Navigation – Plan du site
Transformation et utilisation préhistoriques des matières osseuses
L'utilisation et la fonction des objets produits

Une nouvelle approche techno-fonctionnelle

Appliquée à un ensemble magdalénien de bâtons percés
Aliette Lompre
p. 147-163

Résumés

L’analyse des données résultant d’une première approche tracéologique d’un échantillon de bâtons percés paléolithiques menée parallèlement à une série d’expérimentations, est présentée ici. Un apport d’informations d’ordre typologique et technologique complètera cette étude. L’observation des macro traces d’usures et des fractures de ces objets, pour lesquels pas moins d’une quarantaine d’hypothèses fonctionnelles ont été avancées, permet d’aborder directement la question de leur utilisation. Sur un échantillon archéologique composé de 130 bâtons percés provenant de 7 sites du grand Ouest de la France, l’analyse tracéologique a permis l’identification et la caractérisation de cinq types de stigmates présents exclusivement au niveau de la perforation qui laisse présager d’une plurifonctionnalité : le poli, l’écrasement, le broutage, le feuilletage et les micro stries. Parallèlement à ces observations, la mise en place d’un protocole expérimental selon diverses hypothèses fonctionnelles et tests d’usage sur différentes matières a permis la reproduction de certaines de ces traces. Mais les corrélations avec le matériel archéologique demeurent extrêmement fragiles. Du point de vue des modalités techno-économiques de débitage, on observe une exploitation raisonnée régie par la nécessité d’obtenir des objets à haute résistance mécanique : effectivement le débitage s’opère sur les parties proximales et distales des bois - andouillers et perche A. Les procédés utilisés sont multiples et souvent complémentaires avec tout de même une prédominance du tronçonnage par entaillage périphérique. Les résultats obtenus permettent de confirmer certaines données et d’apporter de nouveaux éléments contribuant à une meilleure connaissance des bâtons percés.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier en premier lieu N. Pigeot et M. Christensen pour l’encadrement de nos travaux de recherche de Maîtrise et de DEA à l’Université de Paris I. Nous remercions toutes les personnes nous ayant permis d’étudier les collections archéologiques : P. Paillet, conservateur du Musée d’Argentomagus et sa collaboratrice, S. Tymula ; C. Schwab et J. Léopold, conservatrices du département Paléolithique du Musée National des Antiquités de Saint-Germain-en-Laye et C. Leroy-Prost, maître de conférence au Musée de l’Homme e à l’Institut de Paléontologie Humaine. Nos vifs remerciements à A. Rigaud pour sa disponibilité, ses bons conseils et le prêt de sa collection expérimentale de bâtons percés. Nous exprimons enfin toute notre reconnaissance à A. Averbouh, M. Christensen et S. Beyries pour la relecture de ce manuscrit.

1Dans les années 1980, l’étude de l’industrie osseuse a connu un nouveau souffle grâce à l’approche tracéologique, ou fonctionnelle (Bouchud 1977; Campana 1980, 1989 ; Christidou 2001a, 2001b ; D’Errico, Giacobini & Puech 1984 ; D’Errico & Giacobini 1986 ; D’Errico 1993 ; Maigrot 1997, 2001, 2003 ; Maigrot & Martineau 2000 ; Peltier 1986 ; Peltier & Plisson 1986), mais sa systématisation n’est pas encore assurée, le matériel en matière dure animale de par sa nature étant souvent jugé inapte pour une telle analyse, surtout en ce qui concerne les collections paléolithiques. L’étude fonctionnelle vient compléter les analyses typo-technologiques et économiques qui retracent les différentes chaînes opératoires - acquisition, fabrication, utilisation, réutilisation - en identifiant les activités auxquelles les objets ont participé, les replaçant ainsi dans un système technique plus global. L’utilisation, dans bien des cas, n’a été abordée que du point de vue morphologique ou ethnographique, démarches qui dans le cas des bâtons percés ne se sont pas révélées suffisantes. Il nous a donc semblé intéressant, dans le cadre de nos premiers travaux de recherches universitaires, d’aborder les bâtons percés selon cette optique tracéologique.

Présentation du corpus archéologique de référence

  • 1  18 artefacts conservés au Musée d’Argentomagus de St Marcel.
  • 2  53 pièces dont 24 conservées au Musée des Antiquités Nationales de St Germain en Laye (MAN) et 29 (...)
  • 3  37 pièces conservées au M.A.N, provenant de la Grande salle d’Isturitz collections Passemard et Sa (...)
  • 4  12 pièces conservées au département de Préhistoire du Musée de l’Homme.
  • 5  5 pièces conservées au M.A.N, en attente de transfert  au Musée National de Préhistoire des Eyzies (...)
  • 6  4 pièces conservées au M.A.N.
  • 7  1 pièce conservée au M.A.N.

2Les 130 bâtons percés que nous avons eu l’occasion d’étudier proviennent des couches magdaléniennes des sites de La Garenne (Indre1), du Placard (Charente2), d’Isturitz (Dordogne3), de Laugerie Basse (Dordogne4), de La Madeleine (Dordogne5), de Saint-Michel d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques6) et de Massat (Ariège7).

3La fragmentation est relativement élevée puisqu’elle concerne 72,8 % de l'échantillon (Tableau 1). Ce pourcentage représente les pièces dont la nature de la fracture a été déterminée d’origine fonctionnelle (en l’opposant à la fracture post-dépositionnelle). Par conséquent, il indique que l'échantillon comprend un grand nombre de pièces utilisées par les Magdaléniens et par-là même susceptibles de présenter des traces d’usure.

Tableau 1 – État de fragmentation du corpus de bâtons percés archéologiques.

Tableau 1 – État de fragmentation du corpus de bâtons percés archéologiques.

Les données typologiques

  • 8  A. Peltier souligne dans ses travaux la répartition chronologique des différents types (1992 b, c, (...)

4Les travaux réalisés par A. Peltier (1992a) dans le cadre de la Commission de Nomenclature de l’industrie de l’os préhistorique permirent, entre autres, la mise en place d’une classification typologique. Celle-ci distingue quatre types de bâtons percés selon la morphologie de la partie distale, également appelée « tête » : bâtons multiperforés, bâtons à deux branches divergentes horizontales, bâtons à une ou deux branches divergentes obliques et bâtons à branches courtes ou sans branche8.

1 – Terminologie appliquée aux bâtons percés.

1 – Terminologie appliquée aux bâtons percés.

5Pour notre étude, nous avons repris cette classification en différenciant néanmoins les bâtons à branches courtes des bâtons sans branche (classe unique selon Les fiches typologiques, Peltier 1992b-e), une origine fonctionnelle pouvant expliquer cette spécificité morphologique.

6Dans notre échantillon archéologique, nous constatons une forte diversité typologique (Tableau 2, fig. 2) mais la taille réduite du corpus (84 pièces) et le nombre important d’indéterminés dépassant le tiers de l’assemblage global, ne permettent pas d’émettre d’hypothèses sur les représentations relatives de chaque type à l’échelle d’une région par exemple. On remarque néanmoins que sur le site du Placard les trois types principaux, à savoir les bâtons à branches divergentes, à branches courtes ou sans branche se répartissent de manière équitable, équilibre non observé sur les autres sites. La multiplicité morphologique outre son origine chronologique pourrait s’expliquer par une pluralité des fonctions ou des fonctionnements. Nous reviendrons ultérieurement sur cette question. Néanmoins la forme de la partie distale semble intimement liée à la localisation anatomique du support sur le bois de cervidé, ainsi qu’aux modes de débitage (Peltier 1992a).

Tableau 2 – Effectif des divers types de bâtons percés par site.

Tableau 2 – Effectif des divers types de bâtons percés par site.

2 – Classification typologique du corpus archéologique.

2 – Classification typologique du corpus archéologique.

Données morphologiques

7La partie proximale (ou base) (fig. 1) est conservée sur 61 pièces. Dans la majeure partie des cas, la base est brute de débitage (33 pièces) et, lorsqu’elle est façonnée, ce sont les biseaux, simples ou doubles, qui prédominent (14 exemplaires). Un nombre non négligeable de bâtons percés présente une extrémité proximale arrondie alors que l’appointement, qui fut à l’origine de l’hypothèse d’utilisation du bâton en tant que piquet de tente (Girod 1906 ; Peyrony 1934), n’a été observé que sur une seule pièce. Du reste, la morphologie de la base a inspiré bon nombre d’hypothèses : les bases biseautées furent considérées comme poignard (Girod & Massénat 1900 ; Girod 1906), épée, ciseau ou coin (Girod 1906).

882 pièces ont servi à l’étude de la morphologie de la partie mésiale (ou fût). 54 bâtons présentent un fût droit et 28 un fût courbe. Cette morphologie semble dépendre essentiellement de la localisation sur le support anatomique. Le fût est généralement de section ovalaire ou sub-circulaire, mais la dizaine d’autres morphologies présentes dans notre échantillon illustre le façonnage des pièces à but symbolique, notamment pour la réalisation de ronde-bosse (thème phallomorphe notamment).

9La partie distale, nous l’avons vu, permet la détermination typologique.

