Navigation – Plan du site

Les niveaux coquilliers du Mésolithique final en Bretagne

Fonctionnement des habitats côtiers et intégration territoriale
Grégor Marchand
p. 209-220

Résumés

Riche d’une longue tradition de recherche, la Bretagne offre l’opportunité de travailler sur quatre habitats littoraux à dépôts coquilliers de la fin du Mésolithique (seconde moitié du VIe millénaire avant J.-C.). Une analyse stratigraphique précise est menée à partir des données des fouilles anciennes ; elle permet de décrire des habitats où se mêlent activités du quotidien, zones de déchets et zones funéraires, abandonnés après des occupations de longue durée. Leur insertion dans un réseau économique plus large est réalisée par un croisement des données paléo-environnementales, économiques et technologiques. L’analyse des marqueurs territoriaux ne plaide pas en faveur des hypothèses de complémentarité entre l’intérieur et le littoral, mais plutôt pour une relative stabilité des groupes humains, avec un morcellement des territoires. Le rôle central du site coquillier apparaît alors clairement dans la conception mésolithique du territoire. L’estimation du degré de richesse de ces économies est un exercice qui reste difficile ; de ce fait, la dynamique locale de la néolithisation est encore fort conjecturale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article reprend et développe le texte d'un séminaire de 3e cycle « Archéologie de la mer » fait à l'Université de Provence dans le cadre de l'option Préhistoire et Anthropologie du DEA Préhistoire, Archéologie, Histoire et Civilisations de l'Antiquité et du Moyen Âge.

Texte intégral

Problématiques croisées

1Que ce soient les escargotières pyrénéennes ou les niveaux coquilliers armoricains, les dépôts préhistoriques de coquilles pèsent encore lourdement dans les images mentales générées par les archéologues pour qualifier la période mésolithique. Et la pondération de ces données est un objectif liminaire incontournable de toute recherche sur la période, si l’on entend dépasser les confortables images d’Épinal léguées par nos prédécesseurs. Ces sites véhiculent une image de populations sédentaires, avec une représentation sous-jacente misérabiliste liée à la consommation intense de produits de la mer ou des estuaires, soit un substrat de peuples autochtones prêts à sauter sur la moindre opportunité de développer l’agriculture ou l’élevage. Cette image de peuples mésolithiques passifs face à la néolithisation est le reflet de modèles éculés élaborés dès le début des recherches sur cette période-clef, pour satisfaire une lecture historique faite de phases de décadence ou de sauvagerie. Le mauvais usage des méthodes de datation n’a fait que conforter ces conceptions puisqu’il entraîne un étalement des phénomènes historiques. En effet, le mauvais contrôle stratigraphique des prélèvements, la désaffection de la typo-chronologie et les intervalles de confiance des datations par le radiocarbone conjuguent leurs effets pour dessiner des évolutions lentes et des transformations graduelles. Il n’est évidemment pas possible d’arriver à des conclusions contraires avec ces méthodes ; les événements brutaux ou rapides sont insaisissables. De manière inéluctable, l’image de paisibles chasseurs en dehors de l’Histoire imprègne les esprits.

2En Bretagne, inlassablement, les archéologues sont conduits à interroger ces sites à dépôts coquilliers (Tableau 1), qui seuls disposent d’une vaste gamme de vestiges organiques préservés, dissous sur les autres habitats du Massif armoricain. Les travaux en cours sur cette documentation partiellement publiée répondent à plusieurs problématiques, aujourd’hui convergentes, concernant la hiérarchisation sociale comprise à partir des nécropoles de Téviec et Hoëdic (Schulting 1996), les changements alimentaires lors de la néolithisation (Schulting & Richards 2001), le sous-système technique lithique (Marchand 1999, 2000), l’exploitation de la faune terrestre (Tresset 2000, 2003) et marine (Dupont 2003). Les résultats obtenus nous permettent dès lors de rendre plus complexes les modèles de fonctionnement de ces sociétés contemporaines du basculement vers les économies de production. En effet, si l’on connaît des dépôts coquilliers datés du VIIe millénaire et associés à une industrie lithique Mésolithique récent à l’embouchure de la Loire (Saint-Gildas IB à Préfailles, Loire-Atlantique), c’est lors de la seconde moitié du VIe millénaire avant J.-C., et seulement dans le sud de la Bretagne (fig. 1), que l’on rencontre les dépôts anthropiques de coquilles associés à des habitats (Schulting 1999). Au même moment, les populations du Centre-Ouest de la France sont déjà en possession de techniques issues du Néolithique ancien méditerranéen (Joussaume 1986). Par ailleurs, une datation récente obtenue sur coquille à Beg-er-Vil laisse la possibilité d’une perduration des communautés mésolithiques jusqu’au début du cinquième millénaire avant J.-C., même si le mauvais contrôle de l’effet de réservoir océanique impose des réserves sur la valeur de ces comptages isotopiques. Les faits archéologiques disponibles nous autorisent donc, dans cette région, à travailler sur les zones de contacts entre communautés prédatrices et productrices (Marchand 2003), et plus particulièrement sur ce qui a assuré la pérennité d’un système technique, dont on perçoit aujourd’hui la forte implantation sur toute la péninsule, à partir par exemple des 62 sites du Mésolithique récent-final détectés. Se pose alors la question de l’importance réelle des quelques sites à niveaux coquilliers dans la vie économique et sociale des groupes mésolithiques. Pour y répondre, il faut en premier lieu examiner le fonctionnement de ces habitats et notamment l’étrange superposition d’activités que l’on découvre en considérant les structures préservées et leurs relations stratigraphiques, jamais envisagées par les chercheurs. En second lieu, nous chercherons à insérer ces niveaux coquilliers dans un réseau économique plus large.

Tableau 1 – Exploitation archéologique des niveaux coquilliers du Mésolithique en Bretagne.

Tableau 1 – Exploitation archéologique des niveaux coquilliers du Mésolithique en Bretagne.

