Navigation – Plan du site
Les tombes et leur environnement : structuration territoriale et symbolique de l’espace

Le phénomène hypogéique et mégalithique du territoire de Mamoiada (Province de Nuoro, Sardaigne). Analyse spatiale, environnementale et contextuelle du monde funéraire.

The hypogeal and megalithic phenomenon of Mamoiada territory (Province of Nuoro, Sardinia). Spatial, environmental and contextual analysis of funeral world.
Florian Soula

Résumés

Le territoire de Mamoiada (Province de Nuoro, Sardaigne) compte 63 hypogées répartis en 27 nécropoles ou tombes isolées et 10 structures mégalithiques, pour la plupart attribuables à la fin du Néolithique. L’analyse des relations spatiales qu’entretiennent les nécropoles hypogéiques entre elles requiert la caractérisation de leur répartition dans le territoire et de leur lien avec l’environnement naturel. La question des orientations des tombes au sein de quelques nécropoles et dans le cadre plus général du territoire permettra d’aborder le phénomène sous le point de vue paysager. Nous ferons alors le lien avec les tombes mégalithiques, très mal conservées. L’étude du phénomène funéraire ne doit pas faire l’impasse sur d’autres types de données. C’est pourquoi, afin de mettre en relief les informations révélées par cette analyse spatiale, nous les recouperons succinctement avec les autres données archéologiques. Ces différents niveaux d’analyse permettront de formuler des hypothèses quant aux possibles raisons de leur répartition spatiale au sein de ce territoire.

Haut de page

Texte intégral

1Abridged version
The territory of Mamoiada (fig. 1b), with an administrative area of 49 km², is at the heart of the Barbagia di Ollolai in central-east Sardinia, from 600 m. to 1130 m. above sea level. It is enclosed between the foothills of the central mountains of Gennargentu and the first benches of the plain of Nuoro, which is a corridor between the topographic high central plain of the island and the eastern seaboard.

2The archaeological aspects of this area have been studied very few but we mainly dispose of a synthesis carried out by the engineers Giacomino Zirottu and Giacobbe Manca in 1999. Their work, which somehow needed systematic verifications, was used as a basis to the archaeological corpus of sites and to the research of settlements which where heavily lacking in the synthesis.

3The hypogean phenomenon is actually up to 62 graves for the reporting period, that is to say, the occupations related to Neolithic Ozieri, Chalcolithic Sub-Ozieri (in spite of very few clues) and re-use of Chalcolithic Monte Claro (fig. 1a).

4The funeral megalithic phenomenon is, apparently, very poorly documented at Mamoiada. The dolmens reported, not exceeding ten, are systematically represented by the presence of one or more slab stone in a secondary position. Thus, if we can confirm the potential presence of 7 or 8 remains of funeral megalithic structures, it is rarely possible to infer that they belonged to dolmens.

5The main question addressed in this analysis is to evaluate the spatial relationships between graves and necropolis, including an interpretation of the relative importance of the choice of location in the territory. So, we wonder what is the relationship between human choices and environmental conditioned choices. The aim is to determine what is the weight of each factor detectable in the present territory and to characterize the potential causes of their spatial distribution.

6To do this, two approaches will be combined to understand the phenomenon as well in general and in detail: first, we will proceed to the determination of the geostatistical behaviours of the phenomenon related to the potential factors (topography, geomorphology, orientation, cumulative viewshed). On the other hand, the socio-territorial organization will be examined through the contextual analysis. Some more detailed examples of necropolis and isolated graves will also be offered.

7With regard to the chronology of the territory of Mamoiada, the tombs are mostly due to the phase of the fourth millennium. As it is relatively common throughout the island, some re-use are known in the first two thirds parts of the third millennium, including the Chalcolithic culture of Monte Claro.

8The various tests carried out on the hypogean graves of the territory of Mamoiada allowed to experience the importance of some factors in the choice of location of the necropolis, both in relation to environmental data (topography, geomorphology, orientation, visibility and landscapes) but also with respect to contextual information (other types of sites, geostatistical analysis). This led us to produce a systemic model of the organization and the functioning of the occupation of the territory of Mamoiada, distinguishing various subsystems.

9Hypogean tombs are not the only way to bury the dead during those periods. There are many other types, such as pit graves, less ostentatious than the hypogean tombs. It is assumed therefore that the hypogean necropolises assume a socio-territorial symbolic importance. The analysis of their organization within a given territory must distinguish the elements that go beyond the individual and tend to represent the group.

10The main question of this work has given various answers to explain the modalities of implantation of the hypogean tombs. Analysis of the spatial distribution of tombs has shown that several factors, discussed separately, highlight a division within a general group, including topography, the geological potential of the outcrops, and the number of graves by type of outcrop and orientations.

11We propose here the definition of a hierarchy in which the will to respect the socio-cultural conventions is essential but is locally limited by the physical appearance of the territory.

12These conventions or rules governing the hypogean phenomenon analyzed in this territory can be summarized by looking for good visibility, especially on the central valley system, open landscapes with vast views. From the association of the research of large landscapes visibility and the cultural importance of central valley results the existence of two major quadrants of the orientation of the tombs that materializes a confrontation overall East / West. This valley was, during a previous work, described as a socio-cultural center because hosting one of the most important nuclei of human occupation and its particular artistic expression carried by the standing stones (Soula 2012b). The Mamoiada system remains open towards an exterior that remains to be better defined.

13The contextual analysis, showing that the necropolises and isolated graves are located near settlements and at proximity with standing stones sites, offers a vision of an area divided into different sub-systems partially independent. Each of them shows that small areas are occupied by a social sub-system reflecting the existence of human groups linked between them into the general system. Each identified cell has its funerary space established according to the environmental potential of each micro-territory. We can also assume that this division of territory offers to each group more or less identical cultivable areas, grazing areas and water resources.

14Added to the visibility and landscape factors, the archaeological contexts permit understanding the importance of the central valley of this territory (Soula 2012a, 2012b). This link has been noticed in the valley of Tirso, where vast necropolises are located in areas near the river and the largest concentrations of settlements (Depalmas 2000: 839).

15We are finally at the heart of the notion of mediance, barbarism that we can traduce as mediancy, for which the landscape is "a significant and symbolic dimension of the environment," it is "an expression of mediancy" and "is indeed a logic of identification" (Berque 1990: 48, 111).

16Without giving too much importance to the environmental determinism in the implantation of the tombs (Alba 2000: 770), we agree that the case of Mamoiada express itself through a complex equation mixing compromises between human factors and environmental ones. These natural factors do not seem as critical as we might think. Despite this limitation to the will to implant the graves near the settlements with special visibility on the natural and social landscape, this equation represent also a recognition of the division of territory and a socio-economic conscious manipulation destined to mark the identification of secondary human groups sharing a common identity.

Introduction

17Le présent article se concentre sur l’analyse du phénomène hypogéique du territoire de Mamoiada situé dans le centre de la Sardaigne. Il est avant tout nécessaire de préciser que les tombes hypogéiques ne constituent pas le seul mode funéraire mise en œuvre durant les périodes examinées mais du plus visible dans les paysages. Il existe bien d’autres types de sépultures, comme les tombes en fosses, moins ostentatoires que les hypogées. On postule de ce fait que la nécropole hypogéique revêt une importance capitale dans l’organisation et le symbolique socio-territoriale. L’analyse de leur organisation au sein d’un territoire donné doit permettre de distinguer des éléments qui dépassent l’individu et tendent à représenter le groupe local et le système micro-régional.

