Navigation – Plan du site
Première Partie

La parure funéraire de la nécropole néolithique d’al-Buhais 18 (Émirats Arabes Unis)

Roland de Beauclair
p. 39-52

Texte intégral

Introduction

1Le site néolithique d’al-Buhais 18 se trouve aux Émirats Arabes Unis, sur la péninsule d’Oman, à environ 60 km du golfe persique et de l’océan Indien. Il se situe au piémont du Jebel al-Buhais, près d’al-Madam dans l’Émirat de Sharjah. Le Jebel al-Buhais fait partie d’une chaîne de collines qui sépare le désert sableux à l’ouest d’une grande plaine alluviale et les montagnes d’Oman à l’est. Le site est composé d’un cimetière et d’une aire de campement. Il a été découvert en 1995 par le Sharjah Directorate of Antiquities sous la direction de S. Jasim. Entre 1996 et 2005, des fouilles ont eu lieu sous la direction de H.-P. et M. Uerpmann dans le cadre d’un projet commun du Directorate of Antiquities et de l’Université de Tübingen, Allemagne (Jasim 2006).

2Les datations au carbone 14 indiquent que le site a été visité entre 5200 et 4000 ans avant Jésus-Christ. Selon ces dates, la fin de l’occupation du site correspondrait à la fin de la période humide de l’Holocène ancien (Uerpmann 2003).

3Le site consiste en plusieurs aires d’activité. Au centre, se trouve le cimetière qui n’occupe que 12 mètres sur 15 environ, mais qui contient plus de 420 individus inhumés (Kiesewetter 2006). À côté d’inhumations simples et multiples, on trouve aussi des inhumations primaires et secondaires. Les inhumations primaires sont souvent en position fléchie, alors que les inhumations secondaires se composent soit d’un tas d’os longs avec le crâne, ou du crâne seul. Il ne fait aucun doute que la décomposition du corps a eu lieu avant l’inhumation à al-Buhais 18.

4À côté du cimetière, se trouvent un amas de roches calcaires contenant aussi des pierres taillées et une grande quantité d’os d’animaux. Comme une partie des roches montre des signes de chauffe, cette aire est peut-être liée à la préparation de nourriture.

5Tout autour de la nécropole, nous avons trouvé des foyers, ce que nous avons interprété comme étant l’aire de campement proprement dite.

6La dernière structure importante est une ancienne source sur la pente de la colline, à quelques pas en haut du cimetière. Les datations Uranium/Thorium de la calcite n’ont pas produit de résultats satisfaisants, mais, néanmoins, il est très probable que la source ait été active pendant l’occupation du site. L’assèchement de la source aurait, pour sa part, causé l’abandon du site vers la fin du Ve millénaire avant J.-C.

7Le site est interprété comme un lieu central pour une population de bergers itinérants, un lieu qui a été visité d’une façon saisonnière pendant plusieurs siècles (Jasim et al. 2005 ; Uerpmann et al. 2006 ; Uerpmann & Uerpmann 2000 ; Uerpmann et al. 2000). Les gens venaient au Jebel al-Buhais au printemps pour nourrir leurs troupeaux de mouton, de chèvre et de bœuf, pour y enterrer leurs morts et peut-être pour célébrer des rassemblements de clan. Nous émettons l’hypothèse que la saison estivale était passée dans les montagnes plus fraîches d’Oman, tandis que l’hiver était peut-être le temps de fréquenter les côtes, d’exploiter les ressources marines et de s’approvisionner en coquillages. Un nombre d’amas coquilliers témoigne de cette présence maritime de groupes néolithiques.

Les objets

8En tout, plus de 24 000 objets de parure ont été mis au jour au Jebel al-Buhais 18 (de Beauclair et al. 2006 ; de Beauclair 2005 ; Kiesewetter et al. 2000). Ils peuvent être répartis comme coquillages perforés, perles, et autres objets ornementaux.

Les coquillages perforés

9La liste de taxons de mollusques (tabl. 1) montre que les gastéropodes sont dominants. Les espèces principales sont Ancilla cf. farsiana, Engina mendicaria, Polinices mammilla, Anachis fauroti, une espèce de la famille des Marginellidae, et Planaxis niger. Les bivalves sont représentés par quelques Vénéridés. Il vaut aussi de mentionner un nombre important de perles fines.

Tableau 1 - Liste des objets de parure du Jebel al-Buhais 18

Tableau 1 - Liste des objets de parure du Jebel al-Buhais 18

10Ce qui est remarquable, c’est que la sélection des éléments de parure se soit concentrée sur un petit nombre d’espèces. Ancilla constitue à elle seule trois quarts de tous les coquillages. Il faut aussi noter l’absence de Dentalium, espèce que l’on trouve sur beaucoup de sites de la même époque.

