Navigation – Plan du site

Approvisionnement en matériaux siliceux, ressources locales et économie du débitage dans le Sauveterrien

Un exemple du Haut-Plateau du Cansiglio (Alpes orientales italiennes)
Flint supply, local sources and exploitation in the Sauveterrian. A case from the Cansiglio high-plateau (Italian eastern Alps)
Marco Peresani et Stefano Bertola

Résumés

Dans les Alpes Orientales italiennes, la circulation et l’exploitation des matières premières lithiques siliceuses durant le Mésolithique a fait jusqu’à présent l’objet d’études ponctuelles et limitées à quelques secteurs de cette région. Les plus importantes informations récoltées font référence aux sites des Dolomites, dans lesquels on rencontre une utilisation massive mais également exclusive de silex atypiques ou préalpins, à côté d’une exploitation complémentaire de matières premières locales de mauvaise qualité ou de quartz hyalin allochtone. Dans d’autres secteurs, le quartz hyalin a pleinement satisfait les exigences de la production. Dans le cas des Préalpes vénitiennes, la discontinuité dans la distribution territoriale des matières premières lithiques aptes à la taille est à l’origine d’activités similaires d’importation et d’adaptation des systèmes techno-économiques aux ressources locales. Comme cas d’étude, les auteurs se réfèrent au Haut-Plateau du Cansiglio, en présentant les résultats de l’étude du site sauveterrien de Casera Davià II et quelques observations préliminaires sur les sites épigravettiens récents et sauveterriens.

Haut de page

Texte intégral

Les fouilles et les prospections archéologiques dans le Cansiglio ont été financées par plusieurs organismes, Fondazione Giovanni Angelini, Società Naturalisti “Silvia Zenari”, Comunità Montana delle Prealpi Trevigiane, Comune di Farra d'Alpago et ont eu le support logistique de Veneto Agricoltura, Bureau du Piancansiglio. Les auteurs remercient leur collègue C. Montoya pour la relecture du texte et Prof. Francesco Fedele, prof. Pierre Bintz et Dr. Pierre Crotti pour les corrections et précisions fournies par leur rapport.

1Les Alpes Orientales italiennes font l’objet, depuis plus d’une trentaine d’années, d’importantes prospections et de recherches archéologiques concernant le peuplement anthropique durant le Tardiglaciaire et le Postglaciaire, et la reconstruction des processus d’adaptation des hommes au milieu montagnard. Cette reconstruction se base également sur la compréhension des rapports entre les occupations humaines de fond de vallée et les stations de montagne, suggérée non seulement par l’analyse des techniques de production et de confection des supports lithiques, mais aussi par l’utilisation de matières premières identiques. Dans cette même optique, divers auteurs ont commencé à réfléchir sur le problème de l’approvisionnement des matières lithiques et l’individualisation des ressources possibles, primaires et secondaires, distribuées dans la région. Ces premières recherches ont été dirigées d’une part, par B. Bagolini sur les petits lacs du Colbricon au début des années 1970 et d’autre part, par A. Broglio et R. Lunz dans les Dolomites et en particulier au Plan de Frea, ainsi que dans d’autres zones de montagne (Alpes noriques, Alpes sarentines, Préalpes vénitiennes) (Bagolini et al. 1983). Leurs résultats ont fourni les premiers éléments consistants pour une valorisation de cette problématique et une orientation pour les premières études pétro-archéologiques.

2Toutefois, l’étude des stratégies d’approvisionnement et de circulation des matériaux lithiques dans certains des plus importants sites des Dolomites, où les silex sont assez rares, voir absents, a déjà été effectuée de manière ponctuelle. Ces analyses ont révélé que la majeure partie des matériaux siliceux mis au jour au sein des sites des Dolomites était importée de l’aire préalpine, cette dernière région étant très riche en gîtes et en cela sans problème d’approvisionnement.

Les matériaux utilisés dans les industries mésolithiques et le problème des lieux de provenance

Le cadre géologique de la région considérée

3Dans le contexte alpin, l’Italie nord orientale (aire située à l’est du Val d’Adige) appartient à deux grands domaines géologiques, séparés par la Linea Insubrica ou Periadriatica, qui possède une orientation ONO-ESE, correspondant aux vallées de la Rienza et du Gail, et qui dans cette région est appelée Linea della Pusteria-Gailtail-Caravanche (Castellarin et al. 1982) (fig. 1).

1 - Carte schématique du substrat rocheux de l’Italie nord-orientale
1 - Sketch map showing the different bed-rocks in north-eastern Italy

1 - Carte schématique du substrat rocheux de l’Italie nord-orientale1 - Sketch map showing the different bed-rocks in north-eastern Italy

1 - neritic limestones of low sea and clastic rocks (Dolomitic region); 2) pelagic limestones with flint (Prealpine region); 3 – plutonic rocks; 4 – Austroalpine system, allochtonous terraces displaced to the north, mostly pleated and metamorphosed; 5 – volcanic rocks; metamorphic bedrock

4Le secteur le plus vaste, situé au sud de celle-ci, appartient aux Alpes calcaires méridionales, constitué par un socle cristallin ou sédimentaire (Carnia) paléozoïque surmonté par une série de formations d’âge compris entre le Permien et le Tertiaire, variablement impliqués dans les phases alpines orogéniques.

5Les roches métamorphiques du socle paléozoïque, au sein desquelles les deux massifs plutoniques d’âge permien (granite de Bressanone et granite de Cima d’Asta) et les volcans contemporains affleurent, se concentrent essentiellement dans la partie nord occidentale de la région concernée (aires de Trento et de Bolzano). Au-dessus de ce socle, la succession sédimentaire est plutôt lacunaire au nord, où le soulèvement très marqué a provoqué le démantèlement des roches plus récentes (Jurassique-Tertiaire), et plus continue au sud. Les roches présentes dans les Dolomites sont essentiellement des calcaires néritiques alors que celles qui caractérisent le substrat rocheux plus au sud (Préalpes) sont essentiellement des calcaires pélagiques avec du silex.

6Le secteur au nord de la Linea Insubrica appartient au système austro-alpin, constitué par un système de veines allochtones superposées et métamorphisées. Dans cette aire, les silex sont absents, mais des gîtes de quartz et de cristal de roche sont présents localement.

Les matières premières utilisées

7Dans le Mésolithique du bassin d’Adige, des Dolomites et des Préalpes vénitiennes, trois catégories principales de matières premières lithiques ont été exploitées.

Silex alpin et préalpin

8Le silex des formations jurassiques du Trentin méridional et de la Vénétie se présente sous une grande variété de formes et de types : nodules, lentilles et lits de dimensions diverses, souvent très fissurés, de couleur variant du rouge-violacé au jaune-rougeâtre, du gris au noir comprenant plusieurs nuances, et enfin du gris-vert au jaune-brun. Généralement, la qualité de ces types est très bonne, ce qui explique leur diffusion parfois à plus de 80 km de distance des affleurements.

