes et armatures de flèches foliacées bifaciales étroites, parfois dentelées sur les bords.
- la grotte du Cimetière à Châteaurenard, Bouches-du-Rhône (Courtin 1974) : fragments d’un même vase campaniforme, coupe ombiliquée non décorée, vase caréné à 4 anses en boudin, fragment de brassard d’archer, deux perles en plomb, etc.- la grotte de Costapera aux Baux, Bouches-du-Rhône (Sauzade 1981). Bien que comportant une occupation chasséenne et quelques éléments de l’âge du Bronze, la couche sépulcrale de celle-ci paraît homogène. Elle renfermait un tesson de gobelet campaniforme auxquels étaient associés un vase sphérique à épaulement muni de deux anses en boudin positionnées sur le col, comparable à celui de la grotte du Cimetière à Châteaurenard (Courtin 1974), des armatures foliacées bifaciales et des armatures à pédoncule et à ailerons, une pendeloque arciforme en défense de sanglier à double perforation et une série de 94 pendeloques originales, polies, en test, de forme ovale et à perforation excentrée, comparables à celles en calcaire de la petite grotte du Pas Gravette à La Roquebrussane, Var (Barge1978 p. 19).

Bronze ancien

24Le mobilier sépulcral Bronze ancien se démarque difficilement de celui du Néolithique final II pour ce qui concerne certains éléments de parure et armatures de flèches. La présence du métal facilite la datation de l’ensemble. Ainsi, l’épingle en bronze à tête en massue percée du tumulus 2 du Plan-des-Noves à Vence, Alpes-Maritimes (fouilles inédites, archives G. Zancanaro 1987) (fig. 1) accompagne le petit mobilier composé de parures en coquillage et d’armatures de flèches bifaciales en forme d’amande ou à pédoncule. À la grotte de Fontblanco à Robion, Vaucluse (Sauzade 1983a), une perle en bobine en pâte de verre, des boutons coniques, un bouton à perforation en « V » en calcaire et plusieurs perles annelées en pâte de verre ainsi qu’une défense de sanglier à double perforation composent un mobilier homogène. Enfin, la grotte sépulcrale « P » à Baudinard, Var (fig. 2) fouillée par J. Courtin, présente un mobilier inédit, à l’exception de l’écarteur de collier en pâte de verre (Courtin 1976), à base d’éléments de parure en coquillage et d’armatures de flèches foliacées bifaciales dont une à bords encochés.

1. Vence (Alpes-Maritimes), Tumulus2 du Plan des Noves / Vence (Alpes-Maritimes), Plan des Noves Tumulus 2

1. Vence (Alpes-Maritimes), Tumulus2 du Plan des Noves / Vence (Alpes-Maritimes), Plan des Noves Tumulus 2

1 à 7 : pendeloques en valve de Glycymeris ; 8 : fragment de valve de Cardium ; 10 : Columbella rustica percée à l’apex ; 11 : perle en test ; 12 : épingle en bronze percée à tête en massue ; 13 : fragment de ciseau en os ; 14 : lame polie en roche verte ; 15 : éclat encoché ; 16 : armature de flèche pédonculée ; 17 et 18 : armatures de flèches à retouches bifaciales de forme amygdaloïde allongée ; 19 : fragment de roche verte portant des traces de percussion aux deux extrémités / 1 to 7: Glycymeris valve pendants; 8: Cardium valve fragment; 10: Apex pierced Columbella rustica; 11: Test bead; 12: Pierced bronze pin with club head; 13: Bone chisel fragment; 14: Greenstone polished blade; 15: Notched flake; 16: Stalked arrow implement; 17 and 18: Arrow implements with oblong amygdaloidal bifacial alterations; 19: Greenstone fragment featuring percussion marks on both ends

252. Baudinard (Var), Grotte « P » / Baudinard (Var), “P” Cave

2. Baudinard (Var), Grotte « P » / Baudinard (Var), “P” Cave

1 : écarteur de collier en pâte de verre ; 2 : anneau en roche ; 3 : pendeloque biforée en coquille ; 4 : perle  en roche ; 5 et 6 : pendeloque en Cerithium et Cardium ; 7 et 8 : extrémités distales de poinçons en os ; 9 : pendeloque en défense de sanglier biforée : 10 à 13 : lamelles en silex non retouchées ; 14 à 17 : armatures de flèches foliacées dont une à bords encochées ; 18 et 19 : fragment de lame et lame retouchées / 1: Glass mosaic necklace retractor; 2: Rock ring; 3: Bi-drilled shell pendant; 4: Rock bead; 5: Cerithium and Cardium pendant; 7 and 8: Bone bodkin distal ends; 9: Bi-drilled wild boar tusk pendant: 10 to 13: Unaltered flint bladelets; 14 to 17: Foliaceous arrow implements, including one with notched edges; 18 and 19: Altered blade fragment and blade

Conclusion

26Cette liste n’est pas exclusive. D’autres sépultures pourraient s’y ajouter. Les recoupements avec d’autres sites comportant d’autres types de mobilier demeurent indispensables pour parvenir à attribuer à chaque période les différents éléments mobiliers des sépultures à remplissage complexe.

III. Le Néolithique final II et le Bronze ancien : vers une décollectivisation des sépultures

27Comme nous l’avons vu plus haut, le long usage des sépultures collectives a une durée d’environ 1500 ans. Il est peu vraisemblable qu’une telle pratique qui s’est répandue de façon si générale et si rapide, se soit maintenue dans son état originel durant toute cette période. Il y a donc lieu de s’interroger sur la nature des changements et sur le degré de représentation que peut prendre le mode d’inhumation individuelle au cours de ces périodes.

3.1. Quelques sépultures individuelles du Néolithique final II

28Peu nombreuses, elles sont associées le plus souvent à des habitats et trouvées en contexte campaniforme. Abondamment décrites, elles concernent souvent des enfants, en période périnatale : deux enfants à l’habitat des Barres à Eyguières, Bouches-du-Rhône (Mahieu 1992), un enfant de 10 à 11 mois à la grotte Murée à Montpezat, Alpes-de-Haute-Provence. La tombe d’un adulte de sexe masculin de La Fare à Forcalquier, Alpes-de-Haute-Provence (Lemercier et al. 2011) creusée dans une fosse avec entrée et recouverte de blocs est la plus spectaculaire. Sur le site des Juilléras (Lemercier et al. 1998, Lemercier et al. 2002), dans une nécropole découverte en contexte campaniforme et Bronze ancien, ont été mises au jour 9 tombes dont deux étaient ceinturées, l’une par des dalles, l’autre par des galets. Quatorze individus y ont été recensés dont 11 enfants. S’ajoute à ce décompte la sépulture inédite, peut-être celle d’un enfant,provenant d’une petite galerie de la grotte de Sainte-Maxime (fig. 3) à Montmeyan, Var, (fouille et renseignements de R. Brandi) qui comportait un fragment de vase campaniforme à décor incisé et estampé, un gobelet à fond rond inorné, deux fines lamelles en silex non retouchées, un perçoir, une armature de flèche de forme ovale et une pendeloque biforée confectionnée dans un fragment de coquillage (Triton nodifer). Les caractéristiques du tumulus du Mourre du Diable au Thor, Vaucluse, fouillé en 1875 mais publié 41 ans plus tard (Duprat 1916), ne doivent pas être toutes prises en considération, notamment celle concernant la hauteur sous voûte qui aurait atteint 2,50 m. En revanche, certaines descriptions (forme hexagonale, encorbellement, couloir d’accès), squelette reposant sur une grande dalle, dépôt de dix haches polies en roche verte sur une petite dalle, tessons céramiques, mais surtout, 60 perles en os et 10 armatures de flèches de forme amygdaloïdes amènent à penser que cette tombe individuelle possède des caractères comparables à la tombe de la Fare (Lemercier 2011), à celle du Caillassou 2 à Saint-Vallier-de-Thiey, Alpes-Maritimes (Bottin 1886) et à celle de la Colette à Escragnolles (Chiris 1889). Son appartenance à la phase II du Néolithique final, contrairement à ce que nous avions publié en 1983 (Sauzade 1983a), est de ce fait très vraisemblable. Enfin, P. Bretagne en 1988 (inédit) a fouillé aux Goubert à Gigondas, Vaucluse, un an après la découverte de la ciste du Bronze ancien, une double sépulture en fosse qui renfermait une alène en cuivre et des perles en dentale.

3. Montmeyan (Var), Grotte de Sainte-Maxime / Montmeyan (Var), Sainte-Maxime Gave

3. Montmeyan (Var), Grotte de Sainte-Maxime / Montmeyan (Var), Sainte-Maxime Gave

1 : bol à fond rond ; 2 et 3 lamelles de silex non retouchées ; 4 : extrémité de perçoir en silex : 5 : armature de flèche à retouches marginales de forme ovalaire ; 6 : pendeloque biforée en fragment de Triton nodifer ; 7 : bord de coupe campaniforme à décor incisé et estampé / 1: Round bottom bowl; 2 and 3: Unaltered flint bladelets; 4: Flint borer end: 5: Arrow implement with oval marginal alterations; 6: Triton nodifer fragment bi-drilled pendant; 7:Bell-beaker footed cup edge with incised and etched decoration

3.2. Quelques sépultures individuelles du Bronze ancien

29À l’exception de la ciste des Goubert à Gigondas, Vaucluse (Sauzade & Vital 2002) qui vient s’ajouter aux rares monuments de ce type de la basse vallée du Rhône, les découvertes sont anciennes et ont été effectuées dans des tumulus dont nous étudierons certains plus loin : tumulus de Signes, Var (Marin-Tabouret 1908), tumulus de Canaux (Bottin 1897), tumulus de Cabris et tumulus de l’Alté à La Turbie, Alpes-Maritimes, (Courtin 1976).

3.3. Sépultures individuelles isolées au sein de sépultures collectives

30Au sein des sépultures collectives comportant plusieurs niveaux d’utilisation non séparés par une couche de sédiment ou un dallage, il est déjà très difficile de faire un tri entre les différentes phases chronologiques. La présence d’aménagements particuliers est nécessaire pour pouvoir distinguer les différents dépôts funéraires. Le cas de l’enfant inhumé avec un riche mobilier, dans une fosse aménagée au détriment des niveaux sépulcraux précédents, au dolmen de la Bouissière à Cabasse, Var (Roudil & Bérard 1981) est remarquable. Toutefois, cette sépulture d’enfant ainsi que le remplissage de la tombe, posent problème. Il est étonnant d’une part qu’autant de couches, quatre, et de séparations, trois dallages, puissent se développer sur seulement 0,50 m d’épaisseur. Par ailleurs, le mobilier associé à l’enfant, inhumé en principe en dernier, correspond, de par la typologie des armatures de flèches, au Néolithique final I. En effet, il se compose, notamment, d’une armature de flèche tranchante, de huit armatures foliacées de forme losangique ou sublosangique, d’un poinçon en tibia de lièvre ou de lapin, d’une perle en serpentine, d’une défense de sanglier et d’une valve de Cardium. À notre avis, si la tombe en fosse est plus récente (Néolithique final II ?), il est vraisemblable qu’une grande partie du mobilier soit issu du sédiment encaissant.

31Quelques cas de sépultures individuelles ont été recensés non pas dans la chambre sépulcrale mais dans le tertre comme à Château Blanc où une sépulture en coffre du Bronze ancien a été aménagée dans le tertre III (Hasler et al. 2002). Au dolmen des Riens à Mons, Var, nous avons rencontré les restes en désordre d’un sujet, excepté les quelques phalanges encore en connexion, dans le couloir. Étaient associés à ces ossements deux fragments d’un gobelet campaniforme décoré au peigne, une armature de flèche losangique bifaciale, quatre pendeloques en canines percées, l’une de loup et trois de renard ainsi que deux perles discoïdales en calcite et une perle triangulaire en roche verte (fig. 4, n° 1 à 8) (Sauzade 1972). Des dépôts sépulcraux individuels plus tardifs ont également été rencontrés dans certains dolmens : réutilisations Bronze moyen-final au dolmen des Peyraoutes (Courtin 1974), 1er âge du Fer aux dolmens des Puades à Saint-Cézaire, Alpes-Maritimes (Bourguignat 1875) et des Antiquailles à Cuers, Var (Sauzade 1973).

