Navigation – Plan du site
Transformation et utilisation préhistoriques des matières osseuses
Le choix des matières osseuses et leur transformation

Quand le « rebut » vaut le « bel objet »

Pour une approche technique des industries néolithiques en matières dures animales de Suisse occidentale
François-Xavier Chauvière
p. 129-135

Résumés

En Suisse, les effectifs des productions néolithiques en matières dures animales ont augmenté de manière significative au cours de ces trente dernières années, à la suite des travaux archéologiques d’envergure menés sur plusieurs stations littorales. Mais si la masse documentaire disponible est riche et diversifiée, la dernière synthèse sur le sujet, réalisée par J.-L. Voruz, date de vingt ans. En outre, seul le bois de cerf a bénéficié de l’application de méthodologies d’étude actualisées tels le concept de chaîne opératoire, au détriment de l’os et de la dent. Dès lors, il est délicat de traiter, à un même niveau d’analyse, des relations entre ces différentes composantes des cultures matérielles néolithiques et d’envisager ainsi la restitution des systèmes techniques en général. Afin de rétablir un certain équilibre, on se propose d’appréhender les industries sur os et dent du Néolithique de Suisse occidentale sur la base d’une étude résolument technique. Le principal enjeu est la caractérisation des procédés mis en oeuvre dans l’acquisition et la transformation des matériaux ainsi que celles liées à la consommation et à l’abandon des différents produits. L’aspect original de cette recherche tient surtout à la prise en compte systématique de catégories d’objets autres que les seuls produits finis. Il s’agit des pièces fracturées, des ébauches et des déchets de fabrication, jusqu’ici non recherchés ou rarement identifiés en tant que tels parmi les abondants restes fauniques.

Haut de page

Texte intégral

Un paléolithicien en voie de néolithisation

1Choisir un sujet de thèse de doctorat en prolongeant, vers le Néolithique, une analyse sur des matériaux qui sont au cœur de nos problématiques d’étude sur les assemblages industriels du Paléolithique supérieur européen tient à coup sûr de la gageure (Aubry et al. 2001 ; Bidart et al. 2001 ; Chauchat et al. 1999 ; Chauvière 2001, 2002 ; Chauvière & Fontana, à paraître ; Chauvière & Rigaud, à paraître, par exemple). Mais un tour d’horizon sur la question du travail des matières dures animales au Néolithique en Suisse, nous a convaincu de l’intérêt d’étudier ces industries sous un autre angle que l’habituelle approche typologique dont on peut douter de la valeur heuristique des prolongements actuels, maintenant que les cadres chrono-stratigraphiques sont bien établis.

2Considérant qu’en préhistoire, seul le fait technique est immédiatement accessible (Leroi-Gourhan 1943 ; Geneste 1991), nous proposons d’analyser les fruits du dialogue entre l’Homme et deux matières dures animales : l’os et la dent. Dans les lignes qui suivent, nous allons développer un aspect plus spécifique de notre étude, centré sur la recherche systématique du « rebut » du travail de ces deux matériaux, en tentant de montrer la richesse informative que peuvent livrer les déchets et les ébauches de fabrication ainsi que les pièces fracturées à l’utilisation.

Enjeux et problématique

Bref rappel historique

Des matériaux archéologiques à foison

3Dans les sites archéologiques lacustres suisses et des régions limitrophes, les conditions de conservation des matières organiques sont exceptionnelles. Parmi celles-ci, les objets fabriqués sur os, dents et bois de cervidés constituent une part quantitativement importante des assemblages archéologiques attribués au Néolithique (Ramseyer 1999). Le nombre de ces artefacts, interprétés comme les témoins à part entière d’activités préhistoriques dès la découverte des stations littorales, s’est accru de manière significative au cours de ces trente dernières années, à la suite notamment des travaux de génie civil de grande envergure menés sur l’ensemble du territoire de la Confédération (Arnold 2002, par exemple). La documentation disponible, illustrée par les nombreuses publications qui ont vu le jour depuis les années 1970, est donc riche et diversifiée. Toutefois, la dernière synthèse sur le sujet remonte à 1984 (Voruz 1984). Depuis, ces productions néolithiques en matières dures animales n’ont pas bénéficié de l’application de méthodologies d’étude actualisées tels le concept de chaîne opératoire ou l’analyse systémique, à l’inverse des industries céramiques (Martineau 2002), lithiques (Honegger 2001) ou textiles (Médard 2000).

