Navigation – Plan du site

2900-1900 av. n.-è. Une méthodologie et un référentiel pour un millénaire de produits céramiques dans le Sud-Est de la France

2900-1900 before n.-e. Methodology and reference system for pottery products of a millenium in South-Eastern France
Jessie Cauliez

Résumés

Pour restituer une histoire sociale durant le Néolithique, le mobilier céramique est aujourd’hui encore un des mediums les plus efficaces. Celui-ci permet, en effet, de replacer un site, tant sur le plan chronologique (caractérisation chrono-culturelle, calage en chronologie relative), que spatial (mise en évidence des traditions locales, des processus de renouvellement des productions, des variabilités, des apports et influx externes, des mixités...). Cette entreprise requiert toutefois l’analyse exhaustive, détaillée, mais surtout systématisée des corpus entendus dans leur valeur d’assemblage. Pour ce faire, nous proposons dans ce supplément de présenter notre système descriptif de la céramique, conçu pour guider pas à pas le chercheur au moment de dépeindre la composition d’une vaisselle domestique essentiellement sur des critères morphologiques, stylistiques, technologiques et métriques.

En complément de cet outil classificatoire, le lecteur trouvera également un référentiel des types de formes, de lèvres, de fonds, de préhensions et de décors disponibles dans les productions céramiques de la fin du Néolithique du Sud-Est de la France. Ce catalogue a été construit afin de faciliter la synchronisation d’études distinctes et les comparaisons intra et extra-régionales.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La céramique est aujourd’hui encore un formidable marqueur de modifications culturelles et sociales et le medium le plus apte à nous informer sur la nature des réseaux d’échange et sur les relations inter et extrarégionales, quand toutefois, à l’aide de la typologie et d’une bonne compréhension de la structuration stylistique et technique des productions, il s’agit de décrire et analyser les mécanismes de sociétés au Néolithique. La céramique n’est cependant sources d’informations valides que si elle est étudiée de façon approfondie, mais surtout systématisée avec une rigueur dans l’étude qui permet de dépasser les méthodes jusqu’alors utilisées en Préhistoire récente et plus particulièrement dans le Sud-Est de la France. Ici, malgré d’honorables années de recherche, l’intérêt a été en effet longuement porté, au moment d’établir cadres chronoculturels et périodisations, sur des pièces prises isolément et non en fonction de leur valeur d’association, détachées d’un assemblage dont la majeure partie n’était généralement ni décrite, ni même figurée. La multiplicité, la redondance et parfois l’aspect contradictoire des descriptions concernant les céramiques rencontrées dans le Néolithique final méridional rendaient, de plus, nécessaire une tentative de normalisation afin de pouvoir se référer aux assemblages pour des études à implications régionales et chronologiques (caractérisation des productions, évaluation des variabilités et des récurrences stylistiques inter et intra séries en synchronie et sur la diachronie...) et mieux comprendre les productions dans les différentes étapes de la chaîne opératoire.

2Au commencement de ce travail : la volonté de mener un réexamen général des collections céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France dans le cadre d’une maîtrise et à l’occasion de notre participation, dès le début des années 2000, au Programme Collectif de Recherches « Le Couronnien en basse Provence occidentale. État des connaissances et nouvelles perspectives de recherches ». Ces travaux ont abouti rapidement à la mise en place d’une première terminologie et d’une méthode de description qui faisaient jusqu’alors défaut (Cauliez et al. 2001). Depuis lors, la publication princeps de cette méthode (Cauliez et al. 2001-2002) et la poursuite d’un projet de thèse soutenue récemment (Cauliez 2009 et 2010) ont été l’opportunité d’affiner et de compléter notre système descriptif, dont le bon fonctionnement repose au départ sur l’analyse quantitative et qualitative de grands corpus documentaires recueillis dans des contextes homogènes, fiables, très bien datés et parallèlement, sur le caractère exhaustif de l’inventaire des céramiques, enregistrées et traitées de façon systématisée et de manière plus large que ne le proposaient les protocoles jusqu’alors disponibles. Aujourd’hui, ce système descriptif s’inspire à la fois de travaux généraux qui proposent des vocabulaires et des procédures de description et de classification cohérentes pour la céramique préhistorique (Camps-Fabrer 1966a et 1966b, Shepard 1968, Séronie- Vivien 1987, Arnal 1989, Balfet et al. 1983, 1989, Camps et al. 1990 ; Manen & Salanova 2010), mais également de certains concepts et outils de réflexion développés dans plusieurs thèses et monographies portant sur le Néolithique ancien, moyen et final d’Europe ou d’Afrique de l’ouest (Gallay 1977, Schifferdecker 1982, Gutherz 1984, Giligny 1993, Salanova 2000, Manen 2002, Georjon et al. 2005, Gallin 2007, Haour et al., 2010). Consciente de l’intérêt des habitudes acquises depuis plus d’un demi-siècle dans le domaine de la céramologie, nous avons ainsi tenté d’exploiter au mieux les méthodes de description existantes, en respectant les logiques propres à chacune, tout en concevant un outil approprié aux corpus de notre période et de notre zone d’études.

3Au-delà de la démonstration d’une procédure à suivre dans la description de cortèges céramiques, nous avions parallèlement le souhait d’élaborer un référentiel typologique pour faciliter à tous la description et la comparaison des séries affiliées au Néolithique final méridional. En définitive, vingt six séries céramiques issues de dix huit gisements distincts localisés dans un secteur s’étendant du Languedoc oriental à l’ouest, à la frontière italienne à l’est et du rivage méditerranéen français au sud, au Dauphiné au nord et cumulant pas moins de 9027 pièces typologiquement significatives, permettent en effet de couvrir une part importante des variations céramiques visibles dans un vaste sud-est au Néolithique final (fig. 1).

1. Carte de localisation des sites pris en compte et effectifs sur lequel se fonde le référentiel / Localization map for considered sites and sizes for building the reference system

1. Carte de localisation des sites pris en compte et effectifs sur lequel se fonde le référentiel / Localization map for considered sites and sizes for building the reference system

4La description monographique de ces séries et parallèlement, leur inventaire exhaustif, a permis la réalisation de classements typologiques, lesquels s’appuient sur des critères descriptifs retenus pour leur pertinence dans la caractérisation des productions céramiques. La pertinence des critères est fonction, d’une part de leur capacité à partitionner et à différencier les éléments d’un assemblage céramique, d’autre part de leur observation applicable à tous les corpus examinés. Notre méthode dégage alors plusieurs voies de classement : la première est liée à la forme des récipients, la seconde aux attributs constituant le vase. Chacune aboutit à l’élaboration d’une typologie (fig. 2), celle des vases fondée sur les informations liées à la morphologie et celle de chaque attribut significatif isolé, aussi appelé élément diagnostique composant le contenant (type de lèvre et type de fond) ou ajouté sur le récipient (type de préhension et type de décor).

2. Représentation schématique du système descriptif des céramiques / Schematic representation of the pottery description system

2. Représentation schématique du système descriptif des céramiques / Schematic representation of the pottery description system

5C’est ainsi que tous les types distingués sont recensés dans un répertoire spécifique, un véritable catalogue descriptif comptant à ce jour plus de 70 formes différentes, 16 types de lèvres, 4 types de fonds, 40 types de préhension et près de 300 types de motifs incisés, imprimés ou plastiques. Pour ces derniers, la description cumule approche technologique (geste et outil) et approche stylistique (description de la composition). L’unification et la systématisation des classements sont assurées par l’adoption d’une codification des types, dont les buts sont multiples : faciliter l’enregistrement des données dans les bases informatisées (différents logiciels sont utilisés en général à cet égard tels que 4DTM, Microsoft accessTM, File maker proTM par exemple), la description des séries en évitant les intitulés longs et de ce fait parfois peu compréhensibles et enfin leur traitement statistique. Précisons que sur l’ensemble de la chronologie av. n.-è. seule la séquence 2900-1900 est documentée, c’est-à-dire les phases 2, 3 et 4 de la périodisation en cours (Cauliez 2011). C’est là malheureusement la conséquence de l’inaccessibilité, du temps de notre doctorat, à certaines séries susceptibles d’être analysées selon le même protocole et qui auraient permis ainsi d’étendre notre répertoire typologique et notamment à la phase 1 du canevas chrono-culturel.

6Bien que comme le soulignait A. Gallay, « tout système descriptif [...] n’a de réalité qu’en fonction d’un certain ensemble de problèmes » (Gallay 1977, p. 18) et traduit un choix, par l’archéologue, d’éléments supposés signifiants dans l’analyse, ce protocole et ce répertoire typologique peuvent représenter un instrument de travail utile à bon nombre de chercheurs. Construit de manière évolutive – l’alimentation de la typologie est en effet possible car le procédé d’encodage n’est pas restrictif –, il est ouvert à des mises à jour régulières et est susceptible, à condition d’être complété, d’être appliqué à des corpus voisins de périodes et de zones diversifiées. Plus encore, à l’échelle régionale, il représente un formidable outil descriptif et d’analyse. À l’échelle interrégionale, le référentiel proposé, jusqu’ici totalement inexistant, marque à lui seul un progrès considérable dans le travail de comparaison. La volonté affichée ici est donc d’en généraliser au mieux son usage afin d’assurer une continuité dans l’étude des céramiques en dépassant les découpages traditionnels chronologiques et géographiques pour s’adapter à des problématiques à grandes échelles. Une telle ambition à une application large se heurte bien entendu au fait que, dans le domaine de la céramologie préhistorique, les récipients sont issus d’un artisanat local, souvent domestique et présentent une variabilité importante. Ajoutons que le matériel reste dans la plupart des cas très fragmentaire et est inégalement conservé, ce qui engendre une importante perte d’informations et un déséquilibre dans les études réellement réalisables. Libre à chacun donc d’adopter cet outil en fonction de ses besoins et de la qualité du mobilier examiné sans perdre néanmoins de vue une question centrale : quels sont, en fonction des problématiques explorées, les éléments céramiques qui restent opérants à différentes échelles d’analyses chronologiques et géographiques ?

1. Les formes et Les formats : construction d’une typoLogie

1.1. La classification morphologique

1.1.1. Critères principaux retenus dans la définition d’un type morphologique

7Pour décrire la forme d’un vase, la procédure d’étude repose sur différentes observations morphologiques organisées autour des trois critères de description, que sont l’ouverture (évasée, rétrécie ou droite), le contour (simple ou complexe) et la forme (volumes géométriques). Ces critères, déjà utilisés par nos prédécesseurs (Séronie- Vivien 1987, Balfet et al. 1989), ont été modifiés et adaptés pour l’élaboration d’une typologie plus ajustée des récipients (fig. 3 à 6).

L’ouverture

8Le récipient peut être à ouverture rétrécie (le diamètre à la panse est supérieur au diamètre à l’ouverture), évasée (le diamètre à la panse est inférieur au diamètre à l’ouverture) ou droite (le diamètre à la panse est égal au diamètre à l’ouverture).

Le contour

9Le contour est défini en fonction du nombre de volumes géométriques élémentaires composant le vase. Deux cas de figure existent :
- les vases à contour simple sont composés d’un volume géométrique élémentaire et ne comportent pas de point de rupture ou d’inflexion sur leur profil (fig. 3) ;

103. Classification morphologique des récipients de contour simple à partir des volumes géométriques / Morphological classification of simple outlined vessels based on geometrical volumes

3. Classification morphologique des récipients de contour simple à partir des volumes géométriques / Morphological classification of simple outlined vessels based on geometrical volumes

11- les vases à contour complexe sont composés d’au moins deux volumes élémentaires, dont la liaison s’effectue par l’intermédiaire d’un ou plusieurs points de rupture et/ou d’un ou plusieurs points d’inflexion (fig. 4 et 5).

4. Classification morphologique des récipients de contour complexe à partir des volumes géométriques et du type de contour / Morphological classification of complex outlined vessels based on geometrical volumes and outline type

4. Classification morphologique des récipients de contour complexe à partir des volumes géométriques et du type de contour / Morphological classification of complex outlined vessels based on geometrical volumes and outline type

5. Classification morphologique des récipients de contour complexe à partir des volumes géométriques et du type de contour / Morphological classification of complex outlined vessels based on geometrical volumes and outline type

5. Classification morphologique des récipients de contour complexe à partir des volumes géométriques et du type de contour / Morphological classification of complex outlined vessels based on geometrical volumes and outline type

12Notons que nous nous démarquons ici des travaux de référence en matière de description morphologique, en subdivisant les vases à contour complexe en plusieurs catégories de récipients en fonction du type de point de rupture et du type de point d’inflexion.

13Le point de rupture existe lorsque le raccord entre deux volumes se fait par l’intermédiaire d’une séparation nette, brutale et anguleuse du profil :
- si l’angle est vif et saillant, il s’agit d’une carène, laquelle peut être basse, médiane ou haute selon sa position sur le vase ;
- si l’angle est vif, saillant et rehaussé, il s’agit d’un épaulement, qui sera qualifié de bas, médian ou haut selon sa position sur le vase ;
- si l’angle est vif et rentrant, il s’agit d’un col. Il est toujours positionné en partie supérieure du vase et clôt la zone orificielle du récipient. Le diamètre à la base du col est inférieur au diamètre maximum mesurable de la panse. Le col est soit concave, convexe, ou rectiligne, et redressé, divergent ou convergent.

14Le point d’inflexion existe lorsque le raccord entre deux volumes se fait par l’intermédiaire d’une inversion graduelle et douce de la courbure du profil, aussi appelée un galbe. Celui-ci peut-être saillant ou rentrant. Il est également défini comme bas, médian ou haut selon sa position sur le vase.

15Les récipients sont alors soit :
- à contour complexe caréné, lorsque le changement de courbure entre les volumes s’effectue par l’intermédiaire d’un point de rupture vif saillant ;
- à contour complexe à épaulement, lorsque le changement de courbure entre les volumes s’effectue par l’intermédiaire d’un point de rupture vif, saillant et rehaussé. À l’intérieur du vase, il existe un fort décrochement au niveau du changement du courbure ;
- à contour complexe à col, lorsque le changement de courbure entre les volumes s’effectue dans la zone orificielle du vase par l’intermédiaire d’un point de rupture vif rentrant ;
- à contour complexe galbé, lorsque le changement de courbure entre les volumes s’effectue par l’intermédiaire d’un point d’inflexion saillant ou rentrant ;
- à contour complexe à col et à carène. Dans ce cas, le vase se compose de trois volumes géométriques et le changement de courbure entre les volumes s’effectue d’abord par l’intermédiaire d’un point de rupture vif rentrant dans la zone orificielle du vase, puis par l’intermédiaire d’un point de rupture vif saillant ;
- à contour complexe à double carène. Dans ce cas, le vase se compose de trois volumes géométriques et le changement de courbure entre les volumes s’effectue par l’intermédiaire de deux points de rupture vifs saillants.

La forme

16La forme est décrite à partir du ou des volumes géométriques composant le vase (fig. 6). Ces derniers peuvent être dérivés de la sphère, de l’ellipsoïde, du cylindre, du cône, de l’ove ou de l’hyperboloïde.

6. Critères principaux retenus dans la définition d’un type morphologique / Main criteria accepted for defining a morphological type

6. Critères principaux retenus dans la définition d’un type morphologique / Main criteria accepted for defining a morphological type

17Les vases à contour simple ont une forme uniquement inscrite dans un de ces volumes géométriques, tandis que la forme des récipients à contour complexe est décrite en décomposant le vase par volumes géométriques en partant toujours du haut du récipient vers le bas du récipient. Deux exceptions faites concernent les vases à contour complexe galbé de forme tulipiforme et hyperboloïde. Pour ces derniers, plutôt que de décomposer le récipient en volumes géométriques, nous préférons décrire la forme en retenant ces appellations claires.

1.1.2. Critères secondaires retenus dans la définition de sous-types

18À partir de ces trois critères retenus pour décrire la morphologie d’un vase, il est possible de classer les récipients par type morphologique. Dans ce classement, la morphologie des fonds n’est pas à considérer initialement dans la mesure où ces derniers sont généralement, dans les séries du Sud-Est de la France du Néolithique final, arrondis et souvent isolés, c’est-à-dire non associés à une forme. Ils ne doivent toutefois pas être exclus de l’analyse et être décrits de façon indépendante. En revanche, la présence, sur le récipient, d’un bord, d’un pied ou d’une base permet de décliner certains types morphologiques en sous-types.

19Il nous semble utile de rappeler ici quelques précisions terminologiques.

20Le bord est la partie supérieure de la panse se terminant par une lèvre. Il existe lorsqu’il y a un changement d’inflexion marqué en partie supérieure du vase, à proximité de l’ouverture. Le bord peut être éversé, à marli, redressé ou rentrant.

21Le pied est un aménagement du fond qui sert d’appui et surélève le vase. Le pied peut être unique ou multiple (récipient polypode).

22La base est un ajout de pâte qui sert d’assise au vase ou au pied se présentant sous une forme pleine ou annulaire.

23Pour la céramique de notre zone d’étude, nous avons pu ainsi définir douze types et douze sous - types morphologiques pour les vases à contour simple et quarante quatre types et deux sous-types morphologiques pour les vases à contour complexe (fig. 7 à 12). La typologie mise en place est présentée de façon détaillée dans le paragraphe « 1.3 – La typologie établie et son codage ».

7. Les types de vases à contour simple / Simple outlined vessel types

7. Les types de vases à contour simple / Simple outlined vessel types

8. Les sous-types de vases à contour simple / Simple outlined vessel sub-types

8. Les sous-types de vases à contour simple / Simple outlined vessel sub-types

9. Les sous-types de vases à contour simple / Simple outlined vessel sub-types

9. Les sous-types de vases à contour simple / Simple outlined vessel sub-types

10. Les types et les sous-types de vases à contour complexe caréné / Carinated complex outlined vessel types and sub-types

10. Les types et les sous-types de vases à contour complexe caréné / Carinated complex outlined vessel types and sub-types

11. Les types et les sous-types de vases à contour complexe galbé / Curved complex outlined vessel types and sub-types

11. Les types et les sous-types de vases à contour complexe galbé / Curved complex outlined vessel types and sub-types

12. Les types de vases à contour complexe à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène / Complex outlined vessel types with neck, with shoulder, with neck and hull or with double hull

12. Les types de vases à contour complexe à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène / Complex outlined vessel types with neck, with shoulder, with neck and hull or with double hull

24Quatre figures montrent également des exemples archéologiques de chacun des types et sous-types morphologiques définis ; ces exemples sont issus des dix-huit sites pris en compte pour l’étude (fig. 13 à 16). Les formats doivent ensuite être donnés pour décrire pleinement le type défini à partir de la forme seule.

13. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour simple (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of simple outlined morphological types and sub- types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

13. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour simple (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of simple outlined morphological types and sub- types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

14. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe caréné (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of carinated complex outlined morphological types and sub-types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

14. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe caréné (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of carinated complex outlined morphological types and sub-types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

15. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe galbé (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of curved complex outlined morphological types and sub-types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

15. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe galbé (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of curved complex outlined morphological types and sub-types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

16. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of complex outlined morphological types and sub-types with neck, with shoulder, with neck and hull or with double hull (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

16. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of complex outlined morphological types and sub-types with neck, with shoulder, with neck and hull or with double hull (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)

1.2. La classification morphométrique

1.2.1. Les classes de format

25Pour compléter la description de chaque type morphologique, il faut intégrer au maximum les données métriques des vases. Lorsque le vase est restituable dans son intégralité, le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum permettent en effet de se référer à un système de classification des récipients par formats ; c’est par exemple le cas de 816 contenants recensés dans les vingt six séries analysées à l’occasion de notre étude. Cette procédure est directement inspirée des travaux conduits par A. Gallay sur la céramique du Néolithique moyen du Jura (Gallay 1977), repris par F. Schifferdecker dans le cadre d’une analyse des productions du Néolithique moyen d’Auvernier 4 (Schifferdecker 1982).

26Pour chaque type morphologique, les rapports de proportion diamètre à l’ouverture/hauteur maximum des 816 vases ont été projetés en nuage de points sur un graphique, afin de juger de l’éventualité d’une corrélation entre le diamètre et la hauteur puis d’observer le comportement du rapport, c’est-à-dire les concentrations ou les dispersions des points représentés (annexe 1).

  • 1  Nous avons vérifié s’il y avait un phénomène d’allométrie reliant les deux variables, diamètre à l (...)