10Pour la perforation il convient d’étudier les caractères purement morphologiques, c’est-à-dire la forme générale et le profil. La forme générale requiert la conservation d’une partie importante du trou : 25 pièces présentent une perforation de forme ovalaire et 46 d’aspect circulaire. La forme est déterminée par le façonnage et ne découle pas de l’utilisation. L’observation du profil est plus délicate du fait de sa variation sur le pourtour de la perforation. Les profils sont relativement variés, même si les perforations au profil convexe ou convexe-droit prédominent. Celles-là même sont produites automatiquement par le façonnage. Issu soit du façonnage, soit de l’usure, le profil traduit l’angle d’attaque de l’outil de façonnage ou l’angle d’action du bâton percé.

11La forme du bord de la perforation, quant à elle, est intimement liée au degré d'utilisation de la pièce.

  • 9  Quatre indices sont calculés : indice d’allongement (Ltotale/lmaximale) ; indice d’aménagement dis (...)

12D’un point de vue métrique, on constate une grande amplitude des dimensions. Les bâtons percés les plus petits mesurent à peine 86 mm et les plus grands peuvent atteindre 365 mm. Cette diversité des gabarits pose directement la question de l’unicité ou de la pluralité de l’usage des bâtons percés. En effet, il est difficile de concevoir que des objets de petites proportions puissent avoir le même usage que des exemplaires de plus grande taille. Les différents indices9 calculés sur les pièces de petite et de grande taille donnent des résultats très proches, laissant penser que leurs valeurs mécaniques, notamment leur solidité, sont équivalentes. Mais qu'en est-il dans la réalité fonctionnelle ? Certains bâtons très petits semblent d’avantage être assimilables à la parure qu’à l’outillage. On connaît des exemples comparables de pendeloques figurant des bâtons percés (Rigaud 2001) (fig. 3).

3 – Exemple de parure façonnée en forme de bâton percé, La Garenne.

3 – Exemple de parure façonnée en forme de bâton percé, La Garenne.

A. Rigaud 2001, fig.13-6.

Étude technologique du matériel archéologique

13Dans cette approche technologique nous étudierons pour commencer le choix de la matière première, puis nous caractériserons la mise en place des procédés techniques de débitage puis de façonnage.

14Si quelques bâtons percés en os et en ivoire sont connus dans le monde paléolithique, notre échantillon ne présente que des pièces réalisées sur des bois de cervidés. Deux origines spécifiques ont été identifiées : le cerf (Cervus elaphus) et le renne (Rangifer Tarandus). Les bois de renne ont néanmoins été débités préférentiellement sur les sites étudiés (seulement 6 bois de cerf identifiés sur 130 artefacts).

15De par leur façonnage poussé, les objets finis permettent difficilement de déterminer s’il s’agit de bois de massacre ou de mue. Au sein du corpus, seulement 8 bois de chute et 5 bois résultant du produit de la chasse ont pu être identifiés. Histologiquement, les bois de chute, de par leur ossification achevée, sont plus intéressants car au maximum de leurs capacités mécaniques et morphologiques (Averbouh 2000). Cependant si la saison d’abattage est intervenue jusqu’à deux mois avant la fin du cycle de croissance des bois (Bouchud 1966), les Paléolithiques ont pu jouir tout de même de produits de bonne qualité mécanique.

16Du point de vue de la latéralisation, les Préhistoriques ont traité indifféremment les bois gauches et les bois droits, ce qui illustre un certain opportunisme dans le choix des supports. Néanmoins, on constate sur le site d’Isturitz une nette prédominance des bois droits (23 droits pour 8 gauches). Faut-il y voir un choix technique dicté par l’utilisation particulière des bâtons percés ou le simple hasard de la collecte ?

  • 10  L’emploi du terme de « module » permet d’éviter toute considération sur l’âge et le sexe de la bêt (...)
  • 11  Certaines pièces ne possédant pas de n° d’inventaire MAN, l’année de fouille sert de n° de référen (...)

17Le module des bois utilisés, défini par les dimensions générales du bloc, la section et le rapport tissu compact/tissu spongieux10(Averbouh 2000), permet d’approcher le choix stratégique de l’approvisionnement en matière première. L’emploi de module spécifique est à mettre en relation avec le projet technique. En effet, en règle générale les objets réalisés sur baguette proviennent majoritairement de bois de gros module car ils offrent des surfaces plus larges et une épaisseur de tissu compact plus importante. Les objets de masse (bâtons percés, propulseurs, percuteurs et autres objets en « volume ») sont débités préférentiellement dans des bois de petit et moyen module, la densité et la cohésion du bloc étant d’avantage recherchées. Nous avons pu déterminer le module de 126 pièces et ces résultats concordent avec ce que nous venons d’expliquer (fig. 4). Fait rare, trois bâtons percés réalisés sur baguette, dont un exemplaire multiperforé, sont présents au sein de l’assemblage (Isturitz : n° MAN 86704 Ist. I et n° 1930.2 Ist.I11, La Garenne : n° 999-10-809, « le baptiste »).

4 – Répartition des différents modules employés au sein du corpus archéologique. Lompré 2003.

4 – Répartition des différents modules employés au sein du corpus archéologique. Lompré 2003.

Le débitage

18Le débitage a pour but l’obtention du volume du futur objet.

19Comme sur l’ensemble des bâtons percés connus, au sein de notre échantillon le débitage du support s’effectue majoritairement au niveau de l’embranchement de la perche A avec l’andouiller d’œil ou de glace. Ce choix s’exerce selon le même principe sur les bois de cerf. Deux emplacements sont alors possibles : (fig. 5).

  • L’andouiller constitue le fût et la tête est façonnée dans la perche (6 exemplaires).

  • Le fût prend place sur la perche et la ou les branche(s) se localise(nt) sur l’andouiller. Ce choix peut s’expliquer par le fait que la perche présente un diamètre plus grand et une épaisseur de tissu compact plus importante que les andouillers, notamment celui de glace placé plus haut sur le bois. Ces facteurs correspondent davantage aux valeurs d’élasticité (résistance à la compression, flexibilité et tractabilité) et de densité que pouvaient requérir les bâtons percés.

5 – Le débitage des supports des bâtons percés.

5 – Le débitage des supports des bâtons percés.

1- fût sur andouiller de glace ; tête sur partie proximo-mésiale de la perche A.
2-fût sur perche A ; tête sur partie proximale de la perche A et andouiller de glace ou d’œil.

A. Peltier 1992a, fig. 7.

20Les techniques et les procédés de débitage ne sont pas toujours aisés à identifier sur les objets finis, leurs stigmates étant masqués par le façonnage postérieur du support (raclage, abrasion, polissage). De plus, l’état de conservation des pièces, parfois médiocre, a entravé cette reconnaissance (altérations, fractures, érosion, sédimentation). Cependant, par déduction à partir des références bibliographiques et expérimentales (analogies morphologiques, récurrence des procédés de débitage), d’éventuelles solutions ont pu être avancées. L’élaboration d’un bâton percé nécessite exclusivement un débitage transversal (perche A et andouiller) par tronçonnage. Deux types de tronçonnage ont été identifiés :

  • 12  Communication orale de A. Averbouh.

21– Le tronçonnage par percussion lancée directe tranchante ou entaillage : les stigmates se caractérisent par des enlèvements multiples envahissants, périphériques le plus souvent. Quelques expérimentations12 tendent à prouver que la morphologie pourrait être révélatrice, en cas de bonne conservation, de l’outil employé (lame, éclat retouché, nucléus…). Les recherches plus poussées sur cette question mettant en relation études archéologiques et expérimentales méritent d’être poursuivies (Rigaud 2001). Les stigmates d’entaillage se localisent essentiellement au niveau de la partie proximale de la perche A, à proximité de la meule, là où le compact est le plus épais, ou à son niveau mésial. Les Préhistoriques procédaient alors à un entaillage périphérique. Pour le sectionnement de l’andouiller, plusieurs pièces présentent l’association d’un entaillage unifacial avec un rainurage sur l’autre face. Nous notons au sein de notre échantillon la pièce n° 1928.1 d’Isturitz qui présente des traces d’entaillage particulières : les enlèvements semblent avoir été très bien contrôlés, les impacts de percussion sont très localisés et s’organisent tous selon une ligne. Ils s’étirent en longs arrachements jointifs qui laisseraient plutôt penser à un entaillage par percussion lancée indirecte (fig. 6). Ces stigmates contrastent par leur unicité au sein de l'échantillon avec les stigmates d’entaillage habituels par ailleurs clairement identifiés sur le même bâton.

22– Le tronçonnage par percussion posée : selon l’outil utilisé et l’angle d’attaque, la technique employée correspond au sciage ou au rainurage, ce dernier faisant d’avantage appel à un geste burinant. Dans les deux cas, la surface de sectionnement présente de longues stries droites parallèles entre elles. Le sciage se différencie du rainurage par l’entrecroisement certain des stries et la forme en V de la gorge, alors que le rainurage crée une gorge plus large à pans plus ouverts. Ces deux techniques sont généralement employées pour obtenir un débitage soigné et peu envahissant. Le sciage, dont les stigmates sont très souvent effacés par le façonnage, est la plupart du temps utilisé sur les bâtons percés pour le sectionnement de la base sur bois de petit module ou sur andouiller. Le rainurage unifacial est fréquemment employé pour le sectionnement des andouillers.