4Le retard accusé apparaît comme un obstacle à la compréhension des faits archéologiques globaux dans la mesure où il est impossible de traiter, à un même niveau d’analyse, des relations entre les différentes composantes des cultures matérielles néolithiques et d’envisager ainsi la restitution des systèmes techniques en général. Par conséquent, il est légitime d’effectuer le regroupement des différentes données sur la transformation des matières dures animales néolithiques afin d’en réaliser une analyse critique permettant l’élaboration d’une synthèse à une vaste échelle géographique : celle de la Suisse occidentale.

5A la bipartition conceptuelle - frein apparemment tenace à toute tentative de synthèse - entre l’école alémanique d’une part, l’école romande d’autre part (Ramseyer 1999), s’ajoute la plupart du temps l’absence de problématique d’étude des matières dures animales clairement formulée qui, dépassant la simple analyse de cas, tenterait de mettre en évidence des comportements préhistoriques vis-à-vis des matières osseuses. De cet état de fait, découle inévitablement un manque de systématique dans les différents protocoles d’analyse proposés, doublé d’un déséquilibre quantitatif et qualitatif des études des différents matériaux.

Primauté du bois de cerf

  • 1  On trouvera un historique détaillé des études techniques sur les matières dures animales en Suisse (...)

6L’approche novatrice de A. Billamboz (1977) sur le débitage et le façonnage du bois de cerf semble avoir été systématisée au profit de cette seule matière (Billamboz 1999, par exemple), laissant dans l’ombre l’os et la dent, exceptions faites des travaux de C. Murray (1982) et I. Sidéra (2000). En effet, les productions sur os et sur dent ont été étudiées jusqu’à présent d’un point de vue essentiellement typologique, en ne considérant que les outillages (mais la remarque est également valable pour certaines études concernant les bois de cervidés). Initialement, un tel angle de lecture s’est révélé performant dans une optique classificatoire à visée essentiellement chronologique. Prolongeant cette approche, la typologie analytique développée par J.-L. Voruz dès le début des années 1980 et appliquée en Suisse jusqu’à la fin des années 1990 (Ozainne 2003 ; Winiger 1994) doit être perçue comme une proposition méthodologique dans la hiérarchisation des critères utilisés pour les définitions typologiques. Elle peut également être considérée comme une première tentative d’analyse systémique des productions sur matières dures animales et des liens que celles-ci entretiennent avec les autres catégories d’artefacts (céramique, essentiellement1).

L’os et la dent au goût du jour

7De ce rapide historique, il ressort qu’un net déséquilibre existe en faveur de l’étude du bois de cerf, au détriment de l’os et de la dent. Pour ces deux matériaux, il est patent de constater l’absence, pour des raisons liées à la résolution de problématiques spécifiques à chaque époque, de toutes les catégories techniques. Un rapide coup d’œil sur les inventaires publiés montre, en effet, que sont exclus de façon quasi systématique les matrices, les ébauches et autres déchets de fabrication. Ces éléments sont pourtant riches d’informations comme nous le verrons plus loin (cf. 2-2). L’échantillonnage des séries - c’en est un, de fait - est limité aux objets finis et entiers. Or, la réalité archéologique est toute autre et surtout faite de pièces brisées, principalement lors de l’utilisation, quelquefois lors de la fabrication. Enfin, si l’évolution chronologique des ensembles reconnus, telle qu’on peut la percevoir à travers le filtre typologique proposé, est globalement valable pour la région considérée, elle ne rend pas compte, dans le détail, de la variabilité inhérente aux domaines technique et fonctionnel. Les études récentes tendent d’ailleurs à remettre en cause une homogénéité diachronique qui n’est certainement qu’apparente (Sidéra 2000).

8Par conséquent, c’est vers une étude technique de l’os et de la dent que nous orientons nos recherches, en prenant systématiquement en compte les catégories d’objets autres que les seuls produits finis. Il s’agit des pièces fracturées, des ébauches et des déchets de fabrication, jusqu’ici délaissés ou rarement identifiés en tant que tels parmi la faune.