4. Mons (Var)

4. Mons (Var)

1 à 8 : dolmen des Riens. 1 : armature de flèche losangique ; 2 : pendeloque  en canine de chien ou de loup ; 3 à 5 : pendeloques en canine de renard : 6 : perle triangulaire en roche ; 7 : perles discoïdales en stéatite ; 8 : fragments de gobelet campaniforme à décor au peigne. Saint-Vallier-de-Thiey. 9 à 17 : dolmen du Dégoutai. 9 : perle discoïdale en stéatite ; 10 : alène losangique en bronze ; 11 : pendeloque arciforme en test ; 12 : pendeloque arciforme en test ; 13 : pendeloque en canine de chien ; 14 à 17 : perles  discoïdales en stéatite. Saint-Vallier-de-Thiey. 18 à 20 : tombe en blocs de Sargier. 18 : armature de flèche foliacée bifaciale : 19 : alène en cuivre ; 20 : bague ouverte en bronze. Saint-Cézaire. 21 à 24 : dolmen de Mauvans sud. 21  et 22 : perles en tonnelet en roche verte ; 23 : armature de flèche foliacée étroite à bords dentelés ; 24 : alène losangique en bronze. 25 : Tombe en blocs du Deffends de St. Cézaire : fragment de gobelet campaniforme à décor incisé. 26 à 35 : tombe carrée des Puades. 26 : pendeloque en Columbella rustica ; 27 à 29 : pendeloques en cristal de roche ; 30 : perle en tôle de cuivre ou de bronze repliée 31 et 32 : perles discoïdales en test ; 33 : fragment de vase campaniforme à décor incisé ; 34 : spirale en bronze ; 35 : alène losangique en bronze / 1 to 8: Riens Dolmen. 1: Diamond-shaped arrow implement; 2: Dog or wolf canine tooth pendant; 3 to 5: Fox canine tooth pendant: 6 : Rock triangular bead; 7: Steatite disk-shaped beads; 8: Bell-beaker fragments with comb decoration. Saint-Vallier-de-Thiey. 9 to 17: Le Dégoutai Dolmen. 9: Steatite disk-shaped bead; 10: Bronze diamond-shaped awl; 11: Test arched pendant; 12: Test arched pendant; 13: Dog canine tooth pendant; 14 to 17: Steatite disk-shaped beads. Saint-Vallier-de-Thiey. 18 to 20: Sargier Block Gravestones. 18 : Bifacial foliaceous arrow implement; 19 : Copper awl; 20: Open bronze ring. Saint-Cézaire. 21 to 24: South Mauvans Dolmen. 21 and 22: Greenstone keg-shaped beads; 23: Narrow foliaceous arrow implement with serrated edges; 24: Bronze diamond-shaped awl. 25 : Le Deffends de St. Cézaire Block Gravestone: Bell-beaker fragment with incised decoration. 26 to 35: Les Puades Square Gravestone. 26 : Columbella rustica pendant; 27 to 29: Rock crystal pendants; 30: Folded copper or bronze sheet bead; 31 and 32: Test disk-shaped beads; 33: Bell-beaker vessel fragment with incised decoration; 34: Bronze whorl; 35: Bronze diamond-shaped awl

3.4. Dénombrement des individus par période

32Sur plus de 350 sépultures dénombrées en Provence, de la fin du Néolithique et du Bronze ancien, une centaine environ peut fournir quelques données sur le nombre d’individus inhumés et près de 200 sur la nature de leur mobilier.

G. : Grotte ; A. : Abri ; Av. : Aven ; C. : Coffre ; T.B. : Tombe en blocs ; D. : dolmen ; T. : Tumulus ; F. : Fosse. Les phases 2, 3, 4 de l’Ubac ont été regroupées au Néolithique final II car elles offrent des dates 14C proches, correspondant à cette période

33Nous avons réalisé ce tableau en choisissant un certain nombre de sépultures individuelles et collectives dont le mobilier est vraisemblablement à rattacher à une seule période. Le dénombrement des individus pour certaines d’entre elles, notamment les plus anciennement fouillées, est issu d’une estimation approximative. Ce choix peut cependant apporter quelques informations sur le caractère individuel ou collectif de certaines tombes. Ainsi, nous avons tenu à faire entrer dans ce tableau certaines tombes en blocs et certains tumulus pour indiquer la faible quantité de sujets qu’ils contenaient, à l’exception cependant de la tombe 3 du Caillassou. Nous sommes également conscients que ce choix crée un fort déséquilibre entre les régions orientale et occidentale de la Provence pour ce qui concerne le Néolithique final II et le Bronze ancien et c’est un déséquilibre inverse qui se produit pour ce qui concerne le Néolithique final I. Afin de ne pas trop accentuer le déséquilibre de ce recensement nous avons délibérément exclu les hypogées du nord Vaucluse de ce tableau dont le nombre des individus est très élevé. Certaines évaluations proposées pourront être affinées à l’avenir dans la mesure où les collections osseuses ont été conservées. On observera que les monuments qui ont livré un mobilier archéologique très abondant mais appartenant à plusieurs périodes, et qui sont également parmi les plus grands connus, comme les dolmens de San Sébastien II à Plan-de-La-Tour, de la Verrerie Vieille à Tourrettes, de L’Appara à Saint-Vallier-de-Thiey, des Gavots à Orgon, des Cudières I à Jouques et des Peyraoutes à Roquefort-les-Pins, ne sont pas insérés dans ce tableau soit parce qu’aucun dénombrement n’a pu être effectué soit parce qu’aucune distinction d’appartenance des restes osseux à un niveau précis n’a pu être effectuée.

3.5. Commentaires du tableau et périodisation du Bronze ancien

34Le tableau met en évidence le faible écart des moyennes entre les sépultures du Néolithique final I (18, 67) et du Néolithique final II (14, 09). Cet écart n’est pas significatif et pourrait sans doute s’inverser selon les sépultures prises en compte. En revanche, il est très important entre chacune de ces deux phases et le Bronze ancien (5, 66). Ces données, proposées à titre indicatif, révèlent un écart réellement significatif à partir du Bronze ancien. Il est certain qu’à l’intérieur de cette dernière et longue période de près de 600 ans, s’est accéléré le passage du collectif à l’individuel.

35À une période charnière qui se situe à la fin du Néolithique final II/début du Bronze ancien, correspond un type de mobilier qui est difficilement attribuable à l’une ou à l’autre phase. Il s’agit de celui où est incluse une forte proportion de pendeloques en valves de coquillages roulés par la mer et d’armatures de flèches foliacées étroites, parfois fortement dentelées sur les bords. C’est le type de mobilier présent dans les grottes du Deffends à Eyguières, 80 sujets dénombrés, de Saint-Véran à Cagnes-sur-Mer, Alpes-Maritimes, 17 sujets dénombrés (3850±95 BP soit 2570-2034 BC) et du dolmen des Cudières 1, C1, à Jouques, dénombrement non distinct : 3770±70 BP soit 2459-1984 BC. À cette période, le nombre de sujets inhumés est encore élevé. À l’aven de la Mort de Lambert, Alpes-Maritimes (Sauzade et al. à paraître), en contexte Bronze ancien-moyen, le décompte du nombre de sujets ne dépasse pas 10. Le mobilier céramique Bronze ancien est caractéristique d’une phase évoluée. La date 14C obtenue, en contexte Bronze ancien, est de 3490±105 soit 2109 -1553 BC avec une forte probabilité autour de 1800 et 1700 ans av. J.-C. Ces observations qui pourraient être complétées par d’autres exemples amènent à penser que la période de rupture et de décollectivisation des sépultures, se situe après 2000 ans av. J.-C., sans doute autour de 1800 ans av. J.-.C.

36Le tableau montre un plus grand nombre d’individus dans les cavités que dans les monuments construits. Cet écart n’est pas significatif du fait que les monuments à forte densité d’individus ont été réutilisés et sont donc exclus de cet inventaire pour les raisons que nous avons indiquées plus haut.

3.6. Division de l’espace dans les sépultures collectives

37L’étude des aménagements internes des sépultures collectives est un autre moyen susceptible d’appréhender leur fonctionnement. V. Cotte, commentant les observations de A. et Ch. Cotte à la grotte de la Marane à Châteauneuf-les-Martigues, Bouches-du-Rhône, écrivait déjà en 1924 «…la grotte de la Marane est remarquable par ses alignements de pierres limitant des concessions réservées, particulières ou collectives » (Cotte 1924, p. 89). Ces commentaires sont-ils à nouveau d’actualité ? Tchérémissinoff (Tchérémissinoff 2004 et 2006) reprenant les observations effectuées aux grottes de la Marane, de la Lave, du Col des Tourettes, de la grotte de Terrevaine et de la Baume des Maures, entre autres, évoque des manifestations d’individualité et de partition de l’espace.

38Notre démarche est de reprendre ces observations en tentant de les insérer dans une chronologie précise.

39Au préalable, nous rapportons le cas de la grotte du Stade à Venasque, Vaucluse et les observations effectuées par les inventeurs. Dans cette grotte (Sauzade 1983a) des squelettes, une dizaine environ, certains encore en connexion anatomique, s’échelonnaient, sans être groupés, sur la longueur de la grotte dont les deux extrémités étaient obstruées par un éboulement. Certains squelettes ainsi que le matériel qui y était associé avaient été dispersés du fait des effondrements. Un squelette se trouvait encore en connexion à l’ouverture accidentelle de la grotte (pelle mécanique). Des restes de squelettes étaient disposés sur des banquettes naturelles bordant les deux parois. D’autres étaient situés au fond vers l’éboulement sur une banquette naturelle également. Trois lames en silex retouchées sur un bord, un fragment d’armature de flèche, 6 petites perles en cuivre coulées, des perles en dentale et en roche ainsi que 12 grandes pendeloques en valves polies de Glycymeris dont certaines à triple perforation et un bois de cerf, rattachent ce mobilier au Néolithique final II. Cette grotte sépulcrale est un exemple de tombe qui ne paraît pas correspondre aux critères habituels propres aux sépultures collectives et à un ensemble funéraire cohérent. Les corps avaient été disséminés dans l’espace et, de préférence, dans les secteurs qui offraient une opportunité naturelle. Des exemples de ce type où les sujets sont déposés dans des cavités plus vastes, le long des galeries ou disséminés dans diverses salles, se multiplieront à partir du Bronze ancien : aven de la Mort de Lambert, grotte des Fées à Chateauvieux, Var, grotte de Peygros à Mons, Var, Chaos des Roches à Buoux, Vaucluse… (Courtin 1974).

40À la grotte de la Marane, à Châteauneuf-les-Martigues, Bouches-du-Rhône, des cloisonnements en dalles dressées compartimentaient l’espace et séparaient les dépôts funéraires (Cotte & Cotte 1904). D’après le mobilier, pendeloques à ailettes, perles à coche en os mais aussi pendeloque en coquille de Glycyméris, perles biconiques en os, cette grotte paraît avoir été utilisée pendant les deux phases du Néolithique final.

41Des séparations sont présentes également à la grotte de la Lave (Gagnière & Germand 1941) et à celui du Locus 2 du Col des Tourettes à Montmorin, Hautes-Alpes (Muret 2006) mais, tandis que dans le premier cas le mobilier semble se rapporter au Néolithique final II, dans le deuxième cas, il se rattache au Néolithique final I.

42Le cas de la Baume des Maures à la Garde-Freinet, Var (Joubert 1967, 1968, 1969), pourrait permettre d’aller plus avant dans l’analyse des pratiques funéraires. La reprise des recherches en 2001 initiée par Ph. Hameau (Hameau 2006) apporte quelques précisions sur les observations initiales effectuées par J. Joubert. Il constate, sur la structure funéraire 32 qu’il a mise au jour, non pas la présence de ciste, mais une concentration d’ossements dans une fosse creusée et un épandage d’ossements à partir de cette concentration. Mais Ph. Hameau maintient le terme de tombelle employé par J. Joubert alors que nous pensons à des fosses sépulcrales qui auraient été bien individualisées. L’aspect remarquable et original de cette cavité est de présenter une division de l’espace en petites structures funéraires creusées dans le sol. Ces structures qui se recoupent parfois partiellement entre elles, amènent à penser qu’elles n’ont pas dû se signaler longtemps en surface si elles l’ont été à l’origine. Trente-deux fosses ont été dénombrées. Des concentrations d’ossements brûlés appartenant à 1, 2, 3 ou 5 sujets, adultes ou immatures de sexes masculin et féminin, y ont été mises au jour. La disposition de ces restes osseux dans ces fosses, qui ont été conservés séparément et qui pourront sans doute faire l’objet d’analyses ADN, suggère l’existence de cellules familiales. Le mobilier mis au jour date du Néolithique final II et du Bronze ancien.

3.7. Les cloisonnements dans les dolmens : tri par catégories de sujets ou rites en deux temps et gestion de l’espace ?

43Une pendeloque en cristal de roche du dolmen des Muraires I au Luc, Var (Roudil & Bérard 1981) dont un fragment se situait dans la partie antérieure de la chambre séparée par des dalles disposées de chant, l’autre, dans la partie principale, suggère des transferts opérés d’un espace à l’autre. Des manipulations d’ossements ont également été observées à l’intérieur d’un même espace au dolmen de l’Ubac au cours des deux premières phases, Néolithique final II (Bizot & Sauzade à paraître). Des cloisonnements à l’intérieur des chambres, transversaux ou longitudinaux, prévus dès la construction ou aménagés à une phase du fonctionnement de la tombe, s’observent dans plusieurs dolmens du Var. Des séparations d’origine, transversales, obliques ou dans l’axe, s’observent aux dolmens des Muraires, de Gauttobry à La Londe-les-Maures (Sauzade 1989), de la Gastée à Cabasse (Roudil & Bérard 1981), au dolmen des Peyraoutes à Roquefort-les-Pins, Alpes-Maritimes (Courtin 1974, Pl. 16) et au dolmen I de San Sébastien (Sauzade et al. 1974), ou aménagées à un stade du fonctionnement de la tombe, à la Verrerie Vieille à Tourrettes, Var (Courtin 1974) et à San Sébastien 2 à Plan-de-la-Tour, Var (Sauzade et al. 1987).

44Des rites en deux temps, signifiés ou non par des cloisonnements internes peuvent avoir eu cours dans les sépultures collectives. De même, des manipulations de restes humains décomposés ou non, ont pu être effectuées en vue de gérer au mieux des tombes à volume réduit. Enfin, les exemples cités plus haut, suggèrent que des espaces bien circonscrits ont pu être réservés pour singulariser certains sujets ou les regrouper selon des critères qui nous échappent.