23On voit donc se dessiner clairement la chaîne opératoire de débitage du support des bâtons percés, à savoir le tronçonnage par entaillage de la perche et de la meule, et le tronçonnage par rainurage ou sciage des andouillers et autres petits éléments (chevillures).

6 – Stigmates d’entaillage par percussion lancée indirecte, MAN Isturitz n° 1928-1.

6 – Stigmates d’entaillage par percussion lancée indirecte, MAN Isturitz n° 1928-1.

Lompré 2003, fig. 25.

Le façonnage

24Le façonnage a pour but la mise en forme de l’objet et la régularisation de son volume.

25Une généralisation des techniques de façonnage sur les différents sites a été observée :

  • Le raclage : Cette technique consiste en une élimination de matière au moyen d’une lame ou d’un flan de burin. Le raclage se caractérise par de larges faisceaux de longues stries parallèles entre elles, le plus souvent selon l’axe longitudinal des fibres osseuses. Cette technique a été pratiquée largement, à un degré variable sur l’ensemble du bâton percé (base, fût, tête). Pour la base, il permet l’obtention des biseaux et contribue au façonnage des rondes-bosses ; pour le fût et la tête il assure leur régularisation et leur aménagement décoratif.

  • L’abrasion se caractérise par des faisceaux de stries à tendance jointives, de largeur et d’orientation variables selon l’importance de la surface de l’objet mise en contact avec le bloc abraseur et le sens du geste. Cette technique de façonnage est avérée sur plusieurs pièces, notamment aux extrémités des branches et de la base.

  • Le polissage n’a pas été observé sur nos exemplaires archéologiques mais le soin apporté au décor figuratif et l’aspect extrêmement lisse de certains bâtons laissent présager de son recours.

26Le percement, finalité du façonnage, est effectué selon une même technique mais différemment :

  • Le raclage rasant par rotation circulaire ou semi-circulaire.

  • Le raclage par enlèvements courts et abrupts centripètes ; la régularisation finale s’opérant dans tous les cas par un raclage rotatif.

27Les ébauches étudiées témoignent d’un percement bifacial, les deux trous étant effectués successivement et non pas alternativement. Dans certains cas le percement est complété par un aplatissement par raclage des rebords du trou, participant ainsi à son élargissement.

28En conclusion, aucune spécificité des procédés de débitage et de façonnage n’a été observée à l’échelle géographique de notre corpus dans la production des bâtons percés de la période magdalénienne, c’est-à-dire que les hommes du Placard effectuaient la même chaîne opératoire de production des bâtons percés que ceux d’Isturitz ou de Saint-Michel d’Arudy.

Étude fonctionnelle du corpus archéologique

29L’objectif est de caractériser le fonctionnement et la fonction, à des degrés variables, d’un outil ou d’un objet. La corrélation des différents critères (nature, localisation, association, angulation) permet de définir l’uni- ou la plurifonctionnalité des objets. Pour l’approche fonctionnelle nous disposions de deux types d’éléments : les usures et les fractures.

Les usures fonctionnelles

30Pour notre première étude tracéologique nous avons observé les macro traces. Pour ce faire, nous avons eu recours à une loupe binoculaire x 40. La conservation post-dépositionnelle et les restaurations n’ont pas toujours permis une bonne lisibilité des traces ou des surfaces.

  • 13  La sélection a été effectuée selon l’absence/présence de macro traces et l’état de surface des piè (...)
  • 14  Le broutage et le feuilletage sont deux termes utilisés la première fois par Rigaud (2001), emprun (...)
  • 15  Le poli/lustré a déjà été identifié sur les lissoirs (Mons & Stordeur 1977 ; Peltier 1986 ; Averbo (...)

31Sur les 130 bâtons percés de l'échantillon archéologique originel, 64 pièces ont été retenues pour l’analyse fonctionnelle des macro traces13. Nous avons identifié et caractérisé cinq types de macro traces d’usures sur les bâtons percés : le poli, l’écrasement, le broutage14, le feuilletage et les micro stries. Les deux premiers types ne sont pas spécifiques aux bâtons percés15 alors que les trois autres n’ont jusqu’à présent été observés que sur ce type d’objets. Ces usures peuvent être présentes indépendamment ou en association. Pour nous permettre de pouvoir localiser précisément l’usure sur le pourtour de la perforation, nous avons repris le système de A. Glory (1964) qui subdivisait la perforation en 8 secteurs (fig. 7).

7 – Division de la perforation.

7 – Division de la perforation.

Selon Glory 1964.

  • 16  Certains technologues et tracéologues osseux appliquent le terme de poli plus particulièrement à l (...)

32Le poli (fig. 8a, b) : Le poli ou lustré16 est un très bon indicateur de la matière travaillée, ainsi que de son état (Plisson 1985 ; Peltier & Plisson 1986 ; Maigrot 1997). A l’échelle microscopique le poli, ou micro-poli, est caractérisé par cinq critères : la coalescence, la trame, l’étendue, le contour et la luisance (Plisson 1985) mais à notre grossissement (x 40), tous ces critères n’ont pu être retenus. 7 pièces présentent seulement cette usure superficielle des fibres, mais sur 9 autres bâtons le poli a été observé en association avec d’autres usures (Tableau 3).

8a – Stigmates fonctionnels de poli : Isturitz (MAN, n° 86 745).

8a – Stigmates fonctionnels de poli : Isturitz (MAN, n° 86 745).

Lompré 2003, fig. 28-c.

8b – Stigmates fonctionnels de poli : Isturitz (MAN, n° 74 898).

8b – Stigmates fonctionnels de poli : Isturitz (MAN, n° 74 898).

Lompré 2003, fig. 28-b.

Tableau 3 – Associations des macro traces d’utilisation des bâtons percés.

Tableau 3 – Associations des macro traces d’utilisation des bâtons percés.
  • 17  Le terme de cheminée correspond aux parois intérieures de la perforation.

33Cette usure se développe préférentiellement dans les secteurs 2-3 et 6-7, c’est-à-dire dans l’axe du fût ou très légèrement en oblique, indifféremment sur la face supérieure ou inférieure. Généralement envahissant, le poli se développe sur le bord de la perforation mais également dans la cheminée17 et sa luisance est marquée voire très marquée, de façon graduelle des bords au centre de l’usure.

34L’écrasement (fig. 9) : il s’agit de l’usure la plus couramment observée sur les bâtons archéologiques (16 pièces en usure unique et 10 en association). Les fibres osseuses sont écrasées dans l’épaisseur ce qui se traduit par un affaissement du rebord de la perforation et parfois même de la cheminée selon l’angle et la force d’application d’action. L’observation du sens d’écrasement des fibres permet l’identification du sens d’action ou de circulation de la matière travaillée.

35L’écrasement se localise quasi exclusivement sur les secteurs 6-7, soit directement à l’aplomb du fût. Cette usure peut également se situer sur les secteurs 8 et 2 mais très anecdotiquement (respectivement 3 et 2 pièces).

9 – Stigmates fonctionnels d’écrasement.

9 – Stigmates fonctionnels d’écrasement.

a- Le Placard (IPH n° 1919-1-9); b- Isturitz (MAN, n° 84 785).

Lompré 2003, fig. 26-b et c.

36Le broutage (Rigaud 2001) (fig. 10) : cette usure, très localisée – secteurs 2/3 et 6/7– consiste au rebroussement des fibres du bord de la perforation vers l’extérieur par écrasement. Les fibres apparaissent séparées les unes des autres. C’est un très bon indicateur du sens et de l’angulation de l’action. Il semblerait que ce type d’usure soit toujours obtenu selon un angle d’action obtus.

37Le feuilletage (Id) (fig. 11) : ce terme définit un écrasement longitudinal plus ou moins envahissant des fibres superficielles de la perforation. Il se traduit par un dégradé du rebord, lié à une utilisation rasante, qui rend visible la superposition des lamelles osseuses. L’orientation de l’écrasement représente un indice du sens de circulation et comme nous l’avons vu pour le broutage, l’angle d’action doit influer grandement sur l’accentuation et la morphologie des traces.

38Cette usure survient toujours sur les secteurs 2/3 et 6/7 et son accentuation est très variable (peu marquée à très marquée).

39Le feuilletage et le broutage sont régulièrement associés et s’organisent de façon alterne et opposée, coïncidant avec une utilisation en biais. L’angulation des deux types de traces n’étant pas la même, seule une matière souple permettant ce changement d’angles a pu être employée lors de l’utilisation du bâton percé. On remarque qu’en cas d’association le broutage est toujours moins marqué que le feuilletage.

10 – Stigmates fonctionnels de broutage . Isturitz (MAN, n° 74 895).

10 – Stigmates fonctionnels de broutage . Isturitz (MAN, n° 74 895).

Lompré 2003, fig. 30.