La recherche du « rebut perdu » : pour quoi faire ? (fig. 1)

Quand la lecture en « positif » ne suffit plus

9Parce qu’elle ne considère que des matériaux très transformés sur lesquels les différents stigmates techniques se superposent jusqu’à s’oblitérer les uns les autres, la seule lecture « en positif » des objets (au sens de Geneste 1992) est insuffisante à rendre compte de la nature, des dimensions et des volumes initiaux de la matière. Pourtant, c’est bien avec ces contraintes physiques imposées par l’os ou la dent que l’artisan préhistorique a dû composer pour aboutir aux formes finales que l’on retrouve dans les gisements. On conçoit, dès lors, tout l’intérêt de rechercher le « rebut », cette matière brute ou presque brute, constituée d’ébauches et autres déchets abandonnés en cours de fabrication. Démarche essentielle pour documenter les phases initiales des chaînes opératoires de transformation, elle permet d’accéder plus aisément à la détermination spécifique et anatomique des éléments travaillés, ce qui est loin d’être négligeable pour une interprétation économique des assembles analysés.

1 – Manipulations et procédures analytiques des industries néolithiques sur os et dent de Suisse occidentale. Encadré blanc : schéma « habituel ». Encadré grisé : complément apporté par l’auteur (document : F.-X. Chauvière).

1 – Manipulations et procédures analytiques des industries néolithiques sur os et dent de Suisse occidentale. Encadré blanc : schéma « habituel ». Encadré grisé : complément apporté par l’auteur (document : F.-X. Chauvière).

Du « déjà fait » aux « savoir-faire »

10Regrouper toutes les composantes matérielles du travail de l’os et de la dent - objets finis et rebut - revient en définitive à identifier le « déjà fait ». C’est ensuite le décryptage analytique de ce « déjà fait » qui va permettre de retrouver les différentes méthodes et techniques de fabrication mises en œuvre puis de remonter jusqu’aux gestes et aux intentions : les « manières de faire » et les « savoir-faire ». Une telle orientation de recherche doit permettre en fin d’analyse, « …lorsque tout ce qui adhère aux raisons passant par la matière et la technique aura été élucidé, par paliers, […] d’étudier ce qui, dans la combinaison des caractères d’exécution technique, suffit à déterminer l’originalité ethnique » (Lévi-Strauss, d’après Leroi-Gourhan, Les voies de l’homme). Partant, il s’agit bien de mettre en évidence des comportements humains dans une perspective « culturelle », but ultime des études préhistoriques (Taborin 1992).

Quand le fragment révèle le fonctionnement

11L’autre composante du rebut est constituée de fragments d’objets finis. Souvent de petites dimensions, ces éléments n’ont, jusqu’à présent, pas plus retenu l’attention que les déchets de fabrication. Pourtant, plus encore que les modifications de surface, la fracture est, à notre sens, un critère pertinent dans une approche de la cinématique d’un objet technique. Observable à l’échelle macroscopique - et donc immédiatement contrôlable - la cassure est la signature potentielle d’un fonctionnement donné. C’est dans cette optique que nous souhaitons aborder l’analyse fonctionnelle des ensembles manufacturés sur os et dent.

Spatialiser l’activité technique

12Savoir comment un objet a été fabriqué ou utilisé est une chose ; savoir si le lieu de fabrication ou d’utilisation correspond au lieu d’abandon en est une autre. Parce qu’il est nécessairement abandonné sur le lieu même de sa production, le rebut constitue le marqueur par excellence de l’activité technique. Sur la base de l’étude des modalités d’accumulation, dans les sites, des industries en os et dent, il devient dès lors possible d’explorer l’action technique préhistorique exercée sur ces deux matériaux dans toute sa dimension spatiale. L’accumulation est ici comprise comme un système dynamique qui permet d’identifier, sous réserve d’une quantification de la production, l’état technique dans lequel les objets « entrent » dans le gisement ou en « sortent » (Chadelle et al. 1991).Les différentes échelles de perception sont :

  1. l’unité d’habitation pour les sites les mieux conservés ;

  2. le gisement ;

  3. la micro région : ensemble de gisements d’une entité géographique cohérente (exemple : la rive nord du lac de Neuchâtel) ;

  4. la macro région : ensemble de gisements de différentes entités géographiques (exemple : la Suisse occidentale).

