Navigation – Plan du site

Les coquillages alimentaires des dépôts et amas coquilliers du Mésolithique récent/final de la façade atlantique de la France

De la fouille à un modèle d’organisation logistique du territoire*
Catherine Dupont
p. 221-238

Résumés

Les populations mésolithiques vivant à proximité ou sur des zones de déchets coquilliers ont, par le passé, été associées à une image très négative. Ces ramasseurs de coquillages auraient ainsi établi leur campement dans des zones marginales dont personne ne voulait. Cette vision des populations côtières du Mésolithique tend, actuellement, a être modifiée par l’analyse de leur mode de subsistance et de résidence, jusque là peu prise en compte. Les caractéristiques de l’exploitation de la malacofaune marine montrent que la diversité des substrats et des espèces les plus accessibles a été exploitée. Elle traduit un comportement opportuniste de ces populations qui ne se sont pas limitées aux coquillages mais qui ont collecté, pêché et chassé tout ce qui était disponible dans leur environnement. D’autre part, les points communs aux différents sites du Mésolithique tendent vers un meilleur rendement de l’exploitation des coquillages en limitant les sous-systèmes techniques de l’acquisition et de la consommation de cette denrée. Enfin, des différences sont aussi observées. Elles opposent des sites à la faible diversité spécifique de la malacofaune, à d’autres de plus grande diversité. D’autres éléments tendent à dissocier ces deux types de sites. Les amas à la plus grande diversité spécifique se composent d’autres restes fauniques (mammifères terrestres et marins, oiseaux, poissons, crustacés...) et le temps de résidence semble y être plus prolongé que pour les autres sites où aucun reste de faune autre que les coquillages a été observé. Même si l’ébauche d’une organisation logistique du territoire demande à être validée, cette étude montre que ces populations mésolithiques ne sont pas isolées des autres groupes humains contemporains.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article reprend et développe le texte d’un séminaire de 3e cycle « Archéologie de la mer » fait à l’Université de Provence dans le cadre de l’option Préhistoire et Anthropologie du DEA Préhistoire, Archéologie, Histoire et Civilisations de l’Antiquité et du Moyen Âge.

Texte intégral

La place des dépôts et amas coquilliers dans l’évolution de la définition du Mésolithique

1Le terme de Mésolithique a été employé par les archéologues dès la fin du XIXe siècle et sa définition n’a cessé d’évoluer depuis (Zvelebil 1998). Confondu parfois avec celui d’Épipaléolithique, il représentait, à l’origine, une phase de transition entre le Paléolithique et le Néolithique. Souvent mal définies, les populations mésolithiques ont été associées à une image très négative et à une période de déclin (Rozoy 1978 ; Pluciennik 1998 ; Zvelebil 1998). La relative abondance des dépôts coquilliers de cette période le long de la façade atlantique en Espagne, au Portugal, en Angleterre, en Irlande, en France, aux Pays-Bas, au Danemark et en Suède ou près du Danube et du Rhin (Arnaud 1982 ; Zvelebil & Rowley-Conwy 1986 ; Bogucki 1987 ; Cooney 1987) a contribué à cette image de populations misérabilistes qui vivent de la consommation de mollusques.

2La définition du Mésolithique a ensuite été modifiée en plaçant l’économie de production, qu’est l’agriculture, comme le critère déterminant du Néolithique (Childe 1947 cité dans Zvelebil 1998). Le Mésolithique s’oppose donc, à partir de ce moment là, au Néolithique par un mode de subsistance basé sur la chasse, la collecte et la cueillette. Mais, la périodisation a entraîné une vision chronologique du Mésolithique et du Néolithique et indirectement une idée d’évolution sociale graduelle qui reste souvent ancrée dans les discours (Pluciennik 1998 ; Zvelebil 1998).

3En France comme dans la majorité des pays cités ci-dessus, les sites mésolithiques placés à proximité de la côte semblent perdurer plus longtemps que ceux de l’intérieur des terres (Bogucki 1987 ; Gregg 1988 ; Kimball 2000). Même si la présence d’environnements productifs n’est sans doute pas le seul facteur ayant entraîné le développement d’économies basées sur les ressources marines à la fin du Mésolithique (Whittle 1990), l’apport alimentaire riche, varié et régulier des écosystèmes aquatiques est souvent avancé pour expliquer ce phénomène (Bogucki 1987 ; Gregg 1988 ; Kimball 2000). De plus en plus, l’image traditionnelle des Mésolithiques est modifiée. En effet, leur présence tardive dans les régions côtières tend à être associée à une sédentarisation prolongée qui aurait pu entraîner le développement d’une organisation socio-économique complexe (Zvelebil & Rowley-Conwy 1986).

4Les sites archéologiques de la façade atlantique de la France sont bien souvent intégrés à ces schémas conceptuels. Cependant, les données citées sont souvent celles de la moitié du XXe siècle avec les amas coquilliers de Téviec et Hoëdic (Péquart et al. 1937, Péquart & Péquart 1954). Les fouilles de l’époque étaient focalisées sur les sépultures associées aux amas coquilliers et, finalement, peu de données sont connues de la composition et de l’organisation des déchets culinaires et donc du mode de subsistance et de résidence de ces populations. Ainsi, plusieurs programmes français tendent de pallier cette lacune en intégrant non seulement les informations liées à l’exploitation des différentes ressources alimentaires et au mobilier funéraire (N. Desse-Berset pour l’ichtyofaune, C. Dupont pour la malacofaune, Y. Gruet pour les crustacés, R. Schulting pour les analyses isotopiques des ossements humains et A. Tresset pour les mammifères et l’avifaune) mais aussi celles apportées par les études lithiques (Marchand, ce volume).

5Cet article est un bilan des données apportées par l’analyse de la malacofaune marine consommée par les Mésolithiques le long de la façade atlantique de la France. La variabilité des restes coquilliers de par le monde est telle que, dans un premier temps, la définition des termes de dépôts et d’amas coquilliers utilisés est précisée. Plusieurs obstacles s’opposent à la comparaison des sites tels les biais taphonomiques, l’hétérogénéité des méthodes de fouille employées et des quantités de témoins archéologiques isolées à la fouille. Malgré ces biais, des ressemblances dans l’exploitation de la malacofaune marine sont observées entre les sites mésolithiques. Enfin, quelques différences permettent de proposer, à partir des coquillages alimentaires, un modèle d’organisation logistique du territoire des derniers Mésolithiques de la façade atlantique.

La description et les méthodes de fouille des niveaux coquilliers mésolithiques de la façade atlantique française

La définition des termes d’amas et de dépôts coquilliers

6Les rejets coquilliers sont des lieux où les populations vivent, où elles rejettent leurs déchets et où, parfois, elles enterrent leurs morts (Rozoy 1978 ; Andersen 1993 ; Armit & Finlayson 1992 ; Cauwe 2001). Ils peuvent présenter, selon les régions et les périodes observées, des formes et des volumes très variables. Plusieurs essais de classification des amas coquilliers anthropiques ont été tentés qui prennent en compte la composition malacofaunique des dépôts, la présence ou non d’artefacts liés à d’autres activités et leur position géographique (Claassen 1991 ; Andersen 1993). Cependant, la variabilité des restes coquilliers en fonction de la zone géographique où ils sont découverts est telle qu’aucune des classifications existantes n’a pu être appliquée à ceux de la façade atlantique de la France. D’autre part, comme le montre R. Chenorkian, la détermination d’amas coquilliers a pu être appliquée à des sites archéologiques tandis que les coquilles représentaient une infime fraction du site (Chenorkian 1988). Ce problème de terminologie et cette lacune du vocabulaire a encouragé l’établissement d’une classification des rejets coquilliers adaptée à ceux trouvés le long de la façade atlantique de la France. Les critères utilisés pour différencier les rejets coquilliers sont le mode de dépôt, la morphologie de l’ensemble du rejet et le volume des coquillages observés dans notre zone d’étude. Tout d’abord, la position des rejets par rapport au substrat est prise en compte (fig. 1). Ensuite, le terme de lit coquillier a été utilisé quand les coquilles sont déposées sous forme de couches horizontales. Ceux d’amas et de dépôt coquillier soulignent un aspect plus massif du rejet. La différenciation entre amas et dépôt coquillier est seulement liée au volume de ces accumulations. Cette classification n’est pas exhaustive et n’a de valeur que pour la zone géographique où elle a été établie : la façade atlantique de la France. Elle est, bien sûr, susceptible d’être modifiée en fonction de nouvelles découvertes.