18La question principalement traité dans le cadre de cette analyse est d’évaluer les relations spatiales entre tombes et nécropoles, notamment par une interprétation de l’importance relative des choix d’implantation dans le territoire : on se demande donc quel est le rapport entre les choix humains et les choix conditionnés par les facteurs environnementaux. Il s’agit de déterminer macroscopiquement quel est le poids de chaque facteur décelable dans le territoire actuel et de caractériser les causes potentielles de leur répartition spatiale globale et locale.

19Pour ce faire, deux approches sont combinées afin de saisir le phénomène dans sa globalité aussi bien que dans le détail : d’une part, on procède à la détermination géostatistique des comportements du phénomène liés aux facteurs potentiels (topographie, géomorphologie, orientations, visibilité cumulée). D’autre part, son organisation socio-territoriale est examinée au travers de l’analyse contextuelle. Quelques exemples plus détaillés de nécropoles et de tombes isolées sont également proposés. Un approfondissement des connaissances relatives au territoire de Mamoida ainsi que de la méthodologie et de son application dans différents contextes est possible en consultant le travail de thèse duquel les présentes données sont issues (Soula 2012c).

Aspects chronologiques, physiques, archéologiques et statistiques du territoire examiné

Rappel chronologique

20Une courte synthèse des données chrono-culturelles est nécessaire afin de recadrer le phénomène hypogéique et celui du mégalithisme de la Sardaigne (fig. 1a).

21L’hypogéisme sarde possède des origines relativement anciennes. Au cours du Ve millénaire avant notre ère, voient le jour les premiers hypogées à accès en puits et voute dite en « four », presque exclusivement monocellulaires et parfois bicellulaires. Les premières tombes de ce type apparaissent à la fin du Néolithique moyen Bonu Ighinu. Elles constituent de ce fait les plus anciennes manifestations hypogéiques de la Méditerranée (Contu 2000: 313, Usai 2009, Melis et al. 2011). Le seul exemple connu à ce jour est la nécropole hypogéique de Cùcurru S’Arriu à Cabras (Santoni 2000, Contu 2000: 313, Melis 2009: 93). Plus d’une vingtaine de tombes sont attribuées par cohérence architecturale à ce moment (Contu 2000: 313-314).

1. a. Phasage chronologique schématique de l'hypogéisme et du mégalithisme en Sardaigne ; b. Localisation de la zone d'étude en Sardaigne ; c. Positionnement topographique (taux relatif de rupture de pente) des hypogées et des dolmens potentiels de Mamoiada ; d. Contexte géologique et implantations des hypogées et dolmens potentiels de Mamoiada.

1. a. Phasage chronologique schématique de l'hypogéisme et du mégalithisme en Sardaigne ; b. Localisation de la zone d'étude en Sardaigne ; c. Positionnement topographique (taux relatif de rupture de pente) des hypogées et des dolmens potentiels de Mamoiada ; d. Contexte géologique et implantations des hypogées et dolmens potentiels de Mamoiada.

22Avec la culture de San Ciriaco, désormais considérée comme constituant un Néolithique récent (Ugas 1990, Santoni 1997, Alba 2000, Lugliè 1998, 2003, Molinari 2002, Melis 2009: 82), de nouvelles tombes hypogéiques sont réalisées, comme à Alghero avec la nécropole de Santu Pedru (Ugas 1990, Melis 2006, 2009, Melis 2009: 93). La tombe « dei guerrieri » de Sant’Iroxi à Decimoputzu est d’une part considérée comme polluée par des vestiges du proche habitat San Ciriaco (Ugas 1990: 84-85) et d’autre part attribuée au San Ciriaco (Santoni 1997: 232).

23À partir de la fin du Ve millénaire avant notre ère et durant tout le IVe, les phénomènes hypogéique et mégalithique montrent un intense développement dont les interactions sont souvent observées, comme à la nécropole de Pranu Mutteddu à Goni (Atzeni 1977, Atzeni & Cocco 1989, Depalmas et al. 1998, Melis et al. 2012).

24Globalement, durant tout le IIIe millénaire, de nouveaux hypogées sont excavés mais l’hypogéisme semble surtout être actif au travers des réutilisations des tombes précédentes (Depalmas et al. 1998, Melis et al. 2011). Le phénomène mégalithique est toujours présent.

25Enfin, au cours du IIe millénaire on note également des réutilisations d’hypogées qui sont modifiés afin de correspondre aux cannons architecturaux de l’âge du Bronze. D’autres tombes sont excavées mais en nombre moins important. Les similitudes architecturales entre les tombes mégalithiques nommées « tombes de géants » et ces nouveaux hypogées démontrent un changement partiel dans la conception symbolique de l’architecture funéraire. Cependant, à l’heure actuelle, aucune pierre dressée ne peut-être attribuée à ce moment (Soula 2012b). Seul le cas particulier des bétyles pourrait se rapprocher de ce phénomène. Ces derniers sont systématiquement positionnés à proximité immédiate des tombes de géants et des « mini-bétyles » sont connus dans les contextes hypogéiques.

26Pour ce qui concerne le territoire de Mamoiada, les hypogées sont en grande majorité attribuables à la phase du IVe millénaire. Comme il est relativement courant dans toute l’île, certaines réutilisations sont probables durant les deux premiers tiers du IIIe millénaire, notamment par la culture Chalcolithique de Monte Claro (Foschi Nieddu 1998, Moravetti 2009: 100).

Aspects physiques

27Le territoire de Mamoiada (fig. 1b-d), d’une superficie administrative de 49 km², se trouve au cœur de la Barbagia di Ollolai, dans le centre oriental de la Sardaigne, entre 600 m. et 1130 m. d’altitude. Il est enclavé au pied des contreforts rocheux des montagnes centrales du Gennargentu et borde les premiers replats de la plaine de Nuoro qui constitue un couloir topographique entre la grande plaine centrale de l’île et le littoral oriental. Le contexte géomorphologique de ce territoire et de ses environs (fig. 1d) est amplement dominé par les faciès granitoïdes du contexte du nuorese, qu’il s’agisse de granodiorites, de monzogranites ou de très rares leucogranites. Son aspect se caractérise par une homogénéité générale des contextes de granodiorites à biotites. On note la présence de diverses unités intrusives : celle d’Orgosolo, notamment avec les faciès de Monte Locoe (ORGb) et de Ponte Gorinnaru (ORGd), celle de Monte San Basilio, avec les faciès de Sa Mendula (BLA1b) et de Monte Su Dòvaru (BLA1c), et celle de Fonni, avec les faciès de Lodine (NNIc), de Gavoi (NNIb) et de Pratobello (NNIa). La césure géologique réside dans l’opposition entre l’homogénéité des quadrants Nord, Ouest et Sud et l’hétérogénéité relative du quadrant Est qui présente la majorité des faciès monzogranitiques ou à tendance monzogranitique, de plus fréquents filons de porphyres granitiques (Fp) et des leucogranites ou leucomonzogranites (ORGd).

Aspects archéologiques

28Les aspects archéologiques de ce territoire ont très peu été étudiés mais l’on bénéficie principalement d’une synthèse réalisée par les ingénieurs Giacobbe Manca et Giacomino Zirottu en 1999. Leur travail, bien qu’ayant nécessité des vérifications exhaustives, a été utilisé comme base à l’élaboration du corpus des sites archéologiques de la commune et à la recherche des sites d’habitats qui faisaient lourdement défaut à la synthèse.

