Navigation – Plan du site

Quatre abris peints découverts au Jebel Ousselat (Tunisie centrale)

Jaâfar Ben Nasr
p. 159-166

Résumés

De nouvelles peintures réalisées à l’ocre rouge ont été découvertes au Jebel Ousselat (Tunisie Centrale). Elles représentent des personnages, un zoomorphe, un bovidé et des groupes de plusieurs dizaines de ponctuations de différentes orientations et formes, auxquels il faut ajouter des signes en forme d’étoiles. Ces découvertes soulignent tout l’intérêt que peut présenter une prospection systématique du Jebel Ousselat certainement riche en potentialités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Jebel Ousselat est un massif montagneux qui fait partie de la chaîne nord-sud qui se raccorde à la Dorsale tunisienne. Il est la partie méridionale d’un long anticlinal qui borde à l’ouest la vaste et riche plaine alluviale de Kairouan, domine la plaine d’Ouesslatia à l’est et la dépression de Haffouz au sud (fig. 1). L’Ousselat s’étend sur environ 135 km2 et sa crête culmine à 895 m à « Chaib ». Situé à l’abri des influences humides du nord-ouest, il offre aux populations un milieu rocailleux et sec. Le massif, vrai labyrinthe de crêtes et de vallons, se présente comme un plateau calcaire totalement disséqué. Le substrat est constitué par des calcaires plus ou moins marneux d’âge éocène inférieur. Les calcaires sont plus massifs au sud qu’au nord, où les divers bancs s’individualisent bien. L’ancienne surface structurale a fait place à des crêtes et à des échines sinueuses (Boukadi et al 2000).

  • 1  Outre l’inventaire de nouveaux abris peints, notre prospection au Jebel Ousselat nous a permis de (...)

2Au Jebel Ousselat, trois abris peints ont déjà été inventoriés par l’équipe de l’Atlas Préhistorique de la Tunisie. Il s’agit des abris d’Aïn Khanfous, d’Oued Majel et d’Oued Chara (Zoughlami et al. 1998). Notre prospection (mars 2001), en vue de la préparation d’un DEA en Préhistoire sur le sujet : « Peintures et gravures rupestres du Jebel Ousselat (Tunisie Centrale) ; inventaire et analyse », nous a amené à enrichir ce répertoire par la découverte, dans le même secteur où se trouvent les autres peintures rupestres déjà signalées, de nouveaux abris peints qui font l’objet de la présente étude préliminaire. Il s’agit des abris d’Oued Grabech, d’Oued Bourrime, de Khnéfissa et de Chendoube1.

Figure 1

Figure 1

Localisation du Jebel Ousselat (Bergaoui & Gammar, 1990, p. 199).

Situation et caractéristiques générales

3L’abri de l’Oued Grabech se trouve dans un lieu dit « Dar Malleh ». Il s’étend sur une longueur de dix mètres et une hauteur de quatre mètres. Celui d’Oued Bourrime est à 1,5 km à vol d’oiseau d’Aïn Khanfous, en direction du nord-ouest. Il se prolonge horizontalement sur une soixantaine de mètres et il est haut de quatre mètres. Quant à l’abri de Khnéfissa, on le rencontre, sur la rive gauche, en remontant l’Oued Chara en direction du nord. C’est un abri de taille modeste (cinq mètres de long sur deux mètres de hauteur). Enfin l’abri de Chendoube se trouve sur la rive gauche de l’Oued El Arar. Il est à un 1 km à vol d’oiseau d’Aïn Khanfous en direction du sud-ouest.

4Tous les abris peints découverts jusqu’à présent au Jebel Ousselat sont circonscrits dans un cercle de 2,5 km de diamètre au centre ouest du massif (Feuille n° LXII de Haffouz au 50.000e) (fig. 2). Ils ont pour points communs d’être situés à une altitude comprise entre 500 et 700 m et de jouir d’une bonne exposition. Ils sont étroitement tributaires de la présence de l’eau puisqu’ils jalonnent toujours des oueds. Des cours d’eau qui ont dû constituer des artères vitales pour les populations et des axes de peuplement humain dans le massif. Au contraire de ce qui se produit actuellement, où les oueds sont pratiquement à sec pendant plusieurs mois, durant l’Holocène ces cours d’eau auraient eu un régime régulier et permanent (Ballais 1993). Ces lieux d’activité artistique peuvent correspondre également à un choix de l’habitat, de la halte ou d’une voie de circulation.