11Outre cette préférence pour certaines espèces, on voit aussi une nette préférence pour certaines dimensions. Pour preuve, Ancilla et Engina produisent des distributions de longueur avec deux maximums (fig. 1). Ces deux groupes ont été portés de façons différentes par les préhistoriques.

1 - Distribution de longueur d’Ancilla cf. farsiana (en mm)

1 - Distribution de longueur d’Ancilla cf. farsiana (en mm)

12Finalement, à quelques exceptions près, tous les coquillages sont perforés. La position et la technique de perforation sont formalisées pour chaque espèce. Par exemple, Ancilla est presque toujours perforée en coupant l’apex, alors que la perforation des Polinices a lieu sur la partie plate du corps et est exécutée en technique de piquetage. En somme, nous avons affaire à une production relativement formalisée.

Les perles

13Parmi les perles façonnées, aussi, il n’y a qu’un nombre restreint de types qui soit important (tabl. 1) :
- avec plus de 16 000 exemplaires, les perles discoïdes sont les plus nombreuses. Leur diamètre varie de 1,7 à 18,2 mm, mais des diamètres de 3 à 5 mm sont les plus communs. Les perles sont produites à partir d’un test de coquille de couleur blanche et orange, provenant vraisemblablement de Spondylus marisrubi. Ces perles discoïdes constituent 2/3 de tous les objets de parure ;
- les perles tubulaires sont aussi fréquentes, avec plus de 2000 objets. Deux matériaux différents ont été utilisés : un test de coquille blanc (espèce inconnue), et une variété de stéatite gris-foncé. Les perles de ces deux matériaux sont présentes en nombre égal. Leur longueur peut atteindre jusqu’à 31,6 mm. Le diamètre de la perforation est toujours inférieur à 3 mm, et encore moindre au centre des objets ;
- les perles en forme de tonneau possèdent un diamètre assez important. Elles sont faites de matériaux divers, mais presque toujours de couleur claire ;
- les perles ovales en coquille ou en calcaire sont moins fréquentes, mais elles sont intéressantes par le fait que, à l’exception de deux pièces, elles ne sont pas perforées complètement. On y observe seulement deux dépressions aux extrémités, ce qui semble indiquer qu’il s’agit de produits semi-finis. Cependant, elles ont été trouvées en contexte funéraire dans des positions qui démontrent un emploi comme boucles d’oreille et comme décoration de la lèvre supérieure ;
- les autres formes sont moins fréquentes. Elles ne correspondent généralement pas à un type bien défini et n’ont pas fait l’objet d’un grand soin d’exécution. Apparemment, c’est la mise en valeur du matériau, tel que la cornaline, qui primait.

Autres objets ornementaux

14Outre les objets mentionnés, un petit nombre de pendentifs a été mis au jour. Plusieurs sont réalisés en nacre et ont une forme de feuille de laurier, même si certains exemplaires sont en coquille de Conus et en stéatite.

15En ce qui concerne les autres objets sépulcraux, il n’en existe que très peu. Le silex taillé est abondant, mais il est presque impossible de vérifier si le contexte sépulcral est intentionnel ou accidentel. En outre, on note deux haches polies et une aiguille en os.

Questions spatiales

16Dans une deuxième étape de l’étude, les objets de parure peuvent servir à l’analyse des relations spatiales de la population du Jebel al-Buhais 18. Ceci constitue, à nos yeux, un bon exemple pour l’utilisation d’informations non-intentionnelles. Il nous faut pour ce faire tenir compte de trois points : la provenance des matériaux ; la recherche des lieux de production ; et bien sûr, la comparaison stylistique des objets.

17Dans l’ensemble, il est évident que ce groupe a entretenu un contact intensif avec les côtes, ou bien qu’il les a fréquentées régulièrement. Mais il est souhaitable d’être plus précis.

La provenance des matériaux

18Malheureusement, les matières minérales posent des difficultés. La stéatite, la calcite et la cornaline existent toutes dans la région. L’identification des matériaux a été faite à l’œil nu. Cependant, même avec des analyses précises des éléments-traces, il est difficile d’identifier un signal caractéristique pour une certaine source de stéatite, dans la mesure où les sources sont nombreuses et la composition chimique de la stéatite peut varier beaucoup même dans un seul endroit. Cette approche nécessite encore des études additionnelles pour la région (voir Magee et al. 2005). La cornaline, aussi, comme le silex en général, ne produit pas de régularités spatiales de composition.