29Une étude territoriale préliminaire en rapport avec les pierres dressées et leur contexte a été présentée en 2009 (Soula 2012a). Une analyse chrono-culturelle du territoire, mise en rapport avec une partie des données de la Corse est publiée (Soula 2012b).

30L’aspect funéraire de ce territoire n’avait pas encore été présenté en détail et nécessitait un approfondissement dont l’objectif est de comprendre l’organisation spatiale des nécropoles par rapport à l’environnement naturel et aux différents contextes archéologiques. On connaissait ainsi 57 hypogées (Manca & Zirottu 1999), dénommées en langue sarde « domus de janas » (ce qui signifie « les maisons des fées »). Si, l’un de ces hypogées a été soustrait au corpus car il s’agissait d’une seule tombe interprétée comme deux éléments distincts (Orgurù), sept nouvelles découvertes sont à signaler sur le strict territoire de Mamoiada : il s’agit d’une part des hypogées dont le creusement a été initié et abandonné (Bruncu Boeli 2, Istevène 7, Monte Giuradu 5 à 7, Sa Ficu Rubia 6). Enfin, une tombe complète, possédant encore un remplissage, a été découverte au cours des prospections pédestres à Su Passivale.

31Le phénomène hypogéique est donc aujourd’hui représenté sur le strict territoire de Mamoiada par 63 hypogées répartis en 27 groupes distincts. La quasi-totalité de ces sépultures peut être attribuée, principalement à travers leur architecture, et parfois leurs décors, au Néolithique final Ozieri. Un unique hypogée est ainsi reconductible à l’âge du Bronze (Monte Giuradu 1), ce qui porte le corpus actuel à 62 tombes pour la période examinée, c’est-à-dire les occupations relatives au Néolithique final Ozieri, au Chalcolithique ancien sub-Ozieri (malgré de très rares indices) et aux réutilisations du Chalcolithique moyen Monte Claro (malgré la faiblesse des données).

32Le phénomène mégalithique, dans son aspect funéraire, est très mal documenté à Mamoiada. Les dolmens signalés, environ une dizaine, sont systématiquement représentés par la présence d’une ou plusieurs dalles en position secondaire. Ainsi, si l’on peut confirmer la présence potentielle de sept ou huit vestiges de structure mégalithique de ce type, il n’est que rarement possible d’en déduire qu’ils aient appartenus à des dolmens. Seule la documentation ancienne permet parfois de corroborer ces interprétations. Ces « dolmens potentiels » ne constituent donc pas un élément de réflexion prépondérant dans le cadre de cette analyse.

33Enfin, quant à l’existence de structures mégalithiques additionnelles prolongeant l’entrée des hypogées par un couloir (Manca & Zirottu 1999), il s’agit d’une interprétation erronée de la présence de blocs naturels et parfois même d’affleurements à proximité des tombes.

Aspects statistiques : hypogéisme et structures mégalithiques

34La règle générale insulaire montre que la majorité des hypogées se présente sous forme de tombes isolées (Melis 2000: 779, 785, Melis et al. 2011) et plus rarement sous forme de grandes nécropoles. Le territoire de Mamoiada ne déroge pas à cette constance avec 15 tombes isolées soit 56% des sites, 7 regroupements de trois tombes et plus, soit 26% des sites et 5 regroupements de deux tombes soit 18% des sites. Les 62 hypogées néolithiques du territoire sont en majorité monocellulaires, parfois bicellulaires et plus rarement tricellulaires.

35On note le cas particulier des tombes non achevées, consistant en un début d’excavation de la roche, abandonné lors du creusement de la chambre funéraire ou de l’entrée même de la sépulture. Cette particularité représente 21% du corpus étudié.

36En règle générale, les hypogées sont de petites dimensions. Quelques regroupements importants offrent de rares cas de tombes de capacité supérieure, comme à Istevène.

37Si le nombre de cellules présentes dans chaque tombe est variable dans les nécropoles, les tombes isolées sont presque toujours monocellulaires. Cet aspect recoupe les résultats d’autres études réalisées dans l’île pour des contextes granitiques (Tanda 2000: 835). Le nombre de sépultures inachevées est statistiquement plus important dans les grands ensembles mais il existe également quelques exemples de ce type à proximité immédiate de tombes isolées.

Le phénomène hypogéique dans le territoire : considérations générales

38La première phase de l’approche du phénomène hypogéique du territoire de Mamoiada est réalisée au travers de diverses variables environnementales (topographie, géologie) et géostatistiques (orientations et visibilité cumulée). Ces premières analyses générales ont pour objectif de proposer une première caractérisation des comportements du phénomène à une échelle de précision globale.

Contexte topographique

39Du point de vue topographique, la répartition des tombes par phase altimétrique montre de manière générale que dans ce territoire les phases basses sont statistiquement moins exploitées que les phases médianes et hautes. La phase altimétrique présentant le plus grand nombre de tombes est relativement médiane. Ces premières considérations s’opposent par exemple à la région de la Nurra où une grande majorité des hypogées est positionnée en basse altitude (Alba 2000: 768) mais recoupent l’exemple du Nuorese, plus proche, où la majorité des tombes est située en altitude relativement importante et sur des points dominants (Cambosu 2000: 820).

40On remarque cependant que ce type de considérations ne permet pas réellement de souligner les positions dominantes. Il faut pour cela recouper les données avec le taux relatif de rupture de pente, les orientations des tombes et la visibilité cumulée.

41Le calcul du taux relatif de rupture de pente (fig. 1c) est un indice (géométrie euclidienne) du changement maximal de la valeur Z d’une surface calculé entre chaque cellule d’un raster (ce dernier étant une source de données sous format image divisée de manière régulière et pouvant contenir divers types d’informations). Ce taux étant relatif, il n’est pas exprimé en unités géographiques. Les résultats de ce calcul offrent la vision de deux types de situation: en basse vallée, aux abords directs du centre du système topographique et sur des moyens ou hauts reliefs entourant cette basse vallée. Plus précisément, on distingue des tendances selon le type de regroupement de tombes : les éléments isolés sont le plus souvent positionnés sur des ruptures topographiques médianes, dans les pentes et les bas de pentes. Les regroupements de deux ou trois tombes se trouvent fréquemment sur des ruptures de pente faibles mais profitant de position relativement dominantes. Les nécropoles de plus de trois tombes sont situées sur des ruptures de pente importantes et dans des positions dominantes.

Contexte géologique

42Les différents faciès granitoïdes présents dans la région de Mamoiada (fig. 1d) offrent le plus souvent des potentiels d’affleurements relativement identiques. Les granodiorites, monzogranites et leucomonzogranites présentent au moins trois types d’affleurements avec la même fréquence: des boules rocheuses en position secondaire, des affleurements plus ou moins vastes, et enfin des affleurements fissurés et friables. Si les deux premiers types sont aptes à l’excavation d’hypogées, le dernier est beaucoup moins propice à une telle utilisation.

43Dans le cas des affleurements, on distingue subjectivement ceux d’importance majeure et ceux d’importance mineure, en fonction de leurs dimensions et donc de leur potentiel à accueillir des hypogées.