9Actuellement, les recherches pétro-archéométriques sont limitées aux seuls sites de Colbricon (Bagolini et al. 1987), dans lesquels les ensembles lithiques taillés sur des silex du Crétacé ont fait l’objet d’une étude (Benedetti et al. 1992) postulant l’éventualité d’une provenance méridionale. Après avoir effectué un échantillonnage géologique dans le bassin de Cismon et l’avoir comparé avec les échantillons archéologiques, les auteurs, sur la base des données provenant des analyses pétrographiques et géochimiques, soulignent des affinités notables entre les silex gris mésolithiques du Biancone et ceux repérés dans les affleurements peu éloignés des sites. En ce qui concerne les silex de la Scaglia Rossa, les auteurs ont pu enregistrer des affinités plus génériques entre les échantillons archéologiques et ceux retrouvés dans quelques gîtes, sans démontrer pour autant une zone habituelle et précise de repérage. De plus, en considérant la faible fiabilité statistique due au nombre réduit d’échantillons pour chaque groupe singulier de silex (gris, rouge, mixte) archéologiques et géologiques, des gîtes dont la distance est comprise entre 8 et 15 km ont été proposés comme possibles points de références. Au-delà de cette difficulté inhérente à l’identification de circulation de matériaux sur de longues distances et sur une vaste échelle à partir de la caractérisation géochimique et pétrographique des silex, analyses qui, par ailleurs, consisteraient à délimiter avec une meilleure précision l’exploitation du territoire et les modifications ou la stabilité d’une telle utilisation sur un plan diachronique et culturel, il faut souligner l’ample diffusion régionale et extra-régionale de ces matériaux siliceux dans les Dolomites, et plus au nord, jusqu’à rejoindre et dépasser la ligne de partage des eaux alpines.

10Dans les sites des Alpes centrales, les silex gris ou rouge-brun crétacés des Préalpes vénitiennes et du Trentino méridional, repérés à 40 km de distance des affleurements primaires ou des dépôts secondaires, constituent une des parties les plus consistantes des ressources lithiques utilisées (Angelucci et al. 1992 ; Biagi 1992 ; Baroni et al. 1997). Dans les Préalpes vénitiennes, ces mêmes silex ont pleinement satisfait les productions lithiques même dans des aires privées d’affleurements, comme c’est le cas pour le Haut-Plateau du Cansiglio (Peresani et al. 2000) et le secteur septentrional du Haut-Plateau dei Sette Comuni (Angelucci et al. 1999a).

Silex locaux des Dolomites

11Le silex gris sombre et rougeâtre des Dolomites provenant des formations carbonatées triasiques de Livinallongo et ceux du Crétacé des Marne del Puez, présente des caractéristiques mécaniques et une composition peu appréciée par les tailleurs, à cause d’une silicification incomplète et d’une fissuration excessive. C’est pour cette raison que ces matériaux étaient utilisés localement, en correspondance étroite avec les affleurements (Plan de Frea, Passo Brogles, sites des Alpes de Siusi ; Broglio et al. 1986 ; Lanzinger 1985 ; Angelucci et al. 1999b) et de manière limitée, pour produire quelques supports ne pouvant pas être destinés à des aménagements ultérieurs. Toutefois, les sites de Val Dona (Dolomites orientales) (Avanzini 1992), de Mondeval de Sora et de Plan de Frea IV fournissent des exemples de production de quelques outils et d’armatures.

12Toujours par rapport à Mondeval de Sora dans les Dolomites vénitiennes, l’ensemble lithique de l’unité 8 témoigne d’approvisionnements locaux en correspondance avec le conglomérat à matrice sableuse et à tuf éruptif du Caotico Eterogeneo (Ladinico superiore). Cette matière première a été également utilisée lors de la production d’outils et d’armatures (Fontana 1997 ; Fontana et al. 2000).

Quartz

13Le quartz hyalin provient des associations métamorphiques à calcschistes qui forment une vaste étendue pétrographique de la chaîne des Alti Tauri, comprenant les vallées de Vizze et de Fundres (dans lesquels les cristaux sont parfois différenciables ; Broglio et al. 1986) et la vallée Aurina. Cette matière a été taillée principalement à proximité des gîtes, dans les affleurements ou dans les dépôts glaciaires, mais a connu également une diffusion vers le sud dans un rayon d’environ 40 km, comprenant les Alpes sarentines, la partie septentrionale des Dolomites, la vallée de l’Isarco, les Dolomites vénitiennes, et enfin atteignant, sous forme de produits finis, la cuvette de Trento à une distance de 80 km. L’utilisation du quartz hyalin se manifeste durant toute la période chronologique et culturelle du Mésolithique, sans se limiter à la production de catégories particulières de supports (Broglio et al. 1983 ; Fedele 1999), consentant ainsi à la pleine satisfaction des objectifs, en obéissant aux critères habituels de la prédétermination laminaire (Chelidonio 1992). Quant au quartz utilisé dans les sites de la Val Dona, à 2200 m d’altitude, M. Avanzini (1992) renvoie sa provenance à l’aire classique des Alti Tauri. Nous pouvons signaler la découverte d’une variété de filons aplitiques et/ou pegmatitiques appartenant aux complexes intrusifs acides à l’intérieur de la cuvette de Bressanone, en correspondance avec les affleurements de granite et de granodiorites, et avec des sous-types leucocratiques (aplites et pegmatites).

14Indépendamment de nombreuses installations en altitude, privées d’affleurements locaux, d’autres situations plus favorables permettent ainsi de documenter des aspects différenciés de l’économie lithique : approvisionnements mixtes, avec importation de matières premières allochtones sous formes brutes ou semi-élaborées (par ex. : Colbricon, Bagolini et al. 1987 ; Abri Frea IV, Silvestri 1995-96) et des stratégies d’adaptation aux ressources locales de plus mauvaise qualité.

15À ce propos, une nouvelle contribution vient d’être fournie par les recherches en cours sur le Haut-Plateau du Cansiglio, massif calcaire situé sur les marges orientales des Préalpes de la Vénétie, où les fouilles, à partir de 1993, ont mis au jour un ensemble de sites attribuables à l’Épigravettien récent et au Mésolithique ancien (Peresani et al. 2000).

La région de Belluno et du Cansiglio : les gîtes de silex

16Au sud-est de la région de Belluno, le silex est disponible dans une large variété de types qui diffèrent selon leur couleur, leur texture ou l’homogénéité, et que l’on retrouve principalement dans les formations crétacées (fig. 2). Dans cette partie, les gîtes primaires de silex ont été pris en compte, mais également les sources secondaires comme les dépôts glaciaires, les graviers fluviaux, les dépôts de versant, sols et les autres dépôts résiduels, localisés dans toute la région. La zone de ressources siliceuses coïncide du point de vue paléogéographique avec le bassin Carnic-Bellunese et les zones transitoires du bassin-plateau, où s’accumulent des micrites siliceuses avec de la faune pélagique. La grande variabilité paléo-environnementale est significative pour la composition et la vitesse de sédimentation des vases sous-marines, affectant également la géochimie du silex.

17La reconnaissance et la description des ressources lithiques présentes dans l’aire étudiée ont été effectuées à différents niveaux. En considérant les observations détaillées réalisées durant les relevés géologiques, elles ont permis de démontrer la qualité, la forme et l’abondance des silex qui ont fait l’objet d’analyses ponctuelles de laboratoire (pétrographiques et micropaléontologiques) et ceci sur des échantillons recueillis et taillés en lames minces. À cette fin, un microscope binoculaire et un microscope de minéralogie ont été utilisés.

18Les formations contenant du silex sont les suivantes :

  • Fonzaso (FO) : biocalcarénites et calcaires micritiques (Jurassique supérieur) avec du silex micro-cristallin de couleur grise très sombre au marron-rougeâtre sombre ;

  • Biancone (BI) : calcaires micritiques du Crétacé inférieur avec du silex crypto-cristallin gris clair, homogène et vitreux, presque dépourvu de foraminifères; matière propre à la taille ;

  • Calcare di Soccher (SO) : (calcaire micritique, biocalcarénites, Crétacé inférieur), nodules et lits de silex gris-rougeâtre sombre à gris-rougeâtre, de texture fine à moyenne. Le silex fin est très propice à la taille ;

  • Scaglia Variegata (SV) : calcaires micritiques avec du silex crypto-cristallin gris-sombre et verdâtre, homogène et vitreux, presque dépourvu de foraminifères; matière propre à la taille ;

  • Scaglia Rossa (SR) : calcaires micritiques, Crétacé supérieur avec du silex crypto-cristallin marron-rougeâtre, compact et vitreux, avec d’abondants foraminifères ;

    • 1  Des petits blocs de cette variété, de mauvaise qualité, ont été également repérés sur le haut plat (...)