Figure 2

Figure 2

Répartition des abris.

Description des ensembles de peintures rupestres

L’abri d’Oued Grabech

5Cet abri, qui s’étend sur une longueur de dix mètres et une hauteur de quatre mètres, a révélé la présence d’un ensemble peint à l’ocre rouge foncé et constitué de 25 représentations correspondant à 21 figurations humaines, un seul zoomorphe et 3 représentations d’armes. L’espace peint se divise en quatre panneaux nettement séparés l’un de l’autre par un espace non peint. De gauche à droite on distingue :

Panneau n° 1 :

6- Deux personnages : celui de droite mesure 20 cm de hauteur alors que l’autre n’en mesure que 14. Ils sont peints à l’ocre rouge foncé. Ils sont en position debout et de forme très schématique : le cou et le corps sont formés d’un trait étroit alors que la tête est un élargissement de ce trait. Les deux personnages sont vus de face, jambes et bras écartés (fig. 3).

7- Le même panneau comprend un autre personnage de même couleur et style dont il ne subsiste que le corps et les jambes.

Figure 3

Figure 3

Oued Grabech, panneau 1 : Deux personnages de style schématique.

Panneau n° 2 :

8C’est une scène qui se compose de sept personnages peints à l’ocre rouge foncé. Nous y distinguons :

  • Un personnage (hauteur : 27 cm). Il est vu de face en position debout, le cou et le corps sont représentés par un trait étroit et la tête n’est qu’un élargissement de ce trait. Le personnage n’a pas de bras mais il est figuré avec les deux jambes écartées.

  • Deux personnages. Celui de gauche (hauteur : 27 cm) est vu de profil en position debout avec les jambes écartées. Son corps est représenté par un trait étroit dont la tête est le prolongement. Il tend les mains à un autre personnage (hauteur : 14 cm) de style identique.

  • Au-dessus est représentée une scène « familiale » composée des « parents » (hauteur : 25 cm) ; ils sont vus de profil en position debout, chacun tournant le dos à l’autre et tendant les mains à l’enfant (hauteur : 10 cm) qui lui fait face. Les quatre personnages ont le même style : un corps sous forme d’un trait étroit, une tête qui se présente comme l’élargissement de ce trait et des jambes écartées. L’enfant placé à gauche lève sa main gauche vers le haut (fig. 4).

Figure 4

Figure 4

Oued Grabech, panneau 2 : Scène « familiale ».

Panneau n° 3 :

9À un demi-mètre de la scène précédente et au même niveau par rapport au sol (2 m), nous distinguons trois personnages peints à l’ocre rouge foncé et de même style que les autres personnages précédemment décrits. Ils mesurent respectivement 25, 18 et 15 cm de hauteur et ils sont vus de face en position debout se tenant par les mains, tous dans la même attitude : jambes et bras écartés. Le personnage le plus grand, qui se présente au premier plan a le sexe masculin bien indiqué (fig. 5). Toujours à proximité, ce même style est illustré par deux autres personnages vus de face, jambes et bras écartés se tenant par les mains. La peinture est en bonne partie détériorée. Au-dessous nous remarquons la silhouette d’un quadrupède indéterminé (hauteur : 7 cm, longueur : 17 cm) peint en contour à l’ocre rouge foncé. L’animal, très schématique, est vu de profil et regarde vers la droite. Cette représentation sommaire de l’animal rend difficile, voire impossible, son identification taxonomique, comme c’est le cas pour la plupart des autres représentations de zoomorphes du Jebel Ousselat, et montre la difficulté de donner un aperçu plus large de la faune représentée. A 5 cm de l’animal est figuré un personnage (hauteur : 10 cm) dont le corps est représenté par un trait et la tête est ovale. Il tient un arc de la main gauche et semble s’affronter au quadrupède. Un peu à droite nous avons quatre personnages filiformes (hauteur : 3, 4, 6 et 7 cm) peints à l’ocre rouge foncé. Ils sont vus de face en position debout, se tenant par les mains. Leurs têtes sont ovales et ils ont les jambes et bras écartés.