19Les coquillages marins sont plus utiles pour le moment : la plupart des espèces utilisées existent dans le golfe persique et dans l’océan Indien, mais il est intéressant de noter la présence d’Engina mendicaria et de Planaxis niger, espèces qui, selon nos informations, ne vivent pas dans le golfe persique (Bosch & Bosch 1989, p. 62 ; Bosch et al. 1995, p. 50 ; Charpentier et al. 1997, p. 108). On peut dès lors constater que les nomades fréquentaient la côte omanaise – sans pouvoir nier qu’ils visitaient peut-être aussi les côtes du Golfe.

La technique de production

20Pour la plupart des objets, la production n’est pas compliquée et les outils nécessaires ne sont pas très spécifiques. Néanmoins, les perles tubulaires longues, perforées aux deux extrémités, exigent un perçoir fin d’au moins 16 mm de longueur, avec un diamètre de moins de 2,8 mm à la base. Or, sur le site d’al-Buhais 18, on ne trouve ni de perçoir fin ni de déchet de production, bref, aucun atelier de parure. Où les perles ont-elles donc été produites ?

21Sur plusieurs sites de la région du golfe persique – Abu Khamis (Masry 1997, p. 87-90), H3 As-Sabiyah (Carter et al. 1999 ; Carter 2002, p. 16) et DA-11 Dalma (Shepherd Popescu 2003, p. 51 ; Flavin & Shepherd 1994, p. 126, 128) – des perçoirs ont été découverts. Mais ils ne sont jamais assez fins pour que l’on puisse les lier aux perles tubulaires du Jebel al-Buhais. Cela est aussi le cas pour les perçoirs du Wadi Shab 1 GAS en Oman (Tosi & Usai 2003). Les seuls outils convenables connus dans la région au sens large sont en jaspe, datent du IVe millénaire av. J.-C. et proviennent d’Iran (Shahdad, Shar-i-Soktha), où sont attestés d’importants centres de production de perles (Lamberg-Karlovsky & Tosi 1973, p. 27 et fig. 50 ; Piperno 1973 ; Salvatori & Vidale 1982). Nous ignorons si ces perçoirs existaient déjà au Ve millénaire, mais il est en tout cas prometteur d’approfondir cette relation potentielle entre l’Arabie et l’Iran.

22Pourtant, avant de postuler un commerce en bijoux entre l’Arabie et l’Iran au Ve millénaire, il faut envisager que l’absence de perçoirs longs en Arabie du sud-est pourrait aussi s’expliquer par une autre technique de production. Notamment, les perforations pourraient avoir été effectuées avec du bois dur – par exemple une épine d’acacia - et un agent de polissage tel que du sable. Des expérimentations sont nécessaires pour vérifier cette hypothèse. Mais en tout cas, il faut encore expliquer l’absence de déchets de production. À présent, une production locale ne semble pas probable.

La typologie

23Finalement, nous avons cherché des liens stylistiques pour les perles utilisées au Jebel al-Buhais. Mais les sites datés du Ve millénaire avec des objets de parure sont rares. Certaines similarités existent avec des sites contemporains et plus jeunes de la côte d’Oman – Gorbat al-Mahar/Suwayh 1 (Charpentier et al. 2003) et Ra’s al-Hamra 5 (Coppa et al. 1985 ; Salvatori 1996). À l’inverse, peu de similarités existent avec un site contemporain sur la côte du golfe persique, Umm al-Qaiwain 2 (Phillips 2002).

24En conclusion, ces informations indiquent que la population du Jebel al-Buhais était plutôt orientée vers l’Oman que vers le golfe persique.

Comment les objets de parure ont-ils été portés ?

25La situation au Jebel al-Buhais permet d’analyser la manière dont les objets de parure ont été portés par les morts parce qu’environ 70 % des objets ont été trouvés dans un contexte sépulcral sûr, presque exclusivement liés à des inhumations primaires.