1 – Classification des rejets coquilliers de la façade atlantique française

1 – Classification des rejets coquilliers de la façade atlantique française

7Si cette classification est appliquée aux rejets coquilliers du Mésolithique de la façade atlantique de la France, tous sont des amas coquilliers (Téviec, Hoëdic, Beg-er-Vil, Beg-an-Dorchenn, Beg-an-Tour, Saint-Gildas IB) à l’exception du dépôt coquillier de Saint-Gildas IC (Préfailles, Loire-Atlantique) (pour la localisation géographique des sites et leur description se reporter à Marchand, ce volume). Saint-Gildas IC se situe sur le même promontoire rocheux que Saint-Gildas IB et ses dimensions, lors de la découverte, étaient d’environ de 2,50 m de long par 0,80 m de large et de 0,25 m au-dessus du sol (Rozoy 1978). L’épaisseur maximale décrite pour les amas coquilliers mésolithiques de la façade atlantique est d’un mètre (Marchand, ce volume). Même si cette valeur est faible comparée aux immenses amas coquilliers d’autres régions de plusieurs dizaines de mètres de hauteur (Fairbridge 1976), les amas coquilliers bretons représentent les rejets de coquilles les plus volumineux du Mésolithique et les tests y sont le composant majoritaire.

L’évolution taphonomique des amas et des dépôts coquilliers

8Notre vision de ces amas est fortement biaisée par rapport au dépôt d’origine. En effet, la plupart de ces amas ont été recouverts d’un niveau de dune holocène qui masque complètement l’irrégularité qu’ils peuvent représenter dans le paysage (Péquart et al. 1937 ; Péquart & Péquart 1954 ; Kayser 1987 ; Dupont 2003). De plus, leur constante dégradation agit fortement sur l’épaisseur de ces couches coquillières. Ainsi, à Beg-an-Dorchenn, O. Kayser note pour les fouilles qu’il a effectuées en 1984 que « la puissance de la couche était de 0,35 m en moyenne contre 0,80 à 1 m d’épaisseur dans les zones anciennement fouillées » (Kayser 1985). Puis, l’opération effectuée en mai 2001 a permis l’observation d’une couche coquillière de 30 cm seulement (fig. 2). Ainsi, il ne faut pas perdre de vue que ce qui est observé actuellement représente une partie seulement du rejet d’origine.

9La typologie des restes de patelles en fonction de leur degré d’altération a été appliquée au prélèvement réalisé en 2001 sur le site de Beg-an-Dorchenn dans les quarts de mètre carré A et C (fig. 3, 4). Une altération plus prononcée de la patelle vers la surface et la base est effectivement observée en C. Cette observation peut être liée à un plus faible confinement des zones présentes à la périphérie de l’amas, à la différence du centre du rejet où la plus forte concentration de coquilles a pu, par une dissolution d’une partie d’entre elles, stabiliser le pH (potentiel Hydrogène) du sédiment. Dans le carré A, la situation est plus confuse. La patelle est légèrement plus dégradée qu’en C. Elle ne montre pas de grande différence selon les passes. Or, le carré A jouxtait le sondage ouvert par O. Kayser et pouvait être, de ce fait, moins confiné que le C. Ainsi, les observations faites en A et en C montrent que les zones placées en périphérie de l’amas sont plus dégradées.

10Cette altération peut être liée à de nombreux agents taphonomiques tels la porosité, la perméabilité, le tassement, le pH, les vers et les racines (Boekschote 1966 ; Bailey 1975 ; Stein 1992 ; Lorblanchet 1999). Ceux-ci agissent de la formation du dépôt à leur découverte. Mais, d’autres biais s’opposent également à notre vision des restes coquilliers.

2 – Beg-an-Dorchenn, coupe du sondage 2001 (relevé et DAO : G. Marchand).

2 – Beg-an-Dorchenn, coupe du sondage 2001 (relevé et DAO : G. Marchand).

3 – Emplacement du prélèvement 2001 (A, B, C, D) par rapport aux fouilles (encadré) menées par O. Kayser d’après le plan original de 1987 d’O. Kayser (DAO : G. Marchand). Carrés de 1 m sur 1 m.

3 – Emplacement du prélèvement 2001 (A, B, C, D) par rapport aux fouilles (encadré) menées par O. Kayser d’après le plan original de 1987 d’O. Kayser (DAO : G. Marchand). Carrés de 1 m sur 1 m.

4 – Évolution de la dégradation de la patelle selon la stratigraphie de Beg-an-Dorchenn dans les carrés A et C.

4 – Évolution de la dégradation de la patelle selon la stratigraphie de Beg-an-Dorchenn dans les carrés A et C.

Les méthodes de fouille adaptées aux rejets coquilliers

11En effet, les proportions de coquillages conservés lors de la fouille par rapport au dépôt d’origine sont parfois très faibles. Cela vaut tout particulièrement pour les rejets alimentaires. Ainsi, moins de 2 kg de tests ont été conservés après ramassage à vue pour le site de Téviec tandis que 324 m2 de couche coquillière y ont été décrits (Péquart et al. 1937). Pour Hoëdic, 5 kg de coquillages alimentaires avaient été ramassés par M. et S.-J. Péquart pour un site d’une surface de plus de 200 m2 (Péquart & Péquart 1954). Il est difficile de répondre à la question du volume minimum à ramasser pour que l’échantillon soit représentatif du dépôt coquillier car les volumes et le degré de conservation du matériel sont très variables d’un site à l’autre. Pour les rejets les plus volumineux et les plus denses en coquilles, les essais d’estimation d’un volume minimum au-delà duquel les proportions des espèces ne varient pas significativement montrent que ce volume est différent selon les sites. Par exemple, pour Beg-er-Vil, il est de 93 litres tandis que, pour Beg-an-Dorchenn, il est de 88 litres (Dupont 2003). La prudence doit malgré tout être de mise car ce volume dépend du volume maximum pris comme référence.

12De plus, l’application du tamisage est loin d’être systématique sur de tels dépôts. La méconnaissance des informations apportées par les restes fauniques et la saturation rapide des tamis en milieu coquillier peuvent en partie l’expliquer. Or, de nombreux restes tels des coquillages très fragiles, des restes ichtyologiques et des crustacés sont parfois très difficiles à déceler sans l’application d’un tamisage. Dans le but de montrer la distorsion apportée sur notre vision de la malacofaune entre un ramassage à vue et un tamisage, une expérimentation a été réalisée sur un des sites mésolithiques à coquilles les mieux documentés : Beg-er-Vil. Dans un premier temps, des sachets de sédiments (107 litres au total) prélevés par O. Kayser en 1987 ont été étalés (Kayser 1987). Puis, les éléments bien visibles ont été isolés du reste des échantillons (NR V du tableau 1). La totalité du matériel étant recouverte d’un sédiment noirâtre, la dimension des restes coquilliers a largement motivé ce ramassage à vue. Dans un second temps, ce qui reste de chaque échantillon a été tamisé à l’eau à l’aide d’une colonne de tamis de mailles carrées de 5 et 1 millimètres. Étant donné l’extrême dégradation du matériel et son abondance, seuls les éléments supérieurs à 5 millimètres ont été comptés. Le nombre de coquilles après tamisage comprend celles issues du ramassage à vue additionnées de celles de taille supérieure à 5 mm (NR T du tableau 1). La diversité spécifique ainsi que les quantités relatives de chaque espèce du lot ramassé à vue ont été comparées à celles obtenues après tamisage. Les espèces qui n’avaient pas été identifiées à vue sont au nombre de neuf (fond grisé du tableau 1). La diversité spécifique passe ainsi de 12 espèces repérées à vue à 22 après un tamisage. La petite taille de Gibbula umbilicalis, de Lacuna parva, de Trivia monacha et de Hiatella sp. peut expliquer leur absence lors du ramassage à vue (fig. 5). Elles ont pu être amenées par hasard sur le site fixées à d’autres produits marins ramassés, quant à eux, volontairement par les hommes. Callista chione, Lutraria lutraria et Pecten maximus, de grande taille, ont également été identifiés uniquement après tamisage sous forme de rares débris (fig. 5). Tandis que P. maximus est inaccessible à pied sec, Callista chione et Lutraria lutraria ne peuvent être collectées que lors de très basses mers de vive-eau. Leur faible présence dans l’amas peut s’expliquer par cet accès limité. La dernière catégorie ignorée par le ramassage à vue comprend les tests d’une extrême fragilité de Solen marginatus et de Scrobicularia plana (fig. 5). Ainsi, aucun reste de scrobiculaire n’avait été repéré par un ramassage à vue pour plus de 700 restes après tamisage. De même, le faible nombre de restes de la moule Mytilus edulis (fig. 5) détectés après un ramassage à vue faisait de celle-ci une espèce minoritairement collectée voire ramassée par hasard. Or, le tamisage démontre le contraire avec plus de 13000 restes de cette espèce identifiés. Les proportions relatives de chaque espèce par rapport à l’ensemble de la malacofaune ont été calculées en NR et en NMI avant et après tamisage dans le but de voir si les espèces majoritaires étaient variables selon la technique de fouille utilisée (Tableau 2). D’un ramassage à vue à un tamisage les proportions de la moule sont multipliées par un coefficient de 77 en NMI passant de 0,4 à 29 %. Selon la technique de ramassage à la fouille, les proportions et l’ordre des cinq espèces majoritaires sont variables (tableau 2). Ainsi, la moule est, après tamisage, au premier rang des espèces en NMI. La vision des territoires de collecte exploités peut donc se trouver biaisée en l’absence d’un tamisage. Un test du Chi-Deux (c2) appliqué aux deux distributions du NMI des taxons avant et après tamisage montre une différence statistiquement significative au seuil de 0,05 (χ2 = 12,59, ddl = 6) (Schwartz 1980 ; Dupont 2003). Cette expérimentation, appliquée au site de Beg-er-Vil, montre donc que selon la technique de prélèvement utilisée à la fouille, la vision du spectre de la malacofaune ou, du moins, les proportions des espèces les plus abondantes sont significativement différentes.

