Navigation – Plan du site
Deuxième Partie

Parures individuelles et sépultures collectives à la fin du Néolithique en Bassin parisien

Angélique Polloni
p. 75-89

Résumés

Les nombreuses sépultures collectives implantées dans le Bassin parisien offrent un important panel de parures, constituées de formes et de matières premières variées. Plus de 7500 objets ont été inventoriés, provenant de 235 tombes. Les aspects typologiques, fonctionnels et spatiaux ont été examinés afin de comprendre la place de ces mobiliers individuels au sein de monuments collectifs. Les parures déposées sont usées, parfois réparées. Elles n’ont pas été fabriquées spécialement pour les morts. Cependant, malgré la variabilité de ces éléments et le soin apporté à leur confection, seule une minorité des inhumés en possédait, l’âge et le sexe n’étant pas des facteurs discriminants, puisque tous les individus, hommes ou femmes, du plus jeune au plus âgé, ont parfois été inhumés avec des parures.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La fin du Néolithique est marquée par la construction de sépultures collectives. Le travail d’inventaire récemment effectué par les membres du Projet Collectif de Recherche « Le IIIe millénaire dans le Centre-Nord de la France » a permis de recenser 470 sépultures collectives dans le Bassin parisien (Salanova et al. 2003). Étant donné le très petit nombre d’habitats connus dans cette région pour la fin du IVe et le IIIe millénaire av. J.-C., la majorité de nos connaissances pour cette période repose sur la fouille de ces sépultures.

2Les nombreux objets de parure découverts dans ces tombes ont depuis longtemps suscité l’intérêt des fouilleurs, mais ils n’ont pour l’instant fait l’objet d’aucune synthèse globale.

3Nous avons donc tenté, dans le cadre d’un travail de doctorat, de caractériser la parure de ces sépultures, mais également de comprendre la place et le sens de ces éléments, considérés comme l’archétype de l’individualisme, au sein de monuments collectifs. Concernaient-ils toute la population inhumée ou bien étaient-ils réservés à quelques « privilégiés » ?

Contextes et corpus de l’étude

Contextes

4Le cadre géographique de ce travail concerne le Bassin parisien au sens géologique du terme, c’est-à-dire le bassin sédimentaire de Paris, qui occupe une grande partie de la France septentrionale. Il englobe les régions d’Ile-de-France, la Haute-Normandie, la Picardie, la Champagne-Ardenne à l’exception de la Haute-Marne, le département de l’Yonne en Bourgogne et le nord de la région Centre (Loiret, Loir-et-Cher et Eure-et-Loir).

5Le cadre chrono-culturel s’étend de la fin du IVe au début du IIe millénaire (3400/3300 - 1800 av. J.-C. environ). Plusieurs groupes culturels étaient établis dans le Bassin parisien. Au Néolithique récent, le Seine-Oise-Marne (S.O.M.), présent dans tout le Bassin parisien, est surtout connu par des sépultures. Pour le Néolithique final, nous connaissons le groupe de Gord, essentiellement centré dans la moyenne vallée de l’Oise, le groupe de Deûle-Escaut, dont l’occupation s’étend du Nord de la France au Hainaut occidental belge et qui pourrait être un faciès septentrional du groupe de Gord, ainsi que le Campaniforme, qui a été reconnu dans une cinquantaine de sites. L’extrême fin du Néolithique final est quant à elle caractérisée par l’Épicampaniforme et Groupe des Urnes à Décor Plastique (G.U.D.P.).

6Du point de vue funéraire, au IIIe millénaire, plusieurs phénomènes peuvent être observés : le fonctionnement de sépultures collectives construites à la fin du IVe millénaire (comme celle de la Chaussée-Tirancourt), la construction de nouvelles sépultures collectives (telles que Pincevent) mais également l’utilisation de sépultures individuelles avec les Campaniformes (comme Les petits-Près à Lery). Rappelons quand même que les Campaniformes ne sont pas connus que par des sépultures individuelles, puisqu’ils ont souvent réutilisé des sépultures collectives.

7La principale limite à ce travail réside dans le fait que les sépultures collectives ont parfois fonctionné pendant près d’un millénaire, ce qui signifie qu’elles ne sont pas des ensembles clos. Le mobilier que l’on retrouve dans ces tombes doit donc être considéré comme le fruit d’apports successifs en relation avec le dépôt des corps. De plus, la longue utilisation des tombes a parfois rendu nécessaire certaines manipulations (rangements, déplacements de certains ossements, vidanges ou encore réorganisation de l’espace sépulcral) qui ont déconnecté les corps et donc dissocié les inhumés du matériel qui les accompagnait. Il est par conséquent très souvent difficile d’établir une relation directe entre les objets et les défunts. Ce problème est d’autant plus sensible dans les allées sépulcrales où le nombre d’inhumés est généralement très élevé (il avoisine parfois les 300 individus) et les remaniements fréquents.

8La conservation différentielle des matériaux est une autre limite à cette étude. Les éléments en céramique ou en os, par exemple, ont pu disparaître en se dissolvant dans les sols. Il ne faut pas non plus négliger tous les probables objets en matières périssables (bois, tissu, cheveu, cuir, peau) que nous n’aurons sans doute jamais la chance de connaître. Le nombre d’objets comptabilisés par sépulture est donc peut-être parfois très inférieur au nombre réel d’éléments qui y furent déposés.

Corpus

9Parmi les 470 sépultures collectives inventoriées dans le Bassin parisien, 235, soit la moitié, ont livré des objets de parure. Si l’on s’intéresse indépendamment à chaque type sépulcral, on constate que, pour l’ensemble de la zone étudiée, on a découvert des objets de parure dans 57 % des hypogées, 47 % des allées sépulcrales, 45 % des sépultures en fosse et seulement 12 % des sépultures mégalithiques (fig. 1). La parure n’est donc pas l’apanage d’un type sépulcral en particulier, puisque, exception faite des sépultures mégalithiques où elle se fait plus rare, les différents types architecturaux ont livré de la parure dans des proportions équivalentes.

1 - Proportion, pour chaque type sépulcral, de tombes ayant livré de la parure

1 - Proportion, pour chaque type sépulcral, de tombes ayant livré de la parure

10Les sépultures ayant livré un important mobilier funéraire, mais aucun élément de parure, sont nombreuses. C’est par exemple le cas de l’allée sépulcrale de Val-de-Reuil, Les Varennes (Eure), pourtant située sur la même commune que plusieurs tombes collectives qui renfermaient une grande variété d’objets de parure (Portejoie / Sépulture 1, Portejoie / Fosse XIV, Beausoleil 3 et La Butte Saint Cyr).