44On note que les affleurements majeurs, bien qu’utilisés pour les plus grandes nécropoles, ne sont pas toujours exploités de manière systématique et présentent parfois un faible nombre de tombes. Les affleurements mineurs, souvent situés dans des zones basses, ne présentent habituellement qu’un nombre limité de tombes, cohérent avec les potentialités qu’ils représentent. Les blocs en position secondaire sont souvent des boules granitiques décrochées des affleurements majeurs. Ils sont parfois situés à proximité immédiate de ces derniers et accueillent de petites tombes jouxtant des nécropoles. Dans d’autres cas, ils se trouvent dans les pentes et accueillent des tombes isolées. Dans certains cas, on note une utilisation ponctuelle de ces blocs secondaires, dans un rayon relativement large, témoignant d’un manque probable d’affleurements permettant de les regrouper en nécropole. Cet éloignement pourrait également être interprété comme une division volontaire du territoire indépendante de l’aspect géologique.

45L’histogramme mettant en rapport le nombre de tombes par groupe et le type d’affleurement (fig. 2a) permet de souligner ces diverses situations en inversant le rapport: les tombes isolées exploitent principalement des blocs en position secondaire, quelques affleurements majeurs et peu d’affleurements mineurs. Les groupes de deux ou trois tombes exploitent préférentiellement les affleurements mineurs et assez peu les autres types. Les groupes de plus de trois tombes exploitent avant tout les affleurements majeurs, souvent liés à des blocs secondaires effondrés, mais également quelques affleurements mineurs.

2. a. Histogramme du rapport entre le nombre de tombes par groupe et le type d'affleurement ; b. Orientation et visibilité cumulée depuis les hypogées ; c. Quadrant des orientations cumulées ; d. Histogramme des orientations des hypogées (%) ; e. Orientations selon le type de tombe hypogéique (nombre de cellules).

2. a. Histogramme du rapport entre le nombre de tombes par groupe et le type d'affleurement ; b. Orientation et visibilité cumulée depuis les hypogées ; c. Quadrant des orientations cumulées ; d. Histogramme des orientations des hypogées (%) ; e. Orientations selon le type de tombe hypogéique (nombre de cellules).

Orientations

46La question de l’orientation de chaque tombe du territoire permet de distinguer la prédominance statistique des quadrants E à SE et S à O ainsi que l’importance particulièrement notable du quadrant N-NNE (fig. 2b). Ainsi, malgré une prédominance nette de ce que l’on est souvent tenté de désigner comme des points de référence car globalement axés sur le lever ou le coucher du soleil, la variabilité semble être beaucoup plus complexe que cette distinction simplificatrice.

47La représentation schématique de l’orientation de chaque tombe sur un fond topographique permet de proposer plusieurs constats particuliers (fig. 2c). Dans le cas des tombes isolées, la variabilité est très importante. Cela peut difficilement s’expliquer par le type d’affleurement préférentiellement exploité, c’est-à-dire des blocs secondaires qui présentent souvent plusieurs faces exploitables. Le choix pourrait effectivement relever d’un facteur lié à l’orientation.

48Pour ce qui concerne les regroupements de deux ou trois tombes, on constate que l’orientation est souvent identique ou de faible variabilité.

49Dans le cas des nécropoles de plus de trois tombes, se dégage une variabilité des orientations de 90 à 180°. Il s’agit souvent d’affleurements majeurs associés à des blocs épars qui ne présentent pas d’autres possibilités pour l’excavation d’hypogées. Bien que dans certains cas la totalité de la circonférence de l’affleurement soit exploitable, on note un choix général pour des orientations particulières. On constate ainsi l’existence de deux quadrants principaux se dégageant pour environ 42% des hypogées, entre Sud et Ouest et entre Est et Sud-Est (fig. 2d). Les quadrants Nord à Nord-Nord-Est (11%) et Ouest-Nord-Ouest à Nord-Ouest (5%) restent très secondaires (fig. 2d).

50Quelles sont les motivations à ces orientations préférentielles ? Pourquoi existe-t-il une telle variabilité ?

51La confrontation de l’orientation des tombes avec le nombre de chambre dans chacune d’entre elle souligne la variabilité des directions, notamment des tombes monocellulaires (fig. 2e).

52Un résultat particulièrement intéressant est l’orientation majoritairement à l’Est des tombes dont le creusement n’a pas été achevé (fig. 2e). Ces tentatives avortées peuvent s’expliquer, par exemple, au travers de facteurs géologiques: des affleurements ont probablement été jugés aptes à accueillir un hypogée mais des problèmes de dureté ou d’exogénéité du matériau ont pu conduire à son abandon. Il se pourrait aussi que d’autres facteurs, par exemple socio-territoriaux en soient à l’origine. On pourrait donc penser au premier abord que la volonté première est d’orienter les sépultures vers le soleil levant. Si l’on observe plus en détail le territoire, les tombes non achevées orientées à l’Est, voire au Sud-Est ou Sud-Sud-Est se trouvent toutes dans la partie occidentale de la vallée principale et regardent donc en direction de celle-ci. Les plus rares tombes non achevées de la partie orientale sont toutes orientées vers cette même vallée, en direction de l’Ouest, de sorte à créer un vis-à-vis Est-Ouest.

53On trouve ainsi un premier élément de réponse à l’opposition entre les deux quadrants principaux d’orientations des hypogées, amplement confirmée par l’analyse isolée des tombes non achevées. Ces résultats mettent notamment en valeur l’opposition de deux groupes de tombes situés d’un côté et de l’autre de la vallée principale de Mamoiada.

Visibilité cumulée

54Il est donc nécessaire d’éprouver d’autres facteurs, comme celui de la visibilité depuis les nécropoles, qui pourrait jouer un rôle majeur dans les choix d’implantation. Le facteur géologique constituerait alors un élément limitant ces choix à des zones propices.

55La visibilité cumulée depuis chaque tombe du territoire, non compréhensive du couvert végétal, et donc à pondérer, permet de caractériser chaque type de regroupement (fig. 2c).

56Les tombes isolées, dont l’orientation est très variable, offrent une visibilité moyenne à bonne peu fréquemment orientée vers la vallée centrale mais plutôt vers les points d’accès représentés par des petits vallons qui s’élargissent au contact de la vallée principale.

57Les regroupements de deux ou trois tombes, d’orientation variable selon les nécropoles, montrent une bonne visibilité sur la vallée centrale et sont souvent orientés vers les points forts du paysage environnant, soit dans la plupart des cas les reliefs les plus découpés. Ces points forts du paysage sont représentés par les plus hauts sommets et les crêtes (plus ou moins correspondant à l’actuelle limite du territoire communal, fig. 2c) qui délimitent ce qui a été décrit comme une entité, un système socio-territorial propre se distinguant très nettement d’autres systèmes clairement séparés du point de vue physique mais également du point de vue structurel (comme ceux d’Orgosolo à l’Est, d’Orani au Nord-Ouest, de Nuoro au Nord, de Gavoi au Sud-Ouest, ou encore de Fonni au Sud-Est) (Soula 2012c).

58Les regroupements de plus de trois tombes, d’orientation variable à divers niveaux, présentent une bonne visibilité sur les points forts du paysage et surtout sur la vallée centrale. Seuls de rares cas n’obéissent pas à cette règle et semblent être organisés en fonction d’autres systèmes topographiques périphériques. C’est par exemple le cas dans la partie méridionale du territoire analysé.

59La considération de l’ensemble des résultats de l’analyse de la visibilité cumulée depuis les hypogées montre globalement que l’espace visuel couvert par les tombes est presque systématiquement orienté vers le centre du système territorial et naturel (plaine centrale, vallées internes). Ces observations générales suggèrent donc qu’il existe, en dehors des limitations liées aux facteurs purement géologiques, une cohérence globale entre le choix d’orientation vers des paysages ouverts et vers des espaces internes au système socio-territorial de Mamoiada (vallées, plaine centrale où se trouvent fréquemment les habitats hypothétiquement associés à ces sépultures).