Tableau 1 – Comparaison du nombre de restes et du nombre minimum d’individus à vue et après tamisage au sein du site mésolithique de Beg-er-Vil.

Tableau 1 – Comparaison du nombre de restes et du nombre minimum d’individus à vue et après tamisage au sein du site mésolithique de Beg-er-Vil.

5 – La malacofaune marine de Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan).

5 – La malacofaune marine de Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan).

1 : Patella sp. ; 2 : Osilinus lineatus ; 3 : Littorina littorea ; 4 : Nucella lapillus ;
5 : Cerastoderma edule ; 6 : Ocenebra erinaceus ; 7 : Ostrea edulis ; 8 : Anomia ephippium ; 9 : Littorina obtusata ; 10 : Nassarius reticulatus ;
11 : Gibbula umbilicalis ; 12 : Mytilus edulis ; 13 : Callista chione ; 14 : Tapes decussatus ; 15 : Solen marginatus ;
16 : Chlamys varia ; 17 : Glycymeris glycymeris ; 18 : Scrobicularia plana ; 19 : Lacuna parva ; 20 : Trivia monacha ; 21 : Pecten maximus ; 22 : Hiatella sp. ; 23 : ÄLutraria sp.

Dessin : C. Dupont.

13Enfin, les données tirées de la bibliographie ne donnent pas toujours accès aux mêmes variables (masse de coquilles, nombre de restes, nombre minimum d’individus).

14Les biais présentés ci-dessus sont autant d’éléments qu’il faut prendre en considération dans la comparaison de l’exploitation de la malacofaune marine entre sites.

15Pour les coquillages alimentaires, la masse des coquilles a été privilégiée, lorsqu’elle est disponible, pour décrire les assemblages fauniques. Elle permet, en effet, de limiter l’importance relative des petites espèces présentes en grande quantité et au faible apport nutritif.

16Quelles sont les sources d’informations disponibles pour la malacofaune des sites mésolithiques de la façade atlantique ? Les sites de Beg-an-Dorchenn et de Beg-er-Vil sont de loin les mieux documentés avec un peu plus de 15 kg de coquilles étudiées après un tamisage à 5 mm. Pour Beg-an-Dorchenn, les données du sondage Dupont et Marchand réalisé en 2001 ont été utilisées. Pour Beg-er-Vil le sédiment prélevé lors des fouilles d’O. Kayser a été tamisé en laboratoire. Moins de 2 kg de coquilles alimentaires de Téviec et de Hoëdic ont été ramassés à vue à l’issue des fouilles du milieu du XXe siècle. La comparaison entre les restes déposés au musée de Carnac et ceux décrits en bibliographie a montré d’importantes distorsions entre ces deux sources d’information (Dupont 2003). D’autre part, l’analyse de la taille des individus déposés au musée de Carnac a montré la sélection des grands coquillages. De nombreux biais s’opposent ainsi à la bonne représentativité de ces deux échantillons. Un retour sur l’île de Hoëdic en 2001 a permis le tamisage d’un petit échantillon (Dupont 2003). Malgré un nombre réduit de restes coquilliers isolés à l’issue de cette opération (1,6 kg), les informations apportées complètent le lot observé à Carnac. Pour les sites placés sur le promontoire de Saint-Gildas un nombre minimal d’individus de 172 a été publié pour Saint-Gildas IC et de 829 pour Saint-Gildas IB (Tessier 1984). La masse de coquilles isolées à vue n’a pas été mentionnée par M. Tessier. Le faible nombre de restes retenus pour le IC peut être lié au faible volume de ce dépôt. Enfin, les données malacofauniques du site de Saint-Gildas IB ont été complétées en 2003 par un prélèvement. Malheureusement, moins d’un kilogramme de restes malacofauniques a pu être étudié lors de cette opération. Malgré tout, le tamisage appliqué à ce dépôt permet de compléter les données issues des ramassages de M. Tessier.

Les caractéristiques des dépôts et amas coquilliers du Mésolithique récent/ final

La position géographique des sites mésolithiques le long de la façade atlantique

17La majorité des sites du Mésolithique où des rejets alimentaires coquilliers ont été trouvés est localisée en Bretagne et en Pays-de-la-Loire. Plus au sud, les indices de la consommation de coquillages sont minces pour cette période. Seules quelques coquilles ont été trouvées à La Pierre-Saint-Louis (Geay, Charente-Maritime - information Y. Gruet). D’autre part, les rejets coquilliers du Mésolithique sont, pour la plupart, actuellement attaqués par la mer et les sites de plein air, témoignant de la consommation de coquillages antérieure à cette période, sont absents pour la région considérée. Cette observation peut être liée à la remontée du niveau marin qui a sans doute provoqué l’immersion des sites précédant le stade final du Mésolithique et permis la seule conservation des sites protégés par des barres rocheuses et positionnés en hauteur. Ainsi, l’apparition des amas coquilliers souvent décrite à la fin du Mésolithique doit être relativisée (Bailey & Milner 2002). D’autre part, la synthèse faite pour les restes malacofauniques du Mésolithique et du Néolithique montre que la rareté des rejets coquilliers associés à une occupation mésolithique dans le Centre-Ouest de la France peut être liée à une adoption de l’économie de production ou à l’arrivée d’une population qui maîtrise déjà l’élevage plus précocement qu’en Bretagne (Dupont 2003). Ainsi, la variabilité du phénomène de néolithisation liée aux variations du niveau marin a pu entraîner cette distorsion dans la répartition des rejets alimentaires mésolithiques.

Tableau 2 – Proportion des espèces de Beg-er-Vil selon la méthode de ramassage utilisé.

Tableau 2 – Proportion des espèces de Beg-er-Vil selon la méthode de ramassage utilisé.

La position des sites par rapport au trait de côte lors de leur fonctionnement

18L’étude de l’exploitation de la malacofaune est indissociable de celle du paléoenvironnement. En effet, le milieu marin est en constante évolution et l’image qu’offre la côte actuelle peut être bien différente de ce qu’elle était au cours de la préhistoire. Au Mésolithique récent/final, malgré un ralentissement de la remontée du niveau marin par rapport aux périodes précédentes, la transgression flandrienne se poursuit. Une même démarche a été appliquée aux sites mésolithiques de la façade atlantique de la France (Dupont 2003). Elle consiste à prendre en compte à la fois la marge de datations obtenue pour chacun des sites, les sondages paléoenvironnementaux, la nature des fonds marins, ainsi que les différentes courbes de variations du niveau marin (Ters 1973 ; Morzadec-Kerfourn 1974 ; Delibrias & Morzadec-Kerfourn 1975 ; Pinot 1975 ; Pirazzoli 1991). De ces informations, et malgré les imperfections qu’elles peuvent présenter, une distance théorique du site à l’estran ainsi que la nature des substrats accessibles peuvent en être déduites et sont résumées dans le tableau 3 (pour plus de détails voir Dupont 2003). Cette première donnée montre que ces sites, où la malacofaune a été consommée, étaient proches de l’environnement marin. Une distance de la côte aux campements supérieure à un kilomètre ne semble pas rentable pour l’exploitation de la malacofaune marine.