11Notre corpus se compose du mobilier de 68 allées sépulcrales, 123 hypogées, 15 sépultures mégalithiques, 20 sépultures en fosse, 4 coffres, 2 sépultures en cavité naturelle et 3 sépultures de type non déterminé (fig. 2). Dans l’ensemble, ces 235 tombes nous ont fourni un minimum de 7500 objets de parure, dont 62 % ont pu être étudiés.

2 - Répartition des 235 sépultures collectives du Bassin parisien ayant livré de la parure

2 - Répartition des 235 sépultures collectives du Bassin parisien ayant livré de la parure

12Les hypogées, qui sont souvent regroupés en nécropole, sont essentiellement connus dans l’est du Bassin parisien et notamment dans le département de la Marne alors que les allées sépulcrales sont pour la plupart établies dans l’ouest du Bassin parisien (et notamment dans l’Oise, le Val-d’Oise et l’Aisne). Quant aux sépultures mégalithiques, elles sont majoritairement implantées dans le sud du Bassin parisien.

Formes et matières premières

13On compte six catégories d’objets en présence à la fin du Néolithique dans le Bassin parisien : les formes naturelles aménagées, les perles (discoïdes, cylindriques, ovoïdes et biconiques), les pendeloques (arciformes, biforées, en quille, en forme de hache, longues, cannelées et en poignard), les boutons à perforation en V, les bracelets et les épingles (à tête en béquille et à tête latérale).

14Afin de réaliser ce panel de formes, plus de vingt-trois matières premières ont été employées. Celles-ci sont variées puisque représentées par des matières minérales (ambre ou résines fossiles, calcaire, grès, lignite, pyrite de fer, quartz, schiste, variscite, aragonite, cornaline, fluorine, gypse, silex, stéatite, galet de rivière ainsi que divers roches tenaces), des matières animales (coquillages et fossiles du Mésozoïque, os, dents et bois de cervidé) et des matériaux transformés (céramique, cuivre et or).

15Les différentes matières exploitées combinées aux nombreux types d’objets en vigueur à la fin du Néolithique ont donné lieu à un grand nombre de possibilités, dont au moins 52 ont été réalisées. Ces 52 modèles d’objets ont été classés selon leur fréquence (fig. 3). Ainsi, 9 d’entre-eux peuvent être considérés comme « très fréquents », 10 comme « fréquents » et les 33 autres comme « peu fréquents ». Les objets « très fréquents » sont des coquillages percés, des perles en coquillage, des pendeloques biforées en coquillage, des perles en os, des dents perforées, des perles en calcaire, des galets et pierres percés, des perles en lignite et des perles en schiste.

3 - Les différents modèles d’objets de parure : très fréquent (+ de 150 objets) ; fréquent (de 10 à 149 objets) ; peu fréquent (- de 10 objets)

3 - Les différents modèles d’objets de parure : très fréquent (+ de 150 objets) ; fréquent (de 10 à 149 objets) ; peu fréquent (- de 10 objets)

16Les 10 modèles d’objets qualifiés de « fréquents » sont : les os percés, les pendeloques biforées en os, les boutons à perforation en V en os, les pendeloques en quille en bois de cervidé, les perles en ambre, les perles en variscite, les fragments de quartz percés, les haches-pendeloque en roche tenace, les pendeloques arciformes en schiste et les perles en cuivre.

17Les 33 autres modèles d’objets recensés ne sont représentés que par un très petit nombre d’exemplaires, voire par un unique objet dans près de la moitié des cas, ce qui en fait des éléments plutôt atypiques.

L’usure des objets de parure

Dans quel état sont déposés les objets dans les tombes ?

18Une large majorité des éléments de parure de notre corpus présente des traces d’usure visibles à l’œil nu. L’usure est l’état de ce qui est détérioré par l’usage. Les stigmates de l’usure sont donc l’ensemble des altérations liées à l’usage des objets. Les traces d’usure les plus courantes concernent la perforation, généralement déformée par la tension du lien, mais également le contour initial de l’objet, souvent modifié au fil de l’usage. De nombreux objets très usés combinent plusieurs stigmates d’usure localisés à divers endroits et dont l’étendue et l’intensité varient.

19Dans l’ensemble, 5 % des objets ne sont pas ou très peu usés, 89 % portent des traces d’usure identifiables et 6 %, très usés à divers endroits, sont cassés (fig. 4). Ces derniers sont le plus souvent cassés au niveau de leur perforation, rendant leur moyen de suspension habituel impossible. Certains objets, très fragiles, tels que les éléments en coquillage ou en schiste, ont pu être endommagés lors du fonctionnement de la sépulture ou, beaucoup plus récemment, lors de la fouille ou de leur manipulation post-fouille. Néanmoins, ce chiffre de 6 % d’éléments cassés nous paraît beaucoup trop important pour qu’il ne s’agisse que d’endommagements postérieurs à l’introduction des parures dans la sépulture. Il nous parait donc tout à fait probable que de nombreux objets étaient déjà abîmés lors de leur entrée dans la tombe. Nous pouvons également envisager que certaines parures aient été volontairement cassées avant leur introduction dans la sépulture, afin, peut-être, qu’elles ne puissent plus être utilisées comme tel. Ce chiffre de 6 % d’objets cassés est donc à prendre avec précaution puisqu’il ne reflète que l’état des choses au moment de notre étude.

4 - Degrés d’usure des objets de parure

4 - Degrés d’usure des objets de parure

20Aucune trace d’usure visible à l’œil nu ne signifie pas que l’objet soit neuf. Il peut en effet avoir été peu souvent porté ou porté sur une courte période. De plus, sur certains matériaux, tels que la pierre, les traces d’usure sont plus longues à se formaliser que sur des objets en matières tendres, os ou coquillage par exemple. Il est donc difficile de dire qu’un objet en roche ne comportant pas de stigmate évident est un objet neuf. C’est pourquoi, nous avons choisi de regrouper les 5 % d’objets qui ne portent pas de traces d’usure apparentes sous l’appellation « pas ou peu usé ».

21Le fait que la grande majorité des parures déposées dans les tombes soit usée signifie que nous n’avons pas affaire à des objets fabriqués spécifiquement pour les défunts, mais à des parures ayant été portées du vivant des individus. Les parures ne sont d’ailleurs pas les seuls objets à avoir été déposés usés au côté des défunts, puisqu’une grande part des outils en pierre et en matière dure animale, tout comme les céramiques, portent des traces d’usure (Sohn 2006).