11 – Stigmates fonctionnels de feuilletage : Isturitz (MAN, n° 84 728).

11 – Stigmates fonctionnels de feuilletage : Isturitz (MAN, n° 84 728).

Lompré 2003, fig. 29-b.

40Les micro stries (fig. 12a, b) : ces traces superficielles se caractérisent par de larges séries de stries fines, longues, homogènes et strictement parallèles entre elles, orientées perpendiculairement au bord de la perforation. Le rebord peut présenter des stries plus profondes localisant ainsi l’emplacement de l’attaque de l’outil/matière dans la matière du bâton percé. Ces micro altérations s’organisent en plage unique ou de façon alterne et opposée quand on note deux plages, et se localisent dans les secteurs 2-3 et 6. Ces stigmates surviennent seuls 6 fois et également 6 fois en association à des traces d’écrasement, de poli et même de feuilletage. Ces traces correspondent à une action posée, accomplie par une matière devant contenir des éléments abrasifs.

  • 18  La face supérieure est définie par la convexité du fût et de la tête et à contrario la concavité i (...)

41Toutes les usures fonctionnelles ont été observées exclusivement au niveau de la perforation et témoignent du passage, voire de la circulation, d’une matière à travers la perforation. Du point de vue de leur localisation, tous les types de traces se positionnent préférentiellement dans l’axe du fût, en haut ou en bas de la perforation et, dans le cas du feuilletage et du broutage, de façon alterne et opposée. Les usures perpendiculaires à l’axe longitudinal de la pièce sont plus rares. La distinction face supérieure, face inférieure ne nous est pas apparue pertinente : les traces se situent indifféremment sur l’une ou l’autre et la convexité/concavité18 permettant l’orientation des pièces n’est pas toujours présente, n’influençant donc pas le sens d’utilisation. Cette régularité des localisations ne nous permet pas de pouvoir associer un type de trace à une localisation privilégiée. Soit les différentes activités auxquelles participait le bâton percé s’effectuaient selon une même orientation, soit la fonction était unique mais pouvait s’appliquer selon divers fonctionnements.

4219 associations simples (2 traces) et 1 double (3 traces) ont été observées sur le corpus. Plus qu’à une réutilisation, ces associations tendent à prouver l’existence d’un dénominateur commun : un même fonctionnement peut nécessiter l’emploi de matières différentes (par exemple selon les ressources) et ainsi produire des traces sensiblement différentes par l’adjonction d’une ou plusieurs variantes.

  • 19  F. Bordes en 1974 décrit une pièce en bois de renne de morphologie similaire provenant du niveau S (...)

43À côté de ces stigmates caractéristiques de l’utilisation des bâtons percés, on note quelques exemples de réutilisation de l’objet après sa fracture ou dans certains cas peut-être même contemporaine à son usage en tant que bâton percé. Ainsi plusieurs pièces présentent des traces de lustré sur des pans de fracture et un exemplaire (Le Placard, n° 1919-1-25) affiche des traces d’écrasement sur une des extrémités distales résultant d’un emploi comme percuteur19.

12a – Stigmates fonctionnels : les micro stries. a- Le Placard (MAN, n° 55 037).

12a – Stigmates fonctionnels : les micro stries. a- Le Placard (MAN, n° 55 037).

Lompré 2002, fig. 53-54.

12b – Stigmates fonctionnels : les micro stries. b-Le Placard (MAN, n° 55 040).

12b – Stigmates fonctionnels : les micro stries. b-Le Placard (MAN, n° 55 040).

Lompré 2002, fig. 53-54.

Les fractures

  • 20  La pièce posée à plat, le centre de la perforation figure l’origine d’un repère orthonormé. L’orie (...)

44Pour cette étude seules les fractures résultant de l’utilisation (à opposer à celles post-dépositionnelles) ont été retenues : 91 bâtons percés présentent ce cas de figure. Elles résultent de l’usage du bâton percé au-delà de son seuil de tolérance physique et mécanique. Toutes les fractures correspondent donc soit au vieillissement du matériau, soit à une utilisation excessive ou inadéquate. L’étude des fractures consiste en une reconstitution par déduction selon les connaissances acquises sur les lois mécaniques et sur les propriétés des bois de cervidés : on part de la fracture pour déterminer la position du bâton lors de sa rupture, et donc de son usage, en tentant de caractériser l’orientation et l’angulation20 (fig. 13). Notre objectif était d’approcher une utilisation privilégiée et de mettre les fractures en relation avec les traces afin de déterminer d’éventuelles relations.

13 – Description de l’action : a- angulation b- orientation.

13 – Description de l’action : a- angulation b- orientation.

Lompré 2003, fig. 35.

  • 21  Ces proportions correspondent à celles relevées par Noiret (1990) sur un assemblage de bâtons perf (...)

45Les fractures interviennent aussi bien au niveau du fût que de la perforation (Tableau 4), ces dernières étant très fréquentes. Les fractures de la perforation s’opèrent en majorité perpendiculairement à l’axe du fût. Celles-ci s’effectuent à 65 % selon une angulation de 0° (dans le prolongement du fût) et à 78 % selon une orientation antéro-postérieure21. Les fractures obliques correspondent majoritairement à une utilisation antéro-postérieure mais selon un angle de 45°. Les fractures parallèles au fût traduisent d’avantage une utilisation latérale du bâton. Cependant A. Rigaud (2001) fait remarquer que la morphologie de la pièce influe grandement sur l’orientation de l’utilisation et un changement peut même se produire lors de l’usage.

Tableau 4 – Localisation et répartition des fractures.

Tableau 4 – Localisation et répartition des fractures.

46Si l’étude des fractures recèle une valeur mécanique certaine, ne peut-on pas voir au-delà et se demander si cette répartition tripartite (perpendiculaire, oblique ou parallèle) n’est pas révélatrice de trois modalités d’utilisation ? Ou s’agit-il d’une même utilisation mais selon un fonctionnement différent, des angles différents (l’angle influe vraisemblablement sur l’orientation) ? Ou encore s’agit-il d’usages bien distincts ?

47Les pans de fracture (aussi bien pour la perforation que pour le fût) présentent divers aspects : fractures en languette, en dents de scie, en escaliers, droites ou encore irrégulières. Ces indices sur les bâtons percés révèlent des fractures par flexion uniquement. L’aspect des fractures semble résulter avant tout de l’état de fraîcheur des bois lors de la rupture et nous apporte ainsi une possibilité d’appréhender la durée de vie des bâtons percés. Au sein de l'échantillon de pièces fracturées, une majorité d’objets a été brisée à l’état frais, comme nous l’indiquent la longueur importante des languettes et le découpage très marqué des dents de scie, qui sont les types les plus souvent rencontrés, ainsi que la déformation relativement importante des fibres osseuses. Il ne nous a pas été possible de distinguer les cassures accidentelles, fonctionnelles ou d’usure.

48Notre objectif de départ pour l’étude des fractures nous le rappelons était de mettre en évidence l’existence d’un éventuel lien entre les fractures et les différents types d’usures. Malheureusement il ne ressort de nos données aucune relation spécifique. Pour chacune des catégories de fractures divers stigmates associés sont possibles.

  • 22  Deux origines : élevage de Suède et élevage de France. Dans le premier cas les rennes vivent dans (...)

49Jusqu’à ce jour, peu d’expérimentations ont été menées visant à reconstituer les associations de traces décrites ici. Il nous a donc semblé que la compréhension, d’une part des modes de fabrication de ces bâtons, d’autre part de leur fonction et fonctionnement, ne pouvait être établie sans un passage obligé par une étape expérimentale. Nous avons testé les différentes techniques de mise en forme pour observer les stigmates laissés par le débitage et le façonnage afin d'être capable de clairement les identifier sur le matériel archéologique, mais aussi pour mieux appréhender les choix techniques des Magdaléniens. Les bâtons percés expérimentaux, au nombre de 7 dont 1 multiperforé (3 trous), ont tous été réalisés sur bois de renne22 de moyen et gros module.

Protocole expérimental

50De nombreuses hypothèses fonctionnelles ont été proposées depuis la fin du XIXe siècle souvent inspirées par la comparaison ethnographique. Peu d’expérimentations ont été menées pour tenter de les valider, hormis celles de Glory (1964 et 65) sur l’utilisation du bâton percé comme manche de fronde, celles de Breuil (1954) sur les Torteiras portugais (fabricateur de courroies), les travaux de Leroi-Gourhan (1971) et de Peltier (1992a) sur le redresseur de sagaie, ceux de Manos et Boutié (1996) sur l’allumage du feu et finalement ceux de Rigaud (2001) sur le taquet bloqueur ou suspendeur de charge.

Fabrication

51Le tronçonnage par percussion lancée directe tranchante ou entaillage : effectué sur toute la circonférence d’une perche de gros module au moyen d’un gros éclat retouché puis d’une lame retouchée en fin de processus, cette technique a pour but la création d’une gorge profonde qui permet d’affaiblir le bois qui est sectionné ensuite par flexion. Les stigmates se caractérisent par des enlèvements de matière profonds triangulaires jointifs et superposés. La plage est envahissante mais l’emploi d’une lame en second lieu a permis d’approfondir la gorge créée sans l’élargir d’avantage. Cette opération s’effectue entre 15 et 25 minutes selon la qualité de l’outil et la valeur de l’artisan.