1 – Carte des sites attribués au Mésolithique final en Bretagne et indications des niveaux coquilliers mésolithiques de Bretagne et des Pays-de-La Loire. La concentration des sites à l’ouest de la péninsule témoigne de l’intensité des prospections de l’équipe Gouletquer depuis 1988.

1 – Carte des sites attribués au Mésolithique final en Bretagne et indications des niveaux coquilliers mésolithiques de Bretagne et des Pays-de-La Loire. La concentration des sites à l’ouest de la péninsule témoigne de l’intensité des prospections de l’équipe Gouletquer depuis 1988.

1 : Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère) ; 2 : Beg-an-Tour (Clohars-Carnoët ; Finistère) ; 3 : Téviec (Saint-Pierre-de-Quiberon, Morbihan) ; 4 : Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) ; 5 : Hoëdic (Morbihan) ; 6 : Saint-Gildas IB (Préfailles, Loire-Atlantique).

Archéographie des niveaux coquilliers mésolithiques en Bretagne

Histoire des recherches

3Peut-être seul véritable amas coquillier mésolithique du sud de la Bretagne, le « tumulus » de Beg-an-Tour (Clohars-Carnoët, Finistère) a été éventré en 1870 par S. Peyron pour laisser la place à une carrière de pierres. D’un diamètre de 10 m  pour une élévation maximale de 1,80 m, cette accumulation présentait une couche basale épaisse de 0,70 m au centre, constituée aux deux tiers de coquilles et contenant des ossements d’hommes et d’animaux, ainsi que des silex taillés et des foyers. Cette couche était surmontée d’un niveau de galets marins sur une épaisseur de 0,30 m, puis d’un niveau de sable et de terre végétale (France  1875 ; Du Châtellier 1889). Aujourd’hui, dans les déblais de la carrière abandonnée, les vestiges du Mésolithique moyen abondent et on peut penser qu’ils proviennent de ce dépôt coquillier, dont tout le matériel a disparu. Ce faux démarrage de la recherche sur la période mésolithique en Bretagne allait être rattrapé par P. Du Châtellier dix sept années plus tard, avec ses travaux à Beg-an-Dorchenn (connu également sous le nom de La Torche - Plomeur, Finistère), très sommairement publiés (Du Châtellier 1881), puis sur le même site par C. Bénard le Pontois (Bénard et al. 1919 ; Bénard 1929). Au cours des années 1930, et de meilleure manière, M. et S.-J. Péquart allaient enfin lancer sur des bases scientifiques l’exploration du Mésolithique de l’ouest de la France, à partir de leurs fouilles dans le Morbihan, d’abord à Téviec (Saint-Pierre-de-Quiberon ; Péquart et al. 1937), puis à Hoëdic (Péquart & Péquart 1954). La renommée de ces sites tient avant tout à la présence de nécropoles, au sein même des habitats, qui documentaient pour la première fois le monde spirituel de ces populations. A Téviec, l’inhumation de vingt-trois individus dans dix fosses sépulcrales au sein même des déchets alimentaires s’est accompagnée de la construction de petits cairns. A Hoëdic, ce sont huit sépultures creusées pour quatorze individus que M. et S.-J. Péquart ont fouillées. En déterminant avec précision les espèces de coquillages récoltées pour la parure, Y. Taborin a pu travailler sur la différenciation sexuelle et le symbolisme (Taborin 1974a, b). Lorsque, au début des années 1970, J.-G. Rozoy entreprend la classification du Mésolithique français (Rozoy 1978), il s’appuiera en priorité sur les niveaux coquilliers de Téviec et Hoëdic pour définir le Téviecien, terme encore en vogue pour désigner cette entité technique homogène à l’échelle de la région Bretagne. Au milieu des années 1980, c’est tout naturellement vers des niveaux coquilliers que O. Kayser s’est tourné pour lancer ses recherches, avec des fouilles sur Beg-an-Dorchenn fortement dégradé par le tourisme de masse et l’action de l’océan (Kayser 1985 ; Rault 1992) et sur Beg-er-Vil à Quiberon (Morbihan), découvert en 1970 par G. Bernier (Bernier 1970 ; Kayser & Bernier 1988 ; Poissonnier & Kayser 1988 ; Marchand 1999). A l’heure actuelle, ce dernier site est le seul niveau coquillier partiellement préservé, les autres ne subsistant qu’à l’état de minces lambeaux. Pour provoquer un effet de contraste et contrebalancer cette image de Mésolithique exclusivement côtier, P. Gouletquer a lancé en 1988 de vastes campagnes de prospections à l’intérieur du Finistère. Le succès de cette entreprise, qui a vu la découverte de centaines de sites et indices de sites, permet aujourd’hui d’intégrer les habitats littoraux dans un espace qui leur donne réellement sens (Gouletquer 1990 ; Gouletquer et al. 1996 ; Marchand 2001).

Comment se présente un niveau coquillier en Bretagne ?

4Notons, pour ne plus y revenir, qu’il s’agit, en Bretagne, de niveaux coquilliers de moins d’un mètre d’épaisseur, qui ne constituaient pas des dômes dans le paysage, à la manière des amas coquilliers de la rivière de Muge au Portugal. La position des habitats à déchets coquilliers dans le paysage du Mésolithique est assez difficile à apprécier en raison de la remontée du niveau de la mer d’une dizaine de mètres, qui a détruit ou dissimulé les anciennes formes littorales. Comme l’indiquent leurs noms en breton, Beg-an-Dorchenn, Beg-er-Vil et Beg-an-Tour sont des pointes, quoiqu’en en réalité, les habitats occupassent un côté du promontoire et non son extrémité, soit une position un peu en retrait et moins exposée aux vents. A Hoëdic, c’est la totalité de la petite pointe de Port-Néhué qui est investie, mais sur le littoral qui fait face au continent et donc à un endroit moins exposé. Il reste le cas de Téviec, à l’époque rattaché au continent mais déjà exposé, à l’ouest, à toutes les intempéries. On soulignera par contraste la position de sites non-coquilliers en sommet de falaise, sans aucune protection naturelle, qui sont des types d’habitats contemporains nettement plus nombreux et très mal connus.

