Navigation – Plan du site
Première Partie

Sujet, individu, personne...

Texte intégral

1La fouille d’une sépulture nous place face à une évidence : celui du corps d’un défunt. Pour l’anthropologue de terrain, on parle d’un sujet. Pour l’archéologue, il s’agit à l’évidence d’un individu, d’une personne. Mais jusqu’à quel point cette évidence en est-elle une ? Projeter nos conceptions sur la dépouille d’un autre provenant d’une culture irrémédiablement éloignée est chose commune, pourtant, cette projection compassionnelle relève plus de l’occultation que de la compréhension.

2Tous les sujets sont-ils des personnes ? Non, doit-on répondre en ayant à l’esprit la variabilité des catégorisations juridiques. Le travail de S. Duval nous expose clairement que l’on peut analyser une sépulture, l’interpréter – la qualifier – de sépulture d’esclave : ce ne sera pas la sépulture d’une personne. Dans ce cas, les objets associés au sujet anthropologique ne qualifient pas en positif la position de l’individu dans la société, mais le situent en négatif en regard des règles du monde antique...

3Dans le même ordre d’idée, de nombreuses sociétés décrites par l’anthropologie sociale sont des sociétés à initiation ou à classes d’âge. Avant d’être un membre à part entière d’une société, les sujets jeunes y possèdent un statut différent ou « incomplet ». Ailleurs, Certaines sociétés décrites par l’ethnographie, des pasteurs d’Afrique orientale notamment, sont organisées en classes d’âge, dotées de droits et de statuts différents qui concernent tous les individus propres à chacune d’elles. Qu’en est-il pour les sociétés disparues ? Si l’analyse proposée par M. Sohn montre clairement les liens entre individus et panoplie d’objets que déploient de nombreuses sociétés (on se reportera à l’ethnographie de la Nouvelle-Guinée par exemple), l’initiation est-elle objectivable par l’archéologue ? Cette question est bien en filigrane de la présentation de H. Plisson et L. Slimak à propos de l’enfant paléolithique de la Grotte du Figuier. Quant à la présentation de R. de Beauclair, elle se révèle particulièrement innovante et ouvre une perspective de recherche nouvelle sur les liens entre parures portées et classe d’âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Sujet, individu, personne... », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://pm.revues.org/199

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page