Navigation – Plan du site
Troisième partie

Dimension socio-économique et symbolique des dépôts funéraires aristocratiques d’Europe occidentale (VIIIe-Ier s. avant J.-C.)

Luc Baray

Résumés

Durant les deux âges du Fer, entre le VIIIe et le Ier s. av. J.-C., la politique des dépôts funéraires en Europe occidentale a connu différentes amplitudes dont la plus caractéristique, celle du VIe s., se confond avec l’émergence du système princier du Hallstatt final. Le faste des dépôts retrouvés dans les tombes dites princières, comparativement à l’apparente modestie des dépôts funéraires des périodes antérieures ou postérieures, a donné lieu à l’élaboration de différents modèles d’organisation sociale. Certains chercheurs y ont vu la manifestation d’une concentration du pouvoir entre les mains d’un nombre toujours plus restreint de chefs de plus en plus riches ou la manifestation d’une complexification sociale qui se serait traduite par l’émergence d’un niveau hiérarchique supplémentaire. Les différents modèles proposés se fondent cependant sur une lecture directe des dépôts funéraires. Selon une attitude largement répandue, l’objet est considéré dans sa dimension fonctionnelle primaire. C’est-à-dire qu’il sera analysé et interprété en fonction de l’emploi qui lui est traditionnellement reconnu dans la vie quotidienne et ce, quel que soit le contexte de découverte. C’est par ce processus de rapprochement analogique que la fonction des objets est déterminée et que des conclusions sont tirées sur la fonction et le rôle des élites. Il en va ainsi des objets méditerranéens, découverts dans des contextes funéraires protohistoriques d’Europe occidentale. L’approche présentée ici procède d’une démarche nouvelle et différente qui tient compte du double processus d’appropriation d’objets nouveaux par les élites, à la fois comme marqueurs de l’identité individuelle, et comme marqueurs de l’identité collective. Ce processus qui se combine avec un mouvement également sans fin de composition et de recomposition des assemblages funéraires à chaque étape chronologique, est apparu comme étant le seul véritablement apte à interroger l’objet dans sa dimension sociologique et à répondre ainsi aux préoccupations légitimes d’une archéologie du social en devenir.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 cf. Olivier 1995, p. 59-75, pour un rapide historique des recherches menées depuis les années 20 su (...)

1La reconnaissance de fortes disparités dans la composition des assemblages funéraires des sépultures du premier âge du Fer d’Europe centrale, a été interprétée, dès le milieu des années 20 (Günther 1926), comme le signe univoque d’inégalités sociales. Depuis cette date, jusqu’à aujourd’hui, de nombreux modèles d’interprétation ont été proposés1. Si tous ces modèles diffèrent entre eux, selon que les auteurs ce référent ou non aux sociétés médiévales ou antiques pour y puiser des schèmes explicatifs, ils ont en commun de considérer les assemblages funéraires comme l’expression de la richesse et du statut social des défunts.

2Tout au long des deux âges du Fer, les aristocrates ont en effet eu recours à un nombre limité d’objets pour signaler ostensiblement leur prééminence sociale. Ces objets, que l’on trouve pour l’essentiel dans les tombes au cours de cette période, sont d’origine locale ou d’origine exotique. Dans tous les cas, ils se distinguent aisément des objets du quotidien par leurs qualités intrinsèques ou extrinsèques. Parmi les qualités intrinsèques qui les signalent à notre attention, il faut citer le matériau dans lequel ils ont été fabriqués (or, bronze ou fer, ambre, corail, verre) et les techniques spécifiques de mise en œuvre dont ils ont bénéficié (dinanderie, orfèvrerie de luxe, charronnerie…). Les qualités extrinsèques de certains de ces objets sont à rechercher dans leur origine lointaine (mobilier d’importation méditerranéenne) ou encore dans les pratiques spécifiques de dimension généralement collective dans lesquelles ils sont censés avoir joué un rôle de tout premier plan. Ce sont notamment les banquets et autres pratiques de commensalité, où intervient la vaisselle de bronze ou d’or, la guerre ou la chasse symbolisées par les armes (épée, lance, char, chevaux), voire les pratiques sacrificielles (couteaux, phiale…).

3Entre le VIIIe s. et le Ier s. avant J.-C., les assemblages funéraires ne présentent pas une parfaite identité. Bien au contraire, chaque étape chronologique possède sa propre spécificité qui se traduit par l’existence d’une sorte de modèle funéraire dominant. C’est la reconnaissance de ces changements, selon une conception néo-évolutionniste, qui a donné lieu aux diverses interprétations proposées jusqu’alors, et dont il ressort globalement que la Celtique a connu, durant la première moitié du premier millénaire, un phénomène de grande ampleur d’accroissement de la hiérarchie sociale. Cette idée d’un accroissement de la hiérarchie sociale a été déduite de l’enrichissement que l’on a pu constater d’une période à l’autre dans les manifestations funéraires aristocratiques. La richesse déposée dans les tombes des élites tend ainsi, selon cette conception, à augmenter au fur et à mesure que l’on se rapproche de la fin du VIe s. av. J.-C. qui a vu l’émergence du « phénomène princier » d’Europe occidentale.

4L’approche présentée ici procède d’une démarche nouvelle et différente qui tient compte de l’objet dans son rapport à autrui, comme vecteur des relations sociales, mais aussi dans son rapport à l’individu, comme vecteur du changement identitaire. Je tenterai de montrer comment il est possible de proposer une autre lecture des assemblages funéraires des deux âges du Fer.

5Après une critique rapide des modèles théoriques ayant cours actuellement, je présenterai, dans une seconde partie, le cadre culturel dans lequel prennent forme et évoluent les différentes manifestations funéraires aristocratiques, principalement du premier âge du Fer. Ce sera l’occasion d’insister sur un certain nombre de notions et de définir quelques concepts nécessaires à la bonne compréhension des phénomènes observés.

6J’aborderai ensuite la lecture des assemblages funéraires selon une double perspective anthropologique. Je poserai le problème de l’appropriation d’objets nouveaux ou la réactualisation d’objets anciens, comme marqueurs à la fois de l’identité collective et de l’identité individuelle.

Critique des modèles actuels

7Parmi les nombreux modèles existants, deux se distinguent plus particulièrement par leurs apparentes capacités heuristiques. Dans les deux cas, l’enrichissement progressif et constant des dépôts funéraires, lié à une diminution du nombre des armes dans les tombes jusqu’à leur quasi-disparition, et à une augmentation concomitante du nombre ou du volume de la vaisselle métallique à boire, dans des tombes dont le nombre tend inversement à diminuer, incite les chercheurs à y voir la manifestation d’une concentration du pouvoir entre les mains d’un nombre toujours plus restreint de chefs de plus en plus riches ou la manifestation d’une complexification sociale qui se serait traduite par l’émergence d’un niveau hiérarchique supplémentaire.

8Tenants du premier modèle, C. Pare (1991 ; 1993) et L. Olivier (2002) interprètent les différents modes d’assemblages funéraires comme autant de manifestations de formes différentes de pouvoir. Pour L. Olivier (2002, p. 38), en effet, cette évolution culturelle « se coule dans une transformation des formes de pouvoir, dont on suit la traduction sociale dans les sépultures et les modes de représentation funéraire ». Celle-ci est marquée par un véritable processus de concentration du pouvoir qui correspond, au cours de la phase ancienne du premier âge du Fer, à l’essor d’une strate dominante de guerriers à épée, aux mains desquels s’accumulent des signes de puissance sociale de plus en plus élevée : la construction des tertres funéraires, de plus en plus monumentaux, requiert des volumes de travail collectif de plus en plus importants, tandis que les objets déposés dans les tombes qui en marquent la position sociale — comme les services à boire, ou les parures — deviennent de plus en plus coûteux et prestigieux. Ce mouvement présente, au cours du temps, un caractère franchement exponentiel : amorcé au cours de la phase précoce de la fin de l’âge du Bronze, au IXe siècle av. J.-C., il se développe lentement mais continuellement durant la phase ancienne, tout au long des VIIIe - VIIe siècles av. J.-C., avant de s’accélérer brutalement à partir du milieu du VIe s. av. J.-C., pour culminer à la fin de la période hallstattienne, à la transition des VIe-Ve siècles av. J.-C. Entre-temps, les manifestations sociales de ce processus auront changé de nature. Jusqu’au tournant du milieu du VIe siècle av. J.-C., les phénomènes de concentration du pouvoir s’exercent au bénéfice du développement d’une aristocratie de guerriers à cheval, qui s’apparente à une chevalerie du premier âge du Fer. La période d’apogée, vers la fin du VIe siècle, correspond en revanche à l’essor d’aristocraties de très haut rang, qu’on pourrait qualifier, dans certains, cas, de statut royal. On reconnaît là un phénomène de nature hiérarchique : à mesure que les manifestations de pouvoir s’expriment dans des dépenses collectives de plus en plus élevées, la classe d’individus qui en bénéficient devient de plus en plus limitée, pour ne plus concerner, en bout de course, que de très rares privilégiés. Un tel système, qui finit par s’enfermer dans la sur-hiérarchisation, est par nature instable et surtout de plus en plus fragile : il est révélateur de constater que l’effondrement apparemment brutal du système de concentration du pouvoir hallstattien coïncide avec son apogée des sépultures “princières” à char de l’extrême fin du VIe siècle av. J.-C. ».

9Pour L. Olivier (2002, p. 38), il ne fait aucun doute que « les mutations sociales, […] reflètent les transformations de l’idéologie funéraire… ». Or, s’il convient effectivement d’interpréter ces changements comme autant de transformations de l’idéologie funéraire, on ne peut que rejeter l’idée sous-jacente qui voudrait qu’à un nombre déterminé de modes d’assemblages funéraires correspond un nombre équivalent « de formes de pouvoir ». Je propose plutôt d’y voir, comme j’ai tenté de le montrer ailleurs (Baray 2007), des modes de représentation différents du pouvoir (cf. infra).

10Pour S. Frankenstein et M. Rowlands (1978) ou P. Brun (1987 ; 1993 ; 1997 ; 1999), tenants du second modèle, l’accroissement de la richesse de certains chefs de la Celtique, à la suite de l’ouverture de l’Europe nord-alpine aux échanges méditerranéens, a débouché sur la création d’un niveau hiérarchique supplémentaire caractérisé par les tombes dites princières. Entre le IXe-VIIIe s. avant J.-C. et le VIe s. avant J.-C., on serait ainsi passé d’une société à « deux niveaux d’intégration » (de type chefferie simple) à une société à « trois niveaux d’intégration » (de type chefferie complexe), d’où l’idée d’interpréter ce changement comme le résultat d’une complexification sociale (Brun 1999, p. 34 - 36). Aux élites traditionnelles et à la masse des gens du commun se serait ajouté un troisième groupe d’individus enrichis, les fameux princes du premier âge du Fer. L’émergence de ce troisième niveau hiérarchique témoignerait d’une complexification accrue des rapports sociaux, fondés désormais sur un contrôle et une redistribution calculée des biens de prestige exotiques. Dans le modèle proposé, le pouvoir est en effet associé au fait que certains chefs gagnent en puissance et en pouvoir, en raison de leur position de monopole vis-à-vis des biens de prestiges qui arrivent en Celtique via les échanges à longue distance. Ils ont ainsi pu s’enrichir au point de créer un niveau supplémentaire dans la hiérarchie sociale. Leur capacité à monopoliser les échanges à longue distance, doublé d’un monopole de la production des biens de prestiges locaux, se traduirait concrètement par la possibilité qu’ils auraient, au détriment de tous ceux qui n’occupent pas une position stratégique comparable, de disposer d’un volume plus important de biens à distribuer. Les auteurs établissent ainsi de façon parfaitement explicite une équivalence entre le contrôle des biens de prestige et l’émergence d’une stratification sociale de plus en plus complexe : « Il ne s’agit ici [dans le modèle présenté] ni de la diffusion de modèles sociaux et politiques, ni même de la diffusion d’objets de luxe méditerranéens qui n’ont pas en tant que tels d’effet spécifique sur ceux qui les reçoivent. C’est la demande, autrement dit l’ouverture d’un nouveau et vaste bassin de consommation, qui provoque la modification endogène des systèmes sociaux, dans le sens de la complexification. Des chefferies complexes apparaissent à cette occasion » (Brun 1999, p. 40).

11Le passage au second âge du Fer, à partir du second quart du Ve s. avant J.-C., voit, selon le modèle proposé, un retour à une organisation sociale à deux niveaux de type chefferie simple, le niveau supérieur représenté par les princes et les princesses disparaissant à la suite de l’effondrement du système princier. Effondrement qui serait consécutif à un transfert vers les zones périphériques de la zone des résidences princières, des relais indispensables à la pérennisation des réseaux nord-sud d’échange à longue distance, entre les chefs de la Celtique et les négociants méditerranéens. L’occupation de la plaine du Pô par les Étrusques dans la deuxième moitié du Ve s. avant J.-C., aurait en effet provoqué un élargissement du premier cercle d’intégration de l’économie-monde méditerranéenne. Pour P. Brun, la désintégration des principautés du Hallstatt D3 serait donc consécutive à un « éclatement fonctionnel » (Brun 1993, p. 279) qui se serait traduit spatialement par le transfert du rôle d’intermédiaire vers le Berry, la Champagne et le Rhin moyen. Transfert qui « pourrait représenter une variation concomitante du deuxième cercle de l’économie-monde, le deuxième cercle s’éloignant du centre à la mesure de l’élargissement du premier » (Brun 1993).

12Au-delà de la lecture différentielle que les tenants respectifs de ces deux modèles font des changements intervenus dans la composition des dépôts funéraires entre le IXe-VIIIe s. avant J.-C. et le premier quart du Ve s. avant J.-C., ils s’accordent cependant à reconnaître l’existence d’une continuité linéaire, allant du simple au complexe, dans les manifestations funéraires aristocratiques. Cette évolution serait caractérisée par une progression exponentielle, pour reprendre les propres termes de L. Olivier (2002, p. 38). Dans les faits, elle se traduirait par un enrichissement continu des élites. Pour tous, les vecteurs du changement sont les échanges à longue distance qui favorisent l’introduction en Europe occidentale de biens de prestige, dont la détention a été à l’origine de phénomènes d’accaparement et de redistribution propres à bouleverser les équilibres en place et à initier de nouveaux rapports sociaux fondés sur une hiérarchisation accrue de la société. Les contacts externes ont été, pour tous ces auteurs, la cause de « l’intensification et de l’adaptation du système social préexistant » (Brun 1997, p. 324). L’« économie des biens de prestige » fonde l’arrière-plan théorique des modèles proposés. Le « phénomène princier » apparaît dès lors comme le point culminant d’une évolution multiséculaire.