52Le tronçonnage par percussion posée : nous avons eu recours à un procédé relevant de deux techniques, le rainurage et le sciage. Nous avons débuté le débitage par la première technique : le rainurage a été effectué sur un bois de module équivalent à celui utilisé lors de l’entaillage afin de mieux comparer le temps d’exécution. Nous avons eu recours à un burin, plusieurs fois retouché, utilisé en force positive et négative alternativement. Aussi bien le dièdre à proprement parlé que les deux trièdres latéraux (Rigaud 1972) ont été utilisés, ces derniers permettant d’approfondir sans trop élargir. Une fois la rainure bien en place pour éviter son élargissement trop important, nous avons appliqué jusqu’au tissu spongieux un sciage à l’aide d’une lame brute mince qui a conduit à la production d’une gorge en V. Le sectionnement a été effectué par flexion. Si ce procédé de débitage permet d’obtenir un support avec une plage de débitage marginale à modérée, il s’avère beaucoup plus long que l’entaillage puisqu’il nous a fallu plus de 75 minutes de travail.

53Ces expérimentations des techniques de débitage nous ont permis de comprendre les modalités retenues par les Magdaléniens, autrement dit le choix stratégique de l’utilisation de tel ou tel procédé.

54Sur le matériel archéologique nous avions constaté l’utilisation récurrente de l’entaillage sur les tronçons de diamètre et d’épaisseur corticale importante et la réservation du rainurage et du sciage pour les éléments de petit à moyen module. Techniquement cela s’explique par le gain de temps que représente l’entaillage pour les tâches importantes de débitage, alors que le rainurage et le sciage, plus précis, permettent un résultat plus soigné d’éléments de dimensions déjà restreintes.

  • 23  Nord de la Bourgogne, Yonne.

55L’expérimentation des techniques de façonnage avait pour simple objectif l’obtention de traces de comparaison nous ne développerons donc pas cet aspect déjà largement traité à travers la littérature scientifique. Nous avons testé le raclage à lame puis à flanc de burin, cette dernière technique apparaissant plus efficace de part la solidité de la partie active, l’abrasion avec des grès de dureté et de finesse variées (Fontainebleau, La Puisaye23) et le polissage à la poussière de grès et à l’ocre.

Fonctionnements et fonctions

56Il ressort de l’analyse fonctionnelle de l'échantillon archéologique plusieurs constatations qui représentent autant de voies à explorer pour les expérimentations sur le type de gestes à effectuer et de matières à employer :

  • Les stigmates d’écrasement indiquent une action impliquant une pression plus ou moins forte sur le rebord de la perforation et ce dans l’axe du fût.

  • Les micro stries semblent avoir été produites par la circulation d’une matière abrasive.

  • Le feuilletage et le broutage témoignent de la circulation d’un solide souple, type courroie ou lien, majoritairement selon l’axe du fût.

  • Les fractures indiquent une utilisation préférentielle du bâton percé dans une action antéro-postérieure parallèle au fûtmais dont l’angulation peut varier, mais selon quels critères ?

57Nous avons donc cherché quels gestes pouvaient entraîner des écrasements, quels fonctionnements impliquaient l’emploi de lien et quelles matières contenant des éléments abrasifs avaient pu être utilisées.

58Ainsi pour les écrasements nous avons testé deux systèmes de levier (manuel et mécanique) et un principe de traction.

59Pour les matières utilisées nous avons effectué des tests de friction avec différentes matières organiques souples. L’emploi des solides souples de faible densité au Paléolithique supérieur est attesté archéologiquement : Pavlov, Predmosti, Dolni Vestonice (Adovasio et al. 1997) et Lascaux (Glory 1959).

60Notre protocole expérimental a été développé selon quatre grands axes :

61Utilisation du bâton en levier avec application d’une force manuelle : test de l’emploi du bâton percé comme redresseur de pointes de projectile (fig. 14). Le but de cette expérimentation était de caractériser les traces d’usure susceptibles d’être des écrasements (Peltier 1992a) sur le bâton et les pointes.

14 – Redressage à chaud d’une pointe de sagaie.

14 – Redressage à chaud d’une pointe de sagaie.

Lompré 2002, fig. 25.

625 sagaies en bois de renne de section variable (sub-rectangulaire et ovalaire) ont été redressées à chaud après trempage. Le temps de redressage a varié entre 10 à 20 minutes par sagaie selon leur longueur et leur épaisseur.

  • 24  La Garenne, Isturitz.

63L’utilisation du bâton percé en redresseur de sagaies présente deux types de stigmates : de l’écrasement aux zones de contact de la pointe de sagaie avec le bord de la cheminée et des micro ébréchures au niveau du contact des bords de la sagaie avec ceux de la perforation (fig. 15a, b). Mais l’observation la plus intéressante pour cette hypothèse d’utilisation a été faite sur les pointes de projectile : les pièces expérimentales présentent des traces d’écrasements symétriques bord à bord qui correspondent aux zones mises en contact avec le bâton (fig. 16). Sur les sagaies archéologiques qu’il nous a été possible de consulter24, ou d’après les discussions avec des personnes travaillant sur les armatures en matière osseuse, rien de tel n’a été observé ce qui remet directement en cause cette fonction, tout du moins dans ces conditions d’utilisation. Peut-être les préhistoriques enrobaient–ils leurs pointes dans un morceau de cuir pour les protéger. Là encore des traces devraient être laissées que nous n’avons, pour l’instant, pas identifiées ou su reconnaître.

15 – Stigmates d’écrasement et ébréchures liés au redressage des sagaies.

15 – Stigmates d’écrasement et ébréchures liés au redressage des sagaies.

a-écrasement ; b-ébréchure latérale.

Cliché Lompré.

16 – Stigmates d’écrasement sur pointe de sagaie expérimentale.

16 – Stigmates d’écrasement sur pointe de sagaie expérimentale.

Lompré 2002, fig. 32.

64Utilisation du bâton toujours en levier mais cette fois avec l’application d’une force beaucoup plus importante (fig. 17) : Le but était l’observation du processus d’usure. Dans quelles mesures la puissance appliquée fait- elle varier les traces de l’utilisation en levier ? Deux séries de tests ont été effectuées : avec un premier poids de 55 kg suspendu pendant 15 jours et un second de 80 kg maintenu pendant 3 jours, la fracture de la pièce servant de levier empêchant la poursuite de l’expérience.

17a – Action de levier à forte pression. Montage expérimental.

17a – Action de levier à forte pression. Montage expérimental.

Lompré 2003, fig. 11.

17b – Action de levier à forte pression. Mise en place du bâton percé.

17b – Action de levier à forte pression. Mise en place du bâton percé.

Lompré 2003, fig. 11.

65L’utilisation en levier, dans une action requérant une force importante, implique une répartition en biais, alterne et opposée des traces. Celles-ci correspondent encore à des écrasements superficiels du bord de la perforation sur les 3mm de tissu compact et le bord du tissu spongieux. Nous remarquons que l’écrasement est d’avantage marqué sur la face où la force s’est appliquée directement, fournissant ainsi un indice du sens d’utilisation.

66Utilisation du bâton percé comme taquet bloqueur de câble : utilisation faisant appel à une force de traction et au passage d’une courroie en matière organique. But : caractérisation des traces d’usures et étude du processus d’usure.

  • 25  Rigaud a mené ses travaux dans le cadre d’une étude de la fracturation des bois de renne, il a don (...)

67Suivant le principe d’utilisation conduit par Rigaud (fig. 18), mais dans une optique différente de la sienne25 , nous avons mis en suspension une première série de charge de 80 kg puis une seconde de 105 kg, chacune des séries comportant plusieurs périodes de suspension de 20 jours.

18 – Principe du fonctionnement du taquet bloqueur de câble.

18 – Principe du fonctionnement du taquet bloqueur de câble.

a- déblocage du passage ; b- récupération du mou ; c- le bâton entraîné par la masse suspendue vient coincer la corde en haut de la lumière ; d- même système sans poulie, la corde s’engage alors du haut vers le bas dans le trou.

Rigaud 2001, fig. 28.

68L’utilisation en traction, type taquet bloqueur de câble, produit des stigmates d’écrasement et dans un cas, on a pu observer l’apparition de micro stries associées à un léger écrasement (fig. 19). Le processus d’usure se caractérise par une première phase importante de « marquage » puis l’accentuation de l’usure se stabilise, comme si la pièce connaissait un seuil de déformation, peut-être intermédiaire.

19a – Écrasement de traction associé aux micro stries. Micro stries.

19a – Écrasement de traction associé aux micro stries. Micro stries.

Cliché Lompré.

19b – Écrasement de traction associé aux micro stries. Écrasement ; même pièce, angle différent.

19b – Écrasement de traction associé aux micro stries. Écrasement ; même pièce, angle différent.

Cliché Lompré.