Tableau 3 – Estimation de la nature des substrats les plus proches au Mésolithique récent / final et de la distance entre les sites mésolithiques et la mer lors du fonctionnement des sites et rappel de la distance actuelle (++ : accessibilité majoritaire ; + : accessibilité minoritaire ; - : accessibilité très limitée).

Tableau 3 – Estimation de la nature des substrats les plus proches au Mésolithique récent / final et de la distance entre les sites mésolithiques et la mer lors du fonctionnement des sites et rappel de la distance actuelle (++ : accessibilité majoritaire ; + : accessibilité minoritaire ; - : accessibilité très limitée).

L’exploitation de la malacofaune marine au Mésolithique récent / final

19Les données obtenues sur le paléoenvironnement ont été comparées aux biotopes d’origine des espèces collectées par les Mésolithiques. Elles ont permis de mettre en évidence des points communs pour l’exploitation de la malacofaune marine entre les différents sites du Mésolithique.

20Les histogrammes de distribution des substrats dont sont originaires les coquillages consommés ont, dans un premier temps, été dressés (fig. 6). Pour les sites de Saint-Gildas seul le NMI a été indiqué par M. Tessier (Tessier 1984). Il est probable que l’espèce de vase Scrobicularia plana ait été sous-estimée dans ces décomptes, comme semble le montrer le prélèvement réalisé en 2003. Malheureusement ce dernier n’a pas permis l’étude d’une quantité de coquilles très importante. Ces différentes données ont malgré tout été représentées dans ce graphique et seront utilisées dans la suite de la démonstration tout en relativisant leur portée en fonction de l’origine du matériel analysé. Parmi les six sites représentés dans la figure 6, trois (Beg-an-Dorchenn, Beg-er-Vil, Saint-Gildas IC) montrent une exploitation diversifiée des substrats. En effet, pour ces sites le substrat représenté en seconde position atteint encore entre 28 et 48 %. Cette diversification des milieux exploités peut être liée à l’accessibilité pour ces populations mésolithiques à différents substrats (Tableau 3). La proximité d’un estuaire a encouragé l’exploitation du substrat vaseux à Saint-Gildas IB et IC (Marchand et al. 2002). Quant à la distorsion entre les deux histogrammes de Saint-Gildas IB, elle peut être liée à la sous-estimation de la scrobiculaire par le ramassage à vue de M. Tessier mais également à l’aspect restrictif du prélèvement, en 2003, qui a pu être réalisé sur une concentration de scrobiculaire du dépôt d’origine. Quoi qu’il en soit pour les deux sites de Saint-Gildas localisés lors de leur fonctionnement à proximité d’un estuaire, les populations ont exploité à la fois la vasière et, en plus ou moins grande proportion, les rochers. Pour Téviec et Hoëdic, la faible représentation des deux milieux meubles (entre 1 et 6 %) semble’être influencée par leur accès limité. En effet, le substrat rocheux est majoritaire sur les côtes avoisinant ces deux sites (Dupont 2003). Cette caractéristique pourrait correspondre à un comportement opportuniste de ces populations qui semblent avoir exploité toute la diversité de la malacofaune disponible dans l’environnement marin proche du site.

6 – Histogrammes de distribution des substrats d’origine de la malacofaune marine consommée (M : masse ; NMI : Nombre Minimum d’Individus).

6 – Histogrammes de distribution des substrats d’origine de la malacofaune marine consommée (M : masse ; NMI : Nombre Minimum d’Individus).

21Comme le montre la figure 7, les espèces majoritai-rement consommées au Mésolithique sont toutes accessibles dès le moyen estran. Elles ont pu être collectées quasi quotidiennement et ce pendant plusieurs heures. D’autre part, malgré la diversité des substrats exploités, le milieu rocheux domine, au Mésolithique, pour 4 sites sur 6 étudiés (fig. 6). Ce fait peut être lié à la présence majoritaire de ce substrat à proximité des sites étudiés. Mais le « succès » du substrat rocheux, peut aussi être rapproché d’une plus grande accessibilité des espèces qui y vivent. En effet, contrairement aux deux autres substrats (le sable et la vase), les coquilles sont directement repérables à la surface du rocher. Le temps consacré à la recherche de la malacofaune est donc plus limité dans le cas de l’exploitation du milieu rocheux. Ainsi, les populations mésolithiques semblent s’être adaptées aux espèces les plus accessibles.

7 – Répartition altitudinale des coquillages consommés au Mésolithique le long de la façade atlantique française (les espèces dont la photographie est présente sont celles qui sont majoritaires).

7 – Répartition altitudinale des coquillages consommés au Mésolithique le long de la façade atlantique française (les espèces dont la photographie est présente sont celles qui sont majoritaires).

22Enfin, la patelle (Tableau 4) est présente parmi les deux espèces les plus consommées pour cinq sites parmi les six observés. Cette préférence a également été observée pour la majorité des amas coquilliers de la façade atlantique localisés à proximité de côtes rocheuses comme certains de l’ouest de l’Écosse, de l’Irlande et du Portugal (Mellars 1978 ; Russell et al. 1995 ; Tavares da Silva & Soares 1997 ; McCarthy et al. 1999). Les caractéristiques de sa consommation ajoutées à son accès facile, à son abondance sur les rochers et à sa présence possible dès le haut niveau de l’estran peuvent expliquer son succès. En effet, la consommation de ce gastropode conique ne présente pas de difficulté. Contrairement aux gastropodes turbinés où l’accès à la chair nécessite, soit une ébullition, soit une cassure de l’apex, soit l’écrasement du test, celui de la patelle peut se faire directement (Mellars 1978 ; Russell et al. 1995 ; Vigne 1995 ; McCarthy et al. 1999). L’étape de la préparation avant consommation est donc minime pour cette espèce. C’est d’ailleurs un des coquillages les plus rentables de la côte atlantique (Mellars 1978) avec une proportion de chair comprise entre 46 et 60 % d’un animal frais (Dupont & Gruet 2002). De plus, parmi les quatre autres espèces majoritairement consommées, seuls des bivalves sont présents (Tableau 4). Le simple contact de ces coquillages avec une source de chaleur provoque leur ouverture et donne accès à la chair.

23Ainsi, les populations mésolithiques de la façade atlantique française qui ont consommé des coquillages marins semblent s’être adaptées à leur environnement proche. Cette caractéristique, associée à une exploitation diversifiée du milieu marin, reflète un comportement opportuniste de ces populations. Enfin, les points communs observés montrent des choix similaires qui aboutissent à une simplification des sous-systèmes techniques de l’acquisition et de la consommation de la malacofaune et tendent vers un meilleur rendement de l’exploitation de cette ressource.

Tableau 4 – Les deux taxons majoritaires de la malacofaune marine alimentaire des sites mésolithiques (+ : taxon majoritaire).

Tableau 4 – Les deux taxons majoritaires de la malacofaune marine alimentaire des sites mésolithiques (+ : taxon majoritaire).

Une organisation logistique du territoire côtier au Mésolithique récent/ final

Les différences entre les dépôts et amas coquilliers mésolithiques

24Malgré ces points communs entre les dépôts et amas coquilliers mésolithiques, quelques différences ont également été observées. Les spectres malacofauniques sont présentés dans la figure 8. La mauvaise représentativité de l’échantillon de Téviec fait qu’il a été écarté de cette figure. À Beg-an-Dorchenn et Beg-er-Vil, qui sont les amas coquilliers les mieux documentés quantitativement, la diversité observée au niveau des substrats exploités se retrouve pour les coquillages collectés. Les proportions de 4 à 6 espèces doivent être additionnées pour obtenir plus de 90 % de la masse totale de coquilles consommées. C’est également le cas de l’échantillon de Hoëdic issu du tamisage, mais dont une plus faible quantité a été observée (fig. 8). Pour les sites de Saint-Gildas, l’addition des pourcentages de deux à trois espèces suffit à obtenir plus de 90 % du NMI et de la masse. Si on exclut Téviec, moins fiable du point de vue de la représentativité de l’échantillon prélevé par rapport à l’ensemble du site, la plus grande diversité spécifique des sites de Hoëdic, Beg-an-Dorchenn et de Beg-er-Vil s’oppose à celle légèrement plus réduite des sites de Saint-Gildas. Les données de ces derniers sites ont pu être biaisées par la faible quantité de restes et les techniques de ramassage. Malgré tout, d’autres différences semblent opposer les sites à plus forte diversité spécifique de ceux de Saint-Gildas.