Problématique, définitions et concepts

De l’importance de l’arrière-plan culturel, pour la compréhension des modes de représentation funéraire

13L’appréhension des phénomènes archéologiques observés passe nécessairement par une prise en compte du cadre culturel centre-européen ou complexe techno-économique nord-alpin, de ses caractéristiques, de son extension géographique et de son évolution chronologique.

14Définie par P. Brun (1988), cette vaste entité qui se met en place dès le Bronze ancien, regroupe l’ensemble des régions de l’Europe moyenne, comprises entre la Bohême à l’est et le Berry à l’ouest. De la seconde moitié du IXe s. à la fin du VIIe s. avant J.-C., le complexe techno-économique nord-alpin correspond à une vaste zone d’échanges préférentiels. L’aire de répartition de certains objets lui confère une identité culturelle indéniable nettement différente de celle des complexes techno-économiques voisins, notamment du complexe atlantique.

15À partir de la fin du VIIe s. avant J.-C., cette entité est nommée « Hallstattkreis » par les chercheurs allemands puis « Celtique », au cours de la période de La Tène, suivant la définition donnée par les auteurs classiques qui, dès le Ve s. avant J.-C., s’accordent pour qualifier de celtique cette vaste zone de l’Europe moyenne. À l’intérieur du complexe techno-économique nord-alpin, du Hallstatt B2/3-Hallstatt C, P. Brun a individualisé deux groupes de cultures : un groupe des cultures orientales et un groupe des cultures occidentales (Brun 1988, p. 134). C’est ce dernier qui retiendra notre attention. Ce groupe est localisé, comme son nom l’indique, dans la partie occidentale du complexe nord-alpin. Il se singularise par la réapparition de l’inhumation et sa coexistence avec la crémation ainsi que la réapparition du phénomène tumulaire.

16Au-delà de la fin du VIIe s. avant J.-C., la partition spatiale entre les différents groupes de cultures se perpétue sans grands changements. Seul le nom générique du groupe occidental change. Désormais il correspond au « Westhallstattkreis » des chercheurs allemands qui se confond au VIe s. avant J.-C. avec l’aire de répartition des résidences princières. La limite orientale de cette entité passe par une ligne Augsburg/Nuremberg (fig. 1a).

1a et 1b - Évolution spatiale des manifestations funéraires ostentatoires dans le cadre du complexe techno-économique nord-alpin du VIIIe au Ier s. avant J.-C.

1a et 1b - Évolution spatiale des manifestations funéraires ostentatoires dans le cadre du complexe techno-économique nord-alpin du VIIIe au Ier s. avant J.-C.

a : du VIIIe au premier quart du Ve s. avant J.-C. ; b : du second quart du Ve s. au premier quart du IIIe s. avant J.-C.

17Les frontières du groupe des cultures occidentales, bien que légèrement fluctuantes au cours des siècles, n’en demeurent pas moins globalement inchangées jusqu’à l’aube du IVe s. avant J.-C. qui voit l’expansion celtique vers les Balkans et vers l’Italie du Nord bouleverser définitivement la carte politique et culturelle de l’Europe.

1c - Évolution spatiale des manifestations funéraires ostentatoires dans le cadre du complexe techno-économique nord-alpin du VIIIe au Ier s. avant J.-C.

1c - Évolution spatiale des manifestations funéraires ostentatoires dans le cadre du complexe techno-économique nord-alpin du VIIIe au Ier s. avant J.-C.

c : du second quart du IIIe au Ier s. avant J.-C.

18Au sein de l’entité occidentale, le Rhin forme une frontière culturelle dont il est possible de suivre l’évolution durant tout le premier âge du Fer. De part et d’autre de cet axe de circulation, on observe des différences marquées dans les pratiques funéraires usitées par les entités culturelles qui se font face. Plusieurs cartes de répartition permettent de visualiser ces différences qui se signalent notamment par un recours plus systématique à l’inhumation à l’ouest du Rhin et à la crémation des corps à l’est du Rhin (fig. 2). Il en va de même de la répartition d’un certain nombre d’objets découverts en contexte funéraire. Les différences touchent notamment les modes de représentation du pouvoir. Ce qui se traduit par l’apparition dans les régions orientales de la pratique de l’ensevelissement d’un char à quatre roues dans les tombes aristocratiques, au cours des VIIIe et VIIe s. avant J.-C. (fig. 3), tandis que les dépôts funéraires occidentaux se caractérisent par une grande sobriété. On y trouve une grande épée de bronze ou de fer, emblème apparent du statut social du défunt, parfois associée à un rasoir, plus rarement à des éléments de harnachement équestre ou à de la vaisselle métallique (fig. 4a et b).

2 - Carte de répartition des tombes à inhumation et à crémation du Hallstatt C (d’après Gerdsen 1989)

2 - Carte de répartition des tombes à inhumation et à crémation du Hallstatt C (d’après Gerdsen 1989)

3 - Carte de répartition des tombes à char du Hallstatt C (d’après Pare 1992)

3 - Carte de répartition des tombes à char du Hallstatt C (d’après Pare 1992)

4 - Carte de répartition des tombes à épée du Hallstatt C.

4 - Carte de répartition des tombes à épée du Hallstatt C.

a : tombes ayant livré de la vaisselle métallique en bronze, un couteau en fer et des offrandes alimentaires (os de porc) ; b : tombes ayant livré une épingle, un nécessaire de toilette ou un rasoir en bronze (d’après Gerdsen 1989)

19Ces deux conceptions différentes de la représentation funéraire aristocratique vont perdurer pour l’essentiel jusqu’au milieu du VIe s. avant J.-C. Ce n’est qu’à cette date et pour un temps limité au développement du phénomène princier, que le Rhin cesse momentanément de jouer son rôle de frontière naturelle. Durant ce court laps de temps, les manifestations funéraires aristocratiques du « Westhallstattkrei » présentent une étonnante homogénéité (fig. 5), même si dans le détail, des différences persistent toujours.

5 - Carte de répartition des tombes à char du Hallstatt D (d’après Pare 1992)

5 - Carte de répartition des tombes à char du Hallstatt D (d’après Pare 1992)

20À partir de La Tène ancienne, c’est-à-dire à partir du second quart du Ve s. avant J.-C., et jusqu’à la fin du second âge du Fer, le Rhin ne joue plus le rôle de frontière culturelle. L’émergence de nouveaux groupes culturels régionaux, comme le groupe de l’Hunsruck Eifel situé à l’ouest de la vallée du Rhin, tend à brouiller notre perception fondée sur les anciens clivages culturels est-ouest.

  • 2 On assiste à un déplacement des manifestations de pouvoir dans le funéraire du sud vers le nord. À (...)
  • 3 La fin du second âge du Fer est également le témoin d’un nouveau bond vers les régions encore plus (...)

21La reconnaissance de ces conceptions différentes dans les modes de représentation funéraire, qu’il serait par ailleurs loisible mais fastidieux de développer plus avant dans le cadre de cette étude, m’amène à faire plusieurs remarques liminaires :
1 - la forte homogénéité socioculturelle constatée dans les modes de représentation funéraire, à chaque étape chronologique, suggère que la part de l’individuel, comme des contingences familiales sont relativement minimes, voire inexistantes dans les choix qui ont été faits lors de la composition des assemblages funéraires des sépultures des élites. Ces choix résultent visiblement d’une gestion et d’une sélection raisonnée d’objets prélevés dans une sorte de fonds symbolique commun propre aux élites. Ils ne relèvent donc pas du hasard.
2 - il paraît dès lors fort improbable que les assemblages funéraires aristocratiques correspondent au sein de chaque étape chronologique et ce, contrairement à une idée largement admise, à la richesse du défunt. On constate, en effet, que d’un groupe de sépulture à l’autre, il existe toujours un véritable saut quantitatif et/ou qualitatif ; une solution de continuité qui ne peut renvoyer à la seule gradation des richesses, c’est-à-dire à ce que chacun possédait de son vivant, mais à l’image que les survivants désiraient donner de lui. À ce stade de l’analyse, il convient de dire simplement que l’on a plutôt affaire à un codage funéraire de l’appartenance à telle ou telle catégorie sociale (nantis ou gens du commun).
3 - la forte homogénéité qui caractérise les pratiques funéraires des différentes entités culturelles observables dans le temps et/ou dans l’espace indique que l’on est en présence d’un nombre équivalent d’idéologies funéraires, chaque idéologie prônant un mode de représentation spécifique.
4 - au-delà des translations géographiques qui marqueront notamment la fin du premier âge du Fer2 ou la fin du second âge du Fer3, dans l’affichage ostentatoire des manifestations de pouvoir dans la mort, l’organisation de l’espace culturel ouest européen en différentes entités socioculturelles se reproduira selon des modalités à chaque fois spécifiques, jusqu’à la fin de la période (fig. 1a, 1b et 1c). Le décodage des modes de représentation funéraires passe donc par la prise en compte du contexte culturel ambiant, à savoir l’espace culturel dans lequel s’insèrent les sépultures qui se distinguent par de riches dépôts funéraires, mais également du contexte culturel environnant, à savoir l’espace culturel des régions périphériques qui ne livrent aucune sépulture renfermant de riches dépôts funéraires. Autrement dit, on court le risque, à ne s’intéresser qu’aux sépultures des régions qui livrent des dépôts funéraires de qualité, de négliger une information capitale qui consiste à reconnaître la possibilité pour certaines communautés de manifester autrement qu’à travers le faste des dépôts funéraires la prééminence sociale des élites.

22Ces premiers résultats m’amènent logiquement à aborder le problème de la nature des dépôts funéraires aristocratiques.

Politique de dépôt funéraire/politique de distribution funéraire

23Dans une étude récente, A. Testart (2001) a proposé de définir deux politiques funéraires, à savoir une politique de dépôt funéraire et une politique de distribution. Dans la politique de dépôt, une part importante de la fortune du défunt le suit dans la tombe. Dans la politique de distribution, la fortune du mort est distribuée aux membres de sa famille et à la communauté. Hormis ses effets personnels, le défunt n’emporte aucun signe de richesse dans la tombe. Un type intermédiaire (politique de dépôt bis) a également été défini pour rendre compte des cas où une part, d’ailleurs impossible à quantifier, de la fortune du mort le suit dans la tombe, tandis que les survivants se livrent à une distribution en règle de la richesse restante.

24Particulièrement stimulant, car il nous incite à ne pas focaliser toute notre attention sur les dépôts funéraires de qualité comme unique mode de manifestation de la prééminence sociale des défunts, ce premier essai de typologie méritait néanmoins d’être enrichi en lui adjoignant un niveau supplémentaire dans la partie consacrée à la politique de dépôt funéraire. Il méritait également d’être modifié en changeant la dénomination des types retenus. La terminologie employée par A. Testart ne rend, en effet, qu’imparfaitement compte de l’existence de différences quantitatives et/ou qualitatives importantes entre ces deux politiques de dépôt. Aussi, m’est-il apparu préférable d’en modifier la terminologie tout en l’associant à une numérotation croissante, afin de différencier au mieux chaque politique de dépôt.

25Une typologie à quatre niveaux peut dès lors être proposée (fig. 6).

6 - Typologies comparées des deux politiques funéraires de A. Testart et de L. Baray.

6 - Typologies comparées des deux politiques funéraires de A. Testart et de L. Baray.

Une nouvelle terminologie est proposée qui rend mieux compte, dans le contexte des sociétés des âges du Fer d’Europe occidentale, de l’existence de différences quantitatives et/ou qualitatives importantes au sein de la politique de dépôt funéraire

Politique de dépôt de niveau 3

26La politique de dépôt de niveau 3, qui n’est pas attestée en Europe protohistorique, devrait, toute proportion gardée, s’apparenter à ce que l’on connaît des pratiques de dépôt des grandes civilisations de l’Antiquité classique, comme l’Égypte ou la Chine ancienne, par exemple. Elle devrait se définir par une accumulation de richesse, déterminée par la redondance des mêmes catégories fonctionnelles. La richesse étant définie ici par l’accumulation de biens de qualité.

Politique de dépôt de niveau 2

27La politique de dépôt de niveau 2 se définit par le choix d’un nombre limité d’objets qui se caractérisent par leurs qualités intrinsèques et/ou leur caractère exotique. Le dépôt de la sépulture de la Dame de Vix en est l’archétype pour le Hallstatt D3. On y trouve un petit nombre d’objets de qualité, tant locaux qu’étrangers. Le dépôt se compose des différentes catégories d’objets relevant de la sphère aristocratique, à savoir les effets personnels de la défunte (torque et fibules en or), des marqueurs de prestige locaux (char) et exotiques (vaisselle de bronze et vaisselle céramique importées), ainsi que des objets d’ameublement (tentures suspendues aux murs de la chambre funéraire). La prise en compte d’autres sépultures aristocratiques des deux âges du Fer permet avantageusement de compléter l’inventaire des assemblages funéraires relevant de la politique de dépôt de niveau 2. Selon les étapes chronologiques, les assemblages funéraires peuvent également comporter des parures (bracelet, boucles d’oreilles) ou des accessoires vestimentaires en or (ceinture), ainsi que différents ustensiles du banquet (corne à boire, vaisselle métallique, seaux en bois à garnitures en bronze ou en fer, chenets, crémaillère, gril, croc à viande, amphores méditerranéennes) et des meubles (banquette de la sépulture de Hochdorf, par exemple).

28Des armes offensives (épée, poignard, fer de lance, pointes de flèche) ou défensives (bouclier, plus rarement casque), des nécessaires de toilette (rasoir, paire de forces, pince à épiler, curette) ou des outils (hache, poinçon…) accompagnent généralement les sépultures masculines. C’est au sein de cette catégorie de dépôts que l’on trouve également des pratiques funéraires spécifiques, comme les masques mortuaires en or (non attestés en Europe occidentale), les plaquages en or, ou les emballages de tissus.

Politique de dépôt de niveau 1

29Outre les effets personnels du défunt (bracelet en or et autres parures annulaires en bronze, accessoires vestimentaires, nécessaires de toilette, armes, outils…), le dépôt funéraire de niveau 1 livre des signes univoques de l’appartenance du défunt au groupe dominant. On y trouvera, selon les époques, un char ou une partie de char (selon le rite de la pars pro toto), des éléments de harnachement, une accumulation de biens courants, comme de la vaisselle céramique, ou encore des offrandes alimentaires de qualité et/ou en quantité. Des amphores, toujours en petit nombre, complètent certains assemblages funéraires de La Tène D.

30En comparaison avec les dépôts du niveau 2, c’est une plus grande sobriété qui les caractérise. La vaisselle métallique (qu’elle soit locale ou exotique), la vaisselle en céramique importée et les torques en or n’y sont pas attestés, c’est-à-dire tous les objets qui font la spécificité des dépôts de niveau 2.