5Si Paul du Châtellier soulignait à la fin du XIXe siècle la très forte induration du « kjökkenmödding » de Beg-an-Dorchenn (ou La Torche), dont témoigne d’ailleurs un prélèvement visible au Musée de Penmarc’h, les niveaux coquilliers sont d’ordinaire fort meubles, ce qui favorise l’érosion naturelle en sommet de falaise. Ils sont épais de 0,20 à 1,0 m (fig. 2) et constitués de coquilles marines fragmentées, mais aussi de cendres, de charbons, de sables et de limons qui forment un sédiment noir, peu argileux et très organique, dont personne n’a encore étudié en détail la composition. Les galets marins apportés par les hommes sont très nombreux, portant en général la trace de l’action du feu. La mise en place de ces niveaux de coquilles semble se faire par accrétion, dans une dynamique à la fois verticale et horizontale si l’on en croit les petites accumulations  « mono-spécifiques » de coquilles. Aucun fouilleur en Bretagne n’a cependant adapté sa fouille à ces milliers d’unités stratigraphiques, en théorie seule méthode valable, mais en pratique difficile à réaliser sur le terrain.

2 – Stratigraphie du niveau coquillier de Hoëdic (d’après Péquart, 1954).

2 – Stratigraphie du niveau coquillier de Hoëdic (d’après Péquart, 1954).

6Tous les types de structures sont réunis et superposés sur ces espaces, à l’exception de traces probantes d’habitation, peut-être installées en périphérie, peut-être trop légères pour avoir laissé des traces. Lors de la fouille de Téviec, M. et S.-J. Péquart ont mentionné trois types de foyers (fig. 3, 4) :

  • les « foyers domestiques » dont l’aménagement est hâtif, voire inexistant,

  • les « foyers culinaires » ou « grands foyers » (au nombre de sept), parfois accolés aux massifs funéraires et soigneusement construits en fosse, avec un parement circulaire régulier,

  • les « foyers rituels », sortes de petits coffres installés dans les monuments funéraires, entre la dalle de couverture de la tombe et le tas de pierres (nommé parfois cairn).

3 – Réflexions stratigraphiques sur le site de Téviec, d’après les documents de M. et S.-J. Péquart.

3 – Réflexions stratigraphiques sur le site de Téviec, d’après les documents de M. et S.-J. Péquart.

4 – Carte interprétative des structures du niveau coquillier de Téviec (d’après Péquart et al. 1937).

4 – Carte interprétative des structures du niveau coquillier de Téviec (d’après Péquart et al. 1937).

7Les foyers de Beg-er-Vil et de Beg-an-Dorchenn sont principalement non appareillés. Il existe également des fosses simples, non appareillées et peu profondes, détectées lors des fouilles récentes à la base des niveaux coquilliers, à Beg-an-Dorchenn et à Beg-er-Vil. Soulignons que, pour l’archéologue du XXe siècle, ces fosses n’ont été perceptibles que lorsqu’elles étaient encaissées dans le sédiment naturel, aussi semblent-elles parfois apparaître à la base ; il faut évidemment se méfier d’une telle observation. A Beg-er-Vil, elles ont pu être interprétées comme des fosses-dépotoirs, des fosses de stockage ou des fosses sépulcrales (Poissonnier & Kayser 1988). Dans ce dernier cas, le diagnostic du fouilleur repose sur la découverte de mobilier particulier, ainsi de la fosse de Beg-er-Vil (galet allongé, bois de cerf ou couteau à dos), déjà signalée, ou encore d’une fosse ovalaire à Beg-an-Dorchenn découverte lors des fouilles d’O. Kayser, « contenant des galets allongés et deux éléments tronqués » et « recouverte d’un pavage sommaire surmonté d’un énorme bloc » (Le Roux & Thollard 1990, p. 31). Les fosses sépulcrales sont, elles, toujours creusées dans le niveau coquillier, puis dans le sol, que ce soit à Téviec, à Beg-er-Vil ou à Hoëdic. Ni les parois, ni le fond ne sont véritablement aménagés, si l’on excepte quelques dalles sur les bords de la fosse à Téviec ou éparses sur le mort à Hoëdic. La réunion des sépultures en un même lieu permet de parler de nécropoles. Les tombes les plus complexes sont à la fois des sépultures collectives (inhumations successives) et multiples (inhumations simultanées).

8Une aire dallée d’un diamètre de 5 à 6 m a été découverte à Hoëdic, mais elle est fort peu documentée (Péquart 1954). A Beg-an-Dorchenn, C. Bénard le Pontois en signale deux autres, d’un diamètre de 2,5 m, avec des murets et un foyer central, mais il n’y a que deux mauvaises photographies pour en juger (Bénard 1929). A l’exception des murets, O. Kayser devait également en trouver une semblable, réalisée à l’aide de grands galets de granite atteignant parfois un demi-mètre de longueur (Kayser 1986). Il pourrait s’agir d’habitations (Marchand 1999), mais il faut bien admettre que cette interprétation n’est guère plus argumentée que celle d’aire de palabres formulée par M. et S.-J. Péquart (Péquart & Péquart 1954).

9Les niveaux coquilliers du sud de la Bretagne sont donc des aires d’activité, des aires de rejet et des aires sépulcrales. On ne peut que regretter que les fouilleurs aient borné leurs interventions aux aires à coquilles, sans étendre les investigations autour. Selon notre regard, l’implantation de sépultures aux rituels complexes et standardisés dans un véritable fumier humain, fait de coquillages et de détritus divers, reste une énigme, parce qu’il mêle des fonctions sociales radicalement séparées dans l’espace de notre société : la vie quotidienne, la vie cultuelle, les cadavres, les ordures. Après avoir laissé derrière nous la vertueuse réflexion sur la relativité de notre regard, il nous faut nous interroger sur la mise en place de ce que l’on observe, avant même d’aborder le fonctionnement de cet habitat préhistorique. Car cet état final est peut-être un trompe-l’œil qui agglomère plusieurs phases distinctes de fonctionnement. C’est, hélas, à une archéologie de l’archéologie qu’il nous faut procéder puisque les informations reposent désormais dans les rapports et les publications.