Figure 5

Figure 5

Oued Grabech, panneau 3 : Trois personnages vus de face.

Panneau n° 4 :

10Il est situé à l’extrémité droite de l’abri, à deux mètres des autres panneaux, et renferme une peinture à l’ocre rouge foncé qui représente un personnage (hauteur : 40 cm) vu de face. Un trait étroit forme le cou et le corps tandis que la tête est ovale. Les bras, en croix, sont sans articulations et les jambes semblent être pliées comme si le personnage montait un zoomorphe, dont la tête est vue de face. Ce personnage tient un arc simple aux extrémités courbées en « D » de la main gauche et une flèche de la droite (fig. 6). Le même type d’arc est connu parmi les peintures rupestres du Jebel Bliji (Sud tunisien). Dans l’état actuel des connaissances, on admet généralement que l’arc court et convexe en forme de « D » a été le plus anciennement connu dans les foyers des chasseurs archaïques du Fezzan Central et du Nil (Huard & Leclant 1980). Au-dessous, il y a un personnage filiforme de même couleur, vu de face en position debout, jambes et bras écartés.

11Les panneaux figuratifs sont assez homogènes. Ils partagent le même style schématique, un esprit d’organisation et de composition similaire et le tout semble avoir été exécuté de la même main. Tous les anthropomorphes sont représentés sans aucune indication des mains, des pieds ou des attributs céphaliques externes. En outre aucun vêtement n’est figuré.

Figure 6

Figure 6

Oued Grabech, panneau 4 : Un archer.

L’abri d’Oued Bourrime 

12La paroi de l’abri est assez dégradée et nous ne distin-guons qu’une seule figuration d’un bovidé (hauteur : 20 cm, longueur : 30 cm) située à l’extrémité droite de l’abri (fig. 7). L’animal est tracé en contour plus ou moins épais à l’ocre rouge brique. Son corps, de forme rectangulaire avec un pelage sur le garrot, est représenté de profil alors que la tête et les cornes sont vues de face. Ses pattes sont séparées, convergentes et la queue est souple, tombante. Les sabots des membres postérieurs sont représentés. Quant à son identification, son front plat suivi d’une face étroite allongée avec des cornes dont la base d’implantation est parallèle à l’axe facial nous autorise à penser à un Bos Macroceros. D’après G. Esperandieu (1955) ce bovidé rappelle le Bos Africanus décrit par Sanson. Le même type de bovidé est reconnu également à Aïn Sifri (Sud tunisien) (Gragueb 1988, p. 106, fig. 7) et au Jebel Bou-Slam (Tunisie septentrionale) (Solignac 1936, p. 21, fig. 5).

13Reste à noter que sur l’autre rive de l’oued, dans un abri qui fait face à celui précédemment décrit, nous avons pu observer des signes en forme de ponctuations et de bâtonnets. Mais devant l’impossibilité d’évaluer la part manquante de l’iconographie initiale, il paraît difficile de tenter de percevoir leur organisation générale et les règles de leur composition. La paroi est assez décapée et les traces de peintures partout présentes dans l’abri prouvent qu’il était richement peint.

Figure 7

Figure 7

Oued Bourrime : Un bovidé peint à l’extrémité droite de l’abri.

L’Abri de Khnéfissa

14Un examen de la paroi nous a permis de déceler cinq signes en forme d’étoile à cinq voire même à neuf branches de couleur noire, exécutées sur un plafond accidenté et une tête d’antilope peinte à l’ocre rouge brique.

L’abri de Chendoube (fig. 8, 9, 10)

15C’est l’abri « aux points » par excellence. Il a l’intérêt de présenter des groupes de plusieurs dizaines de ponctuations peintes à l’ocre rouge brique. Ces points forment un très vaste panneau qui occupe la partie centrale de l’abri long de 15 mètres.

16Nous pouvons distinguer des ponctuations de différentes orientations, des traces d’ocre, des nuages de points et des faisceaux mal ou pas organisés. Il y a aussi des signes structurés comme des alignements simples ou multiples de points dont certains sont disposés de telle sorte qu’ils évoquent des formes géométriques fermées, à savoir un signe quadrangulaire à remplissage géométrique ou un autre signe ovoïde à deux bases droites. Nous pouvons noter aussi la présence d’un autre signe géométrique composé d’une combinaison simple de quatre traits longitudinaux et un trait vertical.