Politique de distribution

31La politique de distribution se définit par l’absence de dépôt remarquable dans les tombes des élites. En revanche, l’architecture de la tombe (chambre funéraire, par exemple) et/ou le recours à un système de signalisation monumentale (tumulus et/ou enclos circulaire ou quadrangulaire) sont les signes univoques que l’on est bien en présence de la sépulture d’un membre des élites politiques.

32Il est bien évident que la prise en compte de ces quatre politiques funéraires est de nature à bouleverser notre appréhension et notre compréhension des phénomènes sociaux de la Protohistoire récente. Je reconnais cinq raisons essentielles à cela :
- premièrement, la reconnaissance de l’absence de dépôts de niveau 3 dans les sociétés protohistoriques va à l’encontre d’une longue tradition de recherche qui voulait voir dans un certain nombre de dépôts particulièrement fournis, comme celui de la sépulture de Vix, la présence de richesses fabuleuses. Selon toute apparence, les aristocrates européens n’ont pas pu ou n’ont pas voulu atteindre ce niveau d’ostentation, qui reste le propre des grands états despotiques de l’Antiquité ;
- deuxièmement, il paraît évident que la politique de distribution a été une des réalités des sociétés de cette période, comme l’indique, d’un point de vue à la fois synchronique et diachronique, le nombre important de régions qui n’ont, à ce jour, livré aucune manifestation funéraire ostentatoire de pouvoir ;
- troisièmement, la reconnaissance de l’existence d’autres manières de manifester ostensiblement la prééminence sociale d’un défunt et de sa famille, autrement que par le simple enfouissement d’objets de qualité, doit nous amener à réexaminer attentivement nombre de découvertes anciennes, afin de repérer toutes celles qui n’ont pas livré de dépôt funéraire aristocratique dûment identifiable, mais dont les caractéristiques architecturales de la tombe ou le système de signalisation monumentale, nous informent que l’on est bien en présence d’une sépulture aristocratique. Il ne fait pas de doute, qu’au terme d’un tel travail de recension systématique, c’est tout simplement la cartographie socioculturelle de la Celtique qui s’en trouvera bouleversée.

33Il convient désormais de rechercher et de cartographier ce type de manifestation. Il n’est plus possible de raisonner uniquement sur la présence ou l’absence de sépultures riches. On doit prendre conscience qu’il a existé d’autres modes de représentation et que le dépôt funéraire n’a pas été, loin s’en faut, le seul recours possible offert aux élites pour manifester ostensiblement leur prééminence sociale dans la mort ;
- quatrièmement, l’absence de politique de dépôt de niveau 3 me conforte dans l’idée que la composition des assemblages funéraires n’est, au mieux, que le reflet de la richesse du défunt, mais en aucun cas de sa richesse. Ce que confirme largement l’image convenue des dépôts de niveau 2 ou 1 ;
- cinquièmement, les deux premiers niveaux de dépôt, et la politique de distribution, se sont succédé à des rythmes différents tout au long des deux âges du Fer. À chaque étape chronologique, on observe une partition culturelle forte entre les groupes ayant eu recours à la politique de dépôt de niveau 2 ou 1, et ceux, toujours plus nombreux, qui ont eu recours à la politique de distribution. Toutefois, l’adoption de l’un de ces trois modes de gestion de la fortune du mort ne renvoie pas uniquement à des conceptions purement économiques. L’adoption d’un de ces trois modes de représentation funéraire implique aussi et surtout un rapport différent au pouvoir (Testart 2001 ; Baray 2007). De fait, la véritable question qui se pose à tout protohistorien ne consiste pas uniquement à s’interroger sur la manière dont les choses ont évolué pour aboutir, par exemple, à l’émergence du phénomène princier du VIe s. avant J.-C. La question qui se pose est également celle du pourquoi et non pas uniquement celle du comment. Pourquoi ces changements réguliers dans les modes de représentation funéraire ? Quelle est leur signification en termes de pouvoir ? Quels rapports entretiennent-ils avec les échanges à longue distance mis en place avec les civilisations méditerranéennes ?

34Mais avant de poursuivre, examinons rapidement les conséquences que la reconnaissance de ces distinctions socioculturelles entraîne vis-à-vis des modèles néo-évolutionnistes qui prévalent aujourd’hui dans l’étude et l’interprétation des assemblages funéraires aristocratiques des âges du Fer.

35Je limiterai volontairement mon approche à l’examen critique de la corrélation qu’établissent certains chercheurs entre la politique de dépôt funéraire de niveau 2 et l’existence de moments particuliers de l’évolution des sociétés d’Europe occidentale caractérisés par une exacerbation accrue des tensions sociales. Je porterai également un regard critique sur la manière dont les changements que l’on perçoit d’une étape chronologique à l’autre dans la composition des assemblages funéraires sont interprétés, en termes de changement de « forme du pouvoir », par les tenants des modèles néo-évolutionnistes.

Politique de dépôt et stress social

36Depuis les travaux fondateurs de L. Binford (1971), l’ostentation funéraire a fréquemment été interprétée comme l’expression du pouvoir dans des sociétés caractérisées par une structure sociale ouverte, c’est-à-dire dans les sociétés où l’acquisition du pouvoir suprême ne relève pas d’un cadre institutionnel. Le dépôt funéraire illustrerait dans ces conditions les luttes exacerbées que se seraient livrés les candidats potentiels à la prééminence sociale et politique. En quête de légitimité, ces individus auraient cherché à travers l’étalement de leur richesse dans la mort à emporter la décision auprès de leurs communautés respectives.

37Inversement, la disparition du mobilier funéraire est interprétée comme le signe d’une consolidation du pouvoir. Une fois leur objectif atteint, les membres de l’élite ne sont plus dans l’obligation d’afficher ostensiblement leur puissance dans la mort pour asseoir leur légitimité.

38Le mobilier funéraire, peu importe sa composition, l’essentiel étant qu’il soit abondant et de qualité, apparaît dès lors comme le garant d’une légitimité à conquérir ou à confirmer.

39La situation qui prévaut au cours de La Tène finale, caractérisée par des dépôts funéraires sobres, semble aller dans ce sens. Pour nombre de chercheurs, le passage à l’État aurait ainsi rendu inutile le dépôt de grandes richesses dans les tombes.

40Bien entendu, une telle hypothèse, aussi attrayante qu’elle soit, ne va pas sans poser de problème puisqu’elle implique de considérer que seules les communautés ayant eu recours à la politique de dépôt de niveau 2 auraient connu des luttes exacerbées pour la prééminence sociale. Or, tout laisse à penser que l’ensemble des sociétés protohistoriques se sont développées dans un climat de compétition sociale latente et de guerre endémique. Pour autant, elles n’ont pas toutes adopté ce mode de représentation funéraire, bien au contraire. Aussi, il me paraît bien difficile d’établir une corrélation forte et univoque entre dépôts funéraires et lutte exacerbée pour le pouvoir.

41Les données ethnographiques indiquent en effet que la politique de distribution est également commune aux sociétés en proie à de fortes tensions sociales. Voyons plutôt la situation qui prévalait dans les sociétés de la côte nord-ouest américaine, au cours de la seconde moitié du XIXe s., où dominait l’institution du potlatch et tout ce que cela impliquait de rapports antagonistes entre les chefs présomptifs, alors même que les vivants avaient recours à la politique de distribution pour signaler ostensiblement la prééminence sociale des défunts (Testart 2001).

42Il est donc nécessaire d’envisager autrement les termes du problème si l’on veut tenter d’avancer un peu dans notre compréhension des mécanismes de changement et d’évolution des sociétés protohistoriques d’Europe occidentale.

Critique du modèle néo-évolutionniste4

  • 4 Le terme est pris ici dans l’acception que lui donnent des chercheurs comme M. Fried (Fried 1960), (...)

43Alors que les modèles néo-évolutionnistes interprétaient les changements observés comme le résultat d’un enrichissement continu des élites via les échanges à longue distance, la prise en compte de l’existence de cette diversité de politique funéraire correspondant visiblement à autant d’idéologies funéraires différentes, est de nature à remettre en cause l’idée même d’évolution linéaire.

44D’une étape chronologique à l’autre, l’homogénéité des changements reconnus témoigne plutôt de modifications radicales dans la perception que les individus et leur famille avaient de leur rapport au pouvoir. À l’instar de la composition des dépôts funéraires qui ne présentent pas une gradation continue de « richesse », les modes de représentation funéraires se succèdent en effet selon des modalités différentes n’ayant pas ou si peu à voir avec ceux qui les ont précédés. Un nouveau mode de représentation se donne ainsi à voir à chaque étape chronologique. Il s’agit à chaque fois d’une recombinaison singulière, à partir d’un nombre limité d’objets socialement revalorisés (cf. supra). C’est d’ailleurs la reconnaissance de leur singularité respective qui fonde depuis toujours nos coupures typo-chronologiques.

45Je propose donc de substituer au système néo-évolutionniste linéaire et à progression exponentielle (Olivier 2002), une succession de modèles funéraires aristocratiques différents les uns des autres. Chaque modèle funéraire présente un caractère de rupture par rapport à celui qui le précède. « À chaque étape chronologique correspond un modèle funéraire aristocratique différent, à travers lequel les protagonistes manifestent ostensiblement leur prééminence sociale. L’adoption d’un nouveau modèle funéraire résulterait d’un choix conscient des élites qui chercheraient ainsi à marquer leur différence vis-à-vis de la masse de la population, tout en soulignant leur cohésion sociale en tant que groupe dominant. D’une étape chronologique à l’autre, les élites maintiendraient ainsi entre elles et le reste de la communauté, des écarts sociaux nécessaires à la reconnaissance de leur singularité. Dès lors où les contradictions au sein de la société deviennent trop importantes et tendent à en saper les bases idéologiques, cette stratégie de distanciation sociale passe par le recours à des modes de représentation spécifiques » (Baray 2007, p. 176).

46Plutôt que d’envisager un enrichissement exponentiel des élites, entre le VIIIe et le début du Ve s. avant J.-C., pour expliquer les changements survenus au cours du premier âge du Fer, je préfère y voir le résultat d’un processus continu de recherche de légitimation de leur statut social. Concrètement, ce processus se manifeste à travers l’élaboration d’une succession de discours idéologiques originaux mettant en avant la nécessité pour les familles des défunts d’un affichage des preuves matérielles de leur réussite sociale, et partant, de leur plus ou moins grande proximité avec le pouvoir. En procédant ainsi, les survivants se donnent les moyens de légitimer, à travers la représentation idéalisée du défunt, le pouvoir de fait que détenait ce dernier, et qu’ils espèrent bien conserver par-devers eux. Car si les funérailles étaient pour la famille et les amis le moyen de rendre hommage au défunt et de clore leur deuil, la mort d’un proche était aussi l’occasion pour les vivants d’une stratégie de valorisation sociale individuelle ou collective.

47La mise en place de ces différentes idéologies funéraires, matérialisées par un type d’assemblage spécifique, résulte en quelque sorte d’un effet de mode, obligeant chacun à suivre la même tendance évolutive, sous peine d’être laissé pour compte auprès de sociétés dont le prestige fonde visiblement la hiérarchie sociale. On retrouve ici à l’œuvre le principe de la sélection collective de H. Blumer (1969), pour qui le succès de certains objets est le fruit d’une construction collective plus ou moins organisée qui reflète les deux tendances de la société moderne, mais que l’on peut sans trop de risque d’anachronisme élargir à toute société humaine, à savoir le souci de conformité et celui de différenciation. Conformité à une norme implicite ou explicite obligeant tous les membres des élites à adopter les mêmes référents culturels afin de se distinguer avantageusement de la masse des gens du commun. Différenciation nécessaire cependant entre eux, dans la mesure où chacun cherche, malgré les contraintes imposées par la norme sociale, à signifier sa différence.

48Mais, il y a plus dans ce phénomène de distinction, car les élites pourraient, en toute logique, se contenter de reproduire indéfiniment les mêmes modes de représentation, sachant que les objets sélectionnés sont en nombre limité et qu’ils ne sont pas d’un accès aisé. Nécessitant de disposer d’une technologie particulière (locale ou étrangère), comme de matières premières souvent rares ou difficiles d’accès (ambre de la Baltique, corail de Méditerranée, or, argent, lignite, verre), ou encore de réseaux d’alliance ou d’échange susceptible de faciliter l’acheminement des biens exotiques hautement revalorisés jusqu’à eux, les chefs de la Celtique ont néanmoins fait le choix de modifier à plusieurs reprises leur mode de représentation dans la mort. Se pose dès lors la question du pourquoi. Pourquoi ont-ils ressenti à plusieurs reprises la nécessité de changer de mode de représentation ?

49La question est certes difficile, mais il y a cependant moyen d’y apporter un début de réponse. C’est ce à quoi je vais consacrer la deuxième partie de mon étude. Pour cela, j’aborderai successivement la relation que les individus entretiennent avec les objets en tant que médiateurs des relations sociales, et la relation de l’individu à l’objet en tant que vecteur identitaire.

50Mais avant de poursuivre, il faut dire un mot de la différence qu’il convient d’établir entre fonction et usage. Dans l’appréhension qui est faite du mobilier funéraire, le plus souvent une attention particulière est portée à la fonction première des objets. La plupart des auteurs abordent, en effet, leur étude selon une grille de lecture univoque, avec l’arrière-pensée clairement affichée de découvrir, grâce à la reconnaissance de la fonction première de chacun des objets composant le dépôt funéraire, la raison de sa présence dans la tombe. La fonction de l’objet, plutôt que tout autre facteur, serait ainsi à même de déterminer le choix effectué par les vivants et d’expliquer sa présence dans la tombe. Contre ce déterminisme fonctionnel rigide, auquel il m’est arrivé de succomber, il convient, pour l’avancement de nos connaissances, d’établir une distinction fondamentale entre fonction et usage.

Fonction/usage

  • 5 Rappelons que la boisson contenue dans le chaudron d’origine grecque de la sépulture princière de H (...)

51Il apparaît en effet clairement que l’on confond trop souvent fonction et usage. « La fonction d’un objet, nous rappelle P. Ruby (1993, p. 801), est déterminée par les caractères intrinsèques de celui-ci, ses propriétés physiques, géométriques et sémiotiques. L’usage est au contraire ce que le groupe humain qui le possède décide d’en faire et comment il l’utilise : l’usage est par définition arbitraire et imprévisible. Cela explique pourquoi un objet possédant une fonction unique peut avoir des usages différents selon les latitudes, l’époque, les choix culturels des groupes humains qui le possèdent : un objet n’est jamais isolé, mais est toujours intégré à un système technique particulier et cohérent ». Présumer que les vases grecs ou étrusques découverts au nord des Alpes ont nécessairement servi dans le cadre de banquet de type symposion revient à considérer que c’est toute une partie du système technique grec ou étrusque, ainsi que certaines de leurs pratiques spécifiques comme la consommation du vin, qui ont été intégrées par le système technique celte. Ce qui, on en conviendra aisément, reste à démontrer5.