Matériel d’étude

Quels sites pour quelles séries ?

13Afin de répondre au mieux aux questions de la problématique, les séries sur os et dent étudiées doivent répondre à plusieurs critères stricts établis selon la grille de lecture suivante :

  1. Sites

    • Stratification

    • État de conservation

    • Méthode de fouilles (avec tamisage des sédiments)

    • Documentation élaborée ou disponible

    • Publications ou rapports (archéozoologie, notamment).

  2. Séries

    • Degré d’homogénéité (évaluer les possibilités de contamination d’un niveau archéologique par le niveau sus- ou sous-jacent)

    • Degré de représentativité

    • Degré de conservation des états de surface (pour la lecture des stigmates de fabrication et d’utilisation).

Deux séries de référence

14En fonction des critères préalablement définis, notre attention s’est portée, pour l’instant, sur deux séries datées du Néolithique final, issues de la fouille récente de sites littoraux de la rive nord du lac de Neuchâtel.

15Localisé dans le canton de Neuchâtel, le site de Saint-Blaise/Bains des Dames a été fouillé dans le cadre de la construction de l’Autoroute A5. Il a livré une stratigraphie du Néolithique final Horgen, Lüscherz, Auvernier-Cordé (Campen & Kurella 1998 ; Egloff 1973 ; Hadorn 1994 ; Honegger 2001 ; Michel 2002).

16Fouillé dans le cadre de la construction Rail 2000, le site de Concise-en-Colachoz (canton de Vaud) a fourni une stratigraphie complexe qui comprend des horizons du Néolithique moyen (Cortaillod), du Néolithique final (Horgen, Lüscherz ancien et Récent, Auvernier-Cordé) et de l’âge du Bronze final (Maute-Wolf et al. 2002 ; Winiger 2003 ; Wolf & Hurni 1998/1999). Seuls les niveaux du Néolithique final ont été retenus dans notre étude.

Questions de méthode

Cadre conceptuel

17Les outils méthodologiques utilisés sont, d’une part, celui du concept de chaîne opératoire tel que défini par A. Leroi-Gourhan (1943) et d’autre part, celui des « remontages par défaut », comme l’a récemment systématisé A. Averbouh pour l’étude des matières dures animales (Averbouh 2000), suite aux travaux de J. Tixier (1978). La sériation effectuée par F. Sigaut (1991) dans l’approche d’un objet technique, où sont distingués la structure de l’objet, son fonctionnement et sa fonction, est le troisième outil méthodologique employé. Il est toutefois nécessaire d’intégrer les paramètres relatifs aux caractéristiques et aux propriétés physiques et mécaniques des matériaux, qui peuvent avoir été mis à l’épreuve dans le choix d’un mode d’utilisation. Une telle distinction suivant l’élément anatomique, l’âge de l’animal, etc., constitue une voie de recherche encore peu explorée pour les assemblages néolithiques, alors qu’elle tend à être développée en archéologie paléolithique ou protohistorique (Liolios 1992 ; Provenzano 2001). Ces paramètres seront intégrés à l’élaboration d’un référentiel expérimental contrôlé qui permettra une meilleure caractérisation des différents stigmates de fabrication et, partant, des différents stades de production (déchets, ébauches, etc.).

Le retour aux sources… fauniques

18Dans les deux séries archéologiques étudiées, nous avons d’emblée été frappé par l’absence quasi totale du rebut et par la prépondérance des objets finis entiers. De deux choses l’une : soit cette absence correspondait à une réalité archéologique, soit elle n’était qu’un biais issu d’un tri sélectif du matériel. Le retour aux « cartons » de faune s’est donc imposé pour vérifier l’une ou l’autre hypothèse. Il a rapidement permis de re-découvrir déchets de fabrication, ébauches et pièces cassées. Signalons qu’une telle opération ne saurait se satisfaire d’un survol rapide de la faune ! C’est bien vestige par vestige, os par os, qu’il faut examiner les ensembles fauniques afin d’aller au-delà de l’évidence (certains artefacts ne dépassent pas le centimètre !). A la longue, le tri peut s’effectuer à l’œil nu mais l’aide d’une loupe à faible grossissement (type œil de bijoutier) s’avère toujours précieuse pour une vérification immédiate.