Fonctionnement

10Se pose inévitablement la question de la contempora-néité entre les éléments archéologiques décrits plus haut. Les foyers domestiques sont épars dans la couche archéologique, séparés par des lits de coquilles et de déchets divers (ossements, silex taillés, percuteurs, galets brûlés). Ils apparaissent dès la base de la stratigraphie, avec à Beg-er-Vil une surface rubéfiée, ou à Téviec des foyers dans des creux du rocher. La question des tombes est plus complexe. A la suite des observations des époux Péquart, il est admis qu’elles sont implantées dans l’habitat, ainsi à Téviec « toutes les sépultures sont inclues mi-partie dans le sol naturel et mi-partie dans le kjökkenmödding qui les recouvre complètement » (Péquart et al. 1937, p. 25). A Hoëdic, il y a des fosses inscrites dans des failles du rocher et totalement recouvertes par des coquilles (fig. 2, 5), mais également des fosses s’ouvrant dans le kjökkenmödding. Les espaces funéraires sont emplis de coquilles (on trouve les termes d’« oreillers » et de « matelas de coquilles », par exemple pour la sépulture K de Téviec), ce qui ne serait pas le cas si la nécropole était antérieure à l’habitat. A Téviec, une dalle recouvre le mort et l’enchevêtrement de bois de cerf qui surmonte souvent le corps ; un petit foyer était installé sur cette pierre, avec un coffre de pierre, rempli lui-même de sédiment coquillier (fig. 3). Dans certains cas, une dalle recouvrait ce foyer. Un cairn de gros blocs était ensuite assemblé ; le plus grand de ces monuments mesurait 1,80 m de diamètre pour 1,30 m de haut (depuis le fond de la fosse). Puisque dans certaines tombes les corps étaient ensevelis successivement, on peut supposer un démontage et un remontage régulier de l’ensemble : au moins quatre fois pour la sépulture K de Téviec. Il est admis que les constructions de pierres étaient un dispositif de visualisation autant que de protection des corps et qu’elles étaient à l’air libre, puisqu’elles dépassaient parfois de la couche coquillière pour affleurer le sol. Mais on peut émettre l’hypothèse d’un dispositif en fosse, implanté dans un habitat déserté : cette « sanctuarisation » est parfois un paramètre pris en compte lors de la mise en place des monuments funéraires par les peuples néolithiques. Des pierres auraient été utilisées pour combler le trou et l’érosion des niveaux meubles supérieurs en aurait dégagé le sommet. Cependant, les Péquart affirment que les niveaux d’ouverture des fosses sont au milieu du niveau coquillier. Par ailleurs, les foyers dits culinaires accolés aux sépultures et creusés dans le sol naturel ont probablement été construits en même temps ; il est en effet difficile  d’imaginer un second creusement à côté de la tombe, qui aurait été ensuite rebouché. Les multiples ouvertures des « caveaux » sont un autre argument en faveur des dispositifs de visualisation, puisque aucun recoupement ne fut observé entre les sépultures, ce qui aurait été le cas avec des fossoyeurs procédant à tâtons.

5 – Plan du site de Hoëdic (d’après Péquart 1954). Les points noirs indiquent la position approximative des sépultures.

5 – Plan du site de Hoëdic (d’après Péquart 1954). Les points noirs indiquent la position approximative des sépultures.

11Si l’on cartographie les structures à Téviec et Hoëdic on distingue un espace funéraire restreint, d’environ 50 m2 à Téviec (fig. 4) et 30 m2 à Hoëdic (fig. 5), qui n’est pas exclusif des autres activités, si tant est que les foyers simples aient une valeur domestique et non pas uniquement cultuelle à cet endroit. Une estimation de la vitesse de dépôt peut théoriquement se faire en croisant les données radiométriques, la typo-chronologie et les remontages. Ce travail est en cours de réalisation à Beg-er-Vil, mais on peut d’ores et déjà noter qu’il n’y a pas d’évolution typologique des types d’armatures de bas en haut de la stratigraphie, alors que l’on sait toute leur diversité à cette période : à l’inverse des autres sites littoraux bretons, il n’y a à Beg-er-Vil que des bitroncatures symétriques (Kayser 1992). Il s’agit donc probablement de l’endroit où l’évolution rapide est la plus assurée, alors même que la stratigraphie montre une succession de structures (Tableau 2).

Tableau 2 – Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan). Campagne de 1985 et 1987 – Recensement des structures légères d’usage domestique.

Tableau 2 – Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan). Campagne de 1985 et 1987 – Recensement des structures légères d’usage domestique.

12Cette enquête laisse évidemment un goût d’inachevé et des regrets immenses devant les observations qui n’ont pu être réalisées, notamment sur une répartition spatiale différentielle des déchets de boucherie. Il est cependant évident que les tombes, les activités domestiques et les détritus ont cohabité ; l’absence de recoupement entre sépultures laisse penser que cette coexistence était codifiée. Les données récentes obtenues par les analyses isotopiques faites sur les ossements humains soulignent le fort apport des protéines d’origine marine à Téviec (en moyenne 50 %) et surtout à Hoëdic (en moyenne 80 %), déjà insulaire à l’époque (Schulting & Richards 2001). Les travaux sur la saisonnalité des occupations à partir des coquilles et des oiseaux laisse aussi penser à des occupations longues (Dupont, dans ce volume), même si la confrontation avec d’autres données paléo-environnementales reste à terminer. Enfin, les caractères de l’industrie lithique montrent une amplification du rôle de l’outillage commun au détriment des armes de chasse sur ces habitats, si on les compare aux sites littoraux non-coquilliers (Marchand 2000). Le croisement des données plaide donc pour une semi-sédentarité (et pourquoi pas plus), et pour un rôle majeur de ces habitats dans la structuration du territoire. Y a-t-il des liens de complémentarité avec l’intérieur des terres ? Oui, répondent sans hésiter la plupart des préhistoriens de cette zone, sans pour autant en apporter des preuves. Il est vrai qu’aucune des analyses convoquées précédemment n’est possible dans les sites de l’intérieur, faute de préservation des matériaux organiques. Il reste cependant à interroger les économies d’acquisition des matériaux taillables et les territoires typologiques, qui sont autant d’indices à valeur géographique.