  • 6 P.-Y. Milcent (2004a, p. 104), signale le dépôt d’une épée neuve, n’ayant visiblement jamais servi, (...)
  • 7 Pour S. Verger (1995, p. 440), pourtant défenseur d’une interprétation fonctionnelle orthodoxe du m (...)

52Même s’il paraît possible d’envisager un usage comparable du cratère ou de tout autre récipient métallique dans les assemblées celtes et grecques ou celtes et étrusques, il convient tout aussi bien d’envisager que ces objets ont pu avoir un autre usage et qu’ils ont très bien pu être déposés dans la tombe de tel ou tel individu, non pas parce que ce dernier les aurait utilisés de son vivant, mais plus simplement pour signifier à tous qu’il partageait bien les mêmes référents socioculturels en tant que détenteur du pouvoir. C’est toute la différence qui existe entre fonction et usage. Tout objet, quel qu’il soit, peut être ainsi réservé à un usage n’ayant aucun rapport, sinon symbolique avec sa ou ses fonctions d’origine. C’est ce qui explique que l’on puisse trouver des objets d’adultes dans des tombes d’immatures ou des objets masculins dans une sépulture féminine, ou encore trouver des objets visiblement neufs, n’ayant jamais servi, comme des épées, dans des tombes d’adultes masculins6. C’est ce qui permettrait également d’expliquer la présence de char à deux roues, habituellement considérés comme relevant de la sphère masculine guerrière, dans des tombes féminines au cours de La Tène A et B1. Dans tous les cas, l’association entre un objet et un défunt ne relève pas toujours d’une relation univoque de type fonctionnelle7.

53Dans les sépultures aristocratiques, l’objet agit avant tout comme signe d’identification et de qualification. Il n’est pas nécessairement dans un rapport fonctionnel avec l’individu dans la tombe duquel il a été retrouvé. Il n’est pas nécessairement là pour signaler une activité que l’individu en question aurait pratiquée de son vivant. Il est là pour signifier le caractère prééminent du défunt et sa plus ou moins grande proximité avec le pouvoir. En disant cela, j’insiste sur le fait que l’idéologie aristocratique faisait obligation aux candidats potentiels de se conformer à un certain mode de représentation. C’est ce qui explique les placages d’orfèvrerie réalisés sur une partie des effets personnels du défunt de la tombe de Hochdorf (poignard, ceinture, garnitures de chaussures, grande corne à boire en fer), sur les huit cornes à boire en corne d’aurochs (bandeaux en or ou en bronze), ainsi que la fabrication de fibules et d’un bracelet en or (Biel 1987, p. 119-124), destinés à magnifier ce dernier aux yeux de tous et à en donner une image conforme à l’idéologie des membres éminents de la société, détenteurs du pouvoir politique.

54Le dépôt funéraire ne peut donc être perçu comme le simple reflet de la richesse du défunt, de sa position sociale ou encore de ses activités. La composition du dépôt funéraire répond à un code socioculturel, à un discours idéologique dont la finalité n’est autre que de positionner l’individu par rapport au pouvoir. De la même manière que la richesse n’a d’importance que quand elle est distribuée ou qu’elle sert à faire face à des obligations sociales (Testart 2005, p. 30-31), de la même manière la pompe funéraire n’a d’importance que dans le cadre d’un discours sur le pouvoir et sur la position du défunt vis-à-vis de ce pouvoir.

55La présence d’objets exotiques ne doit donc pas être perçue comme résultant d’un simple effet d’imitation, par rapport à un hypothétique modèle grec ou étrusque. Les objets sont systématiquement re-contextualisés dès leur adoption par des individus relevant d’autres contextes socioculturels. L’introduction d’un objet étranger ne se limite pas à en perpétuer la fonction première. Il se trouve automatiquement introduit dans son nouveau système technique qui en modifie le sens et la perception.

  • 8 Poux 2004, p. 363-369 et plus particulièrement p. 367. Il règne une certaine confusion dans le text (...)

56Il est vrai que la plupart des chercheurs interprètent la présence de la vaisselle métallique comme le signe univoque d’une acculturation plus ou moins forte des populations celtiques aux pratiques méditerranéennes (Bouloumié 1988 ; Poux 2004, p. 363-369). Le symposion devient dès lors le cadre conceptuel dans lequel s’insère et à travers lequel se conçoit la présence des objets exotiques8. Mais plutôt que d’une acculturation ne faudrait-il pas, comme nous y invite L. Turgeon (2003), y voir les effets d’une appropriation. En effet, « Si les objets sont […] mis en terre, c’est pour être soustraits à l’échange et pour devenir uniques, et c’est parce qu’ils sont uniques qu’on essaye de se les approprier » (Turgeon 2003, p. 84).

57On l’a vu, ce que certains chercheurs interprètent comme un phénomène d’enrichissement continu des dépôts funéraires entre le VIIIe et le début du Ve s. avant J.-C., n’est autre que la conséquence de l’ouverture des sociétés celtiques aux échanges à longue distance avec les sociétés méditerranéennes. Or, l’introduction de nouveaux objets via les échanges à longue distance et leur insertion dans le système technique celte pose le problème de l’appropriation d’objets nouveaux, à la fois comme marqueurs de l’identité individuelle, ce que l’on a déjà évoqué très rapidement, et comme marqueurs de l’identité collective.

58Examinons tout d’abord, le rôle joué par les objets dans l’affirmation des identités collectives.

Marqueurs identitaires collectifs

59Contrairement au modèle désormais célèbre de P. Brun qui voit dans les objets méditerranéens les vecteurs d’une complexification sociale débouchant à terme sur les premières manifestations de l’État, il convient de reconsidérer la place de ces objets dans le complexe socioculturel des populations celtiques. Car, s’il paraît difficile de refuser l’idée que les objets de prestige aient pu participer au renforcement des pratiques collectives propres au groupe dominant, en leur donnant un lustre nouveau et inégalé (« diacritique feast », cf. Dietler 1996 ; Dietler 1999, p. 145), un accord n’est guère envisageable quand il s’agit de faire intervenir, dans le système de prestation qui semble régir l’accès aux rangs supérieurs, un phénomène de hiérarchisation interne fondé sur un contrôle et une redistribution inégalitaire de ces mêmes objets. Sans entrer ici, car ce n’est pas le lieu, dans une critique de l’usage qui a été fait du concept maussien de don et de contre-don, je dirais simplement que les échanges en Europe celtique ont dû présenter un autre visage que celui du don de type agonistique ou potlatch. Un réexamen attentif des données disponibles, aussi bien archéologiques que textuelles, indique d’une part que les échanges n’ont pas atteint un tel degré d’exacerbation, et d’autre part que le recours au concept de redistribution de Polanyi ne paraît guère plus fondé que celui de don agonistique de Mauss, pour expliquer le fonctionnement des sociétés du premier âge du Fer (Lewuillon 1993 ; Baray sous presse).

60Comment interpréter la présence de ces objets méditerranéens dans les sépultures princières d’Europe occidentale ?

61Comme l’ont montré les historiens de la Grèce archaïque notamment, ou les anthropologues sociaux dans les sociétés anciennes (Grecque, Viking…) ou primitives (côte nord-ouest américaine, Mélanésie…), les objets les plus prestigieux sont ceux qui ont été possédés par des individus célèbres auxquels sont restés attachés le nom et la renommée. Il ne s’agit pas ici de valeur d’usage ou de valeur marchande. Mais plus exactement de valeur mythique, pour reprendre le mot de L. Gernet (1968). Valeur mythique qui est déterminée par le fait que tel ou tel objet entretient ou a entretenu avec tel ou tel individu célèbre des liens étroits de propriété. Acquérir ou posséder un instant un objet de ce type rapporte indéniablement un surcroît de puissance et de prestige. L’objet a une histoire, une généalogie. Et c’est cette généalogie qui lui donne toute sa valeur. Son statut réel dépend intimement de la biographie de son ou de ses propriétaires précédents. Dans l’Iliade, par exemple, les objets qui sont offerts comme cadeau d’hospitalité ou à l’occasion de dons et de remises de prix ont tous une généalogie et c’est cette généalogie qui leur confère tout leur lustre (cf. Scheid-Tissinier 1999, p. 122-123).

62Dans les sociétés à don, comme le sont indéniablement les sociétés celtiques (Baray sous presse), c’est-à-dire les sociétés dans lesquelles le don occupe une place centrale (Testart 1993, p. 92), où il joue le rôle de principal facteur de hiérarchisation sociale, ce qui est recherché lors de l’acquisition d’un nouveau bien de prestige ce n’est pas tant la fonction à laquelle se rapporte l’objet en tant que tel ou ce qu’il représente en valeur marchande (qui ne doit toutefois pas être minorée), que ce qu’il représente tout à la fois comme témoignage de relations sociales engagées avec des individus de haute renommée, et comme témoignage des événements qui ont présidé à leur acquisition. Pour L. Gernet (1968), comme pour É. Scheid-Tissinier (1994-1995, p. 410-411), ces objets « véhiculent le double souvenir de leurs propriétaires successifs et des événements de toute sorte (combats, jeux, dons) à l’occasion desquels ils ont changé de main. De fait, ces objets ont une fonction de mnèma : leur présence suscite la parole, elle fait surgir la mémoire de héros du passé, d’actions d’éclat qui furent accomplies, ou d’alliances aristocratiques qui furent un temps conclues. Ce rôle de témoins du passé confère à ces objets un prestige dont bénéficient à la fois le donateur et le donataire qui vont s’inscrire par le simple fait de donner et de recevoir dans la chaîne des personnages qui furent les acteurs des épisodes qui constituent la généalogie de ces objets ».

  • 9 À propos d’un des trois lions ornant le bord du chaudron de Hochdorf, J. Biel (1988, p. 155 et 159) (...)

63Dans le cas des sociétés protohistoriques européennes, un examen, même rapide, indique clairement que la vaisselle métallique présente de manière quasi-systématique des traces d’un long usage, ainsi que des traces de fréquentes réparations (cf. entre autres, Dehn & Frey 1979 ; Bintliff 1984)9. Il s’agit donc d’objets ayant vécu ou ayant été utilisés longuement avant d’être déposés définitivement dans la tombe d’un chef quelconque. On peut penser, compte tenu de ce que l’on vient de dire de la valeur mythique des objets, que la valeur acquise par l’objet, après être passé de main en main, était à son maximum au moment de la mise en terre et que le choix d’emporter un tel objet relevait d’une décision mûrement concertée pour la famille et les proches du défunt. Son ensevelissement au terme d’un long usage va dans le sens d’une mise à l’écart volontaire, afin sans doute d’en augmenter la valeur par les effets combinés de la rareté et du statut d’objet mémoriel qui lui est désormais reconnu. En effet, le dépôt des objets gréco-étrusques dans les tombes ne correspond pas, à mon sens, à un phénomène d’acculturation, mais plutôt à un phénomène d’appropriation. L’objet méditerranéen, dès sa prise de possession, change de statut du fait de son introduction dans un nouvel ordre, dans un nouveau système socioculturel. Il acquiert automatiquement de nouvelles significations. Ce n’est donc pas seulement son usage qui change. Comme le dit L. Turgeon (2003, p. 85), à propos des objets archéologiques exhumés de terre, re-conditionnés puis ré-enfouis dans les réserves des musées, « l’artefact devient patrimoine ». Et c’est en tant que tel, qu’il devient le support privilégié de la mémoire du groupe.

64Cette transformation de l’objet en un support mémoriel passe nécessairement par son insertion dans un discours globalisant mettant en jeu des hommes et des relations sociales. Car l’objet en tant que tel n’est pas un support de mémoire. Il faut qu’il y ait « patrimonialisation ». Or, sa « patrimonialisation » passe nécessairement par une phase préalable au cours de laquelle il acquiert les qualités requises pour passer du rang de simple objet fonctionnel à celui plus rare et plus prisé d’objet de prestige, et de là, à partir d’un ultime processus de transformation, il devient objet mémoriel. La phase en question est déterminée par les relations sociales auxquelles l’objet sert de support. C’est en effet au titre de médiateur et de vecteur de relations sociales qu’il est ainsi promu au rang de bien de prestige. C’est sa participation aux échanges sociaux qui fait de l’objet banal un objet hautement revalorisé. Les mécanismes socioculturels par lesquels les objets passent pour acquérir le rang d’objet de prestige sont multiples et variés. Toujours est-il qu’ils se réfèrent tous aux relations que les hommes établissent entre eux. « L’objet matériel entretient depuis longtemps des liens privilégiés avec le patrimoine, parce qu’il permet de concrétiser des valeurs culturelles abstraites et offre aux groupes humains un support mémoriel. Grâce à sa durabilité, il matérialise et transporte la mémoire des personnes et des événements dans le temps. Les objets du patrimoine familial, transmis de génération en génération, témoignent de ces pratiques ou structures pérennes. Plus que l’archive qui nécessite la lecture, l’objet matériel est une mémoire brute et directe, l’incarnation même de ce concept si abstrait qu’est le temps. L’objet porte en lui des traces de son usage qui lui donnent une plus-value en ce qui a trait à la représentation du passé. C’est en raison de sa singulière permanence que l’objet mémoriel possède le pouvoir de ressusciter les personnes et les événements, de les commémorer et les remémorer, de les charger d’émotions, puis de les transformer en sujets. » (Turgeon 2003, p. 61).

  • 10 ou qui n’étaient pas en mesure d’en apprécier tout le lustre, puisque qu’il est fort possible que l (...)

65À l’instar des regalia, ces objets étaient exposés une dernière fois publiquement afin de garantir la légitimité des pouvoirs que détenait le défunt. « Ils remplissaient alors leur fonction d’autant mieux que leur massivité était plus évidente, leur origine plus obscure, la légende dont ils étaient l’objet plus mystérieuse. » (Cuisenier 2006, p. 35). L’assemblage funéraire agit de fait comme un véritable message politique adressé, moins aux humbles qui n’assistaient pas nécessairement aux funérailles10, qu’aux nantis, dont les proches du défunt attendaient des signes d’approbation, comme garantie de la reconnaissance sociale du défunt et de sa famille. Mais contrairement aux regalia qui se transmettent de personne à personne afin de garantir la continuité du pouvoir institutionnel, les signes de pouvoir des chefs de la Celtique ne passaient pas indéfiniment de main en main. En l’absence de transmission institutionnelle du pouvoir, ils finissaient par être enfouis à un moment donné dans la tombe de leur dernier possesseur. Détenteurs d’un pouvoir de fait, au moins jusqu’au début du IIIe s. avant J.-C. (Baray 2007, p. 177-178), les chefs de la Celtique pouvaient, selon les règles socioculturelles en vigueur, emporter dans la mort leurs armes, leur char et tous les autres signes matériels qui s’y rapportent, notamment les objets exotiques. Ils suivaient le défunt dans la mort en raison de la charge symbolique qui leur était attachée en tant que preuve matérielle des pouvoirs détenus par ce dernier. Leur présence permettait ainsi de qualifier le défunt (en agissant comme garants de sa puissance et de son prestige) et de légitimer son pouvoir (en lui rendant un dernier hommage). À la fois preuve matérielle et support mémoriel des relations sociales qui ont abouti à leur possession, les biens exotiques, plus que tout autre objet patrimonial, témoignaient par leur seule présence physique, palpable, de la réalité du pouvoir. Leur possession légitimait l’autorité politique des chefs.