Aux limites de l’ingérable : l’étude du refus de tamis

19Dans l’optique d’une récolte exhaustive de la totalité des éléments travaillés sur os et dent, le tri de la seule faune recueillie lors de la fouille manuelle des différents horizons archéologiques s’avère insuffisant car seuls les artefacts les plus évidents ont la chance d’être retrouvés. Dès lors, c’est dans le refus de tamis qu’il faut pousser plus avant les investigations. A l’heure où ces lignes sont écrites, nous sommes en train de tester la validité de l’utilisation des différentes tailles de tamis pour l’étude spécifique de la transformation des matières dures animales. Sur le site de Saint-Blaise/Bains des Dames, de nombreux vestiges ont été découverts dans les sédiments tamisés à 5 mm. À Concise-en-Colachoz, le tri des sédiments « filtrés » à 3 mm a également permis de retrouver des éléments du rebut. Tester la validité, sur ce dernier site, d’une recherche sur des sédiments tamisés à 0,2 mm constitue un autre de nos objectifs. Nous pensons déceler la présence d’éléments de très petite taille, notamment les éclats produits soit lors des opérations de régularisation des bords des biseaux par percussion lancée diffuse, soit consécutivement à l’utilisation de ces mêmes objets comme pièces intermédiaires.

Bilan non conclusif

20Les heures passées à trier les nombreuses caisses de faune de site de Saint-Blaise/Bains des Dames se sont révélées extrêmement fructueuses puisque plus de 500 pièces inédites ont été identifiées (fig. 2, 3). À noter que tous les « cartons » de faune n’ont pas été explorés… À Concise-en-Colachoz, sur un seul secteur, plus de 80 pièces, jusqu’alors noyées dans la masse faunique -soit l’équivalent numérique de ce qui avait été initialement identifié - ont été isolées.

21À l’issue de l’intégration de ces éléments - et d’autres qu’il reste à découvrir - dans le champ de l’analyse technique globale, une image autre des industries sur os et dent devrait émerger, plus éloignée des typologies préhistoriennes mais plus proche d’une certaine réalité néolithique.

2 – Saint-Blaise/Bains des Dames (Neuchâtel, Suisse). Secteur 759. Artefacts trouvés lors des manipulations « habituelles ». Noter l’exclusivité des objets finis, pour la plupart entiers.

2 – Saint-Blaise/Bains des Dames (Neuchâtel, Suisse). Secteur 759. Artefacts trouvés lors des manipulations « habituelles ». Noter l’exclusivité des objets finis, pour la plupart entiers.

Cliché : Service cantonal d’archéologie de Neuchâtel.

3 – Saint-Blaise/Bains des Dames (Neuchâtel, Suisse). Secteur 759. Artefacts trouvés lors de la procédure de tri préconisée par l’auteur. Comparer avec la figure 2 pour noter l’apparition des éléments du rebut (lignes du haut et du milieu).

3 – Saint-Blaise/Bains des Dames (Neuchâtel, Suisse). Secteur 759. Artefacts trouvés lors de la procédure de tri préconisée par l’auteur. Comparer avec la figure 2 pour noter l’apparition des éléments du rebut (lignes du haut et du milieu).

Cliché : Service cantonal d’archéologie de Neuchâtel.

Haut de page

Bibliographie

Arnold 2002, ARNOLD B., Archéologie neuchâteloise : entre autoroutes, zones industrielles et musée, Archéologie suisse, 25, 2, 2002, p. 12-19.

Aubry et al. 2001, AUBRY T., BRUGAL J.-P., CHAUVIÈRE F.-X., FIGUEIRAL I., MOURA M.H., PLISSON H., Modalités d’occupations au Paléolithique supérieur dans la grotte de Buraca Escura (Redinha, Pombal, Portugal), Revista portuguesa de Arqueologia, 4, 2, 2001, p. 19-46.

Averbouh 2000, AVERBOUH A., Technologie de la matière osseuse travaillée et implications palethnologiques : l’exemple des chaînes d’exploitation du bois de cervidé chez les Magdaléniens des Pyrénées, Paris, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, 2000, Thèse de Doctorat de l’Université - Préhistoire-Ethnologie-Anthropologie, 253 + 247 p.