26Premièrement, nous avons identifié les différents types d’ensembles de parure qui ont été utilisés régulièrement. Quelques exemples sont présentés ici :
- les décorations de la tête sont très nombreuses, soit comme une sorte de casquette, soit comme ruban (fig. 2). Apparemment, deux choix d’objets étaient acceptés : d’un côté une combinaison de perles discoïdes et tubulaires, de l’autre côté des coquillages du genre Ancilla ;

2 - Décoration de la tête en forme de ruban (Ancilla cf. farsiana et perles discoïdes ; individu KJ)

2 - Décoration de la tête en forme de ruban (Ancilla cf. farsiana et perles discoïdes ; individu KJ)

27- huit boucles d’oreille ont été découvertes, toutes avec des perles semi-perforées ;
- il y avait aussi huit décorations de la face, c’est-à-dire des perles uniques entre le nez et la lèvre supérieure. Une partie d’entre elles porte des perforations incomplètes. On est en droit de se demander comment ces perles étaient fixées, même s’il est pensable que le sertissage, probablement fait d’un matériau organique, n’a laissé aucune trace ;
- dans 32 cas, un collier a été identifié. Les perles tubulaires y sont les objets les plus importants, utilisés dans un motif de noir et blanc. Les perles en forme de tonneau sont aussi fréquentes (fig. 3) ;

3 - Collier (perles en forme de tonneau ; individu BX)

3 - Collier (perles en forme de tonneau ; individu BX)

28- en ce qui concerne les pendentifs, la position anatomique indique qu’ils ont été portés autour du cou ;
- la région du bassin a été décorée fréquemment. Dans plusieurs cas, des lignes parallèles soigneusement réalisées sont apparentes (fig. 4). Il s’agit sûrement de perles cousues sur les vêtements ;

4 - Décoration de la région du bassin (perles tubulaires ; individu KV)

4 - Décoration de la région du bassin (perles tubulaires ; individu KV)

29- finalement, les bracelets sont importants. Il y en a 28 sur 21 individus. Trois styles différents ont été identifiés : des bracelets en perles tubulaires, en perles discoïdes, en coquilles d’Ancilla.

30Plusieurs observations générales sont possibles. Chaque ensemble de parure consiste en un choix limité de types d’objet. On n’a pas mélangé tous les types. En plus, certains types étaient réservés pour certaines parties anatomiques – par exemple les perles fines et les perles en cornaline sont liées à la tête. Pour certaines parties anatomiques, le code culturel permettait le choix entre l’usage de coquillages percés ou de perles tubulaires. Nous ignorons la signification de ce dualisme et de ces règles en général.

31La deuxième étape d’analyse a été la reconstruction de combinaisons typiques d’ensembles ornementaux. Mais l’analyse statistique à l’aide de tableaux de contingence a démontré que presque toutes les combinaisons étaient acceptées. C’est un résultat surprenant si l’on considère l’existence de règles assez strictes en ce qui concerne les types d’objets qui pouvaient être utilisés dans un certain ensemble de parure.

32Nous avons eu plus de chance en ce qui concerne l’usage de la parure pour différents groupes de la population. Les différences de sexe ne sont pas marquées. Les décorations faciales constituent à cet égard une des rares exceptions. Elles sont plus fréquentes parmi les femmes, et les perles des femmes sont toujours perforées et faites de cornaline ou de perle fine. Les perles des hommes sont du type semi-perforé, ce qui implique un mode de sertissage différent.

33L’âge constituait une distinction plus importante que le sexe. Les inhumations d’enfants sont aussi riches que ceux des adolescents ou des adultes. Les individus âgés, cependant, sont décorés pauvrement (fig. 5, 6). Les différences d’âge se reflètent aussi dans les types d’objets utilisés. Par exemple, les enfants portent de préférence des perles discoïdes ou tubulaires, les coquillages ne constituant que 2 % de tous les objets de parure trouvés, alors que le taux de coquillages percés monte à 80 % parmi les personnes âgées.

5 - Fréquence d’inhumations décorées par classe d’âge

5 - Fréquence d’inhumations décorées par classe d’âge

6 - Quantité moyenne d’objets de parure par individu par classe d’âge

6 - Quantité moyenne d’objets de parure par individu par classe d’âge

La parure pour les morts. Et les vivants ?

34Avant de tenter une interprétation de la fonction rituelle de la parure au Jebel al-Buhais, il est utile de différencier l’usage de la parure parmi les morts de celui fait par les membres vivants de la communauté préhistorique. Plusieurs approches sont possibles pour éclaircir cette question, basées sur les hypothèses suivantes.

Première hypothèse : les enterrements « typiques »

35Cette hypothèse est basée sur l’observation qu’il y avait des règles culturelles concernant la position du corps dans la sépulture. Par exemple, la plupart des inhumations sont placées sur le côté droit. Une autre règle prescrit l’orientation de la tête vers l’est. Ces inhumations sont appelées « typiques ». Mais les règles ne sont pas strictes. Il y a aussi des inhumations « atypiques », qui ne sont pas conformes à ces règles. Ici, nous présumons qu’une inhumation atypique est le résultat d’un certain laisser-faire en ce qui concerne les rites funéraires, et non le résultat d’une règle spéciale mais inconnue. Alors, on peut formuler l’hypothèse : si les inhumations atypiques possèdent un nombre plus restreint d’objets de parure que les inhumations typiques, cela indique que la présence de parures dans les tombes est déterminée par les rites funéraires, et non par l’usage quotidien.