27Pour de nombreux types morphologiques, le fort cœfficient de corrélation suggère une relation de proportionnalité entre les variables diamètre à l’ouverture et hauteur maximum1. Pour ces types, ceci signifie que le type morphologique évolue dans des dimensions constantes en s’inscrivant toujours dans des rapports de proportions identiques selon que le récipient soit plus ou moins grand (fig. 17 à gauche). On observe également souvent une dispersion des points sur les graphiques, laquelle reflète alors une variabilité importante des dimensions au sein des types morphologiques. En d’autres termes, des vases d’un même type morphologique peuvent présenter des formats différents, ce qui permet par conséquent d’envisager au moment de la description d’une série, en plus d’une distinction par forme, un classement des pièces à partir des données métriques et du découpage proposé par F. Schifferdecker.

2817. Corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum pour quelques exemples de types morphologiques. Colonne de gauche : exemples de type morphologique pour lequel le rapport de proportion est constant selon que le vase s’inscrive dans des dimensions plus ou moins grandes. Colonne de droite : exemples de type morphologique pour lequel la corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum est faible / Correlation between opening diameter and maximum height for some examples of morphological types. Left column: examples of morphological type having a proportion ratio stable depending on the vessel’s dimensions. Right column: examples of a morphological type with low correlation between opening diameter and maximum height

17. Corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum pour quelques exemples de types morphologiques. Colonne de gauche : exemples de type morphologique pour lequel le rapport de proportion est constant selon que le vase s’inscrive dans des dimensions plus ou moins grandes. Colonne de droite : exemples de type morphologique pour lequel la corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum est faible / Correlation between opening diameter and maximum height for some examples of morphological types. Left column: examples of morphological type having a proportion ratio stable depending on the vessel’s dimensions. Right column: examples of a morphological type with low correlation between opening diameter and maximum height

29En reprenant les catégories de F. Schifferdecker, on a donc procédé au regroupement des 816 récipients complets en sous-ensembles correspondant à des types de format. Les classes de dimensions établies par F. Schifferdecker ont ici été adaptées et enrichies (cinq nouvelles classes ajoutées) en fonction des regroupements et des dispersions observés sur nos graphiques en annexe 1. On voit là que, contrairement à une classification morphologique, la classification métrique se prête moins à la mise en place d’une typologie généralisable, puisqu’il faut adapter les limites des classes en fonction des différents corpus. Elle est donc moins « stable » qu’une classification par forme, mais reste cependant très pertinente pour détailler les types morphologiques définis.

30Les vases peuvent ainsi se répartir dans quatre grandes catégories et non pas dans cinq comme chez F. Schifferdecker : les récipients plus hauts que larges, aussi hauts que larges, moins hauts que larges et bas et larges (fig. 18). Nous avons en effet éliminé la catégorie des vases peu hauts et peu larges qui intègrent en fait la catégorie des vases aussi hauts que larges. Ces quatre catégories sont subdivisées en formats différents établis à partir des dimensions absolues recensées pour les 816 récipients.

3118. Les différents types de format. Quinze types de format ont été définis en fonction des projections des rapports diamètre à l’ouverture/hauteur maximum des 816 vases restituables sur l’ensemble des séries / Different types of construction. Fifteen types of construction have been defined based on opening diameter/maximum height ratio projections for all 816 retrievable vessels in all series

18. Les différents types de format. Quinze types de format ont été définis en fonction des projections des rapports diamètre à l’ouverture/hauteur maximum des 816 vases restituables sur l’ensemble des séries / Different types of construction. Fifteen types of construction have been defined based on opening diameter/maximum height ratio projections for all 816 retrievable vessels in all series

32Les noms donnés aux formats (assiette, jarre, marmite, godet, écuelle, assiette, bol, jatte, grande jatte...) renvoient à la terminologie élaborée par A. Gallay (1977, p. 44). Précisons que toute considération d’ordre fonctionnel est ici écartée et que les noms sont définis au travers de critères strictement proportionnels. En tenant compte de ces attributs métriques, il s’agit davantage de préciser et d’affiner la description des types morphologiques obtenus en déterminant la taille des récipients que d’appréhender la fonction des vases. On ajoutera que les tentatives de corrélation entre la forme et la fonction ont été nombreuses, mais le plus souvent elles n’ont abouti qu’à des distinctions difficilement généralisables et imprécises, à savoir les récipients de stockage, de cuisson et de service (Martinez 1991, Echallier & Courtin 1994, Cassen 1995, 2000, Buchez 2004). Seules des recherches spécialisées sur les résidus organiques et les traces d’usures observées en tracéologie (Duplaix-Rata 1997, Regert & Rolando 1996, Regert et al. 1999, 2000, Regert 2007, Vieugué et al. 2009, Maigrot & Vieugué 2010) ou encore les travaux de plusieurs ethnoarchéologues et ethnologues des techniques en contextes traditionnels ont établi des relations entre forme-format et fonction (De Ceuninck 1994, Lemonnier 1994, Rice 1996, Gosselain 2002, Giligny & Méry 2010).

1.2.2. Pertinence des classes de format obtenues, types de site et conditions de conservation

33Selon toutes logiques, la disponibilité des informations concernant les formats est souvent fonction des conditions de conservation des gisements, elles-mêmes tributaires du type d’implantation. À titre d’exemple, comme le montrent les figures 19 et 20, les sites lacustres pris en compte dans notre corpus (La station des Baigneurs), mais aussi les sépultures collectives en hypogée (L’Hypogée des Crottes) et les grottes (Grotte de la Chauve-Souris), connus pour leurs bonnes conditions de conservation, livrent des collections céramiques très bien préservées : entre 25.7% et 81.8% du NMI proposent des données inhérentes aux capacités volumétriques. Les sites de plein air en fosses fournissent en moyenne entre 5.1 et 9.5%, tandis que ceux « mixtes », dont les aménagements combinent structures creusées, structures en élévation associés à des niveaux d’occupation, donnent entre 6.2 et 14% du NMI.

34Les graphiques construits pour établir les classes de format nous livrent aussi quelques informations générales sur l’efficacité des classes obtenues au moment de décrire un cortège.

35Tout d’abord, comme nous l’avons souligné plus avant beaucoup de types morphologiques présentent une corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum (fig. 17 à gauche). Pour ces derniers, une classification par format constitue une approche descriptive et analytique opérante dans l’exploitation des séries. D’autres types, plus rares mais attestés par des effectifs importants, proposent en revanche un coefficient de corrélation traduisant le fait qu’il n’existe pas de lien direct entre les deux variables métriques (fig. 17 à droite). Il en est ainsi des vases de morphologie subcylindrique ou des contenants carénés à ouverture évasée, dont la forme est elle aussi souvent formée d’un cylindre (type II.A.1.j : subcylindrique/ellipsoïdale selon un grand axe horizontal). Dérivées de ce volume particulier, les formes obtenues pour ces types peuvent en effet être plus ou moins hautes et étroites, basses et très larges, larges et très hautes, étroites et très basses..., sans rapport de proportions constant et équilibré. Dans ces types, le diamètre et la hauteur forment des variables indépendantes et les formats représentés sont très hétérogènes, peu différenciateurs dans le classement des corpus. On peut alors s’interroger sur les éléments explicatifs qui pourraient intervenir dans la lecture de cette dichotomie. Pour ces types morphologiques souvent dérivés du cylindre, peut-on expliquer la diversité des formats par un usage spécifique ou des utilisations variées, ou encore est-elle liée à des techniques de montage particulières ?

36De plus, les figures 21 et 22 montrent une répartition inégale des effectifs de vases dans les différents formats.

37Certains types morphologiques, attestés par des effectifs très faibles, sont ainsi parfois classés dans un seul, voir deux formats très différenciés. Cette situation peut illustrer un problème de conservation, mais elle met surtout en évidence que pour un même type tous les formats possibles entre ces deux limites ne sont pas systématiquement représentés dans une série. Tous types morphologiques confondus, on remarquera également la quasi-absence des très grands récipients dans les collections du Sud-Est de la France. Sur les 816 vases entiers recensés dans les vingt six séries analysées, seulement sept s’inscrivent dans un format très important (jarres). Leur restitution complète est rarement réalisable, excepté peut-être dans quelques cas exceptionnels de conservation, comme dans l’aven de la Rouvière et les grottes citernes des Causses (Galant 2003). Ces récipients possèdent par ailleurs une durée de vie particulièrement longue par rapport aux vases petits et moyens et nécessitent un renouvellement moins rapide, ce qui, en définitive peut expliquer qu’ils proposent moins d’effectifs (Mayor 1991-1992, 1994). La faible représentation des récipients de fort volume est alors certainement à mettre en parallèle avec la nature des activités réalisées sur le site et plus généralement avec le statut même de l’établissement. Simultanément à ce manque de grands contenants, on peut constater la profusion de récipients de format moyen dans le corpus de vases. En effet, plus de 50 % du total des vases sont des bols et des jattes petites ou moyennes ; finalement, ce sont souvent les récipients de moyenne capacité volumétrique qui sont moins sujets à la fragmentation.

38On retiendra par conséquent que l’approche métrique est utile ; un même type morphologique s’inscrit-il dans des formats diversifiés, ou au contraire, présente- il des indices de standardisation (Roux 2003). Prenons l’exemple, dans notre échantillon de sites, des hypogées à sépultures collectives, les hypogées des Crottes, qui fournissent systématiquement des contenants de toute petite dimension accompagnant les défunts, ce qui en soit constitue sans aucun doute un fait à forte valeur chrono-culturelle ou encore l’exemple du site lacustre des Baigneurs où les vases ouverts à col et carène s’inscrivent dans deux formats bien différenciés : de tout petit format (gobelet) ou de très grand format (marmite ou grande marmite – fig. 19 et 21). À ce stade, il faut toujours tenir compte, pour que l’analyse soit la plus fine possible, du type de site, d’implantation, de l’état de conservation, avant de pouvoir valider les observations.

19. Les types de format en fonction des vingt six séries issues des dix huit sites - effectifs absolus et pourcentages / Construction types according to all twenty six series derived from all eighteen sites – absolute sizes and percentages

19. Les types de format en fonction des vingt six séries issues des dix huit sites - effectifs absolus et pourcentages / Construction types according to all twenty six series derived from all eighteen sites – absolute sizes and percentages

20. Pourcentages de vases dont le format a pu être identifié (% calculé à partir du nombre minimum de vases individualisés dans les séries). Classement en fonction du type de site /Percentages of vessels with identified construction (% calculated from the lowest number of distinguished vessels in the series). Ranking by site type

20. Pourcentages de vases dont le format a pu être identifié (% calculé à partir du nombre minimum de vases individualisés dans les séries). Classement en fonction du type de site /Percentages of vessels with identified construction (% calculated from the lowest number of distinguished vessels in the series). Ranking by site type

21. Les types de format en fonction des types morphologiques toutes séries confondues - effectifs absolus et pourcentages / Construction types according to morphological types, all series taken together – absolute sizes and percentages

21. Les types de format en fonction des types morphologiques toutes séries confondues - effectifs absolus et pourcentages / Construction types according to morphological types, all series taken together – absolute sizes and percentages

3922. Représentation en pourcentages des types de format toutes séries confondues / Representation as construction type percentages, all series taken together

22. Représentation en pourcentages des types de format toutes séries confondues / Representation as construction type percentages, all series taken together

1.2.3. Mesures complémentaires

40Pour compléter la description, d’autres mesures doivent été relevées sur le récipient. Celles-ci n’interviennent pas directement dans la classification par formats. Elles permettent en revanche de mettre en avant certaines caractéristiques métriques des corpus analysés et participent à la description technologique des cortèges au moment d’identifier les procédés de montage ou de finition par exemple, mais aussi les habilités motrices (Roux 2003). Il s’agit du diamètre au col, à la carène, au galbe et au fond, de l’épaisseur à l’ouverture et de l’épaisseur du fond sur lesquelles des statistiques descriptives doivent être réalisées (moyenne, maximum, minimum, mode, coefficient d’aplatissement, coefficient de variation – Chenorkian 1996).

1.3. La typologie établie et son codage

41Les types de vases définis à partir des critères morphologiques, puis complétés par les données de format, ont été compilés dans un catalogue (fig. 23 à 37), qui se veut largement inspiré du « Dicocer » disponible dans l’ouvrage de référence sur les céramiques antiques de Méditerranée nord occidentale : Lattara 6 (Py 1993). Notre catalogue constitue un référentiel complet et illustré des différents récipients rencontrés dans les séries de la fin du Néolithique du Sud-Est de la France. Tous les types de vases sont munis d’un code typologique et d’une notice descriptive.

1.3.1. Présentation du catalogue de référence

Codage

42La codification répond d’abord à l’obligation d’identifier chaque type de récipient. En préférant des sigles suffisamment abrégés pour être manipulables, cette codification permet surtout d’évacuer des nominations complexes et peu efficaces dans la désignation des types. Ceci facilite la description des séries et leurs comparaisons, mais aussi leurs gestions informatiques et statistiques.

43Le codage se rapporte aux caractéristiques morphologiques des vases. Les informations liées aux formats ne sont pas retranscrites dans le code, mais explicitées de façon détaillée dans la notice descriptive.

44Chaque type et sous-type morphologiques sont ainsi codés et ce, en respectant le langage descriptif suivant.
- pour les vases à contour simple : « chiffre romain.chiffre arabe.lettre ».
- pour les vases à contour complexe : « chiffre romain.LETTRE.chiffre arabe.lettre ».

45Dans ce langage,
- le chiffre romain correspond aux types de contour simple ou complexe, où simple est codé « I » et complexe est codé « II » ;
- le chiffre arabe définit le type de structure à ouverture évasée, rétrécie ou droite, où évasée est codée « 1 », rétrécie est codée «2» et droite est codée «3» ;
- la lettre en minuscule décrit le type de forme, laquelle est codée de « a » à « an » en fonction des volumes géométriques représentés ;
- la lettre en majuscule présente le type de contour complexe caréné, galbé, à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène, où caréné est codé « A », galbé « B », à col « C », à épaulement « D », à col et carène « E » et à double carène « F ».

46Deux exemples pour illustrer notre propos : le type « I.1.a » correspond aux vases à contour simple (I) à ouverture évasée (1) de forme subcylindrique (a) et le type « II.A.2.a » correspond aux vases à contour complexe (II) caréné (A) à ouverture rétrécie (2) de forme tronconique/hémisphérique (a).

47Pour les sous-types définis par la présence d’un bord, d’un pied ou d’une base, un code spécifique est annoté à la suite du premier ensemble qui décrit le type morphologique général. Le bord éversé est codé « bé », le bord à marli « bm », le bord redressé « brd » et le bord rentrant « brt ». Les pieds polypodes sont codés « pp », quant à la base, elle est codée « bp », lorsqu’elle est pleine et « ba », lorsqu’elle est annulaire. Par exemple, le sous- type « I.1.b – bé » correspond aux vases à contour simple (I) à ouverture évasée (1) de forme hémisphérique (b) qui sont munis d’un bord éversé (bé) dans la partie supérieure du récipient.

Notice descriptive

48Une brève notice descriptive est adjointe à chaque type déterminé. Elle comprend systématiquement les informations liées à la morphologie du vase (contour, structure, forme), ainsi que les données sur les formats et les mensurations dans lesquelles s’inscrit pour le moment le type. Dans l’ensemble des séries étudiées dans notre étude, ces données sont parfois incomplètes pour certains types représentés par des vases en mauvais état de conservation. Dans ce cas là, « pas de format observé » est précisé à la fin de la notice. De prochains examens permettront sans doute de documenter ces points absents ou partiellement traités à partir des corpus analysés. Des dessins schématiques accompagnent la description de chaque type. Ils sont donnés à titre indicatif.

1.3.2. Les types

49Le catalogue proposé présente alors l’ensemble des types définis (fig. 23 à 37).

23. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined open vessels

23. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined open vessels

24. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined open vessels

24. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined open vessels

25. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South- Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined closed vessels

25. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South- Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined closed vessels

26. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined closed vessels

26. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined closed vessels

27. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases droits à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined upright vessels

27. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases droits à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined upright vessels

28. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined open vessels

28. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined open vessels

29. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined closed vessels

29. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined closed vessels

30. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined closed vessels

30. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined closed vessels

31. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases droits de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined upright vessels

31. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases droits de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined upright vessels

32. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts de contour complexe galbé / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Curved complex outlined open vessels

32. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts de contour complexe galbé / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Curved complex outlined open vessels

33. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe galbé / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Curved complex outlined closed vessels

33. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe galbé / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Curved complex outlined closed vessels

34. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à col / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with neck

34. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à col / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with neck

35. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à épaulement / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with shoulder

35. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à épaulement / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with shoulder

36. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à col et carène / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with neck and hull

36. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à col et carène / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with neck and hull

5037. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à double carène / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with double hull

37. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à double carène / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with double hull

2. La description des éléments diagnostiques

51Un second niveau d’analyse a trait à la description des éléments dits diagnostiques, c’est-à-dire typologiquement significatifs et aisément identifiables, qui composent le vase (lèvre et fond) ou qui ont été ajoutés sur le vase (préhension, élément décoratif en relief ou en creux). Comme la fouille ne livre pas toujours des récipients entièrement reconstituables, ces éléments se trouvent généralement isolés sur des fragments de récipients aux formes inconnues. Les éléments diagnostiques sont étudiés au travers de critères définis en respectant la terminologie que nous avons mise en place en prenant appui sur la littérature disponible en matière de nomenclature descriptive (Gutherz 1975, 1984, Séronie-Vivien 1987, Arnal 1989, Balfet et al. 1989, Camps et al. 1990, Gallin 2001-2002, 2007).

52De la même manière que pour la typologie des vases, cette description permet d’élaborer une typologie par éléments diagnostiques (fig. 2). Là encore, chaque type défini est muni d’un code présenté ici entre parenthèses. L’élément diagnostique identifié sur un fragment isolé est pris en compte au même titre que l’élément diagnostique raccordé à une forme entière. Ainsi, ces éléments pourront être corrélés aux critères de forme et de format au moment de l’analyse.

2.1. Les éléments composant le vase

2.1.1. La lèvre

53La lèvre est l’extrémité supérieure du vase (fig. 38). C’est aussi le point de rencontre entre la face externe et interne du récipient. La surface de la lèvre peut se présenter sous la forme arrondie (1), plate (2), aplatie (3), en biseau externe (4), en biseau interne (5), en biseau externe/ interne (6), épaissie externe (7), épaissie interne (8), épaissie externe/interne (9), amincie (10), éversée vers l’extérieur (11), élargie (12), ourlée externe (13), redressée (14), à rainure interne (15) ou rentrante (16).

38. Les types de lèvre / Rim types

38. Les types de lèvre / Rim types

2.1.2. Le fond

54Le fond constitue la portion inférieure du vase (fig. 39). Il peut être arrondi (1), aplati (2) ou plat (3). Le fond aplati se distingue du fond plat par l’absence d’une solution de continuité (arête vive, bourrelet) entre les parois évasées ou verticales et le fond à proprement dit. Certains fonds plats peuvent être « débordants » (3a), c’est-à-dire que le fond dépasse les limites de la panse et crée un bourrelet latéral de pâte.

39. Les types de fond / Bottom types

39. Les types de fond / Bottom types

2.2. Les éléments ajoutés sur le vase

2.2.1. Les éléments de préhension

55Les éléments de préhension sont des éléments en relief perforés ou non, généralement appliqués sur la paroi du vase et dont la forme permet de prendre (par arrêt et/ou introduction de doigts) ou de suspendre (au moyen d’un lien introduit dans les perforations) les récipients (fig. 40 et 41).

40. Les types de préhension /Suspension types

40. Les types de préhension /Suspension types

41. Les types de préhension / Suspension types

41. Les types de préhension / Suspension types

56Pour la fin du Néolithique dans le Sud-Est de la France, ils s’inscrivent dans onze types principaux établis en fonction de leur morphologie générale. Parmi ces onze types, beaucoup se déclinent en variantes selon leurs dimensions (gros, petit, allongé...), leur développement (hémisphérique, rectangulaire, prismatique...) ou encore lorsqu’ils sont dotés d’un ensellement médian. Ce dernier correspond à une dépression plus ou moins prononcée située au milieu du dos de l’élément en relief.

57L’anse en boudin est un moyen de préhension formé par une masse de pâte en arc cintré qui adhère à la paroi par ses deux extrémités. Elle permet l’introduction d’au moins un doigt ou l’arrêt du doigt. Elle est formée par l’application d’une masse de pâte de section ovale ou circulaire sur la paroi du récipient (1a). Elle peut présenter un ensellement médian (1b).

58L’anse en ruban est un moyen de préhension formé par une masse de pâte en arc cintré (2a) ou en arc coudé (2c) qui adhère à la paroi par ses deux extrémités. Elle permet l’introduction d’au moins un doigt ou l’arrêt du doigt. Elle est formée par l’application d’une masse de pâte de section rectangulaire ou ovale très aplatie (en forme de “ ruban ”) sur la paroi du récipient. Elle peut être dotée d’un ensellement médian (2b et 2d).