69Tests de friction de matières organiques : les stigmates d’usures des pièces archéologiques témoignent de la circulation d’une matière à travers la perforation. But : caractérisation des traces laissées par le travail des différentes matières et tests de résistance à la friction.

70Pour ce faire nous avons testé deux matières animales tendres, le crin et le tendon, et une matière végétale, le sisal. Chacune des courroies confectionnées a circulé pendant 45 minutes, à raison d’un aller-retour par seconde. L’apparition des traces a été constatée au bout d’une dizaine de minutes.

71Les stigmates résultants des tests de friction avec les trois matières organiques différentes sont identiques à un grossissement 20 x. Il s’agit d’un poli continu, couvrant sur la cheminée et brillant.

72Trois types de traces ont donc été obtenus expérimentalement : l’écrasement, le poli et les micro stries. Toutefois ces premiers résultats restent insuffisants pour avoir une quelconque valeur scientifique. Le protocole expérimental méritera d’être développé autour des grands axes qui ressortent de ces premières expérimentations : caractérisation des divers écrasements et des polis, étude du processus d’usure.

73Le mode de fracturation ainsi que la recherche de matières siliceuses pouvant intervenir dans le fonctionnement des bâtons percés n’ont pu être abordés faute de temps.

Synthèse

74Nos travaux avaient pour objectif l’identification du ou des fonctionnements et fonctions des bâtons percés par l’étude des usures et des fractures présentes sur un échantillon archéologique de 130 bâtons percés magdaléniens. Parallèlement la constitution d’un référentiel expérimental devait nous permettre éventuellement la mise en évidence d’analogies.

75L’étude technologique associée aux expérimentations a permis de dégager les modalités techniques de débitage et de façonnage des Magdaléniens : l’obtention du support semble avoir été régie par un souci d’économie de matière (adaptation du mode de débitage au module à sectionner) et de gain de temps. Le façonnage, excepté celui contribuant à l’aménagement de la perforation, plus qu’à une mise en forme du support à finalité fonctionnelle, semble avoir surtout été effectué dans une optique « esthétique » : la majorité des bâtons percés archéologiques sont décorés (gravure ou ronde-bosse).

76L’analyse tracéologique du corpus archéologique a permis l’identification et la caractérisation de cinq types de stigmates, strictement situés au niveau des bords de la perforation, dont trois sont spécifiques aux bâtons percés : le broutage, le feuilletage, les micro stries, l’écrasement et le poli. Quatre associations ont été constatées : le broutage et le feuilletage, le poli et les micro stries, le poli et l’écrasement et les micro stries et l’écrasement. Ces groupements semblent indiquer l’existence d’un dénominateur commun mais le manque d’outil optique plus performant ne nous a pas permis de pousser plus loin notre analyse.

77Néanmoins, la confrontation avec les données expérimentales permet de dégager quelques éléments :

  • L’expérimentation a démontré que les écrasements lors des actions différentes, levier ou traction, peuvent être similaires de par leur nature et leur localisation. Cela rend impossible l’identification d’une utilisation particulière, tout au moins au niveau d’observation utilisé. De même le type d’action n’a pu être déterminé.

  • Si l’écrasement a été reproduit expérimentalement, son accentuation est nettement moindre que celle observée sur les exemplaires archéologiques. Il convient d’étudier plus profondément le processus d’usure pour déterminer les différents degrés d’écrasement.

  • La même constatation est à faire en ce qui concerne le poli : l’origine de la matière particulière qui l’a créé ne peut être spécifiée.

  • Si les stigmates de micro stries ont pu être reproduits expérimentalement, l’unicité de l’exemplaire ne permet pas la validation statistique de l’analogie. Le développement du protocole expérimental est maintenant décisif pour la poursuite de ces travaux.

78Cette étude montre qu’il est possible de mener une analyse tracéologique sur un assemblage archéologique en matières dures animales datant du Paléolithique supérieur. L’étude des stigmates fonctionnels présents sur le corpus archéologique nous a permis d’orienter notre protocole expérimental. Cependant le référentiel de comparaison n’a pu permettre l’identification ni des matières travaillées ni des activités pratiquées. La taille restreinte de l’échantillon expérimental et peut être le manque de pertinence des tests, notamment pour la reproduction des écrasements, sont en cause. Un approfondissement, par la variation plus importante des différents critères (angulation, sens d’action, matière utilisé, mode de pression), des types de fonctionnements proposés en expérimentation permettrait sans nul doute de mieux comprendre le processus d’usure et peut-être d’identifier des modes de fonctionnement voir la ou les fonctions des bâtons percés.

79D’ores et déjà la confrontation des données archéologiques et expérimentales permet de dégager quelques modalités d’utilisation du bâton percé qui pourront servir de base aux travaux à venir :

  • les fractures, notamment celles du fût, mettent en évidence la fixation du fût dans autre chose que la main (Rigaud 2001).

  • l’importance des écrasements archéologiques implique l’emploi d’une force considérable.

  • les stigmates de poli et les micro stries témoignent de la circulation d’un élément, type solide mou, à travers la perforation.

Haut de page

Bibliographie

Adovasio et al. 1997, ADOVASIO J.M., HYLAND D.C., SOFFER O., Textiles and cordage: a preliminary assessment, in:Pavlov I – Northwest : The Upper Paleolithic Burial and its Settlement Context, Svoboda J. Ed., Brno, Akademie Ved Ceské Republiky, 1997, p. 403-424 (DolnÌ Vestonice Studies ; 4).

Averbouh 2000, AVERBOUH A., Technologie de la matière osseuse travaillée et implications palethnologiques : l’exemple des chaînes d’exploitation du bois de cervidé chez les Magdaléniens des Pyrénées, Paris, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, 2000, Thèse de Doctorat de l’Université - Préhistoire-Ethnologie-Anthropologie, 253 + 247 p.

Averbouh & Buisson 2003, AVERBOUH A., BUISSON D., Les lissoirs, in : La grotte de La Vache (Ariège) : fouilles Romain Robert. I Les occupations du Magdalénien, Clottes J., Delporte H. Eds., Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2003, p. 309-324.

Bouchud 1966, BOUCHUD J., Essai sur le renne et la climatologie du Paléolithique moyen et supérieur, Périgueux, Magne Imprimerie, 1966, 300 p.

Bouchud 1977, BOUCHUD J., Les aiguilles en os : étude comparée des traces laissées par la fabrication et l’usage sur le matériel préhistorique et les objets expérimentaux, in : Méthodologie appliquée à l’industrie de l’os préhistorique, Camps-Fabrer H. Ed., Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 1977, p. 256-267 (Colloques internationaux du Cnrs, 568 / Deuxième colloque international sur l’industrie de l’os dans la Préhistoire, Abbaye de Sénanque (Vaucluse), juin 1976).

Breuil 1954, BREUIL H., Bâtons percés paléolithiques supérieurs et torteiraes (portugais), in : 4ème Congrès International de sciences préhistoriques et protohistoriques, Madrid 1954 : Chronique, Pericot García L. Ed., Madrid, s.n., 1954.

Buisson 2003, BUISSON D., Les poinçons, in : La grotte de La Vache (Ariège) : fouilles Romain Robert. I Les occupations du Magdalénien, Clottes J., Delporte H. Eds., Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2003, p. 331-334.

Campana 1980, CAMPANA D.V., An analysis of the use-wear patterns on Natufian and Protoneolithic bone implements, Ann Arbor, University Microfilms International, 1980, PhD Dissertation University of Columbia, 640 p.

Campana 1989, CAMPANA D.V., Natufian and protoneolithic bone tools : the manufacture and use of bone implements in the Zagros and the Levant, Oxford, B.A.R., 1989, 156 p. (British archaeological Reports - International Series ; 494).

Christidou 2001a, CHRISTIDOU R., Study of Bone Tools at Three Late Final Neolithic Sites from Northern Greece, in :Crafting Bone: Skeletal Technologies through Time and Space, Choyke A.M., Bartosiewicz L. Eds., Oxford, Archaeopress, 2001, p. 41-48 (British archaeological Reports - International Series ; 937).

Christidou 2001b, CHRISTIDOU R., Usure frontale d’un outil tranchant en os : deux mouvements opposés, une séquence technique ?, in: Préhistoire et approche expérimentale, Bourguignon L., Ortega I., Frère-Sautot C. Eds., Montagnac, Monique Mergoil, 2001, p. 259-266 (Préhistoires ; 5).

Crémades 2003, CRÉMADES M., Les pièces intermédiaires : ciseaux et coins, in : La grotte de La Vache (Ariège) : fouilles Romain Robert. I Les occupations du Magdalénien, Clottes J., Delporte H. Eds., Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2003, p. 285-298.

D’Errico 1993, D’ERRICO F., Identification des traces de manipulation, suspension, polissage sur l’art mobilier en os, bois de cervidés, ivoire, in: Traces et fonction : les gestes retrouvés : actes du colloque international de Liège, 8-10 décembre 1990. Volume 1, Anderson P.C., Beyries S., Otte M. Eds., Liège, Service de Préhistoire - Université, 1993, p. 177-188 (Etudes et Recherches archéologiques de l’Université de Liège (ERAUL) ; 50).