36Or, l’analyse de la fréquence des objets de parure dans les inhumations typiques et atypiques n’a pas révélé un traitement différent de ces deux catégories. Cela peut signifier deux choses : soit les inhumations nommées « atypiques » en fait ne sont pas atypiques, mais le résultat d’une règle spéciale et témoignent d’un soin funéraire comparable aux inhumations typiques, soit la quantité d’objets de parure dans les tombes n’est pas déterminée par les rites funéraires mais par un autre facteur, qui est relié au monde des vivants.

Deuxième hypothèse : la position anatomique de la parure

37Si la parure est utilisée exclusivement au cours des rites funéraires, les objets peuvent être placés n’importe où sur le corps du défunt. Inversement : si les objets de parure sont placés tous dans des endroits raisonnables pour les porter dans la vie, il est très probable que, en fait, ils étaient utilisés pendant la vie, et qu’il ne s’agit pas d’objets propres et exclusifs aux rites funéraires.

38Dans presque tous les cas, la parure est placée comme pour des vivants. En ce qui concerne les perles semi-perforées, nous avons montré plus haut qu’il faut les considérer comme « portables ». La seule exception est l’individu UJ, une inhumation secondaire : là, un fil de perles a été roulé plusieurs fois autour de la clavicule (fig. 7). Dans ce cas, évidemment, l’usage de la parure doit être lié directement aux rites funéraires. Mais il ne faut pas surévaluer cette observation singulière. Donc la position anatomique de la parure indique qu’elle était portée pendant la vie et non seulement par les morts.

7 - Fil de perles autour de la clavicule de l’individu UJ

7 - Fil de perles autour de la clavicule de l’individu UJ

Troisième hypothèse : les traces d’utilisation

39Si les objets de parure sont portés dans la vie quotidienne, des traces d’utilisation doivent être visibles. Une analyse tracéologique n’était pas possible dans le cadre de ce travail, mais on peut noter deux observations :
- une partie des perles tubulaires en serpentinite (87 objets) porte des ébréchures et polissage aux extrémités qui pourraient être le résultat de collisions de perles portées sur un fil, et indiquant un temps d’usage prolongé (fig. 8) ;

8 - Perles tubulaires avec ébréchures (No. 53767)

8 - Perles tubulaires avec ébréchures (No. 53767)

40- deuxièmement, parmi les perles discoïdes, il y a des pièces avec des traces d’ocre sous forme de bande (18 objets), interprétées comme des traces d’un fil coloré utilisé pour coudre les perles au vêtement (fig. 9).

9 - Perles discoïdes avec traces d’ocre (No. 75167)

9 - Perles discoïdes avec traces d’ocre (No. 75167)

41Ces observations ne concernent qu’une très petite partie des objets, mais ils indiquent qu’au moins quelques objets de parure ont été portés de façon quotidienne.

Quatrième hypothèse : l’aire de campement

42Le fait heureux que nous ne connaissions pas seulement le cimetière, mais aussi des foyers domestiques, donc une aire de campement des nomades néolithiques du Jebel al-Buhais 18 qui a, elle aussi, livré des objets ornementaux, se prête à une dernière hypothèse. Comme il n’y a pas d’atelier de parures et aucune autre concentration importante d’objets de parure à l’extérieur du cimetière, ces trouvailles doivent être des objets perdus ou cassés. Conséquemment, si les perles découvertes sur l’aire de campement sont liées aux rites funéraires, la fréquence des types devrait être similaire à celle des objets dans les tombes. Sinon, les perles témoigneraient d’une utilisation différente, utilisation liée à la vie séculaire, quotidienne.

43Au total, 1152 objets ont été découverts à l’extérieur du cimetière, soit 4,7 %. Ce chiffre est très petit, en regard du fait que le site a dû être fréquenté pendant des siècles. Cela pourrait indiquer que la parure ne jouait pas un rôle important dans la vie quotidienne. D’un autre côté, la distribution des types trouvés n’est pas identique à celle dans le cimetière (fig. 10) : les mollusques perforés, notamment Polinices mammilla et les Vénéridés, sont plus fréquents dans l’aire de campement. Les perles en forme de tonneau ont été trouvées exclusivement dans le cimetière.