    Rosso di Col Indes (RCI) :
    - La partie moyenne (RCIa) de la formation du Rosso di Col Indes (calcaires micritiques, Maastrichtien), composée de silex micro-mésocristallin de couleur rouge-sombre ;
    - La partie supérieure (RCIb) de la formation du Rosso di Col Indes (calcaires micritiques, Maastrichtien), composée de silex micro-mésocristallin de couleur marron-jaunâtre, et des nodules avec des nuances plus clairs1 ;

  • Scaglia Grigia (SG) : calcaires micritiques, Maastrichtien, affleurant dans le Bassin de l’Alpago et sur de vastes aires du Cansiglio, avec des lits et des nodules de silex crypto-cristallin de couleur grise avec des nuances verdâtres, à texture fine.

19Les silex des formations Biancone, Scaglia Variegata, Calcare di Soccher, Scaglia Rossa, peuvent être considérés comme des matériaux allochtones. Les distances minimales probables des affleurements se situent tous sur le versant gauche de la vallée inférieure de la Piave, à environ 20 km du site, alors que les types des formations Fonzaso, Rosso di Col Indes a et b, sont plus proches (Bassin de l’Alpago et ses versants méridionaux), mais possèdent des qualités généralement médiocres, dues à une silicification incomplète, une texture mésocristalline, des dimensions inopportunes, ainsi qu’une grande densité de plans de fracture. Le silex local de la Scaglia Grigia, même s’il est parfois microcristallin et compact, est inapte à la production laminaire à cause de la très grande densité des plans de fracture : il se brise facilement fournissant des petits éléments de 5 cm de longueur.

2 - Carte géologique simplifiée du secteur oriental des Préalpes vénétiennes mentionnant les affleurements des formations carbonatées à silex
2 - Geological map of the formations with flint in the eastern Venetian Prealps

2 - Carte géologique simplifiée du secteur oriental des Préalpes vénétiennes mentionnant les affleurements des formations carbonatées à silex 2 - Geological map of the formations with flint in the eastern Venetian Prealps

1 - Igne et Soverzene ; 2 –Fonzaso et Rosso Ammonitico ; 3 – Biancone ; 4 – Calcare di Soccher ; 5 - Scaglia Rossa ; 6 - Rosso di Col Indes ; 7 - Scaglia Grigia (d’après Bertola et al., 1997)1 - Soverzene and Igne Formations; 2 - Fonzaso Formation and Ammonitico Rosso; 3 - Biancone; 4 - Soccher Limestone; 5 - Scaglia Rossa; 6 - Rosso di Col Indes; 7 - Scaglia Grigia  (from Bertola et al., 1997)

20L’approvisionnement en matériau brut s’est donc effectué dans divers endroits : galets dans des dépôts alluvionnaires des ruisseaux tributaires du Piave, galets de 15 cm de longueur dans les affleurements de calcaire, blocs dans les sols et les dépôts résiduels.

Données sur l’utilisation des matières premières dans les sites tardiglaciaires du Cansiglio

21Le Haut-Plateau du Cansiglio émerge tel un gros bloc carré en direction de la plaine sous-jacente du Veneto-Friulana et est dominé par le massif du Cansiglio-Cavallo, un ensemble de sommets supérieurs à 2000 m. Le Cansiglio possède une forme sub-rectangulaire et comprend une ample cuvette centrale, le Piancansiglio, où les altitudes se rapprochent de 1000 m. Cette cuvette est limitée par des crêtes arrondies et des plateaux karstiques se situant autour de 1300-1400 m d’altitude, avec des élévations maximales entre 1577 et 1694 m. Ces dorsales sont interrompues par deux accès, un au sud à 1118 m, l’autre au nord à 1045 m. La morphologie de l’ensemble du Haut-Plateau est typiquement karstique, avec des formes plus douces dans le secteur centre occidental comprenant le Piancansiglio. Les prospections du plateau ont mis en évidence un ensemble de sites distribués selon des zones bien caractérisées morphologiquement : la zone humide de Palughetto avec un site de la phase terminale de l’Épigravettien (Bertola et al. 1997 ; Avigliano et al. 2000) et un site mésolithique ; les crêtes qui entourent le plateau avec de faibles témoignages d’occupations ; le relief du mont Cavallo avec quelques sites d’altitude ; d’anciens glacis comportant des sites mésolithiques sur le versant occidental du Piancansiglio (Peresani et al. 2000) ; et enfin les reliefs karstiques du Cansiglio oriental avec le site épigravettien du Bus de La Lum daté du Dryas récent (Peresani et al. 1999-2000). Les sites les plus importants ou les mieux conservés, comme Palughetto, Bus de la Lum et quelques sites mésolithiques aux marges du Piancansiglio (Casera Lissandri I, Casera Davià II, Casera Lissandri 17), font l'objet des recherches actuelles.

22D’un point de vue des ressources lithiques, le Haut-Plateau offre des possibilités intéressantes pour l’approfondissement de l’étude de l’économie des matériaux et de la modification des stratégies d’approvisionnement du Tardiglaciaire à l’Holocène ancien, période où l’utilisation des silex locaux devient plus importante de la part des Mésolithiques (tabl. 1). En effet, l’analyse préliminaire de la structure lithologique des nucléus montre que, parmi les sites épigravettiens du Bus de la Lum et de Palughetto l’exploitation des variétés allochtones est importante, sinon complètement dominante, et que l’utilisation des matériaux locaux revêt généralement un rôle subsidiaire, inhérent à des productions limitées de supports laminaires. Dans ce sens, le site du Bus de la Lum témoigne de la plus grande proximité avec des dépôts résiduels contenant des blocs et des plaquettes de silex. Dans les sites mésolithiques, on assiste à un prélèvement systématique des matières premières locales, en vue de leur exploitation plus poussée et en majorité intégrée dans les systèmes de production.

Tableau 1 - Variabilité dans l’utilisation des matières premières lithiques allochtones et locales entre les sites épigravettiens (PL – Palughetto, Bdl – Bus de la Lum) et du Mésolithique ancien (DaII – Casera Davià II ; LsI – Casera Lissandri I) sur le Haut-Plateau du Cansiglio, déduite sur la base uniquement des nucléus et des blocs non encore engagés dans la production. L’utilisation relativement significative du silex local à Bus de la Lum est liée à une production éphémère et opportuniste des supports laminaires
Table 1 - The variable way the exogenous and local raw materials were exploited estimated from the comparation between Epigravettian (PL – Palughetto, Bdl – Bus de la Lum) and early Mesolithic (DaII – Casera Davià II ; LsI – Casera Lissandri I) in the Cansiglio Plateau based inferred from the examination of cores and of unexploited cobbles. The relatively important utilisation of local flint at Bus de la Lum is due to an ephemeral and opportunistic production of blades

Tableau 1 - Variabilité dans l’utilisation des matières premières lithiques allochtones et locales entre les sites épigravettiens (PL – Palughetto, Bdl – Bus de la Lum) et du Mésolithique ancien (DaII – Casera Davià II ; LsI – Casera Lissandri I) sur le Haut-Plateau du Cansiglio, déduite sur la base uniquement des nucléus et des blocs non encore engagés dans la production. L’utilisation relativement significative du silex local à Bus de la Lum est liée à une production éphémère et opportuniste des supports laminairesTable 1 - The variable way the exogenous and local raw materials were exploited estimated from the comparation between Epigravettian (PL – Palughetto, Bdl – Bus de la Lum) and early Mesolithic (DaII – Casera Davià II ; LsI – Casera Lissandri I) in the Cansiglio Plateau based inferred from the examination of cores and of unexploited cobbles. The relatively important utilisation of local flint at Bus de la Lum is due to an ephemeral and opportunistic production of blades

Le site de Casera Davià II

23Comme exemple d’étude d’approvisionnement des matériaux lithiques et de l’économie des produits de débitage, nous présentons le site de plein air de Casera Davià II, attribué à la phase ancienne du Sauveterrien.