D’Errico & Giacobini 1986, D’ERRICO F., GIACOBINI G., L’emploi des répliques en vernis pour l’étude de surface des pseudo instruments en os, in : Outillage peu élaboré en os et en bois de cervidés. II, Treignes, CEDARC, 1986, p. 57-68 (Artefacts ; 3).

D’Errico et al. 1984, D’ERRICO F., GIACOBINI G., PUECH P.-F., Les répliques en vernis des surfaces osseuses façonnées : études expérimentales, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 81, 6, 1984, p. 169-170.

Girod 1906, GIROD P., Contribution à l’étude des bâtons percés : un nouveau bâton de La Madeleine, in: Les stations de l’âge du renne dans les vallées de la Vézère et de la Corrèze : Stations solutréennes et aurignaciennes, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1906.

Girod & Massénat 1900, GIROD P., MASSÉNAT E., Les stations de l’âge du renne dans les vallées de la Vézère et de la Corrèze : Documents recueillis et publiés par Dr Paul Girod & Elie Massénat. Volume 1 : Laugerie-Basse; industrie, sculptures, gravures, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1900, 44 p., 110 pl. h.-t. en boîtier cartonné.

Glory 1959, GLORY A., Débris de corde paléolithique à la grotte Lascaux (Dordogne), Mémoires de la Société préhistorique française, Paris, 5, 1959, p. 135-169.

Glory 1964, GLORY A., Les Bâtons troués sont-ils des manches à fronde ?, Bulletin de la Société d’Etudes et de Recherches Préhistoriques, Les Eyzies, 13, 1964, p. 1-8, ill.

Glory 1965, GLORY A., Nouvelle théorie d’utilisation des bâtons troués préhistoriques, in : Centenaire de la préhistoire en Périgord (1864-1964), Société historique et archéologique du Périgord Ed., Périgueux, P. Fanlac, 1965, p. 55-62 (Bulletin ; 91 supplément).

Legrand 2000, LEGRAND A., Vers une identification technologique et fonctionnelle des outils biseautés en matières osseuses : le site magdalénien de La Garenne, Saint-Marcel (Indre), Université Paris 1, 2000, Mémoire de Diplôme d’Etudes Approfondies.

Leroi-Gourhan 1971, LEROI-GOURHAN A., Evolution et techniques : I, L’homme et la matière. 2e édition, Paris, Albin Michel, 1971, 348 p.

Lompré 2002, LOMPRÉ A., Une approche technologique et tracéologique de deux séries de bâtons percés : gisements magdaléniens de La Garenne et du Placard, Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, 2002, Mémoire de Maîtrise, 102 p. + annexes

Lompré 2003, LOMPRÉ A., Une approche technologique et tracéologique de bâtons percés magdaléniens, Gisements d’Isturitz, du Placard, de Laugerie Haute, de St Michel d’Arudy, de La Madeleine et du Massat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2003, Diplôme d’Etudes Approfondies, 56 + 26 p.

Maigrot 1997, MAIGROT Y., Tracéologie des outils tranchants en os des Ve et IVe millénaires av. J.-C. en Bassin parisien : essai méthodologique et application, Bulletin de la Société préhistorique française, 94, 2, 1997, p. 198-216.

Maigrot 2001, MAIGROT Y., Technical and functional study of ethnographic (Irian Jaya, Indonesia) and archaeological (Chalain and Clairvaux, Jura, France, 30th century b.c.) tools made from boar’s tusks, in:Ethno-archaeology and its transfers : papers from a session held at the European Association of Archaeologists fifth annual meeting, Bournemouth 1999, Beyries S., Pétrequin P. Eds., Oxford, B.A.R., 2001, p. 67-79 (British Archaeological Reports International series ; 983).

Maigrot 2003, MAIGROT Y., Etude technologique et fonctionnelle de l’outillage en matières dures animales : La station 4 de Chalain (Néolithique final, Jura, France), Université Paris I, 2003, Thèse de Doctorat, 284 p.

Maigrot & Martineau 2000, MAIGROT Y., MARTINEAU R., Les outils en os utilisés dans la fabrication des poteries du Néolithique final de Chalain station 4 (Jura). Expérimentation céramique et étude de tracéologie, in : 25ème Congrès préhistorique de France « Approches fonctionnelles en Préhistoire » : programme et résumés des communications, Nanterre, novembre 2000, Société Préhistorique Française Ed., s.l. [Paris], s.n. [S.P.F.], 2000, p. 22-23.

Manos & Boutié 1996, MANOS I., BOUTIÉ P., Bâtons percés, une interprétation supplémentaire, Bulletin de la Société préhistorique française, 93, 2, 1996, p. 208-210.

Mons 1980, MONS L., Essai d’analyse et de classification des poinçons des gisements solutréens et magdaléniens du Placard (Charente), de Laugerie-Basse et de la Madeleine (Dordogne), Bulletin de la Société préhistorique française, 77, 10-12, 1980, p. 317-327.

Mons & Stordeur 1977, MONS L., STORDEUR D., Des objets nommés « lissoirs » de la Grotte du Placard (Charente), Antiquités nationales, 9, 1977, p. 15-25.

Noiret 1990, NOIRET P., Le Décor des bâtons percés paléolithiques, Liège, Préhistoire liégeoise ASBL, 1990, 319 + 127 p. (Mémoires de Préhistoire liégeoise ; 25).

Peltier 1986, PELTIER A., Etude expérimentale des surfaces osseuses façonnées et utilisées, Bulletin de la Société préhistorique française, 83, 1986, p. 5-7, 8 fig.

Peltier 1992a, PELTIER A., Fiche générale : bâtons percés, in : Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier 5 : bâtons perçés, baguettes, Camps-Fabrer H. Ed., Treignes, CEDARC, 1992a, p. 7-34.

Peltier 1992b, PELTIER A., Fiche : bâtons percés à deux branches divergentes horizontales, in : Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier 5 : bâtons perçés, baguettes, Camps-Fabrer H. Ed., Treignes, CEDARC, 1992b, p. 35-42.

Peltier 1992c, PELTIER A., Fiche : bâtons percés à une ou deux branches divergentes obliques, in : Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier 5 : bâtons perçés, baguettes, Camps-Fabrer H. Ed., Treignes, CEDARC, 1992c, p. 43-52.

Peltier 1992d, PELTIER A., Fiche : bâtons percés à branches courtes ou sans branche, in : Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier 5 : bâtons perçés, baguettes, Camps-Fabrer H. Ed., Treignes, CEDARC, 1992d, p. 53-64.

Peltier 1992e, PELTIER A., Fiche : bâtons percés à plusieurs perforations, in : Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique. Cahier 5 : bâtons perçés, baguettes, Camps-Fabrer H. Ed., Treignes, CEDARC, 1992e, p. 65-70.

Peltier & Plisson 1986, PELTIER A., PLISSON H., Micro-tracéologie fonctionnelle sur l’os, quelques résultats expérimentaux, in : Outillage peu élaboré en os et en bois de cervidés. II, Treignes, CEDARC, 1986, p. 69-80 (Artefacts ; 3).

Peyrony 1934, PEYRONY D., Un nouveau bâton percé magdalénien, in : Congrès préhistorique de France : XIe session, Périgueux 1934, Paris, Société préhistorique française, 1934, p. 421-423.

Plisson 1985, PLISSON H., Etude fonctionnelle d’outillages lithiques préhistoriques par l’analyse des micro-usures : recherche méthodologique et archéologique, Paris, Université Paris 1, 1985, Thèse de doctorat, 357 p.

Rigaud 1972, RIGAUD A., La technologie du burin appliquée au matériel osseux de la Garenne (Indre), Bulletin de la Société préhistorique française, 69, 1972, p. 104-108, 3 fig.

Rigaud 2001, RIGAUD A., Les bâtons percés : décors énigmatiques et fonction possible, Gallia Préhistoire, Paris, 43, 2001, p. 101-151.

Schwab 2003, SCHWAB C., Les « os à impressions et à éraillures » de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques, France), in : L’industrie osseuse pré- et protohistorique en Europe : approches technologiques et fonctionnelles, Patou-Mathis M., Cattelain P., Ramseyer D. Eds., Arnay, Cercle archéologique Hesbaye-Condroz, 2003, p. 9-18 (Bulletin du Cercle archéologique Hesbaye-Condroz ; 26 / 14ème Congrès UISPP, Liège 2001).

Haut de page

Notes

1  18 artefacts conservés au Musée d’Argentomagus de St Marcel.

2  53 pièces dont 24 conservées au Musée des Antiquités Nationales de St Germain en Laye (MAN) et 29 conservées à l’Institut de Paléontologie Humaine (IPH) de Paris. Séparation effectuée par l’abbé Breuil.

3  37 pièces conservées au M.A.N, provenant de la Grande salle d’Isturitz collections Passemard et Saint-Périer.

4  12 pièces conservées au département de Préhistoire du Musée de l’Homme.

5  5 pièces conservées au M.A.N, en attente de transfert  au Musée National de Préhistoire des Eyzies (Dordogne).