8 – Les spectres malacofauniques du Mésolithique.

8 – Les spectres malacofauniques du Mésolithique.

A : Beg-an-Dorchenn 2001 M = 25,9 kg ; B : Beg-er-Vil M = 15,5 kg ; C : Hoëdic 2001 M = 1,6kg ; D : Saint-Gildas IC Tessier NMI = 172 ; E : Saint-Gildas IB 2003 M = 0,2 kg ; F : Saint-Gildas Tessier IB NMI = 829 avec M : masse totale de coquilles étudiées et NMI : nombre minimum d’individus total étudié).

Les sites à faible diversité spécifique

25Les sites à faible diversité malacofaunique se composent de rejets où les coquilles sont les seuls restes de faune identifiés (Saint-Gildas IB et IC). La sélection plus importante des espèces qui y ont été consommées pourrait correspondre à une exploitation ponctuelle dans le temps du territoire accessible. En effet, la collecte d’un nombre d’espèces restreint peut rapidement entraîner l’épuisement des bancs naturels les plus proches du site. Le volume d’un mètre cube du dépôt coquillier de Saint-Gildas IC suggère également une courte fréquentation du lieu. Celui de Saint-Gildas IB, estimé à 60 m3, est plus volumineux et pourrait traduire une résidence un peu plus longue. Cependant, en l’absence de données stratigraphiques, l’accumulation de dépôts successifs espacés dans le temps ne peut pas être écartée. D’autre part, aucune structure (foyer, sol d’habitation) n’a été observée dans ou à proximité de ces rejets. Les sites de Saint-Gildas, séparés dans le temps au vu des datations radiocarbones (7520 ± 140 B.P. Gif-3531 soit 6293 à 5687 av. J.-C. pour IB et 6790 ± 90 B.P. Gif-4847 soit 5486-5142 av. J.-C. pour IC, cal. 2 sigmas ; Tessier 1984 ; Marchand 1999) pourraient donc être le reflet d’une fréquentation régulière, mais courte dans le temps, du promontoire de Saint-Gildas. Des petits groupes d’une population auraient ainsi pu faire des expéditions saisonnières pour exploiter une ressource naturelle. La malacofaune aurait pu être le but de ces déplacements. Mais, plusieurs éléments permettent d’en douter. Bien qu’il y ait un biais lié à la taphonomie, en l’état actuel des recherches, aucun site de l’intérieur des terres n’a été trouvé associé à des quantités importantes de coquilles. Cependant, la chair de l’animal aurait pu être désolidarisée de la coquille avant son transport. Mais, la légèreté du test de la scrobiculaire limite le gain apporté par le détachement de la chair de l’animal de son test (diminution du poids à transporter) vis-à-vis du coût (temps de préparation) que cette étape demande. De plus, les rejets observés peuvent tout aussi bien correspondre uniquement au repas de ces expéditions. La reconstitution du paléoenvironnement montre que ces stations étaient placées à proximité d’un large estuaire (Dupont 2003). Or, l’écosystème estuarien est au centre de nombreuses migrations (poissons, oiseaux). Les Mésolithiques ont pu exploiter une de ces ressources, plus abondante à certains moments de l’année, et consommer des coquillages le temps de leur halte. L’absence de restes de faune autres que les coquilles sur les sites de Saint-Gildas peut correspondre au transport du produit recherché vers un camp de base. Le rejet de restes de poissons sur leur lieu de pêche, à quelques dizaines de mètres des coquilles, n’est pas non plus exclu. Les biais liés à une conservation différentielle ne peuvent cependant pas être exclus au sein même des assemblages de Saint-Gildas. Malheureusement, le régime alimentaire d’éventuels camps de base situés à proximité de la pointe de Saint-Gildas n’est pas connu.

Les sites à grande diversité spécifique

26Le second ensemble de sites de la fin du Mésolithique observé correspond à ceux de plus large spectre malacofaunique : Hoëdic, Beg-an-Dorchenn et Beg-er-Vil. À la différence des sites à faible diversité spécifique, ces amas coquilliers sont composés d’autres restes alimentaires que les coquillages. Cet élément permet d’associer Téviec à cet ensemble qui avait été écarté de l’analyse des spectres malacofauniques du fait de sa faible représentativité. Ainsi, l’alimentation terrestre carnée a bien été identifiée (cerf Cervus elaphus, chevreuil Capreolus capreolus, sanglier Sus scrofa, aurochs Bos primigenius en sont les principaux composants), celle d’origine végétale n’est connue que par de minces indices (restes de noisettes et de pépins de poire Pirus cordata) (Péquart et al. 1937 ; Gebhardt & Marguerie 1993). La diversité offerte par la frange littorale a été exploitée comme en témoignent les restes de poissons (Labridés, Gadidés, Sparidés, petits requins hâ Galeorhinus galeus, raie Raja sp. ; l’analyse en cours de N. Desse-Berset montre qu’au moins 6 espèces ont été pêchées à Beg-an-Dorchenn), de céphalopodes (seiche Sepia officinalis), de crabes (au moins quatre espèce ont été identifiées à Beg-an-Dorchenn et Beg-er-Vil) (Gruet 2002 ; Dupont & Gruet sous presse), de coquillages et de cétacés (phoques et baleines sans doute ramassés après leur échouage). De plus, une partie de la faune chassée doit sa présence à son affinité avec l’environnement marin. C’est le cas des oiseaux marins, bien représentés à Téviec (Péquart et al. 1937 ; Schulting et al. soumis). Ainsi, l’exploitation de toute la diversité des ressources offertes par l’environnement voisin du site entrevue par l’analyse malacofaunique se confirme pour les autres sources de nourriture.

27Contrairement à ce qui a été observé à Saint-Gildas, plusieurs structures (foyers culinaires, aire dallée, muret) témoignent des activités quotidiennes d’une population sur ces sites (Marchand, ce volume). Ces différentes structures peuvent témoigner d’une fréquentation sans doute plus longue de ces amas que ce qui a été observé à Saint-Gildas.

28Le volume des rejets (entre 195 et 60 m3) peut suggérer un temps de résidence assez prolongé sur les sites. L’évaluation approximative de la masse totale de coquilles accumulées à Beg-an-Dorchenn pourrait représenter plus de 5 tonnes de coquilles rejetées en cet amas. À Hoëdic, ces quantités pourraient dépasser les 14 tonnes et plus de 3 tonnes à Beg-er-Vil. À Beg-an-Dorchenn et à Hoëdic, plus de 2 tonnes de chair de patelles auraient ainsi pu y être mangées (Dupont 2003). Cependant, si aucun autre élément de saisonnalité n’est considéré, ils peuvent aussi bien correspondre à des accumulations continues ou au cumul de dépôts saisonniers successifs.

29Pour Téviec et Hoëdic, les sépultures collectives sont placées dans l’habitat même (Péquart et al. 1937 ; Péquart & Péquart 1954). À moins d’une épidémie ayant provoqué des morts proches dans le temps, les sépultures multiples peuvent correspondre à l’ouverture d’une fosse ou à son réemploi sur un certain laps de temps. Dans le cas de retours successifs sur ce site, la durée de résidence de chaque passage a donc pu être assez prolongée. Mais nous ne pouvons pas, à ce stade de l’observation, chiffrer le temps minimum de résidence lié à chacun de ces passages ou à une occupation continue de cet habitat.