17 Sur le plan graphique ce type de tracés élémentaires ne suppose pas une compétence particulière. Toutes ces représentations sont appelées non figuratives, dans la mesure où l’interprétation que nous en donnons n’est que la projection de notre imagination, sans pouvoir y reconnaître un objet représenté d’une façon certaine (Archambeau 1984, p. 30).

Figure 8

Figure 8

Chendoube : Vue d’ensemble du groupe de ponctuations.

Figure 9

Figure 9

Chendoube : Signes de forme géométrique.

Figure 10

Figure 10

Chendoube : Signe ovoïde à deux bases droites.

La Chronologie

18L’étude d’un document rupestre ne saurait être complète si elle n’allait de pair avec celle de son contexte archéologique immédiat, car il est indispensable d’avoir une connaissance approfondie des cultures responsables de cet art, qu’il s’agisse de leur mode de vie ou de leur art mobilier (Clottes 1998). Or dans le cas de ces peintures rupestres, le contexte reste encore inconnu. En effet les abris n’ont révélé aucun signe d’occupation et leur examen nous a montré que le sol est formé par la dalle nue et que la couche archéologique, si elle a existé, a été démantelée par les agents d’érosion et de ruissellement très actifs dans le massif. Nous n’avons recueilli aucun vestige d’une industrie lithique, ni sur place, ni dans les environs immédiats des abris. Mais l’absence d’indices de surface ne doit pas être interprétée hâtivement jusqu’à ce que la prospection du massif soit achevée.

19Ne pouvant nous appuyer sur aucun témoignage direct, l’essai de chronologie sera forcément tributaire d’une approche comparative. En effet pour traiter le cadre chronologique des peintures rupestres nous devons nécessairement nous référer à des critères stylistiques et formels. Par leur schématisme, les représentations humaines de l’abri d’Oued Grabech sont loin de préciser une chronologie. Elles sont fréquentes dans l’art rupestre nord-africain et figurent presque partout : en Algérie orientale, à l’est de Constantine, dans l’Atlas Saharien sud-oranais et dans le Haut Atlas marocain, etc. Si simple et répandu dans le temps et dans l’espace, ce type de représentation ne peut avoir une grande valeur chronologique et il est même difficile de l’associer étroitement à une culture ou à une époque (Camps 1975, p. 13). L’extrême schématisation des personnages nous laisse le plus souvent perplexe sur leur appartenance ethnique.

20Si les représentations figuratives sont difficiles à classer dans le temps, celles non figuratives, nettement moins représentatives cependant, ne le sont pas moins. Leur analyse nous livre des indications chronologiques très larges. Par exemple les ponctuations, présentes dans l’art européen dès le Paléolithique supérieur, se rencontrent en Afrique du Nord même en période libyco-berbère. De même la présence de figurations d’armes n’induit pas directement qu’il s’agissait d’un groupe de chasseurs. Au Sahara, par exemple, la représentation de la chasse est restée très longtemps en honneur chez divers groupes de pasteurs graveurs ou peintres.

21Quant à la valeur chronologique de la faune, le bestiaire, peint ou gravé, peut nous livrer des indications chronologiques au cas où nous serions en présence d’un ou plusieurs animaux pour lesquels nous disposons de dates d’apparition et/ou de disparition bien déterminées. Ce type d’animaux n’est pas présent dans les ensembles étudiés. Les bovidés sont représentés partout à toutes les périodes depuis la période des chasseurs jusqu’à la période cameline, ajoutant à cela la polémique qui marque la question de leurs origines et de leur domestication.