Le cas des haches-pendeloque

22La majorité des haches-pendeloque présente des traces d’usure, parfois très prononcées, au niveau de leur perforation, qui se matérialisent par des échancrures et des sillons (fig. 5, n° 1 et 2). Ces déformations de la perforation suggèrent que les haches-pendeloque ont été suspendues sur un lien. Plusieurs possibilités de suspension peuvent être envisagées (fig. 5). L’objet a pu être suspendu de manière simple, c’est-à-dire par le passage d’un lien, mais dans ce cas, étant donné l’emplacement de la perforation, c’est la section de l’objet qui aurait été visible une fois l’élément suspendu. Afin que ce soit la face de la hache, et non sa section, qui soit mise en avant lors du port, plusieurs techniques ont pu être mises en œuvre. La hache a pu être maintenue de manière contrainte par un nœud. Il est également envisageable que deux liens, contraints ou non par des nœuds, aient été passés dans l’orifice.

5 - Usure des haches-pendeloque et modes de suspension proposés

5 - Usure des haches-pendeloque et modes de suspension proposés

23Si l’on s’intéresse aux caractéristiques morpho-typologiques des haches-pendeloque on s’aperçoit que leurs formes sont proches de celles des haches polies utilitaires, c’est-à-dire plus ou moins allongées, de forme trapézoïdale à rectangulaire et aux bords rectilignes à convexes. De plus, les haches polies en roches tenaces trouvées dans les sépultures collectives du Bassin parisien sont caractérisées par une taille modeste (entre 30 et 95 mm de longueur), très inférieure à celle des haches en silex (Burnez-Lanotte 1987). Les haches percées en roches tenaces ont donc des dimensions très proches, bien que légèrement inférieures, de celles des haches non perforées réalisées dans les mêmes matériaux.

24Parmi les sépultures ayant livré des haches-pendeloque en roche tenace, aucune ne contenait de hache polie en roche tenace, alors que ces objets représentent 11 % du total des haches trouvées dans les sépultures collectives du Bassin parisien (Bailloud 1974). La grande majorité des 28 sites ayant fourni des haches-pendeloque renfermait également quelques haches polies, mais toutes confectionnées en silex. Les haches-pendeloque en roche tenace pourraient donc être en quelque sorte des équivalents, mais en plus petite taille, des haches non percées en roche tenace trouvées dans les autres tombes.

25Afin de savoir si les haches-pendeloque étaient réservées à l’ornementation ou si elles avaient une fonction utilitaire, il faut s’intéresser à leur partie active, c’est-à-dire leur tranchant. On constate alors que pour tous les objets étudiés, le tranchant est usé, émoussé (fig. 5, n° 1 à 6). L’utilisation de la partie active a même quelquefois fait sauter quelques éclats de roche et déformé considérablement le tranchant, comme sur l’une des haches-pendeloque de La Butte Saint Cyr à Val-de-Reuil (Eure ; fig. 5, n° 1). Ces haches ont donc été utilisées comme des outils, de la même manière que les haches non perforées.

26Ces constatations nous ont amenés à formuler deux hypothèses quant à la fonction des haches-pendeloque. Il peut s’agir :
- soit de haches utilitaires recyclées ensuite en pendeloques, ce qui pourrait expliquer que sur une majorité d’objets, l’usure est beaucoup plus prononcée sur la partie active qu’au niveau de la perforation. De plus, l’usure à ses limites. Au delà d’un certain stade d’usure, qui diffère selon l’usage privilégié, l’objet n’est plus fonctionnel. Sur certaines haches-pendeloque, l’usure est tellement prononcée que l’objet, s’il était encore employé comme outil, ne pouvait plus l’être alors que pour des usages limités. Il est également envisageable que les haches-pendeloque soient des petits outils importés dans le Bassin parisien, où ils sont devenus objets de parure. On aurait dans ce cas affaire à deux utilisations successives par deux groupes culturels différents et pour deux emplois bien distincts. Ceci pourrait expliquer le cas de l’une des haches-pendeloque découvertes à Portejoie / Sépulture 1 à Val-de-Reuil (Eure) (fig. 5, n° 6). Cette dernière est en effet en cours de perforation, mais son tranchant est légèrement usé, ce qui laisse supposer qu’elle fut utilisée comme outil avant que l’on décide de la munir d’un trou de suspension. Cependant, son faible degré d’usure permet encore son emploi comme outil, pour quelques usages tout au moins ;
- soit de haches conçues pour être à la fois utilitaires et ornementales. Dans ce cas, on pourrait en quelque sorte considérer la hache-pendeloque comme un petit outil, peut être réservé à certaines tâches, que l’on porte sur soi. Il ne s’agirait donc pas, au moment de sa conception en tout cas, d’un objet à but uniquement décoratif.

27D’après H. Plisson (communication orale), les haches-pendeloque, si on les considère comme des outils, auraient pu être utilisées avec ou sans manche. Emmanchée, la hache-pendeloque aurait été bien plus facile à utiliser, ce qui rend cette hypothèse d’emploi plus probable. Au regard de l’usure très prononcée de la majorité des tranchants, le registre d’usage de certaines de ces haches devait être limité. Il est difficilement envisageable que ces objets aient été utilisés pour travailler des matières organiques. Ces haches ont plutôt dû être employées pour travailler des matières tendres, par exemple pour creuser des roches tendres ou graver du calcaire. Néanmoins, aucune des sépultures collectives de notre corpus sur lesquelles figurent des gravures, telles que « déesse funéraire » ou hache emmanchée, n’a livré de hache-pendeloque. Il ne semble donc n’y avoir aucune corrélation entre ces deux événements.

28Toutefois, et ce quelle que soit l’origine ou la fonction des haches-pendeloque, ces objets devaient être réservés à certains individus. On n’en retrouve en effet qu’un ou deux par tombe, le maximum de haches-pendeloque découvertes dans une même sépulture étant de cinq exemplaires.

Objets réparés, objets recyclés et imitations

29En plus des nombreux objets usés, les sépultures de la fin du Néolithique en Bassin parisien ont livré des éléments réparés ainsi que des objets recyclés et des imitations.

30Objet réparé : on entend par réparation la remise en état d’un objet endommagé, généralement au niveau de son mode de suspension. La forme initiale de l’objet est approximativement conservée, seules ses dimensions changent. La réparation permet de prolonger la vie d’une parure. Deux degrés de réparation ont été individualisés.