Bidart et al. 2001, BIDART P., CHAUVIÈRE F.-X., MORALA A., TURQ A., L’industrie sur matières dures animales des roches à Castelmoron (Lot-et-Garonne) : étude de la collection Vergain, Préhistoire du Sud-Ouest, Cressensac, 8, 1, 2001, p. 31-46.

Billamboz 1977, BILLAMBOZ A., L’industrie en bois de cerf en Franche-Comté au Néolithique et au début de l’âge du Bronze, Gallia Préhistoire, 20, 1, 1977, p. 91-176, 79 fig.

Billamboz 1999, BILLAMBOZ A., Un atelier de bois de cerf dans la station littorale néolithique d’Auvernier-Port (Ne, Suisse), in : Préhistoire d’os. Recueil d’études sur l’industrie osseuse préhistorique offert à Henriette Camps-Fabrer, Julien M., Averbouh A., Ramseyer D. et al. Eds., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1999, p. 209-214.

Campen & Kurella 1998, CAMPEN I., KURELLA M., Saint-Blaise / Bains des Dames : 2. Sédimentologie, stratigraphie et datation d’un site néolithique, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie, 1998, 176 p. (Archéologie neuchâteloise ; 22).

Chadelle et al. 1991, CHADELLE J.P., GENESTE J.M., PLISSON H., Processus fonctionnels de formation des assemblages technologiques dans les sites du Paléolithique supérieur : les pointes de projectiles lithiques du Solutréen de la Grotte de Combe Saunière (Dordogne, France), in: 25 ans d’études technologiques en préhistoire, Juan-les-Pins, APDCA, 1991, p. 275-287.

Chauchat et al. 1999, CHAUCHAT C. Ed., BONNISSENT D., CHAUVIÈRE F.-X., DACHARY M., FRITZ C., FOSSE P., EASTHAM A., MARTIN H., LE G., O., GAMBIER D., ROUSSOT A., FONTUGNE M., HATTE C., L’habitat magdalénien de la grotte du Bourrouilla à Arancou (Pyrénées-Atlantiques), Gallia Préhistoire, 41, 1999, p. 1-152.

Chauvière s.p., CHAUVIÈRE F.-X., La transformation de l’os et de la dent en Suisse et dans le Jura français, in : Matières et techniques, Patou-Mathis M., Cattelain P., Ramseyer D. Eds., Paris, Société préhistorique française, s.p. (Fiches typologiques de l’industrie osseuse préhistorique - cahier ; 11).

Chauvière 2001, CHAUVIÈRE F.-X., La collection Chaplain-Duparc des musées du Mans : nouveaux éléments d’interprétation pour « La sépulture Sorde 1 » de Duruthy (Sorde-l’Abbaye, Landes), Paléo, Les Eyzies de Tayac, 13, 2001, p. 89-110.

Chauvière 2002, CHAUVIÈRE F.-X., Industries et parures sur matières dures animales du Paléolithique supérieur de la grotte de Caldeirão (Tomar, Portugal), Revista portuguesa de Arqueologia, Lisboa, 5, 1, 2002, p. 5-28.

Chauvière & Fontana s.p., CHAUVIÈRE F.-X., FONTANA L., L’exploitation des rennes du Blot (Cerzat, Haute-Loire) : entre économie, technique et symbolique, Table ronde sur le Paléolithique supérieur récent : Industrie osseuse et parures du Solutréen au Magdalénien en Europe, Angoulême, 28-30 mars 2003, s.p.

Chauvière & Rigaud s.p., CHAUVIÈRE F.-X., RIGAUD A., Les « sagaies » à base raccourcie ou les avatars de la typologie : du technique au « non-fonctionnel » dans le Magdalénien à navettes de la Garenne, Table ronde sur le Paléolithique supérieur récent : Industrie osseuse et parures du Solutréen au Magdalénien en Europe, Angoulême, 28-30 mars 2003, s.p.

Egloff 1973, EGLOFF M., Contribution à la connaissance du Néolithique final de Saint-Blaise (Lac de Neuchâtel, Suisse), in : L’Homme hier et aujourd’hui. Recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris, Editions Cujas, 1973, p. 521-532, 4 fig.