10 - Objets de parure du cimetière avec (bleu) ou sans (vert) contexte sépulcral sûr, et de l’aire de campement (gris)

10 - Objets de parure du cimetière avec (bleu) ou sans (vert) contexte sépulcral sûr, et de l’aire de campement (gris)

44En somme, il faut considérer que les vestiges sur l’aire de campement témoignent d’un usage différent des coutumes funéraires. Certes, la parure n’était pas réservée aux morts. Mais l’usage par les vivants était apparemment limité et suivait un style différent, ou des règles différentes. Peut-être la parure n’était-elle pas utilisée dans la vie quotidienne, mais seulement pour des occasions spéciales, comme des cérémonies ou « rites de passage » vers l’âge adulte, le mariage, ou la mort, évidemment.

La fonction rituelle de la parure

45Pour finir, nous tenons à exposer quelques pensées sur la fonction et l’importance des objets de parure dans le cadre des rites funéraires.

46Dans la section précédente, l’idée a été formulée que la parure avait sa fonction primaire dans des « rites de passage ». Il faut élaborer un peu plus cette idée.

47Elle se fonde, entre autres, sur l’observation que l’usage de la parure ne peut pas être expliqué comme un symbole de rang social acquis ou de richesse. Dans ce cas, les enterrements d’enfants ne seraient pas aussi riches. Le rang hérité – qui est cité souvent quand on parle d’enterrements d’enfants riches – n’explique pas non plus la distribution de la parure, parce que la pauvreté des personnes âgées est incompatible avec ce modèle.

48Aussi, la pauvreté des personnes âgées en ce qui concerne la parure indique que ces objets n’étaient pas une possession personnelle des défunts, qu’ils n’étaient pas accumulés par les gens au cours de leur vie. Dans ce cas, les enterrements d’adultes et des personnes âgées devraient être les plus riches, ou au moins aussi riches que ceux des enfants.

49Ensuite, il faut expliquer l’absence presque totale de la parure dans les inhumations secondaires. Après la première phase d’inhumation, la parure n’était plus importante. Si le but avait été de documenter le rang ou la richesse pour l’éternité, on aurait pu ajouter des objets de parure pendant la phase secondaire.

50Tout cela nous a conduit à considérer la parure comme un élément à part entière des rites funéraires, qu’elle était importante au cours d’une sorte de « rite de passage », mais que cette importance était éphémère. Donc nous proposons l’image suivante : les membres de la communauté décorent les morts pour le passage dans un autre état. Au terme des activités funéraires, la parure perd son importance. Cela expliquerait l’absence de la parure dans les enterrements secondaires. Finalement, il faut aborder la question des différences entre les classes d’âge. Conscients de dépasser les limites de ce dont les sources archéologiques peuvent nous informer, nous proposons l’hypothèse suivante : peut-être la mort imprévue d’un enfant ou d’un adolescent causait-elle plus d’inquiétude et nécessitait un enterrement plus fastueux que la mort d’une personne âgée dont la vie est accomplie.

Haut de page

Bibliographie

Bosch & Bosch 1989, BOSCH D.T., BOSCH E., Seashells of Southern Arabia, Dubai, Motivate Publishing, 1989, 95 p.

Bosch et al. 1995, BOSCH D.T., DANCE S.P., MOOLENBEEK R.G., OLIVER P.G., Seashells of Eastern Arabia, Dubai, Motivate Publishing, 1995, 296 p.

Carter 2002, CARTER R., Ubaid-period boat remains from As-Sabiyah: excavations by the British Archaeological Expedition to Kuwait, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 32, 2002, p. 13-30.

Carter et al. 1999, CARTER R., CRAWFORD H., MELLALIEU S., BARRETT D., The Kuwait-British Archaeological Expedition to As-Sabiyah: Report on the First Season’s Work, Iraq, London, 61, 1999, p. 43-58.

Charpentier et al. 1997, CHARPENTIER V., CREMASCHI M., DEMNARD F., Une campagne archéologique sur un site côtier du Ja’alan: Al-Haddah (BJD-1) et sa culture matérielle (Sultanat d’Oman), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 27, 1997, p. 99-111.

Charpentier et al. 2003, CHARPENTIER V., MARQUIS P., PELLÉ É., La nécropole et les derniers horizons Ve millénaire du site de Gorbat al-Mahar (Suwayh, SWY-1, Sultanat d’Oman) : premiers résultats, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 33, 2003, p. 11-19.