IV. Les derniers dolmens provençaux et les nouvelles architectures

4. 1. Dolmens

45L’hypothèse de la construction de certains dolmens au Néolithique final II, en contexte campaniforme plus précisément, est fondée sur les observations que nous avons effectuées sur quatre tombes, une, explorée anciennement par C. Bottin autour des années 1880 (Bottin 1886) et trois autres que nous avons fouillées nous-mêmes.

La tombe 2 de Sainte-Anne à Saint-Vallier, Alpes-Maritimes

46Dénommée ainsi par C. Bottin, elle forme avec quatre autres sépultures une petite nécropole. La tombe 1 est située au quartier Sainte-Anne à 500 mètres des quatre autres établies au quartier du Caillassou et très rapprochées les unes des autres. La chambre de cette sépulture, de forme carrée, dont les côtés et le chevet sont formés chacun de trois gros blocs alignés, présente les mêmes caractéristiques que ce que nous avons défini comme tombes en blocs. C. Bottin décrit les pierres remplissant la chambre comme des éléments d’ “ une sorte de voûte “ (Bottin 1886 p. 12). Le quatrième côté, à l’ouest, ménage une entrée, formée par deux pieds droits monolithiques, prolongée par un couloir construit en blocs et pierres superposés. Le couloir est orienté à 270° et ne débouche pas sur la périphérie du tumulus. Cette tombe présente des caractères mixtes tenant à la fois des monuments en blocs et des dolmens. Sa forme carrée, son entrée constituée de dalles dressées et autorisant un accès répété ainsi que la présence d’un couloir orienté à l’ouest l’intègrent dans le type des dolmens à chambre carrée de Provence orientale (Sauzade 1998, p. 319, fig. 6). C’est pour cette raison, et du fait de sa situation cadastrale, que nous l’avons désigné « dolmen du Caillassou ». Trois autres dolmens dans les Alpes-Maritimes intègrent des blocs dans l’élévation de leurs parois latérales mais possèdent, en revanche, un chevet monolithique constitué d’une dalle. Il s’agit des dolmens du Dégoutai à Saint-Vallier-de-Thiey (Bottin 1882), du Serre-Dinguille à Saint-Cézaire (Goby 1907a) et de Stramousse à Cabris (Goby 1906). La tombe du Caillassou est très connue du fait de la découverte de 4 gobelets campaniformes (fig. 5) ; deux vases et une petite lame en silex qui étaient situés aux pieds d’un sujet adulte et deux autres, à sa tête, posés sur une pierre. Cette disposition du mobilier rapproche cette tombe à la fois du tumulus du Mourre du Diable et de la tombe de la Fare. Un autre sujet, plus jeune, était disposé à côté du premier squelette. Nous sommes donc là en présence d’un dolmen d’un type particulier et d’une double sépulture campaniforme.

5. Saint-Vallier-de Thiey (Alpes-Maritimes), Tombe 2 de Saint Anne ou dolmen du Caillassou / Saint-Vallier-de Thiey (Alpes-Maritimes). Sainte-Anne Gravestone 2 or Le Caillassou Dolmen

5. Saint-Vallier-de Thiey (Alpes-Maritimes), Tombe 2 de Saint Anne ou dolmen du Caillassou / Saint-Vallier-de Thiey (Alpes-Maritimes). Sainte-Anne Gravestone 2 or Le Caillassou Dolmen

1 à 4 : gobelets campaniformes décorés au peigne / 1 to 4: Bell-beakers with comb decoration

Le dolmen de l’Agriotier à Roquebrune-sur-Argens, Var

47Nous avons identifié ce dolmen, en 1978, l’année de sa découverte par Mme Grégoire. Gravement endommagée par un bulldozer en 1983, la dalle de chevet ayant été arrachée et la dalle de couverture déplacée, nous en avons effectué la fouille la même année en collaboration avec H. Barge (Sauzade 1983b). Cette tombe présente un plan classique de petit dolmen, inséré dans un tumulus de pierres de forme ovale, à chambre carrée, prolongée par un couloir orienté au sud-ouest, avec deux parois latérales, un chevet et deux piliers d’entrée en dalles dressées, complétées à chaque angle par un muret de pierre sèche qui lui donne une forme légèrement polygonale. La chambre et le couloir sont séparés par une dalle de seuil disposée horizontalement (fig. 6). Un dallage de pierres plates revêtait le sol de la chambre. Sur les 68 objets coordonnés, la grande majorité d’entre eux se composait de fragments de poterie non décorés mis au jour à l’extrémité ouest du tumulus. Les quatorze éléments du mobilier de la cella étaient disposés sur le dallage du fond à l’exception d’un fragment d’armature de flèche mis au jour sous le premier niveau de comblement. Il comprenait plusieurs tessons de céramique non décorés, une grande lame en silex rubané, deux segments de cercle, trois lamelles non retouchées, plusieurs éclats (fig. 7, n° 1 à 6), deux fragments d’un même brassard d’archer en schiste et une perle olivaire en calcaire (fig. 8, n° 7 et 8). Le mobilier du tumulus, infiltré entre les pierres à son extrémité ouest, comportait, une grande lame en silex rubané (non figurée), deux armatures de flèches et de nombreux fragments se rapportant aux mêmes vases. Le mobilier du couloir, découvert en surface ou infiltré entre les pierres du premier niveau de blocs du comblement, comprenait deux fragments d’armatures de flèches et une perle en pâte de verre bleu (fig. 8. n° 9). Sur le sol du couloir, entre les blocs constituant sa base, ont été découverts quatre tessons de céramique non décorés.

6. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen

6. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen

Plan et vues des élévations latérales et frontale du dolmen. Les flèches indiquent le rayon du tumulus par rapport au centre de la chambre. Les dalles de chevet et de couverture ont été disposées sur le plan dans leur position d’origine / Dolmen plan and elevation side and front-end views. Arrows point to tumulus radius from the chamber center. Apse and covering slabs have been arranged on the plan based on their original positions

7. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen

7. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen

1 : Lame non retouchée en silex lacustre ; 2 à 4 : lamelles en silex non retouchées ; 5 et 6 : segments de cercle à dos abattu : 9 et 12 : fragments d’armatures de flèches pédonculées ; 7 à 11 : armatures de flèches foliacées incomplètes dont deux dentelées sur les bords. (Dessins : H. Barge) / 1: Limnic flint unaltered blade; 2 to 4: Unaltered flint bladelets; 5 and 6: Pitched back circle segments: 9 and 12: Stalked arrow implement fragments; 7 to 11: Incomplete foliaceous arrow implements, including two with serrated edges. (Drawings: H. Barge)

8. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen

8. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen

1 à 6 : fragments  de céramiques dont un avec amorce d’anse en boudin (1) et un avec pastillage (3) ; 7 : deux fragments d’un même brassard d’archer en grès : 8 : perle en tonnelet en calcaire ; 9 : perle discoïdale en pâte de verre bleue. (Dessins : H. Barge) / 1 to 6: Ceramic fragments, including one with the base of a flange handle (1) and one with pellet-decoration (3); 7: Two fragments of one sandstone archer arm-piece: 8: Limestone keg-shaped bead; 9: Blue glass mosaic disk-shaped bead. (Drawings: H. Barge)

48Plusieurs éléments importants concernent ce dolmen. Bien qu’aucun vase campaniforme n’ait été découvert, quelques éléments, tels le brassard d’archer et les deux segments de cercle sont caractéristiques du Campaniforme. Les quelques lames ou lamelles non retouchées et éclats sont très souvent rencontrés en milieu campaniforme. Le reste du mobilier, perle olivaire en calcaire, perle en pâte de verre et armatures foliacées dont deux dentelées sur les bords sont habituellement rencontrées au Néolithique final II/Bronze ancien. Sur une épaisseur totale de 100 à 105 cm, le remplissage de la chambre était constitué, sans interruption, sur 90 à 95 cm de hauteur, d’un blocage de blocs et de pierres emballés, comme dans le couloir, dans une argile rouge issue de l’altération du gneiss. Ce blocage constituait donc 90 à 95 % de la hauteur totale du remplissage. La couche sépulcrale, au-dessus du dallage, de couleur brun-rougeâtre, issue de l’altération à la fois des éléments rocheux et du contenu sépulcral variait de 5 à 10 cm d’épaisseur. Sur un gros bloc, d’une centaine de kilos, au sommet du remplissage, reposait, avant les dommages subis par le dolmen, le côté sud de la dalle de couverture. De même, cette dalle, très massive (0,40 m d’épaisseur en moyenne et d’au moins 1500 kilos), ne reposait pas sur la dalle de chevet mais sur l’orthostate nord et sur les deux piliers d’entrée et échappait à l’orthostate sud. Aucun gros fragment de gneiss à proximité ne peut faire penser que cette dalle s’est fracturée. Le gros bloc de 100 kilos n’ayant pu être glissé sous la couverture en le passant par l’entrée, trop étroite, induit que la couverture du dolmen n’a été disposée qu’après le dernier apport sépulcral en vue de condamner définitivement la sépulture. L’acidité du sol n’a pas permis de conserver les restes osseux humains. Seul un cunéiforme brûlé d’ovi-capriné provient de la chambre. Le mobilier rattache la construction de cette tombe au Campaniforme et, malgré une architecture classique, propre aux dolmens à petite chambre permettant théoriquement des accès répétés, ce dolmen a fonctionné comme un coffre.

Le dolmen I de San Sébastien

49Il se situe sur la crête et au milieu de la longueur de la colline, à la limite des communes de Plan-de-la-Tour et de Sainte-Maxime dans le Var (Sauzade et al. 1976). Il a été découvert après l’incendie de l’été 1970 et fouillé en 1971 en collaboration avec J. Courtin et l’inventeur, G. Chabaud. Cette tombe fait également partie des dolmens à chambre carrée de Provence orientale. La chambre se compose de sept orthostates dont deux composent le chevet, deux autres, la paroi nord, et une dalle ferme le côté sud. Deux piliers massifs, ménagent une entrée étroite qui débouche sur un couloir, orienté à l’ouest, constitué de deux orthostates. La chambre et le couloir sont englobés dans un tumulus ovale. Tous les éléments sont en gneiss. Le remplissage, à peu près horizontal, variant de 0,50 à 0,30 m d’épaisseur selon les irrégularités de la roche encaissante, se composait d’un sédiment très fin et de rares petites dalles minces alors que celui du couloir, stérile, était exclusivement composé de blocs. Des intrusions au XIVe-XVe siècle ont remanié le remplissage sur 0,30 m d’épaisseur maximum. Les fragments d’un gobelet campaniforme à décor de style rhodano-provençal s’étageaient sur cette épaisseur et se répartissaient sur toute la surface de la chambre. Un niveau de sédiment stérile mais de consistance identique isolait ce niveau de celui sous-jacent non remanié. Ce dernier niveau contenait les fragments groupés d’un vase de forme globuleuse, à ouverture rétrécie, non décoré, avec un mamelon percé verticalement et quelques fragments d’une écuelle à carène douce et d’un fond de vase aplati. Le vase globuleux est comparable par sa forme et son type d’anse à celui de la grotte du Cimetière à Châteaurenard et à celui de la grotte de Costapera par son anse. Les quelques fragments d’os humains, esquilles et petits fragments de crânes, ont été rencontrés dans les deux niveaux et pourraient correspondre à ceux de trois sujets, d’après la distribution spatiale des fragments. Ces deux niveaux n’induisent pas forcément un écart chronologique important. La forme d’un fond aplati est tout à fait comparable à celle des fonds de gobelets campaniformes et la rareté du matériel ne plaide pas en faveur de la destruction d’inhumations éventuelles du fait de l’acidité du sol comme l’avance Ph. Chambon (Chambon 2003, p. 326). À la lumière des deux exemples précédents, nous pensons pouvoir être plus affirmatif que dans notre publication de 1976 et induire que cette tombe a bien été construite au Campaniforme.