24Le site se trouve sur le versant occidental du Piancansiglio à 1065 m d’altitude. Il est lié à une zone faiblement inclinée (8°-5°), couverte de dépôts colluviaux fins à matrice loessique et constellée d’avens et de nombreuses installations mésolithiques. L’aire archéologique a été partiellement détruite par l’élargissement d’un sentier qui a mis au jour quelques pièces lithiques, récoltées successivement au cours de prospections périodiques de surface (1994 et 1995), puis de deux campagnes de fouilles (1996 et 1998) sur une surface totale d’environ 20 m2.

25Il s’agit d’un site de plein air dont la couche archéologique, située dans la partie superficielle de la stratigraphie, se présente profondément appauvrie : absence de restes fauniques, ainsi que de pièces élaborées sur des matériaux périssables, sur des matières dures animales ou sur roches carbonatées ; dispersion d’éventuelles structures et dispersion spatiale des pièces par bioturbation. L’attribution chrono-culturelle de l’occupation anthropique se fonde sur la comparaison typologique de l’ensemble lithique avec des séries de référence. Par conséquent, il a été possible de récupérer uniquement les pièces archéologiques en silex, pour un total d’un peu plus d’un millier. Parmi celles-ci, 1001 pièces au total de dimensions supérieures ou égales à 5 mm, ont été sélectionnées pour l’étude. L’état de conservation est parfait, le silex est légèrement patiné mais pas au point d’en empêcher la détermination.

L’ensemble lithique

26L’ensemble lithique est homogène et est constitué de pièces qui attestent toutes les phases de production à partir de blocs introduits dans le site : éclats corticaux, pré-nucléus, nucléus, lames à crêtes, lamelles, tablettes, éclats de ravivage. Le silex utilisé est aussi bien allochtone (60,9% du poids total) que local (39,1% du poids total) et est comparable avec les types du Biancone, de la Scaglia Variegata, du Rosso di Col Indes (variété rouge et variété jaune-verte), de la Scaglia Grigia et enfin du Fonsazo auquel a été attribué un unique grand éclat cortical. Outre un bloc mis en forme et 24 nucléus, 771 produits de taille non retouchés, 84 outils de fonds commun, 68 armatures et 53 de leurs déchets de fabrication ont été décomptés.

27La composition technologique de l’assemblage lithique est caractérisée par une production orientée essentiellement vers l’obtention de supports lamellaires et microlamellaires, en particulier pour la fabrication d’armatures, alors que les sous-produits (éclats corticaux) et autres types de supports (éclats, éclats laminaires) sont destinés à la confection d’outils retouchés.

28La production lamellaire et microlamellaire sur le silex allochtone est attestée par des nucléus issus d’éclats corticaux et de blocs. Les nucléus ont été abandonnés durant la phase finale de leur exploitation, en particulier à la suite de quelques accidents de taille. Il existe toutefois des cas d’abandons prématurés en relation avec la présence de fissures ou de différentes irrégularités du support.

29La production sur silex local implique une exploitation de petits blocs et plaquettes opportunément préparés avec un ou plusieurs plans de frappe et une ou plusieurs surfaces de débitage. L’abandon de l’exploitation survenue lors du processus de production est dû à des accidents de taille irrémédiables ou à la mauvaise qualité de quelques parties de blocs. Le schéma opératoire de cette production est également suggéré par le remontage d’un petit bloc de silex impur avec un cortex épais et patiné, qui atteste de la préparation de la convexité distale par le détachement d’au moins 6 lamelles partiellement corticales (fig. 3).

3 - Casera Davià II : nucléus à lamelles avec remontages, en silex du type RCIa, mais repéré localement
3 - Casera Davià II : core with refitted flakes and bladelets made of RCIa type flint locally provisioned

3 - Casera Davià II : nucléus à lamelles avec remontages, en silex du type RCIa, mais repéré localement 3 - Casera Davià II : core with refitted flakes and bladelets made of RCIa type flint locally provisioned

Dessin G.Almerigogna
Drawing G. Almerigogna

30Les outils du fonds commun, plus nombreux que les armatures, sont représentés par des grattoirs, becs, burins, troncatures, couteaux à dos, pointes et par de nombreux éclats, lames et lamelles retouchés. Les grattoirs sont frontaux, ogivaux, en chevron ou à museau et sont élaborés sur des éclats corticaux, des lamelles ou des supports comportant des accidents de taille. Les becs sont façonnés sur des supports irréguliers, parfois massifs et corticaux, parmi lesquels des éclats laminaires et des éclats de ravivage de la surface de débitage. Les burins sont obtenus sur des éclats épais corticaux, éclats laminaires et fragments de types variés, alors que les troncatures sont élaborées à partir de lamelles corticales ou non corticales. Enfin, divers supports ont été retouchés : éclats et éclats laminaires corticaux, tablettes et autres produits de gestion des nucléus à lamelles. La retouche a été effectuée également sur différents sous-produits lamellaires issus de la gestion des nucléus : lamelles corticales, outrepassées, latérales, avec des accidents de taille et fragments distaux. Les couteaux à dos et les pointes sont façonnés sur des lames.

31Parmi les armatures, fabriquées presque exclusivement sur support lamellaire, les lamelles à dos avec des troncatures profondes dominent nettement sur les segments et les triangles. En outre, ces derniers contiennent deux exemplaires isocèles. Les pointes à dos doubles comprennent des formes avec des indices d’allongement supérieur à 3 et des dos substantiellement équivalents, puis d’autres à forme courte avec des dos symétriques et des bases naturelles. Des pointes à dos et des pointes-troncatures sont également présentes. Les nombreux déchets de fabrication se divisent en plusieurs pièces techniques : microburins, une majorité de fragments proximaux, des lamelles à cran technique, avec une encoche adjacente à fracture, et diverses lamelles à dos et armatures abandonnées en cours de fabrication.

Structure lithologique et économie du débitage

32La structure lithologique de l’ensemble lithique et la distribution des fréquences et des valeurs pondérales des types de silex par rapport aux catégories technologiques dans lesquelles se répartissent les nucléus et les produits de taille (produits bruts et retouchés ont été considérés ensemble), ont mis en évidence des rapports significatifs (tabl. 2). Par ailleurs, tous les cas où le support est considéré comme indéterminable à cause d’une fragmentation accidentelle ou intentionnelle et/ou en relation à un façonnage intense, ont été exclus de ce comptage.

