Navigation – Plan du site
Chronique

Les inclusions fluides, un outil pour la discrimination des quartz archéologiques. Application au problème de circulation du quartz dans les Alpes occidentales et lombardes. Réalisation d’un premier référentiel de données sur les quartz alpins

Résumé de thèse par l’auteur. Université de Provence, 2001, 2 vol., illustrations, cartes
Sylvie Cousseran
p. 215-217

Texte intégral

1Les objets lithiques, en raison de leur dureté, sont souvent les seuls vestiges humains conservés dans les niveaux archéologiques. Leur étude est un moyen précieux pour fournir des renseignements culturels et socio-économiques : lieux d’approvisionnement, territoires exploités, circulation des matériaux et, par voie de conséquence, circulation des hommes dans les Alpes.

2Aussi, la part faite à l’étude des matières premières dans les travaux concernant les sites préhistoriques est d’importance croissante et notamment pour le silex en raison de sa prédominance dans les industries lithiques d’Europe et dans celles des Alpes en particulier. Tel n’est pas le cas pour le quartz employé par les hommes préhistoriques et, généralement, considéré comme un matériau de « mauvaise qualité » ou de dernier recours. Toutefois, la fréquence de son utilisation, dans des contextes chronologiques, géologiques et géographiques différents, nous interdit de le considérer comme un matériau accessoire.

3En effet, dans les Alpes, de nombreux sites préhistoriques renferment des artefacts en quartz. La présence de ces derniers, dans des gisements préhistoriques parfois très éloignés des gîtes (« sources ») connus, géodes sédimentaires ou fentes ouvertes, atteste donc de transports anthropiques empruntant des voies de circulation différentes de celles des silex. Si l’omniprésence du silex dans les sites a longtemps fait penser que les hommes ne se déplaçaient que dans les Préalpes calcaires à la recherche de gîtes de silex, la présence du quartz, quant à elle, est un indice de pénétration dans les massifs cristallins situés dans les secteurs plus internes des Alpes.

4Ainsi, l’étude de ce matériau, dans la mesure où elle permettrait l’attribution univoque d’un quartz archéologique à une source bien localisée, constituerait un apport précieux à la compréhension des stratégies d’approvisionnement en milieu montagnard. A cet égard, la morphologie des cristaux n’est pas utilisable. En effet, si l’habitus des cristaux de quartz de géodes sédimentaires ou de fentes alpines varie, dans une certaine mesure, selon l’occurrence géographique, les facettes cristallines ne sont plus apparentes dans les artefacts de quartz. Pour caractériser la circulation des quartz dans les Alpes occidentales et lombardes, il faudra donc envisager d’autres méthodes de caractérisation permettant une discrimination même sur les artefacts. Depuis plus de quatre ans, nous avons tenté d’utiliser, comme critère de discrimination, l’analyse des inclusions fluides observées dans tous les quartz limpides (hyalins) et témoins des fluides présents au moment de leurs différentes étapes de cristallisation. Dans la mesure où les conditions de formation (pression et température) et de composition seraient caractéristiques de tels ou tels massifs ou gîtes alpins, on pourrait disposer d’une signature plus ou moins fine pour retrouver l’origine des quartz archéologiques. Parmi les différentes approches expérimentales des propriétés physico-chimiques des inclusions fluides envisageables dans le cadre d’un test méthodologique, nous avons sélectionné deux techniques communément utilisées en géologie :

  1. L’analyse microthermométrique se décompose en deux types d’étude : un chauffage au-dessus de la température ambiante et une étude à basse température (gel et dégel de l’inclusion : cryométrie).

  2. La spectrométrie Raman permet d’analyser les différents gaz de la phase volatile de l’inclusion.

5Ces deux méthodes ont été pour la première fois appliquées dans le domaine de la Préhistoire. Dans ce cadre, nous avons sélectionné 54 échantillons de quartz de 27 gîtes naturels dont neuf sont localisés dans les massifs sédimentaires (quartz de géode sédimentaire) et 18 dans les massifs cristallins (quartz de fente alpine) (carte 1).