59L’anse à appendice est un moyen de préhension formé par une masse de pâte qui adhère à la paroi par ses deux extrémités (3a). Elle présente une protubérance relevée et amincie à son extrémité, laquelle détermine la position du pouce. Elle permet l’arrêt du doigt. Elle est toujours disposée verticalement sur la surface du vase.

60Le bouton est une protubérance de base plus ou moins circulaire, d’ordinaire considérée comme un élément de décor, mais qui, lorsque l’épaisseur est supérieure au diamètre, peut fonctionner comme une préhension. Il se décline en gros bouton proéminent hémisphérique (4a), ou rectangulaire (4b), en bouton prismatique (4c), en bouton poignée (4d), en bouton triangulaire (4e) ou triangulaire à branches (4f).

61Le mamelon est un élément en relief de base souvent ovalaire. Son développement est généralement arrondi. Son épaisseur est inférieure ou égale à son diamètre maximum. Le mamelon se décline en plusieurs types : le mamelon simple (5a), le mamelon ensellé (5b), le mamelon allongé (5c), le mamelon allongé ensellé (5d) le mamelon prismatique (5g), le mamelon proéminent (5h), le mamelon proéminent ensellé (5i), le mamelon très peu proéminent (5j), le mamelon très peu proéminent ensellé (5k), le mamelon rectangulaire (5l) et le mamelon rectangulaire ensellé (5m).

62Des aménagements exceptionnels permettent d’identifier des types particuliers de mamelon, qui ne concernent en général que quelques vases. Ainsi, la préhension en double mamelon correspond à deux mamelons horizontaux indépendants disposés de façon parallèle l’un au dessus de l’autre (5e). Le mamelon peut être également double (5f), c’est-à-dire qu’un ensellement médian profond et central le partage en deux protubérances. Enfin, le mamelon est relevé lorsqu’à son extrémité la pâte a été modelée de façon à ce qu’elle soit incurvée et remonte vers le haut (5n).

63La préhension en demi-bobine est un élément en relief de la forme d’un cylindre coupé longitudinalement, présentant des bourrelets latéraux et un ensellement médian (6a). Sa morphologie évoque une demi-bobine. Là encore, un aménagement exceptionnel de l’élément permet de caractériser un type particulier de préhension : il s’agit de la préhension en demi-bobine à branches pour laquelle chacune des quatre extrémités est prolongée par un petit cordon court (6b).

64La préhension en H est un élément en relief dont la morphologie évoque la lettre alphabétique H. Elle est composée en général de cordons courts proéminents disposés de façon orthogonale (7a).

65La préhension triangulaire est un élément en relief relativement gros de base rectangulaire et de section triangulaire (8a).

66La préhension tubulaire est un élément en relief perforé de la forme d’un cylindre coupé longitudinalement (9a). Elle montre parfois un léger ensellement médian (9b).

67La prise plate est un élément en relief présentant sur au moins une des deux faces une surface plane et dont l’épaisseur et la longueur sont supérieures à la largeur. Son développement est généralement arrondi (10a), bien qu’il puisse être rectangulaire (10d). Lorsqu’elle est à développement arrondi, elle peut être affectée d’un ensellement médian (10b) ou être relevée, c’est-à-dire qu’à son extrémité, la pâte a été modelée de façon à ce qu’elle soit incurvée et remonte vers le haut (10c). Lorsqu’elle est à développement rectangulaire, elle porte parfois un ensellement médian (10e) ou peut-être pincée sur les petits côtés (10f).

68La poignée rostriforme est une protubérance de base plus ou moins circulaire en forme de bec (11a).

69Outre la forme, les dimensions et le développement, l’orientation (horizontale, verticale, oblique) et la localisation de ces éléments de préhension doivent également être décrits (pré-orale, sur le bord, sur le col, en haut de la panse, au milieu de la panse, en bas de la panse, au-dessus de la carène, rattaché au-dessus, au- dessous, ou sur la carène). Ils arborent parfois une ou plusieurs perforations, pour lesquelles on peut relever aussi le nombre, l’orientation par rapport au vase (oblique, horizontale ou verticale) et celle par rapport à l’élément en relief (transversale ou longitudinale). Ces perforations entament parfois, en même temps que la protubérance, la paroi du récipient : elles sont qualifiées alors de perforations sous-cutanées.

2.2.2. Les éléments décoratifs

70Actuellement, il n’existe pas encore dans le Sud-Est de la France de consensus sur les procédures de classement des productions céramiques du Néolithique au niveau de la stylistique décorative. La méthodologie de référence adoptée dans l’analyse des décors reste souvent celle émise par X. Gutherz dans le cadre d’une étude sur les céramiques des groupes de Ferrières et de Fontbouisse (1975, 1984). Elle consiste en la description de la technique et du thème décoratif. Pour les techniques, six procédés différents sont isolés : la gravure, l’incision, la cannelure, l’impression, le cordon et le pastillage. Quant au thème, le classement reprend une subdivision ternaire : les thèmes simples (une technique et un motif), les thèmes composés (une technique, plusieurs motifs) et les thèmes complexes (plusieurs techniques et motifs). Le nombre de registres, le nombre de bandes, leur symétrie, la localisation et le mode d’assemblage sont ensuite décomposés.

71De nombreuses analyses stylistiques des productions de cette période se sont appuyées sur cette procédure descriptive appelée systématiquement comme référence. Si l’on reprend ces écrits successifs, on constate pourtant qu’elle est toujours complétée ou ajustée en fonction des corpus étudiés (Timsit 1995, Giligny et al. 1997, Timsit & Escallon 2003, Georjon & Carozza 2005). Les règles définies pour caractériser et décrire l’organisation (combinaisons et agencements) des motifs et des thèmes sont en effet difficiles à reproduire d’une série à l’autre, car la procédure de classement des décors ne se fonde pas sur un système hiérarchisé qui offre l’avantage d’exposer clairement les différents niveaux de significations pris en compte dans l’analyse. Cette manière de procéder induit plusieurs biais en particulier une perte d’informations sur la structuration du décor dans son ensemble. Elle empêche également la systématisation de la procédure. Pour mieux caractériser les décors sur le plan techno- stylistique et à termes, se référer aux assemblages céramiques du Néolithique final méridional dans le cadre de comparaisons, nous avons alors conçu deux systèmes descriptifs indépendants ; un premier, influencé par les travaux des africanistes, permet l’analyse des décorations en creux, un second, élaboré en fonction de notre matériel, traite des décors en relief.

Les décors en creux

Décrypter un décor

72L’analyse des décors sur une céramique souvent particulièrement fragmentée est une tâche délicate sur laquelle de nombreux chercheurs, au premier rang desquels H. Camps-Fabrer, se sont penchés en mettant d’abord l’accent sur l’identification des techniques et des instruments susceptibles d’être employés au moment de l’ornementation d’un vase (1966a et 1996b). Malgré ces travaux précurseurs, l’absence d’une véritable procédure d’analyse limitait la compréhension des décors dans leur conception globale (Livingstone-Smith 2001 p. 113). Pour l’Afrique, c’est alors I. Caneva qui a abordé les problèmes méthodologiques liés à l’étude des décors imprimés à l’occasion de plusieurs études sur la céramique de la région est soudanaise et de la Vallée du Nil (Caneva 1983, 1987, 1988, 1989, Caneva & Marks 1990). Pour un examen constructif et précis, elle propose d’observer les décors au travers de cinq critères hiérarchisés. Le premier niveau d’analyse correspond à celui de la description de la technique décorative. Elle identifie dans un deuxième temps l’instrument employé, le ou les éléments de base qui composent le motif, le motif effectué par l’agencement des éléments, puis enfin la structure du motif, à savoir la manière dont il s’organise. La fragmentation du matériel examiné empêche généralement toute reconnaissance de la composition globale du schéma décoratif sur le récipient, car en effet, la méthode s’applique principalement à des décors couvrants préservés sur de petits fragments, dont la description est rationalisée par l’identification d’une technique récurrente à l’aide d’outils variés : l’incision, l’impression simple ou pivotante (« Rocker stamp » ou « Alternatly pivoting stamp »). Les motifs ou la structure des motifs déterminés restent aussi spécifiques à une période chronologique et à un secteur géographique : le Néolithique soudanais, celui de la Vallée du Nil et du Sahara Libyen (Keding 1997, Livingstone Smith 2001, Jesse 2003, Jesse et al. 2004).

73Depuis une dizaine d’années maintenant, les recherches menées par A. Gallin sur la céramique imprimée du Néolithique mauritanien et malien suivent une même direction en termes de déconstruction du décor (au sens de « l’analyse à partir de laquelle on décompose un ensemble pour l’examiner ») et par l’intérêt porté aux techniques. Ceci étant, la grande proportion de récipients reconstituables dans les cortèges qu’elle a examinés lui ont donné la possibilité de mettre au premier plan l’observation objective de la composition générale du décor sur le récipient, en donnant finalement davantage d’importance à la stylistique décorative et en reconnaissant le geste et l’instrument usité seulement dans un second temps (Gallin 2001-2002, 2007, Gallin & Vernet 2004).

74Pour exprimer, décrypter et enregistrer la variété des décors, A. Gallin a de cette façon élaboré un protocole et un vocabulaire descriptifs qui peuvent englober tous les niveaux de composition. Tous deux puisent leurs fondements dans les travaux effectués en premier par A.-O. Shepard (1968), puis par P.-L. Van Berg (1994) et J.-E. Rice (1987). En définitive, un vase décoré reflète un ensemble organisé, structuré se déclinant en unités de plus en plus petites et dont on peut retranscrire les modes de passage d’une unité inférieure à une unité supérieure. C’est ainsi que l’unité supérieure (ou schéma décoratif), c’est-à-dire le décor dans sa totalité sur le contenant, correspond à une combinaison de surfaces décorées et de surfaces réservées décrites en fonction de leur forme et de leur positionnement sur le vase. Ces surfaces décorées ou réservées sont dénommées « figures ». Il s’agit d’une unité intermédiaire. L’intérieur de ces surfaces décorées est constitué de groupes de « motifs » (seconde unité intermédiaire). Ces motifs sont générés par la répétition et l’agencement d’« éléments » graphiques. Ces éléments correspondent aux unités de base du décor, ce qui est appelé l’unité inférieure ou unité indivisible.

75Cette démarche offre alors l’opportunité de reconnaître les niveaux de composition, les répertoires graphiques de chaque niveau et les règles de composition qui gouvernent le passage d’un niveau à l’autre. Le mode de décryptage de la grammaire décorative proposé par A. Gallin et le recours au champ sémantique du dessin géométrique couvrent également un grand champ des possibles et permettent au final un décodage quasi universel de l’ornement. Le système descriptif peut donc être utilisé pour des céramiques ornées de périodes et de secteurs diversifiés.

76Pour la céramique de la fin du Néolithique méridional, nous avons combiné les deux protocoles descriptifs. Dans la mesure où les collections du Sud-Est de la France souffrent souvent d’une fragmentation importante, nous avons maintenu de la méthode d’I. Caneva le premier niveau d’analyse, celui de la détermination de la technique décorative. Au moment d’aborder la stylistique du décor, nous nous sommes en revanche fondée sur le protocole de description de la composition qu’a mis en place A. Gallin car les séries s’y prêtaient très bien étant donné la rareté, voire l’absence de décor couvrant. En effet, dans les assemblages agrémentés du Néolithique final de notre région, la place importante laissée aux zones vierges au coeur du schéma décoratif donne la possibilité d’isoler une organisation, de reconnaître presque systématiquement une forme de structuration aussi petite puisse telle être. De plus, malgré l’aspect complexe de certains décors, les règles de composition sont suffisamment strictes pour pouvoir être déchiffrées et reproduites. Il est ainsi aisé d’enregistrer, suivant les techniques identifiées, les variations de toutes les ornementations reconnues dans une série.

77Notons cependant que nous avons apporté quelques transformations au protocole initial d’A. Gallin pour qu’il corresponde au mieux aux corpus auxquels il était destiné. Bien que nous ayons conservé le vocabulaire descriptif et le système de décomposition du décor, nous avons ainsi modifié les différents niveaux de composition. A. Gallin reconnaît six niveaux (description des éléments –> des motifs –> des arrangements de motifs –> des figures –> des combinaisons de figures –> et enfin du schéma décoratif), alors qu’il nous semble possible d’aborder les décorations à partir de cinq niveaux de description, au sein desquels est éliminé celui de la lecture de la combinaison des figures. Pour nos types de corpus, ce niveau est inutile compte tenu du fait qu’il morcelle l’information à un stade de l’étude où le schéma décoratif est pourtant déchiffrable dans son intégralité. Dès lors, si les figures sont lisibles, le schéma décoratif l’est aussi, et il n’est pas nécessaire de passer par une phase intermédiaire de décomposition qui complexifie et alourdit l’analyse. Plus avant, nous avons souhaité favoriser le système de lecture de la construction du décor (règle de symétrie, de juxtaposition et de superposition des ornements) utilisé par L. Salanova dans le cadre de ses recherches sur la céramique campaniforme de France et des îles anglo-normandes (Salanova 2000, p. 33) ; celui-ci correspondant à un système de référence aujourd’hui très bien connu et par ailleurs fréquemment utilisé dans le cadre de travaux sur la céramique ornée du Néolithique final méridional (Giligny et al. 1997).

La méthode de description des décors en creux
Identifier la technique décorative

78Décrypter la logique technique mise en œuvre dans le décor vise à décrire les techniques employées dans la conception de l’agrément et à déterminer les ustensiles et les gestes utilisés lors du tracé (fig. 42). Cette phase est soutenue par la prise systématique d’empreinte à la pâte à modeler des céramiques décorées et par leur observation macroscopique à la loupe binoculaire.

7942. Les éléments décoratifs en creux - les techniques, les outils, les gestes et les éléments de base du décor / Hollow decorative components – techniques, tools, gestures and decoration basic components

42. Les éléments décoratifs en creux - les techniques, les outils, les gestes et les éléments de base du décor / Hollow decorative components – techniques, tools, gestures and decoration basic components

80Plusieurs vocabulaires de référence existent pour décrire les techniques décoratives et nous proposons de renvoyer le lecteur aux définitions élaborées par H. Balfet, M.-F. Fauvet- Berthelot et S. Monzon (1983).

81Parmi les décors en creux, on différencie ainsi généralement l’incision qui désigne l’action d’entailler l’argile crue ou à consistance cuire, de la gravure qui correspond à l’action d’entailler l’argile cuite ou totalement sèche. La gravure entame la partie superficielle de la pâte. Le tracé est par conséquent moins profond et moins régulier que dans un décor incisé. Pour la technique de l’incision, selon la forme et le tranchant de l’outil employé, on séparera l’incision à section en U (cannelure), de l’incision à section en V, qui répond au même geste mais avec un outil pointu.

82L’impression consiste, quant à elle, à imprimer par pression perpendiculaire ou oblique un outil sur la surface de l’argile encore plastique. Il est possible de désigner aussi l’impression, « l’estampage » qui coïncide avec une impression de la forme d’une figure géométrique.

83Les instruments sont identifiables par les empreintes qu’ils déposent dans l’argile. Pour les décors réalisés par incision ou par gravure, uniquement la forme et la largeur de la section de l’outil permettent de différencier les instruments. Dans les séries de la fin du Néolithique méridional, la pointe mousse plus ou moins large et le doigt sont utilisés dans l’incision en U, la pointe aiguë dans l’incision en V et la gravure. Pour l’impression, les ustensiles sont classés selon leur nature, la forme de leur front, la longueur et la largeur de l’empreinte.

84Ainsi, onze types d’outils sont pour l’heure identifiés pour cette technique décorative dans les séries de la fin du Néolithique du Sud-Est de la France. Ils sont tenus perpendiculairement ou obliquement par rapport à la surface du vase.

85Le peigne correspond à un objet possédant au moins deux dents relativement serrées. Dans nos corpus, un seul type de peigne a été inventorié : celui qui laisse des impressions de formes identiques de tirets alignés.
• le poinçon à front circulaire
• le petit poinçon à front circulaire livre une empreinte identique au poinçon à front circulaire standard, mais s’inscrit dans des dimensions beaucoup moins grandes. Il permet la réalisation d’impressions punctiformes.
• le poinçon à front ovalaire
• le poinçon à front ogival.
• le poinçon à front carré.
• le poinçon à front rectangulaire.
• la petite spatule à front plat permet la réalisation de tirets plus ou moins longs.
• le doigt est imprimé perpendiculairement ou pincé. L’impression du doigt livre une forme ovalaire ou circulaire plus ou moins profonde, tandis que l’élément décoratif pincé montre un ensemble de deux impressions ovalaires parallèles au centre desquelles de gros boudins d’argile issus du pincement sont visibles. Le doigt peut être également imprimé sur la pâte puis traîné, ce qui laisse une trace ellipsoïdale très allongée.
• l’ongle livre un élément décoratif courbe difficile à distinguer de l’impression d’un outil arqué ou d’une coquille. Suivant l’angle choisi pour le geste, perpendiculaire ou oblique par rapport à la surface du vase, l’ongle permet l’obtention de deux impressions différentes, une fine (arc de cercle aussi appelé impression curviligne), l’autre plus large (lunule).
• la tige creuse fendue permet elle aussi de dessiner des lunules légèrement plus petites que celles faites à l’ongle.

Analyser le décor : structuration

86La précision possiblement atteinte dans l’analyse stylistique d’une ornementation est inhérente, bien entendu, au niveau de préservation des productions étudiées (fig. 43 et 44).

43. Niveau de précision atteint dans l’analyse du décor en fonction de l’état de conservation de la pièce examinée / Level of accuracy reached in decoration analysis according to the studied item conservation status

43. Niveau de précision atteint dans l’analyse du décor en fonction de l’état de conservation de la pièce examinée / Level of accuracy reached in decoration analysis according to the studied item conservation status

44. Principe de décomposition du décor / Decoration degradation rule

44. Principe de décomposition du décor / Decoration degradation rule

87Au moment de l’étude d’une série, la structure du décor sera ainsi examinée en fonction de trois niveaux de conservation :

88Le taux de fragmentation est très élevé ou les surfaces des céramiques sont érodées, la description ne dépasse pas la reconnaissance du type de motif, voire de l’élément.

89La fragmentation de la céramique est importante, mais des motifs identiques ou différents semblent s’organiser ensemble. Les arrangements de motifs sont donc déchiffrables, sans pouvoir avoir accès au niveau supérieur de composition.

90Le vase est très bien conservé ; les figures et leurs agencements sont lisibles. Le schéma décoratif est alors complet ou restituable.

91Tous les types de motifs, d’arrangements de motifs et de schémas décoratifs identifiés dans les séries étudiées pour la fin de la période Néolithique dans le Sud-Est de la France ont été compilés dans les figures 45 à 49 et 51 à 55. Comme pour les autres éléments diagnostiques, chaque type a été doté d’un code typologique, qui facilite le traitement des corpus (description et comparaison) et dont le descriptif est détaillé en annexe 2 : (M... ) pour motif, (A.M...) pour arrangement de motifs et (S.D... ) pour schéma décoratif.

92Les éléments.Les éléments sont les plus petites unités graphiques dans la construction du décor (fig. 45 à 47). Ils sont indivisibles. Ils peuvent comprendre le point, le petit point, le gros point, le petit ovale, le gros ovale, l’ellipse, la lunule, l’arc de cercle, le tiret, le double tiret, les quadrilatères (rectangle et carré), l’ogive, le chevron, le trait, le trait large, le long trait, l’arc de cercle, la ligne et la ligne large. Ces éléments peuvent s’orienter selon quatre directions : horizontale, verticale, oblique montant et oblique descendant selon le sens de la lecture, à savoir de gauche à droite.

45. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’impression / Catalogue of component types and related patterns – impressed decoration technique

45. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’impression / Catalogue of component types and related patterns – impressed decoration technique

46. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’incision à la pointe mousse / Catalogue of component types and related patterns – garter stitching incision technique

46. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’incision à la pointe mousse / Catalogue of component types and related patterns – garter stitching incision technique

9347. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’incision à la pointe aiguë (en haut) ou technique de la gravure (en bas) / Catalogue of component types and related patterns – sharp stitching incision technique (top) or engraving technique (bottom)

47. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’incision à la pointe aiguë (en haut) ou technique de la gravure (en bas) / Catalogue of component types and related patterns – sharp stitching incision technique (top) or engraving technique (bottom)

94Les motifs.Le motif est créé par la répétition et l’agencement d’un ou plusieurs éléments identiques ou différents (fig. 45 à 47). Il correspond à la combinaison d’éléments prenant la forme d’une figure géométrique (tache), d’un alignement (ligne ou lignes multiples) ou d’une trame.
- le motif en tache occupe une surface limitée, il s’agit d’un arrangement isolé d’éléments. Il est composé d’un ou plusieurs éléments identiques répétés et agencés.
- dans un motif en ligne (unique ou multiple), les éléments sont uniques ou répétés et agencés selon une ligne droite ou brisée. Il s’agit toujours d’éléments identiques.
- le motif en trame est créé par l’imbrication de groupes d’éléments alignés. La trame est quadrillée quand les deux groupes se croisent à angle droit, elle est losangée dans les autres cas. Quand la trame est circonscrite à une forme géométrique, la forme est décrite comme « remplie » de trame.