L’hinterland

Implantation des sites à l’intérieur

13Les prospections réalisées par P. Gouletquer et son équipe ont garni notablement l’intérieur du Finistère, transformant l’image que l’on avait des peuples mésolithiques en Bretagne (Gouletquer et al. 1996). A la suite, des sondages ont été effectués dans divers contextes topographiques par P. Gouletquer (Kergalan, Kervouyen, Ty-Nancien), P. Léopold (Quillien), E. Yven (Kervilien), Y. Pailler (Lanhuel) et par l’auteur de ces lignes (Kerliézoc, La Villeneuve, La Presqu’île, La Trinité Goarem Land, Kerdunvel) ; il n’est jamais possible de restituer convenablement l’organisation des habitats tant les labours sur des stratigraphies peu épaisses ont été destructeurs. Il n’en reste pas moins qu’un certain nombre de constats techniques et typologiques peuvent être effectués sur le matériel de surface, tandis que l’implantation des habitats nous guide vers des manières d’appréhender l’espace. Pour le Mésolithique contemporain des niveaux coquilliers à l’extrémité de la péninsule, P. Gouletquer avait pu montrer l’existence de vastes sites à une vingtaine de kilomètres du littoral et plus loin vers l’intérieur, le long de la vallée de l’Aulne. De petites stations les entourent, qui formeraient un système équivalent à celui du littoral, exposé plus haut. On peut ajouter qu’à cette période, le rapport à l’eau (océan ou fleuve navigable) et l’absence de situation dominante (dite défensive pour d’autres périodes) sont des caractères très communs, qui diffèrent notablement de ceux de la période précédente. Supposer que les grands habitats des basses terrasses ont pu accompagner une économie de pêche aux saumons reste, quoi qu’il en soit, parfaitement conjectural, à cause de la destruction des ossements par l’acidité des sols.

Fonctionnement des territoires

14Une typologie fine de certains caractères des bitroncatures symétriques laisse deviner trois styles peu prononcés et distincts dans l’espace (fig. 6), même si le Téviecien garde une unité certaine à l’échelle de la Bretagne. Ce premier degré de lecture des assemblages lithiques introduit à une partition de l’espace, accentuée encore lorsque l’on prend en compte l’économie des matières premières. Car jamais, depuis le Paléolithique moyen, les roches métamorphiques et sédimentaires du Massif armoricain n’ont été autant sollicitées qu’au Mésolithique final pour la réalisation des outillages, alors que leur aptitude à la taille n’est pas particulièrement‘évidente. L’éventuelle raréfaction du silex peut être invoquée, mais cette hypothèse ne vaudrait que si on ajoute que les hommes du Téviecien ont préféré sacrifier la qualité de leurs outillages plutôt que de recourir à des importations de silex à longues distances – comme au Néolithique. On constate que la dispersion des meilleures roches autochtones ne dépasse guère les 25 à 30 km, avec une déformation nette des aires de dispersion en direction de l’intérieur de la péninsule. Les matières autochtones atteignent rarement le littoral et il n’y en a pas dans les quatre niveaux coquilliers considérés ici. Les contacts entre le nord et le sud de la péninsule semblent apparemment nuls ; en tous les cas, rien ne laisse penser à un territoire de migration à cette échelle. Jusqu’à présent, ni le microquartzite de La Forest-Landerneau, ni l’ultramylonite de Mikaël ne sont connus dans le sud du Finistère. Autre caractère important à noter : rares sont les sites du Mésolithique final où domine une roche autochtone, hormis les sites-carrières pour reprendre un terme proposé par E. Yven (Yven 2002). Le silex reste en effet la roche privilégiée qui parcourt, elle, jusqu’à 60 km, ce qui implique des relations permanentes entre l’intérieur et la côte, qu’elles soient directes ou indirectes. Il y a donc une relation de complémentarité évidente mais l’hypothèse d’aires de nomadisme appuyées à la fois sur les ressources terrestres et marines n’est pas la plus appropriée, puisque les roches de l’intérieur n’arrivent jamais sur la côte. L’hypothèse d’échanges semble aujourd’hui davantage rendre compte de ces observations. Les analyses isotopiques sur les ossements humains qui montraient une forte part de nourriture d’origine marine dans l’alimentation (Schulting & Richards 2001) vont aussi dans le sens d’une relative stabilité des groupes humains.

6 – Distribution de certains marqueurs territoriaux du Mésolithique final en Bretagne : types de bitroncatures symétriques (lignes pleines) et auréoles de diffusion des matériaux autochtones (lignes tiretées). Les gîtes sont signalés par un carré noir, les sites mésolithiques par un cercle gris.

6 – Distribution de certains marqueurs territoriaux du Mésolithique final en Bretagne : types de bitroncatures symétriques (lignes pleines) et auréoles de diffusion des matériaux autochtones (lignes tiretées). Les gîtes sont signalés par un carré noir, les sites mésolithiques par un cercle gris.