Tableau 2 - Table de correspondance entre l’Unité de Matière Première lithique et la catégorie morphotechnique (pièces indéterminables exclues – CT11) (n = nombre ; p = poids en grammes)
Table 2 - Cross table with correspondences among the lithic Raw Material Unit and the morphotechnic category (undeterminable pieces excluded – CT11) (n =number ; p =weight in grams)

Tableau 2 - Table de correspondance entre l’Unité de Matière Première lithique et la catégorie morphotechnique (pièces indéterminables exclues – CT11) (n = nombre ; p = poids en grammes)Table 2 - Cross table with correspondences among the lithic Raw Material Unit and the morphotechnic category (undeterminable pieces excluded – CT11) (n =number ; p =weight in grams)

Les U.M.P. sont classées selon la proximité des gîtes primaires par rapport au site. Les catégories technologiques principales :CT1, blocs bruts (absents) ; CT2, pré-nucléus ; CT3, éclat cortical ; CT4, éclat ; CT5, divers éclats de gestion (tablettes + diverses réparations); CT6, initialisation  (crêtes, arêtes, entames, chutes de burin); CT7, produits de gestion laminaire/lamellaire (produits latéraux + de réparation) ; CT8, lames et fragments déterminables ;  CT9, lamelles et fragments déterminables ; CT10, nucléus
The R.M.U. are ranged in accordance with the proximity of primary crops in relation to the site. The main technological classes: CT1, raw blocs (absent) ; CT2, pre-cores ; CT3, cortical flake; CT4, flake; CT5, various maintenance flakes (core-tablets + different reparation flakes); CT6, onset of production (crests, ridges, first flakes, burin spalls); CT7, maintenance of blade/bladelet production (lateral core-edge + reparation products) ; CT8, blades and undeterminable fragmented blades;  CT9, bladelets and undeterminable fragmented bladelets; CT10, cores

33Au sein de la collection, le silex le mieux représenté est celui de la Scaglia Rossa (37 %), suivi par le silex local (SG) (34 %) et, dans une moindre mesure par les types BI, SV etc. En considérant la base des valeurs pondérales, les fréquences des deux premiers types s’inversent, avec SG qui occupe 45 % du total, ce qui est dû essentiellement au poids fourni par des nucléus aux dimensions plus importantes.

34On décompte un seul bloc en silex local préformé.

35Parmi les éclats corticaux (CT3), on observe une fréquence maximum de pièces du type SG, suivis de ceux des types SR et BI. Les valeurs pondérales s’inversent par rapport à la fréquence, de par le fait que l’ensemble du type SR possède un poids cinq fois plus grand que le silex SG, alors que les autres types sont similaires au second. On peut quand même souligner que le silex SR présente un grand éclat cortical non retouché, directement importé ou provenant d’un bloc mis en forme sur place et destiné par la suite à une exploitation comme nucléus.

36Le faible nombre d’éclats (CT4) suggère en outre le rôle marginal de ces supports dans la finalité du système de production.

37En ce qui concerne les éclats provenant des interventions de gestion des nucléus (CT5), on enregistre une fréquence plus élevée pour le type SR, suivie, dans l’ordre, par SV, SG et RCI, avec une grande similitude pour les valeurs pondérales. La plus grande présence de ces produits sur des silex importés par rapport aux silex locaux, suggère des pratiques fréquentes de ravivage du plan de frappe et de réparation des accidents de taille. Ce comportement plaide probablement pour une exploitation plus investie sur des matériaux de meilleure qualité.

38La plus grande fréquence des produits issus de la phase d’initialisation (CT6) enregistrée pour SG atteste une exploitation sur place des ressources locales, alors que les données relatives aux silex SR et BI suggèrent, au contraire, l’introduction sur le site de matériel pré-élaboré ou d’éclats-nucléus. Ce dernier aspect peut être corrélé avec la présence significative des chutes de burin, rencontrées parmi les matériaux allochtones, parallèlement à une diminution des valeurs pondérales.

39L’ensemble des produits issus des diverses interventions de gestion des surfaces de débitage (CT7) montre une fréquence maximale pour SG, suivie de peu par SR et, plus loin, par SV et BI. En ce qui concerne le silex local, cette donnée est liée au degré mineur d’exploitation et à la qualité des matériaux lithiques locaux, caractérisés par ailleurs par la présence d’importantes parties corticales nécessitant des interventions continues de préparation ou de réparation. Enfin, la donnée pondérale attesterait ultérieurement une production mineure sur les matériaux locaux, déterminée par les dimensions des blocs.

40Les produits laminaires (CT8) sont presque exclusivement obtenus sur des matériaux allochtones (SR, BI, SV), alors que l’unique lame en silex local est de petite dimension. L’hypothèse qu’une telle composition puisse dériver d’une importation de supports finis sur le site même, plutôt que d’une réduction rapide des nucléus destinés ensuite à la production de lamelles, n’a pas pu être démontrée. La donnée relative au type SG documente en outre les limites productives des ressources locales.

41Les lamelles et leurs fragments (CT9) présentent une fréquence maximum pour le type SR, derrière laquelle suivent SG, puis BI, SV, et enfin les deux variétés du Rosso di Col Indes. Les données pondérales démontrent aussi la même séquence, indiquant une valeur moyenne mineure pour SR et RCIa, qui, probablement, pourrait être due à une transformation plus intense des supports.

42Enfin les nucléus (CT10), représentés par presque toutes les catégories de silex, voient la suprématie de SR et SG sur BI, SV et RCIa. Le degré le plus important d’exploitation des matériaux allochtones est indiqué par des valeurs pondérales moyennes et par le rapport entre la somme des blocs mis en forme (CT2 – prénucléus) et les nucléus (CT10) (les blocs bruts étaient absents) et la somme des produits de débitage déterminables (CT2+CT10/CT3-9). Ce rapport est attesté par des valeurs similaires pour tous les types, et montre cependant une légère, mais notable décroissance à partir de la valeur plus élevée enregistrée par la SG (0,09), vers les matériaux allochtones (0,08 pour SR, jusqu’à 0,07 pour Bi et SV). Il faut souligner ensuite les degrés divers d’exploitation et d’économie des produits de taille parmi les silex locaux et les silex allochtones.

43Dans l’évaluation de l’incidence des indéterminés (CT11) sur le total, en faisant abstraction des nucléus, on relève les fréquences les plus élevées (tabl. 3) pour les deux silex utilisés préférentiellement, SG (72,8 %) et SR (71,4 %), alors que les fréquences dans les autres matières premières restent largement mineures, avec des valeurs qui décroissent à partir de 51,6 % du BI. Si, d’une part, l’incidence mineure des indéterminés parmi certains silex peut être interprétée comme étant due à l’importation de produits finis, il reste toutefois l’information antithétique des données des types SG et SR.

Tableau 3 - Casera Davià II : répartition lithologique des pièces indéterminables et du total de l’industrie
Table 3 - Casera Davià II: lithologic partition of undeterminable pieces and of the whole industry

Tableau 3 - Casera Davià II : répartition lithologique des pièces indéterminables et du total de l’industrieTable 3 - Casera Davià II: lithologic partition of undeterminable pieces and of the whole industry

44Pour le silex local, il semble possible que la fréquence élevée soit due essentiellement à une plus grande fragmentation du matériau durant la taille, en relation avec une mauvaise propriété mécanique du silex.

45Pour le silex SR, le taux élevé est imputable non seulement à la fragmentation due au débitage sur place de silex importés, mais aussi à une plus grande transformation des supports par la retouche et d’une plus grande fragmentation intentionnelle ; enfin, il faut également considérer, comme pour les autres roches, l’importation de supports bruts sur le site.

Transformation des supports

46Les données numériques relatives aux supports transformés en outils de fonds commun ou en armatures, montre une nette préférence pour les silex allochtones (tabl. 4), mettant en évidence, pour plus de la moitié des supports entiers et/ou déterminables, produits sur place ou importés, une utilisation maximale pour RCIb (2 sur 2) et, dans une moindre mesure pour BI, SR, SV et RCIa. Les outils sont façonnés le plus souvent sur des lames, éclats et éclats corticaux : les lames sont en majorité en silex SR, alors que les éclats corticaux sont en silex local et, par la suite, dans l’ordre, en SR et BI. Les outils ont été obtenus également sur d’autres supports comme des éclats de gestion et d’autres produits issus de l’initialisation ou de la gestion des nucléus. En ce qui concerne les armatures, celles-ci attestent de l’utilisation de lamelles comme support.