31Le premier consiste à aménager une nouvelle perforation pour remplacer l’orifice cassé. Celle-ci est généralement placée à quelques millimètres de l’ancienne. Nous avons observé ce type de réparation sur des pendeloques arciformes, des dents et des pendeloques en quille (fig. 6, n° 1). Pour que le constat d’une réparation soit possible, il faut que l’ancien orifice ait été laissé visible, que l’objet n’ait pas été régularisé à la suite de cette opération. Les objets réparés sur lesquels un travail de régularisation des contours a été effectué ne sont donc pas repérables et en conséquence pas quantifiables. Notre étude ne s’appuie de ce fait ici que sur les objets dont la réparation n’a pas été « intégrale », c’est-à-dire pour lesquels l’artisan n’a pas cherché à rendre à l’objet un aspect neuf, à effacer les traces du temps.

6 - Les objets réparés

6 - Les objets réparés

32Le nombre de pendeloques arciformes réparées est très élevé. En reperçant l’objet, il aurait été facile à l’artisan de régulariser en même temps le côté affecté par la perforation cassée. Ce travail n’ayant pas été fait dans de nombreux cas, nous pouvons y voir un choix délibéré des artisans. Les pendeloques arciformes ont été longuement portées et il était peut-être important pour les hommes que cela se voit, l’ancienneté de l’objet étant ainsi revendiquée.

33Le second degré de réparation consiste, en plus de l’aménagement d’une nouvelle perforation, à retoucher le contour de l’objet en modifiant ses dimensions et parfois aussi son aspect général, mais en conservant tout de même sa forme initiale. À l’exception d’une pendeloque de type indéterminé en roche tenace, qui était certainement une hache-pendeloque à l’origine, nous n’avons observé ce type de réparation que sur des pendeloques biforées en coquillage (fig. 6, n° 2).

34Dans tous les cas, que l’objet ait simplement été repercé où que la forme de son contour ait été modifié, la casse puis la réparation d’un objet induisent forcément une diminution plus ou moins importante de sa taille initiale (fig. 6, n° 3 et 4). Le nouvel objet peut être vu comme la copie en plus petit de l’élément défectueux, un objet réduit en quelque sorte. On peut imaginer que certains objets aient subi plusieurs réparations effectuées à différents moments de leur vie.

35Objet recyclé : le recyclage est le fait de transformer un élément en lui donnant une nouvelle forme, un nouvel aspect extérieur. Cela permet de donner une seconde vie aux objets. Les pièces recyclées étaient peut-être fréquentes à la fin du Néolithique, mais pour que l’on puisse les repérer, il eut fallu que leurs auteurs n’aient pas entièrement effacé les traces de leurs transformations. Ce traitement des objets est donc difficile à identifier.

36La constatation de l’abondance des pendeloques arciformes couplée à celle de l’absence totale de bracelet en schiste entier ou de fragment de bracelet non perforé dans les sites du Bassin parisien datés de la fin du IVe et du IIIe millénaire, qu’il s’agisse de sépultures ou d’habitats, nous ont amené à supposer que nous avions peut-être affaire ici à une récupération de bracelets ou de fragments de bracelets plus anciens. Afin de conforter cette hypothèse, nous avons comparé les formes, les dimensions et les sections des pendeloques arciformes à celles de bracelets néolithiques (Courtin & Gutherz 1976, Barge 1982, Auxiette 1989 et Bonnardin 2004). Ces comparaisons nous ont amené à penser que les pendeloques arciformes trouvées dans les sépultures collectives du Bassin parisien ont été réalisées à partir de fragments de bracelets confectionnés au Villeneuve-Saint-Germain. Ces derniers ont été récupérés, puis recyclés en un nouvel objet, par un aménagement sommaire consistant en l’ajout de deux perforations. Les extrémités n’ont en effet que rarement été régularisées.

37Ce phénomène de recyclage des fragments de bracelets ne se limite pas aux bracelets en schiste, mais concerne la majorité des bracelets confectionnés au Villeneuve-Saint-Germain (grès, calcaire et roches tenaces). On ne fabrique quasiment plus aucun bracelet à la fin du Néolithique, mais ces parures ne sont pas pour autant totalement délaissées et abandonnées. Le recyclage de bracelets Villeneuve-Saint-Germain, la longue utilisation des objets qui en sont issus, attestée par leurs fréquentes réparations, ainsi que le fait que les pendeloques arciformes soient présentes dans un grand nombre de sépultures collectives, mais représentées par un maximum de trois exemplaires dans chaque tombe, sont autant d’arguments pour plaider de l’importance, sans doute symbolique, de ces objets recyclés « ancestraux » pour les hommes de la fin du Néolithique. Si ces objets ont été à ce point réparés, c’est peut-être parce qu’il n’était pas possible d’en fabriquer à nouveau.

38Imitations : deux pendeloques de notre corpus nous sont apparues comme inclassables dans un type d’objet en particulier. Il s’agit en effet d’imitations de dents animales, et plus particulièrement de craches de cervidé. Ces deux pendeloques ont été trouvées dans l’allée sépulcrale de Val-de-Reuil, Portejoie / Fosse XIV (Eure ; fig. 7).

7 - Les imitations : 20 craches de cervidés percées associées à 2 imitations (encerclées) Val de Reuil « Portejoie / Fosse XIV »

7 - Les imitations : 20 craches de cervidés percées associées à 2 imitations (encerclées) Val de Reuil « Portejoie / Fosse XIV »

39Nous entendons par imitation la copie d’un objet dans un autre matériau. Mais quelle pouvait-être la fonction de ces parures : imitation d’un objet rare ou convoité ou véritable substitut visant à remplacer un objet manquant à l’intérieur d’une parure ?

40Les deux imitations de la tombe de Portejoie / Fosse XIV, étaient accompagnées d’une vingtaine de véritables craches de cerf, dont la majorité présentait d’importantes traces d’usure, plus ou moins prononcées selon les objets (fig. 7, n ° 1). Pour aboutir à de tels degrés d’usure, ces parures ont dû être longuement utilisées. Tous ces objets, imitations et véritables craches de cerfs, ont été découverts dans le même secteur de la tombe. Ils constituaient sans doute une seule et même parure. Des objets très abimés, parfois en fin de vie, côtoient d’autres moins usés ainsi que des imitations, quant à elles quasi neuves. Ces imitations peuvent être dans ce cas considérées comme des substituts visant à remplacer de véritables craches de cerfs manquantes ou abîmées à l’intérieur d’une parure. On pourrait alors penser que pour prolonger l’usage d’une parure endommagée, déjà assidûment portée, les objets cassés étaient remplacés au fur et à mesure par de nouveaux. On peut également envisager que l’assemblage d’une parure se faisait sur un long laps de temps, les éléments étant ajoutés petit à petit jusqu’à constituer des parures de plus en plus fournies (Sidéra 2002 ; Polloni et al. 2004).