Comprendre les niveaux coquilliers de la façade atlantique

15Les niveaux coquilliers ne peuvent être appréhendés sans un regard appuyé sur les sites contemporains non coquilliers, nettement plus nombreux. La spécificité des premiers n’en est que plus manifeste. La raison d’une telle accumulation de coquillages peut être liée à une disponibilité du milieu : l’économie à large spectre bien documentée sur ces habitats va dans le sens d’un tel opportunisme. Cette possibilité de vivre longtemps au même endroit à partir d’une économie de pêche et de collecte ne détermine pas toute la structure sociale et la stabilité relative des hommes semble également être de mise loin des rivages. Elle n’explique certainement pas non plus de manière univoque l’enchevêtrement des vivants, des morts et des ordures. Il s’agit d’un trait majeur de la conception de l’espace social, qui définit un espace « ultra-anthropisé » par rapport à d’autres types d’habitats, dits « logistiques ». L’existence possible de sépultures lignagères au sein de la nécropole confère en outre une profondeur temporelle à ces habitats, véritables pivots du territoire sur le littoral, conçus comme des lieux « d’où l’on est » et « où l’on revient ». Plus que d’une sédentarité véritable - que nous ne parviendrons probablement jamais à réellement démontrer - ce caractère témoigne d’une conception du territoire comme d’une entité stable, peut-être guère différente de celle qui prévaut chez les bâtisseurs de monuments mégalithiques. Le degré de nomadisme dans toutes ces cultures apparaît comme subsidiaire pour notre propos. Une telle vision du monde trouverait des parallèles au Portugal, dans les grands amas de la rivière de Muge (Roche 1972a) ou dans les niveaux coquilliers du Sado (Arnaud 1989), mais avec des modalités différentes. Des centaines de squelettes y furent inhumés, mais apparemment sans réouverture des tombes ni manipulation des corps. Par ailleurs, à Muge, les tombes sont à la base des amas coquilliers (Roche 1972b, 1974), ce qui implique peut-être un rapport moins étroit avec la mort qu’en Bretagne, puisque rien ne semble signaler la tombe aux occupants des habitats. Il n’est pas interdit de penser que les grands habitats de l’intérieur, si dégradés, ont pu avoir un rôle équivalent. En évoquant maintenant le meurtre de l’individu 6 de la tombe K de Téviec, on prend le risque de la sur-interprétation ou du déterminisme social exagéré, mais il est intéressant de noter que la seule armature identifiable est mésolithique (un triangle scalène) et il est toujours possible de corréler cette trace de violence avec des affirmations territoriales exacerbées.

16Le basculement du mode de vie mésolithique semble rapide et drastique en Bretagne. La signature isotopique des ossements montre que les nourritures d’origine terrestre prennent durablement le pas sur celles d’origine aquatique sur toute la façade atlantique (Lubell & Jackes 1988 ; Richards et al. 2003). Et pourtant, les dépôts de coquillages accompagnent toujours les habitats littoraux du Néolithique, au moins à la période récente (Le Rouzic 1930 ; Laporte et al. 1998), puis plus tard au Moyen-âge, avec différentes espèces récoltées suivant les systèmes économiques impliqués. De même, les systèmes techniques mésolithiques, héritiers de traditions mises en place dès l’Azilien récent (vers 11500 avant J.-C.), vont disparaître sans laisser de traces (Marchand 1999). Y a-t-il eu tout simplement remplacement de populations ou encore génocide ? Ce mode de vie, richement illustré par les sites coquilliers de Bretagne, était-il moins attrayant ou trop misérable ? On retrouverait alors les modèles tacites exposés en introduction de cet article. Il y a pourtant d’autres paramètres à prendre en compte dans l’adoption du mode de vie néolithique, comme la déstabilisation des sociétés mésolithiques par l’arrivée de nouvelles techniques contrôlées par un petit nombre d’individus ou encore l’irruption de nouveaux cadres spirituels si l’on poursuit jusqu’à l’extrême ouest la dynamique de néolithisation proposée par J. Cauvin (Cauvin 1994). Si la conclusion nous est connue, il est évident que les étapes de cette mutation restent à documenter. Nul doute que les niveaux coquilliers seront encore largement sollicités dans les démonstrations. Mais la réflexion sur la néolithisation devra tenir compte de ces aspects territoriaux, que nous sommes allés chercher dans la typologie des armatures, dans l’économie des matériaux ou dans les isotopes stables des ossements humains. Ces territoires forment autant de cas particuliers, dans lesquels les réactions aux nouveaux modes de vie ont pu varier.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud 1989, ARNAUD J.M., The mesolithic communities of the Sado valley, Portugal, in their ecological setting, in:The Mesolithic in Europe : papers presented at the third International Symposium, Bonsall C. Ed., Edinburgh, John Donal, 1989, p. 614-631.

Bénard Le Pontois (Cdt) et al. 1919, BÉNARD LE PONTOIS (CDT) C., FAVRET (ABBÉ), BOISSELIER (GAL.), Importance archéologique de la région de la presqu’île de la Torche, Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 46, 1919, p. 172-192.

Bénard Le Pontois (Cdt) 1929, BÉNARD LE PONTOIS (CDT) C., Le Finistère préhistorique, Paris, Emile Noury, 1929, 337 p. (Publication de l’Institut international d’Anthropologie ; 3).

Bernier 1970, BERNIER G., Gisement de Beg-er-Vil Nord, Bulletin de la société polymathique du Morbihan, 5, 1970, p. 15-.

Cauvin 1994, CAUVIN J., Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS, 1994, 304 p. (Empreintes).

Du Châtellier 1881, DU CHÂTELLIER P., Exploration des tumuli de Run-Aour et de la Torche en Plomeur (Finistère) et du Kjökkenmödding de la Torche, in : Mélanges archéologiques, époque gauloise, sépultures, Saint-Brieuc, Imprimerie Francisque Guyon, 1881, p. 175-182 (Mémoire de la Sociéte d’Emulation des Côtes-du-Nord).

Du Châtellier 1889, DU CHÂTELLIER P., Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère : Inventaire des monuments de ce département des temps préhistoriques à la fin de l’occupation romaine, Paris, E. Lechevalier, 1889, 211 p.

Dupont 2003, DUPONT C., La malacofaune de sites mésolithiques et néolithiques de la façade atlantique : Contribution à l’économie et à l’identité culturelle des groupes concernés, Université de Paris I, 2003, Thèse de Doctorat, 542 p.