Le dolmen du Villard

50Signalé dès 1894, il n’avait jamais fait l’objet de recherches jusqu’à nos interventions de 1980 à 1983, à l’exception de celles, superficielles, du maire d’Ubaye en 1959. Cette tombe s’intègre à un petit groupe de monuments mégalithiques alpins, isolés sur le plan géographique et éloignés de plus d’une centaine de kilomètres à vol d’oiseau des autres groupes provençaux. Il est le seul des 4 à 6 dolmens cités dans cette région à avoir été conservé avec le dolmen ou la sépulture sous dalle de Saint-Pancrace à La Batie-Neuve, Hautes-Alpes (Sauzade 1990). C’est un dolmen à couloir et à petite chambre. La chambre est formée de six orthostates et d’une dalle de couverture. La spécificité de ces petits dolmens dont fait partie également celui de Tallard, entièrement détruit, est la présence de deux orthostates formant les côtés et un couloir aussi large que la chambre. L’orthostate sud-ouest sert également de pilier d’entrée. Le couloir, orienté à l’ouest, est formé de deux rangées de trois dalles épaisses dressées. L’entrée comporte un bloc allongé formant le seuil surmonté d’une dalle plate de fermeture. Une moitié seulement du tumulus subsistait ; l’autre moitié, comme nous avons pu nous en rendre compte par une tranchée de sondage avait été épierrée lors de l’aménagement du champ attenant. C’est sans doute lors de ces travaux que l’orthostate sud-est qui n’était plus retenu par la masse du tertre, s’est affaissé vers l’extérieur. Avant notre intervention, le couloir était entièrement masqué par la blocaille du tumulus. En effectuant un sondage et en décapant la totalité du tumulus restant, nous avons mis au jour le couloir et un abondant matériel associé à des vestiges osseux humains très fragmentés, parfois brûlés, qui pour une petite partie se rapporte au Bronze moyen-récent (épingle à tête en forme de crosse, bague spiralée en bronze et fragment de vase à décor en « dents de loup »). Le reste se rattache au Néolithique final II, avec des éclats de silex, des lamelles, un segment de cercle et plusieurs tessons décorés appartenant à au moins 3 vases campaniformes ainsi que de nombreux vestiges fauniques, notamment d’ovi-caprinés. Les deux orthostates de la paroi nord de la chambre étaient affaissés à l’intérieur, protégeant ainsi le remplissage. Sur la dalle affaissée nord-ouest se trouvait un petit bracelet spiralé en bronze et, près de l’entrée, plusieurs fragments du même vase à décor en dents de loup situé dans le tumulus. Ces constatations nous amènent à déduire que ce mobilier Bronze moyen-récent s’est infiltré dans la chambre à partir du tumulus après l’affaissement des orthostates nord. Les restes humains et le mobilier de la chambre étaient pris dans un sédiment fin argileux, intrusif, très rouge du côté sud et des pierres de granulométrie moyenne, 10 cm en moyenne. Les restes humains étaient très fragmentés au sommet de la couche II, située sous la couche d’humus et dépourvus de connexions anatomiques. Ce phénomène est fréquent dans les sépultures où les inhumations ont été déposées en surface dans une tombe vide de terre. Les derniers individus inhumés, restés plus près de la surface et bien que non exposés aux remaniements inhérents aux dépôts funéraires successifs, sont les premiers atteints par les divers agents taphonomiques. Dans le niveau sous-jacent, des ossements appartenant à au moins deux individus ont été trouvés entassés contre la dalle de chevet ainsi que des connexions partielles appartenant à plusieurs sujets. Le dénombrement des individus, effectué par Ph. Chambon, fait état d’un nombre minimum de 27 individus dont au moins une dizaine, d’après la morphologie des crânes présents, est à rattacher aux brachycrânes planoccipitaux. L’absence de nombreuses catégories d’ossements, malgré l’excellente conservation générale, amène à penser à des vidanges d’ossements de sujets entièrement disloqués et à des apports d’ossements isolés comme celui d’un crâne partiellement brûlé dont les fragments étaient dispersés sur toute la surface de la chambre alors qu’aucune trace de feu n’a été observée. Enfin, des squelettes incomplets suggèrent l’hypothèse d’apports de corps en cours de décomposition. Comme le reconnaît Ph. Chambon, le fonctionnement de cette tombe est complexe. Cependant, nous ne suivons pas son avis selon lequel les Campaniformes seraient seulement les réutilisateurs de cette tombe. En effet, apports d’ossements et vidanges ont pu être effectués pendant la même période. La date radiocarbone obtenue sur os humains correspond au Néolithique final II : Ly – 3257 : 3980±120 BP (2870 – 2200 BC). Le mobilier, du sommet du remplissage (brassard d’archer, fragment de vase campaniforme) à sa base (poignard en cuivre, pendeloque arciforme) et tout le matériel en général, (fragments de vases campaniformes, segments de cercle) qu’il soit situé dans la chambre ou dans le tumulus, se rapportent au campaniforme ou tout au moins au Néolithique final II (perles olivaires en calcaire, en os, perle tubulaire lisse en os). La présence de plusieurs lamelles non retouchées est à nouveau à souligner. Ces objets, provenant parfois d’un même nucléus, sont très fréquents dans le mobilier sépulcral campaniforme (grotte Murée, dolmen de l’Agriotier, dolmen du Caillassou, grotte de Sainte-Maxime). Enfin, il est à notre avis peu vraisemblable qu’un mobilier du Néolithique final I ne laisse aucune trace dans une sépulture qui aurait été vidangée alors que c’est au cours de cette période qu’il est le mieux représenté et le plus abondant en Provence.

Autres dolmens

51Ils sont situés sur les communes de Saint-Cézaire, Saint-Vallier-de-Thiey et Cabris. Eux aussi pourraient également avoir été construits au Campaniforme. Nous avons révisé en 1970 le dolmen du Serre-Dinguille à Saint-Cézaire et trouvé, à même le substratum, trois fragments d’un gobelet campaniforme, une pendeloque à double perforation en roche verte et des perles en dentale (fig. 9, n° 10 et 15). Déjà, De Maret en 1876 puis P. Goby (Goby 1907a) avaient remarqué dans ce dolmen des fragments de céramiques décorées de stries, des dentales, une perle olivaire en cuivre, une en stéatite et un fragment de hache polie (fig. 9. n° 11, 12 et 14). Des trouvailles similaires se rapportant à un mobilier campaniforme ou associé ont été effectuées aux dolmens d’Arboin (fig. 10, n° 9 à 14), des Verdolines (fig. 9, n° 16 à 21) (Ollivier 1875) et du Dégoutai (Bottin 1882) à Saint-Vallier-de-Thiey (fig. 4, n° 9 à 17) ainsi qu’au dolmen de Stramousse à Cabris (fig. 9, n° 1 à 9) (Goby 1906). Sans avoir de certitude sur leur origine campaniforme, il est paradoxal que tous ces dolmens aient été seulement réutilisés à cette période alors qu’aucune trace de mobilier plus ancien n’a été retrouvée.

9. Cabris (Alpes-Maritimes)

9. Cabris (Alpes-Maritimes)

1 à 9 : dolmen de Stramousse. 1 : gobelet campaniforme à décor au peigne ; 2 : céramique (biberon ?) ; 3 : fragment d’aiguille en os ; 4 : fragment de poinçon en os ; 5 : agraphe en bronze ; 6 : pendeloque en coquillage (porcelaine) ; 7 : fragment de céramique décorée de deux rangées de sillons en dents de loup ; 8 : 2 anneaux en bronze ; 9 : perles en stéatite. Saint-Cézaire (Alpes-Maritimes). 10 à 15: dolmen du Serre Dinguille. 11, 12, 14, fouilles de Maret et Goby ; 10, 13 et 15 fouilles Sauzade. 10 bord de vase à décor incisé ; 11 et 12 : perles en tonnelet en cuivre ; 13 : bord de vase avec mamelon ; 14 : fragment de hache en roche polie ; 15 : pendeloque en stéatite à double perforation en forme de huit ; Saint-Vallier-de-Thiey. 16 à 21 : dolmen des Verdolines : tube cylindrique en os ; 17 : perles discoïdales en roche; 18 perle en tonnelet en roche ; 19 : pendeloque en os ou en test ; 20 : pendeloque arciforme en test ; 21 : fragment de vase campaniforme à décor incisé et estampé / 1 to 9: Stramousse Dolmen. 1: Bell-beaker with comb decoration; 2: Ceramics (feeding-bottle?); 3: Bone needle fragment; 4: Bone bodkin fragment; 5: Bronze clasp; 6: Shell pendant (chinaware); 7: Ceramic fragment featuring serration lines on two rows; 8: 2 bronze rings; 9: Steatite beads. Saint-Cézaire (Alpes-Maritimes). 10 to 15: Le Serre Dinguille Dolmen. 11, 12, 14, Maret and Goby excavations; 10, 13 and 15 Sauzade excavations. 10: Vessel edge with incised decoration; 11 and 12: Copper keg-shaped beads; 13: Vessel edge with nipple; 14: Polished rock axe fragment; 15: Steatite pendant with double 8-shaped perforation; Saint-Vallier-de-Thiey. 16 to 21: Verdolines Dolmen: Bone cylinder-shaped pipe; 17: Rock disk-shaped beads; 18: Rock keg-shaped bead; 19: Bone or test pendant; 20: Test arched pendant; 21: Bell-beaker vessel fragment with incised and etched decoration

10. Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes), Tumulus des Passages / Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes), Les Passages Tumulus

10. Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes), Tumulus des Passages / Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes), Les Passages Tumulus

1 et 2 : gobelet campaniforme à décor incisé et estampé de style rhodano-provençal et pendeloque arciforme en test. 3 : perle en tonnelet en roche de la tombe 1 de Sainte-Anne. 4 et 5 : perles en tonnelet en roche de la tombe 4 du Caillassou ; 6 à 8 : perles et anneau en roche de la tombe 3 du Caillassou. 9 à 14 : Dolmen d’Arboin. 9 : anneau de bronze ; 10 : perle en tonnelet en roche verte ; 11 : fragment de vase campaniforme à décor incisé et estampé de style rhodano provençal ; 12 : hache en roche polie ; 13 : fragment de lame retouchée ; 14 : poignard en cuivre d’après Vindry / 1 and 2: Bell-beaker with incised and etched decoration in Rhône-Provence style, and test arched pendant. 3: Rock keg-shaped bead from Sainte-Anne gravestone 1. 4 and 5: Rock keg-shaped beads from Le Caillassou gravestone 4; 6 to 8: Rock keg-shaped beads and ring from Le Caillassou gravestone 3. 9 to 14: Arboin Dolmen. 9: Bronze ring; 10: Greenstone keg-shaped bead; 11: Bell-beaker vessel fragment with incised and etched decoration in Rhône-Provence style; 12: Polished rock axe; 13: Altered blade fragment; 14: Copper dagger according to Vindry

4.2. Tombes en blocs

52Nous avons choisi cette expression plutôt que le terme de tholos car aucune preuve d’encorbellement n’a été apportée jusqu’à ce jour en ce qui les concerne, à l’exception non vérifiée de la tombe 2 du Caillassou décrite et fouillée par Bottin. Au nombre d’une vingtaine, elles se répartissent sur les communes d’Andon, Saint-Vallier et Saint-Cézaire et sont formées de blocs plus ou moins volumineux juxtaposés. Disposées au centre d’un tumulus de pierres, elles sont peu profondes et ont des formes variées : circulaires, carrées ou rectangulaires (Sauzade 1998, p. 320, fig. 7, 8 et 10). Elles sont souvent constituées à partir d’un surcreusement du substrat rocheux, dont quelques éléments ont pu être extraits pour fournir les blocs cerclant la tombe. L’évidement du substrat peut dans quelques cas former un ou plusieurs côtés de la tombe. Fouillées entre 1866 et 1897, les auteurs rapportent que certaines avaient déjà été violées. Comme l’indique C. Bottin, ces tombes renfermaient le plus souvent les restes de 1 à 4 individus et parfois des ossements brûlés. Dans la tombe 3 du Caillassou (Bottin 1886), il a, cependant, dénombré les restes d’une dizaine de sujets et dans celle de Canaux 2 à Andon (Bottin 1897) entre 20 et 25 sujets. Ces chiffres, sans doute approximatifs, nous donnent cependant un aperçu de la population inhumée dans ces tombes, bien inférieure à celle des dolmens en général. Malgré les violations antérieures, le nombre d’objets découverts est en rapport vraisemblablement avec le peu de sujets inhumés. À l’exception de celui de la tombe 2 de Canaux, le mobilier découvert n’est pas antérieur au Néolithique final II : alène en cuivre à la tombe en blocs de Sargier à Saint-Cézaire (fig. 4, n° 18 à 20), fragments de céramiques décorées campaniformes dans le coffre des Puades à Saint-Cézaire et tombe en blocs du Deffends (fig. 4, n° 26 à 34 et fig. 4, n° 25) ou au Bronze ancien dans le cas de réutilisations : alènes losangiques en bronze et anneaux (fig. 4, n° 20, 24 et 35).

53La tombe 2 de Canaux est de forme rectangulaire. Certaines assises de la roche encaissante ont été extraites de façon à former la paroi de trois côtés ; le quatrième côté est constitué de 7 petits blocs alignés. Le mobilier comprend un poignard en silex, une armature de flèche pédonculée et une de forme sublosangique, de nombreuses pendeloques en forme de griffe en roche et en os, des perles discoïdales en test, en calcite et en stéatite, une grande rondelle en os percée en son centre, une perle en os annelée et une alène en cuivre. Ce mobilier se rattache, vraisemblablement au Néolithique final I et II. La sépulture contenait de 20 à 25 squelettes selon C. Bottin.

54Ces tombes situées le plus souvent sur des crêtes, des cols ou des épaulements, se rencontrent soit isolées soit à proximité de dolmens, de tumulus (Canaux) ou groupées en petites nécropoles (Caillassou). Fréquemment dépourvues d’entrée, elles devaient recevoir les dépôts sépulcraux par le haut. La fermeture de ces tombes par un pierrier est une hypothèse à retenir. Déjà P. Goby avait émis l’idée qu’il n’y avait eu ni branchages ni encorbellement pour assurer la couverture de certaines de ces tombes « les pierres semblent avoir été jetées pêle-mêle les unes sur les autres au-dessus des individus ensevelis. » (Goby 1907b p. 19, 20). De faible volume, un mètre cube environ, la question de leur fonctionnement se pose : dépôts secondaires, dépôts de corps en partie décomposés, vidanges ? Nous pensons que la formule de Ph. Chambon s’applique tout particulièrement à ces petites tombes de moins d’un mètre cube de volume (Chambon 2003, p. 304) : « C’est par le jeu de la décomposition des cadavres que l’on peut réunir un grand nombre de défunts dans une même tombe ».