6Dans 12 sites épipaléolithiques à néolithiques alpins de moyenne montagne, 88 artefacts de quartz ont été prélevés (carte 1). Ces gisements archéologiques ont été choisis de façon à représenter un large éventail de types d’habitat, situés à proximité variable des massifs cristallins externes (MCE) qui, par la présence de nombreuses fentes alpines, sont susceptibles d’être des sources potentielles d’approvisionnement.

7Au total, 142 échantillons ont été analysés. Il s’agit toujours de quartz hyalin, le seul qui présente des inclusions fluides en nombre et de taille suffisante pour être étudiées.

8Dans les Alpes, les données sur les circulations des quartz sont encore très limitées. Nous avons donc voulu, dans un premier temps, répertorier le plus grand nombre de sources potentielles afin de recouvrir l’ensemble de la bordure externe des massifs alpins. Ainsi, un référentiel plus complet a été réalisé, renfermant un nombre significatif de gîtes. Les informations apportées sont à la fois basées sur des travaux antérieurs et sur de nouveaux échantillonnages, certains liés à de nouvelles sources. L’utilisation complémentaire de la microthermométrie et de la spectrométrie Raman a permis d’assez bien caractériser chaque massif et d’envisager l’élaboration d’un premier référentiel de données sur l’ensemble des Alpes occidentales. Nos résultats constituent, à ce jour, la base de données la plus complète disponible sur les quartz naturels. En effet, celle-ci répond à une diversité d’origine et permet d’avoir une vision d’ensemble des fluides présents dans les Alpes occidentales.

9En corrélant les données obtenues sur les artefacts avec celles connues pour les fentes alpines et les géodes sédimentaires, nous avons pu ainsi en déduire la ou les hypothèses de provenance et restituer les trajets hypothétiques de la circulation du quartz dans les Alpes occidentales et lombardes (carte 1).

10La combinaison de la microthermométrie et de la spectrométrie Raman peut être désormais considérée comme une méthode opérationnelle dans la discrimination des quartz archéologiques puisque :

  • cette méthode discrimine plusieurs types d’inclusions fluides et révèle des différences significatives entre les fluides des artefacts de quartz hyalins,

  • selon le type d’inclusion, on peut supposer avec une assez bonne approximation de quelle partie des massifs cristallins externes proviennent nos quartz archéologiques.

11Toutefois, l’attribution d’un gîte d’approvisionnement à un gisement archéologique ne gagnera en fiabilité que si ce référentiel est encore élargi. Il faut, par conséquent, compléter notre échantillonnage en étendant notre zone de prospection au-delà des Alpes occidentales dans les parties plus internes des Alpes mais aussi à d’autres massifs (Massif Central par exemple). Il est aussi indispensable de compléter ce type d’analyse, par d’autres méthodes plus lourdes (cathodoluminescence, RPE). En appliquant ces différentes composantes dans une étude de provenance sur les quartz hyalins, la connaissance de la variabilité des propriétés intra- et inter-sources pourra être affinée. L’élargissement de notre référentiel d’un point de vueanalytique et géographique permettra l’application de cet outil à des problématiques archéologiques beaucoup plus vastes comprenant d’autres périodes.

12L’exploitation des méthodes IF en Préhistoire est donc un saut qualitatif dans la caractérisation des quartz hyalins par le spectre d’éléments analysés. Ce travail se présente donc comme une étape méthodologique dans l’apport des méthodes physiques à la connaissance des processus d’échanges et de diffusion du quartz au cours de la Préhistoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/275/img-1.png
Fichier image/png, 333k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Cousseran, « Les inclusions fluides, un outil pour la discrimination des quartz archéologiques. Application au problème de circulation du quartz dans les Alpes occidentales et lombardes. Réalisation d'un premier référentiel de données sur les quartz alpins. Résumé de thèse par l'auteur. Université de Provence, 2001 », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 10-11, 2001-2002, p. 215-217.

Référence électronique

Sylvie Cousseran, « Les inclusions fluides, un outil pour la discrimination des quartz archéologiques. Application au problème de circulation du quartz dans les Alpes occidentales et lombardes. Réalisation d’un premier référentiel de données sur les quartz alpins », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 23 avril 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://pm.revues.org/275

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page