France. Commission De La Topographie Des Gaules 1875, FRANCE. COMMISSION DE LA TOPOGRAPHIE DES GAULES, Dictionnaire archéologique de la Gaule : époque celtique. Tome premier (A-G), Paris, Imprimerie nationale, 1875

Gouletquer 1990, GOULETQUER P., De l’espace vécu aux territoires préhistoriques ; science et patience de l’archéologue, in : Archéologie et espace, Juan-les-Pins, APDCA, 1990, p. 473-502 (10èmes Rencontres internatinales d’Archéologie et d’Histoire, Antibes, octobre 1990).

Gouletquer et al. 1996, GOULETQUER P., KAYSER O., LE GOFFIC M., LÉOPOLD P., MARCHAND G., MOULLEC J.-M., Où sont passés les Mésolithiques côtiers bretons ? Bilan 1985-1995 des prospections de surface dans le Finistère, Revue Archéologique de l’Ouest, 13, 1996, p. 5-30.

Joussaume 1986, JOUSSAUME R., La néolithisation du Centre-Ouest, in : Le Néolithique de la France, Demoule J.-P., Guilaine J. Eds., Paris, Picard, 1986, p. 161-179.

Kayser 1985, KAYSER O., A propos de la fin du Mésolithique en Bretagne : l’amas coquillier de Beg-an-Dorchenn (Finistère). Note préliminaire, Travaux de l’Institut d’art préhistorique, 1985, p. 80-92.

Kayser 1986, KAYSER O., Les amas coquilliers d’Armorique, Archéologia, 218, 1986, p. 68-74.

Kayser & Bernier 1988, KAYSER O., BERNIER G., Nouveaux objets décorés du Mésolithique armoricain, Bulletin de la Société préhistorique française, 85, 1988, p. 45-47.

Kayser 1992, KAYSER O., Les industries lithiques de la fin du Mésolithique en Armorique, in : Paysans et bâtisseurs : l’émergence du Néolithique atlantique et les origines du mégalithisme : actes du 17ème Colloque interrégional sur le Néolithique, Vannes, 28-31 octobre 1990, Le Roux C.-T. Ed., Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’ouest de la France, 1992, p. 117-124. (Revue Archéologique de l’Ouest - Supplément ; 5).

Laporte et al. 1997, LAPORTE L., DESSE-BERSET N., GRUET Y., TRESSET A., Un lieu de production de parure au Néolithique final et son économie de subsistance : le site de Ponthezières à Saint-Georges-d’Oléron (Charente-maritime), in : Le Néolithique du Centre-Ouest de la France, Gutherz X., Joussaume R. Eds., Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, 1997, p. 237-256 (Actes du 21ème Colloque inter-régional sur le Néolithique, Poitiers, octobre 1994).

Le Roux & Thollard 1990, LE ROUX C.-T., THOLLARD P., Information archéologique : Bretagne, Paris, Editions du CNRS, 1990, 80 p. (Gallia-Informations - Préhistoire et Histoire ; 1-2).

Le Rouzic 1930, LE ROUZIC Z., Carnac, fouilles faites dans la région : ilot de Er Yoh (Le Mulon), commune de Houat, 1924-1925, Vannes, Lafolye et De Lamarzelle, 1930, 15 p.

Lubell & Jackes 1988, LUBELL D., JACKES M.K., Portuguese mesolithic-neolithic subsistence and settlement, in :Physical anthropology and prehistoric archaeology, Roma, Istituto italiano di Antropologia, 1988, p. 231-248 (Rivista di Antropologia - Suppl. ; 56).

Marchand 1999, MARCHAND G., La Néolithisation de l’ouest de la France : caractérisation des industries lithiques, Oxford, British archaeological Reports, 1999, vii + 381 p., 105 pl. h.-t. (BAR international series ; 748).

Marchand 2000, MARCHAND G., Facteurs de variabilité des systèmes techniques lithiques au Mésolithique récent et final dans l’ouest de la France, in : MESO ‘97 : Actes de la table ronde «Epipaléolithique et Mésolithique» Lausanne, 21-23 novembre 1997, Crotti P. Ed., Lausanne, Musée cantonal d’Archéologie et d’Histoire, 2000, p. 37-48 (Cahiers d’Archéologie romande ; 81).

Marchand 2001, MARCHAND G., Il y a 7000 ans, les derniers chasseurs-cueilleurs en Bretagne, Penn-ar-Bed, 182, 2001, p. 27-36.

Marchand 2003, MARCHAND G., Les zones de contact Mésolithique / Néolithique dans l’ouest de la France : définition et implications, in : Muita gente, poucas antas ? Origens, espaços e contextos do Megalitismo : Actas do II Coloquio Internacional sobre Megalitismo, Gonçalves V.S. Ed., Lisboa, Instituto Português do Patrimonio cultural - Departamento de arqueologia, 2003, p. 181-197 (Trabalhos de Arqueologia ; 25).

Péquart et al. 1937, PÉQUART M., PÉQUART S.-J., BOULE M., VALLOIS H., Téviec, Station-nécropole mésolithique du Morbihan, Paris, Masson, 1937, 228 p. (Archives de l’Institut de Paléontologie humaine ; 18).

Péquart & Péquart 1954, PÉQUART M., PÉQUART S.-J., Hoëdic, deuxième station-nécropole du Mésolithique côtier armoricain, Anvers, De Sikkel, 1954, 93 p.

Poissonnier & Kayser 1988, POISSONNIER B., KAYSER O., Les bois de cerfs mésolithiques de Beg-er-Vil à Quiberon (Morbihan), Revue archéologique de l’Ouest, 5, 1988, p. 35-43.

Rault 1992, RAULT O., L’économie du débitage sur le site mésolithique récent/final de Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère), Université Paris 1, 1992, Mémoire de maîtrise multigraphié.