Geneste 1991, GENESTE J.-M., Systèmes techniques de production lithique : variations techno-économiques dans les processus de réalisation des outillages lithiques, Techniques et cultures, 17-18, 1991, p. 1-35.

Geneste 1992, GENESTE J.-M., L’approvisionnement en matières premières dans les systèmes de production lithique: la dimension spatiale de la technologie, in : TecnologÌa y cadenas operativas lÌticas, Mora R., Terradas X., Parpal A. et al. Eds., Bellaterra, Universitat AutÚnoma de Barcelona, 1992, p. 1-36.

Hadorn 1994, HADORN P., Saint-Blaise / Bains des Dames : 1. Palynologie d’un site néolithique et histoire de la végétation des derniers 16 000 ans, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie, 1994, 121 p. (Archéologie neuchâteloise ; 18).

Honegger 2001, HONEGGER M., L’industrie lithique taillée du Néolithique moyen et final en Suisse, Valbonne / Paris, Centre de Recherches archéologiques / Cnrs Editions, 2001, 353 p. (Monographies du CRA ; 24).

Leroi-Gourhan 1943, LEROI-GOURHAN, A., Evolution et techniques : I, L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1943, 367 p. (Sciences d’Aujourd’hui).

Liolios 1992, LIOLIOS D., Approche des relations techno-économiques entre le lithique et l’os dans l’Aurignacien d’Aquitaine, Nanterre, Université Paris 10, 1992, Mémoire de maîtrise en Ethnologie et Préhistoire,175 p., 15 fig.

Martineau 2002, MARTINEAU R., [résumé de thèse] Poterie, techniques et sociétés. Études analytiques et expérimentales à Chalain et Clairvaux (Jura), entre 3200 et 2900 av. J.-C., Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 99, 1, 2002, p. 150-153.

Maute-Wolf et al. 2002, MAUTE-WOLF M., QUINN D., S., WINIGER A., WOLF C., BURRI E., La station littorale de Concise (VD) : premiers résultats deux ans après la fin des fouilles, Archéologie Suisse, 25, 4, 2002, p. 2-15.

Médard 2000, MÉDARD F., L’artisanat textile au Néolithique. L’exemple de Delley-Portalban II (Suisse) 3272 - 2462 avant J.-C., Montagnac, Monique Mergoil, 2000, 251 p. (Préhistoires ; 4).

Michel 2002, MICHEL R., Saint-Blaise / Bains des Dames : 3. Typologie et chronologie de la céramique néolithique : céramostratigraphie d’un habitat lacustre, Neuchâtel, Musée cantonal d’archéologie, 2002, 223 + 147 p. (Archéologie neuchâteloise ; 27).

Murray 1982, MURRAY C., L’industrie osseuse d’Auvernier-Port. Etude techno-morphologique d’un outillage néolithique et reconstitutions expérimentales des techniques de travail, Paris, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, 1982, Mémoire de Diplôme EHESS, 220 p., + annexes.

Ozainne 2003, OZAINNE S., L’industrie osseuse de Portalban II (Fribourg, Suisse), in : ConstellaSion : Hommage à Alain Gallay, Besse M., Stahl-Gretsch L.-I., Curdy P. Eds., Lausanne, Département d’Anthropologie - Université de Genève, 2003, p. 193-205 (Cahiers d’archéologie romande ; 95).

Provenzano 2001, PROVENZANO N., Les industries en os et bois de cervidés des terramares émiliennes, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2001, Thèse de Doctorat de l’Université - Préhistoire et Anthropologie, Volume 1 - Texte : 299 p. + annexes ; Volume 2 - illustrations : 316 fig.

Ramseyer 1999, RAMSEYER D., Os et préhistoriens : question de méthodes. Le cas de la Suisse, in : Préhistoire d’os. Recueil d’études sur l’industrie osseuse préhistorique offert à Henriette Camps-Fabrer, Julien M., Averbouh A., Ramseyer D. et al. Eds., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1999, p. 39-47.