66La fonction des objets exotiques apparaît donc plus politique que culturelle. Le dépôt d’ustensiles de banquet, quelle que soit leur origine (méditerranéenne ou locale), ne renvoie pas à la richesse en tant que telle, ni seulement au statut du défunt, ils reflètent plutôt de manière métaphorique la collectivité politique, le lieu du politique. C’est en tout cas le message, qu’à mon sens, voulaient faire passer les vivants qui procédaient aux funérailles des membres éminents de la société. Que ce lieu se confonde au VIe s. avant J.-C. avec l’assemblée des pairs (cf. infra), ou avec les grands banquets publics des trois derniers siècles av. J.-C., peu importe. Ce qu’il convient de retenir, c’est l’idée que les dépôts funéraires ne se composent pas d’objets fonctionnels destinés par exemple, selon une conception largement admise, à illustrer le banquet funéraire, mais à symboliser, parmi toutes les activités collectives auxquelles les défunts étaient régulièrement conduits à participer de leur vivant, celle qui aux yeux de tous était apparemment la plus apte à exprimer le lieu du pouvoir, à savoir le festin. Pouvoir de fait dans des sociétés fondées sur une hiérarchie de prestige ou pouvoir de droit dans des sociétés régies par des institutions politiques autonomes, dans tous les cas, le choix de déposer des ustensiles de banquet dans la tombe des nantis signale de manière particulièrement ostensible leur participation au jeu du pouvoir politique. Ces objets agissent comme autant de pôles de ralliement des individus et des groupes. « Ils s’imposent parce que [leur] force d’attraction est plus forte que celle de tous les autres objets connus. C’est autour du cratère ou du chaudron que l’on se réunit pour les fêtes de la vie et de la mort. » ; « Plus qu’un signe d’identité, les ustensiles du banquet sont des opérateurs d’identité. » (Turgeon 2003, p. 80).

67Pour le VIe s. et la première moitié du Ve s. avant J.-C., comme pour les trois derniers siècles avant J.-C., le choix de déposer des chaudrons et autres ustensiles du banquet dans les tombes d’une partie des élites, se rapporte implicitement à l’importance prise au cours de ces deux périodes par le festin comme haut lieu de la vie aristocratique. Le train de vie de l’aristocrate de haut rang, et, a fortiori, de celui qui ambitionnait de s’arroger le pouvoir suprême, reposait sur le luxe dont il devait faire étalage en toute circonstance, et sur la dépense ostentatoire. De toutes les institutions celtiques, le banquet apparaît dès lors comme le lieu par excellence de l’expression de la souveraineté.

68Cependant, selon les étapes chronologiques, les ustensiles du banquet expriment par leur présence deux réalités politiques différentes, voire opposées. Pour les VIe et Ve s. avant J.-C., le banquet apparaît comme étant le lieu de la convivialité entre pairs, même s’il devait exister au sein du groupe des différences hiérarchiques parfois importantes. Partager le repas puis la boisson créait sans aucun doute entre les convives un sentiment de communion autour de valeurs socioculturelles communes. Ce partage était l’acte fondateur d’un groupe aristocratique jaloux de ses privilèges et de ses prérogatives. Aussi, toute exclusion du banquet devait probablement être entérinée par l’exclusion du groupe des pairs et de l’exercice du pouvoir, et inversement. Dans les cités archaïques grecques, par exemple, il semble en effet avoir existé une réelle conformité entre groupe des pairs et banqueteurs qui de fait attribuaient au banquet le rôle d’institution civique en tant que lieu privilégié d’expression de la citoyenneté et du pouvoir politique (Schmitt-Pantel 1992b, p. 56). Dans ces cités, toutes les pratiques collectives, quelles qu’elles soient (banquets, funérailles, assemblées, chœurs…), étaient des lieux de partage entre égaux, entre individus disposant de suffisamment de richesses pour que chacun à son tour puisse être en mesure de donner et de recevoir à part égale. Ce qui suppose l’existence d’un groupe homogène. « Dans la cité archaïque, ce groupe est celui des aristoi, des meilleurs, des riches propriétaires fonciers : entre eux l’échange est possible, la réciprocité existe. Tant que les aristoi détiennent seuls le pouvoir dans la cité, il y a coïncidence entre ces conduites collectives et la citoyenneté » (Schmitt-Pantel 1992a, p. 236). En définissant et en exprimant l’appartenance au groupe des citoyens, ces activités collectives, réservées dans un premier temps aux seuls aristoi, que ce soit en Grèce ou dans les sociétés nord-alpines, se situaient logiquement dans le prolongement normal des assemblées et autres conseils, où autorité sociale et autorité politique se confondaient dans les mains des mêmes individus. Dans un tel contexte, le dépôt d’ustensiles du banquet symbolisait la pratique collective la plus emblématique de toutes. Il donnait ainsi à voir le lieu par excellence de l’expression de la souveraineté.

69La situation se présente différemment au cours des trois derniers siècles avant J.-C. Le contexte a changé. Différents indices tant archéologiques que textuels tendent en effet à prouver qu’on serait passé progressivement d’un pouvoir de fait à un pouvoir de droit, avec l’apparition de l’État, au plus tard à partir de la fin du IVe s. – début du IIIe s. avant J.-C. (Baray, 2007). Désormais, le rapport au pouvoir politique passe nécessairement par la médiation d’institutions autonomes garantes du bon fonctionnement de la cité. Différentes magistratures en assurent la pérennité. Dépouillées de fait d’une partie de leurs prérogatives, les élites trouvent dans les relations de clientèle, dont on perçoit le renforcement, notamment à travers leur extension dans le domaine des relations entre cités (César, Bell. Gall. VI, 11-12), un moyen efficace de contrebalancer le pouvoir de l’État, tout en se maintenant dans le jeu de pouvoir politique. Les banquets publics qu’elles organisent, à l’instar de celui donné par Ariamnès (Phylarque, Hist., in Athénée, Les Deipnosophistes IV, 34 150d-f) ou le roi Luern (Poseidonios, in Athénée, Les Deipnosophistes IV, 37. 1-19), leur permettent d’attirer un nombre plus ou moins important d’individus à la recherche d’un protecteur. Ces dépendants forment parfois de véritables armées privées pouvant être mobilisées dans le cadre de tentatives de prise du pouvoir, comme l’illustre celle manquée de l’Helvète Orgétorix (César, Bell. Gall. I, 2-4). Délaissant pour la plupart la lutte armée ouverte, les aristocrates se servent donc de leur notoriété pour s’entourer d’un nombre toujours plus grand de dépendants, « le pouvoir se trouvant généralement en Gaule aux mains des puissants et de riches qui pouvaient acheter des hommes » (César, Bell. Gall. II, 1). Polybe exprime la même idée quand il précise que les Gaulois « donnaient la plus grande attention à leurs compagnies, parce que chez eux celui-là est le plus redoutable et le plus puissant qui passe pour avoir le plus d’hommes empressés à le servir et à lui faire cortège » (Histoires II, XVII). Ce qui aboutit à la situation suivante dénoncée par César (Bell. Gall. I, 17) : « il y a un certain nombre de personnages qui ont une influence prépondérante sur le peuple, et qui, simples particuliers, sont plus puissants que les magistrats eux-mêmes. »

70Au cours de cette période, et contrairement à la situation qui prévalait au Hallstatt D2/D3, le dépôt d’ustensiles du banquet dans les sépultures aristocratiques renvoie à une pratique collective dépouillée de toute dimension politique. Le banquet public n’est pas le lieu privilégié d’expression du pouvoir politique. Il n’est plus qu’un lieu parmi d’autres d’expression du prestige des élites. Comme le dit P. Schmitt-Pantel (1992a, p. 245), à propos de la Grèce classique et en opposition à la situation qui avait prévalu dans la Grèce archaïque, désormais « les pratiques collectives, qui sont les marques de la citoyenneté, sont uniquement les assemblées, les tribunaux et les magistratures ». Je fais l’hypothèse qu’une évolution comparable, mais ayant probablement suivi d’autres voies, a eu lieu en Europe celtique. Entre les VIe-Ve s. avant J.-C. et les IIIe-Ier s. avant J.-C., il s’est produit une rupture fondamentale et définitive, dont la composition différentielle des assemblages funéraires nous offre une illustration matérielle. « La fracture est consommée. Les activités collectives ont une place dans la cité, elles relèvent bien du domaine commun, mais elles ne sont plus une des facettes du pouvoir politique, elles sont seulement un des aspects du mode de vie de telle cité » (Schmitt-Pantel 1992a, p. 245). J’ajouterai, dans le cas des sociétés celtiques, qu’à défaut des autres pratiques collectives pour lesquelles on ne dispose pas de renseignement, le festin, dans sa version publique, restent cependant en étroite relation avec le pouvoir civique de l’aristocratie dans la mesure où il demeurait un des moyens les plus efficaces de contrôle de la population. Par leur fréquence et leur munificence, ces festins publics drainaient vers les riches aristocrates une part non négligeable de la population. Ils en tiraient un grand prestige et beaucoup de puissance. Nouveau lieu de la libre compétition aristocratique, l’accès aux magistratures relevant de pratiques institutionnelles bien plus formelles, le banquet public donnait aux prétendants aux magistratures suprêmes l’opportunité de se mesurer entre eux et de mesurer leur popularité respective à l’aune des foules mobilisées. Exercice obligé pour qui souhaitait être élu aux plus hautes charges de l’État, le banquet public faisait logiquement figure de nouveau lieu d’expression de la seule autorité civique, l’autorité politique relevant des organes institutionnels qu’étaient les assemblées, les tribunaux et les magistratures.

71Contrairement aux périodes anciennes, le dépôt des ustensiles du banquet ne symbolisait plus, à partir du début du IIIe s. avant J.-C., le banquet des pairs, c’est-à-dire la pratique collective la plus emblématique de toutes ; celle à travers laquelle les aristocrates détenteurs du pouvoir aimaient à s’afficher. La perte de signification du banquet des pairs, qui passe de haut lieu de la compétition et de l’expression du politique, à une forme de représentation réservée aux nantis, est vraisemblablement liée à l’ouverture du champ social et à l’autonomisation des organes du pouvoir, c’est-à-dire au déplacement du lieu du pouvoir vers des « institutions politiques » (Schmitt-Pantel 1992b, p. 107-113). Dans ce contexte de recomposition du champ du politique, le banquet public symbolisait désormais l’espace de liberté et d’expression que les aristocrates avaient réussi à préserver face à la toute puissance de l’État. Le rôle des aristocrates a changé depuis la fin du VIe s. avant J.-C. Ils ont été dans l’obligation de se référer à de nouveaux modèles socioculturels plus en accord avec la place qui leur était désormais dévolue au sein de la société. Le banquet entre pairs n’étant plus le lieu par excellence de l’expression de la souveraineté, le dépôt d’ustensiles de banquet des trois derniers siècles avant J.-C. ne pouvait plus témoigner de l’appartenance du défunt à la sphère des détenteurs du pouvoir suprême. La signification, comme d’ailleurs la composition du dépôt d’ustensiles du banquet, a nécessairement évolué. Il est devenu emblématique des rapports privilégiés au pouvoir que seuls les aristocrates, par leurs richesses accumulées, étaient en mesure d’entretenir. Le chaudron en bronze, ou tout autre ustensile du banquet, symbolise de fait le lieu de la reconnaissance publique, c’est-à-dire le festin où l’aristocrate acquiert prestige et renommée à travers l’affichage ostentatoire de sa puissance.

  • 11 Les poignards seraient plutôt des armes d’apparat que de véritables armes de combat, tandis que les (...)

72Le don ostentatoire de nourriture (et ses symboles attitrés, c’est-à-dire les ustensiles du banquet) participe du mode de représentation aristocratique, qu’il s’adresse aux pairs ou aux gens du commun. Dans les deux cas, le don de nourriture apparaît comme une obligation sociale, « noblesse oblige », et à ce titre comme l’expression, j’insiste, de la souveraineté. « En apparaissant à travers ces dépenses de nourriture sans cesse renouvelées comme le plus riche et le plus puissant, le roi se maintient dans la position dominante du chef invitant et assure son ascendant sur la noblesse qu’il se montre capable de réunir autour de lui. Si bien que l’image du roi en train de banqueter au milieu de ses pairs apparaît comme le symbole même d’une société ordonnée et en paix » (Sheid-Tissinier 1994-1995, p. 413-414). C’est cette image d’un roi ou d’une reine de paix et d’abondance que les vivants ont voulu sans doute nous livrer dans les mises en scènes funéraires des VIe-Ve s. avant J.-C. qu’ils nous ont laissées. L’absence d’armes de combat11, comme le luxe des assemblages funéraires où prédominent l’or et/ou la vaisselle métallique importée ou locale, tout concourt à faire des assemblages funéraires de l’aristocratie de la Celtique des VIe-Ve et des IIIe-Ier s. avant J.-C. de fidèles représentations des idéologies dominantes. Le chef, quel qu’il soit, quel que soit son rang, est celui qui attire à lui les bienfaits et les richesses, comme le dit explicitement Télémaque en réponse aux moqueries d’Antinoos qui remettait en cause ses prétentions à la royauté : « Oui, répond Télémaque, j’accepterais volontiers la couronne si Jupiter me la donnait. Est-ce donc à votre avis le pire malheur qui puisse atteindre un homme ? Régner n’est pas une infortune : la maison du roi s’emplit aussitôt de richesse, et lui-même est plus honoré » (Odyssée I, 390-393).