22En outre, par leur nombre moindre et l’absence de diversité thématique, les figurations en question n’offrent pas la possibilité de comparaisons constructives avec d’autres peintures rupestres. Néanmoins, plusieurs analogies sont à remarquer entre les figurations ponctuées de l’abri de Chendoube et les peintures de l’abri sous-roche d’Amzri (Toulkine, Atlas marocain). Ce dernier comporte d’innombrables groupes de points dispersés tout le long de l’auvent, datés, en corrélation chronologique directe avec une des périodes d’occupation de l’abri sous-jacent, d’une période largement antérieure à 2500 BC (Rodrigue 1989, p. 142). Mais c’est des peintures de Magara Sanar (nord du Maroc) que celles de Chendoube se rapprochent le plus. Cependant, dans ce site marocain, les ponctuations sont associées à des petits personnages et à des zoomorphes et elles sont même comparées aux figurations néolithiques du Levant espagnol (Martinez Santa-Olalla 1941, p. 442). D’autres parallèles sont à évoquer également à Chabet el Heulsa et Kef Ain N’has dans le Constantinois (Lefebvre 1967, p. 184-259), dans plusieurs abris de la Kabylie (Poyto & Musso 1969, p. 106) et à Kef el-Mektouba dans le Sud oranais (Flamand 1921, p. 354-355).

23Il est encore prématuré de transformer ces quelques analogies en homologies. La chronologie est beaucoup plus délicate et ces ressemblances de formes entre des faits isolés ne peuvent conduire qu’à des hypothèses d’intérêt limité. En absence de vestiges lithiques liés aux peintures rupestres, une simple lecture des figurations peut induire a priori de lourdes conséquences et ne donnera pas de réponses satisfaisantes à cette question.

Conclusion

24Ces nouvelles découvertes viennent enrichir nos connaissances sur l’art rupestre en Tunisie en général et confirment tout l’intérêt archéologique que présente cet ensemble du Jebel Ousselat, certainement très riche en potentialités, comme l’illustrera toute nouvelle prospection. Mais les résultats sont encore provisoires dans l’attente de nouvelles recherches sur le terrain qui nous permettent de mieux connaître l’extension de cet art et d’avancer dans la compréhension du type de société qui l’a réalisé.

25Le problème du cadre chronologique dans lequel insérer ces peintures rupestres n’est pas une question mineure. Faute de marqueurs explicites il ne pourra être précisé. Donc, nous en sommes réduits à l’étude interne des documents rupestres de chaque site et à chercher des rapprochements stylistiques et thématiques avec d’autres groupes géographiques de l’art rupestre nord-africain.

26Enfin, les peintures rupestres constituent un document archéologique d’une grande importance qui peut apporter de nouveaux éléments sur la préhistoire de la Tunisie. Il est donc nécessaire de prendre des mesures d’urgence pour la conservation et la protection de ce patrimoine inestimable surtout à cause des destructions anthropiques dont l’impact est très net sur plusieurs peintures.

Haut de page

Bibliographie

Archambeau 1984, ARCHAMBEAU M., Les figurations humaines pariétales périgourdines. Etude d’un cas : Les Combarelles, Université de Provence - Centre d’Aix, 1984, Thèse de Doctorat 3ème cycle, 236 p.

Ballais 1993, BALLAIS J.-L., Morphogenèse fluviatile holocène en Tunisie, Études de Géographie physique, Aix-en-Provence, t. 22, 1993, p. 63-78.

Boukadi et al. 2000, BOUKADI N., EL AYEB S., KHARBACHI S., Analyse quantitative de la fracturation des calcaires yprésiens en Tunisie : l’exemple de Jebel Ousselat, Bulletin de la Société Géologique Française, t. 171, 3, 2000, p. 309-317.

Camps 1975, CAMPS G., Les représentations humaines du type orant à bras et jambes écartés, Bolletino del Centro camuno di Studi preistorici, t. 12, 1975, p. 13-14.

Clottes 1998, CLOTTES J., Voyage en préhistoire : l’art des cavernes et des abris, de la découverte à l’interprétation, Paris, La Maison des roches, 1998, 479 p.

Espérandieu 1955, ESPERANDIEU G., Domestication et élevage dans le Nord de l’Afrique et dans la Protohistoire d’après les figurations rupestres, in : Congrès panafricain de préhistoire. Actes de la 2ème session, Alger, sept-oct 1952, Balout L. Ed., Alger, Direction de l’Intérieur et des Beaux-Arts - Service des Antiquités, 1955, p. 551-573.

Flamand 1921, FLAMAND G.B.M., Les Pierres écrites (Hadjrat-Mektoubat) : gravures et inscriptions rupestres du Nord-Africain, Paris, Masson, 1921, 434 p.