30Les périodes de migrations ou de nidification des oiseaux déterminés sur ces sites auraient pu être utilisées pour compléter les données sur la saison de fréquentation de ces campements. Cependant, les modifications d’aire de nidification observées à l’échelle d’une vie humaine (Grayson 1984 ; Harrison 1995) et la rareté des restes d’oiseaux pour ces sites appellent la prudence. De même, la présence du renard et de la martre a été associée à une chasse d’hiver car ces animaux ont une fourrure plus fournie durant cette saison (Kayser 1991). Ce n’est là qu’une hypothèse et pas un fait. En effet, ces deux espèces sont accessibles toute l’année. Le nombre de restes à l’origine des déterminations de ces deux espèces peut d’ailleurs être faible. De plus, elles ont pu être chassées pour les nuisances apportées à l’habitat (consommation de nourriture). Enfin, pour les végétaux, le moment de leur cueillette ne correspond pas obligatoirement à celui de leur consommation. Même si pour la poire, sa conservation est limitée à quelques mois après sa cueillette, la noisette peut être conservée dans de bonnes conditions plus d’une année. Ces différentes composantes des régimes alimentaires nous donnent les moments de capture et de collecte les plus probables mais ils ne suffisent pas à établir le temps minimum de résidence de ces populations.

31L’étude de la saison de collecte de la malacofaune possède également ses limites (Dupont 2003). Cependant, à la différence des autres restes alimentaires, les coquillages ont, sans doute, été consommés et les coquilles rejetées sur le site juste après leur acquisition. En effet, à moins d’une transformation de la chair, celle-ci se conserve hors de l’eau moins d’un mois après la collecte. Ainsi, la malacofaune donne directement accès au moment de la fréquentation du site sur une année. Malheureusement, les restes malacofauniques conservés pour Téviec, comme pour Hoëdic, sont trop restreints pour apporter des éléments. Pour Beg-an-Dorchenn, la zone fouillée correspondrait à une collecte de la palourde au moins de la fin de l’hiver au milieu de l’année et pour Beg-er-Vil au début du printemps et de l’automne (Dupont 2003). Ce ne sont là que des temps minimums de collecte de ces mollusques. De plus, l’analyse de la saison de collecte de la malacofaune est fortement dépendante de la zone prélevée dans les amas. La permanence de la résidence de ces différents sites de la fin du Mésolithique n’a pu être prouvée. Cependant, plusieurs données témoignent d’un temps de résidence sans doute plus long que sur les sites de Saint-Gildas.

L’ébauche d’un modèle d’organisation logistique du territoire côtier au Mésolithique

32Dans l’hypothèse où les sites à grande et à faible diversité spécifique auraient fonctionné simultanément, des sites permanents aux activités de prédation diversifiées peuvent être opposés à de petites stations (fig. 9).

9 ‑ La place des rejets coquilliers dans l’organisation logistique du territoire à la fin du Mésolithique dans le nord-ouest de la France.

9 ‑ La place des rejets coquilliers dans l’organisation logistique du territoire à la fin du Mésolithique dans le nord-ouest de la France.

33Le mobilier lithique reflète une plus grande diversité des activités des amas coquilliers que celles des « stations littorales légères » (Marchand 2000). En bas de la figure 9, l’organisation logistique déduite de l’industrie lithique dans le nord-ouest de la France a été synthétisée. Les grands sites d’habitat semblent s’y répartir en deux principaux ensembles. Le premier est localisé à proximité du littoral, le second à une vingtaine de kilomètres des rivages (Gouletquer et al. 1996 ; Marchand 2000). Cette répartition hétérogène des sites les plus grands et la concentration du premier ensemble sur la zone côtière peuvent être mises en relation avec l’attrait procuré par l’exploitation de l’environnement marin. Ainsi, une certaine dépendance vis-à-vis des ressources offertes par le littoral a pu être mise en évidence par la diversité des denrées marines consommées par ces populations mésolithiques. Celle-ci a été confirmée par les analyses isotopiques des ossements humains de Téviec et de Hoëdic, où entre 60 et 90 % des protéines consommées proviendraient de ressources marines (Schulting & Richards 2001).

34Les petites stations peuvent quant à elles correspondre à des haltes de courte durée, peut-être liées à des activités saisonnières. La faune terrestre chassée déterminée à Téviec, Hoëdic, Beg-an-Dorchenn et Beg-er-Vil pourrait provenir de ces expéditions. Ce point peut être renforcé par la mise en évidence de sites plus restreints qui entouraient des grands sites (Marchand 2001) et dont l’outillage est orienté vers la fabrication d’armes de chasse. De même, les stations satellites du littoral étaient peut-être destinées à des camps de base n’ayant pas un accès quotidien à la côte.

Conclusion

35Ainsi, malgré tous les biais qui gênent la comparaison de l’exploitation de la malacofaune au sein des différents sites du Mésolithique de la façade atlantique française, l’opposition entre des camps de base à forte diversité spécifique et des sites satellites à faible diversité spécifique converge vers les données issues de l’industrie lithique. L’ébauche proposée d’un modèle d’organisation logistique du territoire côtier au Mésolithique ne va pas sans rappeler les modèles d’occupation du territoire proche du littoral du Mésolithique final et le Néolithique ancien du Portugal (Soares 1996 ; Tavares da Silva 1996). De même, la complémentarité entre des grands sites aux activités diversifiées et de nombreux sites satellites aux activités plus spécialisées est à rapprocher de ce qui a été observé pour le Mésolithique final du Danemark (Hodder 1993 ; Andersen 1995).

36Malheureusement, pour notre zone d’étude, en l’état actuel des recherches, les dépôts coquilliers mésolithiques ne sont pas assez nombreux le long de la façade atlantique française et les stations sont trop distantes les unes des autres pour valider le modèle d’occupation de la zone côtière proposé.

37Cependant, les résultats obtenus contrastent avec l’image négative des Mésolithiques du début du XXe siècle. En effet, les occupants des amas coquilliers bretons ne se sont pas contentés uniquement de la collecte de mollusques. Ils semblent, au contraire, avoir exploité toute la diversité des ressources alimentaires accessibles à la fois dans l’environnement marin et terrestre proche. Ils ont pu compléter une alimentation largement tournée vers le littoral par des expéditions ponctuelles vers les terres. Ainsi, malgré le cantonnement des sites à malacofaune proches du littoral, ces Mésolithiques côtiers n’ont pas vécu isolés de ceux de l’intérieur des terres. Le transport vers les terres de produits associés à l’environnement marin tels des parures en coquillages (Dupont 2003) et des galets côtiers (Kayser 1984) a été mis en évidence. Enfin, les informations apportées par la malacofaune marine et les autres témoins archéologiques sur l’économie de subsistance et sur le mode de résidence des Mésolithiques côtiers montrent une image totalement différente de celle d’un groupe en marge qui se réfugie près du littoral pour survivre et qui occupe une zone que d’autres populations n’ont pas voulu. Au contraire, l’emplacement des habitats à proximité du littoral a pu être guidé à la fois par une composante économique liée à l’attrait d’un environnement productif (proximité de bancs coquilliers et de multiples matières premières), mais aussi par une composante culturelle liée à l’organisation logistique du territoire (contact entre les différents sites).

Remerciements:
Ceux-ci sont adressés aux organisateurs du séminaire « Archéologie des amas coquilliers et/ou osseux en zone littorale : nouvelles approche » du 7 mai 2003.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Andersen 1993, ANDERSEN S.H., Bjornsholm : A stratified køkkenmødding on the central Limjford, North Jutland, Journal of Danish Archaeology, 10, 1993, p. 59-96.

Andersen 1995, ANDERSEN S.H., Coastal adaptation and marine exploitation in Late Mesolithic Denmark - with special emphasis on the Limfjord region, in : Man and sea in Mesolithic : Coastal settlement above and below present sea level : Proceedings of the International Symposium Kalundborg, Denmark, Fischer A. Ed., Oxford, Oxbow, 1995, p. 41-66 (Oxford Monograph ; 53).

Armit & Finlayson 1992, ARMIT I., FINLAYSON B., Hunter-gatherers transformed : the transition to agriculture in northern and western Europe, Antiquity, 66, 1992, p. 664-676.

Arnaud 1982, ARNAUD J.M., Le Néolithique ancien et le processus de néolithisation au Portugal, in : Le Néolithique ancien méditerranéen : Actes du colloque international de Préhistoire, Montpellier 1981, Sète, Fédération archéologique de l’Hérault, 1982, p. 29-48 (Archéologie en Languedoc - numéro spécial).

Bailey 1975, BAILEY G.N., The role of molluscs in coastal economies : the results of midden analysis in Australia, Journal of Archaeological Science, 2, 1975, p. 45-62.