Confrontation des facteurs analysés

60Le facteur géologique, analysé de manière isolée, montre dans un premier temps que dans un grand nombre de cas les dimensions de la nécropole et des tombes sont relatives au macro-type d’affleurement sélectionné. Pourtant, il existe dans de plus rares cas une inversion de ce rapport.

61Ce facteur n’est vraisemblablement pas un élément prédéterminant dans les choix d’implantation des tombes et nécropoles. Il limite certainement les possibilités, localement, notamment par la présence de plus ou moins grands affleurements et de blocs en position secondaire, ou encore par l’opposition entre affleurement friable et de forte densité. Il ne s’agit donc probablement que d’un facteur à l’impact secondaire sur ces choix. Cette importance relative est également générée par la prépondérance d’autres facteurs.

62L’aspect physique des affleurements ne semble donc jouer qu’un rôle mineur dans le choix de l’emplacement de chaque tombe. Dans les cas des plus grandes nécropoles, le manque de place a pu contraindre à des choix périphériques. L’orientation des tombes permet de suspecter l’existence d’un besoin de se conformer à certaines règles. Ces règles qui ont généré des orientations particulières, même au sein d’une diversité importante, obéissent à une nécessité qu’il est nécessaire de déchiffrer. Un premier pas vers la compréhension de ce facteur est l’opposition géographique entre deux zones particulières se faisant front. La notion d’orientation ne doit pas se cantonner aux aspects cardinaux d’un territoire. Si l’on peut déceler des récurrences dans les orientations de certains monuments, il est nécessaire de se demander quelles particularités possède le point central de notre quadrant, c’est-à-dire d’où l’on regarde, vers où l’on regarde et d’où l’on peut être vu. La notion de visibilité est donc intrinsèquement et réciproquement liée à celle de l’orientation.

63Le facteur de la visibilité est donc un élément essentiel qui a joué un rôle primordial dans l’implantation et l’orientation des hypogées du territoire de Mamoiada. Les orientations découlent principalement d’un besoin évident de fournir aux sépultures une visibilité importante sur le paysage et sur la vallée principale. Les nécropoles présentent une forte variabilité des orientations qui est liée à la morphologie de la paroi rocheuse et donc aux possibilités d’orientation des tombes. Il s’agit fréquemment d’une variabilité rayonnante couvrant toute la paroi donnant sur des paysages ouverts. Le facteur géologique est donc plus important pour des considérations locales alors que les facteurs d’orientation et de visibilité sont plus forts dans les considérations globales.

Exemples de quelques nécropoles ou tombes isolées

64La notion de l’importance des paysages et de l’opposition globalement Est-Ouest de l’orientation des tombes doivent être brièvement illustrées par quelques exemples ponctuels.

Istevène

65L’exemple de la nécropole d’Istevène, située dans la zone Sud-est du territoire examiné, présente au moins 4 tombes complètes de dimensions relativement importantes, souvent tricellulaires et trois tombes non achevées présentant différentes phases de creusement. Elles s’organisent autour d’un affleurement important, associé à des blocs en position secondaire, dans un quadrant d’orientation globalement compris entre l’Ouest et le Sud-est. Le plan est relativement schématique quant à la distribution des tombes (fig. 3a).

66La reconstitution de la visibilité cumulée depuis chaque tombe (fig. 3b) montre qu’une partie de la vallée centrale est visible, notamment les reliefs faisant face au Monte Istevène. Bien que partielle, la visibilité cumulée depuis l’affleurement rocheux exploité montre un lien avec la haute vallée et les systèmes opposés.

3. a. Planimétrie schématique de la nécropole d'Istevène ; b. Visibilité cumulée depuis les hypogées de la nécropole d'Istevène ; c. Planimétrie schématique de la nécropole de Monte Giuradu ; d. Visibilité cumulée depuis les hypogées de la nécropole de Monte Giuradu ; e. Planimétrie de la tombe isolée de Firuli - Su Balizu – Teulargiu ; f. Visibilité cumulée depuis la tombe isolée de Firuli Su Balizu – Teulargiu (Planimétries basées sur Manca & Zirottu 1999).

3. a. Planimétrie schématique de la nécropole d'Istevène ; b. Visibilité cumulée depuis les hypogées de la nécropole d'Istevène ; c. Planimétrie schématique de la nécropole de Monte Giuradu ; d. Visibilité cumulée depuis les hypogées de la nécropole de Monte Giuradu ; e. Planimétrie de la tombe isolée de Firuli - Su Balizu – Teulargiu ; f. Visibilité cumulée depuis la tombe isolée de Firuli Su Balizu – Teulargiu (Planimétries basées sur Manca & Zirottu 1999).

Monte Giuradu

67L’exemple de la nécropole de Monte Giuradu, située dans l’Ouest du territoire examiné, présente au moins trois tombes complètes, monocellulaires ainsi que trois tombes non achevées. Un septième hypogée est quant à lui d’époque nuragique. Les tombes utilisent des affleurements majeurs et mineurs mais également des blocs en position secondaire. La nécropole est relativement dispersée sur tout le relief du Monte Giuradu. Le plan présenté ici reste schématique quant à cette répartition (fig. 3c). La visibilité reconstituée (fig. 3d) embrasse ici presque toute la vallée de Mamoiada et les reliefs qui font face, de l’autre côté de la vallée. Elle illustre parfaitement la caractéristique principale des orientations de ces sépultures par rapport à un système central et à un paysage ouvert.

Firuli Su Balizu – Teulargiu

68Enfin, l’exemple de la tombe de Firuli Su Balizu – Teulargiu, de type monocellulaire illustre le cas des sépultures isolées utilisant des blocs en position secondaire (fig. 3e). La reconstitution de la visibilité (fig. 3f) montre que l’orientation de la sépulture est en adéquation avec une forte visibilité en direction de la vallée principale et confirme l’importance du système central.

Analyse contextuelle : vers une définition de groupes locaux

Carte archéologique : Néolithique final, Chalcolithique ancien et moyen

69Après avoir analysé le phénomène hypogéique de ce territoire de manière isolée, il est indispensable de le contextualiser avec toutes les données archéologiques disponibles au sein d’un arc chronologique cohérent.

70Les pierres dressées de Mamoiada ne sont pas directement datées mais plusieurs indices autorisent à positionner leur érection entre le Néolithique final et le Chalcolithique moyen Monte Claro (Soula 2012a, 2012b, 2012c). Elles sont donc globalement contemporaines de l’excavation des hypogées, de leur fonctionnement et de leur probable réutilisation au cours du Chalcolithique.

71Les données de prospection permettent de soupçonner la présence de nombreux habitats en connexion spatiale avec les nécropoles et les pierres dressées. Cette notion d’habitats liés aux nécropoles est un élément constamment représenté dans l’hypogéisme sarde (Contu 2000: 316, D’Anna et al. 2010, Melis et al. 2011). L’arc chronologique ainsi définit, bien que relativement ample, permet de procéder à une première réflexion sur l’organisation spatiale de l’occupation humaine, tout particulièrement pour la fin du Néolithique et le Chalcolithique moyen Monte Claro (fig. 4).

4. Analyse contextuelle : topographie et contextes archéologiques de la fin du Néolithique au Chalcolithique moyen Monte Claro.