Coppa et al. 1985, COPPA A., MACCHIARELLI R., SALVATORI S., SANTINI G., The Prehistoric Graveyard of Ra’s al-Hamra (RH5): a short preliminary report on the 1981-83 excavations, Journal of Oman Studies, Mascat, 8, 1985, p. 97-102.

de Beauclair 2005, DE BEAUCLAIR R., Seashells in the Desert : a Study of Personal Adornments from the Neolithic Graveyard of al-Buhais 18, Sharjah, U.A.E, Tübingen, Eberhard Karls Universität Tübingen, 2005, M.A. Thesis.

de Beauclair et al. 2006, DE BEAUCLAIR R., JASIM S.A., UERPMANN H.-P., New results on the Neolithic jewellery from al-Buhais 18, UAE, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 36, 2006, p. 175-187.

Flavin & Shepherd 1994, FLAVIN K., SHEPHERD E., Fishing in the Gulf: Preliminary investigations at an Ubaid site, Dalma (UAE), Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 24, 1994, p. 115-134.

Jasim 2006, JASIM S.A., The Archaeological Sites of Jebel al-Buhais, in: Funeral Monuments and Human Remains from Jebel al-Buhais, Uerpmann H.-P., Uerpmann M., Jasim S.A. (Dir.), Sharjah, Department of Culture and Information - Government of Sharjah - U.A.E., 2006, p. 13-63 (The Archaeology of Jebel al-Buhais).

Jasim et al. 2005, JASIM S.A., UERPMANN H.-P., UERPMANN M., Neolithic Life and Death in the Desert - 8 Seasons of excavations at Jebel al-Buhais, in: Proceedings of the First Annual Symposium on Recent Palaeontological and Archaeological Discoveries in the Emirates, Al Ain 2003, Hellyer P., Ziolkowski M.C. (Dir.), Al Ain, Zayed Center for Heritage and History, 2005, p. 28-35.

Kiesewetter 2006, KIESEWETTER H., Analyses of the Human Remains from the Neolithic Cemetery at al-Buhais 18 (Excavations 1996-2000), in: Funeral Monuments and Human Remains from Jebel al-Buhais, Uerpmann H.-P., Uerpmann M., Jasim S.A. (Dir.), Sharjah, Department of Culture and Information- Government of Sharjah - U.A.E., 2006, p. 103-380 (The Archaeology of Jebel al-Buhais).

Kiesewetter et al. 2000, KIESEWETTER H., UERPMANN H.-P., JASIM S.A., Neolithic jewellery from Jebel al-Buhais, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 30, 2000, p. 137 - 146.

Lamberg-Karlovsky & Tosi 1973, LAMBERG-KARLOVSKY C.C., TOSI M., Shahr-i Sokhta and Tepe Yahya: Tracks on the Earliest History of the Iranian Plateau, East and West (n.s.), Roma, 23, 1-2, 1973, p. 21-58.

Magee et al. 2005, MAGEE P., BARBER D., SOBUR M., JASIM S.A., Sourcing Iron Age softstone artefacts in southeastern Arabia: results from a programme of analysis using Inductively Coupled Plasma-Mass Spectrometry/Optical Emission Spectrometry (ICP-MS/OES), Arabian Archaeology and Epigraphy, Oxford,, 16, 2, 2005, p. 129-143.

Masry 1997, MASRY A.H., Prehistory in Northeastern Arabia: The Problem of Interregional Interaction. Revised edition, London, Kegan Paul International, 1997, 252 p.

Phillips 2002, PHILLIPS C.S., Prehistoric Middens and a Cemetery from the Southern Arabian Gulf, in: Essays on the Late Prehistory of the Arabian Peninsula, Cleuziou S., Tosi M., Zarins J. (Dir.), Roma, Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente, 2002, p. 169-186 (Serie Orientale Roma).

Piperno 1973, PIPERNO M., Micro-drilling at Shahr-i Sokhta : the making and use of the lithic drill-heads, in: South Asian Archaeology. Papers from the First International Conference of South Asian Archaeologists held in the University of Cambridge, Hammond N. (Dir.), London, Duckworth, 1973, p. 119-129.

Salvatori 1996, SALVATORI S., Death and ritual in a population of coastal food foragers in Oman, in: The prehistory of Asia and Oceania : Colloquium XXXII - Trade as a Subsistence Strategy : post-Pleistocene Adaptations in Arabia and Early Maritime Trade in Indian Ocean, Afanas’ev G.E., Cleuziou S., Lukacs J.R. et al.(Dir.), Forlí, A.B.A.C.O., 1996, p. 205-222 (13ème Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Forlí 1996).