La parure et les inhumés

La position des parures dans l’espace sépulcral

41Parmi les 235 sépultures du Bassin parisien ayant livré de la parure, la douzaine bien documentée nous a permis d’étudier la répartition spatiale des objets à l’intérieur du monument (fig. 8). Les parures sont dans quasiment tous les cas retrouvées dans la chambre sépulcrale, à l’intérieur des couches d’inhumation. Cette récurrence se confirme dans les autres tombes pour lesquelles nous possédons des informations sur la position des objets.

8 - Répartition des objets de parures dans l’espace sépulcral pour quelques tombes bien documentées 

8 - Répartition des objets de parures dans l’espace sépulcral pour quelques tombes bien documentées 

1. La Chaussée-Tirancourt « La Sence du Bois » (Masset 1995) ; 2. Méréaucourt « le Bois d’Archemont » (Sohn 2002) ; 3. Bardouville « la Carrière de Beaulieu » (Caillaud & Lagnel 1967) ; 4. Portejoie « Fosse XIV » (Billard et al. 1995) ; 5. Portejoie « Sépulture 1 » (Billard et al. 1995) ; 6. Bazoches-sur-Vesles « le Bois de Muisemont » (Leclerc 1993) ; 7. Argenteuil « l’Usine Vivez » (Mauduit et al. 1977) ; 8. Vignely « la Porte aux Bergers » (Allard et al. 1998) ; 9. Le Mesnil-sur-Oger « les Mournouards 3 » (Leroi-Gourhan et al. 1962) ; 10. Coligny « le Mont Aimé 2 » (Crubézy & Mazière 1991) ; 11. Malesherbes « Mailleton » (Richard 1995) ; 12. Marolles-sur-Seine « les Gours aux Lions 2 » (Masset et al. 1967)

42Les parures découvertes dans les antichambres ou dans les couloirs d’accès sont très rares, presque anecdotiques. L’un des seuls exemples est celui de la sépulture mégalithique de Mailleton à Malesherbes (Loiret) où la majorité des perles, tout comme un coquillage percé et trois dents perforées, proviennent de l’antichambre, alors que la hache-pendeloque en roche tenace fut pour sa part trouvée dans le couloir d’accès. Cependant, les vestiges osseux ayant subi de nombreuses manipulations lors du fonctionnement de la tombe, il est difficile de savoir si tous les objets de parure trouvés hors de la chambre sépulcrale ont été initialement déposés à l’écart des défunts où si certains y ont été placés postérieurement, par des « fossoyeurs » par exemple.

43De part leur situation dans l’espace sépulcral, les parures peuvent être considérées comme un mobilier individuel, en opposition avec la céramique où encore les haches, qui constituent le plus souvent le mobilier collectif de ces tombes (Sohn 2002).

Seule une minorité des inhumés était parée

44Les parures font donc partie de l’équipement individuel des défunts. Elles accompagnaient les morts dans la tombe, mais tous les défunts en possédaient-ils ?

45Afin de se faire une idée de l’importance du nombre d’individus parés dans les tombes, nous avons mis en relation, pour les quarante et une sépultures pour lesquelles nous bénéficions de renseignements sur les défunts, le nombre d’éléments de parure découverts et le nombre d’inhumés estimés (fig. 9). On constate ainsi que dans plus de la moitié des tombes, le nombre d’individus inhumés est supérieur au nombre d’éléments de parure, et ce indépendamment de l’architecture de la tombe ou du nombre d’individus déposés.

9 - Rapport entre NMI objets de parure et NMI inhumés pour quelques sépultures du corpus

9 - Rapport entre NMI objets de parure et NMI inhumés pour quelques sépultures du corpus

46Ayant pris en compte, dans ce graphique, le nombre d’éléments et non le nombre réel de parures, c’est-à-dire de parures constituées, nous pouvons supposer que, dans la plupart des tombes, seule une minorité d’individus était parée. En effet, dans les quelques cas pour lesquels nous connaissons la localisation précise de tous les objets dans la sépulture, nous avons tenté, en nous appuyant sur les concentrations d’objets, d’estimer le nombre réel d’individus parés. À Méréaucourt, Le Bois d’Archemont (Oise), seuls 3 individus sur les 143 défunts semblent avoir été inhumés avec des parures, à Argenteuil, L’Usine Vivez (Val-d’Oise), ils étaient environ 30 sur 300, à Marolles-sur-Seine, Les Gours aux Lions 2 (Seine-et-Marne), 3 individus sur les 54 étaient parés et à Vignely, La Porte aux Bergers (Seine-et-Marne) seuls 2 défunts sur 10 portaient des ornements.

47À la fin du Néolithique, malgré la variabilité importante des parures confectionnées, seule la moitié des tombes du Bassin parisien contenait de la parure et, parmi elles, on compte très peu d’individus parés. À l’ère du collectivisme funéraire, les corps ornés sont donc relativement rares, voir presque exceptionnels dans ces sépultures collectives. Ils ne concernent que quelques défunts, ce qui marque une rupture avec les millénaires précédents, où une grande part des inhumés en sépulture individuelle était parée (Bonnardin 2004). Le très faible taux d’inhumés parés dans les sépultures de notre corpus contraste de plus avec les sépultures collectives du sud de la France, qui livrent une moyenne de 500 éléments de parure par inhumé (Sohn 2006).

Des parures pour qui ?

48Dans la majorité des tombes de notre corpus, quelques individus étaient parés de nombreux éléments, parfois confectionnés dans des matériaux exogènes, d’autres de quelques objets ubiquistes, alors que la grande majorité des autres inhumés ne possédait aucun équipement personnel, qu’il s’agisse d’ailleurs d’ornements, d’outils ou de céramique. Être inhumé avec des parures semble avoir été le « privilège » d’un nombre réduit d’individus. Cela induit-il une notion d’inégalité des individus dans la mort où est-ce simplement le reflet de la société ? La parure était-elle réservée à certaines catégories d’individus, en fonction de leur âge, leur sexe ou encore leur statut ?