Gragueb 1989, GRAGUEB A., Une nouvelle station de représentations rupestres dans le Sud tunisien (In Sifri-Ghoumrassene), Travaux du LAPMO 1988, Aix-en-Provence, 1989, p. 102-107.

Leclant & Huard 1980, LECLANT J., HUARD P., La culture des chasseurs du Nil et du Sahara, Alger, C.R.A.P.E., 1980, 570 p. (Mémoire ; 29).

Lefebvre & Lefebvre 1967, LEFEBVRE G., LEFEBVRE L., Corpus des gravures et des peintures rupestres de la région de Constantine, Paris, Arts et Métiers graphiques, 1967, 292 p. (Mémoire du CRAPE ; 7).

Martinez Santa-Olalla 1941, MARTINEZ SANTA-OLALLA J., Las primeras pinturas rupestres del Marruecos español, Atlantis : Actas y Memorias de la Sociedad Española de Antropologia, Etnografia y Prehistoria, Madrid, t. 16, 1941, p. 438-442.

Poyto & Musso 1969, POYTO R., MUSSO J.C., Corpus des peintures et gravures rupestres de Grande Kabylie, Paris, Arts & Métiers graphiques, 1969 (Mémoire du CRAPE ; 11).

Rodrigue 1989, RODRIGUE A., Les Peintures rupestres de Toulkine (Atlas marocain), Bulletin de la Société préhistorique de l’Ariège, t. 46, 1989, p. 121-129.

Solignac 1936, SOLIGNAC M., Les peintures rupestres de la région de Djebibina, Revue tunisienne, 1936, p. 3-56.

Zoughlami et al. 1998, ZOUGHLAMI J., CHENORKIAN R., HARBI-RIAHI M., 1998, Atlas préhistorique de la Tunisie, fasc. 11 : Kairouan, Rome, Ecole Française de Rome, 158 p., 1 carte h.t., (Collection de l’Ecole Française de Rome, 81 / Recherches d’archéologie africaine publiées par l’Institut National du Patrimoine de Tunis).

Haut de page

Notes

1  Outre l’inventaire de nouveaux abris peints, notre prospection au Jebel Ousselat nous a permis de rectifier certains détails de description concernant des éléments des panneaux figuratifs des abris susmentionnés et d’apporter une série de relevés de figurations signalées mais non publiées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Localisation du Jebel Ousselat (Bergaoui & Gammar, 1990, p. 199).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-1.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 2
Légende Répartition des abris.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-2.png
Fichier image/png, 324k
Titre Figure 3
Légende Oued Grabech, panneau 1 : Deux personnages de style schématique.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-3.png
Fichier image/png, 315k
Titre Figure 4
Légende Oued Grabech, panneau 2 : Scène « familiale ».
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-4.png
Fichier image/png, 298k
Titre Figure 5
Légende Oued Grabech, panneau 3 : Trois personnages vus de face.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-5.png
Fichier image/png, 308k
Titre Figure 6
Légende Oued Grabech, panneau 4 : Un archer.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-6.png
Fichier image/png, 301k
Titre Figure 7
Légende Oued Bourrime : Un bovidé peint à l’extrémité droite de l’abri.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-7.png
Fichier image/png, 267k
Titre Figure 8
Légende Chendoube : Vue d’ensemble du groupe de ponctuations.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-8.png
Fichier image/png, 993k
Titre Figure 9
Légende Chendoube : Signes de forme géométrique.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-9.png
Fichier image/png, 992k
Titre Figure 10
Légende Chendoube : Signe ovoïde à deux bases droites.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/266/img-10.png
Fichier image/png, 972k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jaâfar Ben Nasr, « Quatre abris peints découverts au Jebel Ousselat (Tunisie centrale) », Préhistoire Anthropologie méditerranéennes, 10-11, 2001-2002, p. 159-166. 

Référence électronique

Jaâfar Ben Nasr, « Quatre abris peints découverts au Jebel Ousselat (Tunisie centrale) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://pm.revues.org/266

Haut de page

Auteur

Jaâfar Ben Nasr

ESEP - UMR 6636 – ESEP, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, F-13094 Aix-en-Provence Cedex 2, jaafarbennasr@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page