Tableau 4 - Casera Davià II: répartition lithologique des outils, armatures et déchets de fabrication
Table 4 - Casera Davià II: lithologic partition of tools, microliths and their manufacture waste

Tableau 4 - Casera Davià II: répartition lithologique des outils, armatures et déchets de fabricationTable 4 - Casera Davià II: lithologic partition of tools, microliths and their manufacture waste

47En général, presque toutes les variétés de silex montrent un équilibre entre outils et armatures, à l’exception des types SG et SV, pour lesquels les supports ont plus servi à la confection d’outils que d’armatures : si pour le premier on peut invoquer l’utilisation de sous-produits de taille, pour le second il faudrait penser à des pièces importées.

Conclusion

48En faisant abstraction des facteurs syn- et post-dépositionnels qui définissent les séries archéologiques mésolithiques de plein air de l’Italie nord orientale, il a été possible de rechercher, même en se limitant à un seul cas d’étude, les relations entre le système technique de production et les ressources lithiques récoltées pour la réalisation et la gestion de celui-ci. En ce qui concerne le Cansiglio, la distance de ce Haut-Plateau par rapport aux gîtes de silex de qualité et les ressources locales limitées revêtent un rôle déterminant pour l’économie et peut-être aussi pour la mobilité des groupes humains paléolithiques et mésolithiques qui devaient y accéder.

49Si, d’un côté, il est possible d’observer clairement le type d’approche et d’exploitation des matériaux locaux de la part des Épigravettiens, on ne peut pas relever, d’un autre côté, une adaptation de ces mêmes ressources au cours du Mésolithique ancien. Dans la première période, les matériaux locaux étaient sujets à une exploitation limitée et opportuniste, dirigée essentiellement vers l’obtention de quelques supports laminaires. Toutefois, l’importance et le rôle techno-économique de cette exploitation apparaissent en étroite dépendance avec la proximité des aires d’approvisionnement du site, comme le suggèrent les diverses compositions lithologiques du Bus de la Lum et de Palughetto, ce dernier se trouvant aux marges du Haut-Plateau et loin des dépôts résiduels siliceux.

50Pour le groupe mésolithique, l’étude conduite à Casera Davià II et les observations préliminaires effectuées à Casera Lissandri I ainsi que sur un troisième site en cours d’étude (Casera Lissandri 17), attestent une plus grande intégration des ressources locales dans le système technique de production.

51En effet, contrairement à ce qui a été relevé pour le quartz hyalin dans les sites de Alti Tauri et des Alpes lepontines (Guerreschi et al. 2000), les silex de la Scaglia Grigia du Cansiglio, démontrent l’incapacité de satisfaire pleinement aux exigences de la production. Néanmoins, ce silex semble avoir une bonne aptitude à la taille notamment pour la production lamellaire et, dans une moindre mesure, pour la production laminaire. De tels supports, et surtout les lamellaires, sont habituellement destinés à une utilisation brute ou bien à être transformés en outils et armatures préalablement retouchées. Ils sont issus du débitage de petits blocs ou plaquettes facilement repérables dans les formations superficielles aux alentours des sites mésolithiques du versant occidental du Piancansiglio. Si, d’une part, l’application des critères de pré-détermination reste également inchangée sur ces matériaux, on peut observer, d’autre part, les modalités par lesquelles se déroule le débitage. Ces modalités trahissent, au sein de l’assemblage lithique, une faible élaboration technique, enregistrant un arrêt fréquent de la production même à des stades intermédiaires ou prématurés de la réduction, ainsi qu’un faible investissement dans la gestion-réparation des surfaces de débitage.

52Les silex allochtones confirment par contre leur rôle dominant, aussi bien d’un point de vue qualitatif que, parfois, quantitatif dans l’économie générale des systèmes techniques mésolithiques du Cansiglio. De même à l’observation des sites des Dolomites et d’autres localités des Préalpes vénitiennes, de tels matériaux ont pu engendrer une production exhaustive, articulée généralement sur deux objectifs techniques, supports laminaires et lamellaires. L’investissement adopté dans la gestion des nucléus a été documenté à Casera Davià II, comme également l’utilisation de sous-produits de taille en plus des supports de premier choix, pour la confection d’outils et d’armatures. De manière complémentaire, l’hypothèse de l’introduction sur le site de supports, d’outils retouchés ou d’armes de chasse déjà confectionnées ne peut pas être exclue a priori, par rapport à ce qui semble correspondre aux caractéristiques structurales de l’ensemble lithique.

53Les caractéristiques techno-économiques du système technique de Casera Davià II semblent donc concorder avec ce que l’on a rencontré jusqu’à présent dans les sites des Dolomites, attestant en cela du degré de connaissance anthropique des ressources offertes par le territoire de chasse du Cansiglio tout en sachant, par ailleurs, les limites inhérentes à celui-ci. Le choix de se déplacer sur ces territoires impliquait une capacité d’anticipation des activités de production et d’utilisation, les concrétisant dans le repérage des matériaux bruts durant les déplacements. Soit un tel repérage revêt un rôle propre et spécifique dans la mobilité des groupes humains, qui pourrait fournir un investissement concret en termes d’énergie, soit il s’agit d’une activité intégrée dans la stratégie générale d’approvisionnement des ressources alimentaires et de subsistances. Cette dernière hypothèse ne peut être précisée pour le moment.

54À partir du moment où, dans le territoire préalpin, il existe des zones potentielles d’approvisionnement lithique plus ou moins vastes et différenciées, il semble possible que certains affleurements, particulièrement favorables du point de vue de l’accessibilité et de la qualité du silex par rapport à d’autres, étaient préférentiellement visités durant la recherche de quelques kilos seulement de matière brute. Le manque de témoignages n’exclut pas a priori que de tels contextes aient pu également servir comme lieu de test et/ou de première élaboration des blocs sélectionnés et destinés au transport sur de longues distances vers des campements de montagne. Pour la vallée du Piave et le bassin de l’Alpago, on notera la présence diffuse de matériaux bruts en position secondaire, repérables sous la forme de blocs arrondis et de galets, provenant de dépôts de torrents, alluvionnaires, glaciaires et de versants. Ces sources offrent également des matières premières dont les dimensions sont aptes à satisfaire les exigences des objectifs de la production.

Haut de page

Bibliographie

Angelucci et al. 1992,ANGELUCCI D.E., CREMASCHI M., NEGRINO F., PELFINI M., Il sito mesolitico di Dosso Gavia – Val di Gavia (Sondrio – Italia): evoluzione ambientale e popolamento umano durante l’Olocene antico nelle Alpi Centrali, Preistoria Alpina, Trento, 28, 1, 1992, p. 19-32.

Angelucci et al. 1999,ANGELUCCI D.E., BARTOLOMEI G., BROGLIO A., CASSOLI P.F., IMPROTA S., MASPERO A., TAGLIACOZZO A., Plan de Frea, site 4 (Dolomites): mobilité, saisonnalité et exploitation du milieu montagnard durant le Mésolithique = Plan de Frea, site 4 (Dolomites): mobility, seasonality and the exploitation of the mountain environment during the Mesolithic, in: L'Europe des derniers chasseurs. Epipaléolithique et Mésolithique, Bintz P., Thévenin A. (Dir.), Paris, CTHS, 1999, p. 443-448 (Documents préhistoriques ; 12).