95Lorsqu’un espace est laissé vierge entre deux motifs en ligne, il s’agit d’une bande réservée. Dans le cas où la surface sans décor n’a pas de forme propre et s’insère entre les motifs, il s’agit d’une zone réservée

96Les arrangements de motifs. La fragmentation de la céramique ne permet pas, dans bien des cas, d’identifier la figure ou le schéma décoratif. Le plus souvent, seuls les arrangements de motifs sont accessibles (fig. 43, 48 et 49). Il convient donc d’enregistrer la combinaison des motifs pour pouvoir la comparer aux combinaisons attestées dans les figures conservées sur des formes entières.

48. Les types d’arrangements de motifs classés par technique. En haut, incision à la pointe mousse. En bas, incision à la pointe aiguë / Pattern adjustment types classified by technique. Top: garter stitching incision. Bottom: sharp stitching incision

48. Les types d’arrangements de motifs classés par technique. En haut, incision à la pointe mousse. En bas, incision à la pointe aiguë / Pattern adjustment types classified by technique. Top: garter stitching incision. Bottom: sharp stitching incision

9749. Les types d’arrangements de motifs classés par technique. En haut, impression combinée à de l’incision à la pointe aiguë. En bas, impression, incision en U ou en V combinée à un décor plastique / Pattern adjustment types classified by technique. Top: impressed decoration combined with sharp stitching incision. Bottom: impressed decoration, U or V-shape incision combined with plastic décoration

49. Les types d’arrangements de motifs classés par technique. En haut, impression combinée à de l’incision à la pointe aiguë. En bas, impression, incision en U ou en V combinée à un décor plastique / Pattern adjustment types classified by technique. Top: impressed decoration combined with sharp stitching incision. Bottom: impressed decoration, U or V-shape incision combined with plastic décoration

98Le schéma décoratif. Le schéma décoratif correspond à l’agencement de figures décorées et de figures réservées sur la surface d’un vase. La description du schéma décoratif doit rendre compte des types et des associations de figures qui le composent, des règles de construction régissant l’agencement des figures et de la localisation de l’ornementation.

Analyser le décor : composition

99La composition.Les figures correspondent à un arrangement de motifs répétés et agencés afin d’occuper la surface du récipient et dont la forme est individualisée au sein du schéma décoratif. Les figures se distinguent soit par rapport à une surface réservée, soit par rapport à une autre figure décorée.

100Cinq types de figures sont possibles selon leur forme et leur emplacement :
• la figure en bandeau se compose d’un ou plusieurs motifs répétés et agencés sur une surface comprise entre deux lignes droites parallèles horizontales (matérialisées ou virtuelles) faisant le pourtour du vase. La figure en bandeau est horizontale et parallèle à l’ouverture du récipient. Elle est constituée selon les combinaisons suivantes :
- un seul motif en ligne (fig. 50, n°1 à 12, n°14 à 15 et n°20 à 21) ou en lignes multiples (fig. 50, n°13, 16 à 19 et 29),
- un ensemble de motifs en tache identiques avec des zones réservées intercalées (fig. 50, n°22, 23 et 28),
- un ensemble de motifs en tache différents d’orientations diverses dont l’arrangement est compris dans une bande (fig. 50, n°24 à 27).

50. Les types de figures classés par technique / Figure types classified by technique

50. Les types de figures classés par technique / Figure types classified by technique

101• la figure en pendentif couvre le pourtour du vase, mais se détache sur un fond uniforme. Elle s’inscrit dans une forme géométrique différente du bandeau (demi-cercles, losanges, triangles, trapèze...). Elle est souvent juxtaposée à un bandeau, peut apparaître juste sous la lèvre du récipient ou est intégrée entre deux bandeaux. La figure en pendentif se compose :
- soit d’un motif en ligne unique (fig. 50, n°32) ou d’un motif en lignes multiples (fig. 50, n°30 à 31, n° 33 à 35 et n°39) faisant le pourtour du vase,
- soit de l’alternance de motifs en tache identiques entre lesquels s’intercalent des zones réservées (fig. 50, n°36),
- soit de motifs en tache différents joints par les extrémités (fig. 50, n°37) ou entre lesquels s’intercalent des zones réservées (fig. 50, n°38)
• dans la figure en médaillon, le médaillon est isolé. Il se détache sur un fond uniforme et est dégagé de toute autre figure. Il se compose soit d’un seul motif (fig. 50, n°40 à 46), soit de plusieurs motifs identiques agencés ensemble (fig. 50, n°47).
• dans la figure en couverture, la couverture est constituée par la répétition et l’agencement d’un motif (fig. 50, n°49) ou de plusieurs motifs (fig. 50, n°48) disposés de façon à revêtir plus ou moins uniformément la surface du vase depuis la lèvre jusqu’au fond.
• lorsqu’un espace est laissé vierge entre deux figures décorées, on parle de figures réservées, que l’on décrit suivant leur forme. Il s’agit le plus souvent de bandeau réservé.

102Le schéma décoratif peut alors se composer soit d’une seule figure, soit résulter d’un agencement complexe de plusieurs figures décorées et réservées (fig. 51 à 55).

51. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe mousse / Decorative pattern types - garter stitching incision technique

51. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe mousse / Decorative pattern types - garter stitching incision technique

52. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe mousse suite / Decorative pattern types - garter stitching incision technique (continued)

52. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe mousse suite / Decorative pattern types - garter stitching incision technique (continued)

53. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe aiguë / Decorative pattern types - sharp stitching incision technique

53. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe aiguë / Decorative pattern types - sharp stitching incision technique

54. Les types de schémas décoratifs - technique de l’impression / Decorative pattern types – impressed decoration technique

54. Les types de schémas décoratifs - technique de l’impression / Decorative pattern types – impressed decoration technique

10355. Les types de schémas décoratifs - technique de l’impression suite / Decorative pattern types – impressed decoration technique (continued)

55. Les types de schémas décoratifs - technique de l’impression suite / Decorative pattern types – impressed decoration technique (continued)

104Dans ce cas là, le schéma décoratif regroupe :
- plusieurs figures d’un même type ;
- des figures d’un même type et des figures réservées ;
- des figures de types différents ;
- ou encore des figures de types différents et des figures réservées.

105La construction : règles de symétrie et montage du schéma décoratif.L’analyse de la symétrie des décors est conçue comme une méthode objective pour comprendre la conception et l’exécution d’une ornementation dans une culture donnée (Shepard, 1968). En référence aux travaux de L. Salanova sur la céramique campaniforme de France et des îles anglo-normandes, nous avons distingué quatre mouvements de base (fig. 56) dans la mise en place du schéma décoratif (Salanova 2000, p. 33) :
- la translation horizontale (T.H), simple mouvement de la figure le long d’un axe ;
- la réflexion horizontale (R.H), réflexion en miroir de la figure à travers un axe horizontal ;
- la réflexion décalée (R.D), réflexion en miroir de la figure suivie d’une translation le long d’un même axe ;
- la réflexion verticale (R.V), réflexion en miroir de la figure selon un axe vertical.

106Après les règles de symétrie, il faut déterminer les principes de montage : les figures sont soit juxtaposées les unes par rapport aux autres (J) et/ou soit superposées les unes sur les autres (S).

56. La construction du décor - les règles de symétrie et le montage du schéma décoratif (d’après Salanova 2000, p. 33 complétée) / Decoration building – symmetrical rules and decorative pattern assembly (based on Salanova 2000, p. 33, as supplemented)

56. La construction du décor - les règles de symétrie et le montage du schéma décoratif (d’après Salanova 2000, p. 33 complétée) / Decoration building – symmetrical rules and decorative pattern assembly (based on Salanova 2000, p. 33, as supplemented)

107Définir le positionnement du décor sur le vase. La localisation du décor sur le vase n’est pas aléatoire (fig. 57). La forme du vase et le décor sont souvent étroitement liés. L’emplacement des zones décorées est généralement en rapport avec des changements de courbure du profil (entre la lèvre et la carène, entre la lèvre et le galbe, de part et d’autre de la carène ou du galbe) ou est situé à des points singuliers du profil (haut de panse, milieu de la panse...). La position du décor peut être également choisie pour accentuer ou dessiner des zones spécifiques du vase. Ainsi, la lèvre, les décors en relief ou encore les préhensions peuvent être ornés ou quelquefois incorporés dans le décor en étant utilisés comme axe de symétrie.

57. Le positionnement du décor sur le vase pour les ornementations en creux / Decoration positioning on vessel for hollow ornaments

57. Le positionnement du décor sur le vase pour les ornementations en creux / Decoration positioning on vessel for hollow ornaments

Les décors en relief

108Pour le traitement des éléments décoratifs en relief, la procédure d’analyse que nous proposons est plus simple et s’appuie sur seulement six critères descriptifs : la morphologie, les modalités de mise en œuvre, l’orientation, le nombre, l’arrangement et la distribution du décor. En fonction du décor, tous ces critères ne sont pas systématiquement renseignés.

109Les décors en relief peuvent comprendre le bouton, le cordon continu, le cordon court, le petit mamelon et la pastille. Selon ces critères, chacun se décline en plusieurs types, répertoriés dans les illustrations (fig. 59 à 66). Chaque type est muni d’un code : (B....) pour bouton, (C....) pour cordon continu, (Cc....) pour cordon court, (M....) pour mamelon et (P....) pour pastille. Quand plusieurs décors en relief différents sont combinés ou lorsque les décors sont reliés à un élément de préhension (fig. 65 et 66), ces associations sont codées avec un préfixe : (As...).

58. La distribution du décor sur le vase / Decoration distribution on the vessel

58. La distribution du décor sur le vase / Decoration distribution on the vessel

59. Les types de décors en relief - le bouton. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée. En pointillé, le décor se répète deux fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types - button. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner. The dashed decoration is repeated twice on the vessel in symmetrically inverted manner

59. Les types de décors en relief - le bouton. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée. En pointillé, le décor se répète deux fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types - button. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner. The dashed decoration is repeated twice on the vessel in symmetrically inverted manner

60. Les types de décors en relief - le cordon continu / Relief decoration types – continuous rope

60. Les types de décors en relief - le cordon continu / Relief decoration types – continuous rope

61. Les types de décors en relief - le cordon court / Relief decoration types – short rope

61. Les types de décors en relief - le cordon court / Relief decoration types – short rope

62. Les types de décors en relief - les cordons courts multiples jointifs / Relief decoration types – short ropes with multiple sealings

62. Les types de décors en relief - les cordons courts multiples jointifs / Relief decoration types – short ropes with multiple sealings

63. Les types de décors en relief - le petit mamelon. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – small nipple. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner

63. Les types de décors en relief - le petit mamelon. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – small nipple. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner

64. Les types de décors en relief - la pastille. En pointillé, le décor se répète deux fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types - patch. The dashed decoration is repeated twice on the vessel in symmetrically inverted manner

64. Les types de décors en relief - la pastille. En pointillé, le décor se répète deux fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types - patch. The dashed decoration is repeated twice on the vessel in symmetrically inverted manner

65. Les types de décors en relief - Association d’éléments décoratifs variés. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – Combination of various decorative components. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner

65. Les types de décors en relief - Association d’éléments décoratifs variés. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – Combination of various decorative components. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner

11066. Les types de décors en relief - Association d’éléments décoratifs variés. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – Combination of various decorative components. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner

66. Les types de décors en relief - Association d’éléments décoratifs variés. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – Combination of various decorative components. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner
Les critères descriptifs

111Décrire la morphologie de l’élément plastique consiste à préciser sa forme de base, son développement, sa section, mais aussi à documenter la présence ou non d’une perforation et les dimensions dans lesquelles il s’inscrit.

112Les modalités de mise en place du décor en relief sont décrites selon trois possibilités : soit le décor plastique est appliqué sur la pâte, soit il est modelé en étirant la pâte depuis la surface extérieure du vase, soit en repoussant celle-ci depuis l’intérieur du récipient.

113L’orientation du décor est décrite selon quatre possibilités : horizontale, verticale, oblique montante ou oblique descendante selon le sens de la lecture, à savoir de gauche à droite.

114Pour le nombre, l’élément décoratif est soit unique, soit dupliqué en plusieurs exemplaires sur la paroi du contenant.

115L’arrangement correspond à la forme que prend le décor sur le vase – par exemple en ligne horizontale, en triangle pointe en bas...– et aux combinaisons de décors entre eux.

116Quant à la détermination de la distribution de l’ornementation sur le vase, le décor est soit localisé, c’est-à-dire qu’il est circonscrit à une zone bien définie sur le récipient ou identifié sur un fragment isolé, soit continu, c’est-à-dire qu’il fait le pourtour du vase (fig. 58). Parfois, et c’est plus rare, le décor est répété régulièrement sur le récipient ; les éléments formant le décor sont alors reproduits à deux ou à quatre reprises de façon symétriquement opposée sur la surface.

Les types de décors en relief
Le bouton

117Le bouton est une protubérance appliquée sur la surface du vase, de base plus ou moins circulaire, dont l’épaisseur est inférieure ou égale au diamètre (fig. 59). Son développement est hémisphérique, prismatique, prismatique relevé, rectangulaire ou triangulaire aplati. Il est parfois perforé longitudinalement ou transversalement. Il est unique ou au nombre de deux, trois ou quatre disposés selon une ou deux lignes horizontales parallèles. Le ou les boutons en lignes sont quelquefois reproduits à deux ou à quatre reprises de façon symétriquement opposée sur la surface.

Le cordon continu

118Le cordon continu est une bande continue de pâte en relief de section demi-circulaire, rectangulaire, trapézoïdale ou triangulaire appliquée sur la paroi du récipient (fig. 60). Il peut aussi résulter d’un étirement de la pâte depuis l’extérieur de la surface du vase. Le cordon est unique ou au nombre de deux, trois ou quatre, rectiligne ou en arceaux. Il peut servir à relier des préhensions tels que les mamelons ou les anses et des décorations en relief comme les boutons. Les cordons sont quelquefois agencés en combinaison avec des cordons courts ou des pastilles. C’est enfin un support de prédilection pour les décors imprimés (Cf. supra).

Le cordon court

119Le cordon court est une petite bande de pâte en relief appliquée sur la paroi du récipient, dont l’épaisseur est au moins trois fois supérieure à la largeur et la largeur est supérieure ou égale à l’épaisseur (fig. 61 et 62). Sa section est demi-circulaire. Il est orienté selon quatre directions : verticale, horizontale, oblique montante ou oblique descendante. Il est unique ou multiple, au quel cas, les cordons sont soit rectilignes et juxtaposés les uns aux autres, soit jointifs en H, en arc, en V, en moustaches ou en chevrons. Les décorations de cordons courts sont souvent arrangées avec des préhensions, lesquelles sont alors utilisées comme axe de symétrie dans l’organisation de l’ornementation. Enfin, ils sont parfois associés à des décors de pastillage et de bouton.

Le mamelon

120Le mamelon est un petit élément en relief appliqué sur la surface du vase, de base ovalaire (fig. 63). Son développement est arrondi. Son épaisseur est inférieure ou égale à son diamètre maximum. Il est orienté horizontalement ou verticalement par rapport à l’ouverture du récipient. Ce décor est soit unique ou multiple. Au nombre de quatre, les mamelons sont régulièrement espacés sur tout le pourtour du vase et symétriquement opposées. Au nombre de deux, ils sont disposés de façon parallèle l’un au dessus de l’autre ou l’un à côté de l’autre.

La pastille

121La pastille est une petite protubérance de base circulaire, ovalaire, ou rectangulaire aplatie, dont l’épaisseur est inférieure ou égale au diamètre ou à la longueur maximum (fig. 64). Dans le cas où plusieurs pastilles sont associées, il s’agit de pastillage. La pastille ou le pastillage peut être appliqué ou repoussé depuis l’intérieur du vase. Les décors de pastillage prennent la forme de ligne horizontale unique ou multiple parallèle, de rectangles horizontaux régulièrement espacés disposés selon une ligne horizontale ou de triangles pointe en bas régulièrement espacés et agencés en ligne horizontale.

Le positionnement du décor

122Un dernier paramètre complète la description : celui de la localisation de l’ornementation sur le vase (fig. 67). Encore une fois, le choix de la localisation n’est pas arbitraire. Les zones privilégiées sont en partie identiques à celles reconnues pour les éléments de décors en creux. Changement de courbure du profil, haut de panse, milieu de panse, zone pré-orale sont ainsi favorisés pour la mise en place de l’ornementation.

12367. Le positionnement du décor sur le vase pour les ornementations en relief / Decoration positioning on vessel for relief ornaments

67. Le positionnement du décor sur le vase pour les ornementations en relief / Decoration positioning on vessel for relief ornaments

Les éléments autres

124Dans cette catégorie, pourront être répertoriées les pièces mal conservées dans une série mais souvent fréquentes qui présentent soit une empreinte d’élément en relief arraché du vase, soit un départ d’élément plastique que la fragmentation ne permet pas de déterminer. Étant donné leur caractère peu informatif, les éléments autres doivent être simplement quantifiés lors de la description d’un cortège.

3. procédures et outils d’analyses intra séries

125La description et l’analyse des assemblages sont des étapes fondamentales dans le recueil des données, à condition qu’elles suivent toujours le même protocole. Le fait de systématiser la procédure est en effet le meilleur moyen de constituer une documentation de référence sur laquelle toutes les hypothèses et les résultats viennent ensuite s’appuyer. Il s’agit bien souvent d’une activité complexe et laborieuse, qui repose nécessairement sur une série d’étapes à suivre strictement et sur des outils spécifiques comme des bases de données indispensables dans l’inventaire et la comparaison.

3.1. Étapes préliminaires

126L’analyse d’une série peut donc débuter sous cette forme, attendu bien sûr que le contexte de fouille soit connu et maîtrisé, que l’échantillon ne présente pas de mélange avec des vestiges d’occupations antérieures ou postérieures, qu’il appartienne strictement à la fourchette de temps qui lui a été attribuée et s’insère dans une séquence stratigraphique claire restituée par la lecture sédimentaire, la répartition des vestiges et la valeur chronologique du mobilier (Honegger 2001, p. 49). Les pièces diagnostiques sont d’abord isolées du reste de l’assemblage composé des fragments de panse informes. On comptabilise d’un côté le nombre de fragments, de l’autre les éléments typologiquement parlants. C’est la quantification par nombre de restes (NR). Cela permet d’avoir une idée de l’état de conservation général de la série. Il est aussi utile, voire indispensable, de peser l’ensemble de la série pour estimer le poids de la production à partir d’un critère qui n’est pas sensible à la fragmentation et donc comparable d’un site à l’autre. Le taux de fragmentation dépend en effet de la taille des vases, de sa fonction et de son utilisation, des contextes d’enfouissement et des phénomènes post-dépositionnels. De manière générale, cette première étape de quantification est essentielle pour des comparaisons au sein du site, entre structures ou entre unités stratigraphiques par exemple, ou tout simplement entre sites (Arcelin & Truffeau-Libre 1998). Un temps important doit être consacré au remontage, dans le but d’évaluer de façon plus juste le nombre minimum de vases composant le cortège (NMI). Le nombre minimum de vases peut être quantifié à partir du nombre total de lèvres présentes dans la série (100 lèvres = 100 vases). La fragmentation interférant considérablement dans cette évaluation, il est certain qu’en général, avec ce procédé, le nombre total des récipients est au final surévalué. Ceci étant, après le remontage, il est possible de combiner, de pondérer ce premier NMI avec le nombre de carènes, de galbes, de cols ou d’épaulements par exemple, afin d’affiner la quantification (Arcelin & Truffeau- Libre 1998). Le remontage permet aussi d’augmenter nos chances de déterminer la forme du récipient en cherchant à reconstituer au maximum les profils. Ce remontage s’opère entre éléments typologiques d’une part, mais aussi entre les éléments typologiques et les fragments de panse informes d’autre part. C’est sans compter enfin sur le fait que la visualisation des remontages entre fragments permet bien souvent, en amont, le recours à des méthodes spécifiques pour mieux comprendre la mise en place des niveaux et leurs successions, comme le positionnement des objets en coordonnées tridimensionnelles. De cette manière, il est possible de préciser les observations faites sur le terrain et d’isoler des niveaux au sein des couches en contrôlant les phénomènes de mélanges (Vital et al. 1997, Binder 2003, Vital 2006). Ensuite, la caractérisation des séries s’opère en privilégiant l’approche quantitative et qualitative exhaustive de cortèges pensés et compris comme des assemblages, la seule susceptible de rendre compte correctement du fonctionnement des productions céramiques. La démarche qui consiste à étudier quelques objets isolés, choisis en fonction de critères souvent restrictifs, n’est pas apte à remplir les objectifs d’une étude valide (Pétrequin et al. 1987).