49L’étude approfondie de quelques tombes a permis quelques constats sur les individus inhumés avec des parures :
- tous les individus, hommes ou femmes, du plus jeune au plus âgé, ont parfois porté des parures. L’âge et le sexe ne sont donc pas des facteurs discriminants. Les enfants parés, même en très bas âge, sont fréquents dans les tombes. Dans la tombe de La Porte aux Bergers à Vignely (Seine-et-Marne), qui renfermait dix individus (trois adultes et sept enfants), les deux seuls inhumés parés étaient des enfants, tous deux âgés d’entre 3 et 5 ans (Allard et al. 1998, Chambon 2003) ;
- la parure des enfants diffère peu de celle des adultes, même si dans quelques tombes, certains objets étaient préférentiellement associés à des adultes et d’autres à des enfants. Cela semble être le cas dans l’hypogée des Mournouards 3 au Mesnil-sur-Oger (Marne), où les dentales et les perles en calcaire ont systématiquement été retrouvées auprès d’enfants, alors que les pendeloques biforées, en coquille comme en os, semblent pour leur part avoir été réservées à des adultes (Leroi-Gourhan et al. 1962). De plus, dans cette tombe, la parure des enfants, comme celle des adultes, n’est pas la même dans chacune des deux chambres sépulcrales. Dans l’ensemble, la parure des enfants se compose aussi bien d’assemblages de petits éléments, que de parures rares et exogènes (comme le collier de neuf perles en cuivre associé à un enfant âgé d’entre 3 et 5 ans dans la tombe de Vignely) ou encore d’objets volumineux, parfois presque trop lourds pour eux. Dans ce cas on peut se demander s’ils les portaient en permanence ou s’il s’agit d’ornements réservés à certains moments de la vie ou encore reçus lors de leur inhumation ;
- on constate également que quelques jeunes enfants étaient accompagnés de parures très usées, trop usées pour qu’ils aient pu les acquérir neuves. L’état d’usure de ces objets comme les importantes réparations mises en œuvre sur quelques pièces, laissent envisager que certaines parures, chargées d’histoire, étaient transmises entre individus, à l’intérieur d’une lignée ou d’un groupe, ce qu’il leur conférerait un caractère héréditaire, ou encore à l’occasion d’un acte particulier.

Fonctions de la parure dans le monde des vivants

50L’attention et le soin apportés à la fabrication de nombreux objets de parure laissent supposer que les hommes accordaient une certaine importance au paraître et à l’esthétisme. Certains ornements corporels ont nécessité un travail fastidieux et minutieux. On peut alors se demander pour quelles raisons ces hommes ont consacré autant de temps et d’énergie à la réalisation de parures et quelles en étaient les significations ?

51Si l’on se penche sur la parure des peuples actuels et disparus, on constate que les motivations qui poussent les hommes à confectionner des objets et à s’en parer sont nombreuses. La parure, à elle seule, peut en dire long sur un individu et ses fonctions peuvent être multiples :
- la parure peut être un objet purement esthétique, ayant pour but de rehausser la beauté du corps et de le mettre en valeur. Elle satisfaisait peut-être à un idéal de beauté. Elle est, par ses diverses formes, un moyen de séduction privilégié ;
- la parure peut également traduire un statut social individuel. Dans de nombreux peuples, les chefs, les chamans et autres personnalités importantes se parent de manière identifiable et reconnaissable par chacun. La parure peut servir à mettre en valeur le statut social particulier d’un individu, qu’il ait été acquis ou hérité. Porter une parure particulière pouvait être un moyen de se singulariser, de se détacher du groupe ou de laisser transparaître un statut ou un rang spécifique. La parure peut signaler son appartenance à une catégorie sociale ou un à groupe particulier. Elle peut faire ressortir le pouvoir, la richesse ou le prestige d’un individu ou d’un groupe. Un type de parure peut être l’apanage d’une lignée, d’une famille, et se transmettre d’une génération à l’autre, selon des codes spécifiques. La parure est aussi un moyen de distinction entre les sexes ou entre différentes classes d’âge. Elle peut être l’indicateur d’une situation de vie (femme mariée, veuve…), d’une activité au sein du groupe, du franchissement de certaines étapes (enfance, puberté, premier animal tué…), etc.

52Certaines parures peuvent être le reflet du courage, de la force, de la puissance. On pense naturellement aux parures de dents percées, parmi lesquelles on trouve des canines d’ours ou de loups par exemple. Les craches de cervidé de la sépulture Fosse XIV de Portejoie, en majorité très usées, parfois réparées et accompagnées de substituts, avaient peut-être une valeur symbolique différente d’autres bijoux ;
- la parure peut signifier une appartenance ethnique en permettant aux individus d’un même groupe d’être reconnus grâce à leurs parures. Les bijoux, tout comme la coiffure, le vêtement ou le marquage corporel, jouent un rôle important dans l’affirmation des groupes ethniques. Le fait que les hommes d’un même groupe se parent de façon à peu près semblable favorise une certaine unité, une cohésion, une reconnaissance des membres entre eux. La parure peut être un moyen pour un groupe de se distinguer des autres communautés ;
- la parure peut être un moyen de communication. L’échange de matières premières comme d’objets tisse des liens entre les individus ou entre les groupes (Testart 2007). Échanger ne peut se faire sans communiquer. Pour se procurer certains matériaux, les individus du Néolithique devaient parfois se déplacer sur de longues distances ou intégrer des réseaux de circulation. De nombreuses sépultures de notre corpus ont livré des objets de parures d’origine exogène (coquilles marines, ambre, variscite…). Les éléments exotiques avaient sans doute une signification particulière pour les hommes qui les détenaient, dû à leur passé, à leur histoire.

53L’échange de parures a parfois pour fonction de maintenir les relations intertribales. Ce système d’échanges, instauré en Mélanésie sous le nom de « Kula » et dénué de tout caractère commercial, avait pour but de stabiliser les relations entre un nombre déterminé de groupes culturels et de favoriser entre les hommes une certaine solidarité (Malinowski 1922) ;
- la parure est aussi un mode d’expression. Elle est le langage du corps. C’est un art visuel qui peut être le fruit d’une création individuelle ou collective. La parure permet parfois d’exprimer un sentiment, une émotion, un état, une façon de penser, etc. ;
- certains objets de parure peuvent servir à accompagner un événement, être l’élément d’un rituel. Dans de nombreuses sociétés, il existe en effet d’étroites relations entre la parure et les danses, les chants, les rituels, les costumes, etc. Certains ornements peuvent être réservés à une cérémonie ou à une étape, à un moment de la vie (naissances, mariages, rites de passage, décès, etc.) ;
- la parure peut également avoir une fonction de protection, qu’elle soit ou non en relation avec une croyance. Elle peut être talisman, avec pour fonction d’assurer la prospérité de l’individu qui la porte, ou amulette, pour protéger du mauvais sort ou de certains malheurs. Dans ces deux cas, la parure est un moyen pour les individus qui la possède de se sécuriser.