Angelucci et al. 1999,ANGELUCCI D.E., FRIGO G., MARTELLO G.V., PERESANI M., The open mountain sites at Cima Dodici (Asiago plateau, Italy): new data on early holocene settlement of the Southern Pre-Alps, in: L'Europe des derniers chasseurs. Epipaléolithique et Mésolithique, Bintz P., Thévenin A. (Dir.), Paris, CTHS, 1999, p. 449-455 (Documents préhistoriques ; 12).

Avanzini 1992, AVANZINI M., Risultati delle ricerche nei siti mesolitici di Val Dona (Alta Valle di Fassa – Trentino – Italia), Preistoria Alpina, Trento, 28, 1, 1992, p. 237-245.

Avigliano et al. 2000, AVIGLIANO R., DI ANASTASIO G., IMPROTA S., PERESANI M., RAVAZZI C., A new late glacial to early Holocene palaeobotanical and archaeological record in the Eastern Pre-alps: The Palughetto basin (Cansiglio Plateau, Italy), Journal of Quaternary Science, 15, 8, 2000, p. 789.

Bagolini et al. 1983, BAGOLINI B., BROGLIO A., LUNZ R., Le Mésolithique des Dolomites, Preistoria Alpina, Trento, 19, 1983, p. 15-36.

Bagolini & Dalmeri 1987, BAGOLINI B., DALMERI G., I siti mesolitici del Colbricon (Trentino), Preistoria Alpina, Trento, 23, 1987, p. 7-188.

Baroni & Biagi 1997, BARONI C., BIAGI P. Eds., Excavations at the high altitude mesolithic site of Laghetti del Crestoso (Bovegno, Brescia – Northern Italy), Brescia, Ateneo di Brescia, 1997, 109 p. (Commentari dell’Ateneo di Brescia - Suppl. ;  1)

Benedetti et al. 1992, BENEDETTI R.M., CAMPANA R., D'AMICO C., NANNETTI M.C., Petroarchaeometry of epigravettian and mesolithic flints in the Val Cismon-Lagorai area (NE Italy) : The flint supply question, Preistoria Alpina, Trento, 28, 1, 1992, p. 33-49.

Bertola et al. 1997, BERTOLA S., DI ANASTASIO G., PERESANI M., Hoarding unworked flints within humid microenvironments. New evidence from the Mesolithic of the southern Alps, Préhistoire Européenne, 10, 1997, p. 173-185.

Biagi 1992, BIAGI P., Mesolithic exploitation of the Highland Zone : a Case Study for the Southern Alps, Preistoria Alpina, Trento, 28, 1, 1992, p. 367-372.

Broglio 1992, BROGLIO A., Le Mésolithique des Dolomites, Preistoria Alpina, Trento, 28, 1, 1992, p. 311-316.

Broglio et al. 1986, BROGLIO A., LUISE M., LUNZ R., Lithic materials and their use during the Mesolithic within the catchment area of the Adige, in: International Conference "Prehistoric flint mining and lithic raw material identification in the Carpathian Basin", Budapest - Sumeg 1986 : Papers, Budapest, KMI Rota Press, 1986, p. 201-209.

Broglio & Lunz 1983, BROGLIO A., LUNZ R., Osservazioni preliminari sull’utilizzazione del cristallo di rocca nelle industrie mesolitiche del Bacino dell’Adige, Preistoria Alpina, Trento, 19, 1983, p. 201-208.

Castellarin & Vai 1982, CASTELLARIN A., VAI G.B., Introduzione alla geologia strutturale del Subalpino, in: Guida alla geologia del Sudalpino Centro-Orientale, Castellarin A., Vai G.B. (Dir.), Bologna, Società Geologica Italiana, 1982, p. 1-22 (Guide Geologiche Regionali).

Chelidonio 1990, CHELIDONIO G., Preliminary approach to quartz crystals technology and its meaning as "environnemental translation", in: Le silex de sa genèse à l'outil, Bordeaux, CNRS, 1990, p. 489-494 (Cahiers du Quaternaire, 17 "Actes du 5ème Colloque international sur le silex).

Clark 2000, CLARK R., The Mesolithic hunters of the Trentino : a case study in hunter-gatherer settlement and subsistence from Northern Italy, Oxford, Archaeopress, 2000, vi +  220 p. (British archaeological Reports - International Series ; 832).

Di Anastasio et al. 1995, DI ANASTASIO G., MONDINI C., PERESANI M., VILLABRUNA A., Altopiano del Cansiglio : Scavi di siti paleolitici e mesolitici, Quaderni di Archeologia del Veneto, Venezia, 11, 1995, p. 11-18.

Fontana 1997, FONTANA F., Il popolamento delle aree montane nell’Olocene antico: analisi delle strutture e delle industrie litiche dei livelli sauveterriani del sito di Mondeval de Sora (Dolomiti Bellunesi), Bologna / Ferrara / Parma, Consorzio Università di Bologna, 1997, Tesi di Dottorato X ciclo, 317 p.

Fontana et al. 2000, FONTANA F., GUERRESCHI A., VULLO N., Le site mésolithique de l'Alpe Veglia (Alpi Lepontine, Italia): analyse techno-typologique et spatiale, in: MESO '97 : Actes de la table ronde "Epipaléolithique et Mésolithique" Lausanne, 21-23 novembre 1997, Crotti P. (Dir.), Lausanne, Musée cantonal d'Archéologie et d'Histoire, 2000, p. 259-266 (Cahiers d'Archéologie romande ; 81).

Lanzinger 1985, LANZINGER M., Ricerche nei siti mesolitici della Cresta di Siusi (Auf der Schneide, siti XV e XVI dell'Alpe di Siusi) nelle Dolomiti : Considerazioni sul significato funzionale espresso dalle industrie mesolitiche della regione, Preistoria Alpina, Trento, 21, 1985, p. 33-48.

Peresani et al. 1999-2000, PERESANI M., BERTOLA S., DE STEFANI M., DI ANASTASIO G., Bus de la Lum and the Epigravettian occupation of the Venetian pre-Alps during the Younger Dryas, Rivista di Scienze preistoriche, Firenze, 50, 1999-2000, p. 103-132.

Peresani et al. 2000, PERESANI M., DI ANASTASIO G., BERTOLA S., Epigravettien récent et Mésolithique ancien en contexte préalpin: les données du haut plateau du Cansiglio (Italie du Nord), in: MESO '97 : Actes de la table ronde "Epipaléolithique et Mésolithique" Lausanne, 21-23 novembre 1997, Crotti P. (Dir.), Lausanne, Musée cantonal d'Archéologie et d'Histoire, 2000, p. 267-276 (Cahiers d'Archéologie romande ; 81).

Silvestri 1995-1996, SILVESTRI D., Gli insiemi mesolitici del Riparo Frea IV (Alta Val Gardena), Università di Ferrara, Facoltà Sc. MM. FF. NN, 1995-1996, Tesi di Laurea, 154 p.

Haut de page

Annexe

Abridged version

The Eastern Italian Alps were surveyed for long time with the aim of reconstructing the history of human peopling and the adaptation to mountain contexts during the Late-Glacial and the Post-Glacial. Such a reconstruction is also based on the data acquired by studying provisioning strategies and the way lithic materials circulated even in places where flint is rare. During the Mesolithic, the following stone was used: alpine and pre-alpine jurassic and cretaceous flint in different forms and types, widely disseminated throughout a range of 80 kilometres and further from the primary sources; dark-gray flint from the Dolomites, the worst for flaking, processed only locally; hyaline quartz, collected at outcrops and glacial deposits, disseminated in an area of 40 km southwards. Despite several high-altitude sites being settled in areas dearth of flint crops, other more favourable situations underline the variable features of the lithic economy: provisioning of exogenous material, introduced as brute or semi-worked artefacts, adaptation to the local low quality resources.  