3.2. Les bases de données

127Pour chaque série consultée, l’ensemble des observations effectuées sur la céramique peut être enregistré à l’aide d’applications conçues sous les logiciels spécialisés de bases de données, ces dernières devant rassembler la totalité des descripteurs listés (le lecteur peut se référer ici aussi à l’article Cauliez et al. 2001- 2002) : les informations courantes liées à l’observation de la pièce céramique enregistrée, complétée, si cette pièce céramique est suffisamment bien conservée, par les informations propres à la forme, au format et aux mensurations du vase auquel le tesson se rapporte et enfin par la description détaillée des éléments ajoutés sur la pièce (préhension, décor...) ou composant la pièce (lèvre, fond...). Les codes typologiques (type morphologique, type de préhension, de décor etc.) doivent ici être mentionnés. De façon très classique, ces applications offrent la possibilité d’effectuer l’inventaire précis d’une série archéologique à partir d’une base de données personnalisée et adaptée au corpus étudié. Elles permettent de traiter et d’exploiter facilement les données, grâce, le plus souvent, à un langage de programmation contrôlant les recherches multi-critères applicables à la série et permettent de générer notamment des tableaux de comptage par type. Enfin, elles offrent, dans bien des cas, la possibilité d’importer ou d’exporter les données en provenance ou en direction d’autres applications telles que Microsoft ExcelTM ou les logiciels de statistiques (XlStatTM ou PastTM par exemple). À la suite de l’inventaire, une série de recherches statistiques est par conséquent réalisable à partir de la base de données. En bref, ces outils vont permettre de gérer qualitativement et quantitativement l’ensemble des objets archéologiques considérés comme diagnostiques.

3.3. Protocole descriptif

128Une fois les informations répertoriées dans la base de données et par le biais des recherches multi-critères, la série céramique fait l’objet d’une description exhaustive en suivant toujours le même protocole. À titre d’exemple, nous proposons d’illustrer notre propos à partir de la collection issue du site en fosses du Mourre du Tendre daté du Néolithique final. L’habitat de plein air du Mourre du Tendre est situé sur la commune de Courthézon (Vaucluse), à une vingtaine de kilomètres au nord d’Avignon. Implanté sur une terrasse du Rhône d’une altitude comprise entre 50 et 60 mètres, il domine d’une quinzaine de mètres la plaine de Courthézon parcourue par les ruisseaux du Petit Raonel, de la Seille et de l’Ouvèze. Les découvertes de surface indiquent que le site couvre plus de 3 hectares (fig. 68). En 1983, des travaux de terrassement mettent au jour des structures en creux (fosses, trous de poteaux, cuvettes). Devant la menace de destruction, une première campagne de sauvetage est menée sous la responsabilité de R. Brandi. Si aucune couche archéologique n’est repérée en stratigraphie, une dizaine de fosses circulaires (1 m de diamètre environ pour 1 m de haut) est fouillée. Un abondant matériel est alors recueilli dans lequel on relève un fragment de vase polypode à socle basilaire. La prévision de la destruction du site (exploitation comme gravière et replantation de vignes) motive une nouvelle fouille de sauvetage en 1984. Face à l’urgence, J. Thomas, alors responsable de l’intervention, réalise un décapage mécanique aussi vaste que possible. Cette démarche rendue réalisable par l’absence de niveau d’occupation associé aux structures creusées, visait à reconnaître le plus grand nombre d’aménagements en fosse. C’est ainsi que sur les 800 m2 ouverts, soixante structures ont pu être fouillées. Il s’agit de fosses, de cuvettes, de placages et de trous de poteaux. Après une interruption de deux ans, la fouille reprend en 1987 sous la direction de P. Bretagne. Selon la même stratégie d’intervention, deux grands décapages mécaniques d’une superficie totale de 770 m2 sont réalisés (Bretagne 1987, Bretagne & Hasler 1987). Cent quarante nouvelles structures en creux sont dégagées. L’organisation spatiale générale du site demeure cependant toujours difficile à reconnaître (Jacob et al. 1987-1988). Une opération de sauvetage en 1988 met fin aux campagnes sur ce site. La poursuite des décapages mécaniques, suivie de la fouille fine des structures, met à nu 1450 m2 sur lesquels près de deux cent nouvelles structures sont découvertes (pour un total d’environ 400). Cette intervention, qui donne des résultats en tous points identiques à ceux des précédentes recherches, dans les types d’aménagements, comme dans le mobilier, est marquée par la découverte d’une sépulture d’un individu féminin déposé au fond d’une fosse étroite et profonde (Bretagne 1988).

68. L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Plan général des structures (d’après Bretagne & Hasler, 1987, fig. 2) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). General structure map (based on Bretagne & Hasler 1987, fig. 2)

68. L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Plan général des structures (d’après Bretagne & Hasler, 1987, fig. 2) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). General structure map (based on Bretagne & Hasler 1987, fig. 2)

129Si, au cours des différentes opérations, quelques éléments récoltés indiquent des occupations cardiales (céramique décorée au cardium) et chasséennes (vase à épaulements, écuelle carénée), la très grande majorité du mobilier situe l’établissement au Néolithique final. Son homogénéité traduit également une occupation longue, mais unique (Bretagne 1988). Cet ensemble, qui présente de fortes similitudes, particulièrement dans la céramique avec la série du site de la Plaine des Blancs sur la même commune, a par ailleurs participé à la définition du groupe Rhône-Ouvèze à la fin des années 1980 (Müller et al. 1986, Cauliez 2007).

130Nous avons volontairement écarté de l’analyse les structures en creux mises au jour lors des fouilles de R. Brandi et de J. Thomas. Dans les secteurs que ces derniers ont en effet investis, les aménagements sont très dispersés et le terrain est particulièrement remanié par les importants labours successifs (Thomas 1984). Nous avons donc concentré notre échantillonnage sur les fosses localisées dans le secteur des fouilles de P. Bretagne, où les travaux agricoles ont eu très peu de répercutions sur les remplissages. Dans cette zone, la forte densité des structures a également constitué un critère de sélection, tout comme la quantité très abondante de mobilier.

131Sur les trois cent quarante fosses, cuvettes, et trous de poteaux, nous n’avons pas pris en compte les aménagements problématiques, à savoir les structures fouillées que partiellement, celles remaniées par des labours, et enfin les fosses où étaient mélangés mobiliers du Néolithique final et céramiques cardiales, chasséennes ou éventuellement modernes. Au final, ce sont donc soixante dix sept aménagements creusés qui ont été choisis pour l’étude (fig. 69). Le site du Mourre du Tendre a fourni un mobilier céramique abondant : le corpus se compose de 6387 fragments, au sein desquels 761 éléments sont typologiquement significatifs. Malgré une fragmentation importante et des dépôts de concrétion fréquents sur les surfaces, la céramique présente un bon état de conservation, puisque plusieurs formes sont restituables. La distribution du nombre d’éléments diagnostiques par structure montre une forte représentation dans les aménagements St. 138, 150, 96, 203, 129, 105, 205 et 224. Le remontage a permis d’assembler des fragments provenant de différents ensembles clos (St. 113/114 ou St. 129/132/137), ce qui argumente dans le sens d’une contemporanéité au moins partielle de ces fosses.

13269. L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Tableau de comptage général des éléments céramiques par structure - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). General count table for pottery components per structure – sizes and percentages

69. L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Tableau de comptage général des éléments céramiques par structure - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). General count table for pottery components per structure – sizes and percentages

3.3.1. Présentation des données morpho et métro typologiques

Les types morphologiques

133Au moment de la description, il est important, dans un premier temps, de présenter un tableau dit de « combinaisons attestées » qui vise à illustrer rapidement la composition du corpus par types de pièces diagnostiques (fig. 70). Ce tableau, en croisant des données qualitatives (présence/absence) et des données quantifiées, offre l’avantage de détailler en très peu d’informations l’état de conservation de la série et ce qui la constitue. Par exemple, sommes-nous en présence d’une série richement décorée, dotée de nombreuses préhensions ou de très nombreux vases à carène par exemple ? Y a t’il beaucoup de pièces qui fournissent simultanément la lèvre, la panse et le fond et sont donc complètes ou restituables graphiquement ? Les décors s’élèvent à quel nombre dans la série et sont-ils préférentiellement conservés sur des fragments isolés ou, au contraire, retrouvés en association avec un élément donnant des informations sur la forme du vase qui le porte (carène, galbe,...) ? Pour lire ce tableau, nous pouvons prendre l’exemple de deux lignes soulignées par un astérisque dans la colonne pourcentages de la figure 70. Ainsi à la lecture de la première ligne annotée, nous pouvons constater qu’il y a dans le corpus deux pièces livrant à la fois les éléments de la lèvre, de la panse et du galbe. Ces deux pièces sont donc bien conservées, car nous avons vraisemblablement une restitution possible du profil et de la forme. Nous savons aussi que ces deux vases galbés sont décorés et qu’ils représentent 0.3% de la série étudiée. La seconde ligne annotée d’un astérisque nous informe sur le fait que la collection compte aussi 32 pièces portant une préhension isolée sur un fragment de panse informe, soit 4.2% de la totalité des éléments typologiques inventoriés.

70 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Inventaire et effectifs des combinaisons attestées / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Inventory and sizes of certified combinations.

70 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Inventaire et effectifs des combinaisons attestées / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Inventory and sizes of certified combinations.

 À titre d’illustration, dans la série, 60 tessons ne sont caractérisés que par la présence d’une lèvre, 461 montrent à la fois une lèvre et le développement d’une partie de la panse, 32 présentent une préhension isolée conservée sur une partie de la panse, ou encore 44 montrent un décor conservé sur une partie de la panse / For illustration purposes, in this series, 60 shards are only characterized by the presence of a rim, 461 shards show a rim and partial body development, 32 shards show an isolated suspension that has remained on one part of the body, or 44 others show a decoration preserved on one part of the body

134Les données morpho et métro typologiques sont ensuite présentées. Un indicateur de détermination du NMI par rapport au nombre total d’éléments diagnostiques peut être calculé en pourcentages (iNMI = NMI/total des éléments diagnostiques *100), afin de rendre compte de la fragmentation et de la nature des pièces préférentiellement conservées (fig. 71). Ici, le nombre de récipients évalué par rapport à la quantité de lèvres s’élève à un minimum de 579 vases (iNMI = 76 %). Parmi ce corpus, 353 possèdent un profil permettant d’identifier la structure, le contour ou la forme du récipient, soit 61 % du NMI.

13571 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de forme - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Shape types – sizes and percentages

71 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de forme - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Shape types – sizes and percentages

136Il s’agit de faire ensuite la liste des types morphologiques des vases reconnus dans la série et d’évaluer leur représentativité en termes de proportions (effectifs et pourcentages ; fig. 71). Dans la série du Mourre du Tendre, les vases sont majoritairement à ouverture évasée (58.7 %), bien que la série se compose parallèlement de 30.3 % de récipients à ouverture rétrécie et de 1.4 % à ouverture droite. Ces différents récipients se subdivisent en 25 types et 4 sous-types morphologiques, distribués dans quatre grandes catégories de vases : à contour simple, à contour complexe caréné, à contour complexe galbé et à contour complexe à col. Ce corpus se caractérise par conséquent par une importante diversité dans le répertoire morphologique.

137La majorité est assimilable à des contenants de profil non segmenté, soit 71.4 % du corpus. Ceux-ci intègrent divers types, qui sont pour les contenants ouverts principalement I.1.f, I.1.c et I.1.b, c’est-à-dire tronconique, subhémisphérique ou hémisphérique. Les formes ouvertes sont aussi de types I.1.d, I.1.e et I.1.a (ellipsoïdale selon un grand axe horizontal ou vertical et subcylindrique). Pour les vases à ouverture rétrécie, les types morphologiques les plus reconnus sont généralement I.2.e et I.2.g, à savoir ellipsoïdale selon un grand axe vertical ou ovoïde. Plus ponctuellement, ces récipients sont de type I.2.b (sphérique). Quelques vases à bord sont également attestés par la présence de récipients de forme sphérique à bord redressé (sous-type I.2.b – brd). Enfin, les vases droits sont de type I.3.a, de forme subcylindrique.

138Près de 29 % des récipients ont un profil segmenté par la présence d’une carène (25.5 %), d’un galbe (2.8 %) ou plus rarement d’un col (0.3 %).

139Les vases carénés à ouverture rétrécie prévalent. Ils s’inscrivent dans de nombreux types différents, nettement dominés par ceux II.A.2.a et II.A.2.d. De manière générale, ces récipients portent une carène vive installée en position basse sur le vase. Quelques-uns ont une carène médiane (types II.A.2.d et II.A.2.h) et d’autres, plus rares, sont à carène haute (type II.A.2.g). Les récipients carénés à ouverture évasée sont toujours à carène vive et basse. Dans cette catégorie, le type récurrent est II.A.1.c. Là aussi, il arrive que certains contenants soient munis d’un bord dans la partie supérieure ; il s’agit du sous-type II.A.1.j - bé, à carène basse et bord éversé.

140Pour les vases galbés, seuls ceux à ouverture évasée et à galbe rentrant, haut ou médian sont présents. Ils sont de trois types, II.B.1.h, II.B.1.i et II.B.1.j : hyperboloïde, tulipiforme ou tulipiforme ouvert.

141Enfin, les vases à col, qui font figure d’exception, sont de type unique : II.C.2.a, c’est-à-dire à ouverture rétrécie et col redressé rectiligne.

La classification morphométrique : formats et mesures complémentaires

142On précise ensuite les différents formats déterminés pour les vases en fonction des types morphologiques afin de caractériser la production, mettre en évidence des récurrences (fig. 72).

72 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Distribution des effectifs de vases par types de format et de forme / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Vessel size distribution per construction and shape types

72 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Distribution des effectifs de vases par types de format et de forme / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Vessel size distribution per construction and shape types

143L’analyse des formats est complétée par une étude de corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum, pour tenter d’identifier les liens entre ces deux variables et les possibilités que la production soit plus ou moins standardisée. Précisons néanmoins que la plupart de ces examens sont souvent réalisés à partir de faibles effectifs et qu’il est possible que les résultats ne soient pas toujours significatifs à l’échelle de l’ensemble d’un corpus Des tableaux de statistiques descriptives (fig. 73) – coefficient de variation, écart-type, coefficient d’aplatissement, maximum, minimum...– réalisées avec les logiciels Microsoft ExcelTM et PastTM livrent les informations supplémentaires sur les variables métriques susceptibles d’avoir été mesurées (diamètre à l’ouverture, épaisseur à l’ouverture, hauteur maximum, diamètre à la carène, épaisseur du fond...). Des histogrammes par classes illustrent les résultats. Il est utile ici de s’interroger sur le nombre de classes pour représenter au mieux les résultats. Des classes trop grandes peuvent masquer des informations importantes sur le plan technique. Tandis qu’opter pour des classes trop précises peut ne pas être opérant dans la mesure où nous travaillons sur des séries de vases réalisés sans énergie cinétique rotative (Roux & Courty 1998, Roux 2007) : le diamètre, la hauteur et l’épaisseur peuvent considérablement varier sur un même récipient en fonction de la régularité des parois. Ces statistiques descriptives sont réalisées exclusivement lorsque la variable a pu être mesurée sur au moins 15 individus, effectifs en dessous duquel ces outils ne sont pas utiles et un simple relevé des mensurations disponibles associé à un texte descriptif suffit.

144Dans la série du Mourre du Tendre, le format a été estimé sur un total de 50 vases très bien conservés (soit 8.6% du NMI ; fig.72 et 73).

14573 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Statistiques descriptives sur les diamètres à l’ouverture, l’épaisseur à l’ouverture et le diamètre à la carène / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Descriptive statistics on opening diameters, opening thickness and hull diameter

73 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Statistiques descriptives sur les diamètres à l’ouverture, l’épaisseur à l’ouverture et le diamètre à la carène / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Descriptive statistics on opening diameters, opening thickness and hull diameter

146Dans les récipients de contour simple, on retrouve majoritairement des vases moins hauts que larges assez profonds petits à grands, tels que des bols, des petites, des moyennes et des grandes jattes. Les contenants moyens peu profonds et très ouverts sont également attestés mais de façon minoritaire ; il s’agit de coupes, d’écuelles et d’assiettes. Il en est de même pour les tous petits vases, identifiés par des godets et des gobelets. Les récipients de volume important sont connus dans cette série par quelques vases dont le diamètre à l’ouverture est supérieur à 40 cm et l’épaisseur à l’ouverture dépasse les 1.4 cm.

147Pour les vases à contour complexe, en particulier ceux à carène, on constate que ce type de contenant est souvent de petit ou moyen format aussi haut que large ou moins haut que large comme des gobelets, des bols, des petites et des moyennes jattes. Les diamètres à la carène s’insèrent cependant dans un intervalle important (de 9.5 cm à 45 cm), ce qui traduit une certaine diversité dans les capacités volumétriques. Enfin, bol et moyenne jatte sont les deux formats identifiés pour les vases galbés.

148Le corpus de vases semble ainsi représenter une population assez homogène de récipients inscrits dans différents volumes. Néanmoins, les formats moyens demeurent plus fréquents dans l’assemblage. Au niveau des mensurations générales, les récipients ont un diamètre à l’ouverture oscillant de 4 à 54 cm avec un coefficient de variation et un écart type importants (respectivement 42.6 % et 8.1). Le coefficient d’aplatissement (2.5), tout comme l’histogramme des effectifs par classes des diamètres indiquent en effet que, malgré quelques valeurs extrêmes, la majeure partie des récipients a des diamètres avoisinant la moyenne (19 cm environ). Il en est de même pour l’épaisseur à l’ouverture des vases ; celle-ci s’étend de 0.2 à 1.6 cm, mais la plupart des vases ont une épaisseur comprise entre 0.2 et 0.6 cm.

3.3.2. Présentation des éléments diagnostiques composant le vase ou ajoutés sur le vase

149Ensuite, les éléments diagnostiques qui entrent dans la composition du vase ou ajoutés sur le vase peuvent être décrits et présentés par type un à un : les lèvres, les fonds en premier lieu, puis les éléments de préhension et les éléments décoratifs dans un second temps. Là encore, des tableaux de comptage par types et des histogrammes retranscrivent les fréquences et les proportions (fig. 74 à 79). Dans la mesure du possible aussi, nous évaluons le pourcentage de NMI présentant certains types de fond ou encore des éléments ajoutés sur le vase (décor et préhension). À ce niveau de l’analyse, des corrélations sont tentées entre le type de fond, d’éléments de préhension ou de décors et la forme générale du vase. Bien que les bases de données nous le permettent, les tests que nous avons menés dans l’exploration d’autres corrélations comme le type de lèvre/le type de préhension ou encore le type de préhension/le type de fond n’ont pas été à ce jour concluants. Une telle analyse est toutefois possible en fonction de la composition du corpus, mais par expérience, nous avons pu constater qu’elle ne peut s’adapter en réalité à la diversité des situations rencontrées dans les productions céramiques du Néolithique final méridional et il est préférable de s’en tenir à un certain degré d’applicabilité et surtout de pertinence.

Les lèvres et les fonds

150Au Mourre du Tendre, les récipients présentent des lèvres de 12 types (fig. 74). L’inventaire révèle que ceux dont la lèvre est arrondie sont les plus nombreux (68 %), suivis par les vases à lèvre éversée vers l’extérieur (11.4 %) ou aplatie (10.9 %). Les autres types de lèvres plate, amincie, ourlée externe, épaissie externe ou en biseau interne sont diagnostiqués sur seulement quelques récipients, tout comme les lèvres en biseau externe, en biseau externe et interne, épaissies internes ou élargies reconnues chacune sur moins de 5 individus.

151Les vases ont des fonds arrondis, à l’exception de 5 récipients dotés d’un fond aplati (soit 0.9 % du NMI). Ces fonds devaient être associés à des récipients de volume important, car leur diamètre est admis entre 23 et 32 cm et l’épaisseur entre 0.8 et 1.4 cm.