54Les parures sont donc des objets chargés de significations, propres à chaque individu. Leur étude permet d’approfondir nos connaissances sur une civilisation, puisqu’elles se révèlent être d’importants marqueurs culturels, et d’approcher le domaine de l’apparence et du symbolique.

Et dans le monde des morts ?

55Dans le monde des vivants, les parures sont donc des objets chargés de significations. Mais, dans un système funéraire où le collectif semble primer sur l’individuel, quelles peuvent être les fonctions des parures, attributs personnels par excellence ? Plusieurs hypothèses peuvent être proposées. La parure pourrait donc :
- tout simplement accompagner l’individu dans la mort. Il peut s’agir, dans ce cas : soit d’objets personnels ayant appartenu à l’individu de son vivant (le défunt est inhumé avec ses propres bijoux, qui sont peut-être parfois ses biens les plus précieux), soit d’une offrande, faite par un proche ou par la communauté. Dans ce cas, la parure peut être déposée dans la tombe près du corps ou utilisée pour parer l’individu décédé ;
- accompagner une cérémonie, faire partie d’un rituel funéraire ;
- protéger l’individu dans son nouvel état, sa « seconde vie », ce qui impliquerait une forte spiritualité, voire une certaine croyance en l’au-delà. La parure des morts pourrait dans ce cas être considérée comme un viatique ;
- signifier le statut de l’individu jusque dans la mort, en indiquant son identité individuelle et sociale ou encore son identité culturelle.

56Les tombes collectives pourraient être perçues comme un mode funéraire égalitaire, du fait de la nécessité de l’investissement de la communauté pour l’édification du monument, mais aussi du caractère collectif de l’inhumation, chaque défunt semblant se fondre dans la masse des corps. Cependant, l’étude du mobilier et de sa répartition dans ces sépultures montre qu’il n’en est rien. On peut en effet observer une différenciation des individus au travers des objets qui les accompagnent dans la mort, et tout particulièrement de la parure (Salanova & Sohn 2007).

57Dans les tombes collectives, la parure revêt un fort caractère identitaire, puisqu’elle apparaît comme liée à un individu en particulier et non au groupe, et certains objets traduisaient certainement la place de quelques-uns, adultes comme enfants, au sein de la société.

Conclusion

58Malgré sa diversité, tant sur le plan des formes que sur celui des matières, la parure concerne finalement peu d’inhumés dans les sépultures collectives du Bassin parisien. Les parures font partie de l’équipement individuel des défunts, mais elles n’accompagnaient qu’une minorité de morts dans la tombe.

59Les individus inhumés avec des parures sont tout autant des hommes, des femmes, que des enfants, ces derniers étant parfois parés d’éléments rares et exogènes, comme d’objets volumineux, presque trop lourds pour eux.

60Les éléments de parure retrouvés dans les sépultures sont très souvent usés. Ils ont donc été utilisés par les vivants avant leur dépôt dans la tombe. Les nombreuses réparations effectuées sur les objets, tout comme l’entretien apporté à certaines parures, témoignent de l’intérêt qui leur était porté. Quelques parures reflétaient certainement la place de quelques individus au sein de leur communauté.

61Les parures étaient donc assurément beaucoup plus que de simples ornements pour les hommes de la fin du Néolithique. Leurs fonctions pouvaient être nombreuses, mais leur valeur nous semble avant tout symbolique.

Haut de page

Bibliographie

Allard et al. 1997, ALLARD P., ANDRÉ M.-F., CHAMBON P., LAFAGE F., PRAUD I., La sépulture collective de Vignely (Seine-et-Marne), in : Le Néolithique du Centre-Ouest de la France, Gutherz X., Joussaume R. (Dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises, 1997, p. 395-401 (Actes du 21ème Colloque inter-régional sur le Néolithique, Poitiers, octobre 1994).

Auxiette 1989, AUXIETTE G., Les bracelets néolithiques dans le nord de la France, la Belgique et l’Allemagne rhénane, Revue archéologique de Picardie, Amiens, 1-2, 1989, p. 13-65.

Bailloud 1974, BAILLOUD G., Le Néolithique dans le bassin parisien, Paris, CNRS, 1974, 440 p. (Gallia Préhistoire - Supplément ; 2).

Barge 1982, BARGE H., Les parures du Néolithique ancien au début de l’Age des métaux en Languedoc, Paris, CNRS, 1982, 396 p.

Billard et al. 1995, BILLARD C., CHAMBON P., GUILLON M., CARRÉ F., L’ensemble des sépultures collectives de Val-de-Reuil et Portejoie (Eure) : présentation, in : 19ème Colloque interrégional sur le Néolithique, Amiens 1992, Amiens, Revue archéologique de Picardie, 1995, p. 147-154 (Revue archéologique de Picardie - numéro spécial ; 9).

Bonnardin 2004, BONNARDIN S., La parure funéraire du Néolithique ancien en Bassin parisien et rhénan, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, 2004, Thèse de Doctorat, 344 p.

Burnez-Lanotte 1987, BURNEZ-LANOTTE L., Le Chalcolithique moyen entre la Seine et le Rhin inférieur : étude synthétique du rituel funéraire, Oxford, B.A.R., 1987, 853 p. (British archaeological Reports - International Series ; 354).

Caillaud & Lagnel 1967, CAILLAUD R., LAGNEL E., La sépulture collective de Bardouville « Carrière de Beaulieu » (Seine-Maritime), Annales de Normandie, Caen, 17, 4, 1967, p. 281-315.

Chambon 2003, CHAMBON P., Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, Editions du CNRS, 2003, 395 p. (Gallia Préhistoire - Supplément ; 35).

Courtin & Gutherz 1976, COURTIN J., GUTHERZ X., Les bracelets de pierre du Néolithique méridional, Bulletin de la Société préhistorique française - Etudes et Travaux, Paris, 73, 1976, p. 352-369.

Crubézy & Mazière 1991, CRUBÉZY E., MAZIÈRE G., L’hypogée II du Mont-Aimé à Val-des-Marais (Marne) : note préliminaire, in : Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 22 et 23 octobre 1988, Voipreux, Association Régionale pour la Protection et l’Etude du Patrimoine Historique, 1991, p. 117-136.

Leclerc 1993, LECLERC J., Bazoches-sur-Vesle : le bois de Muisemont, Bilan scientifique. Région Picardie 1992, Amiens, 1993, p. 22-23.

Leroi-Gourhan et al. 1962, LEROI-GOURHAN A., BAILLOUD G., BRÉZILLON M., L’hypogée II des Mournouards (Mesnil-sur-Oger, Marne), Gallia Préhistoire, Paris, 5, 1, 1962, p. 23-133.