Bailey & Milner 2002, BAILEY G., MILNER N., Coastal hunter-gatherers and social evolution : marginal or central ?, Before Farming (http://www.waspress.co.uk/journals/beforefarming), Westbury-on-Trym, 3-4, 2002, Paper 1.

Boekschote 1966, BOEKSCHOTE N., Shell borings of sessile epibiontic organisms as paleological guides, Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 2, 1966, p. 333-379.

Bogucki 1987, BOGUCKI P.I., Forest farmers and stockherders : early Agriculture and its consequence in North-Central Europe, Cambridge, University Press, 1987, 247 p.

Cauwe 2001, CAUWE N., L’héritage des chasseurs-cueilleurs dans le nord-ouest de l’Europe (10 000-3000 avant notre ère), Paris, Errance, 2001, 208 p. (Hespérides).

Chenorkian 1988, CHENORKIAN R., Fouilles des dépôts coquilliers anthropiques, Travaux du Laboratoire d’anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale, Aix-en-Provence, 1988, p. 31-38.

Childe 1947, CHILDE V.G., The Dawn of European Civilisation. 4th edition, London, Kegan Paul, 1947, 363 p.

Claassen 1991, CLAASSEN C., Normative thinking and shell-bearing sites, Archaeological Method and Theory, Tucson, 3, 1991, p. 249-298.

Cooney 1987, COONEY G., Irish neolithic settlement and its european context, Journal of Irish Archaeology, 4, 8, 1987, p. 7-11.

Delibrias & Morzadec-Kerfourn 1975, DELIBRIAS G., MORZADEC-KERFOURN M.-T., Évolution du marais de Dol-de-Bretagne au Flandrien (Ille-et-Vilaine, France), Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 2, 1975, p. 59-70.

Dupont & Gruet 2002, DUPONT C., GRUET Y., Du test coquillier à la ressource alimentaire : applications aux berniques Patella sp. et aux bigorneaux Monodonta lineata de sites mésolithiques et néolithiques, Revue d’Archéométrie, Rennes, 26, 2002, p. 93-112.

Dupont 2003, DUPONT C., La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique : Contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés, Université de Paris I, 2003, Thèse de Doctorat, 542 p.

Dupont & Gruet sous presse, DUPONT C., GRUET Y., Malacofaune et crustacés marins des amas coquilliers mésolithiques de Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère) et de Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan), in : Réunion de la Société Préhistorique Française : Unité et diversité des processus de néolithisation sur la façade atlantique de l’Europe (7-4ème millénaires avant J.-C.), Nantes, 26 avril 2002, sous presse (Bulletin de la Société Préhistorique française).

Fairbridge 1976, FAIRBRIDGE R.W., Shellfish-Eating Preceramic Indians in Coastal Brazil, Science, 191, 1976, p. 353-359.

Gebhardt & Marguerie 1993, GEBHARDT A., MARGUERIE D., La transformation du paysage armoricain sous l’influence de l’Homme, in : Le Néolithique au quotidien. Actes du 16e colloque interrégional sur le Néolithique (Paris, 5 et 6 novembre 1989), Blanchet J.-C., Bulard A., Constantin C. et al. Eds., Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1993, p. 19-24. (Documents d’Archéologie française ; 39).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gouletquer et al. 1996, GOULETQUER P., KAYSER O., LE GOFFIC M., LÉOPOLD P., MARCHAND G., MOULLEC J.-M., Où sont passés les Mésolithiques côtiers bretons ? Bilan 1985-1995 des prospections de surface dans le Finistère, Revue Archéologique de l’Ouest, 13, 1996, p. 5-30.
DOI : 10.3406/rao.1996.1037

Grayson 1984, GRAYSON D.K., Quantitative zooarchaeology : topics in the analysis of archaeological faunas, London, Academic Press, 1984, 202 p. (Studies in archaeological sciences).

Gregg 1988, GREGG S.A., Foragers and farmers : population interaction and agricultural expansion in prehistoric Europe, Chicago / London, The University of Chicago Press, 1988, 275 p. (Prehistoric archeology and ecology series).

Gruet 2002, GRUET Y., Reconnaissance de quelques espèces communes de Crustacés (balanes et crabes) : application au site mésolithique de Beg-er-Vil (Morbihan, France), Revue d’Archéométrie, Rennes, 26, 2002, p. 125-139.

Harrison 1995, HARRISON P., Les oiseaux de mer, Ottawa, Éditions Broquet Inc., 1995, 448 p.

Hodder 1993, HODDER I., The domestication of Europe, Oxford / Cambridge, Blackwell, 1993, 331 p.

Kayser 1985, KAYSER O., A propos de la fin du Mésolithique en Bretagne : l’amas coquillier de Beg-an-Dorchenn (Finistère). Note préliminaire, Travaux de l’Institut d’art préhistorique, 1985, p. 80-92.

Kayser 1987, KAYSER O., Beg-er-Vil : Quiberon (Morbihan), Campagne 1987, Sauvetage programmé n°1400 site n° 56 186 007, Programme 24, s.l., s.n., 1987, 27 p., 11 fig.

Kayser 1991, KAYSER O., Le Mésolithique breton : un état des connaissances en 1988, in : Mésolithique et néolithisation en France et dans les régions limitrophes, Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1991, p. 197-211 (Actes du 113ème Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg 1988).

Kimball 2000, KIMBALL M.J., Variation and context : ecology and social evolution in Ireland’s later Mesolithic, in : New agendas in Irish prehistory, Desmond A., Johnson G., Mccarthy M. et al. Eds., Bray, Wordwell, 2000, p. 31-47.

Lorblanchet 1999, LORBLANCHET M., La naissance de l’art : Genèse de l’art préhistorique, Paris, Errance, 1999, 304 p.

Marchand 1999, MARCHAND G., La Néolithisation de l’ouest de la France : caractérisation des industries lithiques, Oxford, British archaeological Reports, 1999, vii + 381 p., 105 pl. h.-t. (BAR international series ; 748).

Marchand 2000, MARCHAND G., La néolithisation de l’Ouest de la France : aires culturelles et transferts techniques dans l’industrie lithique, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 97, 3, 2000, p. 377-404.

Marchand 2001, MARCHAND G., Il y a 7000 ans, les derniers chasseurs-cueilleurs en Bretagne, Penn-ar-Bed, 182, 2001, p. 27-36.

Marchand et al. 2002, MARCHAND G., DUPONT C., TESSIER M., Complément d’enquête sur la néolithisation : le site du Porteau-Ouest à Pornic (Loire-Atlantique), Bulletin de l’A.M.A.R.A.I., 15, 2002, p. 47-66.

Mc Carthy et al. 1999, MC CARTHY A., FINLAY N., MC CLEAN O., Marine Molluscan Remains, in : Excavations at Ferriter’s Cove 1983-95 : last foragers, first farmers in the Dingle Peninsula, Woodman P.C., Anderson E., Finlay N. Eds., Bray, Wordweil, 1999, p. 93-102.

Mellars 1978, MELLARS P., Excavations and economic analysis of Mesolithic shell middens on the Island of Oronsay (Inner Hebrides), in : The early Postglacial Settlement of Northern Europe : An Ecological Perspective, Mellars P. Ed., London, Duckworth, 1978, p. 371-396.

Morzadec-Kerfourn 1974, MORZADEC-KERFOURN M.T., Variation de la ligne de rivage armoricain au Quaternaire, Rennes, Société de Géologie et de Minéralogie de Bretagne, 1974, 208 p. (Mémoire ; 17).

Péquart et al. 1937, PÉQUART M., PÉQUART S.-J., BOULE M., VALLOIS H., Téviec, Station-nécropole mésolithique du Morbihan, Paris, Masson, 1937, 228 p. (Archives de l’Institut de Paléontologie humaine ; 18).

Péquart & Péquart 1954, PÉQUART M., PÉQUART S.-J., Hoëdic, deuxième station-nécropole du Mésolithique côtier armoricain, Anvers, De Sikkel, 1954, 93 p.

Pinot 1975, PINOT J.-P., Littoraux würmiens submergés à l’Ouest de Belle-Ile, Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 3, 1975, p. 197-216.

Pirazzoli 1991, PIRAZZOLI P.A., World atlas of Holocene sea level changes, Amsterdam, Elsevier, 1991, 300 p. (Oceanography Series ; 58).

Pluciennik 1998, PLUCIENNIK M., Deconstructing ‘the Neolithic’ in the Mesolithic-Neolithic Transition, in : Understanding the Neolithic of north-western Europe, Edmonds M., Richards C. Eds., Glasgow, Cruithne Press, 1998, p. 61-83.