4.3. Coffres et cistes

55Deux coffres, construits exactement sur le modèle des chambres de dolmens, ont été répertoriés en Provence. Leurs côtés sont constitués de dalles dressées complétées par un muret aux quatre angles. Ils ne possèdent pas d’entrée ni de couloir d’accès. Ils sont profonds, 1,20 m de haut et entre 1,10 m à 1,20 m de large et sont enserrés dans un tumulus de pierres. Celui du Puits des Quatre Points à Bauduen, Var (Sauzade 1998, fig. 11, et 1999b) contenait les restes humains très fragmentés de trois individus au moins. Le mobilier se réduisait à quelques tessons de poterie, plusieurs petits éclats de silex, une alène en cuivre à section carrée, 27 perles discoïdales en roche verte (chlorite ou chloritoschiste) et 35 perles de mêmes formes en test. Ce coffre fait partie d’une petite nécropole échelonnée sur la crête comprenant également un tumulus et un dolmen. Celui de Collorgue est isolé. Il est situé à Montfort-sur-Argens, Var. De même que pour la très grande majorité des tombes en blocs, nous pensons que ces coffres se rattachent au Néolithique final II et sont des sépultures individuelles ou plurielles. Comme les tombes en blocs, dépourvues d’entrée, l’accès se faisait par le haut.

56Les autres coffres connus, notamment ceux de Château Blanc (Hasler et al. 2002) sont bâtis sur un tout autre modèle et apparaissent au Bronze ancien. La ciste des Goubert à Gigondas, Vaucluse est une tombe individuelle Bronze ancien se rattachant au petit groupe de sépultures de la basse vallée du Rhône (Sauzade & Vital 2002).

4.4. Tumulus 1 du Plan-des-Noves à Vence, entre coffre et tumulus simple

57Nous avons refouillé cette tombe en 1976, déjà vue par Ed. Blanc en 1874 (Blanc 1874) qui avait mis au jour les restes d’une vingtaine de sujets, une épingle à tête biconique décorée de fines incisions, une perle en Columbella et une pendeloque arciforme en coquillage. Deux dalles parallèles posées de chant forment une sorte de coffre peu profond de 3 m de long et 1 m de large. Il occupe le centre d’un grand tumulus de 16 m de diamètre. Ce coffre, fermé à l’est par la masse du tertre s’ouvre au nord-ouest sur une aire d’incinération de forme ovale, de 4 m sur 2,50 m de diamètre. Les fouilles de 1976 ont livré un mobilier se rapportant au Néolithique final II : six armatures de flèches, un segment de cercle, un fragment d’aiguille, un tesson de céramique campaniforme, six perles olivaires en roche verte, deux perles olivaires en calcaire et une perle olivaire en calcite. Comme l’épingle en bronze, une dizaine de pendeloques et perles en coquillage pourraient se rapporter au Bronze ancien. L’observation intéressante effectuée sur cette tombe est l’aire d’incinération avec sol charbonneux et pierres brûlées, jouxtant le coffre et située sur le tertre. Cette aire renfermait des fragments d’ossements brûlés en petit nombre et des fragments d’ossements non brûlés en plus grande quantité, amenant à penser que des dépôts funéraires non incinérés ont été déposés après les incinérations ou bien qu’il s’agit de rejets issus des premières fouilles dans le coffre. Le mobilier ne porte pas de traces de feu.

4.5. Tumulus

58Les tumulus sans structure mégalithique centrale apparaissent, en Provence, au Néolithique final II, en milieu campaniforme, et leur construction perdure jusqu’au premier âge du Fer.

59Comme l’atteste la tombe du Plan-des-Noves 2, des aménagements légers (assemblage de petits blocs ou de dalles) ont quelquefois pu être réalisés afin de délimiter une chambre funéraire dans un premier état d’utilisation. Ces aménagements sont souvent démantelés lors des inhumations postérieures qui les rendent non lisibles. Les tumulus campaniformes connus sont isolés comme ceux du Gendarme (Courtin & Palun 1962), de la Grande Bastide au Plan-d’Aups, Var, (inédit) et celui des Passages ou de la Carriéra à Saint-Cézaire (fig. 10, n° 1 et 2) (Bottin 1886). Le tumulus de la Collette à Escragnoles (Chiris 1889, Goby 1907b) aurait pu avoir, en son centre, d’après les descriptions des auteurs, une chambre appareillée, peut-être en encorbellement, constituée de pierres plates comme la tombe de la Lauze à Salernes, Var. Toutefois, s’il y a eu voûte, se pose la question de l’existence d’une entrée qui n’est pas signalée alors que les restes d’une trentaine d’individus auraient été décomptés. Cette tombe présente la panoplie classique d’une sépulture campaniforme avec tessons campaniformes, brassard d’archer, alène en cuivre mais également, armatures de flèches foliacées, fragment de poignard en silex et grande lame appointée.

60Au Bronze ancien, les tumulus peuvent aussi être isolés comme ceux du Mont de l’Altée à La Turbie, Alpes-Maritimes (épingle à disque décorée), du Mont du Corbeau à La Trinité-Victor, Alpes-Maritimes (Courtin 1976), de Signes, Bouches-du-Rhône (flèche à pédoncule et à ailerons et une épingle à tête sphérique percée, Marin-Tabouret 1908), des Pounches à Mons, Var (épingle à tête tréflée à bossettes, Courtin 1962), et de Mauvans nord à Saint-Vallier-de-Thiey, Alpes-Maritimes (épingle à tête annulaire, Bottin 1899). Ils peuvent également s’intégrer dans une nécropole comme ceux de Canaux à Andon (épingle à tête en massue percée et alène losangique dans la tombe 6, Bottin 1897) ainsi que les 5 tumulus Bronze ancien-Bronze moyen de Cabris (épingle à tête biconique dans les tumulus 3 et 4, épingle losangique à extrémité enroulée dans le tumulus 8, poignard nervuré à 2 rivets dans le tumulus 5, Bottin 1899). Enfin, le tumulus inédit du Plan des Noves 2, fouillé par G. Zancanaro en 1979, comportait trois zones de dépôts funéraires. Deux, dont celle située au centre, comportaient un mobilier attribuable au Bronze ancien : trois armatures de flèches, une hache polie, un fragment de vase à languette, plusieurs pendeloques en test roulées par la mer ou polies, des pendeloques en Pectunculus et en Columbella, ainsi qu’une épingle à tête en massue perforée (fig. 1). Le troisième dépôt, plus excentré, date du Bronze final.

Conclusion

61Dans l’intervalle de temps considérable, de près de 1500 ans, entre le Néolithique final et le Bronze ancien, durant lequel se développent les sépultures collectives, la faiblesse des indicateurs ne nous permet pas de distinguer, à l’heure actuelle, plus de trois périodes d’utilisation. La faible représentation des éléments céramiques dans les sépultures aggrave la difficulté à caractériser les périodes. Cette difficulté est d’autant plus manifeste que parmi les autres marqueurs à notre disposition, parures et armatures de flèches, certains sont présents dans deux où même, dans les trois phases en question. Le jeu des associations, les quantités, les matières utilisées et le degré des aménagements ou des transformations des supports, sont des paramètres à prendre en compte dans cette approche de périodisation.

62La prise de conscience des caractères multiples liés aux faits funéraires des tombes collectives de la fin du Néolithique n’est pas nouvelle. Les archéologues de la fin du XIXe et du début du XXe siècle avaient déjà décelé les pratiques liées à l’inhumation, à l’incinération, aux dépôts en espace vide, aux rangements, notamment des crânes, à l’existence de rites primaires et secondaires et ont souvent fourni des appréciations sur le nombre de sujets inhumés. Ils avaient également observé dans les sépultures l’absence de sélections liées au sexe et à l’âge : tombe 2 de Sainte-Anne (Bottin 1886) ou en constatant des cloisonnements à l’intérieur d’une même sépulture : la Marane (Cotte 1924,). Les problématiques actuelles revisitent ces observations anciennes tout en s’efforçant de mieux les cerner ou de les développer plus avant et d’ouvrir de nouvelles voies de recherche qu’il serait peut-être opportun de préciser.

63L’approche que nous tentons dans cette étude porte sur le volet chronologique de ces phénomènes funéraires en vue de mieux appréhender les types de fonctionnement selon les périodes. Comme il a été énoncé plus haut, le mode sépulcral collectif n’a pu se maintenir aussi longtemps sans évoluer et se transformer et le mode individuel n’a pu survenir sans préalable. Des travaux récents ont mis l’accent sur ces questions notamment dans le bassin rhodanien et le Midi de la France (Tchérémissinoff 2006 ; Lemercier & Tchérémissinoff 2011). Il est apparu dans le recensement effectué dans les sépultures chronologiquement bien individualisées que la rupture vers une individualisation des inhumations était particulièrement évidente à une phase évoluée du Bronze ancien. Toutefois, le nombre élevé de sujets recensés dans des sépultures se rattachant aux deux périodes du Néolithique final et celles du début du Bronze ancien ne veut pas dire qu’il s’agit de pratiques funéraires identiques. Les premiers bâtisseurs des dolmens provençaux sont ceux du Néolithique final I. C’est aussi la période où l’aspect monumental des tombes est le plus manifeste avec l’apparition des hypogées de Fontvieille, du nord Vaucluse, des grands dolmens à chambre allongée et les plus grands dolmens à chambre carrée de Provence orientale. De cette période se dégage l’impression qu’on est à l’apogée des sépultures collectives et de la cohérence communautaire.

64D’un point de vue purement matériel, ces constructeurs avaient « de l’espace » pour déposer leurs morts. Dans de vastes sépultures comme celle de Grillon (plus de 100 m2 de superficie) (Sauzade 1983), nous n’avons observé ni rangements ni déplacements d’ossements. Parallèlement se développent dans la partie orientale de la Provence la construction de plus petits monuments, de petits dolmens, de faible volume (1,50 à 1,80 m3). Ces tombes pourraient être la traduction d’une plus grande fréquence des rites funéraires en deux temps ou le réceptacle de restes osseux issus d’un deuxième temps d’inhumation. Dans des sépultures de volume moyen (3 m3) comme celle de l’Ubac (Bizot & Sauzade à paraître), dès les premières phases d’utilisation, on observe des apports de corps en partie décomposés, des dépôts primaires, des déplacements d’ossements et des zones de rangement. Ces apports incomplets de corps dès les premières phases d’occupation semblent correspondre davantage à des caractéristiques culturelles plutôt que matérielles. Dans l’hypothèse où se généraliserait une pratique maîtrisée, où l’espace occupé par les dépôts funéraires se réduit (deuxième temps d’inhumations, incinérations, rangement d’ossements de squelettes disloqués) devrait progresser logiquement le nombre de sépultures de petit volume pour aboutir aux tombes en blocs au Néolithique final II. Les dolmens à chambre carrée ou plutôt sub-carrée dont la longueur de la chambre dépasse 2 m sont exceptionnels et situés en plaine. Ceux de La Verrerie Vieille à Tourrettes (5 m3) et de la Pierre de la Fée à Draguignan (5,50 m3) (Courtin 1974) pourraient correspondre à des communautés plus importantes ou à la « vitrine » ostentatoire de ces mêmes communautés. Au Néolithique final II, dans les dolmens réutilisés, se rencontre souvent un mobilier campaniforme qui pourrait bien être le témoignage d’une utilisation seulement individuelle.

65À la même période, dans la partie est de la Provence et dans les Alpes se construisent encore un certain nombre de dolmens semblables à ceux édifiés antérieurement et comportant uniquement des céramiques campaniformes ou du mobilier qui lui est généralement associé. Ces tombes abritaient des sépultures individuelles ou plurielles comme les dolmens du Caillassou, de l’Agriotier et de San Sébastien I ou des tombes collectives comme le dolmen du Villard. Nous avons fourni plus haut les éléments tendant à démontrer que ces constructions étaient tardives mais il est difficile d’en expliquer les raisons alors que se diffusent localement, à la même époque, des constructions nouvelles comme les tombes en blocs, les tumulus ou les tombelles telle celle de la Colette à Escragnolles, Alpes-Maritimes (Chiris 1889). L’attachement à la tradition est-il si prégnant, conservateur ou opportuniste pour expliquer une telle pratique, alors que le mode individuel d’inhumation n’exige plus d’investissements aussi coûteux en temps dans la construction d’une tombe ? Cependant, l’architecture mixte du dolmen du Caillassou, avec sa cella semblable à celle des tombes en blocs, son entrée et son couloir identiques à ceux des dolmens et celle du dolmen de l’Agriotier où les éléments permettant des accès répétés sont prévus alors que la tombe a fonctionné comme un coffre, témoignent de la persistance de certains caractères traditionnels incorporés à des éléments d’architecture nouvelle, de même que des architectures créées pour un type de fonctionnement (accès répétés à la chambre) peuvent être utilisées différemment (accès vertical à la tombe). Nous avons d’ailleurs déjà émis cette hypothèse à propos de dolmens sans dalle de couverture dont les restes osseux ont sans doute été directement déposés dans la chambre et protégés sous un amas de pierres ou de blocs (Sauzade et al. 1999). « La donnée essentielle, dans l’optique de dépôts successifs, est l’absence de comblement de la tombe. Le coffrage pérennise le sépulcre » (Chambon 2003, p. 305). En ce qui nous concerne, nous ajouterons que la dalle de couverture est une protection monolithique, le « pierrier », étant aussi une protection par l’accumulation de petits éléments. Il permet lui aussi l’accès répété à la tombe jusqu’à ce qu’il se transforme en condamnation définitive. Dans certains secteurs géographiques comme les Maures, les grandes dalles nécessaires à la couverture d’un dolmen sont particulièrement difficiles à extraire ou à trouver. L’investissement en temps, en vue de leur transport, pouvait être considérable. Quoi qu’il en soit, que les dalles de couverture aient disparu ou n’aient jamais existé, il s’avère qu’il n’y a qu’une vingtaine de dolmens sur les 110 ou 120 découverts jusqu’à ce jour, qui ont conservé leur couverture ou dont on a le témoignage de leur existence, soit 6 % du nombre de dolmens recensés en Provence, ce qui représente une très faible proportion.