Malinowski 1922, MALINOWSKI B., Argonautes du Pacifique occidental, (traduction française : 1963, Paris, Gallimard, 1963, 606 pages). Traduit de l’Anglais et présenté par André et Simone Devyver. Préface de Sir James Frazer. Collection nrf. Gallimard, 1922.

Masset 1995, MASSET C., Sur la stratigraphie de la Chaussée Tirancourt (Somme), in : 19ème Colloque interrégional sur le Néolithique, Amiens 1992, Amiens, Revue archéologique de Picardie, 1995, p. 135-139 (Revue archéologique de Picardie - numéro spécial ; 9).

Masset et al. 1967, MASSET C., MORDANT D., MORDANT C., POULAIN-JOSIEN T., BARON R., DEMETZ J.-L., MONMIGNAUT C., HOREMANS P., POPLIN F., ROUX I., Les sépultures collectives de Marolles-sur-Seine (Seine-et-Marne), Gallia Préhistoire, Paris, 10, 1, 1967, p. 75-136.

Mauduit et al. 1977, MAUDUIT J.A., TARRÊTE J., TABORIN Y., GIRARD C., La sépulture collective mégalithique de l’usine Vivez à Argenteuil (Val-d’Oise), Gallia Préhistoire, Paris, 20, 1, 1977, p. 177-227.

Polloni et al. 2004, POLLONI A., SOHN M., SIDÉRA I., Structure du mobilier funéraire en os, bois de cerf, dents et coquillages à la fin du 4e et au 3e millénaire en Bassin parisien, in : Le troisième millénaire dans le nord de la France et en Belgique, Vander Linden M., Salanova L. (Dir.), Paris / Bruxelles, Société préhistorique française / Société royale belge d’Anthropologie et de Préhistoire, 2004, p. 179-195 (Mémoire de la Société préhistorique française ; 35 / Anthropologica et Praehistorica ; 1155).

Richard 1995, RICHARD G., Le dolmen de Mailleton à Malesherbes (Loiret) : résultats des deux premières campagnes de fouilles, Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, Orléans, 109, 13, 1995, p. 3-22.

Salanova & Sohn 2007, SALANOVA L., SOHN M., Mobilier funéraire et modes de différenciation des morts à la fin du Néolithique en Europe occidentale, in : Pratiques funéraires et sociétés : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale, Baray L., Brun P., Testart A. (Dir.), Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2007, p. 77-90 (Art, Archéologie et Patrimoine).

Salanova & et al. 2003, SALANOVA L., et al., Le IIIe millénaire avant J.-C. dans le Centre Nord de la France : définitions et interactions des groupes culturels : bilan de 3 années de recherche, s.l., s.n., 2003, 146 p. (Rapport de P.C.R. dactylographié).

Sidéra et al. 2002, SIDÉRA I., avec la collaboration de GIACOBINI G., Outils, armes et parures en os funéraires à la fin du Néolithique, d’après Val-de-Reuil et Porte-Joie (Eure), Gallia Préhistoire, Paris, 44, 2002, p. 215-230.

Sohn 2002, SOHN M., Place et rôle du mobilier dans les sépultures collectives du Bassin parisien à la fin du Néolithique, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 99, 3, 2002, p. 501-520.

Sohn 2006, SOHN M., Du collectif à l’individuel : évolution des dépôts mobiliers dans les sépultures collectives d’Europe occidentale de la fin du IVème du IIIème avant J.-C., Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, 2006, Thèse de Doctorat, 645 p.

Testart 2007, TESTART A., Enjeux et difficultés d’une archéologie sociale du funéraire, in : Pratiques funéraires et sociétés : nouvelles approches en archéologie et en anthropologie sociale, Baray L., Brun P., Testart A. (Dir.), Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2007, p. 9-13 (Art, Archéologie et Patrimoine).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 - Proportion, pour chaque type sépulcral, de tombes ayant livré de la parure
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 2 - Répartition des 235 sépultures collectives du Bassin parisien ayant livré de la parure
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre 3 - Les différents modèles d’objets de parure : très fréquent (+ de 150 objets) ; fréquent (de 10 à 149 objets) ; peu fréquent (- de 10 objets)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 4 - Degrés d’usure des objets de parure
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 5 - Usure des haches-pendeloque et modes de suspension proposés
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 6 - Les objets réparés
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre 7 - Les imitations : 20 craches de cervidés percées associées à 2 imitations (encerclées) Val de Reuil « Portejoie / Fosse XIV »
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 8 - Répartition des objets de parures dans l’espace sépulcral pour quelques tombes bien documentées 
Légende 1. La Chaussée-Tirancourt « La Sence du Bois » (Masset 1995) ; 2. Méréaucourt « le Bois d’Archemont » (Sohn 2002) ; 3. Bardouville « la Carrière de Beaulieu » (Caillaud & Lagnel 1967) ; 4. Portejoie « Fosse XIV » (Billard et al. 1995) ; 5. Portejoie « Sépulture 1 » (Billard et al. 1995) ; 6. Bazoches-sur-Vesles « le Bois de Muisemont » (Leclerc 1993) ; 7. Argenteuil « l’Usine Vivez » (Mauduit et al. 1977) ; 8. Vignely « la Porte aux Bergers » (Allard et al. 1998) ; 9. Le Mesnil-sur-Oger « les Mournouards 3 » (Leroi-Gourhan et al. 1962) ; 10. Coligny « le Mont Aimé 2 » (Crubézy & Mazière 1991) ; 11. Malesherbes « Mailleton » (Richard 1995) ; 12. Marolles-sur-Seine « les Gours aux Lions 2 » (Masset et al. 1967)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre 9 - Rapport entre NMI objets de parure et NMI inhumés pour quelques sépultures du corpus
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/324/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angélique Polloni, « Parures individuelles et sépultures collectives à la fin du Néolithique en Bassin parisien », in: La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux : actes de la table ronde d'Aix-en-Provence, 25-27 octobre 2006, Maxence Bailly et Hugues Plisson (Dir.), Aix-en-Provence, Editions APPAM, 2005-2008, p. 75-89. (Préhistoire Anthropologie méditerranéennes ; 14).

Référence électronique

Angélique Polloni, « Parures individuelles et sépultures collectives à la fin du Néolithique en Bassin parisien », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://pm.revues.org/324

Haut de page

Auteur

Angélique Polloni

UMR 7041 « Protohistoire européenne » Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedexa-polloni@voila.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page