15274 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de lèvre - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Rim types – sizes and percentages

74 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de lèvre - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Rim types – sizes and percentages

Les éléments de préhension

153Reconnus sur au moins 12 vases différents (soit 2.1 % du NMI) ou présents sur 43 fragments de panse isolés, les éléments de préhension sont peu représentés dans ce corpus (55 éléments au total ; fig. 75). En revanche, ils bénéficient d’une typologie extrêmement riche avec pas moins de 25 types différents. L’anse en ruban à arc cintré (12.8 %), la préhension en demi-bobine (11 %), le mamelon (9.1 %) et la prise plate à développement arrondi (7.3 %) ou rectangulaire (7.3 %) font partie des préhensions les plus fréquentes. On retrouve également des anses en boudin à arc cintré, des boutons triangulaires, des mamelons très peu proéminents ou rectangulaires avec ou sans ensellement médian, des préhensions tubulaires ensellées ou non et des prises plates à développement rectangulaire ensellées. Le corpus compte aussi des anses en ruban à arc cintré ensellées, de gros boutons proéminents rectangulaires, des boutons triangulaires à branches, plusieurs types de mamelon (allongé, ensellé, proéminent, relevé...), des préhensions en demi-bobine à branches, des préhensions en H et des prises plates à développement arrondi ensellées, tous attestés par un seul exemplaire.

15475 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de préhension - effectifs et pourcentages. Localisation des éléments de préhension sur le vase - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Suspension types – sizes and percentages. Location of suspension components on the vessel – sizes and percentages

75 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de préhension - effectifs et pourcentages. Localisation des éléments de préhension sur le vase - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Suspension types – sizes and percentages. Location of suspension components on the vessel – sizes and percentages

155Ces organes de préhension sont utilisés davantage sur des récipients à ouverture rétrécie et forme sphérique ou ovoïde (types I.2.b et I.2.g), que sur des récipients ouverts, lesquels sont alors de forme ellipsoïdale selon un grand axe vertical ou tronconique (types I.1.e ou I.1.f.). Sur ces vases, ils prennent place juste sous la lèvre, en haut ou au milieu de la panse. Quelques récipients carénés portent une préhension (types II.A.2.a et II.A.2.d) ; il s’agit souvent de boutons triangulaires avec ou sans branches, de mamelons et de préhensions en demi-bobine à branches installés au-dessus de la carène ou rattachés au-dessus de la carène.

156Enfin, la majorité des éléments est d’orientation horizontale par rapport à l’ouverture, bien que 7 pièces soient obliques ou verticales (mamelons, prises plates à développement rectangulaire et boutons triangulaires avec ou sans branches). Quant aux perforations pour le passage d’un lien ou faciliter la prise, elles sont bien identifiées sur plusieurs préhensions en demi-bobine, des mamelons, des prises plates et des préhensions tubulaires (au total 17 éléments). Ces perforations sont majoritairement longitudinales par rapport à la préhension ou parfois transversales.

Les décors

157Au moment de la description des ornementations, il est important d’établir le nombre de pièces livrant un décor plastique, un décor incisé et/ou imprimé ou encore une combinaison de ces deux types d’agréments (fig. 76). Pour les décors comme pour les préhensions, la position sur le vase est mise en évidence en fonction de la morphologie du récipient.

15876 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Distribution des ornementations en fonction du type de décor en creux et/ ou en relief - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Ornament distribution according to hollow and/or relief decoration type – sizes and percentages

76 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Distribution des ornementations en fonction du type de décor en creux et/ ou en relief - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Ornament distribution according to hollow and/or relief decoration type – sizes and percentages

159Au Mourre du Tendre, les décors sont moyennement nombreux. Avec 79 éléments diagnostiques ornés, ils représentent près de 11 % de la totalité des pièces typologiques et sont identifiés sur 31 vases différents, soit plus de 5 % du NMI. Les décors sont souvent en relief (70.9 %), bien que les décors en creux soient également recensés dans des proportions importantes (29.1 %). Aucune association entre ces deux types de décoration n’est attestée dans la série.

Les décors en relief

160Les décors en relief comprennent surtout du pastillage au repoussé ou appliqué, des décors de boutons, de cordons continus et de cordons courts (fig. 77). Chacune de ces décorations présente une variabilité importante car 26 types différents ont été reconnus. Ce sont généralement des vases de capacité volumétrique petite à moyenne qui reçoivent une ornementation, et plus particulièrement des récipients de contour complexe.

16177 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de décor en relief - effectifs et pourcentages. Localisation du décor sur le vase et type de forme décoré / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decoration types – sizes and percentages. Location of decoration on vessel and type of decorated shape

77 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de décor en relief - effectifs et pourcentages. Localisation du décor sur le vase et type de forme décoré / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decoration types – sizes and percentages. Location of decoration on vessel and type of decorated shape

162La pastille ou le pastillage au repoussé ou appliqué sur le vase peut prendre la forme de pastille unique, double ou triple. Quant ces pastilles sont multiples, le décor s’organise en bandeau de ligne horizontale unique ou multiples parallèles (deux ou trois lignes superposées) ou en pendentifs de triangles pointes en bas juxtaposés les uns à côté des autres (35.6 %). Les vases ouverts carénés (type II.A.1.e) ou galbés (type II.B.1.h) sont les supports privilégiés pour l’implantation de ces décors, lesquels soulignent particulièrement le haut de la panse, le secteur juste sous la lèvre ou parfois aussi agrémentent la segmentation du profil en étant rattachés au-dessus de la carène.

163Les boutons s’inscrivent dans plusieurs morphologies différentes (23.3 %). Généralement représentés par un seul exemplaire sur le vase, ces boutons sont de section hémisphérique, prismatique, rectangulaire ou triangulaire ; ils sont aussi quelquefois relevés. Quand ils sont prismatiques, il arrive de les retrouver au nombre de trois, alignés horizontalement et appliqués en prise directe au-dessus de la carène. De façon quasi systématique, ces décorations de boutons prennent place sur des vases carénés le plus souvent fermés (types II.A.2.d ou II.A.2.e) ou plus rarement ouverts (sous-type II.A.1.j – bé).

164Les cordons courts sont généralement uniques et d’orientation verticale, horizontale ou oblique (17.9 %). D’autres multiples sont doubles verticaux et parallèles ou alors jointifs en V ouverts vers le haut ou en arc de cercle. Ce type d’ornementation agrémente des vases de contour simple ouverts et tronconiques en haut de la panse (type I.1.f) ou des récipients à carène haute fermés (type II.A.2.g). Dans ce dernier cas, les deux cordons verticaux parallèles sont espacés de quelques centimètres et rattachés au-dessus de la carène juste sous la lèvre. Sur deux exemplaires, des cordons courts multiples sont associés à un élément de préhension (3.6 %) : il s’agit d’un mamelon rectangulaire rehaussé de trois petits cordons

165qui rayonnent autour de l’élément en relief ou encore d’une préhension en demi-bobine de part et d’autre de laquelle des cordons en V ouverts à droite et à gauche prennent leur départ.

166Quant au décor de cordon continu, ils sont assez simples (17.8 %) : de section demi-circulaire ou ponctuellement triangulaire, ils sont uniques horizontaux et mettent en valeur la zone juste sous la lèvre, le haut ou le milieu de la panse de vases de contour simple à ouverture rétrécie ou évasée (type I.1.f). Ces cordons apparaissent aussi sur la carène de récipients de types II.A.1.c ou II.A.2.a. Enfin, sur un vase de capacité volumétrique importante, une décoration de doubles cordons continus relie entre elles quatre anses en ruban à arc cintré reproduites à intervalles réguliers sur tout le pourtour du vase (1.8 %).

Les décors en creux

167Dans la série du Mourre du Tendre, de nombreux vases présentent un décor en creux. La principale technique utilisée pour leur conception est l’incision à la pointe mousse (91.2 % ; fig. 78 et 79). Le tracé est régulier, nette et relativement profond. L’impression, alliant petit poinçon à front circulaire et poinçon ogival, est employée sur un vase (4.4 %), tout comme l’incision à la pointe aiguë (4.4 %).

78 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Techniques décoratives utilisées pour la réalisation des décors en creux - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Decorative techniques used for creating hollow decorations – sizes and percentages

78 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Techniques décoratives utilisées pour la réalisation des décors en creux - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Decorative techniques used for creating hollow decorations – sizes and percentages

79 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de décor en creux - effectifs et pourcentages. Localisation du décor sur le vase et type de forme décoré / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Hollow decoration types – sizes and percentages. Location of decoration on vessel and type of decorated shape

79 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de décor en creux - effectifs et pourcentages. Localisation du décor sur le vase et type de forme décoré / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Hollow decoration types – sizes and percentages. Location of decoration on vessel and type of decorated shape

168Les décors empruntent dans le répertoire quelques éléments de base : le chevron, le trait vertical, horizontal ou oblique, la ligne, l’arc de cercle, le petit point et l’ogive. Malgré la fragmentation, on peut faire ressortir des caractéristiques récurrentes dans la composition des ornementations.

169Pour la technique de l’incision, en termes de motifs, les traits verticaux, horizontaux ou obliques sont organisés en motifs en tache ; les lignes horizontales sont souvent multiples parallèles et les arcs de cercles concentriques sont en lignes multiples ou en taches. Quant aux chevrons, ils s’agencent en motif en lignes multiples.

170En termes d’arrangements de motifs et de schémas décoratifs, plusieurs pièces bien conservées permettent de lister les principales compositions identifiées dans la série.

171Aussi, les ornementations s’ordonnent, dans l’ensemble, en figures en bandeau unique et en pendentifs ou en figures en bandeaux multiples et en pendentifs. Pour le premier type de schéma décoratif, la figure en bandeau unique correspond à plusieurs lignes horizontales parallèles, tandis que la figure en pendentifs, qui succède à ce premier bandeau, se compose de lignes multiples parallèles de chevrons (lignes brisées). Pour le second type, sous un premier bandeau formé de l’alternance de motifs en tache de traits verticaux et de zones réservées ou encore d’un motif en ligne de traits verticaux parallèles, on peut retrouver juxtaposé un bandeau crée par un motif en lignes multiples horizontales parallèles. Sous ces bandeaux, des pendentifs pourront être aménagés, soit à nouveau par des lignes multiples parallèles de chevrons, soit aussi par des lignes courbes d’arcs de cercle concentriques. Autre décor, celui réalisé par l’agencement de plusieurs motifs en tache de traits verticaux ou horizontaux parallèles en damiers interrompus par des zones sans décors (arrangement A.M.28).

172Ces différentes ornementations sont très géométriques en regroupant des motifs quadrangulaires et triangulaires : la rectitude des damiers de traits verticaux fait en effet écho aux lignes brisées de chevrons. Seules les lignes d’arcs de cercle concentriques donnent une souplesse à l’ornementation par l’ajout, sous les bandeaux, de courbes.

173L’unique décor imprimé correspond à une ligne horizontale de petits points sous laquelle se trouve une ligne d’ogives verticales. Le tout souligne le bord d’un vase fermé (I.2.ind – brd).

174D’un point de vue plus global, même si quelques vases de contour simple portent un décor (type I.1.c), les décorations agrémentent surtout des récipients de contour complexe. Ainsi, des vases galbés ouverts hyperboloïdes sont décorés (type II.B.1.h), tout comme des contenants à carène fermés (types II.A.2.e ou II.A.2.f). Bien que ces décorations soient aussi plus ou moins couvrantes – sur les vases carénés, elles se situent sur toute la panse, entre la lèvre et la carène, et sur les vases galbés, de part et d’autre du galbe –, les zones vierges de décor sont parallèlement fréquentes dans la composition et aèrent l’ornementation. Enfin, il arrive que sur un vase, seuls des éléments en relief présentent un décor ; c’est notamment le cas sur une préhension tubulaire incisée de deux petits traits verticaux.

175En fin de compte, chaque description de corpus est accompagnée d’un texte détaillé, mais volontairement synthétique pour ne pas surcharger la lecture. En revanche, nous optons plus volontiers pour une illustration dense. L’ensemble des données issues de la description et de l’analyse peut en effet être rassemblé dans plusieurs tableaux et histogrammes. Il est important aussi que chaque description soit enrichie de dessins techniques des céramiques représentatifs de l’ensemble du corpus et mis en planches (fig. 80 à 87).

80 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases ouverts de contour simple (en bas ceux dotés aussi d’un bord) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined open vessels (bottom: those with an edge)

80 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases ouverts de contour simple (en bas ceux dotés aussi d’un bord) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined open vessels (bottom: those with an edge)

81 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour simple / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined closed vessels

81 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour simple / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined closed vessels

82 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour simple (en haut), les vases droits de contour simple (au milieu), les vases ouverts de contour complexe caréné (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined closed vessels (top), simple contour upright vessels (middle), carinated complex contour open vessels (bottom)

82 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour simple (en haut), les vases droits de contour simple (au milieu), les vases ouverts de contour complexe caréné (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined closed vessels (top), simple contour upright vessels (middle), carinated complex contour open vessels (bottom)

83 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour complexe caréné / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Carinated complex outlined closed vessels

83 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour complexe caréné / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Carinated complex outlined closed vessels

84 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases ouverts de contour complexe galbé (en haut), les vases fermés de contour complexe à col (au milieu), les fonds (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Curved outlined open vessels (top), complex contour closed vessels with neck (middle), bottoms (bottom)

84 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases ouverts de contour complexe galbé (en haut), les vases fermés de contour complexe à col (au milieu), les fonds (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Curved outlined open vessels (top), complex contour closed vessels with neck (middle), bottoms (bottom)

85 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments de préhension / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Suspension components

85 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments de préhension / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Suspension components

86 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments décoratifs en relief / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decorative components

86 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments décoratifs en relief / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decorative components

87 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments décoratifs en relief (en haut), les éléments décoratifs en creux (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decorative components (top), hollow decorative components (bottom)

87 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments décoratifs en relief (en haut), les éléments décoratifs en creux (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decorative components (top), hollow decorative components (bottom)

176Après avoir décrit chaque cortège en suivant ce protocole, il est alors donné à chacun d’effectuer une batterie de tests, afin de caractériser les assemblages et surtout de les confronter entre eux pour le traitement des problématiques visées (mise en évidence et facteurs à l’origine des variabilités, études des interactions, ...). Pour ce faire, nous pouvons avoir notamment recours aux matrices sérielles, aux analyses factorielles de correspondances, aux classifications ascendantes hiérarchiques et aux graphiques de type histogramme en courbes. Pour cette étape, différents logiciels sont privilégiés StatBoxTM, XlStatTM ou PastTM par exemple. En plus de constituer d’excellents outils d’analyses, ces moyens statistiques offrent également la possibilité d’illustrer de façon très synthétique les résultats.

177Pour constater tout le potentiel de l’application directe de cette méthodologie, nous invitons le lecteur à se référer à deux articles récemment publiés dans le Bulletin de la Société préhistorique française (Cauliez et al. 2011) et dans Gallia Préhistoire (Cauliez 2011). Le premier article est consacré à l’étude monographique d’un site vauclusien, le Limon-Raspail à Bédoin, daté du Néolithique final. L’analyse approfondie de la série céramique permet, entre autres, de caractériser l’assemblage, mais surtout, grâce à la mise en évidence des variabilités typo-stylistiques, de s’interroger sur les mécanismes de constitution, en moyenne vallée du Rhône, de groupes multipolaires en marge et à la jonction de différents courants culturels jalonnant le Néolithique final. Le second article est à visées plus larges. L’examen croisé de plus de vingt séries céramiques permet en effet de redéfinir les différentes composantes culturelles du Sud-Est de la France et leur articulation dans l’espace et dans le temps à la fin du Néolithique. Le but est de modéliser les interactions culturelles intra et extrarégionales, les mécanismes de formation, d’évolution et de disparition dans lesquels ces ensembles s’inscrivent au sein d’un nouveau maillage chronologique et géographique. L’étude exhaustive et simultanée des corpus à partir de la méthodologie ici proposée permet le recours systématisé aux analyses multivariées. Celles-ci mettent au jour les continuités, les changements et les évolutions dans les productions céramiques. En révélant ainsi les liens d’affinité ou d’antagonisme entre les composantes culturelles, les jeux d’influence ou d’opposition, un paysage culturel de la fin du Néolithique entièrement redessiné est proposé.

Conclusion

178Nous l’espérons, les objectifs fixés sont atteints : tout d’abord l’élaboration d’un système descriptif de la céramique qui offre l’opportunité de décrire la composition d’une vaisselle domestique à une dimension géographique locale, c’est-à-dire celle que représente un gisement archéologique, mais aussi la construction d’une typologie de référence pour les productions céramiques de la fin du Néolithique dans le Sud-Est de la France permettant la synchronisation d’études distinctes. L’étape suivante est sans aucun doute l’attribution d’une fourchette chronologique à chaque type reconnu de forme, de fond, de préhension, de décor, de lèvre etc...à l’image d’ailleurs de ce qu’a pu réaliser M. Py dans son Dicocer des céramiques protohistoriques et antiques de Méditerranée nord occidentale. Cela s’entend, en Préhistoire, la résolution chronométrique accordée aux sites, aux séries et donc aux objets est naturellement moindre et plus encore, le renouvellement par rapport à des produits semi-industriels comme ceux caractérisant les périodes antique et médiévale, est nettement moins important. Une première tentative explicitée dans notre thèse indique néanmoins que certains types intègrent un fonds commun en ce sens qu’ils sont identifiés d’un bout à l’autre de la séquence Néolithique final et généralisés à tout le Midi méditerranéen, tandis que d’autres seront spécifiques et identifiés par exemple exclusivement au début du IIIème millénaire av. n.-è. ou seulement à la fin (Cauliez 2009, 2011). En définitive, détailler finement les caractéristiques intrinsèques d’une collection de récipients permet donc d’offrir des conditions optimums pour une réflexion sur l’évolution des différents paramètres techniques et typologiques des vases et ce, à des échelles d’analyses plus vastes une fois que plusieurs sites sont notamment confrontés.

179Aujourd’hui dans le domaine de la céramologie, les archéologues ont, de plus, à leur disposition tout un éventail d’études qui est du ressort de l’ethnoarchéologie. Ces enquêtes, souvent conduites en Afrique, dans l’Extrême ou le Moyen-Orient, portent sur des contextes de productions céramique sans énergie cinétique rotative. Elles permettent l’élaboration de référentiels ethnographiques, souvent couplés à des référentiels expérimentaux. V. Roux, L. Degoy, O. Gosselain, A. Mayor, A. Gelbert, A. Livingstone-smith, R. Martineau ou M.-T. Stark, pour n’en citer que quelques-uns, sont particulièrement impliqués dans ces travaux. Leur but est, entre autres, d’observer la variabilité des procédés techniques, les habilités motrices, de recenser les macrotraces pour une meilleure restitution des techniques sollicitées dans la confection des produits. Enrichis par ces approches, les chercheurs souhaitent appréhender l’ensemble du système technique céramique en travaillant sur l’analyse des modalités d’acquisition et des choix des matières premières, la détermination des méthodes et techniques de façonnage et de finition, la description des techniques décoratives, des pratiques de cuisson...(voir le dossier des Nouvelles de l’archéologie de Giligny & Méry 2010 et sa bibliographie cumulée en fin de volume, ainsi que Livingstone Smith et al. 2005). Pour que chacune d’elles soit valable, il faut impérativement qu’elles aillent de paire avec une étude morphologique et typolo-stylistique aboutie et complète à ce jour encore particulièrement efficace au moment d’établir cadres chrono-culturels, chronologies relatives, frontières, interactions et continuités entre les ensembles culturels (Cauliez 2011). En effet, réalisée de façon précise, exhaustive, sur de très bons cortèges, l’analyse typologique permet, il nous semble au même titre que la technologie, d’aborder des thématiques spécifiques comme celles de la réplication et de l’adoption dans un produit céramique de traits stylistiques et techniques exogènes, de la possible réinterprétation de ces traits pour la confection de nouveaux éléments qui, assimilés, pourront devenir par la suite endogènes, de la durée de vie d’un type de vase ou d’un élément constitutif de cet objet (type de préhension, de décor...), de sa diffusion ou encore des réseaux et flux d’échanges qu’il a pu suivre (voir les thématiques traitées dans les actes de colloques dirigés par Rouillard et al. 2007) et, à une échelle plus large, du statut de la production, de sa consommation et de sa distribution. Il n’en demeure pas moins, il est clair, que l’approche technologique est essentielle, car elle est la seule à même de valider de façon définitive des phénomènes pressentis par l’approche typologique, et c’est bien ensemble que typologie et technologie font qu’en définitive une dimension résolument sociale est donnée aux débats sur les premières céramiques.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arcelin & Tuffreau-Libre 1998, ARCELIN P., TUFFREAU-LIBRE M., La quantification des céramiques : conditions et protocoles, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 1998, 139 p. (Collection Bibracte ; 2).