Adding to investigations into these issues, a new contribution comes from some research carried out at the Cansiglio high-plateau, a carbonatic massif in the eastern zone of the Venetian Pre-Alps, where surveys and excavations begun in 1993 discovered several Epigravettian and Early Mesolithic sites. On the high-plateau and the surrounding area, largely variable flint is enclosed within Cretaceous formations. Biancone, Scaglia Variegata, Soverzene and Scaglia Rossa flint should be considered allochthonous material since the shortest distance from the primary source is probably some 20 km, while Fonzaso and Rosso di Col Indes flint sources are nearly local, even if mostly inapt for flaking due to the degree of silicification, texture, size and dense fracture planes. Local Scaglia Grigia flint is more suitable for making bladelets than blades.

The study-case presented here comes from Casera Davià II, an open-air site dated to the Early Sauveterrian phase. The lithic artefacts reveal each and every step of the complete reduction sequences carried out using local and exogenous raw flint cobbles. Besides one small block prepared for flaking and 24 cores, we counted 772 brute flaking products, 84 common tools, 68 armatures and 53 waste pieces left over from shaping the armatures.

The results prove how small blocks and plates of SG flint, picked up locally at surface loose deposits close to the site were exploited in order to obtain bladelets and subordinate blades, normally used brute or after being shaped into common tools and armatures. We observed that whilst on one hand the predetermination criteria applied to processing these materials remained unvaried, on the other the production sequence was elaborated only up to a low degree; that the interruption of the processing at an intermediate or premature stage was frequent and that actions of managing or repairing the flaking core surfaces was seldom done.

On the contrary, the exogenous flint proves to have a dominant role in quality and in quantity. At Casera Davià II, such material was exploited exhaustively for producing blades and bladelets. The thoroughness in managing the core is highly evident, likewise the use of flaking by-products alongside the ordinary ones and top quality blanks shaped into tools and microliths. Finally, we cannot exclude the hypothesis that some brute blanks, tools and complete throwing spears were introduced into the camp.

The techno-economic features of the Casera Davià II industry are comparable with those of most sites in the Dolomites and provide further evidence towards the high degree of information acquired by the hunter-gatherers while prospecting the hunting area of the Cansiglio plateau and its scarcity in usable lithics. Decisions concerning the exploitation of these territories thus implied planning and anticipating the production and usage of flakes, through leaving supplies of raw material along the deplacement tracks. Yet, we cannot confirm without doubt whether such a provisioning strategy played its own and specific role in the human groups mobility and for this reason required total investment, or if it was a simple contingency in the overall foraging strategy.

Haut de page

Notes

1  Des petits blocs de cette variété, de mauvaise qualité, ont été également repérés sur le haut plateau du Cansiglio, contenus dans des dépôts résiduels très anciens

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 - Carte schématique du substrat rocheux de l’Italie nord-orientale1 - Sketch map showing the different bed-rocks in north-eastern Italy
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre 2 - Carte géologique simplifiée du secteur oriental des Préalpes vénétiennes mentionnant les affleurements des formations carbonatées à silex 2 - Geological map of the formations with flint in the eastern Venetian Prealps
Légende 1 - Igne et Soverzene ; 2 –Fonzaso et Rosso Ammonitico ; 3 – Biancone ; 4 – Calcare di Soccher ; 5 - Scaglia Rossa ; 6 - Rosso di Col Indes ; 7 - Scaglia Grigia (d’après Bertola et al., 1997)1 - Soverzene and Igne Formations; 2 - Fonzaso Formation and Ammonitico Rosso; 3 - Biancone; 4 - Soccher Limestone; 5 - Scaglia Rossa; 6 - Rosso di Col Indes; 7 - Scaglia Grigia  (from Bertola et al., 1997)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tableau 1 - Variabilité dans l’utilisation des matières premières lithiques allochtones et locales entre les sites épigravettiens (PL – Palughetto, Bdl – Bus de la Lum) et du Mésolithique ancien (DaII – Casera Davià II ; LsI – Casera Lissandri I) sur le Haut-Plateau du Cansiglio, déduite sur la base uniquement des nucléus et des blocs non encore engagés dans la production. L’utilisation relativement significative du silex local à Bus de la Lum est liée à une production éphémère et opportuniste des supports laminairesTable 1 - The variable way the exogenous and local raw materials were exploited estimated from the comparation between Epigravettian (PL – Palughetto, Bdl – Bus de la Lum) and early Mesolithic (DaII – Casera Davià II ; LsI – Casera Lissandri I) in the Cansiglio Plateau based inferred from the examination of cores and of unexploited cobbles. The relatively important utilisation of local flint at Bus de la Lum is due to an ephemeral and opportunistic production of blades
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 3 - Casera Davià II : nucléus à lamelles avec remontages, en silex du type RCIa, mais repéré localement 3 - Casera Davià II : core with refitted flakes and bladelets made of RCIa type flint locally provisioned
Légende Dessin G.AlmerigognaDrawing G. Almerigogna
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2 - Table de correspondance entre l’Unité de Matière Première lithique et la catégorie morphotechnique (pièces indéterminables exclues – CT11) (n = nombre ; p = poids en grammes)Table 2 - Cross table with correspondences among the lithic Raw Material Unit and the morphotechnic category (undeterminable pieces excluded – CT11) (n =number ; p =weight in grams)
Légende Les U.M.P. sont classées selon la proximité des gîtes primaires par rapport au site. Les catégories technologiques principales :CT1, blocs bruts (absents) ; CT2, pré-nucléus ; CT3, éclat cortical ; CT4, éclat ; CT5, divers éclats de gestion (tablettes + diverses réparations); CT6, initialisation  (crêtes, arêtes, entames, chutes de burin); CT7, produits de gestion laminaire/lamellaire (produits latéraux + de réparation) ; CT8, lames et fragments déterminables ;  CT9, lamelles et fragments déterminables ; CT10, nucléusThe R.M.U. are ranged in accordance with the proximity of primary crops in relation to the site. The main technological classes: CT1, raw blocs (absent) ; CT2, pre-cores ; CT3, cortical flake; CT4, flake; CT5, various maintenance flakes (core-tablets + different reparation flakes); CT6, onset of production (crests, ridges, first flakes, burin spalls); CT7, maintenance of blade/bladelet production (lateral core-edge + reparation products) ; CT8, blades and undeterminable fragmented blades;  CT9, bladelets and undeterminable fragmented bladelets; CT10, cores
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 3 - Casera Davià II : répartition lithologique des pièces indéterminables et du total de l’industrieTable 3 - Casera Davià II: lithologic partition of undeterminable pieces and of the whole industry
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 4 - Casera Davià II: répartition lithologique des outils, armatures et déchets de fabricationTable 4 - Casera Davià II: lithologic partition of tools, microliths and their manufacture waste
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/382/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Peresani et Stefano Bertola, « Approvisionnement en matériaux siliceux, ressources locales et économie du débitage dans le Sauveterrien », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://pm.revues.org/382

Haut de page

Auteurs

Marco Peresani

Università di Ferrara - Dipartimento di Biologia ed Evoluzione, Sezione di Paleobiologia, Preistoria e Antropologia — marco.peresani@unife.it

Stefano Bertola

Università di Ferrara - di Biologia ed Evoluzione, Sezione di Paleobiologia, Preistoria e Antropologia — stefano.bertola@unife.it

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page