6  4 pièces conservées au M.A.N.

7  1 pièce conservée au M.A.N.

8  A. Peltier souligne dans ses travaux la répartition chronologique des différents types (1992 b, c, d, e) : tous les multiperforés connus datent du Magdalénien supérieur et final, les bâtons à branches horizontales sont spécifiques à l’Aurignacien et au Solutréen, les pièces à branches divergentes obliques ne sont présentes qu’au Magdalénien et seuls les bâtons à branches courtes ou sans branche existent durant tout le Paléolithique supérieur.

9  Quatre indices sont calculés : indice d’allongement (Ltotale/lmaximale) ; indice d’aménagement distal (Lpartie distale/Ltotale) ; indice d’élargissement distal (lmaximale de la partie distale/Lpartie distale) et indice de fragilité de la partie mésiale (Lpartie mésiale/épaisseur minimale de la partie mésiale).

10  L’emploi du terme de « module » permet d’éviter toute considération sur l’âge et le sexe de la bête (une étude archéozoologique étant plus à même de les définir), le nombre de facteurs jouant sur la variabilité de l’épaisseur du tissu compact étant trop nombreux. (Averbouh 2000).

11  Certaines pièces ne possédant pas de n° d’inventaire MAN, l’année de fouille sert de n° de référence. Quand plusieurs pièces de la même année sont dans ce cas, nous avons attribué arbitrairement un chiffre.

12  Communication orale de A. Averbouh.

13  La sélection a été effectuée selon l’absence/présence de macro traces et l’état de surface des pièces.

14  Le broutage et le feuilletage sont deux termes utilisés la première fois par Rigaud (2001), empruntés aux artisans du bois, mais nous revenons sur leur définition.

15  Le poli/lustré a déjà été identifié sur les lissoirs (Mons & Stordeur 1977 ; Peltier 1986 ; Averbouh & Buisson 2003), les poinçons (Mons 1980), les écharnoirs, les palissons ou encore les queursoirs (Peltier & Plisson 1986 ; Maigrot 1997), diverses pièces présentant des perforations (d’Errico 1993). Les écrasements sont connus sur les pièces biseautées (Legrand 2000 ; Cremades 2003), les os à impressions (Schwab 2003), les poinçons (Buisson 2003).

16  Certains technologues et tracéologues osseux appliquent le terme de poli plus particulièrement à l’usure de surface liée au façonnage alors que « le lustré » leur semble plus approprié à l’usure fonctionnelle.

17  Le terme de cheminée correspond aux parois intérieures de la perforation.

18  La face supérieure est définie par la convexité du fût et de la tête et à contrario la concavité identifie le face inférieure.

19  F. Bordes en 1974 décrit une pièce en bois de renne de morphologie similaire provenant du niveau Solutréen supérieur de Laugerie-Haute Ouest présentant des stigmates d’écrasement d’organisation et de répartition analogues.

20  La pièce posée à plat, le centre de la perforation figure l’origine d’un repère orthonormé. L’orientation désigne l’angle d’utilisation selon un plan vertical (xOy) et l’angulation se réfère à l’angle d’utilisation dans le plan horizontal (xOz).

21  Ces proportions correspondent à celles relevées par Noiret (1990) sur un assemblage de bâtons perforés de plus de 360 pièces.

22  Deux origines : élevage de Suède et élevage de France. Dans le premier cas les rennes vivent dans un environnement favorable à leur bon développement alors que dans le second cas, l’adaptation à un climat trop chaud peut avoir eu des conséquences sur les propriétés histologiques des bois. Aucune étude n’ayant porté jusqu’à présent sur cet élevage nous ne connaissons pas ces conséquences.

23  Nord de la Bourgogne, Yonne.

24  La Garenne, Isturitz.

25  Rigaud a mené ses travaux dans le cadre d’une étude de la fracturation des bois de renne, il a donc recherché des situations brisantes alors que nous désirions des situations « imprimantes ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – État de fragmentation du corpus de bâtons percés archéologiques.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-1.png
Fichier image/png, 7,4k
Titre 1 – Terminologie appliquée aux bâtons percés.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-2.png
Fichier image/png, 9,9k
Titre Tableau 2 – Effectif des divers types de bâtons percés par site.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-3.png
Fichier image/png, 7,5k
Titre 2 – Classification typologique du corpus archéologique.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-4.png
Fichier image/png, 5,0k
Titre 3 – Exemple de parure façonnée en forme de bâton percé, La Garenne.
Crédits A. Rigaud 2001, fig.13-6.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-5.png
Fichier image/png, 84k
Titre 4 – Répartition des différents modules employés au sein du corpus archéologique. Lompré 2003.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-6.png
Fichier image/png, 21k
Titre 5 – Le débitage des supports des bâtons percés.
Légende 1- fût sur andouiller de glace ; tête sur partie proximo-mésiale de la perche A.2-fût sur perche A ; tête sur partie proximale de la perche A et andouiller de glace ou d’œil.
Crédits A. Peltier 1992a, fig. 7.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-7.png
Fichier image/png, 8,1k
Titre 6 – Stigmates d’entaillage par percussion lancée indirecte, MAN Isturitz n° 1928-1.
Crédits Lompré 2003, fig. 25.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-8.png
Fichier image/png, 88k
Titre 7 – Division de la perforation.
Crédits Selon Glory 1964.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-9.png
Fichier image/png, 1,5k
Titre 8a – Stigmates fonctionnels de poli : Isturitz (MAN, n° 86 745).
Crédits Lompré 2003, fig. 28-c.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-10.png
Fichier image/png, 218k
Titre 8b – Stigmates fonctionnels de poli : Isturitz (MAN, n° 74 898).
Crédits Lompré 2003, fig. 28-b.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-11.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 3 – Associations des macro traces d’utilisation des bâtons percés.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-12.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre 9 – Stigmates fonctionnels d’écrasement.
Légende a- Le Placard (IPH n° 1919-1-9); b- Isturitz (MAN, n° 84 785).
Crédits Lompré 2003, fig. 26-b et c.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-13.png
Fichier image/png, 128k
Titre 10 – Stigmates fonctionnels de broutage . Isturitz (MAN, n° 74 895).
Légende Lompré 2003, fig. 30.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-14.png
Fichier image/png, 98k
Titre 11 – Stigmates fonctionnels de feuilletage : Isturitz (MAN, n° 84 728).
Légende Lompré 2003, fig. 29-b.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-15.png
Fichier image/png, 159k
Titre 12a – Stigmates fonctionnels : les micro stries. a- Le Placard (MAN, n° 55 037).
Crédits Lompré 2002, fig. 53-54.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-16.png
Fichier image/png, 103k
Titre 12b – Stigmates fonctionnels : les micro stries. b-Le Placard (MAN, n° 55 040).
Crédits Lompré 2002, fig. 53-54.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-17.png
Fichier image/png, 124k
Titre 13 – Description de l’action : a- angulation b- orientation.
Crédits Lompré 2003, fig. 35.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-18.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 4 – Localisation et répartition des fractures.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-19.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre 14 – Redressage à chaud d’une pointe de sagaie.
Crédits Lompré 2002, fig. 25.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-20.png
Fichier image/png, 172k
Titre 15 – Stigmates d’écrasement et ébréchures liés au redressage des sagaies.
Légende a-écrasement ; b-ébréchure latérale.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-21.png
Fichier image/png, 86k
Titre 16 – Stigmates d’écrasement sur pointe de sagaie expérimentale.
Crédits Lompré 2002, fig. 32.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-22.png
Fichier image/png, 77k
Titre 17a – Action de levier à forte pression. Montage expérimental.
Crédits Lompré 2003, fig. 11.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-23.png
Fichier image/png, 284k
Titre 17b – Action de levier à forte pression. Mise en place du bâton percé.
Crédits Lompré 2003, fig. 11.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-24.png
Fichier image/png, 172k
Titre 18 – Principe du fonctionnement du taquet bloqueur de câble.
Légende a- déblocage du passage ; b- récupération du mou ; c- le bâton entraîné par la masse suspendue vient coincer la corde en haut de la lumière ; d- même système sans poulie, la corde s’engage alors du haut vers le bas dans le trou.
Crédits Rigaud 2001, fig. 28.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-25.png
Fichier image/png, 77k
Titre 19a – Écrasement de traction associé aux micro stries. Micro stries.
Crédits Cliché Lompré.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-26.png
Fichier image/png, 138k
Titre 19b – Écrasement de traction associé aux micro stries. Écrasement ; même pièce, angle différent.
Crédits Cliché Lompré.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/328/img-27.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aliette Lompré, « Une nouvelle étude techno-fonctionnelle appliquée à un ensemble magdalénien de bâtons percés », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 12, 2003, p. 147-163.

Référence électronique

Aliette Lompre, « Une nouvelle approche techno-fonctionnelle », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 28 avril 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://pm.revues.org/328

Haut de page

Auteur

Aliette Lompre

UMR 6636 - ESEP, 5 rue du Château de l'Horloge, BP 647, F-13094 Aix-en-Provence Cedex 2, lompre.aliette@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page