Navigation – Plan du site
Chronique

Erratum et compléments

Texte intégral

Erratum et compléments

1Ce rectificatif se rapporte à l’article « Au retour de la chasse... Observations expérimentales concernant les impacts sur le gibier, la récupération et la maintenance des projectiles dans le Magdalénien supérieur d’Isturitz », que nous avons publié dans Préhistoire anthropologie méditerranéennes, t. 12 (2003), p. 173-188.

2Cet article comportait un inventaire des ossements retrouvés dans les sites du Paléolithique supérieur européen et présentant des traces d’impact d’arme de chasse (p. 179-180). Nous y avions mentionné une pièce solutréenne de Combe-Saunière (Dordogne) comme « inédite » ; or cette pièce – un fragment de scapula de cheval – figure dans la thèse de doctorat de J.-C. Castel (Castel, 1999, p. 420,  fig. XII-22 et photo 19). Nous prions l’auteur d’accepter toutes nos excuses.

3Par ailleurs, nous demandons au lecteur d’ajouter à notre inventaire deux nouvelles pièces, dont nous n’avons eu connaissance qu’après la publication de l’article.

4La première provient des abris de Veyrier (Haute-Savoie) ; découverte lors des fouilles effectuées en 1870-1872 par H.-J. Gosse, elle est attribuable à un contexte archéologique magdalénien, sans plus de précision. Il s’agit d’un fragment de scapula de renne présentant une perforation ovalaire probablement due à un impact de projectile (description in Sauter, 1985, p. 99-100, fig. 4 et 5).

5La seconde pièce est issue de la couche SI de salle de Saint-Martin de la grotte d’Isturitz (Pyrénées-Atlantiques), couche attribuée au Magdalénien moyen et fouillée par R. et S. de Saint-Périer en 1928-1929. Il s’agit là encore d’une scapula de renne, présentant des traces d’extraction de rondelles, mais portant également une perforation plus petite, d’un autre type, que R. de Saint-Périer décrit ainsi : « la marge subsistant autour de l’ouverture dans l’épaisseur de l’os et la présence de quelques dentelures rappellent les trépanations faites par perforations successives [...]. Ainsi les Magdaléniens ont dû connaître le procédé si couramment employé par les Néolithiques sur des crânes humains » (Saint-Périer, 1930, p. 94 et fig. 77). Après vérification sur pièce au Musée des antiquités nationales, il nous paraît plus vraisemblable d’interpréter cette trace comme un transpercement dû à un impact de projectile.

6Soulignons que ces différentes pièces augmentent nettement, au sein de notre inventaire, la proportion des fragments de scapula. On aurait ainsi au total, pour le Paléolithique supérieur européen, 11 fragments osseux publiés présentant de possibles traces d’impact d’arme de chasse : 1 fragment d’os long, 1 fragment de côte, 2 vertèbres, 3 crânes et 4 fragments de scapula.

Haut de page

Bibliographie

Castel 1999, CASTEL J.-C., Comportements de subsistance au Solutréen et au Badegoulien d’après les faunes de Combe Saunière (Dordogne) et du Cuzoul de Vers (Lot), Université Bordeaux I, 1999, Thèse de Doctorat, 619 p.

Saint-Périer (De) 1930, SAINT-PÉRIER (DE) R., La Grotte d’Isturitz : le Magdalénien de la salle Saint-Martin, Paris, Masson, 1930, 124 p. (Archives de l’Institut de Paléontologie humaine ; 7).

Sauter 1985, SAUTER M.-R., Note sur deux éléments magadaléniens de Veyrier, in: Eléments de pré et protohistoire européenne : hommages à Jacques-Pierre Millotte, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 97-103 (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 299).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Erratum et compléments », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 13 | 2004, mis en ligne le 27 mars 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://pm.revues.org/135

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page