Salvatori & Vidale 1982, SALVATORI S., VIDALE M., A Brief surface survey of the Protohistoric site of Shahdad (Kerman, Iran), Rivista di Archeologia, Roma, 6, 1982, p. 5-10.

Shepherd Popescu 2003, SHEPHERD POPESCU E., The Neolithic Settlement Sites on the Islands of Dalma and Marawah, U.A.E, in: Proceedings of the First International Conference on the Archaeology of the United Arab Emirates, Potts D.T., Al Naboodah H., Hellyer P. (Dir.), London, Trident Press, 2003, p. 45-54, [CD-ROM].

Tosi & Usai 2003, TOSI M., USAI D., Preliminary report on the excavations at Wadi Shab, Area 1, Sultanate of Oman, Arabian Archaeology and Epigraphy, Oxford, 14, 1, 2003, p. 8-23.

Uerpmann & Uerpmann 2003, UERPMANN H.-P., UERPMANN M., Stone Age Sites and their Natural Environment: the Capital Area of Northern Oman. Part III, Wiesbaden, Ludwig Reichert, 2003, 266 p. (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients. Reihe A (Naturwissenschaften) ; 31/3).

Uerpmann & Uerpmann 2000, UERPMANN M., UERPMANN H.-P., Faunal Remains of Al-Buhais 18: an Aceramic Neolithic site in the Emirate of Sharjah (SE-Arabia) - excavations 1995-1998, in: Archaeozoology of the Near East :  Proceedings of the fourth international symposium on the archaeozoology of southwestern Asia and adjacent areas, Mashkour M., Buitenhuis H., Choyke A.M. et al. (Dir.), Oxford, Oxbow, 2000, p. 40-49 (Archaeological Research and Consultancy ; 32).

Uerpmann et al. 2000, UERPMANN M., UERPMANN H.-P., JASIM S.A., Stone Age nomadism in SE-Arabia - paleo-economic considerations on the neolithic site of Al-Buhais 18 in the Emirate of Sharjah, U.A.E, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Oxford, 30, 2000, p. 229-234.

Uerpmann et al. 2006, UERPMANN M., UERPMANN H.-P., JASIM S.A., Früher Wüstennomadismus auf der Arabischen Halbinsel, in: Die Sichtbarkeit von Nomaden und saisonaler Besiedlung in der Archäologie : multidisziplinäre Annäherungen an ein methodisches Problem, Hauser S.R. (Dir.), Halle / Saale, Orientwissenschaftliches Zentrum der Universität Halle-Wittenberg, 2006, p. 87-103 (Orientwissenschaftliche Hefte).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Liste des objets de parure du Jebel al-Buhais 18
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre 1 - Distribution de longueur d’Ancilla cf. farsiana (en mm)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 2 - Décoration de la tête en forme de ruban (Ancilla cf. farsiana et perles discoïdes ; individu KJ)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre 3 - Collier (perles en forme de tonneau ; individu BX)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 4 - Décoration de la région du bassin (perles tubulaires ; individu KV)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 5 - Fréquence d’inhumations décorées par classe d’âge
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 6 - Quantité moyenne d’objets de parure par individu par classe d’âge
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 7 - Fil de perles autour de la clavicule de l’individu UJ
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre 8 - Perles tubulaires avec ébréchures (No. 53767)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 9 - Perles discoïdes avec traces d’ocre (No. 75167)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre 10 - Objets de parure du cimetière avec (bleu) ou sans (vert) contexte sépulcral sûr, et de l’aire de campement (gris)
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/315/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland De Beauclair, « La parure funéraire de la nécropole néolithique d’al-Buhais 18 (Émirats Arabes Unis) », in: La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux : actes de la table ronde d'Aix-en-Provence, 25-27 octobre 2006, Maxence Bailly et Hugues Plisson (Dir.), Aix-en-Provence, Editions APPAM, 2005-2008, p. 39-52. (Préhistoire Anthropologie méditerranéennes ; 14).

Référence électronique

Roland de Beauclair, « La parure funéraire de la nécropole néolithique d’al-Buhais 18 (Émirats Arabes Unis) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 22 juin 2017. URL : http://pm.revues.org/315

Haut de page

Auteur

Roland de Beauclair

Universität Tübingen, Institut für Ur- und Frühgeschichte, Abteilung für Ältere Urgeschichte und Quartärökologie, Rümelinstr. 23, 72070 Tübingenroland.de.beauclair@student.uni-tuebingen.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page