4. Analyse contextuelle : topographie et contextes archéologiques de la fin du Néolithique au Chalcolithique moyen Monte Claro.

72La carte de répartition offre une vision de l’occupation du territoire au sein de cet arc chronologique. Nous y avons ajouté les indices de sites dont les éléments indéterminés ne sont pas incompatibles avec de telles attributions. On constate de prime abord une forte densité de sites dans la zone nord-occidentale du territoire mais également dans le centre, au cœur de la vallée principale. On note qu’il existe des concentrations distinctes de divers types de sites. Plusieurs de ces concentrations regroupent des indices d’habitat de plein air, des occupations en abris sous roche, des sépultures de divers types parmi lesquels dominent les hypogées et des sites à pierres dressées.

73Ces associations doivent cependant être confirmées au travers d’analyses géostatistiques telles que la parcourabilité du territoire et les chemins possibles pour redescendre dans la vallée.

Parcourabilité cumulée et chemins

74L’analyse géostatistique de la parcourabilité cumulée du territoire, est principalement basée sur la topographie. Il s’agit du calcul du « coût-distance » (cost-distance) qui détermine la difficulté de déplacement à pieds depuis un ou plusieurs points sous la forme d’un taux relatif entre chaque cellule du raster (unités exprimées en coût par distance). Ce calcul reste macroscopique dans le sens où il n’intègre pas d’algorithmes complexes de pondération comme la végétation ou la présence du réseau hydrographique. Ce dernier ne constitue généralement pas un obstacle important dans le cas du territoire analysé. Les résultats de ce calcul sont estimés en temps en fonction de paramètres connus dans le territoire, il s’agit donc d’une traduction approximative des unités de coût-distance en unités de temps (fig. 5a). Cette analyse géostatistique permet de procéder à la confirmation de l’existence et de préciser l’étendue des sous-groupes identifiés. Le calcul ponctuel des chemins les plus courts pour redescendre des sites (fonction spécifique propre à ArcGIS) illustre les chemins potentiels en direction de la vallée centrale ou vers l’extérieur des sous-systèmes territoriaux (fig. 5a).

75La proximité spatiale entre les sépultures, les habitats et les pierres dressées est confirmée par l’analyse de la parcourabilité cumulée à partir des nécropoles ou des tombes isolées. Est ici soulignée l’importance territoriale de la vallée centrale, autour de laquelle s’organisent des sous-systèmes dont le territoire potentiel est moins important.

76Le calcul du chemin le plus facile pour redescendre des nécropoles dans la plaine, mais aussi depuis les indices d’habitat et des pierres dressées, montre que nombre de ces sous-systèmes sont orientés vers le centre du territoire. Certains d’entre eux sont à cheval entre deux ensembles topographiques distincts et permettent de rejoindre à l’Est et à l’Ouest d’autres éléments non présentés ici mais qui pourraient également appartenir au système socio-territorial de la région de Mamoiada. Ces éléments sont situés en limite d’autres systèmes micro-régionaux et pourraient constituer des éléments de continuité inter-systèmes.

77Le croisement de ces données a permis d’établir un lien spatial clair entre les tombes hypogéiques, les pseudos dolmens, les sites à pierres dressées et les habitats. Nous avons donc proposé en 2009 une modélisation systémique démontrant l’existence de sous-systèmes territoriaux identifiables au travers de cette répartition (Soula 2012a). Cette démonstration est également disponible et plus amplement détaillée pour les territoires de Sorgono et de Mamoiada en Sardaigne et de Sartène en Corse (Soula 2012c).

5. Analyse territoriale. a. Coût de déplacement cumulé dans le territoire depuis les hypogées et chemins les plus courts pour descendre des sites ; b. Modélisation schématique du système de Mamoiada et identification des sous-systèmes.

5. Analyse territoriale. a. Coût de déplacement cumulé dans le territoire depuis les hypogées et chemins les plus courts pour descendre des sites ; b. Modélisation schématique du système de Mamoiada et identification des sous-systèmes.

78Cette analyse permet donc de confirmer les proximités et de procéder à des regroupements sur la base de différents facteurs et différents interprétations des données et notamment : la présence de différents types de sites (habitat, sépultures et pierres dressées) qui sont considérés par postulat comme appartenant à un même groupe local sur la base de critères de proximité ; la mise en œuvre de cette analyse permet de manière très basique de calculer et de définir un temps de parcours type sur la base de ces différents regroupements de proximité et donc de déterminer des espaces directement accessibles à partir de ces groupes locaux (sous-systèmes).

79Ces regroupements sont donc basés sur des observations simples, des faits spatiaux et confirmés par les résultats des différentes analyses géostatistiques. L’ensemble permet de dégager des modèles d’organisation interne des groupes locaux et de définir une modélisation structurelle et fonctionnelle des différents groupes locaux ou sous-systèmes au sein du système de Mamoiada (modélisation systémique). Cette cohérence structurelle atteinte dans la phase de modélisation globale contribue à entériner ces regroupements. Des précisions et des réinterprétations locales pourront être apportées par de futurs travaux d’approfondissement.

Modélisation systémique

80Les analyses contextuelles et géostatistiques permettent de proposer une modélisation systémique schématique caractérisant l’organisation de l’occupation du territoire de Mamoiada, tout particulièrement à la fin du Néolithique (fig. 5b).

81Nous proposons donc l’identification de différents sous-systèmes répartis dans le territoire analysé, le plus souvent composés par un triptyque de sites (habitat, sépultures et pierres dressées). Cette constance semble perdurer du Néolithique final jusqu’au Monte Claro. D’autres sous-systèmes semblent être plus isolés et pourraient être interprétés comme des éléments secondaires signalant les liens territoriaux. On postule ici une division du territoire marquant l’occupation de divers groupes humains locaux appartenant à un même ensemble plus général, un même système dont les limites pourraient partiellement excéder le cadre du présent article.

82La place des nécropoles hypogéiques au sein des ces sous-systèmes est le plus souvent en position dominante alors que les pierres dressées se trouvent régulièrement en position intermédiaire entre le monde des vivants et le monde des morts, parfois plus proche de l’un que de l’autre.

83L’approche contextuelle et la définition de sous-systèmes à partir des sépultures offre d’importants recoupements avec la même démarche réalisée à partir des pierres dressées (Soula 2012a, 2012b 2012c). Alors que nous proposions un rôle particulier lié à la communication territoriale pour les sites à pierres dressées isolés, le cas des tombes hypogéiques isolées de tout autre contexte semble traduire un état des connaissances encore fragmentaire et très probablement la présence de groupes humains numériquement moins importants. L’absence de pierres dressées en connexion spatiale avec ces tombes isolées pourrait par exemple indiquer qu’il s’agit d’un groupe et de son sous-système territorial en cours de formation. La question de la conservation et de la détection différentielle de certains vestiges peut également être partiellement posée.

Conclusions

84Les différentes analyses réalisées sur les tombes hypogéiques du territoire de Mamoiada ont permis d’éprouver l’importance du rôle de certains facteurs dans les choix d’implantation des nécropoles, à la fois par rapport aux données environnementales (topographie, géomorphologie, orientations, visibilités, paysages) mais également par rapport aux données contextuelles (autres types de sites, analyses géostatistiques). Cette démarche a porté à produire une modélisation systémique de l’organisation et du fonctionnement du système de l’occupation du territoire de Mamoiada en distinguant divers sous-systèmes sur la base de faits géographiques et d’analyses spécifiques.