66* Je remercie Yaramila Tchérémissinoff, Maïtena Sohn et l’équipe éditoriale de Préhistoires méditerranéennes pour les corrections et les suggestions apportées dans l’élaboration de cet article.

Haut de page

Bibliographie

Barge 1978, BARGE H., Atlas préhistorique du Midi méditerranéen : feuille de Toulon au 1/100 000, Paris, Editions du CNRS, 1978, 198 p.

Bérard et al. 1991, BÉRARD G., BOISSINOT P., GAZENBEEK M., Manosque : vallon de Gaude, Bilan scientifique. Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Aix-en-Provence, 1990, 1991, p. 33-40.

Bizot & Sauzade à paraître, BIZOT B., SAUZADE G., Eléments sur l’utilisation de l’espace dans la chambre funéraire du dolmen de l’Ubac à Goult (Vaucluse) in: Fonction, utilisation et représentation de l’espace dans les sépultures monumentales du Néolithique européen, Robin G., Bailly M, D’Anna A. & Schmitt A. (dir.), Aix-en-Provence, MMSH, 8-10 juin 2011, supplément Préhistoires méditerranéennes, à paraître.

Blanc 1874, BLANC E., Mémoire sur un tumulus de l’Age du Bronze situé au Plan des Noves (près Vence), Mémoire de la Société des Sciences Naturelles, des Lettres et des Beaux-Arts de Cannes et de l’Arrondissement de Grasse, Cannes, 3, 1874, p. 268-292.

Bottin 1882, BOTTIN C., Notes sur quelques monuments préhistoriques des Alpes-Maritimes, Annales de la Société des Lettres, Sciences et Arts des Alpes-Maritimes, Nice, 8, 1882, p. 155-177.

Bottin 1886, BOTTIN C., Mémoire sur dix tombes de l’époque préhistorique à Saint-Vallier, Annales de la Société des Lettres, Sciences et Arts des Alpes-Maritimes, Nice, 10, 1886, p. 426-442.

Bottin 1897, BOTTIN C., Canneaux, Bulletin de l'Académie du Var, Toulon, 1897, 14 p.

Bottin 1899, BOTTIN C., Découverte et fouille de neuf tombes aux environs de Saint Vallier de Thiey (Alpes maritimes), Annales de la Société des Lettres, Sciences et Arts des Alpes-Maritimes, Nice, 16, 1899, p. 318-328.

Bourguignat 1875, BOURGUIGNAT M.J.R., Monuments mégalithiques de Saint-Cézaire près de Grasse, Mémoire de la Société des Sciences Naturelles, des Lettres et des Beaux-Arts de Cannes et de l’Arrondissement de Grasse, Cannes, 5, 1875, p. 217-231.

Bretagne & D'Anna 1988, BRETAGNE P., D'ANNA A., Bonnieux : Les Fabrys, habitat de plaine - Néolithique final-Chalcolithique, Notes d'information et de liaison Provence-Alpes-Côte d'Azur. Direction des antiquités historiques, Aix-en-Provence, 5, 1988, p. 163-166.

Buisson-Catil 1995, BUISSON-CATIL J., Crillon-le-Brave : La Blaoute, Bilan scientifique. Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Aix-en-Provence, 1994, 1995, p. 280-282.

Catelan & Catelan 1915, CATELAN A., CATELAN L., Cimetière énéolithique du Perpétairi à Mollans (Drôme), in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Comptes rendus des séances. 48ème session, Le Havre 1914, Paris, Association française pour l'avancement des sciences, 1915, p. 673-676.

Chambon 2003, CHAMBON P., Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, Editions du CNRS, 2003, 395 p. (Gallia Préhistoire - Supplément ; 35).

Chapon et al. 2002, CHAPON P., HASLER A., RENAULT S., VILLEMEUR I., Fiche n° 19 - Le site chasséen de L'Héritière II à Vernègues, in: Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse - Tome 1 - La préhistoire, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2002, p. 203-212 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 8).

Cheylan & Cheylan 1972, CHEYLAN G., CHEYLAN M., Un ossuaire chasséen : la Grotte du Delubre : (Commune de Vauvenargues, Bouches-du-Rhône), Cahiers ligures de Préhistoire et d'Archéologie, Bordighera, 21, 1972, p. 96-111, 10 fig.

Cheylan & Congès 1984, CHEYLAN G., CONGÈS G., La grotte de la Citadelle (Vauvenargues, Bouches-du-Rhône) : un ossuaire Chalcolithique - Bronze ancien, Cahiers ligures de Préhistoire et de Protohistoire, Bordighera, 1, 1984, p. 125-136.

Chiris 1889, CHIRIS M., Mémoire sur un tumulus de l'époque néolithique situé à La Collette, commune d'Escragnolles (Alpes-Maritimes), Draguignan, Imprimerie de Olivier et Rouvier, 1889, 9 p., et pl.

Cotte & Cotte 1904, COTTE A., COTTE C., La grotte-ossuaire de La Marane à Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Comptes rendus des séances. 33ème session, Grenoble 1904, Grenoble, Allier Frères, 1904, p. 1106-1112.

Cotte 1924, COTTE V., Documents sur la préhistoire de Provence. Quatrième partie : sépultures et monuments mégalithiques des âges de la pierre polie, du Bronze et du Fer, Aix-en-Provence, Dragon, 1924, 170 p.

Courtin 1962, COURTIN J., Les dolmens à couloir de Provence orientale, L'Anthropologie (Paris), Paris, 66, 3-4, 1962, p. 269-278.

Courtin & Palun 1962, COURTIN J., PALUN Y., La caverne de la Grande Baume (Commune de Gémenos, Bouches-du-Rhône), Gallia Préhistoire, Paris, 5, 1, 1962, p. 145-157.

Courtin 1974, COURTIN J., Le Néolithique de la Provence, Paris, Société préhistorique française, 1974, 360 p. (Mémoire ; 11).

Courtin 1976, COURTIN J., Les civilisations de l'Age du Bronze en Provence : le Bronze ancien et le Bronze moyen, in: La préhistoire française. Tome 2, Guilaine J. (Dir.), Paris, CNRS, 1976, p. 445-451.

D'Anna 1993, D'ANNA A., L’habitat de plein air en Provence : recherches récentes, in: Le Néolithique au quotidien. Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique (Paris, 5 et 6 novembre 1989), Blanchet J.-C., Bulard A., Constantin C. et al. (Dir.), Paris, Maison des sciences de l'Homme, 1993, p. 72-83 (Documents d'archéologie française ; 39).

Duprat 1916, DUPRAT E.-H., Le tumulus du « Mourre du Diable » au Thor, Mémoires de l'Académie de Vaucluse, Avignon, 16, 1916, p. 157-.

Escalon de Fonton & Palun 1955, ESCALON DE FONTON M., PALUN Y., Le Lagozien de Trets (Bouches-du-Rhône) : une sépulture en fosse à La Bastidonne, Cahiers Rhodaniens, Bordighera, 2, 1955, p. 9-16, 3 fig.

Escalon de Fonton 1961, ESCALON DE FONTON M., La plaine de Trets, Cahiers ligures de Préhistoire et d'Archéologie, Bordighera, 10, 2, 1961, p. 178-.

Gagnière & Vareilles 1931, GAGNIÈRE S., VAREILLES L., Puits funéraire néolithique de Coustelet à Cabrières d'Avignon (Vaucluse), Cahiers d'Histoire et d'Archéologie, Nîmes, 1, 1931, p. 113-117.

Gagnière & Germand 1941, GAGNIÈRE S., GERMAND L., La grotte sépulcrale de la Lave à Saint-Saturnin-d’Apt, Cahiers de Pratique médico-chirurgicale, Avignon, 15, 1941, p. 1-40.

Goby 1906, GOBY P., Description et fouille d'un nouveau dolmen près Cabris, arrondissement de Grasse (Alpes-Maritimes), in: Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 1ère session, Périgueux 1905, Paris, Société préhistorique française, 1906, p. 3-19.

Goby 1907a, GOBY P., Les dolmens de la "Graou" et de "Lou Serre Dinguille" à Saint-Cézaire (Alpes-Maritimes), in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Comptes rendus des séances. 35ème session, Lyon 1906, Paris, A.F.A.S., 1907a, p. 665-674.

Goby 1907b, GOBY P., Coup d'œil d’ensemble sur la Préhistoire de l’arrondissement de Grasse et notamment sur les dolmens, tumulus et sépultures, in: Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 2ème session, Vannes 1906, Paris, Société préhistorique française, 1907b, p. 382-410.

Hameau 2006, HAMEAU P., Un dernier regard sur la Baume des Maures, La Garde-Freinet, Var, Revue du Centre archéologique du Var, Toulon, 2006, 2006, p. 75-91.

Hasler et al. 2002, HASLER A., COLLET H., DURAND C., CHEVILLOT P., RENAULT S., RICHIER A., Fiche n° 22 - Ventabren - Château Blanc. Une nécropole tumulaire néolithique, in: Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse - Tome 1 - La préhistoire, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2002, p. 227-238 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 8).

Joubert 1967, JOUBERT J., La grotte de la Baume des Maures, La Garde-Freinet (Var), Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, Toulon, 19, 1967, p. 44-61.

Joubert 1968, JOUBERT J., La grotte de la Baume des Maures, La Garde-Freinet (Var), Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, Toulon, 20, 1968, p. 46-56.

Joubert 1969, JOUBERT J., Note préliminaire sur les fouilles de 1969 à la Baume des Maures, La Garde-Freinet, Annales de la Société des Sciences naturelles et d'Archéologie de Toulon et du Var, Toulon, 21, 1969, p. 29-34.

Leclerc 1999, LECLERC J., Un phénomène associé au mégalithisme : les sépultures collectives, in: Mégalithismes de l'Atlantique à l'Ethiopie, Guilaine J. (Dir.), Paris, Errance, 1999, p. 23-40 (Collection des Hespérides).

Lemercier et al. 1998, LEMERCIER O., DÜH P., LOIRAT D., MELLONY P., PELLISSIER M., SERIS D., TCHÉRÉMISSINOFF Y., BERGER J.-F., Les Juilléras (Mondragon - Vaucluse). Site d'habitat et funéraire du Néolithique récent, Néolithique final, Campaniforme - Bronze ancien et Bronze final 2b : premiers résultats, in: Production et identité culturelle, D'anna A., Binder D. (Dir.), Antibes, APDCA, 1998, p. 359-368 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 2).

Lemercier et al. 2002, LEMERCIER O., TCHÉRÉMISSINOFF Y., AVEC LA COLLABORATION DE, PELLISSIER M., FURESTIER R., Les Juilléras (Mondragon), in: Ages du bronze en Vaucluse, Buisson-Catil J., Vital J. (Dir.), Avignon, A. Barthélémy / Département de Vaucluse, 2002, p. 61-66 (Notices d'Archéologie vauclusienne ; 5 / Travaux du Centre d'Archéologie préhistorique de Valence ; 4).

Lemercier 2004, LEMERCIER O., Les Campaniformes dans le Sud-Est de la France, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2004, 515 p. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 18).

Lemercier 2010, LEMERCIER O., Les Juilléras (Mondragon, Vaucluse) au quatrième millénaire, in: 4e millénaire : la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le sud-est de la France et les régions voisines, Lemercier O., Furestier R., Blaise E. (Dir.), Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2010, p. 115-126 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 27).

Lemercier et al. 2011, LEMERCIER O., FURESTIER R., MÜLLER A., BLAISE E., BOUVILLE C.P., CONVERTINI F., La sépulture individuelle campaniforme de La Fare, Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), in: Les sépultures individuelles campaniformes en France, Salanova L., Tchérémissinoff Y. (Dir.), Paris, CNRS Editions, 2011, p. 145-159 (Gallia Préhistoire. Supplément ; 41).

Lemercier & Tchérémissinoff 2011, LEMERCIER O., TCHÉRÉMISSINOFF Y., Du Néolithique final au Bronze ancien : les sépultures individuelles campaniformes dans le sud de la France, in: Les sépultures individuelles campaniformes en France, Salanova L., Tchérémissinoff Y. (Dir.), Paris, CNRS Editions, 2011, p. 177-194 (Gallia Préhistoire. Supplément ; 41).

Mahieu 1992, MAHIEU E., Les sépultures campaniformes en France, in: Le Campaniforme dans le Midi de la France : origine et identité culturelle, Barge H. (Dir.), Marseille, Editions Etudes et Prospectives Archéologiques, 1992, p. 74-79.

Margarit et al. 2002, MARGARIT X., LOIRAT D., RENAULT S., TCHÉRÉMISSINOFF Y., Fiche n° 15 - Le Néolithique récent du site des Ribauds à Mondragon (Vaucluse), in: Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse - Tome 1 - La préhistoire, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2002, p. 183-188 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 8).

Marin-Tabouret 1908, MARIN-TABOURET H., Découverte d’un tumulus de l’âge du Bronze commune de Signes (Var), in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Comptes rendus des séances. 36ème session, Reims 1907, Paris, A.F.A.S., 1908, p. 1047-1050.

Müller 1988, MÜLLER A., Lurs : Les Clavelles. Habitat et sépultures chasséens, Notes d'information et de liaison Provence-Alpes-Côte d'Azur. Direction des antiquités historiques, Aix-en-Provence, 5, 1988, p. 27-28.