73Le roi ou le chef est celui qui donne avec générosité et dépense sans compter. C’est, comme le fait très justement remarquer É. Scheid-Tissinier (1994-1995, p. 413), le sens de la réflexion ironique qu’Ulysse adresse à Antinoos, l’un des chefs des prétendants, auprès duquel il mendie un peu de nourriture : « Puisque tu as l’air d’un roi, il te faut donner » (Odyssée XVII, 416-417). Le roi apparaît donc comme le garant de la prospérité du groupe et le dispensateur de richesses. Par ses facultés à rendre une justice équitable et à servir de médiateur entre les forces surnaturelles et son peuple, il procure à tous l’abondance nécessaire. Tel est le contenu des propos tenus par Ulysse au moment de ses retrouvailles avec sa femme Pénélope : « et l’on parle de toi comme d’un roi parfait, qui, redoutant les dieux, vit selon la justice. Pour lui, les noirs sillons portent le blé et l’orge ; l’arbre est chargé de fruits ; le troupeau croît sans cesse ; la mer pacifiée apporte ses poissons, et les peuples prospèrent » (Odyssée, XIX, 108-115). C’est, à n’en pas douter, le sens qu’il convient de donner à la richesse affichée dans les sépultures princières du Hallstatt D2/D3. Elle se réfère directement à cet aspect singulier de la personnalité royale. Le roi est avant tout un roi nourricier. La richesse ici est symbolique. À l’instar de ce que l’on sait de l’importance de la symbolique de la richesse dans les royautés sacrées documentées par l’ethnographie, il est possible de conclure que la richesse funéraire des princes et princesses de la Celtique est avant tout et surtout synonyme de majesté, de prospérité et de fécondité.

74Bien plus que de simples marqueurs statutaires, les objets qui composent les assemblages funéraires aristocratiques renvoient donc à un choix raisonné de signes de pouvoir. Ce faisant, ils signalent ostensiblement le rapport que chaque défunt a entretenu avec le pouvoir. Car s’il ne nous renvoyait qu’à « la position occupée par l’individu dans le système de prestige de sa société » (Linton 1977, p. 71), définition restrictive de « statut » habituellement retenue, les vivants n’auraient pas eu de raison objective de modifier régulièrement la composition du mobilier funéraire. Cette dernière resterait identique à elle-même sur plusieurs siècles, en tout cas bien au-delà de nos coupures typo-chronologiques habituelles. Il aurait suffi aux vivants de déposer dans la tombe un ou plusieurs objets, toujours les mêmes, par exemple une épée comme au Hallstatt C, ou un char, voire une partie de char (pars pro toto), pour signaler ostensiblement à tous l’appartenance de tel ou tel individu à la frange supérieure de la société. Aussi, les modifications, parfois rapides, observées d’une étape chronologique à l’autre dans la composition du mobilier funéraire des tombes des élites, ne peuvent s’expliquer que si l’on accepte l’idée que ce dernier n’est que le reflet métaphorique de la perception changeante que les nantis avaient de leur rapport au pouvoir suprême. La composition changeante du mobilier funéraire des nantis selon les étapes chronologiques retenues, est en effet révélatrice de l’existence d’une pluralité de modèles culturels de référence qui renvoie aux différents rôles joués par chaque membre du groupe dominant dans la société. Car au statut de dominant correspond, comme aux autres statuts occupés par chaque individu, plusieurs rôles possibles, c’est-à-dire plusieurs modèles culturels possibles. Pour R. Linton (1977, p. 71), en effet, le rôle sert à « désigner l’ensemble des modèles culturels associés à un statut donné. Il englobe par conséquent les attitudes, les valeurs et les comportements que la société assigne à une personne et à toutes les personnes qui occupent ce statut ». D’une étape chronologique à l’autre, les modèles culturels mis en avant à travers la composition changeante des assemblages funéraires renvoient à des valeurs différentes partagées par l’ensemble des individus du groupe dominant. C’est ce qui explique la forte homogénéité culturelle relevée dans la composition des assemblages funéraires à chaque étape chronologique. Pour être reconnu en tant que tel, l’aristocrate détenteur de ou du pouvoir est dans l’obligation de se composer une image conforme à celle que l’on attend de lui en raison de la forte prégnance des modèles culturels en vigueur. Il y est obligé pour la raison simple énoncée par R. Linton (1977, p. 71 -72) : « Tout statut est ainsi associé à un rôle donné, mais du point de vue de l’individu, les deux faits ne sont absolument pas identiques. Ses statuts lui sont assignés sur la base de son âge et de son sexe, de sa naissance ou de son mariage dans une unité familiale donnée, etc. ; mais ses rôles sont appris sur la base de ses statuts actuels ou futurs. En tant qu’il représente un comportement explicite, le rôle est l’aspect dynamique du statut : ce que l’individu doit faire pour valider sa présence dans ce statut ». D’une étape chronologique à l’autre, les différences perçues dans la composition des assemblages funéraires des élites sont donc à interpréter comme autant de manifestations d’un recentrage sur les nouvelles valeurs prônées par les élites au pouvoir. Ce qui change, à chaque étape chronologique, ce n’est donc pas la « forme du pouvoir » (Olivier 2002), mais « les attitudes, les valeurs et les comportements » qui lui sont associés. Autrement dit, ce qui change ce sont les modèles culturels des élites, c’est-à-dire les modalités d’exercice du pouvoir. Avec le temps, la volonté d’afficher ostensiblement les rapports que certains défunts entretenaient avec le pouvoir suprême demeurait, tandis que les manifestations et les représentations idéologiques de ce rapport au pouvoir, c’est-à-dire la mise en exergue des valeurs considérées désormais comme fondamentales, changeaient.

Marqueurs identitaires individuels ou le rapport de l’individu à l’objet

75Comme un objet de mode moderne, le bien de prestige des sociétés traditionnelles ou anciennes entretient un rapport spécifique à la temporalité. C’est que la possession d’objets de prestige ne se limite pas au processus d’identification communautaire, comme on vient de le voir, elle met également en jeu la dynamique du changement. Autrement dit, elle implique que l’individu qui acquiert un tel objet change de comportement. La relation à l’objet n’est pas neutre. L’individu qui entre en possession d’un nouvel objet, ou qui décide de remettre au goût du jour un objet anciennement valorisé, ne peut agir sans tenir compte de son environnement social. Il ne peut s’afficher avec un objet sans se poser la question de l’accueil qui lui sera fait, tout en sachant consciemment ou inconsciemment que l’acte de consommer n’est pas sans conséquence sur sa propre construction de « soi ». Le rejet ou l’acception d’un objet relève du processus de construction identitaire, « parce qu’elle implique un travail d’observation de soi, de compréhension de soi, de pilotage de soi, de gouvernement de soi. Un tel travail mobilise de nombreuses compétences : savoir voir (soi-même et les autres), et savoir “être vu” pour faire face à l’incertitude grandissante vis-à-vis des “règles” en vigueur » (Marion 1999).

76Tout sujet, quel qu’il soit, est donc amené, à chaque instant, à se construire à ses propres yeux et aux yeux des autres. C’est que le processus de formation identitaire n’est pas donné une fois définitivement. Il est en perpétuel mouvement. Et le cas de la sépulture de Hochdorf le montre clairement. Ce processus de formation et de construction identitaire ne s’interrompt pas avec la mort. Il se poursuit et trouve même à s’amplifier ou à s’exacerber au moment de la mort. C’est à l’occasion de ses funérailles que le défunt a été doté d’un torque et d’une paire de fibules en or, et que certains de ses effets personnels (cf. supra) ont été rehaussés de placages d’orfèvrerie (Biel 1987, p. 119-124).

77Ce n’est toutefois plus l’individu qui porte désormais son regard sur soi mais le groupe familial qui cherche ainsi à insérer l’individu mort, dont il tente de récupérer la mort à des fins politiques, dans le système temporel de référence qui pousse constamment les individus à s’interroger sur l’objet lui-même (l’objet est-il en avance, en retard, de retour, à la mode… ?), mais aussi sur le rapport qu’ils ont à l’objet : conjoint à cet objet suis-je en retard, en avance ? Le choix que les vivants font des objets à déposer dans la tombe s’inscrit dans ce double processus d’interrogation.

78La contribution de l’objet à la construction identitaire, qu’elle soit collective ou individuelle, passe en effet toujours par cette double interrogation : dans quel système temporel se situe tel objet en particulier ? Est-il apte à m’inscrire positivement dans l’espace social ? C’est à travers ce double mécanisme interrogatif de l’objet vis-à-vis du temps et vis-à-vis de soi, que l’individu tente de se construire. Que ce soit l’individu qui participe directement à l’élaboration de sa propre image matérielle, ou que ce soient les vivants qui interviennent en son nom, dans tous les cas, seront choisis parmi un nombre fini d’autres objets ceux qui, le moment, venu seront les plus aptes à répondre positivement à cette double attente. C’est au terme de ce double mécanisme sélectif que de nouvelles combinaisons funéraires, toujours singulières par rapport à celles qui les ont précédées, vont émerger.

79La perception que l’on a des objets se transforme ainsi constamment en regard des normes socioculturelles en vigueur et auxquelles on adhère. Seul moyen pour les candidats au statut élevé d’être reconnu en tant que tel. Un objet pourra ainsi être accepté ou rejeté du seul fait qu’il est perçu ou non comme bénéfique à l’élaboration de l’image identitaire que l’on désire se donner et donner aux autres. L’objet agit ainsi comme s’il était la preuve matérielle que l’individu participe activement à l’élaboration des normes socioculturelles ; qu’il n’est pas en reste et qu’il entretient un rapport particulièrement étroit avec son temps. Dans ce rapport qui confine au rapport de mode, l’individu peut dès lors estimer concrètement l’évolution de sa propre trajectoire temporelle et partant, de sa capacité à réagir et à rebondir face aux changements.

80On peut penser qu’à travers le choix des objets déposés dans la tombe, les survivants privilégient de présenter le défunt au terme de sa propre trajectoire temporelle, ou plus rarement, quand il s’agit d’un immature, au terme de ce qui aurait dû être sa trajectoire temporelle. Ce qui signifie qu’il se produit nécessairement une sorte de réactualisation de la position de chacun au moment de sa mort, et par voie de conséquence, une réactualisation constante de l’ensemble de l’édifice social qui n’est pas donnée une fois pour toutes.

  • 12 Ce qui fut fort probablement le cas de la vaisselle métallique méditerranéenne, comme en témoigne l (...)

81Dans bien des cas, l’objet nouveau ne produit pas de nouvelles habitudes. Il s’insère plutôt dans un cadre déjà existant, mais selon une logique nouvelle12. « Il a seulement rendu visibles, en leur faisant franchir un seuil, précise S. Tisseron (1999, p. 10), la complexité et la richesse des relations que nous établissons avec chacun de nos objets familiers ». Le nouvel objet, qui s’insère dans un système technique déjà opérant, ne vient pas seulement remplacer éventuellement un objet ancien, il vient surtout créer « de nouvelles formes d’imaginaire » chez ses usagers (Tisseron 1999, p. 16). L’introduction d’un nouvel objet ne résulte donc pas uniquement d’un acte purement technique. Il s’accompagne d’une réévaluation du potentiel symbolique et des relations d’affects que le sujet peut être amené à entretenir avec lui. Il ne peut s’agir d’un acte gratuit. Bien au contraire, son accaparement se double d’une réflexion sur les conséquences symboliques, socio-économiques, voire politiques, que cela entraîne pour l’individu à l’origine du fait, ou pour son entourage dans la perception que ce dernier a de lui. Les rapports sociaux sont dès lors changés du seul fait de l’introduction d’un objet, en apparence anodine. Quelles qu’en soient les raisons (nouveauté recherchée par tous, mais difficilement accessible, caractère exotique et rare, qualités techniques…), l’objet nouveau est de nature à créer une certaine différence entre celui ou ceux qui le possèdent et ceux qui en sont dépourvus. Par sa capacité à créer de la distinction, l’objet nouveau, même pour un usage ancien, ne se limite donc pas à une simple substitution. Aussi, quand la plupart des chercheurs s’interrogent sur le fait que les Celtes aient ou non imité le symposion gréco-étrusque ou se sont simplement contentés d’introduire de nouveaux objets en place et lieu d’objets anciens, mais remplissant les mêmes fonctions, ils négligent totalement la dimension symbolique des objets exotiques. En repliant le débat scientifique sur l’originalité ou non des manières de table celtes par rapport au modèle grec ou étrusque, on passe à côté de la dimension symbolique des objets et de leur signification dans la tombe.

82Faut-il pour autant, comme le propose P. Brun (1999), réduire la symbolique de la vaisselle importée au contrôle que les détenteurs de ces biens étaient censés avoir établi sur les réseaux d’échange à longue distance et au pouvoir qu’ils sont susceptibles d’en avoir tiré ? S’étant intéressé à la définition du qualificatif de princier attribué à des « sépultures exceptionnelles de richesse et de monumentalité », P. Brun considère en effet que si « nombre d’entre elles renferment des pièces de vaisselle fabriquées dans des régions organisées sous une forme étatique ; au point que ces objets importés sont devenus un critère d’identification des tombes princières parmi le corpus des tombes riches de cette période [fin du VIIe au IVe s. avant J.-C.]. Il se produit là, de fait, un glissement de sens entre un prince vu comme un haut personnage dont l’accès privilégié à des biens rares s’étale avec ostentation et un prince vu, de surcroît, comme un partenaire commercial de cités-États phéniciennes, grecques ou étrusques. Dans un sens, le terme ne possède pas de signification politique précise, il a une valeur plutôt métaphorique ; dans l’autre, il induit l’impact d’une civilisation complexe sur sa périphérie par l’intermédiaire de ses élites. Dans ce dernier cas, l’expression de phénomène princier suppose l’existence de sociétés hiérarchisées où la légitimation du pouvoir passe par la démonstration de liens privilégiés avec des sociétés plus complexes ; il s’agit d’un modèle du type centre/périphérie, voire, plus précisément, du type système-monde ou économie-monde » (Brun 1999, p. 33). Dans ces conditions, la simple possession d’objets de luxe méditerranéens était susceptible de conférer à quelques privilégiés une puissance suffisante pour légitimer leur pouvoir. Pour l’auteur, ce serait la raison d’être des dépôts funéraires aristocratiques. La présence dans les tombes des élites de ces objets de prestige fabriqués dans des régions organisées sous une forme étatique ne peut, en effet, se comprendre que si l’on admet l’idée qu’ils ont effectivement été utilisés pour prouver matériellement les relations à longue distance que certains individus étaient en mesure d’assurer, afin d’en tirer un large bénéfice social et politique. Les objets exotiques sont ici autant de preuves matérielles que les vivants sont en mesure d’exhiber pour prouver la capacité du défunt à contrôler les réseaux d’échanges à longue distance : « il est clair que les objets luxueux fabriqués dans les cités-États possédaient une grande valeur pour les princes barbares. Ceux-ci les utilisaient comme symboles de statut ; ces objets qui démontraient leur contrôle sur les échanges à longue distance symbolisaient logiquement un pouvoir politique fondé sur ce contrôle » (Brun 1999, p. 38). Autrement dit, pour P. Brun, ces objets agissent comme autant de signes de pouvoir. Le pouvoir n’appartenant qu’aux individus capables de contrôler les échanges à longue distance, c’est-à-dire capable de s’enrichir grâce à leur position d’intermédiaire privilégié entre les sociétés d’Europe du nord et les sociétés d’Europe du sud. Dans le modèle proposé, la richesse ainsi accumulée aurait été garante du pouvoir.