Arnal 1989, ARNAL G.-B., Céramique et céramologie du Néolithique de la France méditerranéenne, Lodève, Centre de Recherches archéologiques du Haut-Languedoc, 1989, 370 p. (Mémoire ; 5).

Balfet et al. 1983, BALFET H., FAUVET-BERTHELOT M.-F., MONZON S., Pour la normalisation de la description des poteries, Paris, CNRS, 1983, 135 p.

Balfet et al. 1989, BALFET H., FAUVET-BERTHELOT M.-F., MONZON S., Lexique et typologie des poteries : pour la normalisation de la description des poteries. Nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Presses du CNRS, 1989, 147 p.

Binder 2003, BINDER D., Considérations préliminaires sur le Néolithique final de l’abri Pendimoun (Castellar, Alpes-Maritimes), in: Temps et espaces culturels : du 6ème au 2ème millénaire en France du Sud, Gascó J., Gutherz X., Labriffe (de) P.-A. (Dir.), Lattes, A.D.A.L., 2003, p. 293-298 (Monographies d’Archéologie méditerranéenne ; 15 / Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 4).

Bretagne 1987, BRETAGNE P., Courthézon : Mourre du Tendre, Notes d’information et de liaison Provence-Alpes-Côte d’Azur. Direction des antiquités historiques, Aix-en-Provence, 4, 1987, p. 162-.

Bretagne 1988, BRETAGNE P., Courthézon : Mourre du Tendre, Notes d’information et de liaison Provence-Alpes-Côte d’Azur. Direction des antiquités historiques, Aix-en-Provence, 5, 1988, p. 170-171.

Bretagne & Hasler 1987, BRETAGNE P., HASLER A., Courthezon, Mourre du Tendre, Vaucluse : gisement de plein-air néolithique, Avignon, Service archéologique du Vaucluse, 1987, 127 p. (Rapport de fouilles de sauvetage programmé 1987 - Programme P 33, autorisation 1459, 22 avril 1987).

Buchez 2004, BUCHEZ N., Les vases à cuire de l’époque prédynastique à Adaïma : aspects techniques, économiques et culturels, Cahiers de la Céramique Égyptienne, Le Caire, 7, 2004, p. 15-43.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Camps et al. 1990, CAMPS G., avec la collaboration de CHENORKIAN R., CAMPS-FABRER H., MAHIEU E., Manuel de recherche préhistorique. 2ème édition, Paris, Doin, 1990, 501 p.
DOI : 10.3406/pica.1979.1303

Camps-Fabrer 1966a, CAMPS-FABRER H., Sur quelques techniques décoratives de la céramique impressionnée saharienne, in: Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 18ème session, Ajaccio, avril 1966, Paris, Société préhistorique française, 1966, p. 143-154.

Camps-Fabrer 1966b, CAMPS-FABRER H., Matière et art mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne, Paris, Arts et Métiers graphiques, 1966, 575 p. (Mémoire du CRAPE ; 5).

Caneva 1983, CANEVA I., ‘Wavy Line’ decoration from Saggai I: an essay of classification, Origini, Roma, 12, 1983, p. 155-190.

Caneva 1987, CANEVA I., Pottery Decoration in Prehistoric Sahara and Upper Nile: a new perspective, in: Archaeology and Environment in the Libyan Sahara, Barich B.E. (Dir.), Oxford, B.A.R., 1987, p. 231-254 (Cambridge Monographs in African Archaeology ; 23 / British archaeological Reports - International Series ; 368).

Caneva 1988, CANEVA I. Ed., El Geili : the history of a middle Nile environment 7000 BC-AD 1500, Oxford, B.A.R., 1988, 411 p. (Cambridge Monographs in African Archaeology ; 29 / British archaeological Reports - International Series ; 424)

Caneva 1989, CANEVA I., Typological notes: the Sudanese case, in: Late Prehistory of the Nile Basin and the Sahara, Krzyzaniak L., Kobusiewicz M. (Dir.), Poznan, Archaeological Museum, 1989c, p. 375-379.

Caneva & Marks 1990, CANEVA I., MARKS A.E., Early pottery from Shaqadud: the Sahara and the Nile, Archéologie du Nil Moyen, Lille, 4, 1990, p. 11-35.

Cassen 1995, CASSEN S., Une enquête ethno-archéologique sur la production céramique de Haro, in: Tiya - L’Ethiopie des mégalithes. Du biface à l’art rupestre dans la Corne de l’Afrique, Joussaume R. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, 1995, p. 358-374 (Mémoire).

Cassen 2000, CASSEN S., La fabrication du sel : une hypothèse fonctionnelle pour la forme céramique du caveau de Lannec er Gadouer, in: Eléments d’architecture : exploration d’un tertre funéraire à Lannec er Gadouer (Erdeven, Morbihan) : constructions et reconstructions dans le Néolithique morbihannais : propositions pour une lecture symbolique, Cassen S. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, 2000, p. 435- 459 (Mémoire ; 19).

Cauliez 2007, CAULIEZ J., Les corpus céramiques du 3e millénaire av. J.-C. dans le Sud-Est de la France : identité du groupe Rhône-Ouvèze, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 104, 1, 2007, p. 125-145.

Cauliez 2009, CAULIEZ J., Espaces culturels et espaces stylistiques au Néolithique final dans le Sud Est de la France : dynamiques de formation et d’évolution des productions céramiques, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2009, Thèse de Doctorat : Préhistoire, Volume 1 : texte (415 p.) ; volume 2 : illustrations et annexes (394 p.) ; volume 3 : planches (187 p.) ; volume 4 : catalogue (273 p.).

Cauliez 2010, CAULIEZ J., Pour réécrire la fin du Néolithique dans le sud-est de la France : bilan critique sur cent années d’études, Gallia Préhistoire, Paris, 52, 2010, p. 241-313.

Cauliez 2011, CAULIEZ J., Reconstruction des espaces culturels au Néolithique final dans le sud-est de la France. Dynamiques de formation et d’évolution des styles céramiques, Gallia Préhistoire, Paris, 53, p. 85-202.

Cauliez et al. 2001, CAULIEZ J., DELAUNAY G., DUPLAN V., Méthode d’analyse des céramiques de la fin du Néolithique en Provence : nomenclature et fiche descriptive, in: Le Couronnien en Basse-Provence occidentale : rapport d’activité 2001, Lemercier O. (Dir.), Aix-en- Provence, ESEP (UMR 6636) / SRA PACA, 2001, p. 17-61.

Cauliez et al. 2011, CAULIEZ J., BLAISE E., BRESSY C., CONVERTINI F., GILABERT C., HAMON C., LAZARD N., NEGRONI S., OLLIVIER V., PELLISSIER M., PÉTREQUIN P., PIATSCHECK C., PROVENZANO N., RENAULT S., Le site du Limon-Raspail à Bédoin dans le Vaucluse et le Néolithique final de moyenne vallée du Rhône, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 108, 2011, p. 263-330.

Cauliez et al. 2001-2002, CAULIEZ J., DELAUNAY G., DUPLAN V., Nomenclature et méthode de description pour l’étude des céramiques de la fin du Néolithique en Provence, Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, Aix-en-Provence, 10-11, 2001-2002, p. 61-82.

Chenorkian 1996, CHENORKIAN R., Pratique archéologique, statistique et graphique, Paris / Lattes, Errance / Association pour la Diffusion de l’Archéologie méridionale, 1996, 162 p. (Méthodes et techniques).

De Ceuninck 1994, DE CEUNINCK G., Forme, fonction, ethnie : approche ethnoarchéologique des céramiques du delta inférieur du Niger (Mali), in: Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Binder D., Audouze F. (Dir.), Juan-les-Pins, APDCA, 1994, p. 161-177 (Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ; 14).

Duplaix-Rata 1997, DUPLAIX-RATA A., Les dépôts alimentaires carbonisés, in: Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-les-lacs et de Chalain (Jura) III. Chalain Station 3, 3200-2900 av. J.-C., Pétrequin P. (Dir.), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1997, p. 733-746 (Archéologie et culture matérielle).

Echallier & Courtin 1994, ECHALLIER J.-C., COURTIN J., La céramique du Néolithique ancien et moyen de Fontbrégoua (Var) : approche typométrique, in: cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Binder D., Audouze F. (Dir.), Juan-les-Pins, APDCA, 1994, p. 131-145 (Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ; 14).

Galant 2003, GALANT P., L’aven de la Rouvière et les grottes citernes des Causses, in: Temps et espaces culturels : du 6ème au 2ème millénaire en France du Sud, Gascó J., Gutherz X., Labriffe (de) P.-A. (Dir.), Lattes, A.D.A.L., 2003, p. 179-188 (Monographies d’Archéologie méditerranéenne ; 15 / Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 4).

Gallay 1977, GALLAY A., Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg, Frauenfeld, Verlag Huber, 1977, 344 p. (Antiqua).

Gallin 2001-2002, GALLIN A., Proposition d’une étude stylistique de la céramique imprimée de Kobadi. Définition de classes morphométriques des vases et analyse de la composition de leurs décors, Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, Aix-en-Provence, 10- 11, 2001-2002, p. 117-134.

Gallin 2007, GALLIN A., Les styles céramiques du site de Kobadi (Néolithique récent, Sahel malien) : étude comparative et implications chrono-culturelles, Aix-en- Provence, Université Aix-Marseille I - Université de Provence - UFR Civilisations et Humanités, 2007, Thèse de Doctorat : Espaces, Cultures, Sociétés, 429 p., annexes : 120 p.

Gallin & Vernet 2004, GALLIN A., VERNET R., Les ensembles céramiques de la région de Nouakchott au IVe millénaire BP : éléments de classification, in: Actes de la deuxième table ronde «La céramique imprimée du Sahara et de ses marges», Gallin A., Commelin D. (Dir.), Aix-en-Provence, ESEP (Umr 6636), 2004, p. 79-86 (Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes ; 13).

Georjon 2005, GEORJON C., avec la collaboration de CAROZZA L., La céramique du Néolithique final : sériation des ensembles et lecture chrono-culturelle, in: La fin du Néolithique et les débuts de la métallurgie en Languedoc central : les habitats de la colline du Puech Haut à Paulhan, Hérault, Carozza L., Georjon C., Vignaud A. (Dir.), Toulouse, Centre d’Anthropologie - EHESS / INRAP, 2005, p. 283-361 (Recherches en archéologie préventive ; 3).

Georjon et al. 2005, GEORJON C., ESCALLON G., CONVERTINI F., LÉA V., HASLER A., Les productions matérielles néolithiques, in: Fossé aval du Cadereau d’Alès à Nîmes (Gard) : du Paléolithique supérieur à l’Antiquité sur le tracé du Cadereau d’Alès à Nîmes (Gard) : occupation paléolithique, habitats et sépultures néolithiques, traces agraires antiques, Hasler A. (Dir.), Montpellier / Nîmes, SRA Languedoc-Roussillon / INRAP Méditerranée / Ville de Nîmes, 2005, p. 135-200 (Document final de synthèse - Fouille archéologique - Plan de Protection Contre les Inondations de la région de Nîmes).

Giligny 1993, GILIGNY F., La variabilité des récipients céramiques au Chalcolithique moyen-récent jurassien (3400-2400 av. J.-C.) : analyse archéologique d’un système d’objets, Université Paris I, 1993, Thèse de Doctorat 3ème Cycle, 271 p.

Giligny & Méry 2010, GILIGNY F., MÉRY S. Eds., Dossier : Approches de la chaîne opératoire de la céramique : le façonnage, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2010, 64 p. (Nouvelles de l’Archéologie ; 119)

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Giligny et al. 1997, GILIGNY F., SALANOVA L., avec la collaboration de DAVID C., DECHEZLEPRÊTRE T., DURAND S., GROUBER P., PEAKE R., PERRIN T., PIERRAT J.-M., THÉRON V., TIMSIT D., WELLER O., La variabilité des corpus céramiques méridionaux au Néolithique final-Chalcolithique, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 94, 2, 1997, p. 237-258.
DOI : 10.3406/bspf.1997.10881

Gosselain 2002, GOSSELAIN O.P., Poteries du Cameroun méridional : styles techniques et rapports à l’identité, Valbonne / Paris, CéPam / CNRS Editions, 2002, 256 p. (Monographies du CRA ; 26).

Gutherz 1975, GUTHERZ X., La Culture de Fontbouisse ; recherches sur le Chalcolithique en Languedoc oriental, Caveirac, Association pour la Recherche archéologique en Languedoc oriental (ARALO), 1975, 120 p. (Cahier ; 2).

Gutherz 1984, GUTHERZ X., Les Cultures du Néolithique récent et final en Languedoc oriental, Université de Provence, 1984, Thèse de 3ème Cycle - Sciences préhistoriques, 345 f. et 247 f. multigr.

Haour et al. 2010, HAOUR A.C., MANNING K., ARAZI N., GOSSELAIN O.P., GUÈYE N.S., KEITA D., LIVINGSTONE- SMITH A., MACDONALD K.C., MAYOR A., MCINTOSH S.K., VERNET R. Eds., African pottery roulettes past and present : techniques, identification and distribution, Oxford, Oxbow, 2010, 196 p.

Honegger 2001, HONEGGER M., L’industrie lithique taillée du Néolithique moyen et final en Suisse, Valbonne / Paris, Centre de Recherches archéologiques / CNRS Editions, 2001, 353 p. (Monographies du CRA ; 24).

Jacob et al. 1987-1988, JACOB J.-P., D’ANNA A., DENANTE S., Provence-Alpes-Côte d’Azur, Gallia Informations - Préhistoire et Histoire, Paris, 2, 1987-1988, p. 186-343.

Jesse 2003, JESSE F., Rahib 80/87 : ein Wavy-line-Fundplatz im Wadi Howar und die früheste Keramik in Nordafrika, Köln, Heinrich-Barth Institut, 2003, 501 p., 52 fig., 70 tabl., 74 ill. (Africa praehistorica ; 16).

Jesse et al. 2004, JESSE F., KRÖPELIN S., LANGE M., PÖLLATH N., BERKE H., On the periphery of Kerma : the Handessi horizon in Wadi Hariq, northwestern Sudan, Journal of African Archaeology, Frankfurt-am-Main, 2, 2, 2004, p. 123-164.

Keding 1997, KEDING B., Djabarona 84/13 : Untersuchungen zur Besiedlunsgeschichte des Wadi Howar anhand der Keramik des 3. und 2. Jahrtausends v. Chr., Köln, Heinrich-Barth-Institut, 1997, 371 p., 95 fig., 43 tabl., 78 ill. (Africa praehistorica ; 9).

Lemonnier 1994, LEMONNIER P., Choix techniques et représentations de l’enfermement chez les Anga de Nouvelle-Guinée : ethnologie et technologie, in: De la Préhistoire aux missiles balistiques : l’intelligence sociale des techniques, Latour B., Lemonnier P. (Dir.), Paris, La Découverte, 1994, p. 253-272.

Livingstone-Smith 2001, LIVINGSTONE-SMITH A., Pottery manufacturing processes: reconstruction and interpretation, in: Uan Tabu in the settlement history of the Libyan Sahara, Garcea E.A.A. (Dir.), Firenze, All’Insegna del Giglio, 2001, p. 113-152 (Arid Zone Archaeology Monographs ; 2).

Livingstone-Smith et al. 2005, LIVINGSTONE-SMITH A., BOSQUET D., MARTINEAU R. Eds., Pottery Manufacturing Processes: Reconstitution and Interpretation, Cambridge, Archaeopress, 2005, 228 p. (British archaeological Reports - International Series ; 1349 / Actes du 14ème Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Liège 2001 : Colloque/ Symposium 2.1)

Maigrot & Vieugué 2010, MAIGROT Y., VIEUGUÉ J. Eds., Outils de potier néolithiques : traditions techniques et organisation des productions céramiques : actes de la séance de la SPF du 17 mars 2010, Paris, Société préhistorique française, 2010, pp. 641-764 (Bulletin de la Société préhistorique française ; 107/4)

Manen 2002, MANEN C., Structure et identité des styles céramiques du Néolithique moyen entre Rhône et Ebre, Gallia Préhistoire, Paris, 44, 2002, p. 121-166.

Manen & Salanova 2010, MANEN C., SALANOVA L., Les impressions de coquilles marines à front denté dans les décors céramiques néolithiques, in: Premières sociétés paysannes de Méditerranée occidentale : structures des productions céramiques, Manen C., Convertini F., Binder D. et al. (Dir.), Paris, Société préhistorique française, 2010, p. 57-64 (Mémoires de la Société préhistorique française ; 51).

Martinez 1991, MARTINEZ R., Chasséen septentrional ou Néolithique moyen régional : analyse et réflexion sur la définition d’une culture, in: Identité du Chasséen : Actes du Colloque international de Nemours, 1989, Beeching A., Binder D., Blanchet J.-C. et al. (Dir.), Nemours, APRAIF, 1991, p. 177-198 (Mémoire du Musée de Préhistoire d’Ile de France ; 4).

Mayor 1991-1992, MAYOR A., La durée de vie des céramiques africaines : un essai de compréhension des mécanismes, Bulletin du Centre genevois d’Anthropologie, Genève, 3, 1991-1992, p. 47-70.

Mayor 1994, MAYOR A., Durée de vie des céramiques africaines : facteurs responsables et implications archéologiques, in: Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Binder D., Audouze F. (Dir.), Juan-les-Pins, APDCA, 1994, p. 179-198 (Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ; 14).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Müller et al. 1986, MÜLLER A., D’ANNA A., avec la collaboration de BRANDI R., BRETAGNE P., MAURIN M., Le gisement de plein air chalcolithique de la Plaine-des-Blancs à Courthézon, Vaucluse, Bulletin de la Société Préhistorique française, Paris, 83, 1986, p. 470-483.
DOI : 10.3406/bspf.1986.8722

Pétrequin et al. 1987, PÉTREQUIN P., CHASTEL J., GILIGNY F., PÉTREQUIN A.- M., SAINTOT S., Réinterprétation de la civilisation Saône-Rhône : une approche des tendances culturelles du Néolithique final, Gallia Préhistoire, Paris, 30, 1987, p. 1-89.

Py 1993, PY M., Dicocer : Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe s. av. n. è.-VIIe s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan), Lattes, A.D.A.L. / Centre de Documentation Archéologique Régional, 1993, 624 p. (Lattara ; 6).

Regert 2007, REGERT M., Elucidating Pottery Function Using a Multi- Step Analytical Methodology Combining Infrared Spectroscopy, Mass Spectrometry and Chromatographic Procedures, in: Theory and practice of archaeological residue analysis Barnard H., Eerkens J.W. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 2007, p. 61-76 (British archaeological Reports - International Series ; 1650).

Regert et al. 1999, REGERT M., DUDD S.N., PÉTREQUIN P., EVERSHED R.P., Fonction des céramiques et alimentation au Néolithique final sur les sites de Chalain. De nouvelles voies d’étude fondées sur l’analyse chimique des résidus organiques conservés dans les poteries, Revue d’Archéométrie, Garchy, 23, 1999, p. 91-99.

Regert et al. 2000, REGERT M., GARNIER N., BINDER D., PÉTREQUIN P., Les adhésifs néolithiques : quels matériaux utilisés, quelles techniques de production dans quel contexte social ? L’exemple des adhésifs des sites de Giribaldi et de Chalain, in: Arts du feu et productions artisanales, Pétrequin P., Fluzin P., Thiriot J. et al. (Dir.), Antibes, APDCA, 2000, p. 585-604 (Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ; 20).

Regert & Rolando 1996, REGERT M., ROLANDO C., Archéologie des résidus organiques - De la chimie analytique à l’archéologie : un état de la question, in: Les arts préhistoriques, Mohen J.-P. (Dir.), Paris, Laboratoire de Recherche des Musées de France, 1996, p. 118-128 (Techne ; 3).

Rice 1987, RICE P.M., Pottery analysis : a sourcebook, Chicago, University of Chicago Press, 1987, xxiv + 559 p.

Rice 1996, RICE P.M., Recent ceramic analysis : 1. Function, style and origins, Journal of archaeological Research, London, 4, 2, 1996, p. 133-163.

Rouillard et al. 2007, ROUILLARD P., avec la collaboration de PERLÈS C., GRIMAUD E., Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Paris, De Boccard, 2007, 333 p. (Colloques 2006 de la Maison René Ginouvès).

Roux 2003, ROUX V., Intensity of production and ceramic standardization: quantifying degrees of specialization, American Antiquity, Menasha, 68, 4, 2003, p. 768-782.

Roux 2007, ROUX V., Non emprunt du façonnage au tour dans le Levant Sud entre le Vème et le IIIème millénaire av. J. –C. : des régularités pour des scénarios historiques particuliers, in: Mobilités, immobilismes : l’emprunt et son refus, Rouillard P. (Dir.), Paris, De Boccard, 2007, p. 201-213 (Colloques 2006 de la Maison René Ginouvès).