Richards et al. 2003, RICHARDS M.P., SCHULTING R.J., HEDGES R.E.M., Sharp shift in diet at onset of Neolithic, Nature, 425, 6956, 2003, p. 366-.

Roche 1972a, ROCHE J., Les amas coquilliers (concheiros) mésolithiques de Muge (Portugal), in : Die Anfänge des Neolithikums vom Orient bis Nordeuropa, Schwabedissen H. Ed., Köln, Böhlau, 1972a, p. 72-107 (Fundamenta : Monographien zur Urgeschichte (B) ; 3).

Roche 1972b, ROCHE J., Le Gisement mésolithique de Moita Do Sebastiao (Muge - Portugal) : archéologie, Lisboa, Instituto de Alta Cultura, 1972b, 174 p. (Trabalho presentado ao 1 congresso nacional de arqueologia, Lisboa, 15 a 20 de dezembro de 1958).

Roche 1974, ROCHE J., Sépultures de l’amas coquillier mésolithique de Cabeco da Arruda (Muge), in  : 3° Congresso nacional d’Arqueologia, Porto 1973, Lisboa, Junta Nacional de Educação, 1974, p. 25-36.

Rozoy 1978, ROZOY J.-G., Les derniers chasseurs : L’Epipaléolithique en France et en Belgique : Essai de synthèse, Reims, Société archéologique champenoise, 1978, 1256 p. (Bulletin spécial).

Schulting 1996, SCHULTING R.J., Antlers, bone pins and flint blades : the Mesolithic cemeteries of Téviec and Hoëdic, Brittany, Antiquity, 70, 268, 1996, p. 335-350.

Schulting 1999, SCHULTING R.J., Nouvelles dates AMS à Téviec et Hoëdic (Quiberon, Morbihan) : rapport préliminaire, Bulletin de la Société préhistorique française, 96, 2, 1999, p. 203-207.

Schulting & Richards 2001, SCHULTING R.J., RICHARDS M.P., Dating Women and Becoming Farmers : New Palaeodietary and AMS Dating Evidence from the Breton Mesolithic Cemeteries of Teviec and Hoedic, Journal of Anthropological Archaeology, 20, 3, 2001, p. 314-344, 2001/9.

Taborin 1974a, TABORIN Y., La Parure en coquillage de l’épipaléolithique au Bronze ancien en France, Gallia Préhistoire, Paris, 17, 1, 1974a, p. 101-180.

Taborin 1974b, TABORIN Y., La Parure en coquillage de l’épipaléolithique au Bronze ancien en France, Gallia Préhistoire, Paris, 17, 2, 1974b, p. 307-417.

Tresset 2000, TRESSET, A., Early husbandry in Atlantic areas : Animal introductions, diffusions of techniques and native acculturation at the north-western margin of Europe, in :The Prehistory and Early History of Atlantic Europe, Henderson J. Ed., Oxford, Archaeopress, 2000, p. 17-32 (British Archaeological Reports - International Series ; 861).

Tresset 2002, TRESSET A., De la mer au bétail en domaine atlantique : unité et diversité des processus d’apparition de l’élevage à la marge nord-ouest de l’Europe, Anthropozoologica, Paris, 36, 2002, p. 13-35.

Yven 2002, YVEN E., The deposits of raw materials and the quarry-sites during Mesolithic in the Trégor in Brittany, in :Mesolithic on the move : papers presented at the Sixth International Conference on the Mesolithic in Europe, Stockholm 2000, Larsson L. Ed., Oxford, Oxbow, 2002, p. 451-460 (Oxbow Monographs).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Exploitation archéologique des niveaux coquilliers du Mésolithique en Bretagne.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-1.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre 1 – Carte des sites attribués au Mésolithique final en Bretagne et indications des niveaux coquilliers mésolithiques de Bretagne et des Pays-de-La Loire. La concentration des sites à l’ouest de la péninsule témoigne de l’intensité des prospections de l’équipe Gouletquer depuis 1988.
Légende 1 : Beg-an-Dorchenn (Plomeur, Finistère) ; 2 : Beg-an-Tour (Clohars-Carnoët ; Finistère) ; 3 : Téviec (Saint-Pierre-de-Quiberon, Morbihan) ; 4 : Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan) ; 5 : Hoëdic (Morbihan) ; 6 : Saint-Gildas IB (Préfailles, Loire-Atlantique).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre 2 – Stratigraphie du niveau coquillier de Hoëdic (d’après Péquart, 1954).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-3.png
Fichier image/png, 15k
Titre 3 – Réflexions stratigraphiques sur le site de Téviec, d’après les documents de M. et S.-J. Péquart.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre 4 – Carte interprétative des structures du niveau coquillier de Téviec (d’après Péquart et al. 1937).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-5.png
Fichier image/png, 14k
Titre 5 – Plan du site de Hoëdic (d’après Péquart 1954). Les points noirs indiquent la position approximative des sépultures.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-6.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau 2 – Beg-er-Vil (Quiberon, Morbihan). Campagne de 1985 et 1987 – Recensement des structures légères d’usage domestique.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-7.png
Fichier image/png, 9,9k
Titre 6 – Distribution de certains marqueurs territoriaux du Mésolithique final en Bretagne : types de bitroncatures symétriques (lignes pleines) et auréoles de diffusion des matériaux autochtones (lignes tiretées). Les gîtes sont signalés par un carré noir, les sites mésolithiques par un cercle gris.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/343/img-8.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégor Marchand, « Les niveaux coquilliers du Mésolithique final en Bretagne : fonctionnement des habitats côtiers et intégration territoriale », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 12, 2003, p. 209-220.

Référence électronique

Grégor Marchand, « Les niveaux coquilliers du Mésolithique final en Bretagne », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 09 juin 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://pm.revues.org/343

Haut de page

Auteur

Grégor Marchand

UMR 6566, Laboratoire d'Anthropologie, Université de Rennes I, Bât. 24-25, CS 74205, 35042 RENNES Cedex, gregor.marchand@univ-rennes1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page