Müller & Sauzade 1997, MÜLLER A., SAUZADE G., Vence. Domaine des Blaquières, Bilan scientifique. Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Aix-en-Provence, 1996, 1997, p. 59-60.

Muret 2006, MURET A. Ed., Le gisement archéologique du Col des Tourettes à Montmorin (Hautes-Alpes), Theix, Actilia Multimédia, 2006, 159 p.

Ollivier (Dr) 1875, OLLIVIER (Dr), Sur des sépultures de Saint-Vallier, Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme, Toulouse, 6, 1875, p. 137-140.

Paccard 1954, PACCARD M., La grotte d’Unang, gorges de la Nesque – Malemort, Vaucluse, Cahiers ligures de Préhistoire et d'Archéologie, Bordighera, 3, 1954, p. 3-27.

Paccard 1957, PACCARD M., Etude d’un peuplement de vallée du Néolithique ancien au IIe Age du Fer : le Vallon de Fraischamp (commune de La-Roque-sur-Pernes, Vaucluse) Cahiers ligures de Préhistoire et d'Archéologie, Bordighera, 6, 1957, p. 112-154.

Roudil & Bérard 1981, ROUDIL O., BÉRARD G., Les Sépultures mégalithiques du Var, Marseille / Paris, Centre régional de Publications / Centre national de la Recherche scientifique, 1981, 222 p.

Sargiano et al. 2010, SARGIANO J.-P., VAN WILLIGEN S., D'ANNA A., RENAULT S., HUNGER K., WOERLE-SOARES M., GADAY R., Les Bagnoles à l’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse) : aspects nouveaux dans le Néolithique moyen du midi de la France, Gallia Préhistoire, Paris, 52, 2010, p. 193-239.

Sauzade 1971, SAUZADE G. Ed., Rapport de fouilles de sauvetage dans les Alpes –Maritimes, 1969, 1970, 1971, communes d’Andon, Cabris, Saint-Cézaire et Saint-Vallier-de-Thiey, Avignon, Direction des Antiquités préhistoriques de Provence-Côte d’Azur, 1971, 11 p.

Sauzade 1972, SAUZADE G. Ed., Rapport de fouilles de sauvetage dans les Alpes-Maritimes à Saint-Cézaire et dans le Var à Mons et à Tourrettes, 1972, Avignon, Direction des Antiquités préhistoriques de Provence-Côte d’Azur, 1972, 10 p.

Sauzade 1973, SAUZADE G. Ed., Rapport de fouilles de sauvetage dans le Var, 1983, Avignon, Direction des Antiquités préhistoriques de Provence-Côte d’Azur, 1973, 5 p.

Sauzade et al. 1976, SAUZADE G., COURTIN J., CHABAUD G., Le dolmen I de San Sébastien, communes de Plan-de-la-Tour et Sainte-Maxime (Var), in: Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 20ème session, Provence 1974, Paris, Société préhistorique française, 1976, p. 581-594.

Sauzade 1981, SAUZADE G., La grotte de Costapera (Les Baux-de-Provence, Bouches-du-Rhône) : du Néolithique moyen au Bronze ancien, Bulletin du Musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco, Monaco, 25, 1981, p. 71-89.

Sauzade 1983a, SAUZADE G., Les Sépultures du Vaucluse, du Néolithique à l'Age du Bronze, Paris, Laboratoire de Paléontologie humaine et de Préhistoire - Institut de Paléontologie humaine, 1983a, 251 p. (Etudes quaternaires ; 6).

Sauzade 1983b, SAUZADE G. Ed., Le dolmen de l’Agriotier, Roquebrune-sur-Argens, Var, rapport de fouilles de sauvetage, 1983, Aix-en-Provence, Conservation régionale de l’archéologie, DRAC-PACA, 1983b, 16 p.

Sauzade & Courtin 1988, SAUZADE G., COURTIN J., Le dolmen II de San Sébastien, communes de Plan-de-la-Tour et Ste-Maxime (Var) : réflexions sur les pratiques de l'inhumation dans les sépultures collectives provençales, Gallia Préhistoire, Paris, 30, 1988, p. 119-143.

Sauzade 1989, SAUZADE G., Le dolmen de Gauttobry : commune de la Londe-les-Maures (Var), Bulletin archéologique de Provence, Vitrolles, 18, 1989, p. 17-27.

Sauzade 1990, SAUZADE G., Les dolmens de Provence occidentale et la place des tombes de Fontvieille dans l’architecture mégalithique méridionale, in: Autour de Jean Arnal, Guilaine J., Gutherz X. (Dir.), Montpellier, Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale / Laboratoire de paléobotanique - U.S.T.L., 1990, p. 305-334.

Sauzade 1991, SAUZADE G., Le mégalithisme dans les Alpes, in: Archéologie dans les Hautes-Alpes, Barruol A. (Dir.), Gap, Louis-Jean, 1991, p. 93-100.

Sauzade & Grenet 1996, SAUZADE G., GRENET M., Saint-Jean-du-Désert : les tombes jumelles, Marseille, L2 : le sens de la ville, 1996, 8 p.

Sauzade 1998, SAUZADE G., Les sépultures collectives provençales, in: La France des dolmens et des sépultures collectives (4500 - 2000 avant J.C.) : bilans documentaires régionaux, Soulier P. (Dir.), Paris, Errance, 1998, p. 291-328 (Archéologie aujourd'hui).

Sauzade 1999a, SAUZADE G., Des dolmens en Provence, in: Mégalithismes de l'Atlantique à l'Ethiopie, Guilaine J. (Dir.), Paris, Errance, 1999a, p. 125-140 (Collection des Hespérides).

Sauzade 1999b, SAUZADE G., Deux exemples de protection de sites préhistoriques dans le Var. II. Opération de sauvetage de la tombe en coffre du Puits des Quatre Points à Bauduen, in: Rencontres du Verdon : Le pays du Verdon du Mercantour à la Durance, Draguignan, avril 1999, E. Palandjian (Dir.), Draguignan, Société d’Etudes Scientifiques et Archéologiques de Draguignan et du Var, 1999b, p. 70-76.

Sauzade & Vital 2002, SAUZADE G., VITAL J., La ciste des Goubert (Gigondas), in: Ages du bronze en Vaucluse, Buisson-Catil J., Vital J. (Dir.), Avignon, A. Barthélémy / Département de Vaucluse, 2002, p. 67-72 (Notices d'Archéologie vauclusienne ; 5 / Travaux du Centre d'Archéologie préhistorique de Valence ; 4).

Sauzade à paraître, SAUZADE G., Offrandes, mobiliers et intentions perceptibles dans les sépultures provençales entre 3500 et 1800 ans av. J.-C., in: Actes du colloque "La fin du Néolithique en Europe de l’Ouest : valeurs sociale et identitaire des dotations funéraires (3500-2000 av. J.-C.)", Carcassonne, septembre 2008, Vaquer J., Sohn M. (Dir.), à paraître.

Tchérémissinoff 2004, TCHÉRÉMISSINOFF Y., «Campaniformes» et sépultures individuelles dans le sud-est de la France, in: Graves and funerary rituals during the Late Neolithic and Early Bronze Age in Europe (2700-2000 BC) : proceedings of the International Conference held at the Cantonal Archaeological Museum, Sion (Switzerland) October 4th-7th 2001, Besse M., Desideri J. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 2004, p. 61-68 (British archaeological Reports - International Series ; 1284).

Tchérémissinoff 2006, TCHÉRÉMISSINOFF Y., Les sépultures simples et plurielles du campaniforme et du Bronze ancien dans le Bassin rhodanien et ses zones d’influences, Oxford, Archaeopress, 2006, 155 p. (British archaeological Reports - International Series ; 1531).

Vaquer 1998, VAQUER J., Les sépultures du Néolithique moyen, in: Sépultures d'Occident et genèse des mégalithismes (9000-3500 avant notre ère), Guilaine J. (Dir.), Paris, Errance, 1998, p. 165-186 (Collection des Hespérides).

Zancanaro 1987, ZANCANARO G., Inventaire archéologique de Vence et des environs, Notes déposées et mises en forme au S.R.A. PACA, Aix-en-Provence, Service régional de l'Archéologie, 1987.

Haut de page

Annexe

Abridged version

Collective burials were widely adopted as a general rule in the Final Neolithic and Early Bronze Ages in Provence, from 3300 to 1600 BC. The change in such rites appears rather difficult to explore due to the lack of radiocarbon dating data, most of which often lack in accuracy for this extensive 1500 year period. However, a chronocultural characterization of furnishings might help comprehend such a change in order to set the various funerary patterns, structures and systems at specific points in time over this period. The same approach shall be generally applied to domestic structures, although the markers will vary depending on whether they pertain to housings or graves. Ceramic items, which are the preferred chronocultural identifiers for housings, are lacking or not clearly differentiated in graves. Therefore, other types of artifacts are to be searched among stone, bone and metal furnishings as well as in adornment items, although these are less commonly found in domestic settings, except for bone tools.

In Provence, save very few successive deposits that might refer to the concept of collective grave, death was still associated with single structures during the Middle and Late Neolithic ages. Individual graves in chests, in coffers or bound by a block or stone belt, or tightly held in a mound, are the heralds of a megalithic era that will later become a typical feature of the Final Neolithic funerary architecture. Also, these periods were home to some instances of cremation rituals for the dead and to sets of individual gravestones clustered as necropolises, thereby foreshadowing practices that would later become standard in the Final Neolithic.

Some examples, such as Château Blanc necropolis in Ventabren, Bouches-du-Rhône,  show individual gravestones that are set next to a collective grave (dolmen). The reduced chronological discrepancy revealed by 14C dating shows how quickly (not much more than a century) practices switched from individual to collective burial. In the early stages of the Final Neolithic, the very small number of recorded individual graves bears evidence of such collective burial practices being brought into general use. From the Final Neolithic II on, individual or multiple graves reappeared, yet remained a minor practice. These are substantially represented mainly because of the bell-beaker gravestones dating back to that time.

Furthermore, it should be discussed how changes in burial methods occurred during such periods which, due to their extensive length, may suggest that these have deviated from their original pattern. Leading up to examining any indications likely to bring out such signs of change, a classification method is to be sought for objects that might be associated with any of the three periods of interest. Among such objects, arrow implements and adornment items seem to be of paramount importance. In order to draw up a chronological list of furnishing items, a number of homogenous funerary sites should be selected, with a single or well-defined occupancy and a wide range of furnishings to make them faithful illustrations. Without purporting to provide a comprehensive list, three items have been considered for the Final Neolithic stage I and eight for stage II - four of which are not from bell-beaker culture and four others are to be replaced in the bell-beaker background. Three sites were also selected for the Early Bronze Age.

An inventory of individuals, performed for a few individual or collective graves, with or without bell-beaker items, and selected for their homogeneity, highlighted the individual or collective nature of some types of gravestones and the reduced discrepancy between average values for graves in the Final Neolithic I (18.7) and in the Final Neolithic II (14.6). Such a discrepancy is unsubstantial and might even be reversed should other graves be considered. On the other hand, there is a significant discrepancy between each of those stages and the Early Bronze Age (5.7). It would be even larger if the first stage of Early Bronze Age, where furnishings are most frequently very different from those dating back to the Final Neolithic II, were differentiated from other stages in the same period. Such differentiation would help determine the precise severance and grave decollectivization period, which should probably be set around 1800 BC.

Some individualization and severance indicators have been observed on a number of collective graves, many of which may therefore be related to the Final Neolithic II. These also conjure up another funerary layout pattern and an inclination to affect community consistency as early as this time. Similarly, characterizing the pieces of furnishing discovered in homogenous funerary settings, including in bell-beaker culture, will help determine when architectures were built, irrespective of their traditional or modern design. Such technique made it possible to identify, thanks to the homogenous bell-beaker setting, late dolmen constructions in eastern Provence and in the Alps dating back to the Final Neolithic II. Moreover, three out of four dolmens were observed as being most probably individual or multiple graves, thereby supporting the argument associating their construction with the Bell-beaker culture. These are Le Caillassou dolmens in Saint-Vallier, Alpes-Maritimes, L’Agriotier dolmens in Roquebrune-sur-Argens and San Sébastien I dolmens in Plan-de-la-Tour, Var. The fourth one, Le Villard dolmen in Lauzet-Ubaye, Alpes-de-Haute-Provence, is a collective grave that contains the remains of at least 27 individuals, including at least ten planoccipital brachycraniums. With regard to modern architectures - that is, first appeared or at least spread in the Final Neolithic II - block gravestones, chests, cists and tumulus are to be mentioned. Block gravestones - a designation that is preferred to tholus due to the small size and absence of corbel - are only found in Saint-Cézaire, Saint-Vallier and Andon areas in Alpes-Maritimes. There are about twenty of them. These are round, square or rectangular shallow graves. Except for Canaux 2 grave in Andon, the oldest identified furnishings are related to the Final Neolithic II. Those have often been reused in the Bronze Age. The space in such gravestones which may contain the remains of more than ten individuals is so tiny that concerns are raised about their operating pattern: secondary cremations, partially wasted body deposits, drainage, etc. Two chests, located in the Var county and built based on the dolmen chamber pattern, although they do not feature any door or entrance path, are deep. Furnishings in one of them are set back in the Final Neolithic II. The other identified chests, including those in Château Blanc, have been built from a very different pattern and emerged in the Early Bronze Age. The Goubert cist in Gigondas, Vaucluse, is an individual grave dating back to an early stage of the Early Bronze Age. The oldest furnishings identified in the tumulus (mound without core megalithic structure) is set back in the Final Neolithic II. All gravestones identified for this period are from bell-beaker culture and almost all of them house individual or multiple graves. The same features may be identified on the Early Bronze Age tumulus.