Roux & Courty 1998, ROUX V., COURTY M.-A., Identification of wheel- fashioning methods : technological analysis of 4th-3rd millenium BC oriental ceramics, Journal of archaeological Science, London, 25, 1998, p. 747-763.

Salanova 2000, SALANOVA L., La question du Campaniforme en France et dans les îles anglo-normandes : productions, chronologie et rôle d’un standard céramique, Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques / Société préhistorique française, 2000, 392 p.

Schifferdecker 1982, SCHIFFERDECKER F., Auvernier 4 : la céramique du Néolithique moyen d’Auvernier dans son cadre régional, Lausanne, Département d’Anthropologie - Université de Genève, 1982, 121 p. (Cahiers d’Archéologie romande ; 24).

Séronie-Vivien 1987, SÉRONIE-VIVIEN M.-R., Introduction à l’étude des poteries préhistoriques, Bordeaux, Société spéléologique et préhistorique, 1987, 103 p.

Shepard 1968, SHEPARD A.-O., Ceramics for the Archaeologist, Washington, Carnegie Institution of Washington, 1968, 414 p.

Thomas 1984, THOMAS J., Le village chalcolithique du Mourre du Tendre à Courthézon (Vaucluse) : première approche, Bulletin archéologique de Provence, Vitrolles, 14, 1984, p. 19-20.

Timsit 1995, TIMSIT D., Morphologie, décor et technique de la céramique néolithique et chalcolithique de la collection Paul Raymond, Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye, 27, 1995, p. 45-80.

Timsit & Escallon 2003, TIMSIT D., ESCALLON G., La céramique, in: Les Vautes (Saint-Gély-du-Fesc, Hérault) et le Néolithique final du Languedoc oriental, Guilaine J., Escallon G. (Dir.), Toulouse, Centre d’Anthropologie - EHESS / INRAP, 2003, p. 77-126 ( Recherches en archéologie préventive ; 2).

Van Berg 1994, VAN BERG P.-L., Grammaire des styles céramiques du Rubané d’Alsace, Zimmersheim, Association pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 1994, 171 p. (Cahiers de l’A.P.R.A.A.).

Vieugué et al. 2009, VIEUGUÉ J., MIRABAUD S., WRIGHT V., CHADEFAUX C., REGERT M., Bone powder and animal fats contained in the ceramic vessels from the earliest Neolithic site of Bulgaria, Kovacevo (6200-5500 av. J.-C.), in: Méthodes d’approche des premières productions céramiques : étude de cas dans les Balkans et au Levant, Astruc L., Gaulon A., Salanova L. (Dir.), Rahden, Marie Leidorf GmbH, 2009, p. 29-38 (Internationale Archäologie - Arbeitsgemeinschaft, Symposium, Tagung, Kongress ; 12).

Vital 2006, VITAL J., Les fouilles 1981-1987 dans la grotte de la Chauve- Souris à Donzère (Drôme): visées initiales, problématiques actuelles, premières caractérisations chrono-culturelles, implications pour le Sud-Est de la France et le domaine circum-alpin, in: Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale : actualité de la recherche, Fouéré P., Chevillot C., Courtaud P. et al. (Dir.), Cressensac, Préhistoire du Sud-Ouest, 2006, p. 257-292 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 6 / Préhistoire du Sud-Ouest Supplément ; 11).

Vital et al. 1997, VITAL J., avec la collaboration de TARAS M., THIERIOT F., Genas «sous Genas» (Rhône), site de plein air, Donzère «Chauve- Souris» (Drôme), site en grotte. Contextes de fouilles, méthodes d’enregistrement, hypothèses, implications épistémologiques, in: Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Age du fer, Auxiette G., Hachem L., Robert B. (Dir.), Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques - Section de Préhistoire et de Protohistoire, 1997, p. 233-244 (Actes du Colloque «L’analyse spatiale des sites du Néolithique à l’Age du fer»).

Haut de page

Annexe

Abridged version

When we have to describe and to analyse the mechanisms of society in the Neolithic with the aid of typology and with perfect understanding of the stylistic and technical structuring of the productions, pottery actually continues to be an extraordinary marker of cultural and social changes and thus the instrument which is best adapted to inform us about the nature of exchange networks as well as of inter- and supra-regional relations. Nonetheless, pottery is only a source of valid information if it is studied in a very exhaustive, but foremost systematized manner respecting a rigorous analysis that permits to outperform the methods used up to now in recent Prehistory and more particularly in South-Eastern France. As a matter of fact, in the latter region, despite a long research tradition, focus was for a long time on the construction of chronological and cultural frameworks as well as periodisations based on single pieces and not on their association value, as they were taken out of their assemblage of which the major part generally is neither described nor even figured. In addition, the proliferation, the redundancy and sometimes the contradictory aspect of descriptions of the potteries recovered from the southern Final Neolithic made an attempt of standardization necessary in order to be able to refer to the assemblages for studies with regional and chronological implications (characterisation of the productions, evaluations of the variability and the recurrent stylistic features between and within contemporaneous or subsequent series ...) and to better understand the different stages of the production processes.

Pursuing a recently defended doctoral research has given the opportunity to establish a descriptive system for pottery which we present here. From the start, its functioning is based on quantitative and qualitative analysis of large assemblages recovered from homogenous, reliant and well dated contexts and in parallel, on the exhaustive character of the pottery samples, which are registered and analysed in a more systematized and larger scope than proposed by the currently available protocols.

Beyond the presentation of a guideline for the description of pottery assemblages this paper also presents a typological reference system elaborated in order to facilitate the description and the comparative studies of the series attributed to the Final Neolithic of Southern France. The twenty-six pottery samples stem from eighteen distinct sites localised within an area spanning from Eastern Languedoc in the West to the Italian border in the East and from the French Mediterranean coast in the South to the Dauphiné in the North. Not less than 9027 typologically diagnostic pieces are recorded, permitting in fact to cover an important part of pottery variation occurring in a larger south-eastern area during the Final Neolithic. Morphological description of these series and in parallel, their exhaustive inventory has enabled to realize typological classifications which are based on descriptive criteria adopted for their relevance in characterising pottery productions. The relevance of these criteria depends on the one hand on their capacity to partition and to differentiate the elements of a pottery assemblage and on the other, on their observation applicable to any examined corpus. Our method thus defines several types of classification: the first is linked to the morphology of the vessels, the second to the attributes constituting the vessel. Each leads to the development of a typology, the one of the vessels based on morphology and the other based on every single significative attribute, also called diagnostic attribute, that composes the container (rim type and bottom type) or that is added to it (handle type or decoration type). In this way, all the distinguishable types are recorded in a specific reference system, a real descriptive catalogue actually containing up to 70 different shapes, 16 types of rims, 4 types of bottoms, 40 types of handles and more than 300 types of incised, impressed or plastic decorations. Concerning the latter, the description takes into account both technological (gesture and tool) and stylistic approach (description of the composition). The standardisation and the systematisation of the classifications are ensured in adopting a codification of the types responding to different objectives: facilitating data registration in computer bases, the description of series in avoiding too long and consequently little comprehensible codes and finally their statistical treatment.

Although, as stressed by A. Gallay, « any descriptive system [...] only exists through a certain number of addressed questions » (Gallay 1977, p. 18) and reflects a choice operated by the archaeologist of elements thought to be diagnostic for the analysis, the present protocol and typological repertory represent a working instrument which can be useful for a large number of researchers. The construction of an open typology – which can indeed be expanded/enlarged as the coding process is not restrictive – is subject to regular updating and is intended, on condition of being completed, to be applied to neighbouring assemblages attributed to varying periods and areas. On a regional scale, the proposed reference system, completely absent to this point, registers considerable progress concerning comparative studies. We aim at generalizing at best its usage in order to ensure continuity in pottery studies by outstripping traditional chronological and geographical subdivisions and in adapting to large scale issues. Everybody should feel free to adapt this instrument according to his needs and the quality of the examined samples, keeping, however, in mind a central question: which are the elements that remain diagnostic, according to the explored issues, at different scales of chronological and geographical analysis?

Haut de page

Notes

1  Nous avons vérifié s’il y avait un phénomène d’allométrie reliant les deux variables, diamètre à l’ouverture et hauteur maximum, à l’aide de tests réalisés avec le logiciel PastTM (logiciel libre sur internet). Les tests ont montré que ces deux variables évoluaient bien selon un système linéaire : si le diamètre augmente, la hauteur augmente proportionnellement. Précisons par ailleurs que les coefficients de corrélation affichés dans la fig. 17 ou dans l’annexe 1 sont des coefficients de Spearman.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Carte de localisation des sites pris en compte et effectifs sur lequel se fonde le référentiel / Localization map for considered sites and sizes for building the reference system
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre 2. Représentation schématique du système descriptif des céramiques / Schematic representation of the pottery description system
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 3. Classification morphologique des récipients de contour simple à partir des volumes géométriques / Morphological classification of simple outlined vessels based on geometrical volumes
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 4. Classification morphologique des récipients de contour complexe à partir des volumes géométriques et du type de contour / Morphological classification of complex outlined vessels based on geometrical volumes and outline type
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 5. Classification morphologique des récipients de contour complexe à partir des volumes géométriques et du type de contour / Morphological classification of complex outlined vessels based on geometrical volumes and outline type
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 6. Critères principaux retenus dans la définition d’un type morphologique / Main criteria accepted for defining a morphological type
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 7. Les types de vases à contour simple / Simple outlined vessel types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre 8. Les sous-types de vases à contour simple / Simple outlined vessel sub-types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 9. Les sous-types de vases à contour simple / Simple outlined vessel sub-types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 10. Les types et les sous-types de vases à contour complexe caréné / Carinated complex outlined vessel types and sub-types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre 11. Les types et les sous-types de vases à contour complexe galbé / Curved complex outlined vessel types and sub-types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 12. Les types de vases à contour complexe à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène / Complex outlined vessel types with neck, with shoulder, with neck and hull or with double hull
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 13. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour simple (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of simple outlined morphological types and sub- types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre 14. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe caréné (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of carinated complex outlined morphological types and sub-types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre 15. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe galbé (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of curved complex outlined morphological types and sub-types (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 16. Exemples archéologiques des types et sous-types morphologiques à contour complexe à col, à épaulement, à col et carène ou à double carène (les dessins sont de l’auteur, à l’exception des vases provenant des sites de la Chauve-Souris à Donzère ou des Baigneurs à Charavines réalisés respectivement par J. Vital et A. Bocquet) / Archeological examples of complex outlined morphological types and sub-types with neck, with shoulder, with neck and hull or with double hull (drawings are made by the author, except for vessels coming from the Chauve-Souris site in Donzère or the Baigneurs site in Charavines designed by J. Vital and A. Bocquet, respectively)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre 17. Corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum pour quelques exemples de types morphologiques. Colonne de gauche : exemples de type morphologique pour lequel le rapport de proportion est constant selon que le vase s’inscrive dans des dimensions plus ou moins grandes. Colonne de droite : exemples de type morphologique pour lequel la corrélation entre le diamètre à l’ouverture et la hauteur maximum est faible / Correlation between opening diameter and maximum height for some examples of morphological types. Left column: examples of morphological type having a proportion ratio stable depending on the vessel’s dimensions. Right column: examples of a morphological type with low correlation between opening diameter and maximum height
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 18. Les différents types de format. Quinze types de format ont été définis en fonction des projections des rapports diamètre à l’ouverture/hauteur maximum des 816 vases restituables sur l’ensemble des séries / Different types of construction. Fifteen types of construction have been defined based on opening diameter/maximum height ratio projections for all 816 retrievable vessels in all series
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 19. Les types de format en fonction des vingt six séries issues des dix huit sites - effectifs absolus et pourcentages / Construction types according to all twenty six series derived from all eighteen sites – absolute sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 20. Pourcentages de vases dont le format a pu être identifié (% calculé à partir du nombre minimum de vases individualisés dans les séries). Classement en fonction du type de site /Percentages of vessels with identified construction (% calculated from the lowest number of distinguished vessels in the series). Ranking by site type
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre 21. Les types de format en fonction des types morphologiques toutes séries confondues - effectifs absolus et pourcentages / Construction types according to morphological types, all series taken together – absolute sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre 22. Représentation en pourcentages des types de format toutes séries confondues / Representation as construction type percentages, all series taken together
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 23. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined open vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre 24. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined open vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 25. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South- Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 26. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 27. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases droits à contour simple / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Simple outlined upright vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 28. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined open vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre 29. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 30. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre 31. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases droits de contour complexe caréné / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Carinated complex outlined upright vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 32. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases ouverts de contour complexe galbé / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Curved complex outlined open vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 33. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe galbé / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Curved complex outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 34. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à col / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with neck
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 35. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à épaulement / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with shoulder
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 36. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud- Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à col et carène / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with neck and hull
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre 37. Catalogue détaillé des formes céramiques du Néolithique final du Sud-Est de la France définies à partir des critères morphologiques, complétées par les données de format. Les vases fermés de contour complexe à double carène / Detailed catalogue of pottery shapes dating back to Final Neolithic in South-Eastern France, as defined from morphological criteria and supplemented by construction data. Complex outlined closed vessels with double hull
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 38. Les types de lèvre / Rim types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 39. Les types de fond / Bottom types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 40. Les types de préhension /Suspension types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 41. Les types de préhension / Suspension types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre 42. Les éléments décoratifs en creux - les techniques, les outils, les gestes et les éléments de base du décor / Hollow decorative components – techniques, tools, gestures and decoration basic components
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 43. Niveau de précision atteint dans l’analyse du décor en fonction de l’état de conservation de la pièce examinée / Level of accuracy reached in decoration analysis according to the studied item conservation status
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 44. Principe de décomposition du décor / Decoration degradation rule
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre 45. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’impression / Catalogue of component types and related patterns – impressed decoration technique
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 46. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’incision à la pointe mousse / Catalogue of component types and related patterns – garter stitching incision technique
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 47. Catalogue des types d’éléments et des motifs associés - technique de l’incision à la pointe aiguë (en haut) ou technique de la gravure (en bas) / Catalogue of component types and related patterns – sharp stitching incision technique (top) or engraving technique (bottom)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre 48. Les types d’arrangements de motifs classés par technique. En haut, incision à la pointe mousse. En bas, incision à la pointe aiguë / Pattern adjustment types classified by technique. Top: garter stitching incision. Bottom: sharp stitching incision
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 49. Les types d’arrangements de motifs classés par technique. En haut, impression combinée à de l’incision à la pointe aiguë. En bas, impression, incision en U ou en V combinée à un décor plastique / Pattern adjustment types classified by technique. Top: impressed decoration combined with sharp stitching incision. Bottom: impressed decoration, U or V-shape incision combined with plastic décoration
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 50. Les types de figures classés par technique / Figure types classified by technique
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 51. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe mousse / Decorative pattern types - garter stitching incision technique
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 52. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe mousse suite / Decorative pattern types - garter stitching incision technique (continued)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 53. Les types de schémas décoratifs - technique de l’incision à la pointe aiguë / Decorative pattern types - sharp stitching incision technique
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 54. Les types de schémas décoratifs - technique de l’impression / Decorative pattern types – impressed decoration technique
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 55. Les types de schémas décoratifs - technique de l’impression suite / Decorative pattern types – impressed decoration technique (continued)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 56. La construction du décor - les règles de symétrie et le montage du schéma décoratif (d’après Salanova 2000, p. 33 complétée) / Decoration building – symmetrical rules and decorative pattern assembly (based on Salanova 2000, p. 33, as supplemented)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 57. Le positionnement du décor sur le vase pour les ornementations en creux / Decoration positioning on vessel for hollow ornaments
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre 58. La distribution du décor sur le vase / Decoration distribution on the vessel
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 59. Les types de décors en relief - le bouton. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée. En pointillé, le décor se répète deux fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types - button. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner. The dashed decoration is repeated twice on the vessel in symmetrically inverted manner
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 60. Les types de décors en relief - le cordon continu / Relief decoration types – continuous rope
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 61. Les types de décors en relief - le cordon court / Relief decoration types – short rope
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre 62. Les types de décors en relief - les cordons courts multiples jointifs / Relief decoration types – short ropes with multiple sealings
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 63. Les types de décors en relief - le petit mamelon. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – small nipple. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 64. Les types de décors en relief - la pastille. En pointillé, le décor se répète deux fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types - patch. The dashed decoration is repeated twice on the vessel in symmetrically inverted manner
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre 65. Les types de décors en relief - Association d’éléments décoratifs variés. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – Combination of various decorative components. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 66. Les types de décors en relief - Association d’éléments décoratifs variés. En grisé, le décor se répète quatre fois sur le vase de façon symétriquement opposée / Relief decoration types – Combination of various decorative components. The greyed out decoration is repeated four times on the vessel in symmetrically inverted manner
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 67. Le positionnement du décor sur le vase pour les ornementations en relief / Decoration positioning on vessel for relief ornaments
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 68. L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Plan général des structures (d’après Bretagne & Hasler, 1987, fig. 2) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). General structure map (based on Bretagne & Hasler 1987, fig. 2)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-68.png
Fichier image/png, 20k
Titre 69. L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Tableau de comptage général des éléments céramiques par structure - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). General count table for pottery components per structure – sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 70 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Inventaire et effectifs des combinaisons attestées / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Inventory and sizes of certified combinations.
Légende  À titre d’illustration, dans la série, 60 tessons ne sont caractérisés que par la présence d’une lèvre, 461 montrent à la fois une lèvre et le développement d’une partie de la panse, 32 présentent une préhension isolée conservée sur une partie de la panse, ou encore 44 montrent un décor conservé sur une partie de la panse / For illustration purposes, in this series, 60 shards are only characterized by the presence of a rim, 461 shards show a rim and partial body development, 32 shards show an isolated suspension that has remained on one part of the body, or 44 others show a decoration preserved on one part of the body
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 71 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de forme - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Shape types – sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre 72 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Distribution des effectifs de vases par types de format et de forme / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Vessel size distribution per construction and shape types
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 73 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Statistiques descriptives sur les diamètres à l’ouverture, l’épaisseur à l’ouverture et le diamètre à la carène / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Descriptive statistics on opening diameters, opening thickness and hull diameter
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 74 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de lèvre - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Rim types – sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 75 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de préhension - effectifs et pourcentages. Localisation des éléments de préhension sur le vase - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Suspension types – sizes and percentages. Location of suspension components on the vessel – sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 76 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Distribution des ornementations en fonction du type de décor en creux et/ ou en relief - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Ornament distribution according to hollow and/or relief decoration type – sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 77 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de décor en relief - effectifs et pourcentages. Localisation du décor sur le vase et type de forme décoré / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decoration types – sizes and percentages. Location of decoration on vessel and type of decorated shape
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 78 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Techniques décoratives utilisées pour la réalisation des décors en creux - effectifs et pourcentages / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Decorative techniques used for creating hollow decorations – sizes and percentages
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 79 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les types de décor en creux - effectifs et pourcentages. Localisation du décor sur le vase et type de forme décoré / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Hollow decoration types – sizes and percentages. Location of decoration on vessel and type of decorated shape
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 80 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases ouverts de contour simple (en bas ceux dotés aussi d’un bord) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined open vessels (bottom: those with an edge)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 81 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour simple / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 82 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour simple (en haut), les vases droits de contour simple (au milieu), les vases ouverts de contour complexe caréné (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Simple outlined closed vessels (top), simple contour upright vessels (middle), carinated complex contour open vessels (bottom)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre 83 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases fermés de contour complexe caréné / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Carinated complex outlined closed vessels
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre 84 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les vases ouverts de contour complexe galbé (en haut), les vases fermés de contour complexe à col (au milieu), les fonds (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Curved outlined open vessels (top), complex contour closed vessels with neck (middle), bottoms (bottom)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre 85 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments de préhension / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Suspension components
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 86 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments décoratifs en relief / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decorative components
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 87 - L’exemple de la série du Mourre du Tendre (Courthézon, Vaucluse). Les éléments décoratifs en relief (en haut), les éléments décoratifs en creux (en bas) / Example of the Mourre du Tendre series (Courthézon, Vaucluse). Relief decorative components (top), hollow decorative components (bottom)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/566/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

 

Référence électronique

Jessie Cauliez, « 2900-1900 av. n.-è. Une méthodologie et un référentiel pour un millénaire de produits céramiques dans le Sud-Est de la France », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], S | 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://pm.revues.org/566

Haut de page

Auteur

Jessie Cauliez

ATER Université de Toulouse Le Mirail CNRS - UMR 5608 Traces Maison de la Recherche / 5, allées Antonio-Machado, 31058 TOULOUSE Cedex 9 jessie.cauliez@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page