85Le questionnement principal de cette étude a apporté diverses réponses pour expliquer les modalités d’implantation des hypogées à Mamoiada. L’analyse de la répartition spatiale de ces sépultures a démontré que plusieurs facteurs, évoqués séparément, soulignent une division au sein d’un ensemble, d’une entité micro-régionale.

86On propose ici la définition d’une hiérarchie dans laquelle la volonté de respecter des conventions socioculturelles est primordiale mais est localement limitée par l’aspect physique du territoire.

87Ces conventions ou règles régissant le phénomène hypogéique dans le territoire analysé peuvent se résumer par la recherche d’une bonne visibilité, principalement sur la vallée centrale du système, des paysages ouverts offrant de vastes points de vue. Les hypogées dominent quasi systématiquement les habitats identifiés et l’on utilise donc pour les morts des espaces moins aptes à l’implantation des vivants mais offrant par conséquent des points de vue plus ouverts sur les paysages. De cette recherche résulte l’existence de deux quadrants majoritaires de l’orientation de l’entrée des sépultures qui matérialise un vis-à-vis globalement Est/Ouest offrant une bonne visibilité sur la vallée centrale et donc le centre du système socio-territorial. Cette vallée fut, à l’occasion d’une précédente analyse, qualifiée comme un véritable centre socioculturel car accueillant l’un des noyaux les plus importants de l’occupation humaine et de son expression artistique au travers des pierres dressées (Soula 2012b, 2012c). Cependant, le système de Mamoiada est également en partie ouvert en direction d’un extérieur qui reste à mieux définir.

88L’analyse contextuelle, démontrant que les nécropoles ou tombes isolées sont implantées à proximité d’habitats et des sites à pierres dressées, offre la vision d’un territoire subdivisé en différents sous-systèmes partiellement indépendants. Chacun d’entre eux montre que des petits territoires sont occupés par un sous-système social complet traduisant l’existence de groupes humains reliés entre eux à l’échelle du système général. Chaque « cellule » ainsi identifiée possède son espace funéraire implanté en fonction des potentialités environnementales de chaque micro-territoire. On peut également postuler que cette division du territoire offre à chaque groupe des zones cultivables, des zones pastorales ainsi que des ressources en eau plus ou moins identiques.

89S’ajoutant ainsi aux facteurs de la visibilité et du paysage, l’analyse des contextes permet de mieux comprendre l’importance de la vallée centrale de ce territoire (Soula 2012a, 2012b, 2012c). Ce lien a déjà été remarqué dans la vallée du Tirso, où de vastes nécropoles sont implantées dans des zones proches du fleuve et des plus grandes concentrations de sites d’habitat (Depalmas 2000: 839).

90Nous sommes finalement au cœur de la notion de médiance pour laquelle le paysage est « une dimension sensible et symbolique du milieu », il est l’« expression d’une médiance » et « relève en effet d’une logique de l’identification » (Berque 1990: 48, 111).

91Sans pour autant donner toute son importance au déterminisme environnemental dans l’implantation des hypogées (Alba 2000: 770), il est nécessaire de souligner que le cas de Mamoiada s’exprime par une complexe équation mêlant des compromis entre facteurs humains et facteurs environnementaux. Ces facteurs naturels ne semblent pas être aussi déterminants que l’on pourrait le penser. Malgré cette limitation à la volonté d’implanter les tombes à proximité des habitats et avec une visibilité particulière sur le paysage naturel et social, cette équation représente également une reconnaissance de la division du territoire et une instrumentalisation socio-économique consciente destinée à marquer l’identification de groupes humains locaux partageant une identité commune au sein du système micro-régional. La délimitation de ce dernier semble être plus fortement liée à des facteurs environnementaux et des analyses plus larges (échelle intermédiaire) seront à l’avenir nécessaires afin de recentrer ces données dans un territoire plus vaste constitué de divers systèmes micro-régionaux.

Haut de page

Bibliographie

Alba 2000, ALBA E., L'ipogeismo nella Nurra, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo: origini, sviluppo, quadri culturali, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 761-778.

Atzeni 1977, ATZENI E., Complesso megalitico di Pranu Mutteddu (Goni), Rivista di Scienze preistoriche, Firenze, 32, 1-2, 1977, p. 358-.

Atzeni & Cocco 1989, ATZENI E., COCCO D., Nota sulla necropoli megalitica di Pranu Mutteddu, Goni, in: La cultura di Ozieri: problematiche e nuove acquisizioni: atti del I convegno di studio, Ozieri, gennaio 1986 - aprile 1987, Dettori Campus L. (Dir.), Ozieri, Il Torchietto, 1989, p. 201-216.

Berque 1990, BERQUE A., Médiance de milieux en paysages, 2ème édition, Paris, Belin, 1990, 163 p. (Géographiques).

Cambosu 2000, CAMBOSU G., L'ipogeismo nel Nuorese, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo : origini, sviluppo, quadri culturali : atti del Congresso internazionale, 23-28 maggio 1994, Sassari-Oristano, Italia, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 819-834.

Contu 2000, CONTU E., L'ipogeismo della Sardegna pre e protostorica, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo: origini, sviluppo, quadri culturali, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 313-368.

D'anna et al. 2010, D'ANNA A., GUENDON J.-L., SOULA F., La nécropole de S'Elighe Entosu dans son espace, in: Usini. Ricostruire il passato: una ricerca internazionale a S’Elighe Entosu, Sassari, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Carlo Delfino, 2010, p. 57-72.

Depalmas et al. 1998, DEPALMAS A., MELIS M.G., TANDA G., La Sardaigne, in: Atlas du Néolithique européen. Volume 2 : l'Europe occidentale, Guilaine J. (Dir.), Liège, Université - Service de Préhistoire, 1998, p. 343-394 (Etudes et Recherches archéologiques de l'Université de Liège ; 46).

Depalmas 2000, DEPALMAS A., Le sepolture ipogee della media valle del Tirso: tipologia, distribuzione ed analisi territoriale, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo: origini, sviluppo, quadri culturali, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 835-846.

Foschi Nieddu 1998, FOSCHI NIEDDU A., Una fase Ozieri dell'età del Rame nella tomba 1. di Janna Ventosa (Nuoro), in: Sardinian and Aegean Chronology. Towards the Resolution of Relative and Absolute Dating in the Mediterranean. Proceedings of the International Colloquium 'Sardinian Stratigraphy and Mediterranean Chronology', Tufts University, Medford, Massachusetts, March 17-19, 1995, Balmuth M.S., Tykot R.H. (Dir.), Oxford, Oxbow, 1998, p. 274-283 (Studies in Sardinian Archaeology; 5).

Lugliè 2003, LUGLIE C., First report on the study of obsidian prehistoric workshops in the eastern side of Monte Arci (Sardinia), in: Les matières premières lithiques en préhistoire, Sra Auvergne, Umr 5808, Musée Des Eyzies (Dir.), Cressensac, Association Préhistoire quercinoise et du Sud-Ouest, 2003, p. 207-209 (Préhistoire du Sud-Ouest – Supplément ; 5).

Lugliè 1998, LUGLIÈ C., Elementi culturali del neolitico medio-superiore da alcuni insediamenti del Sinis, in: La ceramica nel Sinis dal Neolitico ai giorni nostri: atti del II Convegno La ceramica racconta la storia: Oristano-Cabras, 25-26 ottobre 1996, Cossu C., Melis R. (Dir.), Cagliari, Condaghes, 1998, p. 57-95.