Rozoy 1978, ROZOY J.-G., Les derniers chasseurs : L’Epipaléolithique en France et en Belgique : Essai de synthèse, Reims, Société archéologique champenoise, 1978, 1256 p. (Bulletin spécial).

Russell et al. 1995, RUSSELL N.J., BONSALL C., SUTHERLAND G., The exploitation of marine molluscs in the Mesolithic of western Scotland evidence from Ulva Cave, Inner Hebrides, in : Man and Sea in Mesolithic, Fischer A. Ed., Oxford, Oxbow Books, 1995, p. 273-288.

Schulting & Richards 2001, SCHULTING R.J., RICHARDS M.P., Dating Women and Becoming Farmers : New Palaeodietary and AMS Dating Evidence from the Breton Mesolithic Cemeteries of Teviec and Hoedic, Journal of Anthropological Archaeology, 20, 3, 2001, p. 314-344, 2001/9.

Schulting et al. soumis, SCHULTING R., TRESSET A., DUPONT C., From harvesting the sea to stock rearing along the Atlantic façade: some views from the small islands of north-western France and northern Scotland, Journal of Environmental Archaeology, soumis.

Schwartz 1980, SCHWARTZ D., Méthodes statistiques à l’usage des médecins et des biologistes, Paris, Flammarion, 1980, 318 p. (Statistique en biologie et en médecine).

Soares 1996, SOARES J., Padrıes de povoamento e subsistência no MesolÌtico da costa suoeste portuguesa, Zephyrus, 49, 1996, p. 109-124.

Stein 1992, STEIN J.K., Deciphering a Shell Midden, San Diego, Academic Press, 1992, xix + 375 p.

Tavares da Silva 1996, TAVARES DA SILVA C., Malacofauna e arqueologia, Al-madan (2), Centro de arqueologia de Almada, 5 « Especial ciência », 1996, p. 89-95.

Tavares da Silva & Soares 1997, TAVARES DA SILVA C., SOARES J., Economias costeiras na Pré-Historia do Suoeste português. O concheiro de Montes de Baixo, in : I Encontro de Arqueologia da Costa Sudoeste : homenagem a Georges Zbyszewski, Museu De Arqueologia E Etnografia Do Distrito De Setùbal, Parque Natural Do Sudoeste Alentejano E Costa Vicentina Eds., Set˙bal, Museu de Arqueologia e Etnografia do Distrito de Set˙bal, 1997, p. 69-108 (Setùbal arqueologica, 11-12).

Ters 1973, TERS M., Les variations du niveau marin depuis 10 000 ans le long du littoral atlantique français, in : Le Quaternaire : Géodynamique, stratigraphie et environnement, Paris, Comité national français de l’INQUA, 1973, p. 114-135 (9ème congrès INQUA, Christchurch, décembre 1973).

Tessier 1984, TESSIER M., Les sites à microlithes entre Vilaine et marais poitevin, Nantes, Association d’étude préhistorique et protohistorique des pays de la Loire, 1984, 300 p. (Études préhistoriques et historiques des Pays de la Loire ; 7).

Vigne 1995, VIGNE J.-D., Préhistoire du Cap Corse : les abris de Torre d’Aquila, Pietracorbara (Haute-Corse). La faune, Bulletin de la Société préhistorique française, 92, 3, 1995, p. 381-389.

Whittle 1990, WHITTLE A., A model for the Mesolithic-Neolithic Transition in the Upper Kennet Valley, North Wiltshire, Proceedings of the prehistoric Society, London, 56, 1990, p. 101-110.

Zvelebil & Rowley-Conwy 1986, ZVELEBIL M., ROWLEY-CONWY P., Foragers and farmers in Atlantic Europe, in : Hunters in transition, Zvelebil M. Ed., Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 67-93.

Zvelebil 1998, ZVELEBIL M., What’s in a name : the Mesolithic, the Neolithic, and Social Change at the Mesolithic-Neolithic Transition, in : Uuderstanding the Neolithic of north-western Europe, Edmonds M., Richards C. Eds., Glasgow, Cruithne Press, 1998, p. 1-27.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 – Classification des rejets coquilliers de la façade atlantique française
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre 2 – Beg-an-Dorchenn, coupe du sondage 2001 (relevé et DAO : G. Marchand).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-2.png
Fichier image/png, 145k
Titre 3 – Emplacement du prélèvement 2001 (A, B, C, D) par rapport aux fouilles (encadré) menées par O. Kayser d’après le plan original de 1987 d’O. Kayser (DAO : G. Marchand). Carrés de 1 m sur 1 m.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre 4 – Évolution de la dégradation de la patelle selon la stratigraphie de Beg-an-Dorchenn dans les carrés A et C.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-4.png
Fichier image/png, 614k
Titre Tableau 1 – Comparaison du nombre de restes et du nombre minimum d’individus à vue et après tamisage au sein du site mésolithique de Beg-er-Vil.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-5.png
Fichier image/png, 145k
Titre 5 – La malacofaune marine de Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan).
Légende 1 : Patella sp. ; 2 : Osilinus lineatus ; 3 : Littorina littorea ; 4 : Nucella lapillus ; 5 : Cerastoderma edule ; 6 : Ocenebra erinaceus ; 7 : Ostrea edulis ; 8 : Anomia ephippium ; 9 : Littorina obtusata ; 10 : Nassarius reticulatus ; 11 : Gibbula umbilicalis ; 12 : Mytilus edulis ; 13 : Callista chione ; 14 : Tapes decussatus ; 15 : Solen marginatus ; 16 : Chlamys varia ; 17 : Glycymeris glycymeris ; 18 : Scrobicularia plana ; 19 : Lacuna parva ; 20 : Trivia monacha ; 21 : Pecten maximus ; 22 : Hiatella sp. ; 23 : ÄLutraria sp.
Crédits Dessin : C. Dupont.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-6.png
Fichier image/png, 61k
Titre Tableau 2 – Proportion des espèces de Beg-er-Vil selon la méthode de ramassage utilisé.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-7.png
Fichier image/png, 26k
Titre Tableau 3 – Estimation de la nature des substrats les plus proches au Mésolithique récent / final et de la distance entre les sites mésolithiques et la mer lors du fonctionnement des sites et rappel de la distance actuelle (++ : accessibilité majoritaire ; + : accessibilité minoritaire ; - : accessibilité très limitée).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-8.png
Fichier image/png, 10k
Titre 6 – Histogrammes de distribution des substrats d’origine de la malacofaune marine consommée (M : masse ; NMI : Nombre Minimum d’Individus).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-9.png
Fichier image/png, 24k
Titre 7 – Répartition altitudinale des coquillages consommés au Mésolithique le long de la façade atlantique française (les espèces dont la photographie est présente sont celles qui sont majoritaires).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-10.png
Fichier image/png, 206k
Titre Tableau 4 – Les deux taxons majoritaires de la malacofaune marine alimentaire des sites mésolithiques (+ : taxon majoritaire).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-11.png
Fichier image/png, 21k
Titre 8 – Les spectres malacofauniques du Mésolithique.
Légende A : Beg-an-Dorchenn 2001 M = 25,9 kg ; B : Beg-er-Vil M = 15,5 kg ; C : Hoëdic 2001 M = 1,6kg ; D : Saint-Gildas IC Tessier NMI = 172 ; E : Saint-Gildas IB 2003 M = 0,2 kg ; F : Saint-Gildas Tessier IB NMI = 829 avec M : masse totale de coquilles étudiées et NMI : nombre minimum d’individus total étudié).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-12.png
Fichier image/png, 54k
Titre 9 ‑ La place des rejets coquilliers dans l’organisation logistique du territoire à la fin du Mésolithique dans le nord-ouest de la France.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/345/img-13.png
Fichier image/png, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Dupont, « Les coquillages alimentaires des dépôts et amas coquilliers du Mésolithique récent/final de la façade atlantique de la France », Préhistoires Méditerranéennes, 12 | 2003, 221-238.

Référence électronique

Catherine Dupont, « Les coquillages alimentaires des dépôts et amas coquilliers du Mésolithique récent/final de la façade atlantique de la France », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 26 mars 2009, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://pm.revues.org/345

Haut de page

Auteur

Catherine Dupont

UMR 6566 et UMR 5197, cath.dupont@voila.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page