Sidéra 2000, SIDÉRA I., L’outillage en os et en ivoire, in : Muntelier/Fischergässli. Un habitat néolithique au bord du lac de Morat (3895 à 3820 avant J.-C.), Ramseyer D. Ed., Fribourg, Editions universitaires, 2000, p. 118-156, fig. 87-123, (Archéologie fribourgeoise ; 15).

Sigaut 1991, SIGAUT F., Un couteau ne sert pas à couper mais en coupant, in : 25 ans d’études technologiques en préhistoire. Bilan et perspectives : Actes des 11e rencontres intern. d’archéol. et d’histoire d’Antibes, 18-20 Octobre 1990, Apdca, Cra - Cnrs Eds., Juan-les-Pins, APDCA, 1991, p. 21-24 (Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes ; 11).

Taborin 1992, TABORIN Y., « Peut-mieux faire ! » in : La Pierre préhistorique : actes du séminaire du Laboratoire de Recherche des Musées de France, 13 et 14 décembre 1990, Menu M., Walter P. Eds., Paris, Laboratoires de Recherche des Musées de France, 1992, p. 19-20.

Tixier 1978, TIXIER J., Notice sur les travaux scientifiques présentés en vue du grade de Docteur Es Lettres (sur travaux), Nanterre, Université Paris 10, 1978, 117 p.

Voruz 1984, VORUZ J.-L., Outillage osseux et dynamisme industriel dans le Néolithique jurassien, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1984, 533 p., 142 fig. (Cahiers d’Archéologie romande ; 29).

Winiger 1994, WINIGER A., L’industrie en matières dures animales, p. 113-172, in : Etude du mobilier néolithique de Saint-Léonard sur le Grand-Pré (Valais, Suisse), Université de Genève, 1994, Thèse Sciences Archéologie préhistorique, 636 p.

Winiger 2003, WINIGER A., Concise (Vaud), une stratigraphie complexe en milieu humide, in : ConstellaSion : Hommage à Alain Gallay, Besse M., Stahl-Gretsch L.-I., Curdy P. Eds., Lausanne, Département d’Anthropologie - Université de Genève, 2003, p. 207-226 (Cahiers d’archéologie romande ; 95).

Wolf & Hurni 1998-1999, WOLF C., HURNI J.-P., Neues zur Architectur des west schweizerischen Endneolithikums : erste Auswertungsergebnisse der Befunde in den Seeufersiedlungen von Concise-sous-Coloachoz (VD) am Neuenburgersee, Plattform, 7-8, 1998-1999, p. 107-116.

Haut de page

Notes

1  On trouvera un historique détaillé des études techniques sur les matières dures animales en Suisse dans Chauvière, à paraître en 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 – Manipulations et procédures analytiques des industries néolithiques sur os et dent de Suisse occidentale. Encadré blanc : schéma « habituel ». Encadré grisé : complément apporté par l’auteur (document : F.-X. Chauvière).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/307/img-1.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre 2 – Saint-Blaise/Bains des Dames (Neuchâtel, Suisse). Secteur 759. Artefacts trouvés lors des manipulations « habituelles ». Noter l’exclusivité des objets finis, pour la plupart entiers.
Crédits Cliché : Service cantonal d’archéologie de Neuchâtel.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/307/img-2.png
Fichier image/png, 208k
Titre 3 – Saint-Blaise/Bains des Dames (Neuchâtel, Suisse). Secteur 759. Artefacts trouvés lors de la procédure de tri préconisée par l’auteur. Comparer avec la figure 2 pour noter l’apparition des éléments du rebut (lignes du haut et du milieu).
Crédits Cliché : Service cantonal d’archéologie de Neuchâtel.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/307/img-3.png
Fichier image/png, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Chauvière, « Quand le "rebut" vaut le "bel objet" : pour une approche technique des industries néolithiques en matières dures animales de Suisse occidentale », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 12, 2003, p. 129-135.

Référence électronique

François-Xavier Chauvière, « Quand le « rebut » vaut le « bel objet » », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 27 avril 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://pm.revues.org/307

Haut de page

Auteur

François-Xavier Chauvière

Institut de préhistoire de l’Université de Neuchâtel Laténium, Parc et Musée d’archéologie de Neuchâtel, Espace Paul Vouga, CH-2068 Hauterive, francois-xavier.chauviere@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page