Manca & Zirottu 1999, MANCA G., ZIROTTU G., Pietre magiche a Mamoiada: perdas longas e piantadas, domos de janas, tumbas de gigantes, nuraghes: Monumenti visitati in memoria di Giovanni ed Emanuele Melis, Mamoiada, Associazione Folk Mamuthones e Issohadores Peppino Beccoi 1999, 357 p.

Melis 2000, MELIS M.G., Aspetti dell'ipogeismo nell'alta valle del Tirso, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo : origini, sviluppo, quadri culturali: atti del Congresso internazionale, 23-28 maggio 1994, Sassari-Oristano, Italia, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 779-788.

Melis 2006, MELIS P., Alghero, loc. Santu Pedru (prov. di Sassari), Rivista di Scienze preistoriche, Firenze, 56, 2006, p. 638-640.

Melis 2009, MELIS M.G., L'Eneolitico antico, medio ed evoluto in Sardegna: dalla fine dell'Ozieri all'Abealzu, in: Atti della XLIV Riunione Scientifica: La preistoria e la protostoria della Sardegna: Cagliari, Barumini, Sassari, 23 - 28 novembre 2009. Volume I: Relazioni generali, Istituto Italiano Di Preistoria E Protostoria (Dir.), Firenze, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 2009, p. 81-95.

Melis 2009, MELIS P., Lo scavo della Tomba X nella necropoli ipogeica di Santu Pedru (Alghero - Sassari): una domus de janas delle prime fasi del Neolitico Recente, Rivista di Scienze preistoriche, Firenze, 59, 2009, p. 93-114.

Melis et al. 2011, MELIS M.G., D'ANNA A., CAPPAI R., GUENDON J.-L., MANCA L., PIRAS S., SOULA F., Una ricerca internazionale e interdisciplinare nel territorio di Usini (Sassari): la necropoli a domus de janas di S’Elighe Entosu, Rivista di Scienze preistoriche, Firenze, 61, 2011, p. 59-94.

Molinari 2002, MOLINARI I., La faciès neolitica di San Ciriaco, in: Omaggio a Santo Tiné: miscellanea di studi di Archeologia preistorica e protostorica, Bertini F., Tiné S. (Dir.), Genova, Dipartimento di archeologia filologia classica e loro tradizioni, 2002, p. 111-124 (Pubblicazioni del DARFICLET (n.s.); 206).

Moravetti 2009, MORAVETTI A., La cultura di Monte Claro e il Vaso Campaniforme, in: Atti della XLIV Riunione Scientifica: La preistoria e la protostoria della Sardegna: Cagliari, Barumini, Sassari, 23 - 28 novembre 2009. Volume I: Relazioni generali, Istituto Italiano Di Preistoria E Protostoria (Dir.), Firenze, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 2009, p. 97-106.

Santoni 1997, SANTONI V., Dibattito, in: La cultura di Ozieri: la Sardegna e il Mediterraneo nel IV e III millennio a.C., Dettori Campus L. (Dir.), Ozieri, Il Torchietto, 1997, p. 335-.

Santoni 2000, SANTONI V., Alle origini dell'ipogeismo in Sardegna: Cabras-Cuccuru S'Arriu, la necropoli del neolitico medio, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo: origini, sviluppo, quadri culturali, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 369-397.

Soula 2012a, SOULA F., Studio sistemico delle pietre fitte del territorio di Mamoiada (Nuoro, Sardegna), in: Atti della XLIV Riunione Scientifica: La preistoria e la protostoria della Sardegna: Cagliari, Barumini, Sassari, 23 - 28 novembre 2009. Volume II: Communicazioni, Istituto Italiano Di Preistoria E Protostoria (Dir.), Firenze, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 2012, p. 577-583.

Soula 2012b, SOULA F., Organisation socio-territoriale des systèmes de pierres dressées dans l’aire corso-sarde : évolution chronoculturelle de deux exemples insulaires, in: Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente. Actualité de la recherche : Actes des 9e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Saint-Georges-de-Didonne (17) - 8 & 9 octobre 2010, Perrin T., Sénepart I., Cauliez J. et al. (Dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2012, p. 67-86 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 9).

Soula 2012c, SOULA F., Les pierres dressées de l’aire corso-sarde : étude systémique des territoires = Le pietre fitte dell’area corso-sarda: studio sistemico dei territori, Aix-en-Provence / Sassari, Aix-Marseille Université / Università degli Studi di Sassari, 2012, Thèse de Doctorat : Préhistoire, 3 vol., 1117 p.

Tanda 2000, TANDA G., L'ipogeismo in Sardegna: arte, simbologia, religione, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo: origini, sviluppo, quadri culturali, Melis M.G. (Dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 399-426.

Ugas 1990, UGAS G., La tomba dei guerrieri di Decimoputzu, Cagliari, Edizioni della Torre, 1990, 239 p. (Norax ; 1).

Usai 2009, USAI L., Il Neolitico medio, in: Atti della XLIV Riunione Scientifica: La preistoria e la protostoria della Sardegna: Cagliari, Barumini, Sassari, 23 - 28 novembre 2009. Volume I: Relazioni generali, Istituto Italiano Di Preistoria E Protostoria (Dir.), Firenze, Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, 2009, p. 49-58.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. a. Phasage chronologique schématique de l'hypogéisme et du mégalithisme en Sardaigne ; b. Localisation de la zone d'étude en Sardaigne ; c. Positionnement topographique (taux relatif de rupture de pente) des hypogées et des dolmens potentiels de Mamoiada ; d. Contexte géologique et implantations des hypogées et dolmens potentiels de Mamoiada.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/1033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre 2. a. Histogramme du rapport entre le nombre de tombes par groupe et le type d'affleurement ; b. Orientation et visibilité cumulée depuis les hypogées ; c. Quadrant des orientations cumulées ; d. Histogramme des orientations des hypogées (%) ; e. Orientations selon le type de tombe hypogéique (nombre de cellules).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/1033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 3. a. Planimétrie schématique de la nécropole d'Istevène ; b. Visibilité cumulée depuis les hypogées de la nécropole d'Istevène ; c. Planimétrie schématique de la nécropole de Monte Giuradu ; d. Visibilité cumulée depuis les hypogées de la nécropole de Monte Giuradu ; e. Planimétrie de la tombe isolée de Firuli - Su Balizu – Teulargiu ; f. Visibilité cumulée depuis la tombe isolée de Firuli Su Balizu – Teulargiu (Planimétries basées sur Manca & Zirottu 1999).
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/1033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre 4. Analyse contextuelle : topographie et contextes archéologiques de la fin du Néolithique au Chalcolithique moyen Monte Claro.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/1033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre 5. Analyse territoriale. a. Coût de déplacement cumulé dans le territoire depuis les hypogées et chemins les plus courts pour descendre des sites ; b. Modélisation schématique du système de Mamoiada et identification des sous-systèmes.
URL http://pm.revues.org/docannexe/image/1033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Soula, « Le phénomène hypogéique et mégalithique du territoire de Mamoiada (Province de Nuoro, Sardaigne). Analyse spatiale, environnementale et contextuelle du monde funéraire. », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], Colloque | 2014, mis en ligne le 10 décembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://pm.revues.org/1033

Haut de page

Auteur

Florian Soula

Aix-Marseille Université, LAMPEA-UMR 6636, Aix-en-Provence, France / Università degli Studi di Sassari, Sardaigne, Italie / 40 rue Estieu, 31500 Toulouse — sflo1981@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page