83Il paraît toutefois peu probable que le pouvoir politique de ces fameux princes ait été fondé uniquement sur le contrôle des réseaux d’échange, comme le dit très explicitement P. Brun. Car, comme l’a reconnu à plusieurs reprises l’auteur (par exemple, Brun 1992, p. 392 ou Brun 1993, p. 278), pour que la demande méditerranéenne trouve un écho favorable en Europe nord-alpine, il fallait que les conditions socio-économiques et politiques nécessaires existassent au préalable. Autrement dit, ce n’est pas le contrôle des réseaux d’échange à longue distance qui provoqua la complexification sociale dont nous parle l’auteur, mais les conditions antérieures d’évolution interne à la Celtique. Les échanges à longue distance n’ont fait que renforcer des positions déjà établies en leur donnant un faste nouveau grâce à la possession de nouveaux biens de prestige. En renforçant la légitimité des princes, les biens exotiques n’ont fait qu’accentuer les écarts existants antérieurement entre les détenteurs du pouvoir politico-religieux et le reste de la communauté. En donnant un lustre nouveau aux pratiques aristocratiques, les biens importés, dont on rappellera le petit nombre, ont été à l’origine d’un renouveau de pratiques festives pluriséculaires. Ils n’ont en aucun cas introduit de nouvelles pratiques.

84Ont-ils constitué un élément d’échange, qui aurait circulé à l’intérieur d’un réseau subalterne et aurait été à l’origine de la complexification de la société (Brun 1987, p. 79) ou ont-ils plutôt été utilisés dans le cadre de pratiques spécifiques de consommation d’alcool liées aux strates supérieures de la société (Dietler 1989, p. 130 ; Dietler 1992, p. 403, note 3) ? À cette double interrogation, je répondrai positivement, en accord avec P. Brun (Brun 1992, p. 392), car, contrairement aux positions défendues par M. Dietler, il n’y a pas lieu d’opposer ces deux dimensions complémentaires de l’usage que les élites de la Celtique ont pu faire de ces objets. À l’instar de la situation qui prévalait en Grèce homérique ou archaïque, chez les Indiens de la côte nord-est américaine (Iroquois, Algonquins…), ou dans certaines sociétés primitives, où l’histoire et l’ethnographie nous renseignent sur l’existence de pratiques festives associées ou non à la consommation d’alcool, la vaisselle métallique pouvait tout à la fois être utilisée dans le cadre de festins propres à asseoir et légitimer le pouvoir des chefs, tout en circulant à l’occasion des dons réalisés au moment des funérailles, des mariages, des liens d’hospitalité noués avec de riches familles étrangères, etc. Il n’y a aucune raison objective d’opposer ces deux approches tout en reconnaissant qu’il convient néanmoins de minorer fortement l’impact des échanges de dons sur les modalités de complexification des sociétés.

  • 13 Pour la période homérique, on se rapportera avec intérêt au discours de Sarpédon qui justifie ainsi (...)
  • 14 cf. É. Scheid-Tissinier (1994-1995, p. 410), pour les différentes modalités de circulation des bien (...)

85Ce serait donc plutôt comme preuve matérielle de la capacité du défunt à avoir su de son vivant entretenir des réseaux de relations entre individus ou entre communautés (processus qui se manifeste par une circulation régulière de biens et de services), que l’objet prend toute sa dimension sociale et politique. C’est ainsi qu’il acquiert sa valeur mythique dont nous avons vu plus haut qu’elle était particulièrement déterminante quant à sa classification dans la catégorie des biens de prestige. Ce faisant, par sa présence dans la tombe, l’objet distingue positivement le défunt du reste de la communauté. Il crée une distanciation sociale et politique forte entre ceux qui le possède et tous les autres, tous ceux qui n’en sont pas dignes. C’est-à-dire entre ceux à qui la communauté a reconnu et a concédé un certain nombre de privilèges en raison de la valeur dont ils ont su faire preuve, notamment comme hommes de guerre13, et ceux qui forment la masse plus ou moins indifférenciée des gens du commun. C’est que la possession de ces biens n’est le fait que des aristocrates en ce sens que ce sont ces biens qui interviennent dans les compensations matrimoniales, l’entretien des liens d’hospitalité, les dons diplomatiques, les récompenses aux différentes épreuves des jeux funéraires, les compensations diverses (pour effacer une injure, pour récompenser un guerrier qui se serait particulièrement illustré sur le champ de bataille…)14. Posséder un tel objet, c’est afficher ostensiblement son appartenance au cercle étroit de ceux qui ont le pouvoir. C’est le prestige associé à la détention de ces fameux objets de prestige qui confère en effet de la puissance aux chefs présomptifs ou qui permet de légitimer le pouvoir des chefs en place. En faisant le choix de déposer de tels objets dans une tombe, les vivants démontrent la participation active du défunt, ainsi distingué, à l’élaboration des normes socioculturelles de son temps. Ils manifestent ainsi ses hautes capacités sociales et politiques pour s’être attiré les bienfaits et la reconnaissance sociale de ses contemporains, dont dépendent la bonne réputation et la renommée de tout individu. En choisissant certains objets plutôt que d’autres à déposer dans les tombes des élites, les vivants tentaient de se conformer aux attitudes, valeurs et autres comportements qui leur étaient spécifiques. Pour ce faire, ils devaient sans cesse élaborer, à l’aide d’un répertoire symbolique et iconographique limité, l’image qu’ils désiraient donner du défunt, tout en cherchant à coller au plus près des réalités du modèle socioculturel dominant, c’est-à-dire à l’idéologie du groupe dominant.

86Au terme de cette étude, il convient d’insister sur le fait que ce mouvement de création ou de recréation sans fin de nouveaux modes de représentation (idéologies), qui résulte, comme nous l’avons vu, du double processus d’appropriation d’objets nouveaux, à la fois comme marqueurs de l’identité individuelle, et comme marqueurs de l’identité collective, se combine avec un mouvement également sans fin de composition et de recomposition des assemblages funéraires à chaque étape chronologique. C’est parce que le mouvement s’alimente sans cesse de l’introduction de nouveaux objets ou de nouvelles interrogations sur des objets familiers, qu’il devient impossible de définir un ou plusieurs modèles funéraires, si ce n’est de manière totalement artificielle, comme dans nos classifications typo-chronologiques. En réalité, chaque modèle, pour autant qu’il corresponde à la photographie d’un temps « T » de l’évolution de ce lent processus d’appropriation de nouvelles normes identitaires, n’est que l’expression fugace d’une réalité sociale toujours changeante et de ce fait difficilement saisissable.

87Au total, nos classifications archéologiques résultent d’une sorte de télescopage de différents niveaux d’appréhension du rapport que l’individu entretient successivement avec les objets de son entourage. Ce sont en effet des temporalités différentes qui viennent ainsi se condenser dans un même assemblage funéraire et dont il conviendrait de démêler l’écheveau.

Haut de page

Bibliographie

Banck-Burgess 1999, BANCK-BURGESS J., Hochdorf IV : die Textilfunde aus dem späthallstattzeitlichen Fürstengrab von Eberdingen-Hochdorf (Kreis Ludwigsburg) und weitere Grabtextilien aus Hallstatts und Latenezeitlichen Kulturgruppen, Stuttgart, K. Theiss, 1999, 292 p. (Forschungen und Berichte zur von und frühgeschichte in Baden-Württemberg ; 70).

Baray 2007, BARAY L., Dépôts funéraires et hiérarchies sociales aux âges du fer en Europe occidentale : aspects idéologiques et socio-économiques, in: Pratiques funéraires et sociétés : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale, Baray L., Brun P., Testart A. (Dir.), Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2007, p. 169-189 (Art, Archéologie et Patrimoine).

Biel 1987, BIEL J., L’Équipement du mort : richesse dans la tombe reflet de sa puissance, in: Trésors des princes celtes : Galeries nationales du Grand Palais, 20 octobre 1987-15 février 1988, Paris, Réunion des Musées nationaux, 1987, p. 115-136.

Biel 1988, BIEL J., Influences méditerranéennes sur le site princier du Hohenasperg, près de Stuttgart, in: Les Princes Celtes et la Méditerranée : Rencontres de l’École du Louvre, [25-27 novembre 1987, Paris], Paris, La Documentation française, 1988, p. 154-164.

Binford 1971, BINFORD L.R., Mortuary practices : their study and their potential, in: Approaches to the social dimensions of mortuary practices, Brown J.A. (Dir.), Washington, Society for American Archaeology, 1971, p. 6-29 (Memoirs ; 25).

Bintliff 1984, BINTLIFF J., Iron Age Europe in the context of social evolution from the Bronze Age through to historic times, in: European Social Evolution : archaeological Perspectives, Bintliff J. (Dir.), Bradford, University of Bradford, 1984, p. 157-226.

Blumer 1969, BLUMER H., Fashion : From Class Differenciation to Collective Selection, Sociological Quarterly, Berkeley, 10, 1969, p. 275-291.

Bouloumié 1988, BOULOUMIÉ B., Le Symposion gréco-étrusque et l’aristocratie celtique, in: Les Princes Celtes et la Méditerranée : Rencontres de l’École du Louvre, [25-27 novembre 1987, Paris], Paris, La Documentation française, 1988, p. 343-383.

Brun 1987, BRUN P., Princes et princesses de la Celtique : le premier âge du Fer (850 – 450 av. J.-C.), Paris, Errance, 1987, 217 p. (Collection des Hespérides).

Brun 1988, BRUN P., Les « Résidences princières » comme centres territoriaux : éléments de vérification, in: Les Princes Celtes et la Méditerranée : Rencontres de l’École du Louvre, [25-27 novembre 1987, Paris], Paris, La Documentation française, 1988, p. 128-143.

Brun 1992, BRUN P., L’Influence grecque sur la société celtique non méditerranéenne, in: Marseille grecque et la Gaule : actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale, Marseille, 18-23 novembre 1990, Bats M., Bertucchi G., Congès G. et al. (Dir.), Lattes, A.D.A.M., 1992, p. 389-399 (Études massaliètes ; 3 / Travaux du Centre Camille-Jullian ; 11).

Brun 1993, BRUN P., La Complexification sociale en Europe moyenne pendant l’âge du Fer : essai de modélisation, in: Fonctionnement social de l’âge du fer : opérateurs et hypothèses pour la France : table ronde internationale de Lons-le-Saunier, Jura, 24-26 octobre 1990, Daubigney A. (Dir.), Lons-le-Saunier, Centre jurassien du Patrimoine, 1993, p. 275-289.

Brun 1999, BRUN P., La Genèse de l’État : les apports de l’archéologie, in: Les princes de la protohistoire et l’émergence de l’état : actes de la table ronde internationale, Naples, 27-29 octobre 1994, Ruby P. (Dir.), Naples / Rome, Centre Jean Bérard / Ecole française de Rome, 1999, p. 31-42 (Collection du Centre Jean Bérard ; 17 / Collection de l’Ecole française de Rome ; 252).

Cuisenier 2006, CUISENIER J., L’Héritage de nos pères : un patrimoine pour demain ? , Paris, La Martinière, 2006, 348 p.

Dehn & Frey 1979, DEHN W., FREY O.-H., Southern imports and the Hallstatt and Early La Tène chronology of Central Europe, in: Italy before the Romans, Ridgway D., Ridgway J. (Dir.), New York, Academic Press, 1979, p. 489-511.

Dietler 1989, DIETLER M., Greeks, Etruscans and thirsty Barbarians : Early Iron Age Interactions in the Rhône basin of France, in: Centre and Periphery : comparative Studies in Archaeology, Champion T.C. (Dir.), London, Routledge, 1989, p. 127-141 (One World Archaeology).

Dietler 1992, DIETLER M., Commerce du vin et contacts culturels en Gaule au premier âge du Fer, in: Marseille grecque et la Gaule : actes du Colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve Congrès archéologique de Gaule méridionale, Marseille, 18-23 novembre 1990, Bats M., Bertucchi G., Congès G. et al. (Dir.), Lattes, A.D.A.M., 1992, p. 401-410 (Études massaliètes ; 3 / Travaux du Centre Camille-Jullian ; 11).

Dietler 1996, DIETLER M., Feast and Commensal Politics in the Political Economy. Food, Power and Status in Prehistoric Europe, in: Food and the Status Quest : an interdisciplinary perspective, Wiessner P.W., Schiefenhövel W. (Dir.), Oxford, Berghahn Books, 1996, p. 88-125.

Dietler 1996, DIETLER M., Rituals of commensality and the politiques of state formation in the « princely » societies of early Iron Age Europe, in: Les princes de la protohistoire et l’émergence de l’état : actes de la table ronde internationale, Naples, 27-29 octobre 1994, Ruby P. (Dir.), Naples / Rome, 1996, p. 135-152 (Collection du Centre Jean Bérard ; 17 / Collection de l’Ecole française de Rome ; 252).

Frankenstein & Rowlands 1978, FRANKENSTEIN S., ROWLANDS M.-J., The internal structure and regional context of Early Iron Age society in south-western Germany, Bulletin of the Institute of archaeology, London, 15, 1978, p. 73-112.

Fried 1960, FRIED M.H., On the evolution and social stratification and the state, in: Culture in history : essays in honor of Paul Radin, Diamond S. (Dir.), New York, Columbia University Press, 1960, p. 713-731.

Gerdsen 1989, GERDSEN H., Note sur les tombes à épée du Hallstatt ancien, Osnabrück, 1989, 41 p.

Gernet 1968, GERNET L., La notion mythique de la valeur en Grèce, in: Anthropologie de la Grèce antique, Gernet L. (Dir.), Paris, François Maspéro, 1968, p. 93-137 (Les Textes à l’appui).

Günther 1926, GÜNTHER H.F.K., Rassenkunde des deutschen Volkes, München, J.F. Lehmann, 1926, 498 p.

Johnson & Earle 1987, JOHNSON A.W., EARLE T.K., The evolution of human societies : from foraging group to agrarian state, Stanford, Stanford University Press, 1987, x + 360 p.

Körber-Grohne 1985, KÖRBER-GROHNE U., Die biologischen Reste aus dem hallstattzeitlichen Fürstengrab von Hochdorf, Ger. Eberdingen (Kr. Ludwigsburg), in: Hochdorf I, Küster H., Körber-Grohne U. (Dir.), Stuttgart, K. Theiss, 1985, p. 87-164.

Lewuillon 1993, LEWUILLON S., « Contre le don » : remarques sur le sens de la réciprocité et de la compensation sociale en Gaule, in: Fonctionnement social de l’âge du fer : opérateurs et hypothèses pour la France : table ronde internationale de Lons-le-Saunier, Jura, 24-26 octobre 1990, Daubigney A. (Dir.), Lons-le-Saunier, Centre jurassien du Patrimoine, 1993, p. 71-89.

Linton 1977, LINTON R., Le Fondement culturel de la personnalité, Paris, Dunod, 1977, 138 p. (Traduit de The Cultural background of personality).