This approach to funerary occurrences through a chrono-typological study of furnishings will help comprehend the various funerary patterns depending on the periods in time, and set their change into individualized funerary structures back in a precise timeframe. A line of argument shall also stem from this approach, claiming that a number of those dolmens as found in the Alps and eastern Provence have been built until the Final Neolithic II. Lastly, issues on when new gravestone designs and operating patterns emerged shall also be addressed through this approach.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Vence (Alpes-Maritimes), Tumulus2 du Plan des Noves / Vence (Alpes-Maritimes), Plan des Noves Tumulus 2
Légende 1 à 7 : pendeloques en valve de Glycymeris ; 8 : fragment de valve de Cardium ; 10 : Columbella rustica percée à l’apex ; 11 : perle en test ; 12 : épingle en bronze percée à tête en massue ; 13 : fragment de ciseau en os ; 14 : lame polie en roche verte ; 15 : éclat encoché ; 16 : armature de flèche pédonculée ; 17 et 18 : armatures de flèches à retouches bifaciales de forme amygdaloïde allongée ; 19 : fragment de roche verte portant des traces de percussion aux deux extrémités / 1 to 7: Glycymeris valve pendants; 8: Cardium valve fragment; 10: Apex pierced Columbella rustica; 11: Test bead; 12: Pierced bronze pin with club head; 13: Bone chisel fragment; 14: Greenstone polished blade; 15: Notched flake; 16: Stalked arrow implement; 17 and 18: Arrow implements with oblong amygdaloidal bifacial alterations; 19: Greenstone fragment featuring percussion marks on both ends
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 2. Baudinard (Var), Grotte « P » / Baudinard (Var), “P” Cave
Légende 1 : écarteur de collier en pâte de verre ; 2 : anneau en roche ; 3 : pendeloque biforée en coquille ; 4 : perle  en roche ; 5 et 6 : pendeloque en Cerithium et Cardium ; 7 et 8 : extrémités distales de poinçons en os ; 9 : pendeloque en défense de sanglier biforée : 10 à 13 : lamelles en silex non retouchées ; 14 à 17 : armatures de flèches foliacées dont une à bords encochées ; 18 et 19 : fragment de lame et lame retouchées / 1: Glass mosaic necklace retractor; 2: Rock ring; 3: Bi-drilled shell pendant; 4: Rock bead; 5: Cerithium and Cardium pendant; 7 and 8: Bone bodkin distal ends; 9: Bi-drilled wild boar tusk pendant: 10 to 13: Unaltered flint bladelets; 14 to 17: Foliaceous arrow implements, including one with notched edges; 18 and 19: Altered blade fragment and blade
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 3. Montmeyan (Var), Grotte de Sainte-Maxime / Montmeyan (Var), Sainte-Maxime Gave
Légende 1 : bol à fond rond ; 2 et 3 lamelles de silex non retouchées ; 4 : extrémité de perçoir en silex : 5 : armature de flèche à retouches marginales de forme ovalaire ; 6 : pendeloque biforée en fragment de Triton nodifer ; 7 : bord de coupe campaniforme à décor incisé et estampé / 1: Round bottom bowl; 2 and 3: Unaltered flint bladelets; 4: Flint borer end: 5: Arrow implement with oval marginal alterations; 6: Triton nodifer fragment bi-drilled pendant; 7:Bell-beaker footed cup edge with incised and etched decoration
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 4. Mons (Var)
Légende 1 à 8 : dolmen des Riens. 1 : armature de flèche losangique ; 2 : pendeloque  en canine de chien ou de loup ; 3 à 5 : pendeloques en canine de renard : 6 : perle triangulaire en roche ; 7 : perles discoïdales en stéatite ; 8 : fragments de gobelet campaniforme à décor au peigne. Saint-Vallier-de-Thiey. 9 à 17 : dolmen du Dégoutai. 9 : perle discoïdale en stéatite ; 10 : alène losangique en bronze ; 11 : pendeloque arciforme en test ; 12 : pendeloque arciforme en test ; 13 : pendeloque en canine de chien ; 14 à 17 : perles  discoïdales en stéatite. Saint-Vallier-de-Thiey. 18 à 20 : tombe en blocs de Sargier. 18 : armature de flèche foliacée bifaciale : 19 : alène en cuivre ; 20 : bague ouverte en bronze. Saint-Cézaire. 21 à 24 : dolmen de Mauvans sud. 21  et 22 : perles en tonnelet en roche verte ; 23 : armature de flèche foliacée étroite à bords dentelés ; 24 : alène losangique en bronze. 25 : Tombe en blocs du Deffends de St. Cézaire : fragment de gobelet campaniforme à décor incisé. 26 à 35 : tombe carrée des Puades. 26 : pendeloque en Columbella rustica ; 27 à 29 : pendeloques en cristal de roche ; 30 : perle en tôle de cuivre ou de bronze repliée 31 et 32 : perles discoïdales en test ; 33 : fragment de vase campaniforme à décor incisé ; 34 : spirale en bronze ; 35 : alène losangique en bronze / 1 to 8: Riens Dolmen. 1: Diamond-shaped arrow implement; 2: Dog or wolf canine tooth pendant; 3 to 5: Fox canine tooth pendant: 6 : Rock triangular bead; 7: Steatite disk-shaped beads; 8: Bell-beaker fragments with comb decoration. Saint-Vallier-de-Thiey. 9 to 17: Le Dégoutai Dolmen. 9: Steatite disk-shaped bead; 10: Bronze diamond-shaped awl; 11: Test arched pendant; 12: Test arched pendant; 13: Dog canine tooth pendant; 14 to 17: Steatite disk-shaped beads. Saint-Vallier-de-Thiey. 18 to 20: Sargier Block Gravestones. 18 : Bifacial foliaceous arrow implement; 19 : Copper awl; 20: Open bronze ring. Saint-Cézaire. 21 to 24: South Mauvans Dolmen. 21 and 22: Greenstone keg-shaped beads; 23: Narrow foliaceous arrow implement with serrated edges; 24: Bronze diamond-shaped awl. 25 : Le Deffends de St. Cézaire Block Gravestone: Bell-beaker fragment with incised decoration. 26 to 35: Les Puades Square Gravestone. 26 : Columbella rustica pendant; 27 to 29: Rock crystal pendants; 30: Folded copper or bronze sheet bead; 31 and 32: Test disk-shaped beads; 33: Bell-beaker vessel fragment with incised decoration; 34: Bronze whorl; 35: Bronze diamond-shaped awl
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende G. : Grotte ; A. : Abri ; Av. : Aven ; C. : Coffre ; T.B. : Tombe en blocs ; D. : dolmen ; T. : Tumulus ; F. : Fosse. Les phases 2, 3, 4 de l’Ubac ont été regroupées au Néolithique final II car elles offrent des dates 14C proches, correspondant à cette période
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre 5. Saint-Vallier-de Thiey (Alpes-Maritimes), Tombe 2 de Saint Anne ou dolmen du Caillassou / Saint-Vallier-de Thiey (Alpes-Maritimes). Sainte-Anne Gravestone 2 or Le Caillassou Dolmen
Légende 1 à 4 : gobelets campaniformes décorés au peigne / 1 to 4: Bell-beakers with comb decoration
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 6. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen
Légende Plan et vues des élévations latérales et frontale du dolmen. Les flèches indiquent le rayon du tumulus par rapport au centre de la chambre. Les dalles de chevet et de couverture ont été disposées sur le plan dans leur position d’origine / Dolmen plan and elevation side and front-end views. Arrows point to tumulus radius from the chamber center. Apse and covering slabs have been arranged on the plan based on their original positions
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 7. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen
Légende 1 : Lame non retouchée en silex lacustre ; 2 à 4 : lamelles en silex non retouchées ; 5 et 6 : segments de cercle à dos abattu : 9 et 12 : fragments d’armatures de flèches pédonculées ; 7 à 11 : armatures de flèches foliacées incomplètes dont deux dentelées sur les bords. (Dessins : H. Barge) / 1: Limnic flint unaltered blade; 2 to 4: Unaltered flint bladelets; 5 and 6: Pitched back circle segments: 9 and 12: Stalked arrow implement fragments; 7 to 11: Incomplete foliaceous arrow implements, including two with serrated edges. (Drawings: H. Barge)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 8. Roquebrune-sur-Argens (Var), Dolmen de l’Agriotier / Roquebrune-sur-Argens (Var), L’Agriotier Dolmen
Légende 1 à 6 : fragments  de céramiques dont un avec amorce d’anse en boudin (1) et un avec pastillage (3) ; 7 : deux fragments d’un même brassard d’archer en grès : 8 : perle en tonnelet en calcaire ; 9 : perle discoïdale en pâte de verre bleue. (Dessins : H. Barge) / 1 to 6: Ceramic fragments, including one with the base of a flange handle (1) and one with pellet-decoration (3); 7: Two fragments of one sandstone archer arm-piece: 8: Limestone keg-shaped bead; 9: Blue glass mosaic disk-shaped bead. (Drawings: H. Barge)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 9. Cabris (Alpes-Maritimes)
Légende 1 à 9 : dolmen de Stramousse. 1 : gobelet campaniforme à décor au peigne ; 2 : céramique (biberon ?) ; 3 : fragment d’aiguille en os ; 4 : fragment de poinçon en os ; 5 : agraphe en bronze ; 6 : pendeloque en coquillage (porcelaine) ; 7 : fragment de céramique décorée de deux rangées de sillons en dents de loup ; 8 : 2 anneaux en bronze ; 9 : perles en stéatite. Saint-Cézaire (Alpes-Maritimes). 10 à 15: dolmen du Serre Dinguille. 11, 12, 14, fouilles de Maret et Goby ; 10, 13 et 15 fouilles Sauzade. 10 bord de vase à décor incisé ; 11 et 12 : perles en tonnelet en cuivre ; 13 : bord de vase avec mamelon ; 14 : fragment de hache en roche polie ; 15 : pendeloque en stéatite à double perforation en forme de huit ; Saint-Vallier-de-Thiey. 16 à 21 : dolmen des Verdolines : tube cylindrique en os ; 17 : perles discoïdales en roche; 18 perle en tonnelet en roche ; 19 : pendeloque en os ou en test ; 20 : pendeloque arciforme en test ; 21 : fragment de vase campaniforme à décor incisé et estampé / 1 to 9: Stramousse Dolmen. 1: Bell-beaker with comb decoration; 2: Ceramics (feeding-bottle?); 3: Bone needle fragment; 4: Bone bodkin fragment; 5: Bronze clasp; 6: Shell pendant (chinaware); 7: Ceramic fragment featuring serration lines on two rows; 8: 2 bronze rings; 9: Steatite beads. Saint-Cézaire (Alpes-Maritimes). 10 to 15: Le Serre Dinguille Dolmen. 11, 12, 14, Maret and Goby excavations; 10, 13 and 15 Sauzade excavations. 10: Vessel edge with incised decoration; 11 and 12: Copper keg-shaped beads; 13: Vessel edge with nipple; 14: Polished rock axe fragment; 15: Steatite pendant with double 8-shaped perforation; Saint-Vallier-de-Thiey. 16 to 21: Verdolines Dolmen: Bone cylinder-shaped pipe; 17: Rock disk-shaped beads; 18: Rock keg-shaped bead; 19: Bone or test pendant; 20: Test arched pendant; 21: Bell-beaker vessel fragment with incised and etched decoration
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre 10. Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes), Tumulus des Passages / Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes), Les Passages Tumulus
Légende 1 et 2 : gobelet campaniforme à décor incisé et estampé de style rhodano-provençal et pendeloque arciforme en test. 3 : perle en tonnelet en roche de la tombe 1 de Sainte-Anne. 4 et 5 : perles en tonnelet en roche de la tombe 4 du Caillassou ; 6 à 8 : perles et anneau en roche de la tombe 3 du Caillassou. 9 à 14 : Dolmen d’Arboin. 9 : anneau de bronze ; 10 : perle en tonnelet en roche verte ; 11 : fragment de vase campaniforme à décor incisé et estampé de style rhodano provençal ; 12 : hache en roche polie ; 13 : fragment de lame retouchée ; 14 : poignard en cuivre d’après Vindry / 1 and 2: Bell-beaker with incised and etched decoration in Rhône-Provence style, and test arched pendant. 3: Rock keg-shaped bead from Sainte-Anne gravestone 1. 4 and 5: Rock keg-shaped beads from Le Caillassou gravestone 4; 6 to 8: Rock keg-shaped beads and ring from Le Caillassou gravestone 3. 9 to 14: Arboin Dolmen. 9: Bronze ring; 10: Greenstone keg-shaped bead; 11: Bell-beaker vessel fragment with incised and etched decoration in Rhône-Provence style; 12: Polished rock axe; 13: Altered blade fragment; 14: Copper dagger according to Vindry
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/581/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

 

Référence électronique

Gérard Sauzade, « Caractérisation chronoculturelle du mobilier funéraire en Provence au Néolithique final et au Bronze ancien », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://pm.revues.org/581

Haut de page

Auteur

Gérard Sauzade

Les Rassades rte Flassan 84570 MORMOIRON – gerard.sauzade0963@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page