Marion 1999, MARION G., Espace et temps de l’objet de mode, in: Les Relations inter-sémiotiques : actes du colloque international tenu à l’Université Lumière Lyon 2, 16-18 décembre 1999, 1999.

Milcent 2004, MILCENT P.-Y., Le Premier âge du Fer en France centrale, Paris, Société préhistorique française, 2004, 718 p. (Mémoire ; 34).

Milcent 2004, MILCENT P.-Y., Statut et fonctions d’un personnage féminin hors norme, in: La Tombe princière de Vix, Rolley C. (Dir.), Paris, Picard, 2004, p. 312-366.

Olivier 1995, OLIVIER L., Nécropoles de tumulus et hiérarchies funéraires dans le secteur hallstattien occidental : typo-chronologie et distribution spatiale des assemblages funéraires du premier Age du Fer dans le nord-est de la France, Université Paris I, 1995, Thèse de Doctorat, 343 + 233 p.

Olivier 2002, OLIVIER L., Le Temps des seigneurs et des rois de l’âge du Fer (IXe-IVe siècles av. J.- C.), in: Princesses celtes en Lorraine : Sion, trois millénaires d’archéologie d’un territoire, Olivier L. (Dir.), Jarville-la-Malgrange, Musée de l’histoire du fer / CCSTI du fer et de la métallurgie, 2002, p. 37- 57.

Pare 1991, PARE C.F.E., Fürtensitze, Celts and the Mediterranean World : Developments in the West Hallstatt Culture in the 6th and 5th Centuries BC, Proceedings of the prehistoric Society, London, London, 57, 2, 1991, p. 183-202.

Pare 1992, PARE C.F.E., Wagons and wagon-graves of the early Iron Age in Central Europe, Oxford, Oxford University Committee for Archaeology, 1992, 382 p. (Oxford University Committee for Archaeology monograph ; 35).

Pare 1993, PARE C.F.E., L’est de la France, l’Allemagne et la Méditerranée aux VIe et Ve siècles av. J.-C., in: Fonctionnement social de l’âge du fer : opérateurs et hypothèses pour la France : table ronde internationale de Lons-le-Saunier, Jura, 24-26 octobre 1990, Daubigney A. (Dir.), Lons-le-Saunier, Centre jurassien du Patrimoine, 1993, p. 97-104.

Poux 2004, POUX M., L’Âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, Monique Mergoil, 2004, 637 p. (Protohistoire européenne ; 8).

Ruby 1993, RUBY P., Tarquinia, entre la Grèce et Sala Consilina : éléments pour l’étude de la circulation des biens de prestige dans l’Italie centrale et méridionale protohistorique., Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité, Rome, 105, 2, 1993, p. 779-832.

Scheid-Tissinier 1994-1995, SCHEID-TISSINIER E., L’Usage du concept de don dans la poésie homérique, Métis, Paris, 9-10, 1994-1995, p. 401-416.

Scheid-Tissinier 1999, SCHEID-TISSINIER E., L’Homme grec aux origines de la cité (900-700 av. J.-C.), Paris, Armand Colin, 1999, 185 p. (Cursus - Histoire).

Schmitt-Pantel 1992, SCHMITT-PANTEL P., Les Activités collectives et le politique dans les cités grecques, in: La cité grecque : d’Homère à Alexandre, Murray O., Price S. (Dir.), Paris, La Découverte, 1992, p. 233-248 (Textes à l’appui – Histoire classique).

Schmitt-Pantel 1992, SCHMITT-PANTEL P., La Cité au banquet : histoire des repas publics dans les cités grecques, Rome, Ecole française de Rome, 1992, 585 p. (Collection de l’École française de Rome ; 157).

Service 1962, SERVICE E.R., Primitive social organization : an evolutionary perspective, New York, Random House, 1962, xii + 211 p. (Random House studies in anthropology).

Testart 1993, TESTART A., Des dons et des dieux : anthropologie religieuse et sociologie comparative, Paris, Armand Colin, 1993, 144 p.

Testart 2001, TESTART A., Deux politiques funéraires, Trabalhos de Antropologia e Etnologia, Porto, 41, 3-4, 2001, p. 45-66.

Testart 2005, TESTART A., Eléments de classification des sociétés, Paris, Errance, 2005, 160 p. (Collection des Hespérides).

Tisseron 1999, TISSERON S., Comment l’esprit vient aux objets, Paris, Aubier, 1999, 231 p.

Turgeon 2003, TURGEON L., Patrimoines métissés : contextes coloniaux et postcoloniaux, Paris / Québec, Maison des sciences de l’Homme / Presses de l’Université Laval, 2003, 234 p.

Verger 1995, VERGER S., De Vix à Weiskirchen : la transformation des rites funéraires aristocratiques en Gaule du Nord et de l’Est au Ve siècle avant J.-C. , Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité, Rome, 107, 1, 1995, p. 335-458.

Haut de page

Notes

1 cf. Olivier 1995, p. 59-75, pour un rapide historique des recherches menées depuis les années 20 sur les modes d’organisation hiérarchique des sociétés du premier âge du Fer

2 On assiste à un déplacement des manifestations de pouvoir dans le funéraire du sud vers le nord. À l’ouest du Rhin, par exemple, la Bourgogne est délaissée au profit de la zone Aisne-Marne

3 La fin du second âge du Fer est également le témoin d’un nouveau bond vers les régions encore plus septentrionales des manifestations de pouvoir dans le funéraire. Une partie de la zone Aisne-Marne (partie centrale et méridionale) est abandonnée au profit de la Gaule Belgique

4 Le terme est pris ici dans l’acception que lui donnent des chercheurs comme M. Fried (Fried 1960), E.R. Service (Service 1962) ou encore A.W. Johnson et T. Earle (Johnson & Earle 1987), qui proposèrent des classifications des sociétés humaines par ordre de complexité croissante selon leurs niveaux « d’intégration sociale ».

5 Rappelons que la boisson contenue dans le chaudron d’origine grecque de la sépulture princière de Hochdorf n’était pas composée de vin mais d’hydromel (Körber-Grohne 1985, p. 121-122 ; Biel 1987, p. 126 et 178). De même, rien ne vient confirmer l’assertion selon laquelle le cratère de Vix aurait été rempli à moitié de vin, au moment de la condamnation de la tombe (Milcent 2004b, p. 315, note 97)

6 P.-Y. Milcent (2004a, p. 104), signale le dépôt d’une épée neuve, n’ayant visiblement jamais servi, à Déols, Liniez (Indre) et Polignac (Haute- Loire), en contexte Hallstatt C récent.

7 Pour S. Verger (1995, p. 440), pourtant défenseur d’une interprétation fonctionnelle orthodoxe du mobilier funéraire, la présence de chars à deux roues dans certaines sépultures féminines de La Tène ancienne, pourrait s’expliquer par référence à leur usage comme moyen de transport et non pas à leur fonction comme moyen de lutte armée. L’auteur établit de fait une distinction entre objets intervenant dans le cadre strict du rituel funéraire et objets relevant de la sphère du mobilier funéraire, c’est-à-dire des objets propres au défunt : « lorsqu’il constitue un élément du rituel, et non un objet du mobilier funéraire, le véhicule n’est pas déposé dans la sépulture principalement comme un attribut du défunt, susceptible de nous informer sur les fonctions de celuici. Ainsi, dans les tombes à char féminines de La Tène A, le char constitue le support du corps enterré et ne semble revêtir aucune connotation guerrière ». Tout le problème étant de toujours pouvoir distinguer, comme nous le propose l’auteur, entre objets rituels et mobilier funéraire

8 Poux 2004, p. 363-369 et plus particulièrement p. 367. Il règne une certaine confusion dans le texte de M. Poux qui, tout en rejetant apparemment l’idée de l’existence d’une acculturation des élites nord-alpines au symposion gréco-étrusque, pour des raisons purement matérielles (« absence d’amphores [de vin ou présence en trop faible quantité], de cratères ou d’autres indices propres à signaler une consommation de vin »), considère néanmoins que la vaisselle métallique importée ne peut renvoyer qu’à « une adoption partielle et éphémère du symposion classique ». Car ces objets, pour l’auteur, « documentent effectivement l’apparition de nouvelles habitudes de boisson faisant appel au vin importé, plus ou moins fidèlement calquées sur le symposion » (p. 367). La confusion que l’on décèle dans les propos tenus par M. Poux vient du fait que pour l’auteur, « pas plus chez les Celtes que chez leurs voisins Étrusques, Thraces ou Scythes, le festin classique et les nouveaux usages qu’il véhicule ne viennent combler un vide : ils se superposent, chez les peuplades indépendantes qui leur accordent une place, à des traditions festives héritées de la préhistoire  » (p. 367). Or, le problème n’est pas de savoir si ces nouvelles pratiques (matérialisées par la vaisselle importée) viennent ou non combler un vide, mais de savoir si la présence de vaisselle importée dans les sépultures des élites peut être ou non interprétée en terme d’acculturation. La réponse à cette question passe nécessairement par un décentrement de la problématique, comme je tente de le faire ici, vers d’autres modes d’interrogation qui ne soient pas uniquement fonctionnels. En s’enfermant dans une approche strictement fonctionnelle, que l’on perçoit nettement dans le lien étroit que l’auteur établit entre vin et fonction de la vaisselle importée, et qui lui permet de remettre en cause, mais en partie seulement (faute d’une absence absolue de toute trace d’amphore au nord des Alpes), l’idée d’une adoption du symposion gréco-étrusque, M. Poux, et nombre de ses devanciers ou de ses contemporains, s’est interdit d’aborder sous l’angle identitaire la présence de ces objets exotiques dans les tombes des élites nord-alpines

9 À propos d’un des trois lions ornant le bord du chaudron de Hochdorf, J. Biel (1988, p. 155 et 159) a cette remarque particulière qui en dit long sur la perception moderne que l’archéologue a généralement des objets anciens : « Un des lions a été perdu et remplacé par un artisan local. Cette réparation de par la manière dont elle a été exécutée, montre le peu de respect apporté à ces objets étrangers de grand prix » ; cf. également les remarques de B. Bouloumié (1988, p. 356-357)

10 ou qui n’étaient pas en mesure d’en apprécier tout le lustre, puisque qu’il est fort possible que la plupart des objets déposés dans les sépultures princières du Hallstatt D étaient emballés de plusieurs épaisseurs de tissus avant leur dépôt définitif dans la tombe, comme semble l’indiquer la présence très fréquente de restes de tissus sur nombre d’entre eux, et surtout la nouvelle évaluation du dépôt funéraire de la sépulture d’Hochdorf dont on sait désormais, grâce à un réexamen attentif du mobilier funéraire, que l’ensemble des objets, ainsi que le défunt, avaient été entièrement emmaillotés de plusieurs épaisseurs de tissus, sans doute avant leur mise au tombeau, cf. Banck-Burgess (1999, Abb. 4)

11 Les poignards seraient plutôt des armes d’apparat que de véritables armes de combat, tandis que les pointes de flèche et les rares fers de lance trouvés dans certaines sépultures aristocratiques se rapporteraient plutôt à des armes de chasse

12 Ce qui fut fort probablement le cas de la vaisselle métallique méditerranéenne, comme en témoigne la tradition pluriséculaire de la consommation de boissons alcoolisées en Europe occidentale et centrale, cf. en dernier lieu Poux (2004, p. 365-367)

13 Pour la période homérique, on se rapportera avec intérêt au discours de Sarpédon qui justifie ainsi les privilèges obtenus auprès de la communauté : « Glaucos, pourquoi donc nous honore-t-on, tous deux, plus que les autres, par les places de choix, les portions de viande et les coupes pleines, en Lycie ? Pourquoi tous nous regardent-ils comme des dieux et possédonsnous, sur les rives du Xanthe, d’un grand domaine, beau par ses vergers et ses terres à blé ? Maintenant il nous faut, au premier rang des Lyciens, debout, affronter la chaude bataille, pour qu’on dise, parmi les Lyciens strictement cuirassés : “ Ce n’est pas sans gloire qu’ils gouvernent la Lycie, nos rois ; ils mangent des moutons gras, avec des vins choisis, doux comme le miel ; mais leur vigueur aussi est excellente, puisqu’ils combattent au premier rang des Lyciens.” Si en effet, mon bon ami, à condition d’échapper à cette guerre, nous devions toujours être exempts de vieillesse et de mort, moi-même je ne combattrais pas au premier rang, et toi, je ne t’emmènerais pas dans la bataille glorieuse ; mais, puisque de toutes façons, les divinités de la mort se dressent près de nous par milliers— allons, donnons de la gloire à autrui, ou qu’il nous en donne. » (Iliade XII, 310-329, trad. E. Lasserre 1958)

14 cf. É. Scheid-Tissinier (1994-1995, p. 410), pour les différentes modalités de circulation des biens de prestige dans la Grèce homérique

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1a et 1b - Évolution spatiale des manifestations funéraires ostentatoires dans le cadre du complexe techno-économique nord-alpin du VIIIe au Ier s. avant J.-C.
Légende a : du VIIIe au premier quart du Ve s. avant J.-C. ; b : du second quart du Ve s. au premier quart du IIIe s. avant J.-C.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre 1c - Évolution spatiale des manifestations funéraires ostentatoires dans le cadre du complexe techno-économique nord-alpin du VIIIe au Ier s. avant J.-C.
Légende c : du second quart du IIIe au Ier s. avant J.-C.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre 2 - Carte de répartition des tombes à inhumation et à crémation du Hallstatt C (d’après Gerdsen 1989)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre 3 - Carte de répartition des tombes à char du Hallstatt C (d’après Pare 1992)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre 4 - Carte de répartition des tombes à épée du Hallstatt C.
Légende a : tombes ayant livré de la vaisselle métallique en bronze, un couteau en fer et des offrandes alimentaires (os de porc) ; b : tombes ayant livré une épingle, un nécessaire de toilette ou un rasoir en bronze (d’après Gerdsen 1989)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre 5 - Carte de répartition des tombes à char du Hallstatt D (d’après Pare 1992)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-6.png
Fichier image/png, 769k
Titre 6 - Typologies comparées des deux politiques funéraires de A. Testart et de L. Baray.
Légende Une nouvelle terminologie est proposée qui rend mieux compte, dans le contexte des sociétés des âges du Fer d’Europe occidentale, de l’existence de différences quantitatives et/ou qualitatives importantes au sein de la politique de dépôt funéraire
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/365/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Baray, « Dimension socio-économique et symbolique des dépôts funéraires aristocratiques d’Europe occidentale (VIIIe-Ier s. avant J.-C.) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://pm.revues.org/365

Haut de page

Auteur

Luc Baray

CNRS - UMR 5594 ARTeHIS, 5 rue Rigault, F-89100 Sens — recherche@cerep-musees-sens.net

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page